Pour diffusion immédiate
Paris, le 4 décembre 2015
COMMUNIQUÉ
En direct de la COP21 :
Promouvoir l’agriculture « intelligente » pour faire face au changement
climatique
Un événement organisé aujourd’hui en marge du sommet de Paris sur le climat présente
des solutions pratiques pour faire face à l’impact de la modification des tendances
climatiques et des événements météorologiques extrêmes qui affectent la productivité, les
coûts et la compétitivité du secteur agricole. L’agriculture intelligente face au climat est en
mesure d’aider les petits agriculteurs à s’adapter au changement climatique et à atténuer
l’impact de ce phénomène sur leurs activités. Toutefois, même si certains petits
producteurs récoltent déjà les fruits de ces nouvelles pratiques dans certains pays, il est
urgent d’informer d’autres utilisateurs et régions et de diffuser à grande échelle les
solutions innovantes qui ont fait leurs preuves.
Le secteur agricole est un acteur majeur du réchauffement climatique et des aléas
météorologiques. Il est en effet à la fois responsable des émissions de gaz à effet de serre et
victime de ses effets. Pourtant, les précédents pourparlers sur le changement climatique ont
largement négligé l’agriculture. Des signes indiquent toutefois que les choses sont en train de
changer. De nombreux pays ont ainsi intégré l’agriculture dans leurs contributions prévues
déterminées au niveau national (CPDN). Ces engagements en faveur du climat ont été pris par les
pays en vue des négociations de la Conférence des parties des Nations unies (COP21) qui se
tient actuellement à Paris et qui devrait déboucher sur un nouvel accord sur le climat.
La session qui se tient aujourd’hui – Étendre les pratiques innovantes d’agriculture intelligente face
au climat en Afrique – met en avant des solutions qui ont fait leurs preuves et qui peuvent être
intégrées dans la mise en œuvre des CPDN. L’événement, organisé conjointement par le Centre
technique de coopération agricole et rurale (CTA) et le Programme de recherche du CGIAR sur le
changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS), présente des technologies
pratiques et durables destinées à aider les petits agriculteurs à lutter contre les changements
climatiques ainsi que des outils, des politiques et des mécanismes de financement susceptibles de
promouvoir cette approche.
« Les petits exploitants agricoles des pays en développement seront vraisemblablement parmi les
plus touchés par le changement climatique en raison de la dépendance de l’agriculture à la météo
et du faible niveau de résilience de l’agriculture à la variabilité et au changement climatiques, »
explique Michael Hailu, directeur du CTA. « La bonne nouvelle, c’est que des approches
innovantes permettant de faire face à ce défi sont en cours de développement. L’une d’elle –
l’agriculture intelligente face au climat – vise à augmenter durablement la productivité et les
revenus agricoles, à aider les agriculteurs à s’adapter et à améliorer leur résilience au changement
climatique, et (si possible) à diminuer les émissions de gaz à effet de serre. »
Le concept d’agriculture intelligente face au climat (Climate-smart agriculture, CSA) recouvre des
pratiques et des technologies qui améliorent durablement la productivité, qui aident les agriculteurs
à s’adapter au changement climatique et qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre.
Certaines pratiques de CSA ont déjà un impact concret comme l’agroforesterie, l’agriculture de
conservation, les cultures résistantes à la sécheresse, l’utilisation d’aliments pour bétail à faible
coût afin de préserver les pâturages dégradés, et les régimes d’assurance qui protègent les
agriculteurs contre les pertes.
Plusieurs solutions spécifiques sont présentées lors de l’événement organisé aujourd’hui,
notamment un plan visant à favoriser l’accès aux prévisions météorologiques saisonnières pour
quatre millions d’agriculteurs au Sénégal, des polices d’assurance associées à des indices
climatiques pour protéger le secteur contre les pertes liées aux sécheresses au Kenya et
l’utilisation des TIC pour améliorer la résilience des agriculteurs au changement climatique en
Afrique de l’Est. Cette session examinera les choix agricoles qui doivent être encouragés pour
répondre aux objectifs des CPDN, les modèles de partenariat les mieux adaptés aux solutions
intelligentes face au climat ainsi que les défis clés et le manque de connaissances qui doivent être
surmontés pour promouvoir la CSA à plus grande échelle.
Le nombre de petits exploitants agricoles augmente rapidement. Il devrait passer de 550 millions
aujourd’hui à 750 millions en 2030. Face à la pression du changement climatique, l’agriculture à
petite échelle n’a d’autre choix que d’évoluer rapidement. « Les agriculteurs doivent adopter
massivement des technologies résilientes au changement climatique, tout en exploitant au
maximum les innovations économiques et sociales, » explique Bruce Campbell, directeur du
Programme de recherche du CGIAR sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité
alimentaire (CCAFS). « Il faut pouvoir s’inspirer des nombreuses innovations très réussies et les
reproduire. C’est le cas des technologies et des services mobiles qui diffusent rapidement et
directement l’information aux agriculteurs. »
Ce soutien sera essentiel pour que les agriculteurs aient vraiment une chance de pratiquer une
agriculture intelligente face au climat et relever ainsi les défis auxquels ils sont confrontés. Il faudra
absolument disposer d’informations fiables pour les aider à identifier les solutions qui ont fait leurs
preuves. Enfin, la coopération entre les institutions jouera elle aussi un rôle essentiel dans le
développement et la diffusion des meilleures pratiques et dans l’adoption de politiques favorables
à l’agriculture intelligente face au climat. Même s’il existe déjà de nombreuses pratiques agricoles
intelligentes face au climat, elles restent largement méconnues en dehors de leur zone
d’application immédiate. D’où l’urgence de diffuser des informations sur leur potentiel et de faire
connaître les pratiques qui ont fait leurs preuves à d’autres petits agriculteurs qui pourraient en
bénéficier.
[Fin]
Date et heure : Vendredi 4 décembre 2015 14:00 – 15:30 GMT, Pavillon Afrique, CoP21, Le
Bourget, Paris.
Pour en savoir plus, veuillez contacter :
Stéphane Gambier, Coordinateur de Programme Senior (CTA)
[email protected]
Tél.: +31 (0)317 46 71 79
Vanessa Meadu, Global Communications and Knowledge Manager (CCAFS)
[email protected]
Tél: +44 7772195317