La Trompe D’Eustache
Son rôle en Plongée et son abord
ostéopathique
Anatomie descriptive
Elle prolonge l’oreille moyenne , en avant , en dedans et en bas, sur un trajet d’environ 4 cm .
Elle comporte deux segments : -osseux , postérieur, de la caisse du tympan au bord antérieur de la
jonction écaille rocher, mesurant 1.5 cm
-fibro cartilagineux , antérieur , sous la base du crâne , un peu plus
dirigé vers le bas que le segment osseux, mesurant 2.5 cm.
La lumière des deux segments forme deux cônes , à pointes opposées au niveau de l’isthme,
aplatis de dehors en dedans.
Mesurant 5 mm de haut et 2 à 3 mm de large sur l’orifice tympanique.
2 mm de haut et 1 mm de large à l’isthme.
8 mm de haut à l’orifice pharyngien qui est fermé lorsque le voile du palais est au repos.
Cet orifice est sur la paroi latérale du rhinopharynx, à 1 cm en arrière de l’extrémité postérieure du
cornet inférieur.
La lame cartilagineuse forme les parois supérieure et postéro interne . La voute à une forme de
crochet.
Anatomie fonctionnelle
La TE est mobilisée par le péristaphylin interne ou élévateur du voile du palais., le
péristaphylin externe ou tenseur du voile du palais et le salpyngopharyngien .
L’élévateur du voile nait de la face inférieure du rocher et s’épanouit sur le voile du palais en
échangeant des fibres avec son homologue opposé . Sa contraction soulève le plancher fibreux de la
TE et porte le crochet en arrière et dedans , provoquant l’ouverture le l’orifice pharyngien.
Le tenseur du voile nait de la grande aile du sphénoide, et du 13 supérieur de la portion fibreuse de
la trompe et du crochet . Il forme avec son homologue opposé l’aponévrose palatine après s’être
réfléchi sur l’Hannulus de l’aile interne du l’apopyse ptérygoide . Sa contraction porte la paroi
antéro externe de la TE en bas et dehors, la séparant de la partie cartilagineuse.
En résume : L’élévateur du voile fait bailler l’orifice pharyngien.
Le tenseur du voile dilate la partie postéro externe.
Vascularisation et innervation
motrice
L’artère carotide interne fournit le sang artériel.
Le drainage veineux se fait par le plexus ptérygoidien.
Le drainage lymphatique comporte de nombreux relais, passant par les ganglions retro
pharyngiens, parotidiens antérieurs et inférieurs , latéraux profonds du cou en direct et , en indirect
par les réseaux de la membranes du tympan et du CAE.
L’innervation motrice provient du V3 sortant du trou ovale (pour le tenseur du voile), du X
(pneumogastrique)et du XI (spinal)pour élévateur du voile et salpyngopalatin . Ses 2 nerfs sortent
du sillon collatéral postérieur du bulbe rachidien . Le spinal nait des 5 ou 6 niveaux supérieurs
CERVICAUX. et , après être revenu en intra crânien , puis ressorti par le trou déchiré postérieur
(contenant IX X et XI ), donne sa branche externe à la TE . La branche interne allant au trapèze et
au SCM.
Innervation sensitive et viscérale
L’innervation sensitive vient du V2 , sortant du trou grand rond , par le plexus pharyngien , avec
des anastomoses du IX (glossopharyngien) et du X .
L’innervation viscérale motrice est assurée par le X et le XI , le noyau étant dans le tronc cérébral
(noyau ambigu) , se connectant au noyau laryngé .
L’innervation viscérale sensitive est assurée par le IX (qui donne les nerfs pétreux profonds ,
Parasympathiques connectés aux ganglions otique retro parotidien, et sphéno palatin dans la fosse
ptérygo maxillaire), et le X (sympathique).
Ces composants du système nerveux autonome sont en relation étroite avec la substance réticulée
bulbaire et protubérantielle, qui régule le TONUS POSTURAL ,LA VIGILANCE , L’EMOTIVITE
.