et-troubles-lidiques-au-cours-de-l`infection-a

advertisement
TITRE : POLYMORPHISME DU GENE D’APO B100 ET TROUBLES LIDIQUES
DANS L’INFECTION A VIH
Koné F1., Edjème-Aké A. 1,2, Toni T3., Konan KJL. 1, Yayo SED. 1, Ané B.2, HauhouotAttoungbré ML. 1, Ahiboh H. 1, Djaman A.J.2, Monnet D. 1
1 : Département de Biochimie et Biologie Moléculaire, UFR des Sciences
Pharmaceutiques et biologiques, UFHB -Abidjan
2 : Institut Pasteur de Côte d’Ivoire
3- Centre Intégré de Recherche Bioclinique d’Abidjan
INTRODUCTION : L’infection à VIH traitée ou non s’accompagne de
troubles lipoprotéiques exposant les personnes infectées au risque cardiovasculaire.
Dans la littérature très peu de données concernent les anomalies des apoprotéines.
Pourtant, comme de nombreuses protéines, les gènes codant pour les apolipoprotéines
peuvent subir des mutations chez les sujets infectés.
L’objectif de cette étude a été de rechercher la relation entre les anomalies
liproprotéiques et le polymorphisme du gène de l’Apo B100 au cours de l’infection à
VIH.
METHODOLOGIE : La relation entre l’infection à VIH et les troubles lipoprotéiques a
été recherchée chez 87 donneurs volontaires de sang ou témoins et 70 patients vivant
avec le VIH (PV-VIH) naïfs de traitement antirétroviral (ARV). Chez tous ces sujets, les
profils lipidique et apoprotéique ont été déterminés. Seuls les échantillons de sang des
sujets présentant un trouble lipidique ont subi l’extraction d’ADN suivi de la
caractérisation moléculaire par PCR-RFLP de gènes d’apoprotéines.
RESULTATS : La cholestérolémie totale et l’apoprotéinémie A1 étaient plus basses
chez les PV-VIH que chez les témoins (p=0,038 et 0,0001). Par contre, le ratio
ApoB100/ApoA1 était plus élevé chez ces PV-VIH (p=0,041). Les sujets présentant des
troubles d’apoprotéinémie étaient plus nombreux que ceux ayant un trouble lipidique
(p= 0,009).
Les mutations du gène d’Apo B100 liées aux 2 polymorphismes étudiés (Xba1 et
EcoR1) ont été retrouvées à la fois chez les témoins et les PV-VIH.
L’hyperapoprotéinémie B100 était prédominante quels que soientt le polymorphisme
(Xba1 ou Eco R1) et l’allèle (mutant ou sauvage). La cholestérolémie LDL était normale
dans la majorité des cas.
CONCLUSION : Les PV-VIH étaient plus exposés au risque cardiovasculaire. Par
ailleurs, les troubles des apoprotéines étaient les plus fréquents des dyslipidémies. Enfin,
les mutations du gène d’ApoB100 ont été retrouvées mais leur lien avec les
dyslipidémies reste à confirmer.
Mots-Clés : gène Apo B100, lipoprotéines, polymorphisme, VIH
Téléchargement