Merci beaucoup, bonne journée à tous et à toutes.
Tout d'abord, je tiens à vous souhaiter la bienvenue à cette conférence consacrée aux objectifs de
développement durable.
Je me réjouis tout particulièrement d'accueillir nos partenaires et coorganisateurs de cette conférence:
le programme des Nations Unies pour l'environnement, représenté d'une part par le directeur de son
bureau exécutif, M. Michele Candotti, et d'autre part par le directeur de son bureau régional pour
l'Europe M. Jan Dusík.
Par ailleurs, je tiens aussi à saluer la présence de Mme Leida Rijnhout et, évidemment, je suis heureux
de constater que la Commission européenne est présente – Mme Schomaker –, de même que la
présidence de l'Union européenne – Mme Kohnen.
Monsieur Falkenberg, Président de séance, un grand merci. Vous avez quitté des fonctions très hautes
et très dignes dans l'environnement, vous avez été directeur général, et vous continuez de militer en
faveur de la protection de l'environnement et du climat, et je trouve que vous accomplissez une tâche
noble.
Cette conférence arrive à point nommé, après l'adoption par l'assemblée générale des Nations Unies, il
y a à peine six semaines, du programme de développement durable à l'horizon 2030. L'adoption de ce
programme, qui comprend 17 objectifs de développement durable, constitue une grande réussite,
même si on ne peut la considérer que comme la première étape d'un long cheminement. Ce
programme à l'horizon 2030 est particulièrement intéressant, dans la mesure où, après des années de
stagnation, les dirigeants de la planète se sont mis d'accord, sous l'égide des Nations Unies, sur une
vision commune et une feuille de route concernant les questions internationales. À l'instar des
prochaines décisions qui seront prises lors de la conférence de Paris sur le changement climatique, les
dix-sept objectifs de développement durable apportent une réponse aux principaux défis mondiaux de
notre époque. Ils détermineront l'orientation mondiale des efforts visant à mettre un terme à la
pauvreté, à promouvoir la prospérité et le bien-être pour tous, à protéger l'environnement et à lutter
contre le changement climatique. En substance, ce programme mondial parle d'équité et de justice, il
pose la question de la manière de partager équitablement nos ressources économiques et naturelles,
dans un monde qui voit sa population augmenter alors que les ressources naturelles sont limitées. Il
ouvre la voie d'un développement économique qui ne laisse personne sur la touche, pour reprendre les
mots du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon. C'est précisément cet aspect de justice et
de solidarité qui rend les objectifs de développement durable si intéressants et importants à mes yeux
en tant que syndicaliste récemment devenu président du Comité économique et social européen.
Au cours des soixante dernières années, l'Union européenne a été un modèle attrayant dans la mesure
où elle s'est fondée sur la nécessité de rechercher en permanence une cohésion économique et sociale.
Le travail décent et la protection sociale sont des éléments essentiels de ce qu'on appelle le modèle
social européen. Toutefois, l'Union est actuellement en proie à une crise profonde et grave. La
EESC-2015-06066-00-00-DISC-TRA (FR) 1/2
FR
pauvreté est un en train de devenir un problème majeur dans l'Union européenne. Au lieu de voir les
gens sortir de la pauvreté, comme les décideurs au plus haut niveau l'ont décidé en 2010 à travers ce
que nous appelons encore la Stratégie de l'Europe de 2020, nous observons aujourd'hui une
aggravation de la situation. Près d'un Européen sur quatre est confronté aux risques de pauvreté, et
une grande partie de la population vivant sur le territoire de l'Union est confrontée non pas à une
situation de pauvreté définie statistiquement mais à un problème aigu de survie, et, donc, elle se
trouve dans une grande misère et dans un grand désespoir. L'éradication de la pauvreté et la réduction
des inégalités sont des nécessités auxquelles aucun pays n'échappe. Elles constituent donc toujours un
défi de première importance, au sein de l'Union européenne tout autant qu'au niveau mondial.
Par conséquent, le principal message que j'aurais à adresser à cette conférence est que les objectifs de
développement durable ne sont pas seulement importants dans le cadre des politiques extérieures et de
développement de l'Union européenne, ils revêtent également une importance cruciale pour nos
politiques nationales. En plus de la lutte planétaire contre les inégalités et la pauvreté, outre la
transition vers un modèle économique à faible intensité de carbone et circulaire, l'Union européenne
devra renforcer la cohésion sociale dans ses frontières. Dans le programme de travail 2016 de la
Commission, le président Juncker a annoncé une nouvelle initiative portant sur l'établissement d'un
socle européen des droits sociaux. C'est une initiative à laquelle, personnellement, je suis favorable et
je pense que l'ensemble des membres du Comité économique et social européen le sont également:
nos positions et les avis que nous avons déjà adoptés le démontrent. Cela pourrait devenir un bon
exemple de la manière dont la mise en œuvre des objectifs de développement durable et celle des
initiatives politiques européennes indispensables et urgentes peuvent se soutenir mutuellement.
En tant que Comité économique et social européen, nous sommes prêts à soutenir une mise en œuvre
pleine et entière du programme de développement durable. Forts de nos trois cent cinquante membres,
issus des organisations de la société civile de l'ensemble des États membres de l'Union européenne,
nous assumons notre rôle de pont entre la société civile organisée et les décideurs européens. Il
importe que la société civile ait un rôle majeur à jouer dans la mise en œuvre des objectifs de
développement durable. Les manifestations telles que la conférence d'aujourd'hui devraient contribuer
à faire de cet objectif une réalité.
Tout à l'heure M. Dusík m'a remercié d'avoir mis celle salle à votre disposition et je lui ai répondu
que, dès lors que le Comité économique et social européen veut être la maison de la société civile, il
est ouvert à toutes les activités déployées par les organisations de la société civile européenne ou
coorganisées avec nous. Ne me remerciez donc pas: c'est notre rôle de contribuer à ce que les citoyens
puissent s'exprimer et nous sommes conscients qu'au niveau européen, à cause de la multitude des
langues, cela n'est pas toujours évident, tandis que nous avons la chance, au Comité, de pouvoir
faciliter ce dialogue.
Nous avons la conviction qu'une approche structurée et systématique de la participation de la société
civile est nécessaire pour réaliser les objectifs de 2030. Vous pouvez donc compter sur le Comité
économique et social européen, et je vous souhaite, Mesdames et Messieurs, une conférence pleine de
succès : j'espère que des conclusions intéressantes découleront de cet événement.
EESC-2015-06066-00-00-DISC-TRA (FR) 2/2