act :un éclairage sur la cohésion des solides moléculaires
Doc 1 :

définition à connaître : l'électronégativité est la capacité d'un atome à
attirer vers lui les électrons d'une liaison covalente

un tableau d'électronégativité croissante
H
2,1
He
0
Li
1,0
Be
1,5
B
2,0
C
2,5
N
3,0
O
3,5
F
4,0
Ne
0
Na
0,9
Mg
1,2
Al
1,5
Si
1,8
P
2,1
S
2,5
Cl
3,0
Ar
0
Echelle d'électronégativité de PAULING pour quelques éléments chimiques
(en unité atomique de moment dipolaire : 1 u.a.m.d = 2,54 Debye)
L’atome de fluor est l’atome le plus électronégatif.

Compléter le texte suivant :
On considère deux atomes d’électronégativité différente reliés par une liaison
covalente.
L’atome le plus électronégatif attire à lui les …………………..de la liaison, il y a donc
apparition d'une charge électrique……………….sur l'atome cet atome. Cette charge
est notée –δ. La liaison étant neutre il y a en même temps apparition d'une
charge …………... sur l’autre atome.
Des molécules possédant ce caractère sont appelées molécules polaires.
Doc 2 : BILAN
La liaison entre 2 atomes peut être de 3 types :
- liaison covalente A-B apolaire : si la différence d’électronégativité entre les
deux atomes est faible (  0,4).
- liaison covalente A-B polaire : si la différence d’électronégativité entre les
deux atomes est importante,.
- liaison ionique : si la différence d’électronégativité est tellement forte que
l’atome a capté le doublet d’électrons
Doc 3 : application à la liaison O-H


La différence d’électronégativité entre les atomes O et H est-elle forte ?
Sur le schéma ci-dessous faire apparaitre les charges « virtuelles » portées par
chacun des atomes
-O-H

Que se passe-t-il lorsque deux liaisons polarisées se rencontrent ?
CH3 —O — H
H— O— CH3
1- Représenter les charges sur les différents atomes O et H.
2- Représenter les forces électrostatiques en pointillées pouvant exister entre ces
différentes molécules
Définition liaison hydrogène :
Il s'agit d'une liaison de type électrostatique entre un atome d'hydrogène
lié par covalence à un atome très électronégatif et un autre atome
fortement électronégatif porteur d’un doublet non liant.
Doc 4 : et pour les liaisons très peu polaires ou apolaires ???
[…] Les molécules sont composées d'atomes eux-mêmes constitués d'un minuscule
noyau central chargé positivement, entouré d'un nuage d'électrons chargé
négativement. Nous devons nous imaginer que ce nuage n'est pas figé dans le
temps. Au contraire, il est comme un brouillard mouvant, épais à un endroit donné à
un certain instant et léger au même endroit l'instant suivant. Là où brièvement le
nuage s'éclaircit, la charge positive du noyau arrive à percer. Là où brièvement le
nuage s'épaissit, la charge négative des électrons surpasse la charge positive du
noyau. Lorsque deux molécules sont proches, les charges résultant des fluctuations
du nuage électronique interagissent ; la charge positive du noyau qui pointe par
endroit est attirée par la charge négative partiellement accumulée dans la partie
dense du nuage électronique. De ce fait les deux molécules adhèrent. Toutes les
molécules interagissent de cette façon, toutefois la force de l'interaction est plus
grande entre les molécules contenant des atomes possédant beaucoup d'électrons
comme le chlore et le soufre.
« Le parfum de la fraise », Peter Atkins, Dunod
1- Des molécules apolaires peuvent-elles interagir ? Les liaisons résultantes sontelles permanentes ? Aléatoires ? Plus ou moins fortes que celles issues de
liaisons fortement polarisées ?
2- Considérons une molécule formée uniquement de carbone et d’hydrogène
a- La molécule est – elle polaire ou apolaire ?
b- Plus les molécules sont longues, plus l’interaction entre deux molécules est
elle grande ou petite, pourquoi ?
Ces interactions sont appelées interaction de Van der Waals, ce sont elles
qui assurent la cohésion au sein d’un solide moléculaire
La liaison hydrogène est un cas particulier des liaisons de Van Der Walls
 Expliquez à quoi est due la cohésion d’un solide :
- Dans le cas d’une molécule présentant des liaisons apolaires.
- Dans le cas d’une molécule présentant des liaisons polarisées.
 Compléter :
liaisons
interaction de Van
force des
interactions
croissantes
Réponse questions doc 3.
1- Oui, d’après le texte, car il y a possibilité pour des charges positives "de voir" par
instant des charges négatives d'autres molécules et donc d'établir des liaisons
électrostatiques . les liaisons sont aléatoires et très peu fortes/aux liaisons polarisées
qui voient les charges en permanence
2- a- La molécule considérée est apolaire
b-plus c’est long, plus il y a possibilités d’avoir des interactions donc plus la cohésion
est forte.
Molécule apolaire :
La liaison de Van der Waals apparait entre les nuages électroniques de
molécules. Ces interactions sont d’autant plus intenses que les molécules
sont proches.
La liaison hydrogène est un cas particulier de la liaison de Van der
Waals intervenant lorsque les liaisons sont polaires.
Téléchargement

La liaison hydrogène est un cas particulier des liaisons de Van Der