http://www.vins-bordeaux-negoce.com/histoire.asp
Dès le 11ème siècle, naît à Bordeaux, une classe de marchands faisant le commerce du vin vers l'Angleterre et qui se
développe avec le mariage d'Alienor d'Aquitaine et d'Henri II Plantagenet, futur roi d'Angleterre.
Au 17ème siècle, les Hollandais s'installent à Bordeaux
et les échanges avec les pays de l'Europe du Nord
s'intensifient, relayés au 18ème siècle par les
négociants d'origine germanique ou irlandaise. Ces
nouveaux venus s'installent dans le quartier situé hors
de la cité, le long du fleuve, appelé "Chartrons" en
raison de l'existence sur ces lieux, d'un ancien
monastère de Chartreux.
Le développement du commerce triangulaire voit l'ouverture du marché du vin vers les Iles et les Amériques.
La quasi totalité des vins était achetée en vrac (barriques). L’élevage se faisait dans les chais du négociant (y compris pour
les plus grands crus du Médoc).
Une fois élevés (au bout de 1 ou 2 ans), les vins étaient soit mis en bouteille par le négociant qui juxtaposait sur l’étiquette
son nom à celui du château (on achetait le « La Tour » de Kressmann ou on lui préférait « La Tour » de Barton etc...), soit
étaient expédiés en barriques vers d’autres Maisons de Négoce (notamment en Grande-Bretagne) qui se chargeaient ellesmêmes de la mise en bouteille et de l’étiquetage. La valeur ajoutée du produit se trouvait, à cette époque,
incontestablement au Négoce.
C'est dans la seconde moitié du 20ème siècle, que des Corréziens fixés dans la région de Libourne créent un deuxième pôle
de commerce des vins dans la région.
Initiateur, précurseur, le Négoce joue un grand rôle dans la mise en valeur du produit, sa sélection, sa conservation et sa
mise sur le marché. L'essor économique et intellectuel de la cité de Bordeaux qui s'affirme comme capitale des grands vins
est favorisé par l'aura des vins de Bordeaux à l'étranger.
Le rôle essentiel du Négoce, celui de Bordeaux tout particulièrement, est de réguler le marché, c’est-à-dire fidéliser une
clientèle en lui apportant une disponibilité permanente des produits à un prix et une qualité qui correspond à ses attentes.
Bordeaux a toujours eu la chance de disposer d’un Négoce fort et très diversifié qui permet au Vin de Bordeaux d’être connu
et apprécié dans le monde entier.
NEGOCE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI
Depuis 800 ans, les négociants-éleveurs
participent à la richesse de l'économie
régionale et sont des acteurs essentiels du
commerce extérieur français.
ROLE DU SYNDICAT
Le syndicat doit être une source d'information
privilégiée et de conseil, un lieu de concertation
et de prise de décision, une force de
proposition et de représentation de la
profession, un vecteur de communication et de
défense des intérêts du Négoce.
COMMERCIALISATION
Environ 400 Maisons de négoce sur l'ensemble
de la région bordelaise qui participent à la
commercialisation de 70% de la production des
Vins de Bordeaux.
VINS DE MARQUE
Un vin de marque est élaboré, mis en bouteille
et conditionné par un négociant qui signe
l'étiquette de son nom et de sa marque propre.
ECONOMIE DU VIN
Les chiffres de l'économie du vin.
LISTE DES NEGOCIANTS
Liste des adhérents à l'Union des Maisons de
Bordeaux.
Histoire
http://fr.voyage.yahoo.com/p-guide_voyage-484106-bordeaux_histoire-i
Les premières traces de la ville de Bordeaux datent du 1er siècle de notre ère. Burdigala fondee par les
Bituriges Vivisques au premier siècle est rapidement devenue une ville prospère. Cette prosperite fut
interrompue par une succession d'invasions barbares -Vandales, Wisigoths, Francs et Normandsjusqu'au XIIème siècle.
Bordeaux retrouve alors doucement son eclat avec le mariage d'Alienor d'Aquitaine et Henri II
Plantagenet en 1154. La ville devient alors anglaise pendant trois siècles et s'agrandit. Les exportations
de vin vers l'Angleterre au XIIIème siècle vont donner à Bordeaux sa reputation dans le commerce du
vin et la ville connaît son apogee sous Edouard de Woodstock. Les possessions anglaises se reduisent
petit à petit pour ne finir en 1453 qu'en une etroite bande qui s'etend de Bordeaux à Biarritz et après la
guerre de Cent ans, grâce à la bataille de Castillon, Bordeaux retombe sous l'autorite du roi de France.
La ville ne recouvrera sa souverainete qu'en 1462 et Louis XIV donnera definitivement le statut ville du
royaume de France à Bordeaux.
Bordeaux connaîtra une seconde apogee grâce au commerce du vin, son activite principale, mais
desormais, le commerce colonial augmente rapidement. A partir de 1660, le commerce entre la France et
les Antilles s'intensifie, et au XVIIIème siècle il est de plus en plus prospère. Comme le commerce
espagnol, c'est essentiellement un commerce triangulaire: exportation par Nantes, Bordeaux, Rouen de
produits fabriques et de quincaillerie. Cette dernière est echangee au Senegal ou en Guinee contre des
esclaves qui sont transportes à Saint-Domingue, à la Guadeloupe, à la Martinique. Les navires en
rapportent du sucre, du cafe, de l'indigo. En 1774, la France a vu revenir 562 navires provenant des
Antilles et près de la moitie ont atterri à Bordeaux.
Cependant, la ville est touchee par la Revolution, l'Empire et la Terreur. Le negoce est donc fortement
ralenti et ne reprendra qu'au milieu du XIXème avec le commerce de l'arachide. Bordeaux devient à
nouveau un pôle commercial et industriel. Malheureusement, le phylloxera, une maladie de la vigne, aura
de fâcheuses consequences sur le vignoble du bordelais. Au debut du XXème la ville va connaître un
regain d'activite grâce à l'armement, puis durant la seconde guerre mondiale une periode de troubles
telle que la collaboration avec notamment des personnages tels que Maurice Papon va frapper Bordeaux.
A la fin de la seconde guerre mondiale, Jacques Chaban-Delmas est depute radical-socialiste de la
Gironde; il devient maire de Bordeaux en 1947 et le reste jusqu'aux elections municipales de 1995 où
Alain Juppe lui succède. Jacques Chaban-Delmas aura ete maire de la ville pendant près de cinquante
ans. Le Bordeaux d'aujourd'hui reflète, certes, ces etapes de son histoire, mais il s'insère aussi dans une
vaste agglomeration dont l'existence a ete reconnue et organisee par la creation de la Communaute
urbaine de Bordeaux (loi du 31 decembre 1966). Alors que la commune seule de Bordeaux ne comptait,
en 1990, que quelques 210 428 habitants, l'ensemble de l'agglomeration atteignait 696 587 habitants.