La photophobie :
un phénomène éblouissant!
Par : Virginie Boudreau-Larouche et Andréanne Fortin
Résumé : La photophobie : un phénomène éblouissant! Boudreau-Larouche, V. & A. Fortin. 2016.
Rapport interne. Sciences, Cégep St-Félicien. 32 volontaires, aux yeux clairs ou foncés, ont été
exposés à une lumière fluorescente pendant 1 minute. Le nombre de clignements des yeux clairs
variait entre 2 et 48 et celui des yeux foncés entre 3 et 39. Ensuite, le temps de récupération de
l’œil a été mesuré en regardant l’échelle de Monoyer. Le temps de récupération (non significatif)
des yeux clairs se situe entre 40 et 170 secondes, celui des yeux foncés entre 20 et 80 secondes.
Il n’y a pas de lien entre la couleur des yeux et la sensibilité à l’éclat de la lumière.
Abstract : The photophobia : a dazzling phenomenon! Boudreau-Larouche, V. & A. Fortin. 2016.
Internal report. Sciences, Cégep St-Félicien. 32 volunteers, with light or dark eyes, were exposed
to fluorescent light for 1 minute. The number of blinking of light eyes ranged between 2 and 48
and for dark eyes between 3 and 39. Then, the eye recovery time was measured by looking at the
Monoyer scale. The recovery time (not significant) of clear eyes was between 40 and 170 seconds,
for dark eyes between 20 and 80 seconds. There is no relationship between eye color and
sensitivity to the brightness of the light.
Mots clés : statistiques, photophobie, yeux, lumière, sensibilité, couleur de l’iris, clignement
La photophobie est un terme utilisé pour décrire la sensibilité de l’œil à toute source de
lumière naturelle ou artificielle. Selon Dr. Anupama Horne1, ophtalmologiste, la photophobie
affecte particulièrement les personnes aux yeux clairs puisque leurs yeux sont moins
pigmentés que les yeux foncés, ce qui les empêche de bloquer les rayons des sources de
lumière vive telle la lumière du soleil ou la lumière fluorescente.
Le but de cette expérience est de vérifier s’il existe un lien entre la couleur des yeux et la
sensibilité de ces derniers à l’éclat de la lumière.
En bref, l’expérimentation consiste à recueillir un échantillon de 32 individus et à mesurer le
nombre de clignements des yeux et le temps de récupération de l’œil de chacun d’eux.
Théorie
PHOTOPHOBIE
Les principaux symptômes de la photophobie sont :




1
Inconfort
Besoin de plisser les yeux
Démangeaison des yeux
Clignements des yeux
https://www.dukemedicine.org/blog/myth-or-fact-people-light-eyes-are-more-sensitive-sunlight
La photophobie : un phénomène éblouissant!
1
L’ŒIL
Certaines parties de l’œil ont un rôle dans l’absorption de la lumière visible (fig.1).
D’abord, l’iris, la partie colorée de l’œil qui
Fig. 1 Anatomie de l’oeil
est composée de deux couches, est
impliqué dans ce processus. Sa première
couche, superficielle, contient des pigments
colorés qui déterminent la couleur de l’œil.
Quant à elle, sa seconde couche a une
coloration brune homogène, qui ne diffère
pas selon la couleur de l’œil. Ensuite, il y a
le cristallin, une lentille biconvexe située
derrière la pupille. Puis, il y a la rétine, une
membrane constituée de cellules nerveuses,
sensibles aux rayons lumineux, qui se situe
à l’arrière de l’œil.
LE TRAJET DE LA LUMIÈRE
Fig. 2 Trajet de la lumière dans l’oeil
Le trajet de la lumière dans l’œil est simple (fig.2).
D’abord, la pupille laisse pénétrer les rayons lumineux
dans l’œil. Ils traversent la cornée, l’humeur aqueuse,
le cristallin puis l’humeur vitrée. Le cristallin a pour
rôle de focaliser la lumière pour que celle-ci aille
stimuler les photorécepteurs de la rétine. Ces
photorécepteurs absorbent les rayons lumineux et les
convertissent en influx nerveux. Par la suite,
l’information visuelle contenue dans l’influx nerveux
est transmise au cerveau par le biais du nerf optique.
Finalement, le cerveau interprète l’information du
« message » pour permettre à l’individu de voir.
CLIGNEMENT DES YEUX
Le clignement des yeux est une action volontaire ou involontaire. La plupart du temps, c’est
un réflexe, c’est-à-dire une réponse musculaire involontaire. En effet, cette action provient
du système nerveux autonome, le système nerveux qui régit les actions inconscientes. Le
système nerveux comporte trois composantes : le récepteur, le centre de régulation et
l’effecteur. Il est également important de savoir qu’un stimulus est tout élément qui
excite/perturbe le corps humain.
Dans le processus du clignement des yeux provoqué par une lumière vive, les récepteurs
sont les photorécepteurs de la rétine, le centre de régulation est le cerveau et l’effecteur est
la paupière.
La photophobie : un phénomène éblouissant!
1
Le clignement des yeux permet de nettoyer, lubrifier et reposer l’œil. Il fait intervenir les
paupières, constituées de muscles. Ce mouvement peut être déclenché par toute sorte de
stimulus : la sécheresse, la lumière, un grain de sable dans l’œil, etc.
Dans le cas où la lumière est le stimulus, voici ce qui se produit en 5 étapes :
1. La lumière (stimulus) stimule les photorécepteurs de la rétine.
2. Les récepteurs convertissent l’information en influx nerveux qui sera acheminée au
cerveau.
3. Le cerveau (centre de régulation) traduit l’information de l’influx nerveux.
4. Le cerveau dicte aux muscles de la paupière (effecteurs) de se contracter.
5. Les paupières se ferment ensemble en réponse au stimulus.
Le temps de récupération de l’œil est le temps que met l’œil avant de voir clair à nouveau
suite à une perturbation.
LA COULEUR DES YEUX
Fig. 3 Couleurs des yeux
Ce sont les pigments de mélanine qui donnent la
couleur aux yeux (fig.3). En effet, plus la première
couche de l’iris contient de mélanine, plus la couleur
des yeux est foncée. Autrement dit, les yeux bleus et
verts ont une pigmentation moins forte en mélanine
que les yeux bruns.
Les pigments de mélanine de l’iris ont la propriété de
protéger la rétine des rayons lumineux. En d’autres
mots, ceux-ci créent un filtre protecteur qui reflète la
lumière vers l’extérieur de l’œil.
Les hypothèses principales sont:


Il existe un lien entre la couleur des yeux et la photophobie.
Les personnes aux yeux clairs sont plus sensibles à l’éclat de la lumière que les
personnes aux yeux foncés.
Les hypothèses secondaires ajoutées au cours de l’expérimentation sont :


Les personnes aux yeux clairs clignent plus souvent des yeux que celles aux yeux
foncés.
Le temps de récupération de l’œil des personnes aux yeux clairs est plus élevé que
celui des personnes aux yeux foncés.
La photophobie : un phénomène éblouissant!
2
Matériel et méthodologie
Fig. 4 Montage
La liste complète du matériel utilisé se trouve en annexe (voir
annexe 1). Le montage de l’expérimentation est simple (fig. 4).
Avant de réaliser l’expérience, nous avons trouvé 32
volontaires selon des critères précis pour participer à
l’expérimentation en passant des questionnaires dans des
classes et en publiant une annonce sur la page Facebook du
Cégep de Saint-Félicien (voir annexe 2).
L’expérience se déroule en deux parties. Le protocole complet
se trouve en annexe (voir annexe 3).
Première partie
Le volontaire regarde l’échelle de Monoyer (fig. 5) et indique le
plus petit caractère des lettres qu’il est capable de voir. Les
expérimentatrices
le
positionnent
correctement
devant
l’ampoule fluorescente. L’individu regarde la source lumineuse
pour une durée d’une minute pendant qu’une des deux
expérimentatrices compte le nombre de clignements des yeux.
Fig. 5 Échelle de Monoyer
Deuxième partie
Après une minute d’exposition à la lumière fluorescente,
l’individu se retourne vers l’échelle de Monoyer et dit à quel
moment il était capable de voir clairement les lettres. Ce temps
correspond au temps de récupération.
Résultats et discussion
Les données recueillies lors de l’expérience ont été mises dans le tableau des résultats (voir
annexe 4). Deux mesures sont plus importantes que les autres : le nombre de clignements
des yeux et le temps de récupération de l’œil. Deux diagrammes à bandes ont été construits
pour le nombre de clignements des yeux (fig. 7) : un pour les personnes aux yeux clairs et
un pour les personnes aux yeux foncés. Deux autres diagrammes ont été créés de la même
manière pour le temps de récupération de l’œil (fig. 8).
La photophobie : un phénomène éblouissant!
3
Fig. 7 Diagrammes à bandes du nombre de
clignements des yeux
Tout d’abord, le nombre de clignements
pour les yeux clairs varient entre 2 et 48
et pour les yeux foncés entre 3 et 39. Il
est possible de constater qu’il y a
beaucoup de fluctuations entre les
différents individus, et ce, peu importe la
couleur des yeux. En effet, un individu
aux yeux clairs peut cligner 2 fois
seulement alors qu’un autre peut cligner
plus de 40 fois. Il est donc possible de
croire qu’il n’existe pas de lien entre la
photophobie et la couleur des yeux.
Fig. 8 Diagrammes à bandes du nombre du
temps de récupération de l’oeil
Pour ce qui est du temps de récupération
de l’œil, il varie entre 40 et 170 secondes
pour les yeux clairs et entre 20 et 80
secondes pour les yeux foncés. Il est
également possible de voir qu’il y a une
variation considérable entre les différents
individus des différentes couleurs de
yeux. Par contre, en regardant l’allure
générale du graphique, il est possible de
constater que les personnes aux yeux
clairs semblent avoir un temps de
récupération plus élevé que celui des
personnes aux yeux foncés.
La photophobie : un phénomène éblouissant!
4
Comme les résultats varient énormément, faire une moyenne du nombre de clignements des
yeux ou du temps de récupération de l’œil selon les différentes couleurs de yeux n’est pas
suffisamment précis. C’est pourquoi un test d’hypothèses, avec un seuil de signification de
5%, a été réalisé. Pour le nombre de clignements des yeux, la conclusion du test est qu’il n’y
a pas lieu de penser que les personnes aux yeux clairs clignent plus souvent que les
personnes aux yeux foncés (voir annexe 5). Par contre, pour ce qui est du temps de
récupération de l’œil, la conclusion au test d’hypothèse est qu’il y a tout lieu de penser que
les personnes aux yeux clairs ont un temps de récupération plus élevé que celui des
personnes aux yeux foncés (voir annexe 6).
Les deux conclusions sont contradictoires. Par contre, celle du temps de récupération de l’œil est à
rejeter puisque cette mesure n’est pas représentative. En effet, elle est subjective, car la signification
du terme « clair » varie d’une personne à l’autre. Il n’y a donc pas de lien entre la couleur
des yeux et la photophobie : l’hypothèse est infirmée. Ce résultat s’explique en raison des
pigments de mélanine de la deuxième couche de l’iris qui offre une protection complète, peu
importe la couleur des yeux. Donc, même si la première couche de l’iris des personnes aux
yeux clairs laisse traverser davantage les rayons lumineux, ceux-ci vont tous être bloqués
par la deuxième couche de l’iris.
Critique
Tout d’abord, puisque le protocole a été élaboré suite à de nombreuses recherches et avec
l’avis d’une optométriste, il est très rigoureux. En effet, il a été pensé de façon à éliminer le
plus de causes d’erreurs possible.
Premièrement, de nombreux éléments sont demeurés constants. L’expérimentation se
déroule toujours dans la même pièce, où il y a toujours le même nombre de personnes et où
la seule source de lumière est l’ampoule fluorescente. De plus, les volontaires sont toujours
positionnés de la même manière : les yeux à la hauteur de la source lumineuse, les mains
sur les genoux, les jambes décroisées, et le dos adossé sur la chaise. Puis, les
expérimentatrices effectuent toujours les mêmes prises de mesures.
Deuxièmement, les volontaires ont été sélectionnés selon des critères précis : âgés entre 17
et 21 ans, bonne vision, aucun problème de santé qui peut être une cause de la
photophobie. Il faut également mentionner que l’échantillon rassemble des individus des
deux sexes. Il y a environ le même nombre de garçons que de filles pour les yeux clairs et
c’est ce qui se produit aussi pour yeux foncés. Puisque les manipulations ne requièrent
qu’une dizaine de minutes, il a été possible de les effectuer sur un gros échantillon
d’individus ce qui donne des résultats plus précis. Ainsi, les sujets où il y avait certaines
causes d’erreurs ont été considérés comme aberrants et ont été retirés des résultats. À la
fin, seulement 32 individus (16 aux yeux clairs et 16 aux yeux foncés) sur 42 ont été
analysés.
Pour terminer, l’idée de faire écouter de la musique aux individus pour détourner leur
attention vers un autre de leur sens (l’ouïe) est un des points forts de la méthodologie. Cela
a permis d’éliminer les clignements volontaires et de seulement compter le nombre de
clignements involontaires.
La photophobie : un phénomène éblouissant!
5
La méthode expérimentale renferme tout de même certains points faibles. En effet, il est
difficile de trouver 32 individus à la vue parfaite; certains des volontaires aux yeux clairs ont
donc une vue « presque » parfaite.
Il y a deux causes d’erreurs majeures par rapport au clignement des yeux. Puisque
l’expérimentatrice cligne aussi des yeux, il lui est impossible de compter tous les
clignements du volontaire. Le nombre de clignements varie aussi en raison de l’incertitude
de la distance entre les yeux du volontaire et l’ampoule fluorescente. La distance est de 37
± 5 cm.
Il y a également des causes d’erreurs par rapport au temps de récupération. L’incertitude
est plus grande que celle du chronomètre, car il est difficile de savoir le temps précis lorsque
le volontaire commence à regarder la charte de Monoyer. De plus, le temps de récupération
n’est pas une donnée représentative, car c’est une donnée subjective.
Suggestions
Pour avoir un nombre de clignements plus juste, il serait intéressant de filmer les individus
pendant l’expérimentation. Ainsi, on éliminerait la cause d’erreur de l’expérimentatrice. Puis,
pour réduire la cause d’erreur liée à la distance entre le volontaire et la source lumineuse, il
faudrait positionner une barre au montage pour que tous les volontaires s’y appuient et
ainsi, ils seraient à la même distance.
Le temps de récupération devrait être mesuré d’une autre manière. Plutôt que de demander
au volontaire le moment où il recommence à voir clair, il faudrait lui demander lorsqu’il
recommence à voir les lettres de la charte tout simplement. Encore là, il faut considérer que
c’est une donnée subjective. Alors, cette partie de l’expérience pourrait être complètement
retirée.
Comme l’expérience a été réalisée avec une ampoule fluorescente, il serait intéressant, dans
une nouvelle expérience, d’utiliser la lumière du soleil comme source lumineuse sans
toutefois projeter cette lumière directement dans les yeux des volontaires puisque cela est
dangereux. Il serait alors possible de vérifier si les yeux clairs sont plus sensibles à la
lumière du soleil que les yeux foncés.
Impacts sur la société
Notre expérience sert à montrer que la croyance populaire, qui est que les personnes aux
yeux clairs sont plus fragiles aux rayons lumineux, est un mythe. En effet, il y a quelques
années, cette croyance était perçue comme une vérité auprès de tous les spécialistes à un
point tel que celle-ci leur était enseignée à l’Université. Aujourd’hui, des recherches prouvent
que c’est faux, mais la population continue de croire que cette croyance est juste.
Cette expérience sert donc à sensibiliser les personnes aux yeux foncés : elles ne doivent
pas penser qu’elles sont protégées à l’éblouissement d’une lumière vive. Elles sont autant
sujettes à la photophobie que les personnes aux yeux clairs.
La photophobie : un phénomène éblouissant!
6
Conclusion
En définitive, il n’existe pas de lien entre la couleur des yeux et la sensibilité à une source
lumineuse. Cela est prouvé par le test d’hypothèse du nombre de clignements des yeux qui
conclut qu’il n’y a pas lieu de penser que les personnes aux yeux clairs clignent davantage
que les personnes aux yeux foncés. Comme le clignement des yeux est un symptôme de la
photophobie, cela montre que les personnes aux yeux clairs ne sont pas plus sujettes à ce
phénomène. Cela s’explique également par le fait que la deuxième couche de l’iris contient
autant de mélanine chez tous les individus, peu importe la couleur de leurs yeux.
Remerciements
Nous tenons à remercier tous les individus qui ont participé à notre expérience ainsi que
tous ceux qui ont montré un intérêt considérable pour notre projet. De plus, nous tenons à
remercier Dre. Isabelle Morissette pour tous les conseils et améliorations qu’elle a apportés
à notre expérimentation. Sans elle, notre protocole n’aurait pas été aussi complet qu’il l’est
présentement. Pour finir, nous tenons à remercier notre professeur et tuteur de projet, M.
Dominique Boivin pour tous ses conseils et son soutien constant depuis le début du projet
scientifique.
Médiagraphie
SITES INTERNET
•
POTIER, A (médecin généraliste). (2010). Photophobie : gêne à la lumière. [En
ligne].
http://www.docteurclic.com/symptome/photophobie-gene-lumiere.aspx
(Page
consultée le 26 janvier 2016).
•
HORNE, A (Ophtalmologiste). (2013). Myth of fact : people with light eyes are more
sensitive to sunlight [En ligne]. https://www.dukemedicine.org/blog/myth-or-fact-peoplelight-eyes-are-more-sensitive-sunlight (Page consultée le 23 octobre 2015).
•
GABRIEL, S. (2006). Est-il vrai que les yeux clairs sont plus sensibles au soleil ? [En
ligne].
http://www.larecherche.fr/savoirs/autre/est-il-vrai-yeux-clairs-sont-plus-sensiblesau-soleil-sabine-01-10-2006-73344 (Page consultée le 23 octobre 2015).
•
POLL. (2012). Why are lighter-colored eyes more sensitive to light? [En ligne].
http://qi.epfl.ch/en/sondage/show/92/ (Page consultée le 23 octobre 2015).
•
ALLÔ PROF. (Année de publication non indiquée). La vue et l’œil. [En ligne].
http://bv.alloprof.qc.ca/science-et-technologie/l'univers-vivant/le-maintien-de-la-vie/lestissus,-les-organes-et-les-systemes-biologiques/les-systemes-biologiques/le-systemenerveux/les-cinq-sens-et-les-recepteurs-sensoriels/la-vue-et-l'oeil.aspx (Page consultée le
23 octobre 2015).
•
KNOWLEDGE SALAD. (2016). Are Light-Colored Eyes Really More Sensitive to Bright
Light? [En ligne].
http://www.knowledgesalad.com/useful/light-colored-eyes-reallysensitive-bright-light/ (Page consultée le 23 octobre 2015).
•
ANONYME. (Année de publication non indiquée). Photophobie. [En ligne].
http://www.physiotherapiepourtous.com/symptomes/photophobie-intolerance-a-la-lumiere/
(Page consultée le 25 janvier 2016).
•
ANONYME. (Année de publication non indiquée). Pour mieux comprendre : La
photophobie.
[En
ligne].
http://www.guidedelunettes.ca/my-eyes/commonconditions/photophobia.aspx (Page consultée le 25 janvier 2016).
La photophobie : un phénomène éblouissant!
7
VOLUMES DE RÉFÉRENCE, LIVRES ET REVUES
•
MCKINLEY Michael P. et al. Anatomie et physiologie (adaptation française), 1re
édition, Montréal, Chenelière éducation, 1478 p.
•
BOISCLAIR, G. et J. PAGÉ (2014). Guide des sciences expérimentales, 4e édition,
Québec, Éditions du renouveau pédagogique inc. (ERPI), 309 pages.
PERSONNE RESSOURCE
•
MORISETTE, I (optométriste). (2014). Communication personnelle. Dr. Morissette est
propriétaire de la clinique d’optométrie Iris à Dolbeau, au Saguenay. Canada.
Iconographie
Figure de la vignette :
https://pixabay.com/fr/yeux-couleur-des-yeux-iris-brun-1185176/
Figure 1 : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sch%C3%A9ma_%C5%93il_humain.svg
Figure 2: Image personnelle. V. Boudreau. 2016. Cégep de St-Félicien. Permission de
reproduction.
Figure 3: Image personnelle. V. Boudreau. 2016. Cégep de St-Félicien. Permission de
reproduction.
Figure 4: Image personnelle. V. Boudreau. 2016. Cégep de St-Félicien. Permission de
reproduction.
La photophobie : un phénomène éblouissant!
8
Annexe 1 : Matériel












Boîte de carton servant au montage
Échelle de Monoyer
Ampoule fluorescente de 825 lumens
Support à ampoule
Interrupteur pour ampoule
Chronomètre
Iphone et casque d’écoute
Couteau à lame rétractable
Ruban à mesurer
Gomme adhésive
Serre-joints
Peinture en aérosol noire
La photophobie : un phénomène éblouissant!
9
Annexe 2 : Questionnaire
QUESTIONNAIRE
Nom: _____________________________________________
Téléphone : _____________________
Date: _______________________
Adresse électronique : _______________________________
Dans le cadre de notre « cours projet original en sciences», nous devons recueillir un échantillon d’individus volontaires pour
une expérience scientifique simple. L’expérimentation ne durera pas plus de 20 minutes et se fera en une seule rencontre. Il est
important de noter que cette expérience ne comporte AUCUN RISQUE pour les volontaires et que toutes les données recueillies
lors de l’expérience resteront CONFIDENTIELLES. Remplir ce sondage ne fait pas de vous un volontaire immédiat, car une
sélection sera faite parmi tous les questionnaires remplis. Une rencontre d’informations aura lieu avec les individus choisis.
Notez également que vous pourrez vous retirer de ce projet à tout moment.
Cochez
Je souhaite participer à une expérience scientifique.
□
Je ne souhaite pas participer à une expérience scientifique. □
Si vous avez répondu que vous ne vouliez pas participer, vous n’avez pas à remplir le reste du questionnaire.
SECTION 1 : Renseignements généraux
À chacune des questions veuillez cocher la/les réponse(s) qui vous convient.
De quel sexe êtes-vous?
Masculin □
Féminin
□
Êtes-vous âgés entre 17 et 21 ans?
Oui
□
Non
□
Si vous avez répondu oui à la dernière question, veuillez inscrire votre âge ici : ____________
Si vous répondu non à la dernière question, le questionnaire s’arrête ici.
De quelle couleur sont vos yeux?
Bleu □
Gris
□
Vert □
Pers
□
Brun clair
□
Brun foncé □
Noir
□
SECTION 2 : Renseignements médicaux
À chacune des questions veuillez cocher la/les réponse(s) qui vous convient.
Souffrez-vous d’un problème de la vue?
Oui
□
Non
□
Si oui, lequel?
Hypermétropie □
Myopie
□
Astigmatisme
□
Sécheresse oculaire □
Conjonctivite
□
Autres : ________________
Souffrez-vous régulièrement de … ?
Maux de tête □
Maux de cou □
La photophobie : un phénomène éblouissant!
10
Migraine
Fièvre
□
□
Vomissements
□
Avez-vous des allergies?
Oui
□
Non □
Si oui, veuillez inscrire lesquelles :
_____________________________________________________________________________________________
Êtes-vous fumeur?
Oui
□
Non
□
SECTION 3 : Autres renseignements :
À chacune des questions veuillez cocher la/les réponse(s) qui vous convient.
Portez-vous des lunettes de visions et/ou des lentilles cornéennes :
Oui
□
Non
□
Si oui, devez-vous les porter en tout temps?
Oui
□
Non
□
Veuillez cocher vos disponibilités. N’oubliez pas que l’expérience ne durera qu’une rencontre, même si vous cochez plus d’une
case.
Lundi
12h30 - 13h00
13h05 - 13h55
14h00 - 14h50
14h55 - 15h45
15h50 - 16h40
Mercredi
□
□
□
□
□
□
10h20 - 11h10 □
11h15 - 12h05 □
12h30 - 13h00 □
9h25 - 10h15
Vendredi
12h30 - 13h00
13h05 - 13h55
14h00 - 14h50
□
□
□
La photophobie : un phénomène éblouissant!
11
Annexe 3 : Protocole final
Préparation à l’expérimentation
1. Faire le montage de l’expérience : une boîte en carton découpée de façon à
laisser passer une lumière fluorescente au centre de la boîte. La lumière doit être
projetée le plus droit possible en direction des yeux de l’individu.
2. Distribuer les questionnaires.
3. Classer les questionnaires remplis selon trois catégories d’individus : «parfaits»,
moyens et à éliminer.
4. Contacter les volontaires «parfaits».
Expérimentation :
*Un volontaire à la fois*
1. L’observateur 2 prend une photo de l’oeil du participant contre la porte du
laboratoire avec le même téléphone (Iphone de Andréanne). Le flash de l’appareil
photo doit être désactivé.
2. Donner les instructions pour l’expérimentation
-Les participants doivent avoir les cheveux attachés, sans casquette/chapeau sur
la tête
-Les participants doivent enlever leur(s) lunettes/lentilles cornéennes avant
l’expérimentation
3. Demander à l’individu de se retourner vers l’échelle de Monoyer et de regarder la
plus petite ligne qu’il est capable de lire aisément.
4. Prendre en note le résultat.
5. Asseoir l’individu en position normale, soit les mains déposées sur les genoux, les
jambes décroisées et le dos adossé sur la chaise.
6. Ajuster la hauteur de la chaise de façon à ce que les yeux de l’individu se
retrouvent face à la source lumineuse.
7. S’assurer que l’œil soit devant l’ouverture de l’observateur 1.
8. Faire porter un casque d’écoute au volontaire et lui faire écouter la chanson Sugar
de Robin Schulz à un volume d’intensité de 50%.
9. L’observateur 2 ferme les lumières de la pièce.
10. Après environ 15 secondes, l’observateur 1 ouvre la lumière fluorescente en
démarrant le chronomètre.
11. L’observateur 1 compte le nombre de clignements des yeux de l’individu.
12. Après 60 secondes, l’observateur 2 ouvre la lumière du mini-lab et l’observateur 1
arrête de compter le nombre de clignements des yeux.
13. L’individu se retourne pendant que l’observateur 2 redémarre à 0 le chronomètre.
14. Dès que l’individu regarde l’échelle de Monoyer, l’observateur 2 met en marche le
chronomètre.
15. Lorsqu’il est capable de voir la ligne de la charte de Monoyer qu’il voyait au
départ, il nous dit : OK.
16. L’observateur 2 arrête le chronomètre lorsqu’il entend le OK.
17. L’observateur 1 prend en note le temps que l’individu jusqu’au OK dans le
tableau. (temps de récupération de l’œil)
18. L’observateur 1 note le nombre de clignements des yeux de l’individu dans un
tableau.
19. L’observateur 1 demande à l’individu comment il s’est sentit sur une échelle de 1
à 10.
20. L’observateur 1 le note dans le tableau.
La photophobie : un phénomène éblouissant!
2
21. L’observateur 2 demande à l’individu ce qu’il voyait en observant l’échelle de
Monoyer et ce qu’il ressentait lorsqu’il était dans la boîte.
22. L’observateur 1 le note dans le tableau.
23. Répéter les étapes 1 à 22 pour chacun des individus de l’échantillon.
Analyse après expérimentation
1. Rassembler dans un tableau, pour chacun des individus, le nom, la couleur des
yeux, la plus petite ligne visible sur l’échelle de Monoyer, le nombre de
clignements des yeux, le temps de récupération de l’œil, le sentiment sur 10 et
les autres symptômes.
2. Construire un diagramme à bandes du nombre de clignements des yeux pour une
minute de 16 individus aux yeux clairs.
3. Construire un diagramme à bandes du nombre de clignements des yeux pour une
minute de 16 individus aux yeux foncés.
4. Construire un diagramme à bandes du temps de récupération de l’œil après une
minute d’exposition à la lumière de 16 individus aux yeux clairs.
5. Construire un diagramme à bandes du temps de récupération de l’œil après une
minute d’exposition à la lumière de 16 individus aux yeux foncés.
6. Faire le test d’hypothèse du nombre de clignements des yeux.
7. Faire le test d’hypothèse du nombre du temps de récupération de l’oeil.
8. Confirmer ou infirmer les hypothèses principales et secondaires.
9. Émettre une conclusion suite à l’expérimentation.
La photophobie : un phénomène éblouissant!
3
Annexe 4 : Tableau des résultats
Plus petite
ligne visible
sur l’échelle
Monoyer
6
4,5
6
4,5
6
4,5
Nombre de
clignements
des yeux
Temps de
récupération
de l’oeil
Sentiments
pendant
l’expérience
sur 10
Autres symptômes
11
38,16
10
Points bleus et roses
aperçus sur la charte
5
59,83
10
Carré noir
6
34,38
10
Carré noir
Nom
Couleur des
yeux
1
Brun foncé
2
Brun clair
3
Brun clair
4
Brun foncé
6
4,5
24
42,46
10
5
Brun clair
6
4,5
35
66,35
8
6
Brun foncé
15
40,95
10
7
Brun foncé
20
69,90
8
8
Brun foncé
6
4,5
19
24,96
10
9
Brun clair
6
4,5
27
21,00
8
10
Brun foncé
6
4,5
26
23,84
10
11
Brun foncé
6
6
4
62,18
9
12
Brun foncé
39
47,40
6
13
Brun foncé
4
53,07
8
Rond mauve
14
Brun foncé
18
33,95
8
Yeux piquent, rond noir
et si ferme yeux = clair
15
Brun foncé
39
76,09
9
Grosse tâche bleue
16
Brun foncé
3
81,75
8
17
Bleu
32
38,00
10
18
Vert
33
57,93
8
19
Pers
16
51,64
8
Gros carré noir
20
Bleu
7
39,63
6
Lumière devient bleue
21
Gris-vert
7
40,55
8
Carré bleu
22
Bleu
25
44,43
5
Ferme yeux = voit carré
rose/bleu
6
4,5
6
4,5
6
4,5
6
4,5
6
4,5
6
4,5
6
4,5
6
4,5
6
4,5
6
4,5
6
4,5
6
6
6
4,5
Carré foncé bleu/rouge,
mal aux yeux départ,
clignement long
Recule yeux, carré jaune
milieu et multicolore
autour
Carré flou
Gros point bleu, carré
bleu/mauve
Lumière devient
bleue/rose, carré monte
et descend avec la vue
Carré bleu change de
couleur en rose et yeux
piquent à la fin
Carré noir
Spot noir, mauve foncé
départ et pâlit avec le
temps
Recule face, voit la
lumière rouge
Gros carré bleu et
lumière devient bleue
Gros carré milieu jaune et
contour rose
Carré rose qui devient
vert
La photophobie : un phénomène éblouissant!
4
23
Vert
6
6
48
86,12
10
24
Bleu-GrisVert
6
4,5
10
63,5
6
25
Vert
6
4,5
2
56,47
7
26
Bleu
6
12
9
52,93
8
27
Pers
6
4,5
6
108,75
9
28
Pers
6
4,5
25
165,21
10
29
Bleu
17
94,67
10
30
Bleu
22
64,18
10
31
Vert
43
89,20
10
32
Vert
7
90,56
10
6
6
6
7,5
6
4,5
6
4,5
Carré mauve, cligne
longtemps, yeux piquent
Carré sombre, lumière
toute blanche début, à la
fin voit les lignes
Spot embrouillé
rectangulaire et jaunâtre
Chauffe yeux, carré
orange avec rond gris
milieu
Rectangle débit ensuite
contour rose et milieu
jaune
Carré lumière bleu et voir
la lumière bleu qui vire
rose
Carré bleu devient vert et
contour rouge
Carré bleu et un peu
orange
Gros carré orange et la
lumière devient bleu
Carré bleu au milieu
La photophobie : un phénomène éblouissant!
5
Annexe 5 : Test d’hypothèse du nombre de clignements des yeux
1.
La formulation d’hypothèses
H0= μ1- μ2 = 0
H1= μ1- μ2 > 0
H1 : La moyenne du nombre de clignements des yeux clairs est plus grande que la moyenne du nombre de clignements des yeux
foncés.
2.
Le choix d’un seuil de signification (α)
α = 5%
3.
La vérification des conditions d’application


Emploi de la loi de Student
Nombre de degré de liberté v
v = n1 + n2 -2
v = 16 + 16 - 2
v = 30
4.
La détermination de la valeur critique


Emploi de la table de la loi de Student
Valeur critique t
tα ; n1 + n2 – 2
t0,05 ; 30 = 1,697
5.
La formulation de la règle de décision
On rejette l’hypothèse nulle lorsque t > tα ; n1 + n2 – 2
6.
Le calcul de la statistique appropriée au test

Valeur t
t = 0,186
7.
La décision
Comme t = 0,186 < 1,697, on ne rejette pas l’hypothèse nulle.
Il n’y a pas lieu de penser que les personnes aux yeux clairs clignent plus souvent des yeux que les personnes aux yeux foncés.
La photophobie : un phénomène éblouissant!
6
Annexe 6 : Test d’hypothèse du temps de récupération de l’œil
1.
La formulation d’hypothèses
H0= μ1- μ2 = 0
H1= μ1- μ2 > 0
H1 : Le temps de récupération moyen des yeux clairs est plus grand que le temps de récupération moyen des yeux foncés.
2.
Le choix d’un seuil de signification (α)
α = 5%
3.
La vérification des conditions d’application


Emploi de la loi de Student
Nombre de degré de liberté v
v = n1 + n2 -2
v = 16 + 16 - 2
v = 30
4.
La détermination de la valeur critique


Emploi de la table de la loi de Student
Valeur critique t
tα ; n1 + n2 – 2
t0,05 ; 30 = 1,697
5.
La formulation de la règle de décision
On rejette l’hypothèse nulle lorsque t > tα ; n1 + n2 – 2
6.
Le calcul de la statistique appropriée au test

Valeur t
t = 2,388
7.
La décision
Comme t = 2,388 > 1,697, on rejette l’hypothèse nulle.
Il y a lieu de penser que les personnes aux yeux clairs ont un temps de récupération de l’œil plus élevé que les personnes aux
yeux foncés.
La photophobie : un phénomène éblouissant!
7
Téléchargement

un phénomène éblouissant! - ExpoJournal - Cégep de St