Les voyelles : a- e- i -o- u -y
Les consonnes : b- c -d- f-g- h- j- k- l- m- n- p- q- r- s- t- v- w- x-z
AB C D E F G H I
J K
O
P
Q
R
S
T
U
Z
L M
V W
N
X
Y
a : un car, un tabac, un rat, un chat un sapin,…… (une femme)
é : ai, ais, ait, aient, ez, est, et, ed, er.
La paix, un palais, il chantait, ils dormaient, Mangez !, il est ici. , un poulet, un pied, aller.
ou : un fou, un tour, tout, la joue, jouer, la rouille, la fouille….
oi : la loi , la foi , le foie , la soie , le poids , le mois , le toit , le doigt , la joie , la croix….
eu : un jeu, un pneu, un feu, des essieux, Dieu, un vieux, une envieuse….
ch : un chameau, un chat, une chaudière, la chaleur, arracher, une ruche…..
ph = f : une pharmacie, la philosophie, un phare…
gn = (nieu) : un agneau, gagner, un pignon, un dignitaire, encoignure…..
- « s » entre 2 voyelles se prononce « z ».
la rose ; le raisin , la case , la crise , la dose , (le ;la) vase ,le hasard , la mise , le poison , la visite……..
- « e » se prononce « é » mais s’écrit sans accent devant une consonne double :
l’ennemi, la terre, l’essence, la cassette, la parcelle, effacer, la vaisselle ……
- « c » se prononce « s » quand il est suivi de « e » ; « i » et « y ».
la race ; la cible ; le cygne.
Si on veut prononcer « k » on ajoute alors un « u » :
cueillir ; un accueil ; un écueil ; recueillir ; un recueil
- « c » se prononce « k » quand il est suivi de « a » ; « o » et « u » :
un camion ; un congé ; une lacune.
Si on veut prononcer « s » on ajoute alors « une cédille » :
la leçon, nous lançons, je commençais, l’hameçon, la façade, la rançon, le reçu, la gerçure…
-
« g » se prononce « j » quand il est suivi de « e » ; « i » et « y ».
un virage, un régime, un gyrophare….
Si on veut prononcer «gue » on ajoute alors un « u » :
une guitare, long / longue, aigu / aiguë (mettre 2 points sur le « e » pour avoir le son « u »).
- « g » se prononce «gue» quand il est suivi de « a » ; « o » et « u » :
un garçon, un garot, un légume…
Si on veut prononcer « g » on ajoute alors un « e » :
nous mangeons, une nageoire, une orangeade, un bourgeon, un pigeon….
-
Emmener ; un tambour ; une trompette ….
Devant m ; b ; p, il faut écrire m au lieu de n, sauf dans :
un bonbon, une bonbonne, une bonbonnière, un embonpoint, néanmoins.
L’ACCENT
1) Il y a 3 accents qui comptent énormément dans l’orthographe :
L’accent aigu : uniquement sur le « e » (e fermé : vers la gauche) : épi ; pénétré
Remarque : on le rencontre sur certains mots latins francisés : mémento ; récépissé….
L’accent grave : sur un « e » (e ouvert : vers la droite), sur « a » et sur « u » : mère ; père ; à ; où ; déjà ; là ;
çà…
L’accent circonflexe, sur « e » (e ouvert vers la gauche et vers la droite), sur « a » ; « « i » ; « o » ; « u » ; il
indique :
 L’allongement dû à la chute du « s » ou à la fusion de 2 voyelles :
tête (teste) ; forêt (forest) ; hôpital (hospital) ; gâteau (gastronomie) ; sûr (seur)…….
 La prononciation longue d’une voyelle longue latine ou grecque :
diplôme ; dôme ; infâme ; cône ; extrême……
2) On trouve le tréma sur les voyelles « e » ; « i » « u » pour indiquer que dans la prononciation on les
sépare de la voyelle qui précède ou qui suit :
aïeul ; haïr ; celluloïd ; naïade ; soül ; ciguë ; aiguë ; Noël ; Saïd……
Remarque : le tréma peut signifier aussi que la lettre qu’il surmonte ne se prononce pas :
- Madame de Staël.
– Saint Saëns
LES ARTICLES :
L’article défini : - le garçon
- la fille
- les garçons
- les filles.
Quand le nom masculin ou féminin commence par une voyelle on met l’apostrophe à la place du « e » ou du
« a » de l’article défini: un institut, une université : l’institut ; l’université.
L’article indéfini : - un garçon.
- une fille.
- des garçons.
- des filles.
- à le = au. Je vais au (à le) stade.
- de le = du.
Je reviens du (de le) stade
- à les = aux. Je vais aux (à les) vestiaires.
- de les = des. Je reviens des (de les) vestiaires
LES ADJECTIFS POSSESSIFS :
L’adjectif possessif se place toujours devant le nom auquel il se rapporte. (ils peuvent être séparés par un
adjectif qualificatif: Il porte son beau costume.)
mas sing.
mon
ton
son
ère
1
p. sing.
2ème p. sing.
3ème p. sing.
1ère p. plur.
2ème p. plur.
3ème p. plur.
Exemple : - mon cahier.
- ton cahier.
fém sing.
mas plur.
fém plur.
ma
ta
sa
notre
votre
leur
ème
3 personne du singulier
mes
tes
ses
nos
vos
leurs
ème
3 personne du pluriel
– ma chemise.
– ta chemise.
– mes affaires.
– tes affaires.
– mes tableaux.
– tes tableaux.
Remarque : on utilise mon, ton, son, devant un nom féminin commençant par une voyelle ou un h muet.
Exemple : - mon ardoise
- ton habitude
- son école.
LES PRONOMS POSSESSIFS :
Le pronom possessif s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte et qu’il remplace.
1ère
2ème
3ème
1ère
2ème
3ème
p. sing
p. sing
p. sing.
p. plu
p. plu
p. plu
Exemple :
mas sin
le mien
le tien
le sien
le nôtre
le vôtre
le leur
fém. sin
la mienne
la tienne
la sienne
la nôtre
la vôtre
la leur
mas plu
les miens
les tiens
les siens
- Je prends mes stylos et je vous laisse les vôtres.
-Il s’occupe de ses affaires et toi, tu t’occupes des tiennes.
- Je leur ai envoyé mes salutations et j’ai reçu les leurs.
fém plu
les miennes
les tiennes
les siennes
les nôtres
les vôtres
les leurs
LES ADJECTIFS DÉMONSTRATIFS :
- masc. sing.
- fém. sing.
- masc. et fém. plur.
- ce garçon.
- cette fille.
- ces garçons.
- cet avion.
- cette arme.
- ces filles.
- cet homme.
- cette heure.
- ces avions.
- ce handicapé.
- ces hommes.
LES PRONOMS DÉMONSTRATIFS :
- ce
- ceci
- cela
- çà
- celui
- celui-ci
- celui-là
- ceux
- ceux-ci
- ceux-là.
- celle
- celle-ci
- celle-là
- celles
- celles-ci
- celles-là.
Exemple : - Ceci ne regarde que moi.
– Ce qui me dérange c’est son silence.
- Voici 2 comprimés : celui-ci pour le matin celui-là pour le soir.
- Celui ou celle qui répond à cette question aura un cadeau.
Remarque : ce + un nom : adjectif démonstratif : ce magnifique spectacle !
ce + une expression : pronom démonstratif : ce que tu dis est vrai.
LES ADJECTIFS INTERROGATIFS ET EXCLAMATIFS.
Les adjectifs interrogatifs indiquent que l'être ou la chose qu'ils déterminent (on parle aussi de déterminants
interrogatifs.) fait l’objet d’une question.
Quel jour sommes-nous ?
Quels livres voulez-vous ?
En dehors de ce rôle de déterminant, les adjectifs interrogatifs s'emploient aussi comme attributs, comme de
véritables adjectifs.
Quelle est votre opinion?
Les formes principales de l'adjectif interrogatif sont :
Quel = masculin singulier;
Quels = masculin pluriel;
Quelle = féminin singulier;
Quelles = féminin pluriel.
On range parfois parmi les interrogatifs "combien de".
Ces mêmes formes sont exclamatives lorsqu'elles expriment l'admiration, l'étonnement, etc. On parle alors
d'adjectifs exclamatifs.
On écrit :
tout le jour
; tous les jours
toute la semaine ; toutes les semaines.
il ne faut jamais écrire : touts
On dit : - Il vient chaque jour.
- Il téléphone chaque semaine.
Mais on ne dit jamais :
- Il vient chaque 3 jours.
On utilise « chaque » seulement devant un nom singulier.
– II vient tous les 3 jours.
– Il téléphone toutes les 2 semaines
- Il téléphone chaque 2 semaines.
LES PRONOMS PERSONNELS
Le rôle du pronom personnel est de remplacer un nom ou un groupe nominal pour éviter la répétition, il
remplace les êtres humains et les choses.
En conjugaison, on a 3 personnes et 2 nombres (singulier et pluriel).
Suivant leur fonction, ces personnes sont représentées par des pronoms personnels.
ère
1
2ème
3ème
1ère
2ème
3ème
p. sing
p. sing
p. sing.
p. plur.
p. plur.
p. plur.
Pro pers sujets
Je (j’)
Tu
Il / Elle, On
Nous
Vous
Ils / elles
Pro pers COD
me (m’)
te (t’)
le, la (l’) + Verbe
nous
vous
les
Pro pers COI
me (m’)
te (t’)
lui + V
nous
vous
leur
V+à
moi
toi
lui, elle
nous
vous
eux, elles
autres
en
y
Remarque : le pronom personnel indéfini « on » est toujours SUJET et se conjugue à la 3ème personne du
singulier. : -On frappe à la porte.
–On a cambriolé la banque.
–On est très fatigués.
Exemples : - Ali chante une chanson.
- Fatma pense à ses enfants.
- Il donne des conseils à ses élèves.
– Il la chante bien. (COD)
– Elle pense à eux. (V+COI)
– Il leur donne des conseils. (COI+V)
*** On trouve aussi se et soi à la forme pronominale. se laver = laver soi-même
Remarques :
1.
le, la, l’, les + nom ======> articles définis.
le, la, l’, les + verbe ======> - nature : pronoms personnels.
- fonction : COD.
Exemples : je prends la tarte et je la mange.
- la + tarte : article défini.
- la + mange : - pronom personnel.
-COD (remplace le mot tarte : féminin singulier.)
Je mange
quoi ?
la tarte : COD.
FONCTIONS DU PRONOM PERSONNEL :
Le pronom personnel est un mot variable qui remplace le nom, sans nommer l’être ou la chose comme le
fait le nom.
Mes camarades arrivaient, mes camarades étaient à l’heure, je recevais mes camarades, je ressemblais à mes
camarades, j’étais vêtu comme mes camarades.
On a alors : Mes camarades arrivaient, je les recevais, je leur ressemblais, j’étais vêtu comme eux.
*** Le pronom peut remplacer :
-
un nom
un adjectif
un pronom
un verbe
: Mon voisin est malade, il est à l’hôpital.
: Courageux, certes il l’était.
: Nous, qui marchions et jamais n’avancions.
: « Tu veux partir ? »
- Oui, je le veux.
- une proposition : « Elle vous déteste. »
REMARQUES
- Nous le savons déjà.
1. leur, leurs + nom
======>
adjectifs possessifs.
leur + verbe
======>
- nature : pronom personnel.
(invariable : ne change pas)
- fonction : COI.
Exemples : ils aiment leur enfant, ils lui achètent les jouets.
Ils aiment leurs enfants, ils leur achètent les jouets.
(un seul enfant.)
(plusieurs enfants.)
Ils achètent les jouets à qui ? à leur enfant
à lui
lui + V
Ils achètent les jouets
à eux
leur + V V + à eux.
à qui ? à leurs enfants
- J’aime les fraises j’en mange tout le temps.
-manger quoi ?
-J’ai de très beaux oiseaux, j’en parle à tout le monde.
-parler de quoi ?
- Quand il va à la ferme, il en revient très en forme.
-revenir d’où ?
V + à lui.
(COD)
(COI)
(C. c. de lieu)
-Il a un grand problème, il y pense beaucoup.
-penser à quoi ?
(COI)
- J’ai entendu parler du cirque, j’y suis allé une fois.
-aller où ?
(C. circ. de lieu)
nature
fonction
COD
COI
C c de lieu
Quoi ?
De quoi ?
D’où ?
à quoi ?
Où ?
pronom
en
+ VERBE
y
personnel
Remarque : Les pronoms personnels « en » et « y » ne s’emploient pas avec les êtres humains :
- Il pense beaucoup à son avenir. Il y pense beaucoup.
- Il pense à son fils.
Il pense à lui.
LES COMPLÉMENTS :
A/ LES COMPLÉMENTS ESSENTIELS :
Sont ceux qui sont étroitement liés au verbe : ils ont un caractère indispensable. Généralement, on a 2
compléments essentiels : le COD (Complément d’Objet Direct) et le COI (Complément d’Objet Indirect).
Comment obtenir le COD ?
Nous regardons ====>
qui ? ===>
les joueurs.
(personne).
====>
quoi ? ===>
la télévision.
(objet, chose, idée, animal….).
Après le verbe, la question est directe, le verbe regarder est un verbe transitif direct.
Comment obtenir le COI ?
Nous parlons =====>
à qui ? ===>
à nos élèves.
(personne).
=====>
à quoi ? ===>
à nos animaux.
(objet, chose, idée, animal….).
Après le verbe, la question est indirecte puisqu’elle passe par une préposition, le verbe parler est un verbe
transitif indirect.
B/ LES COMPLÉMENTS CIRCONSTANCIELS :
Tous les compléments qui ne sont pas indispensables mais qui peuvent fournir une information nouvelle.
Nous dormons
à 10 h
Temps.
près de la fenêtre.
Lieu.
pour nous reposer.
But.
car nous sommes fatigués.
Cause.
donc nous allons récupérer
Conséquence.
pourtant il y a du bruit.
Opposition.
si on nous laisse tranquille.
Condition.
paisiblement.
Manière.
avec des comprimés.
Moyen.
plus que mon frère.
Comparaison.
…..etc.…. .
Le verbe dormir est un verbe intransitif.
LA CONJONCTION
La conjonction est un mot invariable qui sert à joindre et à mettre en rapport, soit deux propositions, soit
deux mots ou groupes de mots de même fonction dans une proposition.
Quelques conjonctions usuelles : ainsi , aussi , car , cependant , comme , donc , ensuite , et , lorsque , mais ,
néanmoins , ni , or , ou , pourtant , puis , puisque , quand , sinon , toutefois.
- Il aime le sport mais il ne le pratique pas.
– Je vais au stade ou au cinéma.
LA PRÉPOSITION :
La préposition est un mot invariable qui introduit un mot (nom, pronom, adjectif, infinitif, gérondif, adverbe)
ou un groupe de mots qui a la fonction de complément, elle sert donc à marquer la fonction de ce mot.
- Habiter dans une chaumière.
c. circ. de lieu.
- Il régnait depuis deux ans
c. circ. de temps.
- Pêcher à la ligne.
c. circ. de moyen.
Quelques prépositions usuelles : à ; après , attendu , avant , avec , chez , concernant , contre , dans , de ,
depuis , derrière , dès , devant , durant , en , entre , envers , excepté, hormis , hors, malgré , outre , par , parmi ,
passé , pendant , pour , près , sans , sauf , selon , sous , suivant , sur , vers ,vu , voici (voilà).
*** Après une préposition le verbe se met à l’infinitif.
- La corde a fini par se casser.
- J’ai beaucoup à faire ce soir.
- Il essaye de saisir sa chance.
- Il prend ses affaires pour aller au stade.
EXERCICES D’APPLICATION
I) Mettre un article défini, un article indéfini, devant les noms suivants :
a)….après-midi
h)….aquarium
b)….avion
c)…eau
d)….huile
e)….vote f)…consulat g)….essence
i)…Hollandais j)…commissariat k)….arrondissement l)……habitude.
II-a) Remplacer le mot souligné par le pronom personnel qu’il faut :
Farid est mon cousin. Farid est très gentil. Je respecte beaucoup Farid, quand je vais chez Farid, Farid
m’accueille très chaleureusement, quand je parle à Farid, Farid m’écoute, quand j’ai besoin d’aide je
m’adresse à Farid.
II-b) Remplacer « Farid » par « Mériem » et faire les changements qu’il faut.
II-c) Remplacer « Farid » par « Farid et Mériem » et faire les changements qu’il faut.
III) Remplacer les points par « leur » ou « leurs ».
a) Ils ont tué ….chiens en…administrant du poison dans …soupe.
b) Il a envoyé ses salutations après avoir reçu les…. .
c) Les enfants lavent…visage et…mains,….parents….ont appris à le faire dès …jeune âge, ils…ont donné
une bonne éducation.
d) Ayez pitié des malheureux, Faites-…l’aumône !
IV) Ecrire correctement « tout » dans les expressions suivantes.
a) tout le jour.
f) tout ces gens
b) tout les outils
c) tout ta fierté
g) tout ces légumes h) tout leurs bagages
d) tout les hommes e) tout l’eau
i) tout les difficultés j) tout les votes
V) Mettre ce qu’il faut à la place des points :
a)
b)
c)
d)
Son frère est à l’étranger, il leur téléphone…. vendredis.
Mon voisin vient….soir me tenir compagnie.
…été il passe ses vacances au bord de la mer.
……..matins il lit les journaux.
VI) Dans les phrases suivantes utiliser : quel, quelle, quels, quelles, et mettre la ponctuation qu’il faut.
a) ……insupportable animal…
b) ……….dossiers avez-vous lus….
c) Nous ne savons pas……conduite adopter….
d) ……….surprise… ……..raisons t’ont poussé à venir…
e) Alors……..est ton avis sur cette affaire et…….sont tes solutions…..
VII) Mettre l’adjectif ou le pronom démonstratif qui convient :
a) ... garçon et … fille sont les enfants de … homme qui a acheté … journaux et … cigarettes …
jour-là.
b) …. gomme,… livre, …. poupées, … petites voitures, … argent, … cahiers,… articles de toilette sont
à mes frères.
c) -Non … n’est pas …. garçon !.... que j’ai vu est plus âgé.
- Ils ont une belle maison c’est … qui est à droite.
- …costumes sont beaux mais…. dont je t’ai parlé sont meilleurs.
- …boucles sont chères, ….que j’ai vues sont à bon prix.
- Regarde… chevaux ! …. est plus rapide que …..
- Des deux voitures …. est moins confortable que...
-….un clown, il saute et gesticule, Il fait ….. pour amuser les enfants.
-Tu as terminé tes devoirs ? Montre-nous….stp !
VIII) Mettre l’adjectif ou le pronom possessif qu’il faut :
-Ce livre est à moi : C'est ….. livre.
-Ces voitures sont à nous : ce sont….voitures.
- Cette gomme est à toi : c’est…gomme.
- Ces cahiers sont à eux : ce sont…cahiers.
- Je prépare (à moi) leçon, tu prépares (à toi).
.
- Il aime (à lui) parents, et nous aimons (à nous).
- Ils lui font (à elle) dessins, je fais (à toi).
- Vous rangez (à vous) affaires, ils rangent (à eux).
- Elles écrivent (à elles) dictée, vous écrivez (à vous).
IX) Mettre la conjonction qu’il faut dans les phrases suivantes :
a)
b)
c)
d)
e)
f)
g)
h)
Je ne peux pas venir…je suis malade.
Il veut voyager….il n’a pas assez d’argent.
Vous êtes riches …vous pouvez acheter ce que vous voulez.
Tu réponds à la question…tu auras un zéro.
Ils ont travaillé….ils sont allés se reposer.
Il n’a….mangé…dormi.
Tu viendras me prendre….tu auras réparé la voiture.
Il a jeté un coup d’œil sur les travaux…il est reparti.
X) Mettre la préposition qu’il faut dans les phrases suivantes :
a)
b)
c)
d)
e)
f)
g)
h)
i)
j)
k)
Il habite…Alger….un quartier très chic.
J’ai mis les souliers….le placard…..la fenêtre.
Il viendra…été, plein…joie….voir sa famille.
J’ai vu un lièvre….ce buisson.
On a étudié…toutes les vacances, on se lève chaque jour….6h.
Elle habite…ses parents….ses frères et ses sœurs….une seule pièce….des abattoirs.
L’Algérie se trouve…Afrique, elle se situe …….la Tunisie et le Maroc.
Cette femme est pleine….bonté, elle passe toujours ….cette ruelle….notre quartier.
Il a passé la nuit….ses amis, il est sorti…la porte de derrière….ne pas être entendu.
Tu as mis les assiettes….la table….les cacher.
Son père est mort juste……l’aïd.
XI) Mettre ce qu’il faut à la place des points :
a) Son frère est à l’étranger, il leur téléphone…. vendredis.
b) Mon voisin vient….soir me tenir compagnie.
c) …été il passe ses vacances au bord de la mer.
d) ……..matins il lit les journaux.
Exercices sur le dictionnaire.
V) Écris ces groupes de lettres dans l'ordre du dictionnaire ;
ba bu br be bo bi
lai lar lac lan lav lap
desi desa dese dest deso desc
VI) Dans chaque liste, écris les mots suivants dans l'ordre du dictionnaire :
marionnette maire magasin mammifère maximum malhonnête magazine manière
impressionner imprudence imprimerie imprévu improviste
VII) Dans laquelle de ces trois listes les mots sont-ils rangés dans l'ordre du dictionnaire?
a) antenne, film, information, micro, présentation, récepteur, télévision, chaîne, écran, régie, émission
b) antenne, chaîne, émission, écran, film, information, micro, présentation, régie, récepteur, télévision
c) antenne, chaîne, écran, émission, film, information, micro, présentation, récepteur, régie, télévision
Exercices sur la phrase.
1) Mets en ordre les suites de mots pour former des phrases. Place correctement les majuscules.
Derrière se cache la Lune les nuages - J'ai une étoile vu de ce côté filante Avec les cratères on voit cette lunette de la Lune satellite la Lune est un de la Terre au sommet L'observatoire est situé de la montagne - nuit Quelle belle étoilée !
2) Même exercice.
partez-vous quand ? - vous pays quel visiterez ? arrive son heure à quelle train ? - ne si fort pas criez ! ce chemin il est prenez plus court
3) En ordonnant certaines de ces suites de mots, tu peux écrire des phrases. Lesquelles ?
stoppe - feu - la - rouge - voiture - au
la - importante - dans - circulation - cette - est- rue
le. - crevé - pneu - dans - mécanicien - garage
première - Sophie - leçon - aujourd'hui - de -conduite - sa - prend
3) Choisir la bonne réponse
1. Du ciel (se déverser) des trombes d’eau.
2. Sous mes yeux ébahis (couler) un torrent de boue.
3. C’est toi qui (avoir) voulu partir.
4. Sur la table (traîner) des assiettes sales.
5. Chacun des participants (avoir) un cadeau.
6. Mon frère et moi (jouer) au tennis.
7. Nous vous (protéger) des dangers de la cigarette.
8. De la vallée nous (parvenir) le vacarme d’une avalanche.
9. Vos amis et vous (rester) à la maison ce soir.
10. Sous le toit (se cacher) une famille de pigeons.
se déverse ; se déversent.
coule ; coulent.
a ; as.
traînait ; traînaient.
a ; ont.
jouons ; jouent.
protégez ; protégeons.
parvient ; parvenons.
resterez ; resteront.
se cachent ; se cache.
CONJUGAISON
L’élément essentiel de la phrase est le verbe. Il indique une action ou un état.
- Je pratique le sport.
- Il est malade. (semble ; paraît ; demeure ; reste)
LES MODES :
En conjugaison, on distingue 4 modes personnels : le subjonctif, le conditionnel, l’impératif et l’indicatif qui
est le mode de la réalité et qui est le plus utilisé. Les 2 modes impersonnels : infinitif, participe (prés, passé).
En conjugaison, il existe 3 groupes de verbes.
1er groupe : les verbes qui finissent par « er » : chanter ; parler ; rester …
Ils ont le participe passé en « é » chanté ; parlé ; resté …
2 ème groupe : les verbes finissant par « ir », participe présent avec « ss» et participe passé en « i ».
finir
saisir
rosir
pétrir
finissant
saisissant
rosissant
pétrissant
fini
saisi
rosi
pétri
3 ème groupe : plusieurs terminaisons (voir liste).
dire prendre
savoir
dit
pris
su
partir
parti
craindre
craint
faire
fait.
Dans les temps composés, tous les verbes se conjuguent avec l’auxiliaire « avoir » ou « être ». Les verbes
« avoir » et « être » se conjuguent avec l’auxiliaire « avoir».
J’aime ce film.
Il part.
Tu as un jouet.
Il est malade.
J’ai aimé ce film.
Il est parti
Tu as eu un jouet.
Il a été malade.
auxiliaire : qui aide à conjuguer un verbe, on ne le trouve qu’aux temps composés.
En conjugaison on a 8 temps : 4 temps simples et 4 temps composés. Pour passer d’un temps simple à un temps
composé on doit introduire l’auxiliaire « être » ou « avoir ».
- Je finis le travail.
- J’ai fini le travail.
- Tu arrives en retard.
- Tu es arrivé (ée) en retard.
TEMPS SIMPLES
TEMPS COMPOSÉS
Verbe au ….
Verbe au
…..
1- PRÉSENT
J’écris
Je vais
aux « avoir » ou « être » au
présent + p.passé du verbe
conjugué
2- FUTUR
Je dirai
J’arriverai
aux …. au futur +….
FUTUR ANTÉRIEUR
J’aurai dit
Je serai arrivé (ée)
3- IMPARFAIT
Je mangeais
Je venais
aux …. à l’imparfait +….
PLUS QUE PARFAIT
j’avais mangé
J’étais venu (ue)
4- PASSÉ SIMPLE
Je dormis
Je vins
aux …. au passé simple+….
PASSÉ ANTÉRIEUR
j’eus dormi
Je fus venu (ue)
PASSÉ COMPOSÉ
J’ai écrit
Je suis allé (ée)
CONJUGAISON.
Verbes du 1er groupe.
CHANT / ER
Radical
Terminaison
Présent
Je
Tu
Il /Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
-e
-es
-e
-ons
-ez
-ent
Imparfait
-ais
-ais
-ait
-ions
-iez
-aient
Passé simple
-ai
-as
-a
-âmes
-âtes
-èrent
Futur
-ai
-as
-a
-ons
-ez
-ont
Verbes du 2ème groupe.
FIN /
Radical
Je
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
Présent
-is
-is
-it
-issons
-issez
-issent
IR
Terminaison
Imparfait
-issais
-issais
-issait
-issions
-issiez
-issaient
Passé simple
-is
-is
-it
-îmes
-îtes
-irent
Futur
-ai
-as
-a
-ons
-ez
-ont
Conjugaison d’un verbe pronominal : SE LAVER
PRÉSENT
:
Je
Tu
Il
Elle
Nous
Vous
Ils
Elles
PASSÉ COMPOSÉ.
me lave
te laves
se lave
se lave
nous lavons
vous lavez
se lavent
se lavent
Je
Tu
Il
Elle
Nous
Vous
Ils
Elles
me suis lavé (ée)
t’ es lavé (ée)
s’ est lavé
s’ est lavée
nous sommes lavés (ées)
vous êtes lavés (ées)
se sont lavés
se sont lavées
Le verbe à la forme pronominale comporte toujours un pronom réfléchi de la même personne que le sujet.
Il n’existe pas de modèle de conjugaison et donc de règles de formation pour le 3ème groupe.
Attention : pas de « x ou s » avec la 3ème pers du sing. et pas de « t oud » avec la 1ère pers du sing.
Je
Tu
Il
veux
veux
veut
vends
vends
vend
mets
mets
met
Présent de l’indicatif
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
ai
as
a
avons
avez
ont
Passé composé
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
ai eu
as eu
a eu
avons eu
avez eu
ont eu
Conditionnel présent
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
aurais
aurais
aurait
aurions
auriez
auraient
Présent de l’indicatif
Je
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
suis
es
est
sommes
êtes
sont
Passé composé
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
ai été
as été
a été
avons été
avez été
ont été
Conditionnel présent
Je
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
serais
serais
serait
serions
seriez
seraient
Imparfait
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
avais
avais
avait
avions
aviez
avaient
Passé simple
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
Plus que parfait
J’
Tu
Il / Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
avais eu
avais eu
avait eu
avions eu
aviez eu
avaient eu
Conditionnel passé
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
aurais eu
aurais eu
aurait eu
aurions eu
auriez eu
auraient eu
Passé antérieur
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
étais
étais
était
étions
étiez
étaient
Que j’
Que tu
Qu’il/ elle
Que nous
Que vous
Qu’ils/elles
avais été
avais été
avait été
avions été
aviez été
avaient été
Je
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
aurais été
aurais été
aurait été
aurions été
auriez été
auraient été
fus
fus
fut
fûmes
fûtes
furent
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
eus été
eus été
eut été
eûmes été
eûtes été
eurent été
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
aurai eu
auras eu
aura eu
aurons eu
aurez eu
auront eu
Impératif
Aie !
Ayons !
Ayez !
Futur
Je
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
sois
sois
soit
soyons
soyez
soient
Participe Présent
ayant
étant
Participe Passé
eu
été
aurai été
auras été
aura été
aurons été
aurez été
auront été
Impératif
Sois !
Soyons !
Soyez !
Remarque : Les verbes "avoir" et "être" se conjuguent tous les deux avec l’auxiliaire avoir.
Avoir
Etre
serai
seras
sera
serons
serez
seront
Futur antérieur
Subjonctif présent
Que je
Que tu
Qu’il
Que nous
Que vous
Qu’ils
aurai
auras
aura
aurons
aurez
auront
Futur antérieur
aie
aies
ait
ayons
ayez
aient
Passé antérieur
Conditionnel passé
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
Passé simple
Plus que parfait
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
eus eu
eus eu
eut eu
eûmes eu
eûtes eu
eurent eu
Subjonctif présent
Imparfait
J’
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
eus
eus
eut
eûmes
eûtes
eurent
Futur
Après les auxiliaires « être » et « avoir » quelle que soit leur forme, on trouve toujours un participe passé :
- infinitif
- avoir chanté
- être allé
- participe présent
- ayant chanté
- étant allé
- conjugué
- j’ai chanté
- je suis allé
Attention aux pièges pour la conjugaison des verbes du 1er groupe.
verbes en –ier : étudier : présent : nous étudions / imparfait : nous étudiions. (s’écrit avec 2i)
-verbes en –eter : jeter : au présent s’écrit avec 2t (je, tu, il et elle, ils et elles) -je jette.
s’écrit avec un seul t (nous ; vous)
-nous jetons.
Au futur s’écrit avec 2t : je jetterai ; nous jetterons.
-verbes en –eter : acheter :au présent s’écrit avec un accent grave sur le « e » :
(je , tu , il et elle , ils et elle)
- j’achète
s’écrit sans accent (nous ; vous) -nous achetons.
Au futur s’écrit à toutes les personnes avec l’accent grave : j’achèterai ; nous achèterons.
-verbes en –eler : appeler : s’écrit avec 2l (je, tu, il et elle, ils et elles)
- j’appelle
s’écrit avec un seul l (nous ; vous)
-nous appelons.
Au futur s’écrit à toutes les personnes avec 2l : j’appellerai ; nous appellerons
-verbes en –ever : lever : s’écrit avec un accent grave sur le « e » (je, tu, il et elle, ils et elles) -je lève
s’écrit sans accent (nous ; vous)
-nous levons.
Au futur s’écrit à toutes les personnes avec l’accent grave : je lèverai ; nous lèverons.
-verbes en –éder : céder : s’écrit avec un accent grave sur le « e » (je, tu, il et elle, ils et elles) -je cède
s’écrit avec l’accent aigu (nous ; vous)
-nous cédons.
Au futur s’écrit à toutes les personnes avec l’accent aigu : je céderai ; nous céderons.
-verbes en –cer : lancer : s’écrit avec « c cédille » devant le « a » et le « o » :
Présent : nous lançons ;
Imparfait ; je lançais ; tu lançais ; il lançait ; ils lançaient.
-verbes en –ger : manger : s’écrit avec un rajout du « e » devant le « a » et le « o » :
Présent : nous mangeons ;
Imparfait ; je mangeais ; tu mangeais ; il mangeait ; ils mangeaient.
-verbes en –yer : payer ; balayer ; appuyer ; nettoyer ; essayer ; employer ; envoyer ; effrayer ; bégayer…
Ces verbes changent l’y en i devant un e muet. (je ; tu ; il et elle ; ils et elles) : -je paie ; tu paies ; il paie….
-nous payons, vous payez.
Ils peuvent aussi conserver ce y avec (je ; tu ; il et elle ; ils et elles)
: -je paye ; tu payes ; il paye…
-nous payons ; vous payez.
Au futur ils ont une double conjugaison : avec le « i » ou le « y » à toutes les personnes.
-je paierai / -nous paierons.
–je payerai / nous payerons.
Donc tous ces verbes peuvent avoir une double conjugaison.
Le verbe envoyer change complètement de radical au futur : j’enverrai
Pour le 2ème groupe la difficulté se rencontre avec un seul verbe irrégulier : haïr.
-je hais
-nous haïssons.
-tu hais
-vous haïssez.
-il hait
-ils haïssent.
CONJUGAISON DE QUELQUES VERBES USUELS DU 3ème
GROUPE
aller
je
tu
il / elle
nous
vous
ils / elles
vais
vas
va
allons
allez
vont
craindre
je
tu
il / elle
nous
vous
ils / elles
crains
crains
craint
craignons
craignez
craignent
entendre
je
tu
il / elle
nous
vous
ils / elles
entends
entends
entend
entendons
entendez
entendent
mordre
je
tu
il / elle
nous
vous
ils / elles
mords
mords
mord
mordons
mordez
mordent
pouvoir
je
tu
il / elle
nous
vous
ils / elles
peux
peux
peut
pouvons
pouvez
peuvent
suffire
je
tu
il / elle
nous
vous
ils / elles
suffis
suffis
suffit
suffisons
suffisez
suffisent
battre
bats
bats
bat
battons
battez
battent
croire
crois
crois
croit
croyons
croyez
croient
faire
fais
fais
fait
faisons
faites
font
mourir
meurs
meurs
meurt
mourons
mourez
meurent
prendre
boire
bois
bois
boit
buvons
buvez
boivent
cueillir
cueille
cueilles
cueille
cueillons
cueillez
cueillent
fuir
fuis
fuis
fuit
fuyons
fuyez
fuient
naître
nais
nais
naît
naissons
naissez
naissent
répondre
prends
prends
prend
prenons
prenez
prennent
réponds
réponds
répond
répondons
répondez
répondent
tenir
valoir
tiens
tiens
tient
tenons
tenez
tiennent
vaux
vaux
vaut
valons
valez
valent
conclure
conclus
conclus
conclut
concluons
concluez
concluent
devoir
dois
dois
doit
devons
devez
doivent
joindre
joins
joins
joint
joignons
joignez
joignent
offrir
offre
offres
offre
offrons
offrez
offrent
rire
ris
ris
rit
rions
riez
rient
vendre
vends
vends
vend
vendons
vendez
vendent
connaître
connais
connais
connaît
connaissons
connaissez
connaissent
dire
dis
dis
dit
disons
dites
disent
lire
lis
lis
lit
lisons
lisez
lisent
partir
pars
pars
part
partons
partez
partent
savoir
sais
sais
sait
savons
savez
savent
vivre
vis
vis
vit
vivons
vivez
vivent
courir
cours
cours
court
courons
courez
courent
dormir
dors
dors
dort
dormons
dormez
dorment
mentir
mens
mens
ment
mentons
mentez
mentent
perdre
perds
perds
perd
perdons
perdez
perdent
servir
sers
sers
sert
servons
servez
servent
voir
vois
vois
voit
voyons
voyez
voient
couvrir
couvre
couvres
couvre
couvrons
couvrez
couvrent
écrire
écris
écris
écrit
écrivons
écrivez
écrivent
mettre
mets
mets
met
mettons
mettez
mettent
plaire
plais
plais
plait
plaisons
plaisez
plaisent
souffrir
souffre
souffres
souffre
souffrons
souffrez
souffrent
vouloir
veux
veux
veut
voulons
voulez
veulent
REMARQUES :
1. A l’imparfait

Généralement on enlève la terminaison de l’infinitif des verbes du 3ème groupe qui se terminent par
« re », « ir », « dre » et « oir » et on leur rajoute la terminaison de l’imparfait.
prendre : je prenais , venir : je venais , vendre : je vendais , pouvoir : je pouvais

Les verbes qui se terminent par « ire » prennent « s » ;
faire , plaire , lire , construire , conduire …..
Je faisais, je plaisais, je lisais, je construisais, je conduisais…

Aux verbes fuir, voir, croire…on enlève « ir » et « ire » et on les remplace par « y » :
je fuyais, je voyais, je croyais

Pour les verbes en « indre » : craindre, peindre, joindre…le « indre » devient « ign » :
je craignais , je peignais, je joignais

Pour les verbes en « aître » : naître, connaître, paraître…le « aître » devient « aiss » :
je naissais, je connaissais, je paraissais…

Le verbe boire devient : je buvais

Le verbe écrire devient j’écrivais
2. Au futur

Pour les verbes en « dre », « re », « ire », « indre » on enlève le « e » et on ajoute directement la
terminaison du futur : je prendrai, je lirai, je vendrai, je joindrai, je croirai, je connaîtrai….

Le verbe aller devient

………. pouvoir ………: je pourrai.

………. vouloir ……… : je voudrai

……… savoir ………... : je saurai

……… voir …………... : je verrai

……… venir …………. : je viendrai (venir et tenir ont la même conjugaison)

……… faire …………..: je ferai

……… valoir …………: je vaudrai

……… devoir ……….. : je devrai

……... mourir ……….. : je mourrai (ainsi que courir)
: j’irai
L’INFINITIF
Un verbe à l’infinitif est un verbe qui n’est pas conjugué, c'est-à-dire qu’il garde son radical et sa
terminaison.on trouve généralement l’infinitif dans 3 cas :
I)
Après un verbe de modalité ou ce qu’on appelle auxiliaire de mode :
- Il veut lire
- Il peut lire.
- Il doit lire.
- Il sait lire.
- Il faut lire.
- Il aime lire.
(volonté, désir…)
(capacité, aptitude)
(obligation)
(compétence)
(nécessité)
(sentiment)
Remarques : quelle que soit la distance qui les sépare le deuxième verbe est toujours à l’infinitif.
exemple : Il voulait, malgré les problèmes rencontrés durant son voyage et les contraintes auxquelles il était
soumis, faire un bon pélerinage.
Généralement il est invariable mais à la forme pronominale c’est le second pronom qui s’accorde :
exemple : Il a pu se lever à temps.
Nous avons pu nous lever à temps.
II)
Après un semi-auxiliaire :
aller et venir de (uniquement au présent et à l’imparfait).
- Il va partir (futur proche)
- Il vient de partir (passé récent).
- Il allait partir.
- Il venait de partir.
III)
Après une préposition :
- Il prend ses affaires de sport pour aller à la salle de gymnastique.
- Son but était de rendre la vie de ses enfants meilleure.
- Il a fini par prendre conscience de sa situaion.
- Il est entré sans dire bonjour.
- Il n’arrive pas à admettre que la terre est ronde.
L’infinitif peut être un :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Sujet : Fumer tue.
Attribut du sujet : Vouloir c’est pouvoir.
COD : Il aime écrire.
COI : Je l’aide à réviser.
Complément second : Il a demandé à ses parents de venir.
Complément du nom : La peur d’échouer l’obsède.
LE PASSÉ SIMPLE
1er groupe
je
Tu
Il/elle/on
Nous
Vous
Ils/elles
o
2ème groupe
chant -ai
fin -is
-as
-is
-a
-it
-âmes
-îmes
-âtes
-îtes
-èrent
-irent
3ème groupe
a) comprendre
compr -is
-is
-it
-îmes
-îtes
-irent
Tableau d'utilisation des temps
Temps simples
À l'oral À l'écrit Rare
Indicatif présent
Indicatif imparfait
Indicatif passé simple
Indicatif futur simple
Subjonctif présent
Subjonctif imparfait
Conditionnel présent
Impératif présent
Temps composés
Indicatif passé composé
Indicatif plus-que-parfait
Indicatif passé antérieur
Indicatif futur antérieur
Subjonctif passé
Subjonctif plus-que-parfait
Conditionnel passé 1re forme
Conditionnel passé 2e forme
Impératif passé
À l'oral À l'écrit Rare
b) vouloir
voul -us
-us
-ut
-ûmes
-ûtes
-urent
c) venir
v -ins
-ins
-int
-înmes
-întes
-inrent
Exercices de conjugaison
Mettre les verbes entre parenthèses au présent de l’indicatif :
I)
a)
b)
c)
d)
e)
Il (ficeler) le colis et puis il le (envoyer) par la poste.
Quand nous lui (acheter) des jouets il les (jeter) par la fenêtre.
Tu (épeler) chaque mot que nous (prononcer) c’est la méthode que je (préférer).
Nous (commencer) à (s’habituer) à cette vie un peu dure.
La pluie (ruisseler) sur les vitres sur lesquelles nous (appuyer) le nez pour (s’amuser).
Mettre les verbes entre parenthèses à l’imparfait de l’indicatif.
II)
a) Nous (se cacher) derrière la maison pour mieux (regarder) la bagarre.
b) Les villageois (lancer) de grosses pierres sur la bête pour la (tuer).
c) Vous nous (épier) depuis ce matin, vous vouliez sûrement nous (voler).
III)
a)
b)
c)
d)
IV)
Mettre les verbes entre parenthèses au futur.
Vous nous (aider) à (déplacer) ces pierres et nous vous (payer) largement.
Ils vous (envoyer) les factures, vous les (régler) rapidement et vous les leur (renvoyer).
Quand vous (crever) de faim vous me (appeler) pour vous (donner) à (manger).
Vous (essayer) toujours de faire du bien et Dieu vous (récompenser).
Mettre les verbes entre parenthèses au passé simple de l’indicatif.
a) Je (ramasser) mes affaires, je les (ranger) dans mon cartable et je (aller) au lycée.
b) Nous (être) très satisfaits de l’aide précieuse que les secouristes nous (présenter).
c) Il (freiner) sec, (marquer) le stop puis le moteur (vrombir) et il (appuyer) sur l’accélérateur sans
(se retourner).
***** attention aux pièges !!!!!
EXERCICES
I / Mettre les verbes soulignés au présent de l’indicatif.
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
Les enfants faire leur toilette puis se mettre à table.
Si vous se battre encore, vos parents aller se mettre en colère.
C’est nous qui avoir commis la faute et qui être les seuls coupables.
Vous nous croire puisque vous vivre dans la même situation.
On vous attendre impatiemment, vous devoir venir, on vouloir bien vous voir.
Votre enfant souffrir et vous dire qu’il dormir.
Quand vous finir les révisions vous éteindre la lumière et vous s’endormir.
II / Mettre les verbes soulignés à l’imparfait de l’indicatif.
1. Mon frère paraître très occupé, il ne pouvoir même pas réfléchir.
2. Lorsque je vous lancer la balle vous prendre beaucoup de plaisir à l’intercepter, vous crier de joie,
vous se sentir très heureux.
3. Je savoir que vous apprécier le travail bien fait alors je faire très attention pour ne pas vous décevoir.
4. Au début je ne le connaître pas, je ne croire pas que nous aller devenir de bons amis, je le voir souvent
seul, parfois nous courir ensemble au stade, au fur et à mesure nous devenir presque inséparables.
5. Nous trouver du plaisir à jouer dans la grange alors notre père nous punir, il craindre beaucoup pour
notre santé mais à cet âge-là nous ne le comprendre pas.
III / Mettre les verbes soulignés au futur
1. Vous achever vos devoirs et vous aller vous endormir car demain je vous envoyer chez votre tante où
vous pouvoir jouer avec ses enfants.
2. Ils savoir toute la vérité quand ils se servir de ce livre qui les conduire à la lumière.
3. Nous faire de notre mieux et Dieu nous aider.
4. Je pouvoir vous prêter mon livre mais vous me le rendre le plus vite possible.
IV/ Mettre les verbes soulignés au passé simple
1. Il faire des efforts et obtenir de bons résultats.
2. L’enfant comprendre l’astuce, il se servir alors d’un tournevis et ouvrir le tiroir.
3. Nous rentrer très fatigués, nous s’allonger pour se reposer puis nous prendre nos affaires et commencer
à travailler sérieusement, nos parents nous priver de télévision cela nous être très pénible.
*** faire bien attention aux accords des verbes et aux pièges.
L’ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE.
I/ ET - EST:
 Le chien est caressant et docile.
 Le chien était caressant et docile.
Règle : - et (e. t) est une conjonction de coordination, mot invariable.
- est (e. s. t) verbe être, s’écrit à l’imparfait était.
II / S O N - S O N T :
 Les pages de son livre sont déchirées.
 Les pages de son livre étaient déchirées.
Règle : - son (s. o. n) adjectif possessif, remplacé au pluriel par ses.
- sont (s. o. n. t) verbe être, s’écrit à l’imparfait étaient.
III / O N - O N T :
 On gronde les enfants qui ont fait du bruit.
 On gronde les enfants qui avaient fait du bruit.
Règle : - on (o. n) pronom personnel indéfini, toujours sujet du verbe.
- ont (o. n. t) verbe avoir s’écrit à l’imparfait avaient.
IV / C E - S E :
 Le chien se cache derrière ce buisson.
 Les chiens se cachent derrière ces buissons.
Règle : - ce ( c . e ) adjectif démonstratif singulier de ces ou pronom démonstratif.
- Ce pain est frais.
Adj. dém.
- Ce que tu dis est faux.
Pronom dém.
- se (s. e) pronom personnel réfléchi, s’écrit dans les verbes pronominaux.
ce + nom : Ce petit garçon est malin.
se + verbe : Il se lave chaque matin.
c’est, c’était, ce fut, ce sera, ce serait +un nom. : C’était le beau printemps.
s’est, s’était, se fut, se sera, se serait + un participe passé. : Elle s’était levée très tôt.
V/ CES - SES:
 L’enfant a écorché ses genoux sur ces rochers.
 L’enfant a écorché son genou sur ce rocher.
Règle : - ces (c. e. s) adjectif démonstratif, pluriel de : ce, cet, cette.
- ses (s. e. s) adjectif possessif, pluriel de : sa, son. Il faut écrire ses quand, après le nom, on peut écrire : les
siens ou les siennes. Ex : Il a écorché ses genoux ( les siens).
VI / A - Á
 Le tailleur a acheté un nouveau fer à repasser.
 Le tailleur avait acheté un nouveau fer à repasser.
Règle : - à avec accent est une préposition, mot invariable.
- a sans accent, verbe avoir, s’écrit à l’imparfait avait.
VII / DONT - DANS
 L’argent volé dont on parle se trouvait dans une grotte.
Règle : - dans : préposition, introduit un complément circonstanciel.
-dont : pronom relatif (COI ou C du nom).
VIII / OU – OÙ :
 Quand tu arrives où j’habite tu trouveras mon frère ou mon cousin.
Règle : -ou : conjonction de coordination (choix, alternative).
-où : pronom relatif (lieu ; temps) ; adverbe de lieu.
IX / PEU-PEUT :
 Il possède peu de moyens par contre il peut vivre convenablement.
Règle : -peu: adverbe de quantité (mot invariable).
-peut : verbe pouvoir, présent de l’indicatif, 3ème pers du sing.
EXERCICES
I / Remplacer les points par et ou est :
1. Rapide ….. furtif, cet avion….. indétectable au radar.
2. En hiver, la campagne….dure….impitoyable, au printemps, elle……douce……..chaleureuse.
3. Le jardinier plante des arbustes….des fleurs, il entretient ses roses…ses lilas, son travail…passionnant, d’ailleurs
il en…très fier…il le fait avec grande joie.
II / Remplacer les points par son ou sont :
1. L’enfant et…. père…ensemble, ils….allés au stade.
2. Maintenant, ils…plus libres, leur fils et…invité…partis.
3. ….élève et lui…dans le garage, ils…entrain de faire démarrer…nouvel engin.
III / Remplacer les points par on ou ont :
1. Les voleurs…tout dévasté…ne retrouvera presque rien.
2. ….fait des efforts énormes mais…obtient des résultats qui…une grande importance.
3. …ferme les portes et les fenêtres,….allume toutes les lampes alors là…se sent en sécurité.
IV / Remplacer les points par ses ou ces :
1 Dans…moments difficiles il a retrouvé tous…amis.
2 …froids annoncent l’hiver et…longues nuits.
3 …amis et…proches étaient tous présents à…fiançailles,…gens-là sont formidables.
V / Remplacer les points par se ou ce :
1. L’enfant…lave chaque matin dans…réservoir.
2. …vieil homme et…chien…promènent tous les jours dans…jardin.
3. …véhicule…conduit à distance, c’est…garçon qui me l’a dit.
VI / Remplacer les points par c’est ou s’est :
1. L’enfant…égaré,…en cherchant toute la journée qu’on l’a retrouvé.
2. …extraordinaire ! le miracle…produit, le brouillard…dissipé.
3. L’oiseau…tu, le vent…mis à souffler,…l’hiver.
VII / Remplacer les points par ce, c’, se, s’ :
1. Dès que le doute…fut dissipé, la joie…est installée dans les cœurs,…était un beau jour.
2. Les enfants…’amuseront beaucoup,…sera une occasion pour eux de…connaître mieux.
3. Au moment où les résultats…furent annoncés…fut le grand bonheur pour tous.
VIII / Remplacer les points par a ou à :
1. Approche ! Ton père…quelque chose…te dire.
2. Armé d’un manche…balai, il…pu faire peur…tous les cambrioleurs.
3. Il…réparé la machine…laver et il…nettoyé le bac…eau.
IX/ Remplacer les points par : « ou » ou bien « où ».
1. Quand tu vas…..j’habite tu trouveras mon frère….mon cousin.
2. Ton argent….tes connaissances ne te serviront à rien là…tu vas !
X/ Remplacer les points par : « peu » ou bien « peut ».
1. Un joueur…..entraîné ne….en aucun cas terminer le match.
2. Il ….rattraper ses camarades parce qu’il a….de retard.
XI/ Remplacer les points par : « dans » ou bien « dont ».
1. La voiture…je parle est ….le garage.
2. C’est….ces montagnes que l’on a retrouvé le corps du milliardaire…l’avion s’est écrasé le mois passé.
LA PHRASE
La phrase est un ensemble de mots ordonnés qui possède un sens complet et cohérent.
Elle commence par une majuscule et se termine par un point. L’élément essentiel et moteur de la phrase est
le verbe.
-Le soleil / brille.
-Le garçon / répare son vélo.
g.nominal Sujet
g verbal.
g.nominal Sujet
g verbal. (V + COD)
I) La phrase simple.
- Je mange des fruits.
- Sortez !
- Il pleut.
Une phrase simple est une phrase composée d’une seule proposition, c’est-à-dire qu’il y a un seul verbe
conjugué.
II) La phrase composée.
L’enfant se réveille, sort de son lit, se dirige vers la cuisine, prend son petit-déjeuner et s’en va à l’école.
Une phrase composée est une phrase formée de 2 à plusieurs propositions c'est-à-dire qu’il y a autant de
verbes conjugués autant de propositions.
III) la phrase complexe.
- Il veut sortir /parce qu’il aime voir ses amis/ alors que ses parents souhaitent le voir guérir très vite
P.Principale PSC c. c. de cause
PSC c. c. d’opposition
/pour qu’il reprenne ses études.
PSC c. c. de but.
-
-
-
A) La phrase déclarative
1) affirmative.
Le père travaille à l’usine.
Le père a travaillé à l’usine.
2) négative.
Le père ne travaille pas à l’usine.
Le père n’a pas travaillé à l’usine.
B) La phrase interrogative
1) affirmative.
Pratiques-tu le tennis ?
Est-ce que tu pratiques le tennis ?
Tu pratiques le tennis ?
Remarque : Le facteur a délivré le courrier.
elle, on.
- Tu chantes bien cette chanson.
- Je participe au concours.
- Je peux sortir.
-
2) négative.
Ne pratiques-tu pas le tennis ?
Est-ce que tu ne pratiques pas le tennis ?
Tu ne pratiques pas le tennis ?
langage soutenu.
langage courant
langage familier.
Le facteur a-t-il délivré le courrier ? t par euphonie : il,
- Chantes-tu bien cette chanson ?
- Participé-je au concours ?
- Puis-je sortir ?
C) La phrase impérative
Le locuteur (celui qui donne l’ordre).
L’interlocuteur (celui qui reçoit l’ordre).
-
Ecris !
Ecrivons !
Ecrivez !
2ème p.s ; 1ère p.p ; 2ème p.p.
N’écris pas !
N’écrivons pas !
N’écrivez pas !
Tu manges ta soupe.
Tu finis ton travail
Tu prends un café.
Mange ta soupe ! (1er groupe) (le verbe perd le « s »)
Finis ton travail ! (2ème groupe)
Prends un café ! (3ème groupe)
Remarques :
- a) Tu parles à ton frère.
Tu as un problème ? Parles-en à ton frère !
Parle à ton frère !
-
b) Tu vas à ta place.
Tu veux aller à ta place ? Vas-y !
Va à ta place !
-
c) Regarde-moi !
Ne me regarde pas !
A l’impératif les verbes du 1er groupe et le verbe aller prennent un « s » à la 2ème personne du singulier quand
ils sont suivis de « en » et de « y »
D) La phrase exclamative
-
La phrase exclamative ajoute à la phrase déclarative une connotation affective, exprimant des
sentiments, des émotions, etc.
Par simple INTONATION :
J’aime bien ça !
C’est un bon travail !
Elle est si/tellement jolie !
Il a tant de soucis !
Avec Quel(s), Quelle(s) :
Quel spectacle !
Quels arguments il utilise !
Avec Que de... + nom :
Que de livres tu as lus !
Que de dangers nous attendent !
Avec Que + verbe + adjectif ou adverbe ou Ce que + verbe+ adjectif / adverbe :
Qu'elle est belle !
Qu'elle chante bien !
Ce qu'elle est belle !
Ce qu'elle chante bien !
Avec Comme + verbe + adjectif ou adverbe :
Comme tu es intelligent !
Comme tu parles bien !
Avec Combien + verbe + adjectif ou adverbe :
Combien il se sentait ridicule !
LE COMPLÉMENT
Le complément est un mot ou groupe de mots qui se joint au verbe pour en compléter le sens de l’action qu’il
exprime.
- Le petit conduit sa grand-mère.
- J’aime travailler.
- Mohamed prend son vélo.
A/ LES COMPLÉMENTS ESSENTIELS :
Sont ceux qui sont étroitement liés au verbe : ils ont un caractère indispensable. Généralement, on a 2
compléments essentiels : le COD (Complément d’Objet Direct) et le COI (Complément d’Objet Indirect).
Comment obtenir le COD ?
Nous regardons
====>
qui ? ===>
les joueurs.
(personne).
====>
quoi ? ===>
la télévision.
(objet, chose, idée, animal….).
Après le verbe, la question est directe puisqu’elle passe directement au verbe. Le verbe regarder est un verbe
transitif direct.
Quand on parle du COD, on doit parler du Complément d’Agent :
- La fille prépare des gâteaux
- Des gâteaux sont préparés par la fille.
Le Complément d' Objet Direct peut être représenté par :
- Un nom : -J’adore les gâteaux. ; -Elle aime son fils.
- Un pronom : -Je vous connais. ; -Prenez cela.
- Un mot pris substantivement : -Il demande le pourquoi et le comment de tout. ; -Aimons le beau !
- Un infinitif : -Elles aiment chanter. ; -Nous voulons travailler.
- Une proposition (complétive ou interrogative indirecte) : -J’affirme que la vertu rend heureux.;
-Il m’a demandé si je partais ce soir.
Comment obtenir le COI ?
Nous parlons =====>
=====>
à qui ? ===>
à quoi ? ===>
à nos élèves.
à nos animaux.
Nous parlons =====>
=====>
de qui ? ===>
de quoi ? ===>
de nos élèves.
de nos animaux.
(personne).
(objet, chose, idée, animal….).
(personne).
(objet, chose, idée, animal….).
Après le verbe, la question est indirecte puisqu’elle passe par une préposition (généralement : à, de). Le verbe
parler est un verbe transitif indirect.
Le Complément d' Objet Indirect peut être représenté par :
-Un nom : -Nous obéissons à nos parents. ; -Pardonnons à nos frères. ; -Elle téléphone à sa cousine.
-Un pronom : -Il me téléphonera ; -Elle doute de tout.;
- Un mot pris substantivement : -Pardonner à un coupable.
- Un infinitif : -On l’exhorte à combattre.
- Une proposition : -Je doute que vous réussissiez.
Il faut noter que ces deux compléments peuvent cohabiter, exceptant les cas des exclusivement transitifs
directs et des exclusivement transitifs indirects. La plupart des T. DIRECTS peuvent apparaître comme
BITRANSITIFS :
-
Elle a écrit une lettre à son avocat. (C.O.D. et C.O.I.) ;
Je lui donne un cadeau. (C.O.I. et C.O.D.)
B/ LES COMPLÉMENTS CIRCONSTANCIELS :
Tous les compléments qui ne sont pas indispensables mais qui peuvent fournir une information nouvelle.
- Le temps :
- Le lieu :
-Nous partirons dans trois jours. (la date)
-Il a travaillé toute sa vie.
(la durée)
-Vivre dans un désert. (situation)
-Je vais aux champs. (direction)
-Je viens de la ville. (origine)
-Il s’est introduit par le soupirail (passage)
- La cause : - Agir par jalousie.
- La manière : -Il marche à pas pressés.
- Le but : -Travailler pour la gloire.
- La conséquence : - Il se battra jusqu’à la mort.
- Le moyen : -Il voyage par bateau.
- La condition : - Je sortirai s’il fait beau.
- La comparaison : -Il travaille comme un bœuf.
- L’instrument : -Il le perça de sa lance.
- La distance : -Se tenir à trois pas de quelqu'un.
- Le prix : -Ce bijou coûte mille francs.
- Le poids : -Ce colis pèse cinq kilos.
- La partie : -Saisir le mouton par les pieds.
- L’accompagnement : -Il part avec un guide.
- La matière : -Bâtir en briques.
- L’opposition : -Je te reconnais malgré l’obscurité.
- Le point de vue : -Égaler quelqu'un en courage.
- Le propos : -Parler, discourir d’une affaire.
- Le résultat : -Il changea l’eau en vin.
LES ACCORDS DU PARTICIPE PASSÉ
Le participe passé se comporte généralement comme un adjectif qualificatif. Il peut s’employer seul ou avec
les auxiliaires avoir ou être.
1. Le participe passé employé avec l’auxiliaire être s’accorde en genre et en nombre avec le sujet auquel il
se rapporte.
- Les voitures sont garées dans le parking.
Les voitures : fém. plu.
- Nous sommes venus (ues ) par avion.
Nous
: masc. ou fém plu.
2. Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir ne s’accorde jamais avec le sujet auquel il se
rapporte.
- Nous avons vendu toute la marchandise.
- Ils avaient regardé le match ensemble.
3. Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir s’accorde en genre et en nombre avec le COD quand
celui-ci (le COD) est placé avant le verbe.
- J’ai mangé toute la tarte que tu m’as envoyée.
- Elle a pris les assiettes et elle les a bien rangées.
4. En ce qui concerne les verbes pronominaux qui se conjuguent tous d’ailleurs avec l’auxiliaire être, on
remarque plusieurs cas, à retenir seulement :
 Le participe passé d’un verbe pronominal réfléchi ou réciproque s’accorde avec son COD si celui-ci le
précède.
 Le participe passé reste invariable si le COD le suit ou s’il n’a pas de COD.
- Omar et Ali se sont écrit des lettres quand ils étaient à l’étranger
- Ils se sont écrit plusieurs fois.
5. On doit retenir simplement que le participe passé suivi d’un infinitif ne s’accorde pas sauf dans des cas
particuliers (à étudier ultérieurement).
 Ses deux enfants sont très gentils, il les a bien éduqués, il les a vu grandir.
Remarque : - Les joueurs que j’ai vus jouer.( les joueurs : sujet de jouer : accord).
- Les matchs que j’ai vu jouer. (les matchs: COD de jouer : pas d’accord.)
*** Tous les participes passés des verbes du 1er GROUPE sont en é.
mangé , regardé , chanté , rigolé , discuté , rangé…..
*** Tous les participes passés des verbes du 2ème GROUPE sont en i.
fini, rugi , réfléchi , rosi , mûri , grandi , fourni…..
*** Pour les verbes du 3ème GROUPE, voir liste.
T A B L E A U D E S A C C O R D S.
Donner :
Finir :
Prendre :
Faire:
Vouloir:
é
i
s
t
u
mas. sing
donn é
fin i
pri s
fai t
voul u
fém. sing.
donn ée
fin ie
pri se
fai te
voul ue
mas. plu
donn és
fin is
pri s
fai ts
voul us
fém. plu
donn ées
fin ies
pri ses
fai tes
voul ues
LE PARTICIPE PASSÉ
Verbes du 3ème groupe
Abattre
Accueillir
Acquérir
Admettre
Apparaître
Appartenir
Apprendre
Asseoir
Atteindre
Attendre
Battre
Boire
Bouillir
Combattre
Comprendre
Conduire
Confondre
Connaître
Conquérir
Construire
Contenir
Corrompre
Coudre
Courir
Couvrir
Craindre
Croire
Cueillir
Cuire
Découvrir
abattu
accueilli
acquis
admis
apparu
appartenu
appris
assis
atteint
attendu
battu
bu
bouilli
combattu
compris
conduit
confondu
connu
conquis
construit
contenu
corrompu
cousu
couru
couvert
craint
cru
cueilli
cuit
découvert
Défendre
Descendre
Détruire
Devenir
Devoir
Dire
Disparaître
Dissoudre
Dormir
Ecrire
Emettre
Entendre
Eteindre
Etendre
Exclure
Faire
Falloir
Fondre
Fuir
Inclure
Inscrire
Instruire
Interdire
Introduire
Joindre
Lire
Maintenir
Mentir
Mettre
Mordre
défendu
descendu
détruit
devenu
dû
dit
disparu
dissout
dormi
écrit
émis
entendu
éteint
étendu
exclu
fait
fallu
fondu
fui
inclus
inscrit
instruit
interdit
introduit
joint
lu
maintenu
menti
mis
mordu
Mourir
Naître
Obtenir
Offrir
Omettre
Ouvrir
Paraître
Parcourir
Partir
Parvenir
Peindre
Perdre
Permettre
Plaindre
Plaire
Pleuvoir
Poursuivre
Pouvoir
Prendre
Prétendre
Prévenir
Prévoir
Produire
Promettre
Recevoir
Réduire
Rejoindre
Remettre
Rendre
Répondre
mort
né
obtenu
offert
omis
ouvert
paru
parcouru
parti
parvenu
peint
perdu
permis
plaint
plu
plu
poursuivi
pu
pris
prétendu
parvenu
prévu
produit
promis
reçu
réduit
rejoint
remis
rendu
répondu
Reprendre
Résoudre
Retenir
Rire
Rompre
Savoir
Secourir
Séduire
Sentir
Servir
Sortir
Souffrir
Soumettre
Sourire
Soutenir
Suffire
Suspendre
Taire
Tendre
Tenir
Tondre
Traduire
Vaincre
Valoir
Vendre
Venir
Vêtir
Vivre
Voir
Vouloir
repris
résolu
retenu
ri
rompu
su
secouru
séduit
senti
servi
sorti
souffert
soumis
souri
soutenu
suffi
suspendu
tu
tendu
tenu
tondu
traduit
vaincu
valu
vendu
venu
vêtu
vécu
vu
voulu


Verbes du 1er groupe : ---------- é : chanter ------- chanté ; garder ----- gardé.
Verbes du 2ème groupe : --------- i : finir ----------- fini ; saisir ------------saisi.

Auxiliaire être : rester naître, sortir, devenir, aller, venir, partir, arriver, monter, intervenir, parvenir,
retourner, passer, descendre, tomber, entrer, rentrer, mourir + les verbes pronominaux.

On peut conjuguer les verbes suivants avec l’auxiliaire avoir quand ils sont suivis d’un COD :
monter, descendre, sortir, rentrer, passer, retourner.
Exemple : - La fille est montée dans sa chambre.
- La fille a monté ses affaires pour réviser dans sa chambre.
LE PARTICIPE PASSÉ
EXERCICES
I-) Accorder les participes passés des verbes suivants :
1.
2.
3.
4.
5.
Les vestes seront retourner, laver, sécher puis repasser.
Ils ont prendre les affaires et les ont mettre dans le cartable.
Les invitées seront bien recevoir, bien accueillir, bien entretenir.
Les voleurs ont été arrêter, traduire en justice et condamner pour leur forfait.
Je veux que vos livres soient couvrir et que vos devoirs soient bien faire.
II-) Mettre au passé composé les verbes suivants :
1.
2.
3.
4.
5.
Vous savoir que votre oncle mourir mais vous ne pas venir à temps.
Je vous voir, vous monter dans une voiture et vous partir.
Il se lever tôt, retourner le sol puis il retourner dans son lit.
Nous oublier de poster les lettres que nous écrire.
C’est ton oncle qui choisir cette robe et te la envoyer.
III-) Mettre au plus que parfait les verbes suivants :
1. Ils partir, ils visiter beaucoup de pays, ils vivre des moments très agréables et ils revenir très joyeux, le
voyage les rajeunir.
2. Ses filles, il les bien élever, bien instruire, il leur tout offrir, il être un bon père pour elles.
3. Vous nous commander cette marchandise, nous vous la obtenir difficilement.
4. Le tueur descendre un homme puis il descendre se cacher dans la cave.
5. Le directeur exclure les élèves qui battre leur camarade.
IV-) Mettre au futur antérieur les verbes suivants :
1.
2.
3.
4.
Dès que vous résoudre le problème vous pourrez partir.
Aussitôt que tu recevoir mon message, tu viendras me rejoindre.
Dès que le magasin ouvrir ses portes je passerai prendre mes achats.
Tu me rendras mes livres dès que tu les lire.
V-) Accorder les participes passés suivants :
1.
2.
3.
4.
5.
Les maisons qu’il a construit sont formidables on les a payé très cher.
Elle a été admis grâce à toutes les connaissances qu’elle a acquis.
Nous avons lu toutes les œuvres que vous avez écrit.
La toile que tu as peint sera exposé au musée.
Je t’ai donné une promesse et je l’ai tenu.
VI-) Mettre les verbes au passé composé et faire les accords du participe passé :
1. Pour gagner la bataille, les soldats se partager en groupes, à la fin ils se partager la victoire.
2. Les deux vieux amis se rencontrer par hasard, ils se relater des souvenirs puis ils se quitter dans
l’espoir de se retrouver un jour.
3. Elle se lever très tôt, se laver la figure, se peigner les cheveux et elle se diriger vers l’école.
LE PRONOM RELATIF
Le pronom relatif joue un rôle double, il est à la fois un substitut (remplaçant) et un mot de liaison, c’est ce
qui le distingue de la conjonction. Le mot qu’il remplace s’appelle l’antécédent. Le pronom relatif a sa propre
fonction dans la phrase, celle-ci diffère généralement de la fonction de l’antécédent.
La proposition subordonnée relative a un lien avec la proposition principale.
Les pronoms relatifs simples : qui , que , dont , où.
Les pronoms relatifs composés : lequel, laquelle, lesquels, lesquelles.., ces pronoms sont généralement
précédés d’une préposition : à , de , avec , vers ; pour , dans , sur……
FONCTION DES PRONOMS RELATIFS :
J’ai rencontré le responsable qui m’avait convoqué.
antécédent
Qui est généralement sujet.
J’ai rencontré le responsable que j’avais contacté auparavant.
antécédent
Que est généralement COD.
a)
b)
J’ai rencontré le responsable dont on parle beaucoup.
J’ai rencontré le responsable dont la femme est membre du conseil administratif.
Dont est généralement a) COI
b) complément du nom.
a)
b)
Ce responsable habite dans un quartier où il n’y a presque pas de voitures.
Le responsable apparaît toujours au moment où les fonctionnaires commencent à sortir.
Où est généralement complément circonstanciel de
a) lieu
b) temps
EXERCICE
Mettre le pronom relatif qu’il faut.
Il a acheté une voiture…peut être commandée à distance.
Le médecin ausculte l’accidenté…les blessures sont légères.
Nous avons reçu la marchandise…vous nous aviez envoyée.
C’est moi seul…vous respecte et…vous préviens des dangers de la cigarette.
C’est moi seul…vous respectez et…vous prévenez des dangers de la cigarette.
Le SIDA est une maladie…on discute énormément, c’est une calamité…les scientifiques comparent
à la peste et….fera des dégâts inégalables si on ne la stoppe pas.
7. Les élèves …les noms suivent doivent se présenter à la surveillance.
8. Il a marqué le but à la seconde même …l’arbitre allait siffler la fin du match.
9. Voici la maison du grand écrivain…a été tué le mois passé, son assassin…la police recherche
toujours l’a abattu à l’instant …il descendait de sa voiture, c’est un homme…les œuvres sont
inestimables.
10. J’aime beaucoup cette maison…j’ai grandi et…me rappelle toute mon enfance.
1.
2.
3.
4.
5.
6.
LA TRANSFORMATION PASSIVE.
Les chasseurs
Sujet actif
des centaines de sangliers
COD : - 3ème p du pluriel
- masc. plur.
Pour opérer la transformation passive, on doit introduire l’auxiliaire "être" qui va se mettre au temps et
même au mode du verbe à la forme active puis on lui ajoute le participe passé du verbe conjugué tout en
respectant les accords avec le sujet apparent. On obtient alors :
Des centaines de sangliers
Sujet passif ou apparent
massacrent
V : présent de l’indicatif
sont massacrés
V : Présent passif
par
préposition
les chasseurs.
complément d’agent.
A la forme passive le participe passé du verbe conjugué s’accorde avec le sujet apparent puisqu’il y a
présence de l’auxiliaire" être". Donc on a :
__ massacrés : s’accordant avec des centaines de sangliers. (masculin pluriel.)
__ sont : auxiliaire " être "au présent puisque « massacrent » est au présent ; il s’accorde maintenant avec le
sujet apparent « des centaines de sangliers ».
Remarque : quand le sujet actif est" on", à la forme passive il n’y a pas de complément d’agent.
- On a cambriolé la banque.
La banque a été cambriolée.
Il y a des cas où l’auxiliaire" être" prend le mode.
 Il veut que l’hôpital prenne
son père en charge.
V : subjonctif présent.
Il veut que son père

soit pris en charge par l’hôpital.
"être" au subjonctif
Les autorités
doivent trouver une solution à ce problème.
Infinitif.
Une solution doit être trouvée à ce problème par les autorités.
"être" à l’infinitif
( le verbe à l’infinitif devient un participe passé)
*** les pronoms personnels compléments d’agent : __par…
... moi ; ...toi ; ...lui ; ...elle ; ...nous ; ...vous ; ...eux ; ...elles.
Ex : Ils ont cassé la vitre.
La vitre a été cassée par eux.
*** les pronoms personnels COD : pronom personnel (COD) + Verbe.
me (m’) ; te (t’) ; le (l’) ; la (l’) ; nous ; vous ; les.
Nous avons été invités par nos cousins.
Nos cousins nous ont invités

A la forme passive, on peut trouver la préposition "de" au lieu de "par", ceci quand il s’agit
généralement d’un verbe de " sentiment " au lieu d’un verbe "d’action."
Exemple : Il est très apprécié de ses voisins. au lieu de : il est très apprécié par ses voisins.
La transformation passive s’opère quand on a un verbe transitif direct (tous les verbes transitifs directs se
conjuguent avec l’auxiliaire" avoir".)
Tous les verbes qui se conjuguent avec l’auxiliaire "être" n’acceptent pas la transformation passive.
La négation dans la transformation passive
- Le jardinier ne plante pas l’arbre.
- Le jardinier n’a pas planté l’arbre.
La négation entoure toujours la première particule du verbe.
- L’arbre n’est pas planté par le jardinier.
- L’arbre n’a pas été planté par le jardinier.
L’interrogation dans la transformation passive
-Le jardinier plante-t-il des roses ?
-Des roses sont-elles plantées par le jardinier ?
-Le jardinier a-t-il planté des roses ?
-Des roses ont-elles été plantées par le jardinier ?
Généralement on ajoute un pronom personnel de reprise dans les 2 formes : active et passive.
EXERCICES.
1 / Mettre à la forme passive les phrases suivantes :
1. Les secouristes évacueront les blessés par le toit.
2. les parents n’acceptent pas le comportement violent des enfants.
3. Les insinuations impertinentes de ses camarades l’avaient mise dans l’embarras.
4. Les facteurs ont-ils distribué les lettres ?
5. Viendra le jour où on éradiquera tous les fléaux de notre planète.
6. La dernière fois, les voisins ne m’avaient pas respectée.
7. Nous souhaitons qu’ils nous acceptent avec nos qualités et nos défauts.
8. Le gardien pouvait bien sauver l’équipe de la défaite.
9. Ce que vous insinuez me chagrine énormément.
10. Les joueurs arriveront demain par avion.
11. La fille prend la robe, l’examine de près, la retourne, l’ausculte puis la jette sur le lit.
2 / Mettre à la forme active les phrases suivantes :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
Nos caractères nous ont été légués par nos ancêtres.
Les rescapés avaient été sauvés par des volontaires.
Les rescapés avaient été sauvés par un miracle.
La victime fut découverte par hasard par une femme qui passait par là.
À chaque passage, il est salué par ses soldats.
Les victimes ont été abattues sauvagement par balles.
Les anabolisants sont-ils interdits par les instances sportives ?
Les enfants seront toujours chéris des parents.
Ces œuvres-là n’ont pas été écrites par Victor Hugo.
La salle fut complètement décorée par les élèves.
Nous avons été bien sermonnées par vous, la dernière fois.
LE CONDITIONNEL
Le mode conditionnel exprime un fait futur, présent ou passé soumis à une condition non réalisée formulée
dans une subordonnée introduite par SI. Il peut indiquer aussi, la possibilité, l’apparence, le doute.
Exemple : ==> Pour une journée de décembre, on dirait que c’est l’été. (si ce n’était pas l’hiver.)
==> L’incendie aurait fait beaucoup de dégâts.
Le conditionnel est aussi un futur du passé :
- Il me promet qu’il viendra demain.
Il m’a promis qu’il viendrait aujourd’hui.
*** Règles à appliquer pour les subordonnées conjonctives compl. circ. de condition :
I) Si + Présent de l’indicatif
( 1 ) Présent de l’indicatif.
( 2 ) Futur de l’indicatif.
Proposition Principale
Proposition subordonnée compl. cir. de condition
( 1 ) Si tu me déranges encore une fois, je le dirai à ton père.
( 2 ) Si je glisse, je tombe. (les 2 actions se passent au même moment : actions simultanées).
II) Si + Imparfait de l’indicatif
Conditionnel Présent (temps)
Si elle allait toute seule, le temps lui paraîtrait plus long.
Conditionnel Passé 1ère forme.
2ème forme.
III) Si + Plus que parfait
Si tu avais suivi mes conseils, tu aurais évité tous ces problèmes.
(tu eusses évité).
Remarque : Si + Futur n’existe pas.
Structure du verbe
au conditionnel présent : verbe en entier (radical + terminaison ) + terminaison de l’imparfait.
au conditionnel passé
Je
Tu
Il/Elle
Nous
Vous
Ils/Elles
: auxiliaire" avoir" ou "être" au conditionnel présent + participe passé
du verbe conjugué.
CHANTER
Cond. Présent
Cond. Passé
chanterais
aurais chanté
chanterais
aurais chanté
chanterait
aurait chanté
chanterions
aurions chanté
chanteriez
auriez chanté
chanteraient
auraient chanté
ALLER
Cond. Présent
Cond. Passé.
irais
serais allé (ée)
irais
serais allé (ée)
irait
serait allé, allée
irions
serions allés (ées)
iriez
seriez allés (ées)
iraient
seraient allés, allées
LE CONDITIONNEL
EXERCICES
I/ Mettre le verbe de la subordonnée au présent de l’indicatif
1.
2.
3.
4.
Si tu leur écrire maintenant, ils te contacter sûrement les jours prochains.
Je voir mieux le match si tu me procurer une bonne place au stade.
Si on lui donner un peu plus de temps il prouver son innocence.
Si tu commencer à réviser maintenant tu gagner un temps précieux à l’approche du BAC.
II/ Mettre le verbe de la subordonnée à l’imparfait de l’indicatif
1.
2.
3.
4.
Si tous les gens se comprendre, le monde être meilleur.
Ils payer toutes leurs dettes s’ils faire des économies.
Tous les élèves comprendre mieux si leurs camarades se taire un petit peu.
Si le malade souffrir beaucoup, il falloir lui faire une injection.
III/ Mettre le verbe de la subordonnée au plus que parfait
1.
2.
3.
4.
Si les pompiers ne pas éteindre l’incendie, il y avoir d’importants dégâts.
Je venir à ton secours si tu me appeler à temps.
Les invités ne pas se déranger s’ils savoir qu’il allait pleuvoir.
Elles te remercier chaleureusement si tu les bien accueillir.
III/ Mettre le verbe au temps demandé et faire les accords
1.
2.
3.
4.
5.
Si tu (travailler : imp.) plus, tes résultats (être ?) meilleurs.
L’équipe (gagner :?) le match si le défenseur ne pas (commettre : PQP) cette faute stupide.
Si tu (répondre : FUT) à cette question on (savoir :?) que tu es intelligent.
Je (pouvoir :?) voyager si les conditions climatiques (être : PQP) bonnes.
Vous (perdre :?) tout si vous (sous estimer :?) l’ennemi.
IV/ Donner des phrases personnelles avec un verbe de la subordonnée au :
1. Présent de l’indicatif.
2. Imparfait de l’indicatif.
3. Plus Que Parfait de l’indicatif.
LE SUBJONCTIF
Le subjonctif exprime une action voulue, désirée, souhaitée ou douteuse. Les personnes du subjonctif sont
toujours précédées de la conjonction de subordination QUE. Au présent du subjonctif tous les verbes prennent
les mêmes terminaisons :
-e
-es
-e
-ions
-iez
-ent
que je crie, que tu rugisses, qu’il vienne, que nous tenions, que vous partiez, qu’ils rient
Exceptions : avoir : aie aies ait ayons ayez aient
être : sois sois soit soyons soyez soient.
Quelques emplois du subjonctif :
1-Expression de la volonté, du désir, de l’ordre, du souhait : vouloir, exiger, ordonner, demander, désirer
souhaiter, aimer, préférer…que…
exemple : Je souhaite que vous fassiez tout pour avoir le bac.
2-Expression des sentiments : joie, douleur, regret, crainte, surprise…avec les verbes : avoir peur que, craindre
que, regretter que, être (heureux, triste, surpris, content…que)
exemple : J’ai peur qu’il ne pleuve ce soir car je n’ai pas de parapluie.
3-Expression du doute, l’incertitude, l’éventualité, la supposition : douter, nier, ne pas croire, ne pas penser,
ne pas être sûr, supposer…que.
exemple : Ce n’est pas certain qu’il fasse beau demain.
4-Expression de la nécessité : il faut, il est nécessaire, il importe, il est indispensable…que.
exemple : Il faut que vous apportiez vos livres avec vous.
5-Expression du jugement : il est préférable, il vaut mieux, il est (normal, bon, impensable, juste, utile,
inadmissible…) que…
exemple : Il est préférable que tu finisses tes devoirs aujourd’hui mieux que demain.
Remarque : il n’y a pas de subjonctif après le verbe espérer.
exemple : J’espère que vous aurez tous votre BAC.
Le subjonctif est souvent aussi le mode d’une circonstancielle, en particulier la cause, la conséquence, le but,
l’opposition et le temps.
LE DISCOURS RAPPORTÉ
STYLE DIRECT ET STYLE INDIRECT
Pour passer du style direct au style indirect on doit effectuer des changements tels que : -pronoms personnels,
-adjectifs et pronoms possessifs, - ponctuation, - indicateurs de temps, - adverbes de lieu, temps…
I-/LA PHRASE DÉCLARATIVE :
a) la ponctuation :
- Il dit: « J’aime le football. »
b) les temps :
- Il déclare : « Je pratique le football. »
-Il dit qu’il aime le football.
-Il déclare qu’il pratique le football.
V Introducteur
Quand le verbe introducteur est au présent les temps des verbes entre guillemets ne changent pas.
Quand le verbe introducteur est au PASSÉ (-PQP, -PA, -PS, -PC, -IMPARFAIT), alors les changements se font
comme suit :
-Il ajouta : « J’aime la boxe. »
-Il ajouta qu’il aimait la boxe.
Présent
Imparfait
-Il ajouta : « J’ai aimé la boxe. »
-Il ajouta qu’il avait aimé la boxe.
Passé Composé
Plus Que Parfait
-Il ajouta : « J’aimerai la boxe. »
-Il ajouta qu’il aimerait la boxe.
Futur
Conditionnel Présent
-Il ajouta : « J’aurai aimé la boxe. »
-Il ajouta qu’il aurait aimé la boxe.
Futur Antérieur
Conditionnel Passé
Les autres temps ne changent pas
Remarque : même si le verbe introducteur est au PASSÉ, le présent de vérité générale ne change pas.
Ex : Les scientifiques ont dit : « le dauphin est un mammifère. »
-Les scientifiques ont dit que le dauphin est un mammifère.
II-/ LA PHRASE INTERROGATIVE :
a) les temps : mêmes règles que pour la phrase déclarative.
b) La ponctuation :
-Il demande : « Aimez-vous la boxe ? »
-Il demande : « Est-ce que vous aimez la boxe ? »
-Il demande : « Vous aimez la boxe ? »
Á cette question, on doit obligatoirement répondre par oui ou non, donc on aura :
-Il demande si vous aimez la boxe.
Pour la question :
-Il demande : « Qui est-ce qui frappe à la porte ? »
-Il demande qui frappe à la porte.
-Il demande : « Qu’est-ce qui fait ce bruit ? »
-Il demande ce qui fait ce bruit.
-Il demande : « Qu’est-ce que tu regardes ? »
-Il demande ce que tu regardes.
-Il demande : « Que regardes-tu ? »
-Il demande ce que tu regardes.
-Il demande : « Où as-tu acheté ce livre, combien l’as-tu payé, quand peux-tu me le prêter ? »
-Il demande où tu as acheté ce livre, combien tu l’as payé, quand tu peux le lui prêter.
III-/ LA PHRASE IMPÉRATIVE :
Qu’importe le verbe introducteur, quand, au style direct le verbe est à l’impératif, au style indirect, on a :
-Il s’écria : « Allez jouer ailleurs! »
-Il s’écria d’aller jouer ailleurs.
De + infinitif.
-Il s’écria qu’ils aillent jouer ailleurs.
Que + subjonctif.
IV-/ LES INDICATEURS DE TEMPS (quand le Verbe Introducteur est au Passé)
style direct
style indirect
-aujourd’hui
le jour même ; ce jour là.
-demain
le lendemain.
-hier
la veille.
-maintenant
au moment même ; à ce moment- là.
-le mois prochain
-l’année passée
-il y a deux jours
-dans trois jours
-ce mois-ci
-lundi dernier
-lundi prochain
le mois suivant.
l’année précédente.
deux jours auparavant
trois jours après
ce mois-là
lundi d’avant
lundi d’après.
EXERCICES
I-/ Mettre au style indirect les phrases suivantes :
1. Elle dit : « Je vais m’installer chez mes parents, nous serons bien accueillis mes enfants et moi. »
2. Ils ont déclaré : « Nous avons perdu tout notre argent, nous devons annuler notre voyage. »
.
3. Tu nous avais déclaré : « L’année passée, j’ai travaillé avec mon oncle, il m’a bien payé. »
4. Il disait : « Je suis un honnête homme, les gens m’ont toujours respecté, Dieu m’aidera sûrement. »
5. Elle affirma : « J’ai vu une silhouette qui passait par là, je me suis penchée et j’ai vu le voleur. »
6. Tu as répondu : « Je ne me suis pas présenté au concours puisque je n’avais pas reçu de convocation. »
7. Ils nous ont demandé : « Pourquoi n’êtes-vous pas venus, qui est-ce qui vous a empêchés de le faire ? »
II-/ Mettre au style direct les phrases suivantes :
1. Il a affirmé que ce jour-là il s’était absenté et que c’était son frère qui avait ouvert le magasin.
2. Tu nous as demandé si nous connaissions les conséquences de la dégradation de la couche d’ozone.
3. Nous lui avions déclaré que nous étions désolés de ce qui s’était passé et qu’un pareil incident ne se
reproduirait plus jamais.
4. Ils ont annoncé que si la récolte était bonne ils achèteraient une nouvelle moissonneuse batteuse.
5. Il a déclaré à la police que la veille on lui avait volé son argent en revanche on lui avait laissé ses
papiers et sa voiture.
6. Elle demande ce que les gens pensent d’elle et comment ils trouvent son nouveau look.
7. Le père demanda à ses enfants quel était leur problème à l’école et s’il pouvait les aider.
LES RAPPORTS LOGIQUES
LA CAUSE
I/ La Proposition Subordonnée Conjonctive, complément circonstanciel de cause.
- Les élèves se sont absentés parce que la neige bloque les routes.
Proposition Principale
Propos. Subordonnée Conjonctive. comp. circ. de cause.
Conjonctions et locutions conjonctives introduisant la cause : parce que, du moment que, vu que, attendu que
étant donné que, du fait que , sous prétexte que (cause mensongère), puisque, comme.
Remarque : -puisque : indique une cause qui est déjà connue ou qui est indiscutable, se place avant ou après la
Proposition Principale.
- Comme : se place en tête de phrase et marque soit la cause avec le sens de parce que, soit le temps
avec le sens de lorsque, soit à la fois le temps et la cause.
Ex : Comme le soir tombait, il nous fallait trouver vite un refuge.
II/ La proposition indépendante coordonnée, comp.circ. de cause.
- Les élèves se sont absentés car la neige bloque les routes.
Prop. Indépendante
Prop. Indépendante coordonnée
III/ La prépositionnelle.
On introduit la cause par un groupe prépositionnel ou une préposition suivi d’un nom (GN) ou d’un verbe à
l’infinitif, qui sont des compléments circonstanciels de cause.
à cause de , grâce à , à force de , faute de , en raison de , vu , sous prétexte de , par suite de , à la suite de , par ,
à , de , pour.
Ex : - Il a réussi grâce à ses efforts.
– Il a perdu à cause de son manque de sérieux.
- Je l’ai vu tremblant de peine alors j’ai compati à sa douleur.
- Il a trouvé la réponse à sa question à force de chercher partout.
- Il s’est engagé dans l’armée par conviction.
- Elle ne s’était pas déplacée en raison de son état de santé.
- Faute de moyen de transport, j’ai raté mon voyage.
- Il est allé à la banque sous prétexte de voir un ami à lui.
- Par suite d’encombrements sur l’autoroute, nous étions obligés de rebrousser chemin.
- Cet homme a été condamné pour avoir cambriolé son voisin.
- Cette femme a été blessée pour s’être trouvée au mauvais endroit.
IV/ Autres moyens d’exprimer la cause :
1. La locution adverbiale : en effet pour l’explication :
Les élèves sont absents en effet la neige bloque les routes.
2. Un adjectif en apposition :
Courageux, il a pu affronter l’ennemi à lui seul.
3. Un gérondif (ou parfois un participe présent):
En roulant (roulant) à gauche, il a pu provoquer un accident.
4. Une proposition participe :
Ayant trop de choses à faire, il a oublié d’envoyer le courrier.
Etant venu en retard, il a été puni par le directeur.
5. Une proposition juxtaposée :
On ne travaille pas le 1er mai, c’est un jour férié.
Remarque : le verbe de la cause est généralement à l’indicatif, mais après : non que et ce n’est pas que le
verbe se met au subjonctif (pour nier une cause.)
Ce n’est pas qu’il soit menteur, qu’il n’a pas dit la vérité.
LA CAUSE
EXERCICES
I- Mettre la conjonction ou la préposition introduisant la cause :
abcdefghijkl-
Il a obtenu ces bons résultats …….ses relations et non …ses efforts.
L’élève a été renvoyé de l’établissement ….son comportement inqualifiable.
Il a été incriminé…..s’être servi d’une arme blanche.
……l’Aïd n’est pas loin, il faut affuter les couteaux.
Je suis harassé….j’ai fait tous les travaux tout seul.
L’équipe a perdu le match…….son entraîneur a démissionné et….l’équipe adverse était trop forte.
C’est un grand menteur, il est retourné là-bas…..il avait oublié ses lunettes.
….. pain ce jour-là elle a préparé de la galette.
La petite gamine a ameuté tout le quartier…..crier et… pleurer à haute voix.
…..ses performances, ce joueur pourra peut-être participer au prochain match.
Ses parents étaient très heureux…son retour, ils jubilaient…joie.
…..vous savez conduire, alors emmenez-nous faire un tour !
II- Relever les expressions qui expriment la cause :
Las que nous étions, mon ami et moi, lui pour avoir passé la nuit à réviser, moi pour m’être mis à préparer
mon mémoire, notre crainte de refaire l’année nous obligeait à faire le sacrifice.
Pour avoir envoyé mon fils à l’internat avec une semaine de retard, vu ma situation financière un peu
défaillante, il n’a pas été accepté puisqu’on me demande de justifier ses absences. Ce n’est pas que je veuille
nier mes torts que je vous écris c’est parce que je n’avais pas la somme requise. N’ayant pas pu toucher ma
paye à temps et m’étant très vite retrouvé au chômage je n’avais rien pu faire. Etant donné les circonstances que
je vous ai exposées. Je vous demande votre indulgence envers cette victime.
III- Donner cinq phrases personnelles exprimant la cause.
Ne pas oublier :
Conjonction (subordination / coordination) + verbe conjugué.
Un seul mot : conjonction. que
Deux mots et plus : locution conjonctive : parce que, du moment que ….
Préposition + - Verbe à l’infinitif.
- Nom (Groupe nominal)
Un seul mot : préposition : à ; de ; pour ; par….
Deux mots et plus : groupe prépositionnel : à cause de ; grâce à……
LES RAPPORTS LOGIQUES
LA CONSÉQUENCE
I/ La Proposition Subordonnée Conjonctive, complément circonstanciel de Conséquence.
-
La neige bloque les routes si bien que tous les élèves se sont absentés.
Proposition Principale
Propos. Subordonnée Conjonctive. comp. circ. de conséquence.
Conjonctions et locutions conjonctives introduisant la conséquence : de (telle) manière que ; de (telle) sorte
que ; de (telle) façon que ; au point que, en sorte que.
Lorsque la qualité ou l’action ont atteint un si haut développement que telle conséquence en résulte, on
utilise les locutions : tellement ...que ; si….que, tant…que ou bien tel…que (tels, telle, telles)
-Il a tellement neigé que toutes les routes sont bloquées.
- Il a si neigé que toutes les routes sont bloquées.
- Son fils lui a tant manqué qu’elle a pleuré des nuits entières.
- Il y avait une telle foule que je ne pouvais rien voir ou entendre.
- Sur la route il y avait un tel brouillard que la visibilité était presque impossible.
- A la foire on voyait de telles marques de voitures que le choix était vraiment difficile.
II/ La proposition indépendante coordonnée, comp.circ. de cause.
-
La neige bloque les routes donc tous les élèves se sont absentés.
Proposition indépendante
Proposition indépendante coordonnée.
Les conjonctions de coordination qui introduisent la conséquence : c’est pourquoi ; par conséquent ;
alors ; ainsi ; aussi (avec inversion du sujet et du verbe : les élèves se sont-ils absentés).
III/ La prépositionnelle.
de manière à ; de sorte à ; de façon à ; au point de ; jusqu’à ; d’où ; à ; assez…pour ; trop…pour.
- Il s’est débrouillé de manière à obtenir les meilleures places au stade.
- Il a couru au point de perdre le souffle.
- Il ne s’était pas bien préparé pour ses examens d’où ses résultats très médiocres.
- La pauvre petite fille pleurait à fendre les cœurs des passants.
- Il a travaillé jusqu’à tomber malade.
– Il faut frapper la bête jusqu’à sa mort.
- Tu es assez (trop) loin de moi pour pouvoir m’aider.
IV/ Autres moyens d’exprimer la conséquence.
a-) une proposition juxtaposée.
- Cette année il y a trop de pluie, la récolte sera bonne.
b-) une proposition relative à valeur comp. circ. de conséquence.
- Il rêve d’une personne qui puisse le rendre heureux.
Remarque :
a-) Après les locutions conjonctives pour que et sans que, le verbe se met au subjonctif.
- Il est trop loin de nous pour que nous puissions compter sur lui.
- Le voleur s’est introduit chez eux sans que personne ne s’en aperçoive.
b-) Les subordonnées de conséquence sont à l’indicatif parce qu’elles énoncent le résultat, l’effet, c'est-à-dire
un fait acquis, mais dès qu’apparaît une nuance de but elles se mettent au subjonctif.
-
Vous avez parlé de façon que tout le monde vous a compris. (conséquence).
Parlez de façon que tout le monde vous comprenne ! (but)
(de façon que ; de manière que ; de sorte que).
LA CONSÉQUENCE
EXERCICES
I-)Mettre la conjonction ou la préposition introduisant la conséquence :
a- Nous avons bien préparé tout……la fête sera très agréable.
b- Elle a été…..ébahie….le sèche-cheveux est tombé de ses mains.
c- Il pense à sa famille…en perdre la tête……doit –il prendre un congé pour rentrer chez lui.
d- Ils ne s’entendent plus depuis des jours….ils vont se séparer.
e- Je sais que tu es….intelligent…..laisser échapper une occasion pareille.
f- Il nous a fait……..peur…nous sommes tous restés figés.
g- Vous allez essayer de creuser……trouver l’eau et la tirer pour arroser vos jardins.
h- Il a très bien travaillé……il a obtenu les meilleures notes.
i- Il a toujours été…..infidèle et perfide……je lui fasse confiance un jour.
j- Je me souviens que ce jour-là il faisait…..chaud….tous les gens sont allés se baigner.
k- Elles étaient trop occupées……..oublier de préparer à manger.
l- Ils ont beaucoup travaillé…..cette fatigue et ce manque d’appétit.
m- Je souffre…je suis.
II- Donner cinq phrases personnelles exprimant la conséquence.
LES RAPPORTS LOGIQUES
L’OPPOSITION.
Opposition : Tu es gentil mais ton frère est méchant.
Concession : Ton frère est gentil pourtant personne ne l’aime.
Restriction : Tous les membres de ta famille sont gentils sauf toi.
I-/ La Proposition Subordonnée Conjonctive, c. c. d’opposition.
a- au subjonctif.
Il veut aller se promener bien qu’il pleuve énormément.
Proposition Principale
Propos. Subordonnée Conjonctive. comp. circ. d’opposition.
(bien que ; encore que ; quoique)
Remarque : bien que et quoique peuvent être utilisés sans verbe mais avec un adjectif qui est toujours à la
même personne que le sujet du verbe de la principale.
Bien que (Quoique) riche, il ne donne jamais rien aux pauvres.
Mots subordonnants marquant l’opposition : quoi...que ; si…que ; qui que ; quelque que ; où..que ;
aussi.. que ; tout...que (+ -subjonctif ou indicatif). ; au lieu que.
- Si intelligent que tu sois tu ne trouveras pas la solution à ce problème.
- Qui que vous soyez vous ne m’impressionnez pas.
- Quoi que vous disiez vous ne me convaincrez pas.
- Tout fort que tu (es ; sois) tu ne me battras jamais.
- Il désire sortir au lieu qu’il aille se préparer pour son examen.
b- à l’indicatif.
Il veut aller se promener même s’il pleut énormément.
(même si ; alors que ; pendant que ; tandis que) ; bien loin que.
Cet élève est allé bien loin que ses parents ne l’espéraient.
** quand bien même ; alors même que ; quand même + conditionnel
- Quand bien même il pleuvrait, je sortirai.
II/ La Proposition Indépendante Coordonnée, comp. circ. d’opposition.
Il veut aller se promener mais il pleut énormément.
Proposition Indépendante
Propos. Indépendante coordonnée. comp. circ. d’opposition.
( mais ; pourtant ; cependant ; toutefois ; néanmoins ; en revanche ; par contre ; au contraire )
III/ La prépositionnelle.
Il veut aller se promener en dépit de la pluie.
(en dépit de ; malgré ; bien loin de ; contre ; au lieu de ; excepté ; sauf ; pour).
-
Pour être un spécialiste, ce médecin n’est pas tellement compétent.
L’administration travaille tous les jours sauf le vendredi et les jours fériés.
Il est sorti bien loin de se soucier de son état de santé.
Il voulait manger du poisson malgré (en dépit de) l’interdiction du médecin.
Il va jouer au lieu de prendre ses affaires et d’aller réviser ses leçons.
IV/ La tournure : « Avoir beau + Infinitif ».
- On avait beau lui parler, il n’écoute personne.
Remarque : On peut rencontrer l’opposition avec les conjonctions de coordination : et ; ou…ou.
Ex : - Il est très malade et il ne veut pas aller voir le médecin.
- Ou je me trompe fort, ou cet homme est un malade mental.
EXERCICES
I-/ Remplacer les points par ce qu’il faut pour exprimer l’opposition.
abcdefghijklmno-
Le sport est bénéfique……pratiqué exagérément il puisse être dangereux.
Parfois,……l’interdiction, j’allais piquer quelques fruits au jardin du voisin.
….impassible….il soit, il ne peut pas s’empêcher de pleurer son père mourant.
Tu ne t’es pas présenté ….tu aurais pu téléphoner.
La chaleur était accablante…….il ne fût que dix heures.
Réfléchis un peu……rire stupidement !
Nous…….frapper à la porte, personne ne nous a répondu.
On lui a volé son argent et son portable……on lui a laissé ses papiers.
Il va chaque soir jouer aux cartes….ses enfants meurent de faim.
Je te rendrai visite…..tu ne m’invites pas.
Il fonça dans la forêt……se douter des dangers qui l’attendaient.
Ce joueur….être performant, n’a battu aucun record jusqu’à maintenant.
Il a été grondé par son père….il continue à faire des bêtises.
……tu fasses tu ne rattraperas pas tout ce retard.
On lui donne un travail à faire….il va dormir.
II-/ Introduire l’idée d’opposition en variant les tournures.
a- Cet homme est très riche.
b- Les gens ne sortent pas.
c- Tu veux voir le spectacle.
d- L’incendie était maîtrisé.
e- Ce vieux bonhomme fait la sourde oreille.
– Il n’aime pas trop dépenser.
– Il fait très beau.
– Tes parents te l’empêchent.
– On installa un piquet de surveillance.
– Il comprend tout ce qui se passe autour de lui.
III-/ Il a beau chercher un costume à sa taille, il n’a pas trouvé.
Cette phrase veut dire :
-
Il a cherché un beau costume, il n’a pas trouvé.
Il a cherché, il n’a pas trouvé un beau costume et à sa taille.
Il a cherché un costume mais il n’a pas trouvé un à sa taille.
IV- Donner cinq phrases personnelles exprimant l’opposition.
LES RAPPORTS LOGIQUES
LE BUT
I-/ La Proposition Subordonnée Conjonctive, c. c. de but.
Le père travaille jour et nuit pour que ses enfants réussissent.
afin que, en vue que
Prop Principale
Prop Subordonnée Conjonctive, c. c. de but.
But +
Le père travaille jour et nuit de peur que ses enfants n’échouent.
Butde crainte que
Remarque : le verbe de la subordonnée est souvent précédé d’un ne explétif, sans valeur grammaticale.
II-/ La prépositionnelle.
Le père travaille jour et nuit pour la réussite de ses enfants.
en vue de, dans le but de ( + nom ou groupe nominal)
pour voir réussir ses enfants.
afin de, en vue de, dans le but de ( + verbe à l’infinitif)
Le père travaille jour et nuit de peur de
de crainte de
- l’échec de ses enfants.
(+ nom)
- voir échouer ses enfants (+ infinitif)
But +
But –
Remarque : on ne doit pas écrire : Je suis venu pour que je te voie.
Mais : Je suis venu pour te voir.
III-/ Autres moyens d’exprimer le but.
 Approche ! que je te voie de plus près.
- Un Impératif + que + Subjonctif
 Parlez ! de manière que tout le monde vous comprenne. -Impératif+de manière que+ Subjonctif.
de façon que ; de sorte que.
 Je cherche un remède qui puisse me guérir très vite.
- Une proposition relative au subjonctif.
 Après les verbes : servir à ; servir de ; être appelé à.
EXERCICE
Mettre la conjonction ou la préposition introduisant le but :
1. On essaye de mettre les tableaux assez haut……les visiteurs puissent mieux les voir.
2. Il s’applique énormément…..faire des bêtises et ….dire des sottises.
3. Je viendrai probablement vous voir….vous me montriez votre collection de timbres.
4. Il s’est caché…on ne le surprenne entrain de voler et…on n’appelle la police.
5. Je vous ai convoqués….vous annoncer une bonne nouvelle.
6. Nous avons pris toutes nos précautions…tomber dans un piège.
7. Parlez à haute voix !...je puisse vous entendre mieux.
8. Ce système sert…enclencher l’alarme….les gardes puissent se réveiller.
9. Articulez bien vos mots…….je comprenne ce que vous dites !