Date : 13/01/12
L2
Professeur : Garaffo
2011-2012
Nombre de pages : 11
APPAREIL DIGESTIF
Ronéo n° : 26
Intitulé du cours : médicaments de l'hépatite virale, insuffisance hépatique et médicaments
Chef Ronéo :Gabriel Al Khansa
Binôme : Alix Schoulmann
/Kellen Briot
Binôme:
Partenaires
Corporation des Carabins
Niçois
UFR Médecine
28, av. de Valombrose
06107 Nice Cedex 2
www.carabinsnicois.com
[email protected]
Pharmacologie
Médicaments de l'hépatite virale, insuffisance hépatique et
médicaments
Coucou à tous alors le prof nous a dit qu’il avait mis les diapos sur internatice mais ce jour elles n’y sont toujours pas et je
doute qu’on les ait un jour. Cependant les photos des diapos seront sur Carabins d’ici peu.
Le foie est un organe important dans le métabolisme des médicaments et notamment par le biais des
microsomes hépatiques de type cytochrome P450 il va avoir la capacité de métaboliser des substances
exogènes comme les médicaments.
Le foie peut être très sensible à l’effet de ces médicaments d’une part et d’autre part peut souffrir d’autre
atteinte de type infection virale,… qui peut le mettre en difficulté dans son fonctionnement et donc avoir une
répercussion sur le métabolisme des médicaments.
Au niveau du foie il y a le métabolisme par les cytochromes : les biotransformations mais aussi directement de
l’excrétion.
Si :
-
Les cytochromes sont atteints : insuffisance hépatocellulaire => diminution de la biotransformation
L’excrétion (se fait par les voies biliaires) se fait mal : cholestase => diminution des excrétions et à un
degré moindre de la biotransformation si se sont des médicaments qui entrent en compétition avec les
sels biliaires
Les modifications cinétiques que l’on observe dans l’insuffisance hépatique :
-
Augmentation de la bio disponibilité
Ralentissement de l’absorption digestive
Diminution de la fixation aux protéines (moins de protéines sont synthétisées donc les médicaments se
fixeront moins que d’habitude)
Augmentation du volume de distribution (il y a plus de forme libre parce que le médicament est moins
fixé)
Diminution des biotransformations
Extraction hépatique des médicaments :
La clairance est fonction du débit et du coefficient d’extraction
ClH = QH* EH
avec QH le débit sanguin hépatique et EH le coefficient d’extraction
EH =
-
avec fu la fraction libre et Cli la clairance intrinsèque
E > 0,7 (Cli>> QH): les médicaments sont dépendants du débit sanguin => cirrhose principalement.
E < 0,3 (Cli<< QH): les médicaments sont dépendants de la fraction libre => hépatite, à un degré
moindre cirrhose.
Ce qu’il faut retenir :
- Clairance hépatique diminuée dans la cirrhose sauf pour les médicaments de nature acide faible à
fixation protéique importante (>90%) et E faible.
- Fixation protéique diminuée dans la cirrhose, corrélativement à l’hypo-albuminémie  augmentation
de la fraction libre  augmentation Vd (volume de distribution) et Cl si E est faible et diminution des
concentrations en médicament.
 Conséquence des fonctions des modifications respectives de FP, Cl, Qh
- Excrétion biliaire diminuée dans l‘hépatite (aigue>chronique)
-
Réactions CYT P450 dépendantes sont plus modifiées que les réactions de conjugaison : glucorono
Conjugaison peu modifiée, sulfo/glutathion C. et acétylation plus altérée.
La biodisponibilité des médicaments à EH élevé est augmentée par diminution de Cli et par les shunts
(cirrhose). Pour les médicaments à EH élevé, il est intéressant de faire une dose de charge pour saturer
les sites de métabolisation pour ne pas laisser le patient sous-dosé pendant des périodes trop longues.
La toxicité des médicaments sur le foie conduit à des hépatites médicamenteuses :
- Un risque d’hépatotoxicité faible (1/100 à 1/10000) mais sans doute sous-estimé
- La polymédication et des mécanismes génétiques (qui influence le transfert des médicaments vers le
foie ou la sortie du foie) ou acquis se surajoutent à la toxicité intrinsèque des drogues, notamment chez
le sujet âgé.
Pourquoi le foie semble plus exposé que d’autres organes à cette toxicité :



Débit sanguin élevé, d’où présence massive de xénobiotique au niveau du foie
L’hépatocyte est le siège quasi-exclusif de la biotransformation (90%) des xéniobiotiques liposolubles
Le foie est donc particulièrement exposé à l’éventuelle toxicité des composés parents et de leurs
métabolites
Cellules impliquées dans l’hépatotoxicité des médicaments :
-
Hépatocyte : si cytolyse : hépatite aigue, cholestase, hépatite chronique,/cirrhose, stéatose,
phospholipidose, stéatohépatite, hépatite granulomateuse
Cholangiocyte : cholangite aigue et chronique ou cholangite sclérosante
Cellule endothéliale : maladie veino-occlusive, dilatation sinusoïdale, syndrome de Budd Chiari,
péliose
Cellule Ito : fibrose péri sinusoïdale
En fonction des cellules touchées, il y a différents types d’atteintes hépatiques :
-
Tous les aspects clinico-biologiques des hépato-pathies sont possibles, de l’hépatite aiguë (incluant
l’hépatite fulminante) à l’hépatite chronique active avec des risques de cirrhose.
On retrouve parfois une nécrose hépatocellulaire (tableau d’hépatite aigue ou subaiguë), une
cholestase ou un syndrome mixte.
L’administration prolongée du médicament peut entraîner une hépatite chronique ou une cirrhose et
des lésions chroniques peuvent également survenir malgré l’arrêt du médicament lorsque le
médicament persiste longtemps dans le foie.
La toxicité directe
Elle est caractérisée par :
- La possibilité de reproduction expérimentale
- Une relation dose-effet significative
- Une relative constante de l’apparition des complications et des types de lésions histologiques ….
EX du PARACETAMOL
Si on fait un surdosage avec du paracétamol, notamment chez les enfants et les sujets âgés ça peut être
dramatique.
Normalement 85% du paracétamol est pris en charge par le métabolisme de phase II avec une évolution vers
des dérivés sulfatés ou glucoroné qui sont non toxiques. Mais une petite partie est métabolisée par une voie
annexe qui passe par le CYTP 2A notamment et qui va conduire à un métabolite très réactif qui est pris en
charge par le glutathion. Mais si l’organisme est dépassé dans ces mécanismes de défense et si la prise est trop
importante ces métabolites réactifs vont s’accumuler et conduire à une toxicité.
Si on a une induction enzymatique du CYTP 2A, on va avoir une augmentation de la voie métabolique
annexe.
Le pourcentage d’insuffisance hépatique aigue survenues aux Etats-Unis suite à une intoxication au
paracétamol est passé de 28% en 1998 à 51% en 2003. C’est donc loin d’être négligeable.
Mécanismes de protection :
De nombreux systèmes de protection évitent l’hépato toxicité des médicaments :
- Inactivation des CYT P450
- Les voies normales du métabolisme qui conduisent à détoxifier le médicament par des réactions de
phase I et II
- Epoxyde d’hydrolase (enzyme hépatique) transforment les époxydes réactifs (radicaux libres) en
dihydrodiols stables
- Conjugaison au glutathion
- Protection contre la péroxydation lipidique (glutathion, glutathion peroxydase et transferase)
- Protection des différentes formes instables de l’oxygène (superoxyde dismutase et catalase)
Ces mécanismes sont globalement dépassés en cas d’intoxication trop importante.
Par opposition à la toxicité directe, on définit l’idiosyncrasie (= réaction immuno-allergique).
-
-
L’idiosyncrasie est non reproductible, semble indépendante de la posologie (n’est pas dose
déppendante), survient chez certains individus du faits de facteurs génétiques (polymorphisme
génétique) ou acquis (hépatopathie sous-jacente, dénutrition).
Les hépatites idiosyncrasique peuvent s’accompagner d’un tableau immuno-allergique associant
fièvre, éruption cutanée et hyperéosinophilie (marqueurfidèle de ce type de réaction allergique)
Les hépatites immuno-allergiques sont imprévisibles sauf si on sait que le patient est allergique à un
médicament qu’il ne faut donc pas utiliser. Les médicaments ou métabolites vont se fixer à une
protéine pour créer un néo-antigène qui induira une immunisation spécifique responsable d’une
atteinte hépatique.
Impact génétique sur l’hépatotoxicité médicamenteuse Ex de l’AINS lumiracobix
Hépatites idiosyncrasiques (avec ALAT > 3X la normale) chez 2,5% des patients => retrait du marché
Etudes génétiques : hépatotoxicité prédictible par présence de mutations dans le système HLA.
HLADQA1 : valeur prédictive négative : 99%
Ces polymorphismes sont présents principalement au niveau des cytochromes P450 mais également sur les
transporteurs qui sont responsables du transfert des médicaments du sang vers l’hépatocyte et de l’hépatocyte
vers les canalicules biliaires. Si ces transporteurs sont mutés, il y a des modifications du transport des
médicaments vers l’hépatocyte.
Mais il n’y a pas que les médicaments qui sont concernés :
Hépatotoxicité de Tusanqi :
- Préparation traditionnelle chinoise antalgique
- Plus de 50 cas de maladie véno-occlusion
- Toxicité liée à confusion entre Gynora segetum et Sedum aizoon
- Gynora segetum contient des alcaloïdes de la pyrrolizidine toxiques et qui donnent des métabolites
toxiques qui vont se fixer sur les protéines environnantes au sein des hépatocytes => diagnostique de
certitude
Ex du transporteur UGT1A1 : il peut avoir un polymorphisme sur l’ 1A128 et ce génotype va avoir un rôle sur
la concentration en bilirubine, sa conjugaison. Et si le patient prend un traitement contre le VIH, des antirétroviraux, selon les classes médicamenteuses on va avoir un impact sur le volume de bilirubine totale.
Ces médicaments sont principalement l’atazanavir et l’atenavir qui sont 2 inhibiteurs de protéases et qui sont
eux-mêmes métabolisés par cet UGT et donc il peut y avoir des phénomènes de compétition avec la bilirubine
totale. On voit donc une augmentation de la toxicité de ces médicaments par inhibition du métabolisme.
Toujours dans des réactions d’hypersensibilité dans les médicaments contre le SIDA, l’abracavir donne
naissance à un métabolite qui est toxique et provoque une réaction d’hypersensibilité retardée et on s’est
aperçu que cette relation survenait essentiellement pour des gens qui avaient une mutation sur le gène
HLAB5701.
La recommandation était alors de screener tous les patients avant de les mettre sous abracavir pour voir s’ils
avaient le gène muté ou non et cela a permis de réduire de moitié le risque d’avoir une réaction
d’hypersensibilité.
ABSORPTION : la voie orale
Quand on donne un médicament, il est désintégré puisqu’il doit être sous forme soluble pour pouvoir ensuite
être résorbé. La vidange gastrique va le conduire dans l’intestin et il va ensuite passer à travers les entérocytes
et se retrouver dans la veine porte pour aller au foie. Il peut alors se produire l’effet de premier passage
hépatique.
Effet de premier passage :
Au départ on administre le médicament qui correspond à 100% de la dose.
- 40% reste dans le tractus digestif
- 60% passe dans la circulation sanguine
- A travers les cellules de l’intestin, perte de 10%
- 50% du médicament arrive dans la veine porte
- S’il y a une métabolisation intense à 40%
- Il ne reste plus que 10% dans la circulation générale.
 Utilisation d’une dose de charge pour saturer ses mécanismes pour contrer l’hypercaptation hépatique.
Biodisponibilité pour la voie orale :
F = fabs x Fg x Fh = 0,6*0,83*0,2 = 0,1 (très faible, on administre alors le médicament par une autre voie)
On peut aussi observer un autre cycle, qui est le cycle entéro-hépatique :
Excrétion dans la bile de certains médicaments (ex : rifampicine)  concerne les médicaments polaires et les
médicaments conjugués. Les médicaments passent par le foie, sont excrétés par les canalicules biliaires et
reviennent dans l’intestin. Ils sont alors susceptibles d’être réabsorbés de nouveau au niveau hépatique : c’est
le cycle entéro- hépatique qui a pour effet de prolonger la durée de persistance
du médicament.
Médicaments conjugué : conjugaison d’un groupement chimique du médicament
avec une molécule endogène (acide glucuronique, sulfate, acétyl) complexe
plus polaire et soluble  élimination facilitée
Sur les courbes pharmacocinétiques au lieu d’avoir une élimination qui est
régulière, on a des petits retours systématiques aves des remontées, comme si on
avait ré administré un peu de médicament.
ELIMINATION : clairance hépatique
Paramètre représentant la capacité d’épuration du sang d’un xénobiotique:
- Par un organe particulier (rein, foie, autres) : Cl hep = Cl (métabolisme) + Cl (excrétion biliaire)
- Ou par l’organisme entier clairance systémique: Cl totale = Cl hep + Cl rein + Cl autres
Phénomène du cycle entéro-hépatique est étroitement lié à cette élimination biliaire.
-
Médicament ou métabolites dans la circulation sanguin : => Foie (canalicules biliaires) => passage dans
la vésicule biliaire => tube digestif

Réabsorption (CEH)

Elimination fécale
- Concerne surtout les grosses molécules et les métabolites conjugués
- Fait intervenir des transporteurs membranaires
On se rappelle du calcul de la clairance systémique :
Cl = Q x E
et E =
Clairance : modèle général :
CL = Q x E = Q
E compris entre 0 et 1  Clmax = Q.
Clairance totale : Q débit sanguin cardiaque et Centrée : concentration aortique approximée
Clairance d’un organe : Q débit sanguin de l’organe et Centrée : concentration veine porte pour le foie
Dans le cas du foie, en plus de la simple captation qui va conduire à une élimination ou à une restitution du
médicament, on a en plus la partie métabolisme intrinsèque qui correspond à la possibilité pour les enzymes
hépatiques de se débarrasser et transformer le médicament.
Cl organe =
=
= Q* E
Les médicaments qui ont E< 0,3 dépendent de la fraction libre, non liée aux protéines car le foie n’extrait pas
beaucoup le médicament.
Les médicaments qui ont E> 0,7 dépendent du débit hépatique.
Le but de tout cela est la détoxification, mais celle-ci se fait en augmentant l’hydrophilie et donc en facilitant
l’élimination du médicament.
Réactions de phase 1 : modification de la structure de la molécule : oxydation, réduction, dé-alkylation,
hydrolyse (estérase) en dehors du foie le plus souvent
Réaction de phase 2 : ajout de groupements, conjugaison : glucuronidation, sulphoconjugaison, acétylation,
methylation
Métabolisme = Enzymes : inhibition, induction, interaction médicamenteuses ; influence des gènes,
environnement ; variabilité inter et intra individuelle
% de CYP 450 impliqués dans le métabolisme des
médicaments.
Le CYP3A4 est le plus impliqué dans le métabolisme des
médicaments.
Effet inducteur : la possibilité de certains
médicaments d’induire l’activité du gène qui va
coder pour les cytochromes => plus de métabolites
formés  la concentration des médicaments
dépendant du métabolisme de CYP450 va diminuer
et ils risquent d’être inefficaces.
Effet inhibiteur : c’est l’inverse mais c’est une
interaction purement mécanique: un médicament va
avoir une affinité particulière pour le site actif de
l’enzyme et va se fixer dessus et empêche d’autres
médicaments de se fixer et va inhiber la sélectivité
métabolique. Le résultat c’est que le médicament qui
est éliminé par métabolisation le sera beaucoup
moins. Il y a donc un risque de toxicité par surdosage.
Quand un médicament a plusieurs types de voies métaboliques, on a moins de risque de surdosage ou de
sous-dosage et d’interaction médicamenteuse.
Les médicaments de l’hépatite C
Jusqu’à aujourd’hui le traitement officiel de l’hépatite C se fait par l’association ribavirine-interféron et est
très efficace. C’est important puisque l’hépatite C est l’infection virale la plus rependue dans le monde, plus
importante que le SIDA et il y a d’ailleurs beaucoup de patients qui sont co-infectés par le VIH et le VHC.
La RIBAVIRINE :
Analogue nucléosidique de la purine
Forme active : ribavirine triphosphate
Effet anti-viral : réplication virale (faible ; 0,3log), 2’5’ OAS en synergie avec l’interféron,
inhibition de l’IMPDH et donc la réplication qui a besoin de cette enzyme ne peut plus se faire
Réduction de synthèse de GTP, mutations possibles (NS5b)
Mécanisme d’action mal connu.
L’association ribavirine-interféron est plus efficace dans le temps que la ribavirine ou l’interféron seuls.
Effets indésirables de la ribavirine :
- Anémie hémolytique mais maintenant avec l’utilisation des facteurs de croissances hématopoïétiques
on arrive à différer l’arrêt du traitement
- Hépatotoxique
- Tératogénicité
- Toux et dyspnée
- Rash et purit
- Insomnie
- Anorexie
 Arrêt dans 10 à 20% du cas, réduction de dose = 7 à 9%, contraception, contre-indications
Nouvelles cibles du traitement antiviral, toutes sont étudiées. Les plus avancées sont les inhibiteurs de
protéases et ils ont reçu l’AMM. Les prochains devraient être les inhibiteurs de la polymérase.
Similitudes entre VIH et VHC :
Très forte charge virale
Résistance primaire étendue
Résistance acquise étendue
Danger des monothérapies séquentielles
Thérapies multi drogues
Très forte charge virale
Résistance primaire étendue
Résistance acquise étendue
Danger des monothérapies séquentielles
Thérapies multi drogues
Différences entre VIH et VHC :
Non guérissable
Uniformément fatal
Intégration chromosomique
Mutations de résistance répertoriées
Existence de réservoir
Traitement avec trois molécules
minimum
Traitement à vie
Guérissable (association ribavirine
interféron)
Pas uniformément fatal
Pas d’intégration dans l‘ADN
Pas de mutations de résistance répertoriées
Pas de réservoir identifié
au Traitement avec deux molécules au
minimum
Traitement limité (48 à72 semaines)
Le principal objectif en ce qui concerne l’hépatite C est de réussir à guérir les patients qui ne répondent pas au
traitement ribavirine-interféron et essayer de réduire la durée des traitements (1 à 2 ans).
Commente prévenir les interactions médicamenteuse, notamment chez les patients co- infectés VIH VHC :
- Prudence lors de l’instauration de tout nouveau traitement
- Connaitre le métabolisme des nouvelles molécules anti-VHC
- Savoir quels peuvent être les sources d’informations si nécessaire
- Comparer les profils métaboliques des médicaments que l’on souhaite associer avant de commencer le
traitement
En pratique :
- Evaluation soigneuse des co-médications
- Arrêt ou remplacement des médicaments à interactions
- Si impossible : contrindication au traitement /traitement moyennant surveillance spécifique
Quelle que soit l’anti-protéase utilisée, il est vivement déconseillé de :
-
Diminuer la posologie de cette anti-protéase
De reprendre le traitement après un arrêt temporaire
au risque de voir apparaitre des résistances virales possiblement définitives.
Les inhibiteurs de protéases notamment interagissent beaucoup avec les autres médicaments et sont
capables d’inhiber leur métabolisme.
Les inhibiteurs de protéase :
Le bocéprévir et le telaprevir sont des inhibiteurs de la protéase NS3/4A du virus de l’hépatite C. Ils ont
obtenus l’AMM chez des patients mono-infectés et sont en cours d’essais clinique chez les co-infectés. Chacun
d’eux est utilisé en association avec le peginterféreon alpha et la ribavirine. Leur mécanisme d’action est
comparable à celui des inhibiteurs de la protéase du VIH.
Nouvelles molécules anti-VHC
- La thérapeutique conventionnelle par IFNα + ribavirine ne permettent en général pas d’obtenir une
réponse virologique chez 50% des patients
- Il était donc nécessaire de développer de nouvelles drogues pour augmenter cette efficacité
- Nouvelle classe : inhibiteurs de la sérine protéase du VHC telepravir et boceprevir viennent d’obtenir
leur AMM
- En effet les résultats de la trithérapie IP + IFN et ribavirine ont été convaincants.
Résultats en clinique : pour le boceprévir on a évalué l’indétectabilité du virus obtenu chez les patients et pour
le télaprevir on a évalué la réponse virale soutenue et on voit dans les 2 cas une réponse qui est nettement
améliorée lorsque l’on ajoute du boceprévir ou du télaprevir à l’association ribavirine-interféron.
Le boceprévir et le télaprevir ne se comportent pes de la même manière sur le plan pharmacocinétique.
Pharmacocinétique du Bocéprevir :
 Plusieurs voies de métabolisation :
- Métabolisation principale : voie AKR (aldo-kéto réductase)
- En partie métabolisée par CYP 450/A5
- Substrat et inhibiteur Pgp doc possibilité d’interactions médicamenteuses
 Pharmacocinétique :
- 75% liaison aux protéines plasmatiques
Temps de demi-vie : 3,4h (courte donc administration 3X par jour)
- Elimination : fèces 79% et urines 9%
Contrindication Boceprévir :
- Médicaments dont la clairance dépend fortement du CYP3A4/5 et AKR
- Pour lesquels des concentrations plasmatiques élevées sont associées à des événements graves et/ou
engageant le pronostic vital
 Médicament à marge thérapeutique étroite
Pharmacocinétique du télaprevir :
 Une voie de métabolisation largement majoritaire
- CYT P450 : substrat CYP3A4 et Pgp
- Inhibiteur sélectif CYP3A4/5 isozymes
- Substrat et inhibiteur Pgp
 arguments pour être à l’origine d’interactions médicamenteuses

Pharmacocinétique
- 75% liaison aux protéines plasmatiques
- Temps de demi-vie : 3,4h (courte donc administration 3X par jour)
- Elimination : fèces 79% et urines 9%
Pour le boceprévir, la prise du médicament au cours d’un repas permet l’augmentation de 60% de la
biodisponibilité peut importe la nature du repas.
Avec le télaprevir c’est différent il peut y avoir une modification par la prise d’un repas mais celui-ci doit être
essentiellement lipidique qui va améliorer de 20% la biodisponibilité ; par contre en absence de repas on a une
perte très importante de biodisponibilité – 73%.
Il va y avoir l’impact sur des populations particulières, à risque. Pour le sujet âgé, on ne sait pas si ça modifie
les propriétés d’élimination de ces médicaments. Pour les insuffisants hépatiques et rénaux peu de
modification significative pour le boceprévir. Pour le télaprevir l’élimination est réduite (50% de la
biodisponibilité) par l’insuffisance hépatique => il faut donc faire une adaptation de posologie. Chez
l’insuffisant rénal c’est globalement pareil (modification de 10 à 20%), avec le télaprevir.
Effets secondaires :
- Telaprevir : rach 37%(sévère 7%), anémie => arrêt effets secondaires 13-20%
- Boceprevir : anémie X2 (50%), dysgeusie, vomissement => arrêt effets secondaires 9-19%
L’impact des associations médicamenteuses : exemple le bocéprevir en présence d’Efavirenz ( anti
rétroviral) qui a des propriétés inductrices enzymatiques du CYP 3A4 qui entrainent des
modifications qui ne semblent pas très significatives puisque le boceprévir est principalement
métabolisé par des AKR.
Le télaprevir : même si des interactions existent, elles n’ont pas forcément de significations cliniques.
Si on met télaprevir + méthadone, on perd 80% de l’exposition à la méthadone, par contre le rapport
fraction libre/fraction liée reste inchangé et on a donc pas de modification significative de l’impact
du traitement associé il n’est pas nécessaire de modifier la posologie Néanmoins, on recommande de
surveiller les patients sur le plan clinique.
La rifampicine qui est le médicament de référence en induction enzymatique réduit l’exposition au
télaprevir de presque 100% => contrindication, la différence étant trop importante.
Interaction avec les immunosuppresseurs : les patients qui ont une hépatite C très avancée vont
nécessités une transplantation hépatique. La présence de télaprevir et d’immunosuppresseurs
(cyclosporine ou tacrolimus) se traduit par une multiplication de l’AUC (70X plus importante en
présence de tacrolimus) => il faut donc modifier les posologies.
On note aussi des interactions importantes avec des contraceptifs oraux ; avec des plantes
(millepertuis).
Quand on traite une infection virale (dont l’hépatite C) il faut tenir compte de 3 choses :

le patient, le virus et le médicament
Avec ce virus, on sait qu’il y a au début des virus mutants formés par la population virale qui seront
probablement résistants au traitement donc si l’on fait un traitement antiviral en monothérapie ou
sous-dosé on risque d’éliminer les virus les plus sensibles et de laisser les virus les plus résistants qui
va se multiplier dans l’organisme et on a plus aucune chance de pouvoir traiter le patient
correctement.
Il faut donc utiliser des posologies correctes et faire des traitements en polythérapies.
L’avenir des traitements de l’hépatite C est surtout les anti-protéases (télaprevir et boceprevir) mais
échappement rapide et développement de résistances en monothérapies. Augmentation de la
réponse avec traitement 24 semaines seulement si associé avec IFN et ribavirine. On étudie aussi les
inhibiteurs de polymérase dont les résultats sont intéressants.
L’avenir actuel est aux trithérapies.
Pour l’exam : l’hépatotoxicité, le métabolisme hépatique , l’induction et l’inhibition enzymatique/ les cibles
principales avec les médicaments de l’hépatite C et les règles générales de traitement.
Dédicace : merci à Sidonie pour ses notes, son soutien morale et Mario Bros, à Julie pour son exclamation ô combien discrète « oh
non 68 diapos » et à tous ceux qui étaient présents et ont tenté de se battre pour avoir les diapos et bon courage pour ce
cours !!!!^^
Téléchargement

26 - carabinsnicois.fr