Zoé TOURRAIN M1 DIPHE 2014 Le jacquier (Artocarpus heterophillus Lam.), l’arbre du futur ? Dans le cadre de l’unité d’enseignement FMOB215 Ethnobotanique et interactions bioculturelles TABLE DES MATIERES I) Célèbre dans les tropiques, inconnu ailleurs ........................................................................................1 A) De l’état sauvage à sa domestication.......................................................................................... 1 B) Sélections et variétés......................................................................................................................... 1 C) Noms scientifiques et vernaculaires .......................................................................................... 1 II) Peu contraignant et multifonctionnel…………………………………………….…………………………. 2 A) Un arbre qui s’impose ..................................................................................................................... 2 B) De la fleur aux graines ...................................................................................................................... 2 C) Exigences biologiques .......................................................................................................……........ 2 D) Croyances, utilisations pratiques................................................................................................. 2 III) Arbre du futur ? ……………………………………………................................................................................3 A) D’aujourd’hui ....................................................................................................................................... 3 B) A demain ................................................................................................................................................ 4 Références bibliographiques………………………………………………………………………………………....5 Annexes………………………………………………………………………………………………………………………VI Figure 1 : Localisation des zones d'origine et des zones de jacquier sauvage ……………………………..VI Figure 2 : Zone d'origine et d'introduction du Jacquier…………………………………………………….………..VI Figure 3 : Production et variétés de fruit du Jacquier selon les pays…………………………………………...VI Figure 4 : Fruit de l'arbre à pain (A. altilis) et du cempedak (A. integer) ……………………………………VII Figure 5 : Noms vernaculaires du Jacquier dans différents pays………………………………………………..VII Figure 6 : Inflorescences mâle et femelle, fruits, pulpe, graines et feuilles de jacquier ……………….VII Figure 7 : Exigences climatiques et écologiques………………………………………………………………………VIII Figure 8 : Comparaison des valeurs nutritives de différents fruits tropicaux…………………………….VIII Figure 9 : Produits confectionnés à partir de jacquier……………………………………………………………..VIII Figure 10 : Propriétés médicinales du jacquier………………………………………………………………………….IX Figure 11 : Pestes et maladies du jacquier……………………………………………………………..………………….IX Le jacquier est un arbre tropical très prisé en Asie. Il est cultivé dans l’ensemble des pays tropicaux et subtropicaux et son utilisation recouvre de nombreux domaines; alimentaire, artisanat, combustible, élevage, agricole, médical et industriel. Son fruit est l’emblème national du Bengladesh et est au second rang dans la production de fruits derrière la mangue. En Inde, il est l’un des trois bons augures avec la banane et la mangue dans la région du Tamil Nadu (Sud de l’Inde). Cependant le jacquier est marginalisé et mérite plus d’attention dans le domaine de la recherche et du développement. I) Célèbre dans les tropiques, inconnu ailleurs ferme, croquante, moins odorante et ‘Barka’ est A) De l’état sauvage à sa domestication plus petit, avec une pulpe fine, douce, fibreuse, L’origine exacte du jacquier est encore sucrée, très odorante à maturation. Il est moins discutée mais il serait originaire des forêts populaire et rarement consommé frais. L’Inde humides couvrant les « Ghats occidentaux » de est le producteur principal et détient le plus de l’Inde et/ou des forêts de Malaisie. Des espèces variétés différentes (Fig. 3). sauvages de jacquier existeraient encore sur les îles Andaman (Fig. 1). grande diversité de semis; la fécondation croisée et la multiplication à partir de graines. La Il a été ensuite domestiqué dans les Deux facteurs jouent fortement sur la régions voisines en Asie du Sud et Sud‐Est puis multiplication végétative est une technique dans le Sud de la Chine. La colonisation par les encore peu utilisée. Arabes des pays Asiatiques a favorisé sa C) Noms scientifiques et vernaculaires dispersion et l’introduction du jacquier dans l’Afrique tropicale et subtropicale. Les Portugais Moracées dans laquelle il existe de nombreux l’ont introduit au Brésil dès le XVIème siècle. Le arbres cultivés pour leurs fruits comme le jacquier est aujourd’hui présent dans l’ensemble Figuier (Ficus carica L.) et le Murier (Morus) des pays tropicaux et subtropicaux (Fig. 2). Le jacquier appartient à la famille des Le genre Artocarpus provient du grec B) Sélection et cultivar « artos » (pain) et « karpos » (fruit) car le fruit Bien qu’il ait eu une sélection sur la est riche en amidon. Il comprend de nombreuses qualité, la couleur, la texture, l’odeur du fruit, espèces dont une partie produisent des fruits l’abondance de la production, la rapidité de la comestibles comme l’arbre à pain (A. altilis) et le maturation, ect, peu d’informations sont cempedak (A. integer) (Fig. 4). disponibles ou fiables sur des « vraies » variétés cultivées par l’homme. D’autant plus que la Baptiste Pierre Antoine de Monet, chevalier de multitude des appellations locales ne facilite pas Lamarck, un naturaliste français en 1789 ; A. l’établissement d’une liste exhaustive des noms. Heterophyllus (« feuille variée ») en référence à la polymorphie des feuilles au stade juvénile de A Assam (Sud de l’Inde), les jacquiers sont traditionnellement classés en deux catégories selon la qualité de leur pulpe et la taille du fruit. ‘Kapa’ est un gros fruit, avec une pulpe épaisse, Le nom scientifique a été donné par Jean‐
l’arbre. Il existe de nombreux synonymes comme portées par un court pédoncule lisse, situés sur A. philippinensis Lam., A. maxima Blanco, Soccus les branches jeunes, et forment une sorte de arboreus major Rhumph., Polyphema jaca Lour. . chaton pendant, mou de 5 à 15 cm de long et 2 à 4,5 cm de large comprenant des fleurs stériles et Le nom usuel jacque, en français, et jack, en anglais, dérive du portugais Jaca provenant fertiles. Les fleurs sont séparées par des bractées lui meme de «Chakka», le nom local de la région et produisent un pollen jaune collant qui attire de Malayalam en Inde. Dans le Malabar, le fruit les insectes. L’inflorescence femelle est plus se dit «tsjaka ». C’est sous ce nom qu’ H. Van grande, mesurant entre 5 à 15 cm de long sur 3 à Rheede l’enregistra dans son ouvrage « Hortus 4,5 cm de large et est située plus bas, émergeant Malabaricus ». Par la suite, le nom « jack » aurait directement du tronc et des grosses branches, on été donné après les travaux d’un chirurgien et parle de cauliflorie. Les fleurs sont pendantes et botaniste écossais, W. JACK, en mission dans les globuleuses (Fig. 6). Indes, bien que le fruit portait déjà ce nom avant B) De la fleur aux graines même la naissance de ce botaniste. Aujourd’hui, il est connu sous une multitude de noms selon fleurs mâles et femelles ne sont cependant pas les pays, les localités, leur état de maturation, la matures sexuellement au même moment qualité du fruit (Fig. 5). (protandrie). Ce décalage favorise l’allofécondation. La fertilisation se fait II) Un arbre peu contraignant et multifonctionnel généralement par le vent (anémophilie) ou les A) Un arbre qui s’impose Le jacquier est un arbre droit à feuillage Le jacquier est certes hermaphrodite, ses insectes (entomophilie) mais également manuellement. Les fleurs femelles et les bractées persistant qui peut atteindre 30 mètres de haut fusionnent et se développent pour former un et faire 80 à 200 cm de diamètre. L’ensemble des fruit mûr syncarpique alors que les fleurs mâles parties de la plante contient du latex blanc et deviennent noirâtres et finissent par tomber. collant. Les feuilles sont alternes, aux bords entiers, vertes foncées brillantes sur la face infrutescence composée de la cohésion des fleurs supérieure, vertes pales sur la face inférieure. multiples. La peau du fruit est rugueuse et épaisse et au fur et à mesure de sa maturation, la L’espèce est monoïque, les fleurs mâles et Le Fruit est une polydrupe ou une femelles sont donc sur le même arbre mais sont couleur du fruit passe du vert au jaune brunâtre. séparées. La floraison dépend des conditions La maturation dure 90 à 180 jours. La récolte est climatiques et géographiques ainsi que de la réalisée à différentes périodes selon les régions biologie de l’arbre. En Asie, deux floraisons et la production de fruits varie selon les peuvent se succéder (de décembre à mars et de conditions climatiques, l’âge de la plante, la septembre à octobre). Les fleurs, nombreuses, variété, la localisation mais, en moyenne, elle est sont petites et apétales, groupées en de 10 t de fruits/ha/an ou de 100 à 150 fruits inflorescence. Les inflorescences mâles sont par arbre. 2 Les graines sont marrons, rondes (charpente, bateaux), en ébénisterie (mobilier, enrobées d’une fine membrane, entourées de d’instrument, masques,…) (Fig. 9). pulpe comestible, sucrée. Les graines crues sont toxiques. Plus de 500 graines peuvent être culturelle et religieuse très importante. Sa plus retrouvées dans un fruit et représentent 5% de vieille représentation est illustrée au IIIème la masse totale. siècle avant JC sur la balustrade du Stupa de C) Ses exigences biologiques Le jacquier pousse du niveau de la mer Le jacquier a une place dans la vie Bhârhut. Ses feuilles et ses fruits sont des offrandes dans les temples hindous. A partir de jusqu'à 1600 m de hauteur à des températures la sciure de bois, on obtient une coloration jaune comprises entre 16°C à 28°C. Il est adapté au utilisée pour colorer les robes des prêtres climat chaud et humide des tropiques et humide bouddhistes. Différentes croyances sont liés au subtropical. Sa croissance optimale est dans les jacquier comme en Thaïlande ou il est considéré zones ouvertes en plein soleil ou il fait comme porte bonheur ou à Tahiti où il serait né continuellement chaud et humide.. Il pousse sur de la chair d’un roi pour sauver son peuple d’une tout type de sol autres que les sols inondables et grave disette. Au Sri Lanka, il est dit «Avec un salés. Il ne tolère ni les épisodes d’inondation ni jacque et une noix de coco dans ton jardin, tu ne ceux de sècheresse supérieure à 3 mois (Fig. 7). mourras jamais de faim». D) Croyances, pratiques et usages L’arbre joue également un rôle écologique Le jacquier présente une multitude d’intérêts et et environnemental. Il stabilise les sols en est potentiellement une source de revenus. diminuant la compaction et en le protégeant contre la pluie et le soleil avec son feuillage. Le Les graines et le fruit de l’arbre ont des valeurs nutritives non négligeables. En effet, le sol est plus fertile et permet ainsi de faire fruit et les graines, comparés avec d’autres fruits d’autres plantations à l’ombre de l’arbre (café, tropicaux, sont plus riches en minéraux et cardamone, bétel,…) et sert de support pour les vitamines essentiels (Fig. 8). Le fruit mûr est plantes grimpantes. Il s’avère être également un consommé sous une multitude de forme (frais, brise‐vent efficace, résiste particulièrement bien confiture, gelée, chips, bonbons, …). Les graines aux cyclones et est très décoratif dans un jardin. sont mangées rôties, bouillies ou réduites en farine. De plus, les fruits et les feuilles servent de ciment, isolant et adhésif multifonctionnel et fourrage aux chèvres. l’ensemble des parties de l’arbre aurait des propriétés médicinales (Fig. 10). Le jacquier est utilisé dans la vie de tous Le latex de l’arbre est utilisé comme les jours. Ses feuilles servent d’emballage et de récipient, l’écorce, pour faire des cordes et de III) Arbre du futur vêtements. Le bois, épargné par les termites, et A) D’aujourd’hui résistant à la moisissure, est de bonne qualité. Il est utilisé comme bois d’œuvre en construction toujours considérée en Asie comme mineure. De nos jours, la culture de jacquier est 3 Des récoltes imprévisibles, la taille et la forte feuilles et ses graines ont de grandes valeurs odeur du fruit, la long période de maturation, nutritives et permettent de compléter l’incertitude sur la qualité et quantité de l’alimentation de nombreuses régions où les production, les pertes dues aux maladies et apports proviennent majoritairement de parasites (Fig. 11) diminuent l’intérêt pour le céréales (protéines, graisses et carbohydrates) et jacquier. De plus, les pratiques de culture et la où il existe une déficience en vitamines et chaîne de commercialisation restent désuètes. minéraux. En Inde plus de 5O % des fruits sont gâchés et perdus. Récemment, les domaines scientifiques banque génétique des plantes (PGR), de et économiques ont tenté de faire mettre en sélectionner des cultivars et doit approfondir valeur le jacquier et de populariser son dans le domaine médical. Un consensus doit être utilisation. Des programmes nationaux et établi entre érosion de la diversité génétique, internationaux (UTFANET, ICUC) se mobilisent perte de diversité locale et sélection de variété à afin d’encourager son utilisation et le forte production. développement de son commerce B) A demain Il est donc primordial de promouvoir La recherche doit permettre d’établir une Le dynamisme au niveau scientifique et agricole doit être transmit également dans le domaine commercial (récolte, transport, l’utilisation et le développement du Jacquier. Le transformation, vente). Des accords et une jaquier est un arbre qui s’adapte facilement et il coopération entre pays voisins doivent être répondra aux besoins croissants d’une établis afin de conserver le pool génétique du population en expansion et à un épuisement des jacquier, d’augmenter l’exportation et donc de ressources alimentaires. En effet, la qualité et la développer le commerce et l’économie des pays. quantité de nourriture sont devenues un enjeu mondial face à la malnutrition. Ses fruits, ses Considéré comme « king fruit » en remportant le record du plus gros fruit, son influence laisse encore à désirer. L’émergence de programmes de développement et popularisation dans multiples domaines lui permettront‐ils de régner en maître dans le futur ? Il est cependant essentiel de comprendre que l’introduction et la culture du jacquier dans des pays où il n’est pas endémique ne sont pas sans conséquences sur l’ensemble de l’écosystème. En effet, au Brésil, on trouve le jacquier cultivé et le jacquier « invasif » qui pousse en forêts secondaires à l’origine d’un déséquilibre puisqu’il favorise le développement des population de petits mammifères qui se nourrissent des fruits mais met en péril celle des oiseaux dont leur œufs sont également consommés par les mammifères. 4 Bibliographie Documents sur support électronique :
http://www.itfnet.org/ ‐ International Tropical Fruit Network – Accès : http://www.itfnet.org/gfruit/Template%20France/jackfruit.intro.htm
http://waynesword.palomar.edu/ Accès : http://waynesword.palomar.edu/jackfr1.htm#jackfruit http://lee.ifas.ufl.edu/ ‐ Lee Country Extension. Insitute of Food and Agriculture Sciences. University of Florida ‐ Accès : http://lee.ifas.ufl.edu/Hort/Videos_and_Powerpoints/Jackfruit.pdf http://www.cropsforthefuture.org/ ‐ Crops For the Future ‐ Accès : http://www.cropsforthefuture.org/2011/06/jackfruit-forgotten-kalpavriksha/ http://www.thehindu.com Accès : http://www.thehindu.com/books/aspects-of-jackfruitcultivation/article2082584.ece https://ag.purdue.edu ‐ Purdue Agriculture‐ Accès : http://www.hort.purdue.edu/newcrop/morton/jackfruit_ars.html#Description http://codi.cropsforthefuture.org/ ‐ The Coalition to Diversify Incom through Underused Crops‐ Accès : http://codi.cropsforthefuture.org/what-are-underused-crops/ http://agroforestry.net Accès : http://agroforestry.net/tti/A.heterophyllus‐jackfruit.pdf Publications :
APAARI. 2012. Jackfruit Improvement in the Asia‐Pacific Region – A Status Report. Asia‐Pacific Association of Agricultural Research Institutions, Bangkok, Thailand. 182 p. Haq, N. (2006) Jackfruit, Artocarpus heterophyllus , Southampton Centre for Underutilised Crops, University of Southampton, Southampton,UK. Haq, N. et Hughes A. 2002. Fruit for the future in Asia. ICUC, Southampton University, UK. 236 Love, K. and Paull, R.E. 2011. Jackfruit. University of Hawaii at Manoa, College of Tropical Agriculture and Human Resources. Fruit and Nuts Publication FN19. Khan M.A.M et Islam K.S. 2004. Nature of extent of damage of jackfruit borer, Diaphania caesalis Walker in Bangladesh. J. of Bio. Sciences, 4(3) : 327‐330 Nelson S. 2005. Rhizopus rot of jackfruit. Honolulu (HI): University of Hawaii. 2 p. (Plant Disease; PD‐29). Padre S. Forgotten Kalpavriksha. 2011. National jackfruit Fest SCUC (2006). Jackfruit Artocarpus heterophyllus, Field Manual for Extension Workers and Farmers, SCUC, Southampton, UK. 5 Annexe Figure 1 : Localisation des zones d'origine (en rouge) et zones sauvages (en jaune) du jacquier Figure 2 : Zones d'origine et d'introduction du Jacquier Source: ICRAF database and Bowe (pers. comm.) Figure 3 : Production selon les pays Pays Inde Bangladesh Malaisie Indonésie Thaïlande Sri Lanka Vietnam Production (Mt) 1 436 570 257 360 1 126 284 NA 450 000 NA NA Productivité (t/ha) 2‐27 10,5 3‐19 2‐14 3‐20 NA 1,4‐2,3 NA : Not Available
Source: Haq (2006)
VI Nombre de variété 347 70 60 155 87 77 202 Figure 5 : Fruit de l'arbre à pain (A. altilis) et du cempedak (A. integer) http://www.choubouloute.fr/IMG/jpg/fruit_a_pain.jpg http://try2bcoolnsmart.files.wordpress.com/2010/01/dsc01980.jpg Figure 4 : Noms vernaculaires du Jacquier dans différents pays Pays France Angleterre Espagne Bangladesh Brésil Cambodge Inde Indonésie Noms vernaculaires Jacque, Jack, jacquier Jackfruit, jaca‐tree, jack Jaca, jacquero Kanthal Jaca Khnor Kanthal, kathal, kantakan jaka, palaamaram, pilavuchakka, halasu Nangka bubur, Nangka bilulang, N. cempedak, N. dulang, N. kandel, N. kunir, N. merah, N. salak Malaisie Thaïlande Vietnam Nangka, Tsaka, Jaka Khanun, Makmi, Banun Mit Figure 6 : Inflorescences mâle et femelle (en haut à gauche), jacquier et ses fruits (à droite), pulpe et graines (en bas à gauche) et feuilles de jacquier (au centre)
http://weloveourbangladesh.blogspot.fr/2011/01/jackfruit‐kathal‐national‐fruit‐of_06.html VII Figure 7 : Exigences climatiques et écologiques Facteurs climatiques Altitude (m) Précipitation annuelle (mm) Température moyenne annuelle (°C) Caractéristiques Texture du sol Topographie Profondeur d’enracinement Drainage pH du sol Minimum Mer 1000 16 Maximum 1600 2400 28 Exigences Alluvions, limon argileux, marne sableuse, calcaire, latérite Des plaines aux montagnes 25 cm de profondeur sur 2.25 m en diamètre Bien drainé 5.0‐7.5 Source : SCUC (2006) Figure 8 : Comparaison des valeurs nutritives de différents fruits tropicaux Fruits Calories Orange Banane Mangue Ananas Papaye Jujube Jacque mûre Jacque vert Graine 53 116 63 57 39 21 98 50 139 Protéines (g) 0,8 1 0,5 0,4 0,6 1,75 2 2 7 Calcium (mg) 22 7 10 20 20 37 53 50 Fer (mg) 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5‐1 11 0,4 1,5 Vitamine A (IU) 100 600 100 1000 540 30 17 Thiamine (mg) 0,05 0,05 0,03 0,08 0,03 0,09 0,12 0,25 Source : Haq (2006)
Vitamine C (mg) 40 10 30 30 50 166 10 12 11 Figure 9 : Produits confectionnés à partir de jacquier (Kutiyapi, luth à 2 cordes en forme de pirogue étroite provenant d’Indonésie et des philippines (en haut à gauche), table en bois de jacquier (en haut à droite), différents produits de consommation (en bas à gauche), fourrage (au centre en bas), alcool de jacquier (en bas à droite)). Source : Haq (2006) VIII Figure 10 : Propriétés médicinales du jacquier Feuille (Extrait, infusion, thé, bouillie) Inflorescences Fruits et pulpe Stimule la lactation humaine et animale Utilisé comme vermifuge, contre les ulcères, les calculs biliaires, l’asthme Soigne les blessures, problèmes de peau et soulagent. Stop les saignements d’une blessure Vert: propriété astringente Mure : tonique Laxatif en petite quantité, diarrhéique en excès Graines Aide la digestion, propriétés aphrodisiaques Ecorce Aide la digestion Traite la dysenterie, les abcès, les problèmes d’oreilles Bois Propriétés sédatives Aide à la digestion Tubercule Combat l’asthme, les maladies de peau, les fièvres et les diarrhées Latex Guérit les abcès, des inflammations des glandes, des morsures de serpents Figure 11 : Pestes et maladies du Jacquier (attaque d’un champignon (Rhizopus artocarpi), de la mineuse du jacquier (Diaphania caesalis, Lépidoptère) et de charançons (Ochyromera artocarpi)). Khan (2004), Nelson (2005), http://www.nbaii.res.in/insectpests/Ochyromera‐artocarpi.php IX 
Téléchargement

Le jacquier (Artocarpus heterophillus Lam.), l`arbre du futur ?