La controverse sur le cancer
Par Satenik Tovmasyan
ArmeniaNow / armenews.com – 30/6/2016
Les spécialistes de la santé d’Arménie nient que le pays ait le pire dossier
en matière de mortalité par cancer dans le monde selon une information
diffusée par une publication internationale de santé de premier plan.
Le site de World Life Expectancy a publié des données plus tôt ce mois, en
disant que l’Arménie avait le plus grand nombre de décès par cancer cavec
environ 230 pour 100.000 habitants en 2014 parmi les 172 pays étudiés.
L’information a été largement citée par les médias arméniens.
Alexander Bazarchyan, directeur de l’Institut national de la santé du
ministère de la Santé a dit cependant que, selon leurs données, l’Arménie
ne comptait que 189 décès par cancer chez 100.000 personnes en 2014, ce qui
ne faisait pas du pays le pire dans le monde.
Se référant à l’explication par le fondateur du site que leurs données ont
été tirées des statistiques de l’Organisation mondiale de la Santé, le
fonctionnaire de la santé arménienne a déclaré : “L’OMS n’a pas encore
analysé les données pour 2014, elle a les chiffres statistiques pour 2012,
selon lesquels le taux de mortalité du cancer [d’Arménie] est de 188, ce
qui représente environ le nombre que nous avons aujourd’hui.
Dans l’article, je n’ai vu aucune référence à un rapport spécifique de
l’OMS. Certaines conclusions ont été faites et il est difficile de savoir
qui est l’auteur “ a dit Bazarchyan.
Le fonctionnaire, qui dans le passé a travaillé comme expert de l’OMS sur
les pays post-soviétiques, affirme qu’il était également surprenant pour
lui de voir le Zimbabwe à la deuxième place - à côté de l’Arménie - dans le
classement présumé, considérant qu’il n’y a pas de données sur les taux de
mortalité par cancer disponible pour ce pays d’Afrique à l’OMS.
« Je n’ai pas trouver de telles statistiques, car dans les pays africains,
il existe un taux de mortalité élevé de maladies contagieuses,“ a-t-il
expliqué.
En réponse à une enquête menée par la branche arménienne de l’Institute for
War and Peace Reporting (IWPR), le fondateur du site World Life Expectancy
Tom Lidak a dit qu’ils n’avaient aucun intérêt à poursuivre la présentation
de données erronées et étaient prêts à admettre leur erreur si d’autres
données plus précises sont disponibles. Dans le même temps, il a ajouté que
leur publication a fait une présentation plus précise des données de l’OMS.
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=121644
Téléchargement

La controverse sur le cancer