La COP21 et l’enjeu économique
Moins d'énergies fossiles, plus de renouvelables, la transition en marche à la
COP21… La baisse très importante des coûts des énergies renouvelables porte
cette transition énergétique. Pour le solaire, ils ont chuté de 80% ces cinq dernières
années.

Dix milliards de dollars pour les énergies vertes en Afrique, une alliance dans
la géothermie: responsables politiques et entreprises affichent à la COP21
leur volonté d'accélérer la transition énergétique, malgré les réticences de
certains pays très dépendants des sources fossiles. Une initiative sur ce
continent prévoit aussi de déployer 300 gigawatts de nouvelles capacités de
production d'électricité à partir d'énergies renouvelables d'ici 2030, contre un
parc électrique total actuel de 150 gigawatts.

Le secteur de l'énergie est responsable des deux tiers des émissions de gaz à
effet de serre de la planète, notamment du fait de l'exploitation massive des
énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon). 36 pays et 23 institutions ont
annoncé la création d'une Alliance mondiale de la géothermie dans le but de
multiplier par six la capacité de production et de tripler la production de
chaleur d'ici 2030 !

"La transition énergétique est centrale" pour limiter le réchauffement
climatique, a affirmé lundi au Bourget près de Paris Rachel Kyte, viceprésidente de la Banque mondiale, en lançant une journée de conférences
dédiée à l'énergie.

Déjà la semaine dernière, le Premier ministre indien Narendra Modi avait
lancé une Alliance internationale pour le solaire de 121 pays richement dotés
en ensoleillement.

L'ONU estime qu'il faudra globalement mobiliser 45,4 milliards d'euros (49,4
milliards de dollars) pour faire en sorte que l'ensemble de la population
mondiale ait accès à l'électricité.

Aux côtés des pays, des villes se sont engagées dans une mutation de leur
modèle énergétique. Un millier de maires se sont engagés samedi à Paris à
oeuvrer pour un objectif de 100% d'énergies renouvelables dans leurs villes,
d'ici 2050.

Des entreprises suivent également le mouvement. Six entreprises, dont BMW
et Coca Cola ont rejoint lundi 47 autres groupes, comme H&M, Goldman
Sachs, Ikea ou Nestlé, au sein de l'initiative RE100 pour consommer une
énergie 100% renouvelable.
 Paris & Co incubateurs a créé un programme Cleantech & Smart City
la France compte 718 « jeunes pousses vertes » (5 000 dans le numérique en
comparaison), dont les trois quarts ont été créées après 2008
65 % des jeunes pousses voient la Cop21 comme une opportunité, souligne
l’observatoire des start-up françaises des cleantech.

Les dirigeants français veulent croire que la COP21 marquera un point de
départ vers un nouveau modèle économique. Les pays pétroliers eux sont
coincés entre intérêts économiques et enjeu climatique.

«Les entreprises devront devenir plus vertes si elles veulent survivre»
Nous (Groupe d’entreprises sur le changement climatique du prince de Galles)
réclamons la neutralité carbone (l’obligation de compenser les émissions de gaz à
effet de serre par des programmes de reforestation, de capture de CO2 ou d’achat de
«droits à polluer») avant la fin du siècle et même bien avant si possible. C’est
important pour les financiers et les entreprises de pouvoir se projeter et investir
dès maintenant dans les énergies propres.
Les intérêts des entreprises sont-ils vraiment compatibles avec la lutte contre le
réchauffement climatique ?
Une économie existante ne peut pas changer tout de suite, ce serait naïf de penser
l’inverse. Ensemble, on doit trouver les moyens d’aller vers la décarbonisation du
monde. Notre approche est de travailler avec toutes les entreprises. A celles qui ne
veulent pas, on leur dit «tant pis pour vous, mais c’est le futur». Le plus important est
de faciliter les investissements vers les énergies propres.
5 enjeux économiques majeurs :

Contributions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Donner un prix au carbone : éviter les fuites de carbone, c'est-à-dire que les
économies les plus contraignantes en matière d'émissions de CO2 n'amènent
les industriels à se délocaliser vers les pays les moins contraignants

L'aide aux pays en développement

Le principe de responsabilité

Accord contraignant ou non contraignant ?