éalisations 2015/2016
rincipales
rands
arcs
Jardin Massey : 11 ha
Travaux au cimetière nord
(aménagement circulation, plantation)
Parc de l’Echez : 8,5 ha
Jeux d’enfants au Jardin Massey et à l’école Henri IV
Parc Bel Air : 3,5 ha
Pigeonnier au Jardin Massey
Parc des Bois Blancs : 1,6 ha
Labyrinthe végétal au Jardin Massey
en partenariat avec le Lycée Adriana
Parc Chastellain : 2,3 ha
Accessibilité PMR au Jardin Massey et au Parc Bel Air
Extension jardins familiaux chemin de Perseigna
Suspensions avenue de la Marne
Allées du Général Leclerc : 1,5 ha
Parc de la Sellerie : 1 ha
Berges de l’Adour : 11 ha
Giratoire avenue Hoche
Etanchéité du lac au Parc Chastellain
arbes
SM
portes
ouvertes
erres
unicipales
Visite commentée
par les agents des Serres
dimanche
1er mai 2016
ille verte
Surface totale d’espaces verts : 83 ha
de 9h30 à 18h
sans interruption
Surface moyenne d’espaces verts par habitant : 19,30 m²
Nombre de site d’intervention : 208
Nombre de points fleuris : 160
Nombre de suspensions fleuries : 975
chemin des Carrerots
Surface massifs fleuris : 5 800 m²
Nombre d’arbres sur espaces verts : 14 120
Nombre d’arbres d’alignement : 3 380
Ne pas jeter sur la voie publique - conception graphique : service Communication Mairie de Tarbes
GRATUIT
Service Paysage
et Espaces Publics
de la Ville de Tarbes
Pour le fleurissement des bureaux et des manifestations :
les
erres
unicipales
Les serres permettent de produire l’ensemble des plantes à massifs pour le fleurissement des
parcs, des quartiers et des ronds-points de la ville, et ce tout au long de l’année.
Le fleurissement s’appuie également sur la mise en place de suspensions dans des zones urbaines et minérales. Nous produisons du fleurissement hors sol pour l’été et pour l’hiver.
Nous avons également une activité de décoration florale des locaux administratifs (confection de
bouquets, plantes vertes et fleuries) ainsi que le prêt de végétaux aux associations.
les
tructures
Serre verre : 1 800 m²
Tunnel plastique : 2 200 m²
Ombrière : 1 200 m²
Hangar de stockage : 250 m²
ocus sur les productions annuelles en régie
Pour le fleurissement des espaces publics, l’activité se répartit ainsi :
90 000 plantes annuelles issues de semis, boutures et jeunes plants
en 130 genres et 250 variétés.
720 suspensions (350 avec deux coupes), 70 compositions végétales.
75 000 plantes bisannuelles en 15 genres et 40 variétés.
35 000 bulbes (tulipe/narcisse/fritillaire/jacinthe).
260 suspensions d’hiver avec 2 coupes, 40 compositions végétales.
10 000 plantes vivaces et graminées en 60 espèces.
1200 chrysanthèmes multifleurs en 5 coloris.
Production de fleurs coupées (narcisse, iris, alstroemeria, delphinium, dahlia…..)
2000 plantes vertes et fleuries pour les décors.
170 végétaux (arbres, arbustes) de prêt aux associations.
520 compositions de fleurs coupées en 2015 dont 350 réalisées avec des fleurs en production interne.
55 gerbes pour cérémonies.
250 compositions avec des potées fleuries.
Le personnel :
1 technicien territorial, 6 agents techniques
et 1 apprentie en BTS Production Horticole.
les
lantes mellifères
Les plantes mellifères (visitées par les abeilles et autres insectes) sont des plantes dont les fleurs
assurent aux colonies un apport en nectar (dites plantes nectarifères) ou en pollen (pour les
plantes pollinifères) voire les deux à la fois. Il en existe en France environ 450. Afin de pouvoir
fournir de la nourriture tout au long de l’année, on peut s’appuyer sur un calendrier floral.
Voici un calendrier floral avec quelques genres :
Afin d’obtenir une grande biodiversité dans un lieu,
il faut pouvoir offrir aux insectes le « gîte » et le « couvert ».
Quelques conseils et astuces à mettre en pratique chez vous...
un
ôtel à insectes, ça sert à quoi ?
Un hôtel à insectes est un lieu qui va permettre la présence d’insectes dans un
jardin, dans un écosystème où la biodiversité est recherchée. Il permet de part ses
caches diverses leur survie hivernale et l’été, il peut servir de support de ponte à
certaines espèces comme les abeilles maçonnes.
A chaque espèce des besoins particuliers :
Les chrysopes se cachent dans des bûches percées ou boîtes remplies de papier
froissé. Discrète dans le jardin, l’une des chrysopes les plus communes est surnommée le « lion des pucerons » (Chrysopa perla). Les chrysopes sont au même
titre que la coccinelle dont la larve est friande de pucerons, de véritables alliées
du jardinier.
Les coccinelles apprécient de se réfugier sous des feuilles mortes, dans des trous percés sur bûches,
entre des planchettes.
Les perce-oreilles se logent sous un pot de fleur rempli de paille, de fibres de bois. Le perce-oreille
encore appelé « forficule » est polyphage et donc grand consommateur d’insectes nuisibles (pucerons, psylles).
Les osmies (petite abeille solitaire) s’installent dans des tiges creuses ou bûches percées. Les osmies
ou « abeilles maçonnes » jouent un rôle important dans la pollinisation, il faut donc les préserver.
JANVIER
FEVRIER
MARS
perce-neige
cornus / noisetier / saule
crocus / laurier tin
mahonia / pervenche
prunellier / pulmonaire
romarin / daphnée
AVRIL
MAI
JUIN
amélanchier / anémone / cercis
aubretia / bourdaine /buis
cerisier colza / doronic / érable
frêne / giroflée / monnaie du pape
muscari / myosotis / pêcher
poirier / pissenlit
acacia / ancolie / aubépine
cotoneaster / bourrache / cerfeuil
chèvrefeuille / consoude
framboisier / fraisier / glycine
marronnier / mélisse / moutarde
saponaire / sureau
chardon / marjolaine / céanothe
gingko / hémérocalle / nepeta
sauge /nigelle /thym
valériane / tilleul / véronique
soucis / tamaris
JUILLET
AOUT
SEPTEMBRE
caryoptéris / centaurée / châtaignier
eupatoire / gaillarde / phacélie
rose / trémière / rudbeckia
santoline / savonnier
serpolet / symphorine
hibiscus / tagete
tournesol / verveine
aster / callune
eucalyptus / lierre
OCTOBRE
NOVEMBRE
DECEMBRE
arbousier / glycine / épine vinette
olivier de bohème
rose de noël
bruyère/mahonia
Téléchargement

Télécharger - Mairie de Tarbes