UE.2.11.S3
Les corticoïdes
Réputation des corticoïdes ?
-
-
Pourquoi les corticoïdes ont-ils mauvaise réputation ?
 A cause des effets indésirables !!
Quels sont-ils ?
 Prise de poids,
 Ostéoporose,
 Syndrome de Cushing, …
Pourquoi sont-ils malgré tout largement utilisés ?
 En raison de leur efficacité
 Rôle majeur dans certaines pathologies
Propriétés pharmacologiques des corticoïdes ?
-
Anti-inflammatoire
Anti-allergique
Immunosuppressive
Effet sur le métabolisme :
 des lipides => redistribution des graisses (face / dos)
 des glucides => diabète cortisonique
 des protides => fonte musculaire
 des électrolytes (Ca, Na, K) => œdème, ostéoporose, hypokaliémie
Origine des corticoïdes
1
UE.2.11.S3
Caractéristiques pharmacocinétiques des glucocorticoïdes
-
-
Absorbés par voie digestive
 Voie orale possible
 Mais aussi injectable, locale, inhalée
Demi vie longue (12-36 H)
 1 administration par jour possible
Élimination par voie urinaire
Utilisation thérapeutique
-
-
En traitement d’urgence ou de courte durée
 Activité anti-allergique
 Activité anti-inflammatoire
En traitement prolongé
 Activité anti-inflammatoire
 Activité immunosuppressive
 Traitement symptomatique le plus souvent
Indications
Maladies inflammatoires sévères
-
Rhumatologiques
 Polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, rhumatisme articulaire aiguë
Neurologiques
 Sclérose en plaque, myasthénie
Bronchopulmonaires
 Asthme, bronchopathies chroniques, œdème pulmonaire ...
Digestives
 Rectocolite hémorragique, maladie de Crohn
Dermatologiques
 Lichen plan, eczéma...
Systémiques
 Vascularites sévères, syndrome néphrotique, lupus érythémateux systémique
Maladies allergiques
-
-
Traitement d’urgence
 Choc anaphylactique
 Œdème de Quinck
 Urticaires
 Vascularites allergiques
Traitement ponctuel
 Asthme allergique
 Rhinites saisonnières
 Manifestations cutanées allergiques
2
UE.2.11.S3
Maladies auto-immunes
-
Purpura thrombopénique idiopathique (PTI)
Anémie hémolytique auto-immune, Hépatite auto-immune …
Prévention et traitement du rejet de greffe
-
En association aux immunosuppresseurs
Maladies néoplasiques
-
Lymphomes, myélomes, hypercalcémie…
Autres indications
-
Prévention des vomissements au cours des chimiothérapies
Mode d’action ? => Potentialisation des anti-émétiques
Rq. : Insuffisance surrénalienne
-
Utilisation des corticoïdes naturels (hydrocortisone)
Toxicité
-
-
Liée aux propriétés pharmacologiques
 Effet minéralo corticoïde
 Hypercorticisme iatrogène
Liée à la dose et à la durée du traitement
 « Dose cumulative » reçue par le patient
 Donc souvent prévisible
 Surveillance apparition des complications
 Prévention possible dans certains cas
 Traitements correcteurs
 Règles hygiéno-diététiques
 Implication du patient +++
3
UE.2.11.S3
Effets indésirables
Désordres hydro-électrolytiques
-
Rétention hydrosodée => œdème, HTA
Hypokaliémie => torsades de pointe
Surveillance :
 poids, tension artérielle, kaliémie
Prévention des complications :
 Régime désodé, apport de potassium (Diffu-K®, Kaleorid®)
Interaction médicamenteuse :
 médicaments hypokaliémiants et/ou provoquant des torsades de pointe (érythromycine,
antiarythmiques, digitaliques, diurétiques, laxatifs)
Hypercorticisme iatrogène
-
Syndrome de Cushing, diabète
Fonte musculaire
ostéoporose, retard de croissance
hirsutisme, retard de cicatrisation, troubles de la pigmentation, acné
Précaution d’emploi :
 patients diabétiques
Surveillance :
 glycémie
 os / ostéodensitométrie, courbe de croissance chez l’enfant
Prévention des complications :
 Suppl. calcium + vit. D, biphosphonates
 Régime alimentaire riche en protide et calcium, pauvre en sucres rapides
 Activité physique
Immuno-suppression
-
Risque infectieux (bactéries, virus, parasites)
Contre-indication :
 état infectieux, en particulier tuberculose, hépatite, herpès, varicelle
4
UE.2.11.S3
Troubles neuropsychiques
-
Surexcitation à forte dose (euphorie et troubles du sommeil)
Troubles psychotiques
Prévention des complications :
 Prise plutôt le soir
 Surveillance clinique ++
Contre-indication :
 état psychotique
Accidents digestifs
-
Ulcères gastroduodénaux, pancréatites aiguës
CI : ulcère gastroduodénal
Prévention des complications : traitement antiulcéreux
Grossesse
-
Passage placentaire mais risques incertains
Risque de retard de croissance intra-utérin, utilisation possible si besoin
Allaitement déconseillé
Risque d’accident de sevrage

-
en cas d’arrêt brutal après traitement prolongé
lié à la mise au repos des glandes surrénales
Insuffisance surrénale aiguë
Arrêt progressif :  de la dose 10 % tous les 10 jours
Classification et principales molécules
5
UE.2.11.S3
Modalités d’utilisation
-
-
Posologies
 Variables selon l’indication : 5 mg/jour → 1 mg/kg/jour
Variable dans le temps :
 dose d’attaque (ou de charge)
 puis diminution progressive jusqu’à dose d’entretien
Durée
 Variable selon l’indication : Quelques mois à plusieurs années
Décroissance du traitement
 Arrêt progressif, décroissance progressive de la dose
Modalités d’administration
Voies d’administration
-
-
Orale
 Posologie
o Traitement d’attaque : 1 mg / kg / jour en équivalent de prednisone
o Traitement d’entretien : 5 à 20 mg / jour en équivalent de prednisone
 Fréquence des prises
o 1 prise / jour, fractionnement si forte posologie
o Si possible : traitement 1 jour sur 2 (pour diminuer le risque d’insuffisance
surrénale)
Injectable
 Intraveineuse (IV rapide, perfusion), intramusculaire
o Posologie 2 à 20 mg/jour de dexaméthasone
o Formes retard (voie IM stricte)
 1 inj./ 10 jours : ex. DépoMédrol ®
 1 inj./ 3-6 semaines : ex. Kenacort-Retard®



Intra-articulaire, péri-articulaire
Intra-pleurale, intra-péricardique, intra-péritonéale
Epidurale

Infiltration
o Permet de minimiser les effets secondaires systémiques
o Suspensions aqueuses ou solutés hydrosolubles :
 action +/- prolongée
 effet atrophiant local +/- important (Kenacort-Retard® ++)
o voie intra-articulaire : ex. arthrites, arthroses
o voie péri-articulaire : ex. tendinites, kystes synoviaux
o voie épidurale : ex. lombo-sciatiques
o voie intra lésionnelle : ex. cicatrices chéloïdiennes
6
UE.2.11.S3
-
Locale
 Pulmonaire
o Traitement de fond de l’asthme
o Quelques représentants :
 Béclométhasone (Bécotide®)
 Budésonide (Pulmicort®)
 Fluticasone (Flixotide®)
o Modalités d’administration :
 spray
 chambre d’inhalation
o Effets indésirables < voie systémique mais à prendre en compte


Nasale
Rectale (lavements)

Percutanée : dermorticoïdes
o Classification en 4 classes : Activité très forte (1) → activité faible (4)
o Quelques représentants :
 Clobétasol (Dermoval®) : activité très forte
 Bétaméthasone (Diprosone®) : activité forte
 Désonide (Locapred®) : activité modérée
 Hydrocortisone (Hydracort®) : activité faible
o Effets indésirables < voie systémique mais à prendre en compte
Conclusion
Les corticoïdes :
-
-
Encore incontournables dans de nombreuses pathologies
 Maladies inflammatoires et auto-immunes
 Asthme
 Allergie
 …
Toxicité non négligeable
 Importance de la surveillance
 Prévention des complications :
o Médicaments correcteurs
o Implication du patient +++
7