1/8
10_2008
Pôles de compétitivité : les entreprises misent sur
l’économie de la connaissance
Depuis 4 ans, la France renforce les facteurs clefs de sa compétitivité, au premier rang desquels
figure la capacité d’innovation des entreprises. Pour la développer, 71 pôles de compétitivité ont
été créés par les entreprises depuis 2005 dans tous les domaines d’excellence de l’économie
française. Ajoutés au crédit d'impôt recherche le plus élevé d'Europe, les opportunités offertes
par les pôles et les financements qui leur sont alloués font de la France un pays extrêmement
attractif pour les entreprises qui veulent développer des projets de R&D.
n
des opportunités de r&d exceptionnelles pour les entreprises
De premiers résultats très encourageants
◊ Plus de 2000 projets de R&D ont été lancés par les entreprises membres des pôles entre 2005 et 2008
pour un montant total de plus de 4 milliards d’euros, dont près de 2 milliards d'euros d'aides publiques.
◊ Ces projets impliquent plus de 10 000 chercheurs appartenant à des organismes privés ou publics et
plus de 5 000 entreprises, dont 80% de PME, employant 640 000 salariés. Les investisseurs internationaux
sont les bienvenus pour prendre part aux projets de R&D lancés par les pôles ou pour en initier de
nouveaux. Près de 500 établissements liés à des groupes étrangers sont déjà partenaires des pôles français
et participent activement à des projets de recherche.
◊ Des entreprises ont su tirer parti des pôles pour se développer de façon accélérée. Par exemple, la
société Protein’eXpert, membre de Lyonbiopole, a doublé son chiffre d’affaires et ses effectifs depuis 2005
grâce notamment à sa forte implication dans les projets du pôle.
Un rapport d’évaluation très favorable
Les 5 bonnes raisons pour une entreprise
de participer à un projet de R&D dans un pôle :
Le rapport d’évaluation de juillet 2008, commandé aux cabinets
Boston Consulting Group et CM International, donne une évaluation • Trouver les compétences et les talents dont
elle a besoin ;
positive à 58 des 71 pôles, soit plus de 4 sur 5. Les 13 pôles n’ayant
pas rempli leurs objectifs ont encore un an pour démontrer leur • Participer à des projets de recherche à la
pointe de l’innovation ;
potentiel.
Un dispositif reconduit pour 3 ans (2009-2011), bénéficiant d’un
effort financier élevé
◊ 1,5 milliards d’euros seront versés aux projets de
Recherche&Développement des pôles entre 2009 et 2011.
◊ Plus de 500 millions d’euros supplémentaires vont également
• S’insérer dans un réseau réactif d’entreprises,
de chercheurs et de clients à l’écoute de ses attentes,
et nouer des partenariats d’avenir ;
• Bénéficier de plateformes d’innovation et de
services dédiés de 1ère qualité ;
• Profiter d’aides très avantageuses (aides directes,
exonérations et crédit d’impôt).
être versés par l’Etat entre 2009 et 2014 pour le financement de
plusieurs grands projets dont le programme « Crolles 3 » du pôle
Minalogic. Ce projet vise à la construction d’un centre européen de recherche sur les nanotechnologies.
2,5 milliards d’euros d’investissements privés sont attendus dans le cadre de ce projet.
n
Les raisons du succès
Une structure souple au service de l’innovation
Les pôles de compétitivité permettent à des entreprises, des établissements de formation et des laboratoires
de recherche de développer des coopérations et des synergies sur des projets de R&D innovants et à visibilité
internationale.
2/8
10_2008
Pôles de compétitivité : les entreprises misent sur
l’économie de la connaissance
Les pôles développent trois types de projets collaboratifs :
• des projets de R&D, cœur de leur activité ;
• des projets de plateformes d’innovation, infrastructures de pointe destinées à favoriser l’innovation
des entreprises par la mise en place de moyens et services mutualisés ;
• des projets hors R&D (formation, investissements immobiliers, infrastructures TIC, veille et intelligence
économique, promotion du territoire, développement à l’international…), compléments indispensables
pour la compétitivité des entreprises du pôle et le développement économique des territoires.
Chaque pôle choisit son organisation, le plus souvent une association, qui accorde une place
prépondérante aux entreprises et aux chercheurs dans ses instances dirigeantes. Elle élabore et met
en œuvre la stratégie générale du pôle, facilite le montage des projets, évalue leurs résultats et met en
place des coopérations avec d’autres clusters, français et étrangers. Un contrat cadre régit les relations
entre le pôle, l’Etat et les collectivités territoriales impliquées.
Un soutien public actif, véritable effet de levier pour la R&D privée
◊ Des financeurs nombreux :
Le fonds unique interministériel soutient des projets de recherche appliquée sélectionnés dans le
cadre d'appels à projets lancés deux fois par an.
>
L’ Agence nationale de la recherche accorde un complément de financement pour les projets de
recherche issus des pôles et sélectionnés dans le cadre de ses appels à projets.
>
OSEO innovation, spécialisé dans l’appui aux PME, soutient les projets d’innovation à composante
technologique qui s’inscrivent dans les axes de recherche d’un pôle en apportant des avances
remboursables à taux renforcé (jusqu’à 50%) et un soutien accru en phase de faisabilité de projets.
>
> L’Union européenne encourage la mise en réseau à l’échelle européenne des initiatives nationales de
R&D au travers du programme Eurêka et du 7ème Programme-cadre de recherche et développement
technologique (2007-2013) doté de plus de 50 Mds d’euros. De nombreux pôles ont bénéficié de ce
programme, dont Cap Digital Paris Région, Pôle Gestion des Risques, Images&Réseaux, Parfums,
Aromes, Senteurs, Saveurs (PASS).
Financement des pôles (2006-2008)
En millions d’euros
Financeur
Animation
Intervention
TOTAL
33
798
830
Agences (ANR, OSEO-AII) et CDC
3
520
520
Exonérations fiscales
-
-
160
Etat (fonds unique interministériel)
environ
500
Collectivités locales
Total
36
1 318
2500
3/8
10_2008
Pôles de compétitivité : les entreprises misent sur
l’économie de la connaissance
◊ Des aides variées, qui vont bien au-delà du seul financement des projets de R&D :
L’État, la Caisse des Dépôts et l’Europe soutiennent la création de plateformes d’innovation, le
développement des pôles de compétitivité nécessitant la mise à disposition de leurs membres d’équipements
et de services structurants (incubateurs, pépinières, hôtels d’entreprises…).
>
Des aides supplémentaires pour les entreprises implantées dans une zone de R&D : pour encourager
la concentration sur un même territoire des activités de recherche et d'innovation, une zone de R&D
délimitée dans chaque pôle ouvre droit à des financements complémentaires (230 M€ sur 2005-2008) pour
les entreprises qui y sont implantées lorsqu’elles participent à un projet de recherche collaboratif labellisé
par le pôle. Ils prennent la forme :
>
- d’exonérations d’impôt sur les sociétés (160 M€) dans la limite de 200 000 € sur trois ans. Les
collectivités territoriales peuvent accorder des exonérations supplémentaires de taxe professionnelle et
de taxe foncière sur les propriétés bâties ;
- de taux de subvention bonifiés (70 M€) pour les PME participant à un projet de recherche collaboratif
labellisé par un pôle et retenu par le fonds unique (45 % des dépenses éligibles) ou par OSEO innovation
(40 % des dépenses éligibles en avance remboursable et 15% sous forme de subvention).
La Direction générale des entreprises du Ministère de l’économie apporte une aide financière à des
programmes de partenariat technologique international (PPTI) impliquant des PME des pôles de compétitivité avec des partenaires étrangers. De nombreux pôles ont bénéficié de ce programme, dont
Viaméca, Systematic Paris Région, Pôle Cancer Biosanté, Capénergies, Alsace Biovalley.
>
>
Les pôles peuvent enfin s’appuyer sur des réseaux publics de recherche :
- les Réseaux thématiques de recherche avancée (RTRA), qui rassemblent autour d’un noyau dur d’unités de recherche proches géographiquement une masse critique de chercheurs de très haut niveau,
unis autour d’un objectif scientifique commun ;
- les Instituts Carnot, qui apportent à des structures de recherche collaborant efficacement avec des entreprises des moyens financiers supplémentaires pour développer et professionnaliser leurs relations
avec elles.
Des coûts de R&D considérablement allégés grâce au crédit d’impôt recherche le plus incitatif de
l’OCDE : Il porte sur 30% des dépenses de R&D engagées au cours de l'année, plafonnées à 100 millions €.
Pour les entreprises utilisant le CIR pour la 1ère fois, l'aide fiscale est calculée la 1ère année sur 50%
des dépenses et 40% la 2ème année. Le CIR représentera en 2008 une dépense fiscale de 1,3 milliards €,
contre 0,9 milliard en 2007, avec un objectif de 2,7 milliards en 2012
>
4/8
10_2008
Pôles de compétitivité : les entreprises misent sur
l’économie de la connaissance
n
Des pôles innovants dans l’ensemble des activités économiques
Biotechnologies
Santé-Nutrition
Automobile-Ferroviaire
Energie-Propulsion
Lyonbiopole, Medicen Paris
Région, Alsace Biovalley, Atlantic
Biothérapies, Orpheme, Cancer
Biosanté
Nutrition-SantéLongévité, Vitagora
I-Trans, Mov’éo, Véhicule du Futur,
Automobile Haut de Gamme,
Tenerrdis, Capénergies,
Derbi, Nucléaire Bourgogne, Trimatec, Sciences
et Systèmes de l’Energie
Electrique (S2E2)
Aéronautique
Espace
Chimie
Plasturgie
Agriculture-Agroalimentaire
Filière Equine
Equipement du foyer et
de la personne
Aerospace Valley, stech, Pégase
Axelera, Plastipolis
Végépolys, Industries et Agro-Ressoures, Valorial, Céréales Vallée,
Prod’Innov, Qualitropic, Filière
Produits Aquatiques, Agrimip
Innovation, InnoViandes, Fruits et
Légumes, Qalimed, Pin Maritime
du Futur, Parfums-Aromes-SenteursSaveurs (PASS),
Filière Equine
Cosmetic Valley, Pole
Enfant, Sporaltec, Matériaux à Usage Domestique
(MAUD)
Electronique-Télécoms
Industrie financière
Textile-Matériaux
Technologies marines
Systematic Paris Région, Transactions Electroniques Sécurisées (TES), Minalogic, Elopsys,
Solutions
Communicantes Sécurisées
(SCS)
Finance Innovation
Up-Tex, Techtera, Fibres naturelles
Grand’Est,
Ensembles Métalliques et Composites Complexes (EMC2), Céramique, Matériaux Innovants-Produits
Intelligents (MIPI),
Elastopole
Pôle Mer Bretagne, Pôle
Mer PACA
Procédés industriels
Gestion des Risques
Image
Multimédia
Logistique
Mobilité
Mécanique
Microtechniques
Pôle Gestion des Risques, Génie
Civil Ouest, Route des Lasers,
Industries du Commerce
Cap Digital Paris Région,
Images et Réseaux, Imaginove, Optitec
Novalog, Advancity Ville et Mobilité
durables, Mobilité et Transport
Avancés (MTA), Lyon Urban Truck
and Bus
Arve Industries, Viaméca,
Microtechniques
5/8
10_2008
Pôles de compétitivité : les entreprises misent sur
l’économie de la connaissance
n
Exemples de projets de recherche développés par les pôles
• Transport, Aéronautique et Spatial
Le projet Ultimat du pôle I-Trans vise à valider l’utilisation de nouveaux matériaux, tels que des
composites, des mousses métalliques, de nouveaux aciers, des sandwichs acier/polymères, pour la
réalisation d’une caisse multi-matériaux qui permettrait de diminuer de 20 % le poids et le nombre de
pièces des véhicules ferroviaires.
• Biotechnologies et Santé
Le projet Anubis, labellisé par le pôle Alsace Biovalley, vise à développer un modèle de chirurgie
consistant à réaliser un acte chirurgical sur des organes en passant au travers des voies naturelles.
Le patient n’aura plus de cicatrice visible et sa douleur ainsi que les risques de complication
postopératoire sont réduits. Ce projet vise la création de nouveaux outils chirurgicaux mais également
la formation chirurgicale qui sera nécessaire à l’apprentissage de cette nouvelle technique opératoire.
• Agro-alimentaire et Agro-ressources
Le projet Biomat du pôle Industries et Agro-ressources (IAR) a pour objectif de substituer aux
matériaux traditionnellement utilisés dans l’intérieur des véhicules (polypropylènes issus du pétrole)
des matériaux d’origine 100 % végétale, renouvelables et respectant les contraintes techniques (poids,
chocs, vieillissement, fatigue dynamique…), économiques (prix compétitifs par rapport à ceux des
matières plastiques) et environnementales (absence de composants nuisibles à l’environnement, cycle
de vie).
• Technologies de l’Information et de la Communication
Labellisé par le pôle Cap Digital Paris Région dans le domaine « patrimoine numérique », le projet
Terra Numerica a pour objectif le développement des technologies nécessaires à la production et à
l’exploitation visuelle de représentations 3D de territoires urbains de grande dimension. L’exploitation
de ce type de données couvre un large spectre de domaines d’application et de services potentiels tels
que le tourisme et la valorisation du patrimoine, les services aux collectivités, etc.
• Energie-Environnement
Le projet de R&D Paintclean du pôle mer Bretagne vise à développer de nouveaux revêtements de
peintures « anti-salissures », totalement biodégradables et dépourvus de produits toxiques, destinés
aux coques des navires.
6/8
10_2008
Pôles de compétitivité : les entreprises misent sur
l’économie de la connaissance
n
Des pôles tournés vers l’international
Plusieurs pôles possèdent une taille de niveau mondial dans leur secteur :
Pôle
Aerospace Valley
Finance Innovation
Lyonbiopole
Medicen Paris Région,
Alsace Biovalley
Minalogic
Secteur
d'activité
Aéronautique,
Espace
Banque,
Assurance,
Finance
Vaccins,
Diagnostics
Santé,
Nouvelles Thérapies
Nanotechnologies
Pôle
Solutions Communicantes
Sécurisées, Cap Digital
Systematic
Paris Region,
Images&Réseaux
Axelera
Pôles Mer Bretagne
et PACA
I-trans, Movéo
Secteur
d'activité
Nouvelles technologies de
l’Information
Télécoms, Logiciels,
Sécurité, Défense
Chimie
Technologies
et Biologie marines
Industries
ferroviaire
et automobile
Exemples de Partenariat Interclusters à l’International
> Les pôles de compétitivité Systematic Paris Région et Aerospace Valley ont noué un partenariat
technologique avec le pôle allemand Safe Trans afin de mettre en place une plate-forme européenne
dédiée aux systèmes embarqués. Ce projet marque le début d’un processus plus ambitieux. Un autre
partenariat avec le pôle hollandais Point-one est à l’étude.
Un accord de partenariat international a été signé en février 2008, dans le cadre des PPTI, entre le
Biomedical Cluster Kansai au Japon et 3 pôles français réunis au sein du « LifeScience Corridor France » :
Cancer-Bio-Santé, Lyon Biopôle et Alsace BioValley.
>
7/8
10_2008
Pôles de compétitivité : les entreprises misent sur
l’économie de la connaissance
n Deux témoignages sur les atouts de la participation aux projets collaboratifs des pôles
Xerox et Cap Digital
Le Xerox Research Centre Europe (XRCE) coordonne la recherche, l’ingénierie et le TeXnology showroom,
une vitrine client pour la recherche Xerox et un forum d’échange de technologies. Il travaille, entre
autres, sur la thématique du traitement du langage naturel, de manière à anticiper et façonner les
systèmes documentaires du futur.
Le témoignage de Frédérique Segond, Directrice de recherche, Xerox Research Centre Europe :
«
Pour Xerox, rejoindre le pole de compétitivité Cap Digital était une démarche naturelle, voire évidente,
du fait de la proximité de nos thématiques de Recherche et Développement : image, texte, interactivité,
technologies de l’information, jeux vidéos, etc. (…) Cap Digital permet à Xerox de collaborer avec la
communauté scientifique ainsi qu’avec d’autres entreprises, mais aussi de créer des synergies entre
acteurs de la R&D. Cap Digital permet à Xerox de rester innovant. Grâce à Cap Digital, nous accédons à
plus de projets et nous explorons de nouveaux domaines d’application. Les projets de Cap Digital, de par
les collaborations avec des acteurs de la recherche dans des domaines connexes, permettent de tester
des idées nouvelles : grâce à cela, Xerox peut mieux anticiper pour offrir les services de demain. »
Sony Computer Science Laboratory et Cap Digital
Inauguré en octobre 1996 à Paris, Sony Computer Science Laboratory regroupe des chercheurs de
renommée internationale. Ses programmes de recherche informatique couvrent des domaines aussi
vastes que l'intelligence artificielle, les nouveaux langages de programmation, l'interface entre
l'homme et la machine. A travers leurs recherches ces scientifiques passionnés venus du monde entier
contribuent à modeler le monde dans lequel nous vivrons demain.
Le témoignage de François Pachet, Directeur de recherche Sony CSL :
«
Les pôles de compétitivité en général et le pôle Cap Digital en particulier tissent aujourd'hui des
réseaux d'excellence et favorisent le développement et la concentration des synergies, entre des
moyens et des savoir-faire complémentaires. L'originalité de cette politique consiste en l'association
d'innovations scientifiques et d'innovations organisationnelles. Le fait pour Sony CSL de rejoindre le pôle
Cap Digital nous permet de nous intégrer dans un réseau de recherche et d’excellence. L’appartenance
au pôle de compétitivité Cap Digital permet à Sony CSL d’« officialiser » ses relations avec les autres
entreprises et nous donne un cadre structuré pour nos projets, avec des objectifs et des contraintes
précis. Le pôle Cap Digital crée une infrastructure de projets, et facilite l’alliance de différentes
compétences. Par ailleurs, l’appartenance au pôle Cap Digital nous permet de bénéficier d’aides sur le
plan financier. »
> Pour en savoir plus : www.competitivite.gouv.fr
Vous trouverez sur le site www.invest-in-france.org une fiche descriptive
de chacun des 71 pôles de compétitivité avec leurs membres, leurs atouts, leurs partenaires et la liste de leurs
projets de recherche
10_2008
8/8
Carte de France des pôles de compétitivité
Téléchargement

Pôles de compétitivité : les entreprises misent sur l`économie de la