STOLZ Olivia
PARIETAIRE OFFICINALE
PARIETARIA OFFICINALIS L.
CLASSIFICATION CLASSIQUE
Règne
Plantae
Sous-règne
Tracheobionta
Division
Magnoliophyta
Classe
Magnoliopsida
Sous-classe
Hamamelidae
Ordre
Urticales
Famille
Urticaceae
Genre
Parietaria
CLASSIFICATION PHYLOGENETIQUE
Clade
Angiospermes
Clade
Dicotylédones vraies
Clade
Rosidées
Clade
Fabidées
Ordre
Rosales
Famille
Urticaceae
Nom vulgaire : Pariétaire
Nom latin : Parietaria officinalis (du mot latin paries « muraille »: plante poussant sur les murs).
La Pariétaire officinale fait partie de la famille des Urticacées qui est une famille de plantes
aux fleurs apétales et généralement unisexuées. Ce sont des arbustes, des lianes, des plantes
herbacées et quelquefois des arbres des régions tempérées à tropicales. C'est une famille
cosmopolite.
La famille des Urticaceae comprend près de 2625 espèces réparties en une soixantaine de
genres : On y trouve le genre des Urtica (les orties) ou Boehmeria (la ramie) par exemple.
Description de la plante
Il s'agit d'une plante herbacée hémicryptophyte, c'est-à-dire que ses bourgeons de
renouvellement sont situés au niveau du sol. Biotopes : haies, vieux murs, décombres, bords
de chemins. La floraison s'étend de juin à septembre. On la trouve en Belgique, en
Allemagne, en Pays-Bas, en Danemark et en France. Cette plante supporte une ombre de 0 à
moyen.
L'Appareil Végétatif
La pariétaire officinale est une plante vivace de 30 à 100 cm de haut. Elle est pubescente à
souche assez forte. Ses tiges sont velue, dressée-arquée, assez cassante qui peuvent mesurer entre
20 et 80 cm. Les poils couvrant les tiges et les nervures sont courbes et non urticants.
Poils courbes
Feuille
Ses feuilles sont assez grandes ou petites, pétiolées, ovales ou elliptiques-lancéolées, atténuées aux
deux bouts, plurinervurées, ponctuées. Elles sont longues de 3 à 12 cm, longuement acuminées.
Elles sont alternes à limbe entier. Le limbe foliaire peut atteindre 15 cm de longueur.
Racine
Appareil reproducteur
Les fleurs sont petites (2-4 mm), verdâtres et réunies par 5, en glomérules pluriflores à
l'aisselle des feuilles et le long de la partie supérieure de la tige. Elles sont subsessiles et rameuses.
Les bractées sont décurrentes, un peu plus courtes que les fleurs.
On trouve trois types de fleurs :
o des fleurs femelles (en général, une au centre du glomérule) à 4 sépales. Leur style est
terminal et leur stigmate en pinceau. 4S+1C
o des fleurs males assez rares bractéolées et à 4 sépales et 4 étamines. 4S+4E
o des fleurs hermaphrodites entourées de bractées libres et d'un périgone 4-lobé, tubuleuxallongé après la floraison.
Fleur hermaphrodite
Fleur hermaphrodite avec les
étamines déployées
Les 4 étamines sont repliées dans le bouton et lorsqu'elles s'ouvrent, se détendent brusquement en
projetant la poussière du pollen.
Le calice des fleurs fertiles ne s'allongent pas après la floraison.
Le fruit est un akène, ovoïde comprimé, noir, brillant, d'environ 1,5 mm qui reste entouré du
périgone accrescent, sec.
Graine de Pariétaire officinale
Usage en pharmacopée
o Diurétique
o Son indication préférentielle est pour les maladies des voies urinaires. En effet, les feuilles
desséchées sont diurétiques (infusion : 20g par litre d’eau).
o Les feuilles sont vulnéraires. En effet, les cataplasmes des feuilles broyées ont une action
lénitive sur les brûlures superficielles. Elles sont adoucissantes et émollientes.
o La Pariétaire officinale est cholagogue. C’est-à-dire qu’elle a pour effet de faciliter
l’évacuation de la bile vers le duodénum.
o De plus, elle est dépurative et antirhumatismale, elle empêche la formation de calculs
rénaux.
Elle est conseillée en cas de néphrites, de coliques néphrétiques, de cystites, d’œdèmes et est
également laxatives.
Composants chimiques : La pariétaire officinale est connue pour être riche en mucilage, en
flavonoïdes, en nitrate de potassium, en calcium et en tanins qui sont des composés aux vertus
thérapeutiques.
o Mucilage : Il s’agit d’une substance polyosidique (parfois liée à des protéines) de
consistance généralement onctueuse ou gélatineuse. En présence d’eau, le mucilage a
tendance à donner une gelée visqueuse et épaisse due à l’augmentation importante de
volume. C’est pourquoi, cette substance est utilisée comme émollient et laxatif.
o Flavonoïdes :
Ils appartiennent à la famille des polyphénols. Ils possèdent un squelette de base à quinze atomes de
carbones constitués de deux cycles en C6 (A et B) reliés par une chaîne en C3.
On leur reconnait des activités anti-virales, anti-tumorales, anti-inflammatoires, anti-allergiques et
anti-cancéreuses
.
Squelette de base des flavonoïdes
o Tanins : il s’agit de composés phénoliques faisant précipiter les protéines. Certains
d’entre eux ont des propriétés anti-oxydantes et stoppent le développement des
microbes. L’acide tannique est utilisé en médecine comme astringent anti-diarrhéique.
Exemple de tanin catéchique
o Nitrate de potassium : KNO3
La combinaison des flavonoïdes et du nitrate de potassium donne une propriété diurétique à
la Pariétaire officinale.
Structure atomique du nitrate de potassium
o Calcium : Ca2+
Téléchargement

STOLZ Olivia PARIETAIRE OFFICINALE PARIETARIA OFFICINALIS L.