Les chiffres que vous devez connaitre…
Depuis plusieurs années, n o u s dénonçons la gestion partisane et clientéliste
de l’équipe de Monsieur Sauvadet :
Fiscalité : Carton rouge !
Le taux des impôts sur le foncier bâti en Côte d’Or est passé de 17,71 % à 21 % entre 2010 et 2014 soit une
hausse de 18,60 %, qui croire lorsqu’on nous annonce que les impôts n’augmenteront pas ? C’est la plus forte
hausse nationale derrière les départements de l’Ain et de la Meurthe et Moselle. Comme je l’ai toujours
défendu, je propose que le taux des impôts n’augmente pas plus que l’inflation, c’est une mesure réaliste sans
promesse intenable
Travaux sur les routes départementales
Les travaux d’entretien sur les routes départementales sont passés de 35,76 millions d’euro à 18,61 millions
d’euro entre 2009 et 2013 !soit une baisse de 48 % ! L’entretien réel de nos routes que nous empruntons tous
les jours c’est pour quand ? Comme je le fais dans le Canton de Nuits Saint Georges, je propose d’établir un
bilan transparent de l’état de nos routes, et avec les Maires, de définir les priorités pour la population du
Canton.
Dette : Hausse sans précédent !
Le total des encours des dettes bancaires et assimilées est passé de 160 millions d’euro à 314 millions entre
2008 et 2013 soit + de 153 millions de dette nouvelle. Aujourd’hui le total de la dette est passé de 424 euro
par habitant à 600 euro par habitant ! La gestion saine du département, c’est pour quand ? Comme je l’ai
toujours proposé, je souhaite que le recours à la dette soit consacré à des investissements qui améliorent la vie
des habitants.
Frais de communication : la dérive incontrôlée !
Les 12 numéros par an de Côte d’Or magazine ont couté 789 395 euro entre 2009 et 2014. Le magazine n’est
même pas imprimé est Côte d’Or. La fin de la communication à outrance, c’est pour quand ? Je propose que le
magazine soit fabriqué en Côte d’Or et passe de 12 à 4 numéros par an afin d’arrêter la publicité politicienne
au profit d’un seul homme.
Alésia, vous avez dit Alésia ?
Sans compter le coût de la construction de la première tranche du Muséoparc (45 millions), car il devrait y
avoir la construction d’une deuxième tranche (30 millions), le déficit d’exploitation de ce site est passé de 1,3
millions d’euro en 2008 à 3,2 millions d’euro en 2013. L’arrêt des projets pharaoniques, c’est pour quand ? Je
propose que le projet du nouveau musée soit gelé, et que nous puissions proposer un équipement plus en
rapport avec l’état des finances du département et des besoins de ses habitants.
Dimanche 22 mars, votez pour vous,
votez pour votre Canton,
mais Votez
les chiffres sont publics et issus des comptes administratifs.
Téléchargement

Les chiffres que vous devez connaitre…