Augustin MALFROY
Présentation du système d’éclairage
I/L'éclairage dans le monde artistique :
L'éclairage joue un rôle primordial dans plusieurs activités artistiques, notamment en
photographie, au cinéma, au théâtre et dans les spectacles où il est partie prenante de la mise
en scène. Il peut d'ailleurs contribuer à l'identité visuelle d'une publicité ou d'une émission de
télévision. Afin de facilité la réussite d’un spectacle à l’heure actuelle, il est essentiel
d’utiliser un jeu de lumière adapté. C’est après s’être concerté avec le metteur en scène, les
décorateurs et les costumiers, que les techniciens éclairagistes œuvrent à mettre en valeur,
grâce aux effets lumineux, certains aspects du spectacle, et ainsi de créer une certaine
ambiance. Ces techniciens ont à leur disposition un pupitre appelé « console », « Jeu d’orgues
» ou « lighting board », permettant d’animer les sources lumineuses, changer les couleurs, les
formes et gérer l’intensité de la lumière.
Certaines performances d'art moderne et des happenings sont aussi entièrement conçus à
partir d'un éclairage original et sophistiqué.
Il sert parfois à mettre en valeur les monuments historiques ou les parcs et jardins,
souvent dans le cadre d'un spectacle (son et lumière).
Dans tous ces cas, l'éclairage est assuré par des projecteurs de différents types en
fonction des effets recherchés.
La multiplicité des sources et effets d’éclairage pour une même scène pose le problème
de la commande. C’est ainsi que dans le milieu des années 1980 le concept de
commande analogique (qui nécessite un conducteur filaire par voie de commande entre
la console et le projecteur) a progressivement été remplacé par des commandes
multiplexées d’abord analogiques puis numériques.
Après plusieurs évolutions, le système de commande le plus abouti et actuellement le
plus usité est le protocole DMX-512 : il s’agit d’une liaison asynchrone multipoint,
reposant sur une liaison série RS-485 à 250 Kbits/s, qui relie en chaîne la console aux
divers projecteurs et effets.
La modularité d’un projecteur de type lyre (les modules de la lyre réalisés par les élèves
peuvent fonctionner de manière autonome et communiquent entre eux par un bus I2C),
la cinématique des pièces mobiles, l’universalité du protocole DMX utilisé, et la
commande du système à partir d’une interface PC conviviale, constituent autant
d’attrais à ce thème d’étude.
II/Présentation du système réel :
L’objet Technique servant de support à cette étude est la lyre DMX TWIST-25
commercialisée par la société IMG Stage Line. La Lyre est l’un des éléments d’une chaîne
d’éclairage de spectacle, destiné à réaliser des effets de lumière.
1) Fonctionnement et caractéristiques techniques de la Lyre DMX TXIST-25
La Lyre projette sur une scène différents figures et couleurs.
Source d’éclairage :
Lampe halogène 24V/ 250W, culot GX 5,3.
Refroidissement par ventilation à vitesse asservie.
Motifs :
La Lyre dispose d’une roue de 16 secteurs avec ou sans gobos.
La roue de gobos est entraînée par un moteur pas à pas.
Couleurs :
La Lyre dispose d’une roue de 12 secteurs avec ou sans filtres couleurs permettant de filtrer
la lumière blanche.
La roue de couleurs est entraînée par un moteur pas à pas.
Effets :
La tête de projection peut être animée de deux mouvements :
. « PAN » ou « balayage » : mouvement de rotation « panoramique » sur un axe
vertical ; amplitude maximale 540 degrés ; vitesse maximale 540° en 2.8s.
. « TILT » ou « roulis » ou « inclinaison » : mouvement de rotation sur un axe
horizontal ; amplitude maximale 270degrés ; vitesse maximale 270° en 1.6s.
Les mouvements « PAN » et « TILT » sont produits par deux moteurs pas à pas.
Précautions d’utilisation :
En raison de l’échauffement de la lampe halogène :
. La Lyre ne doit pas être utilisée en continu pendant plus d’une heure,
. Attendre 15 minutes après utilisation avant tout déplacement ou démontage de la
Lyre.
Téléchargement

Augustin MALFROY Présentation du système d`éclairage I/L