V
O
C
A
B
U
L
A
I
R
E
La stéréo-électroencéphalographie (SEEG)
● E.
Landré*
L
a SEEG est l’une des techniques d’enregistrement des
activités électriques intracérébrales, utilisée lors du
bilan préchirurgical d’une épilepsie partielle pharmacorésistante, à l’aide d’électrodes implantées en conditions stéréotaxiques. En fait, il vaut mieux parler d’une méthodologie
d’exploration de l’épilepsie partielle, basée sur l’établissement
de corrélations anatomo-électrocliniques, concepts élaborés
dans les années 50 par Bancaud et Talairach (1, 2). Ces corrélations anatomo-électrocliniques découleront de l’analyse des
activités électriques intercritiques, des décharges critiques et de
l’observation clinique des crises obtenues en vidéo-SEEG, ainsi
que des données anatomiques fournies par l’imagerie. En définitive, il s’agit de définir, pour chaque patient, la zone du cortex
cérébral dont l’exérèse est nécessaire pour supprimer les crises,
en respectant, lors de l’intervention, les régions fonctionnelles.
L’avantage du mode d’implantation des électrodes, par technique
stéréotaxique, est de pouvoir enregistrer simultanément les structures internes et le cortex externe, mais aussi d’explorer conjointement plusieurs lobes, voire d’effectuer une exploration bilatérale.
Actuellement, l’indication d’une SEEG, lors du bilan préchirurgical, est réservée aux cas où l’analyse des corrélations anatomo-électrocliniques, établies à partir des enregistrements
vidéo-EEG de scalp, ne permet pas de définir avec cohérence
un schéma opératoire.
La vidéo-SEEG se pratique dans des centres hautement spécialisés et nécessite une hospitalisation de trois semaines environ.
En France, plusieurs centres utilisent cette méthodologie, principalement à Paris (Sainte-Anne, Pitié-Salpétrière, Fondation
Rothschild), Rennes, Grenoble, Lyon, Bordeaux, Marseille...
LE SCHÉMA D’IMPLANTATION
Un schéma d’implantation (figure 1) des électrodes intracérébrales est élaboré pour chaque patient en fonction des hypothèses sur la localisation de la zone épileptogène et des voies de
propagation des décharges critiques. Ces hypothèses émanent
des corrélations électrocliniques recueillies par l’anamnèse, la
sémiologie des crises, l’examen neurologique et neuropsychologique, les enregistrements vidéo-EEG (anomalies intercritiques et décharges critiques). Ce schéma doit également
* Service de neurochirurgie, hôpital Sainte-Anne, Paris.
308
Les électrodes explorent de
dedans en dehors :
À droite :
A : noyau amygdalien, gyrus
temporal moyen
B : corne d’Ammon antérieure, gyrus temporal moyen
C : corne d’Ammon postérieure, gyrus temporal moyen
P : pôle temporal face interne,
pôle temporal face externe
T : gyrus temporal supérieur
O : gyrus cingulaire antérieur, gyrus frontal inférieur
G : gyrus cingulaire antérieur (aire 24), gyrus frontal
inférieur
Q : gyrus cingulaire postérieur
opercule pariétal, lobule pariétal inférieur
À gauche :
A’ : noyau amygdalien, gyrus
temporal moyen
Figure 1. Schéma de SEEG, projection de profil et de face.
Patient de 21 ans, épilepsie cryptogénique depuis l’âge de 11 ans, à
l’EEG : anomalies intercritiques bitemporales asynchrones,
décharges critiques temporales droites à propagation frontale droite
et temporale gauche.
La Lettre du Neurologue - n° 6 - vol. II - décembre 1998
Figure 2. Enregistrement
d’une crise spontanée.
Tracé SEEG : Décharge
inaugurale à droite en A1
(noyau amygdalien),
B1 (corne d’Ammon
antérieure),
C1 (corne d’Ammon
postérieure), propagée en
20 secondes au gyrus temporal
moyen, en frontal, puis à
gauche (A’1).
prendre en compte les données anatomiques et les images
lésionnelles éventuelles (artériographie et IRM en condition stéréotaxique). Le nombre d’électrodes varie de 8 à 15 en moyenne. Chaque électrode, d’un diamètre de 0,8 mm, comporte 5, 10,
15, ou 18 plots d’enregistrement espacés de 1,5 mm.
tique soit des chocs de 1c/s durant 1 à 3 ms, soit un train de 50 c/s
durant 1 à 5 secondes. Le but de ces stimulations est d’établir une
cartographie fonctionnelle (repérage des aires motrices, sensitives
et sensorielles) mais aussi de déclencher des crises, au sein du
réseau épileptogène, que l’on compare aux crises spontanées (3).
LA MISE EN PLACE DES ÉLECTRODES
CONCLUSION
La mise en place des électrodes est effectuée au bloc opératoire, sous anesthésie générale, selon la méthodologie stéréotaxique
(1, 2). L’introduction des électrodes est effectuée par des orifices
cutanéo-osseux d’un diamètre limité au passage de celles-ci. Le
trajet des électrodes est choisi en fonction de la vascularisation
et des aires corticales à atteindre, soit orthogonal soit oblique. En
respectant ainsi la vascularisation, cette technique d’implantation permet d’écarter au maximun les risques hémorragiques.
Bien que restant une méthode invasive, les autres complications
(infectieuses par exemple) sont exceptionnelles (1, 2).
Au terme d’une SEEG :
• L’analyse des tracés intercritiques et critiques permet de définir :
- la zone “lésionnelle”, au sens physiologique du terme, siège
des ondes lentes,
- la zone irritative, aire de projection des pointes,
- la zone épileptogène à partir de l’origine, de l’organisation
spatio-temporelle et de la propagation immédiate des décharges
critiques.
• Cette analyse est confrontée aux images lésionnelles (en IRM)
et aux données de l’imagerie fonctionnelle (en IRM, SPECT et
PET scan).
Ainsi, la SEEG permet de proposer, pour chaque patient, une exérèse corticale “à la carte”, d’en évaluer les risques fonctionnels et
le pronostic à long terme. Cependant, cet examen peut aboutir à
une contre-indication en raison des risques fonctionnels et/ou du
faible bénéfice attendu sur l’incidence des crises.
■
LES ENREGISTREMENTS VIDÉO-SEEG
Les enregistrements vidéo-SEEG (figure 2) sont effectués, dès
le réveil du patient, au bloc opératoire. Lors de la semaine précédant la mise en place des électrodes, le patient est sevré (partiellement ou complètement) de son traitement antiépileptique,
afin d’obtenir le plus rapidement possible une crise spontanée.
Dans certains cas, en particulier chez les enfants, la SEEG peut
se dérouler sur une seule journée. Dans la plupart des cas, les
enregistrements se poursuivent les jours suivants au laboratoire.
En moyenne 5 à 10 jours sont nécessaires pour analyser les anomalies des tracés intercritiques, enregistrer des crises et effectuer les stimulations électriques intracérébrales.
LES STIMULATIONS ÉLECTRIQUES INTRACÉRÉBRALES
Les stimulations intracérébrales, de faible intensité (< 5 mA), sont
appliquées entre deux plots contigus de chaque électrode. On praLa Lettre du Neurologue - n° 6 - vol. II - décembre 1998
R
É F É R E N C E S
B I B L I O G R A P H I Q U E S
1. Bancaud J., Talairach J. et coll. La stéréo-électroencéphalographie dans l’épilepsie. Paris, Masson, 1965.
2. Munari C. Depht electrode implantation at hospital Sainte-Anne, Paris. In : Engel
J. Jr. Surgical treatment of the epilepsies. Raven Press, New York 1987 : 583-8.
3. Chauvel P., Landré E. et coll. Electrical stimulation with intracerebral electrodes to evoke seizures. In : Electrical and magnetic stimulation of the brain and
spinal cord. O. Devinsky, B., Aleskandar, M. Dogali (eds). Raven Press, New York
1993 : 115-21.
309
Téléchargement

L La stéréo-électroencéphalographie (SEEG) V O