Conférence 9 :
"Les Echinodermes"
Nadia AMEZIANE , Maître de conférence au MNHN
Caractéristiques des échinodermes :
 Symétrie pentaradiée
 Squelette intradermique (SOUS la peau)
 Système aquifère (locomotion, respiration et nutrition)
 Tissus conjonctifs "mutable" (tissus ayant la propriété de se contracter et se décontracter, à la façon des
tissus musculaires.)
 Animaux UNIQUEMENT marins.
Grande diversité taxonomique :
 On compte environ 7000 espèces actuelles, réparties en 5 classes
 Il existe près de 13000 espèces fossiles (en 21 classes)
oursin fossile – collection Hervé Limouzin
Un problème majeur actuellement est qu'il n'y a plus de systématiciens qui étudient les échinodermes !
Grande diversité écologique : on trouve des échinodermes dans (presque) tous les milieux marins :
 Depuis la surface aux plaines abyssales,
 Sur les bois coulés (certains oursins y sont inféodés !)
 Dans les eaux chaudes ou froides,
 AUCUN sur les sources hydrothermales.
5 classes actuelles :
* Les holothuries : squelette disséminé dans le derme.
* Les astéries (étoiles à cinq bras bien connues,
mais aussi des formes aux bras plus nombreux – ex Acanthaster)
* Ophiures : corps circulaire et bras fins, très mobiles
* Crinoïdes : comatules connues des plongeurs.
sur les plaines profondes (>1000m), on trouve des formes pédonculées.
* Oursins : réguliers (rond) ou irréguliers : en profondeur, on rencontre des
oursins avec des piquants aux formes incroyables (très ramifiés, en cône…).
La fonction de ces ornementations très particulières est pour l'instant
inexpliquée (mais entraine une dépense énergétique).
Diversité des pédicellaires : (petits expansions tégumentaires entre les piquants)
 Nettoyage : petites pinces à 2 ou 3 mâchoires
 Défense : globifère, contiennent un venin.
 Tous les pédicellaires s'autotomisent lors de l'action et se régénèrent ensuite.
Crinoïde : lys de mer
Saracrinus nobilis
photographié au MNHN
Journées du Muséum - 16 et 17 janvier 2010
"Découverte et protection du milieu marin en plongée"
___________________________________________________________________________________
Compte-rendu rédigé par Hervé LIMOUZIN - Association PLONGEZ BIO !
___________________________________________________________________________________
Diversité de la locomotion : le système aquifère est
unique…
 Marche : podia et piquants
 Reptation (exemple des ophiures)
 La nage (crinoïdes)
Rôles des podia :
 Locomotion
 Respiration
 Nutrition
Rôles des palpules (petites expansions tégumentaires
situées autour des piquants) :
 Respiration
 Excrétion
 Peuvent s'autotomiser
Rôles des piquants :
 Locomotion
 Défense
Diversité des comportements alimentaires :
 Suspensivore : possèdent des appendices qui se déploient en un arc de filtration optimal.
 Détritivores (90% des holothuries le sont, quelques oursins irreg, certaines ophiures)
 Brouteurs (herbivores ou carnivores)
 Carnivores (des astéries pour la plupart)
Diversité des appareils masticateurs :
 Oursins : lanterne d'Aristote dont les dents poussent en continu
 Ophiures : dont les dents sont un caractère de détermination des espèces
 Astéries : pas d'appareil buccal, dévagination de l'estomac (carnivores)
Reproduction sexuée : émission de gamètes dans l'eau, fécondation externe (pas d'accouplement).
> ils sont donc grégaires par nécessité (augmentation des chances de fécondation)
> quelques cas de viviparité (œufs déposés et protégés sur le substrat) >> à voir sur DORIS
Reproduction asexuée : reconstitution à partir d'une partie :
> de nombreuses étoiles de mer sont capables de faire "repousser" un bras perdu.
> cas extrême des Linkia sp. qui peuvent reconstituer une étoile complète à partir d'un bras seulement.
>> à voir sur DORIS ou Ici
Les formes larvaires sont caractéristiques de chaque classe.
Larve d'échinoderme observée dans le plancton :
Photo © Hervé Limouzin
On rencontre de nombreux organismes associés, souvent monospécifiques (mollusques , crustacés, poissonsfieraster). Exemple, sur les Cidaridés antarctiques, on compte jusqu'à 50 espèces d'épibiontes !
Il n'y a pas d'échinodermes parasites. Certaines ophiures sont commensales d'autres ophiures.
Prédateurs des échinodermes :
 Entre eux
 Certains poissons mangent les jeunes /et les larves…
 Cigales, langoustes… mangent des échinodermes.
Journées du Muséum - 16 et 17 janvier 2010
"Découverte et protection du milieu marin en plongée"
___________________________________________________________________________________
Compte-rendu rédigé par Hervé LIMOUZIN - Association PLONGEZ BIO !
___________________________________________________________________________________