L'industrie touristique en Géorgie craint un
ralentissement
Par Tamta Tvalavadze
Institute for War & Peace Reporting / armenews.com - 20/7/2015
Le nombre de touristes étrangers visitant la Géorgie a baissé pour la
première fois en dix ans, une baisse que les experts de l’industrie
attribuent à de nouvelles restrictions de visas.
Le précédent gouvernement a fait de grands efforts pour cultiver et
promouvoir l’industrie du tourisme. Le nombre de visiteurs étrangers a
augmenté d’un peu plus d’un demi-million en 2005 à quelque 5,5 millions en
2014. En plus de l’augmentation des recettes, l’amélioration des
infrastructures dans les zones touristiques a encouragé les entreprises
locales à se développer.
Selon l’Administration nationale du tourisme, 1,4 million de visiteurs se
sont inscrits à ce jour en 2015, soit une baisse de deux pour cent sur la
même période de l’année dernière. Bien que ce soit seulement un petit
chiffre et que la saison d’été n’a pas encore commencé, c’est la première
fois les chiffres ont baissé depuis de nombreuses années.
L’office du tourisme et le ministère des Finances attribuent le
ralentissement à des problèmes économiques qui touchent tous les pays de la
région. Ils disent que l’investissement du gouvernement dans le tourisme a
augmenté, avec des plans en place pour développer de nouveaux marchés.
Cependant, les représentants de l’industrie touristique blâment le
gouvernement actuel, y compris les sévères politiques de restrictions de
visa et une pénurie de nouveaux projets touristiques.
Vakhtang Asatashvili, un expert du tourisme qui dirige maintenant
l’entreprise Gudauri Heli-ski, estime que le gouvernement doit changer sa
politique.
Le plus gros dommages au tourisme, a-t-il poursuivi, avait été causé par le
resserrement de la politique des visas de l’année dernière. Comme l’année
dernière, la Géorgie a aboli les arrangements de voyage sans visa avec 24
pays.
Le pourcentage le plus élevé de visiteurs étrangers en Géorgie chaque année
proviennent des États voisins - l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Turquie, la
Russie et l’Ukraine. Le nombre de visiteurs provenant de l’Union européenne
est encore en hausse. Les citoyens de tous ces pays peuvent entrer et
séjourner pour une période maximale de 90 jours.
“Le système libéral précédent de délivrance des visas ... ne contenait des
restrictions que dans la mesure où la sécurité nationale était affectée“, a
déclaré Asatashvili. “Les nouveaux règlements qui sont en place depuis le
1er Septembre [2014] sont totalement inutiles et mal conçus. La
bureaucratie supplémentaire qui a été imposée a effectivement éteint le
marché asiatique. Nos partenaires étrangers ne veulent pas travailler avec
nous “.
Selon Maya Sidamonidze, un ancien chef de l’Administration nationale du
tourisme qui travaille maintenant dans le secteur privé, « Le tourisme est
un domaine très sensible et un environnement politique et économique
instable a toujours un impact sur les pays comme la Géorgie.“
Sidamonidze dit que si elle avait travaillé encore dans l’agence de
tourisme de l’État, elle se serait opposée à une réglementation des visas
plus sévère et axée sur l’ouverture de nouveaux marchés, par exemple au
Moyen-Orient, la Chine et le Japon.
« Le tourisme est un secteur qui a besoin de quantités massives de
publicité et de relations publiques. Toute personne qui ne se rend pas
compte de cela ne comprend tout simplement pas le tourisme “, dit-elle.
Giorgi Chogovadze, le chef de l’Administration nationale du tourisme, a
reconnu que la baisse de deux pour cent du nombre de visiteurs est venu
après que les nouvelles règles de visa soient entrées en usage.
“Bien que ce soit un petite chiffre, le gouvernement a commencé à essayer
d’atténuer les effets du régime des visas. Il a mis en place un système
pour obtenir des visas électroniques, et que l’innovation annule
efficacement l’éventuel effet négatif de l’introduction de visas “, a-t-il
dit.
En fait, Chogovadze a dit que l’investissement dans le tourisme est
supérieur à ce qu’il était sous le dernier gouvernement. Le budget 2015 a
été sans précédent de 18 millions de lari (7,8 millions de dollars).
Chogovadze a dit que huit millions de lari seraient alloués à une campagne
de marketing de l’été, et le reste à trouver de nouveaux marchés et le
développement du “tourisme de congrès“.
Cependant, de nombreux experts estiment que le nombre de touristes qui
chute sera une tendance continue. Asatashvili a souligné que l’industrie a
fait mieux au cours des dernières années, même si le budget était plus
petit.
Comme pour les hôteliers, ils croient que le gouvernement doit promouvoir
la Géorgie de façon plus agressive.
Il y a quelques années, Natela Kuparadze et son mari ont converti leur
maison dans la vieille partie de Tbilissi en une auberge de jeunesse.
“Beaucoup de gens critiquent le gouvernement pour avoir dépenser trop
d’argent “, dit-elle. “Dans certains cas, l’argent aurait pu être dépensé
plus efficacement, mais le point principal est que les touristes ont
commencé à arriver et les gens ont commencé à gagner de l’argent et prendre
des prêts pour développer leur entreprise.
« Le tourisme est un secteur où vous ne pouvez pas couper vers le bas la
publicité, en particulier car il y a beaucoup de concurrents sur le marché,
y compris dans notre région.“
* Tamta Tvalavadze est un étudiant à l’Institut géorgien des affaires
publiques.
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=113902
Téléchargement

L`industrie touristique en Géorgie craint un ralentissement