QUIZ RISQUES AUDITIFS
1 – La loi limite à 100 dB le niveau sonore maximum des baladeurs et à 105 dB celui
des discothèques. A partir de quel niveau un son devient-il nocif pour l’oreille ?
a 85 dB
b 100 dB
c 105 dB
2 – A ton avis entre quelles valeurs se situe l’échelle des décibels perçus, exprimant
l’intensité des sons ou niveaux sonores ?
a 0 dB et 120 dB
b 85 et 105 dB
c 105 et 210 dB
3 – Comment s’appelle la partie la plus fragile de l’oreille ?
a L’enclume
b La cochlée
c Le marteau
4 – Combien de cellules ciliées possédons-nous?
a  120 millions
b 15000
c 5000
5 – Que risque t - on après une exposition à un niveau sonore proche de 100 dB (ex :
après un concert ou une soirée en discothèque) ?
a Aucun phénomène auditif particulier
b Des bourdonnements ou des sifflements, une audition cotonneuse.
c Des acouphènes, baisse sensible de l’audition, hyperacousie.
6 – Par quoi peuvent être provoquées des dégradations de l’oreille moyenne ou du
tympan ?
a Un concert de rock
b Plusieurs années de travail dans un atelier bruyant
c Une explosion
d Des otites mal soignées
7 – Les niveaux sonores élevés sont nocifs pour :
a le tympan
b le nerf auditif
c les cellules de l’oreille interne
d la chaîne des osselets de l’oreille moyenne
8 – Qu’est-ce que l’audiométrie?
a Un test de connaissances sur l’audition
b Un examen médical permettant de détecter des éventuels
problèmes auditifs
c Une maladie qui rend fou au bruit
9 – Quelles propositions sont vraies ?
a Les bruits industriels sont nocifs pour l’oreille quel qu’en soit le niveau
b La musique de bonne qualité est peu nocive quel qu’en soit le niveau
c La musique électronique est plus nocive que la musique traditionnelle
d Pour un même niveau tous les sons ont sensiblement la même
nocivité
e La musique classique est peu nocive
10 – Qu’est - ce que l’acouphène ?
a Une surdité avancée
b Une danse bruyante
c Un son persistant que l’on entend en l’absence de toute source
sonore
11 – Les acouphènes qui apparaissent surtout après une exposition au bruit peuvent
aussi survenir sans cause apparente?
a Vrai
b Faux
12 – Que signifie le terme hyperacousie ?
a Un groupe de musiciens hyper excités
b Une intolérance aux bruits
c Une musique qui rend sourd au bout de quelques minutes
13 – Lorsqu’au cours de sa vie on a été exposé à des niveaux sonores élevés (au
travail, avec la musique, à la chasse…) la surdité due à l’âge apparaît :
a plus tôt
b plus tard parce que l’oreille s’habitue lorsqu’elle est soumise au bruit
c le bruit subi antérieurement n’a aucun effet sur l’apparition de la
surdité
14 – Que dire d’une surdité acquise par exposition à des niveaux sonores élevés ?
a On n’en guérit jamais, la surdité est définitive
b On récupère peu à peu sans aucun traitement
c Certains médicaments permettent la guérison définitive
REPONSES
augmente avec le niveau.
8 – b. L’audiométrie est un examen rapide et indolore effectué par un médecin ORL et
permettant de mesurer le début des atteintes auditives.
2 – a. L’échelle des décibels perçus va de 0 à 120 dB, mais certaines sources (avions, canons,
fusées) émettent des sons d’un niveau supérieur.
9 – d. Le risque est le même quel que soit le son : industriel, musique, sports mécaniques…
C’est le niveau, l’intensité qui importe.
3 – b. L’oreille interne ou la cochlée est la partie la plus utile mais aussi la plus délicate de
l’oreille. Elle renferme les cellules sensorielles ciliées qui transforment le son en influx nerveux.
(Ce message nerveux décrypté par le cerveau permet de comprendre la parole, de reconnaitre
les sons familiers, d’aimer la musique.)
10 – c. L’acouphène est une sensation auditive perçue en l’absence de toute source sonore.
Elle peut être permanente, intermittente ou temporaire, intense, modérée ou faible. Les
acouphènes sont très pénibles à supporter
1 – a. Au dessous de 85 dB il n’y a aucun risque auditif. Au dessus de ces valeurs, la nocivité
4 – Environ 15000, les cellules ciliées ne se renouvellent pas et sont très fragiles. Elles se
détériorent à la suite d’une maladie, avec le vieillissement et le bruit.
5 – 3 solutions possibles : a. aucun phénomène auditif particulier, mais on peut dire à coup
sûr , que quelques cellules ont été fragilisées.
b. Des phénomènes temporaires : des bourdonnements ou des sifflements, une audition
cotonneuse.
c. Des phénomènes persistants et irréversibles : acouphènes, baisse sensible de l’audition,
hyperacousie.
6 – c et d. L’onde de choc d’une explosion ou les otites séreuses de l’enfant.
7 – c. Les cellules de l’oreille interne sont les seuls éléments de l’oreille altérés par les
niveaux sonores élevés.
11 – a. Les acouphènes qui apparaissent surtout après une exposition au bruit, peuvent aussi
survenir sans cause apparente.
12 – b. L’hyperacousie est un dysfonctionnement de l’audition, caractérisé par une
hypersensibilité de l’ouïe à certaines fréquences. Une personne atteinte d’hyperacousie ne
pourra pas tolérer certains sons perçus comme normaux pour les autres personnes.
13 – a. Plus on a été exposé à des niveaux sonores élevés au cours de sa vie, plus on a de
risques de développer une surdité précoce.
14 – a. La destruction des cellules sensorielles est irréversible car elles ne se renouvellent
pas.