Introduction.
Ce manuel est destiné aux étudiants étrangers en médecine. Il est
établi en conformité avec les éxigences éducatives de l’État. La base
du manuel est le cours de «Histoire de Russie», qui a été developpé
par le departement de philosophie, bioétique, histoire et sociologie en
conformité avec les éxigences. Le manuel peut être utiliser pour la
préparation au cours. Il se compose de 10 thèmes en conformité des
périodes et des problèmes essentielles de l’histoire de la Russie.
Chaque thème a le titre, le plan du thème, les recommendations
méthodologiques, le vocabulaire historique et les questions du
contrôle. À la fin du manuel il y a les questions de l’épreuve.
Le but de cours «Histoire de Russie» est la formation chez les
étudiants des connaissances systèmatiques sur l’histoire de l’origine
et du développement de l’humanité sur la territoire de la Russie.
Les objectifs principaux sont:
-la formation chez les étudiants d’une vision cohérente sur le
prossesus historique au sein d’histoire mondiale;
-la formation d’approche systèmatique à la compréhension de
prossesus historique, des événements, des notions, des activités des
personalités historiques;
-l’analyse et l’évaluation des differents événements historiques.
En concéquence, les étudiants acquièrent des connaissances,
contribueront à la formation des fondements de leur conscience
historique et à l’évaluation des différents phénomènes de société.
Thème 1. Histoire comme la science.
1. Notion d’histoire. Objet et sujet d’histoire. Sources historiques.
2. Structure, fonctions et méthodes d’histoire.
3. Approches formatrice et civilisationnelle à l’étude d’histoire.
1. Notion d’histoire. Objet et sujet d’histoire. Sources
historiques. « Histoire » en grec est un récit d’un événement ou d’un
fait. Hérodote est consideré comme le premier historien qui a décrit
les guerres médiques. Le terme « histoire » a plusieurs sens : 1) c’est
le processus du développement de la nature, de l’homme et de la
société ; 2) c’est une science humanitaire qui étudie le passé.
L’objet d’histoire comme les autres sciences humanitaires est la
société. Le sujet d’histoire – le passé de l’humanité dans toute sa
diversité. L’histoire étudie des lois du développement de la société
3
humaine pour comprendre son actualité et tendances du
développement de l’avenir. La recherche historique se base sur des
principes tels que la scientificité, l’objectivité, l’historicisme, la
dialectique. Les principes d’un historien se manifestent dans la
périodisation, c.a.d. dans l’accentuation les étapes les plus grandes, et
aussi dans l’évaluation des évenements, des processus historiques.
La base d’histoire est le recueil, la codification et la centralisation
de faits et leur analyse. L’histoire de la Russie est une science sur la
formation et le développement de la société humaine au sein de la
Russie jusqu’au 1917, et dans le cadre de l’URSS-juqu’a décembre
1991. L’histoire russe est une partie d’histoire mondiale.
L’histoire se base sur des faits obtenus de diverses sources.
Source historique est tout ce que permet d’étudier le passe de
l’humanité. On distingue les sources matérielles ou les monuments de
l’activité humaine (outils, bâtiments, articles ménagers etc.) et les
sources écrites (chroniques, lois , mémoires etc.).
Il existe plus de deux dizaines des disciplines historiques
spécifiques et auxiliaires tels que la généalogie (l’étude de
génération), l’héraldique (l’étude des armoires), la numismatique
(l’étude des monnaies) et la billetophilie (l’étude des billets de
banque) etc. La base informatique d’histoire consolide
l’archivistique, la bibliographie historique, la métrologie (l’étude de
la mesure), la muséologie, la chronologie. Le rôle important est joué
par l’archéologie (l’étude de monuments materiels).
L’historiographie est apparue depuis l’apparition d’État, d’écriture
et la propagation du christianisme. L’historiographie est l’étude du
processus historique et le développement d’histoire.
2.Structure, fonctions et méthodes d’histoire. La base d’histoire
est le recueil, la systématisation, la généralisation et l’examen des
faits. Grâce au receuil des faits on distingue plusieurs domaines
d’histoire tels que l’histoire civile, l’histoire politique, l’histoire de
droit, l’histoire militaire, l’histoire de la culture, de la musique etc.
L’histoire contien plusieurs sciences (parties) particulières:
-L’histoire des activités humaines (l’histoire d’économie,
l’histoire de la médecine, l’histoire de beaux arts);
-L’histoire des éthnies, des pays, l’histoire mondiale;
4
-Les disciplines historiques auxiliares qui donnent l’information
principale (l’archéologie).
Toutes ces parties sont unies par la science du développement de
l’homme et de la société – la philosophie d’histoire qui formule les
lois et la méthodologie historique. Il y a les fonctions d’histoire:1.
Fonction cognitive. L’histoire est la science essentielle pour
l’évolution complete de homo sapiens – l’homme raisonnable. Grâce
à la comprehension d’histoire du pays il est possible de comprendre
sa place et son rôle dans l’histoire mondiale. 2. Fonction politique.
L’histoire permet d’établir les tendances de l’évolution de l’état et la
société, à partir de base théorique de reflexion d’experience des
générations precedentes choisir une solution politique.3. Fonction
idéologique et éducative. Les exemples d’histoire nous enseignent
les valeurs intemporelles de l’humanité: le bien, la justice, la liberté,
l’égalité etc.
L’étude d’histoire forme la conscience historique – l’un des
aspects le plus important de la conscience collective. La conscience
historique est l’ensemble des idées de la société en général et de ses
groupes sociaux en particulier sur le passé de l’humanité. La
conscience d’histoire établie les qualités civiles. La conscience
nationale prévoit d’auto-entretien du peuple. Les méthodes
principaux de la recherche historique sont la méthode comparative,
chronologique, la méthode de problème, statistique etc.
3. Approches formatrice et civilisationnelle à l’étude
d’histoire.L’évolution de production capitaliste formait l’idée sur le
rôle particulier de l’économie dans la vie de la société. Une nouvelle
approche sur la chronologie d’histoire est apparue. Il est apparue dans
les oeuvres de Karl Marx. Il a introduit pour la première fois la
notion de formation socio-économique comme l’unité de l’économie
et la politique sous le rôle principal de l’économie. L’évolution de
fomations dépend de mode de production des biens materiels qui
maintient la production et les rapports de production, c.a.d. des
formes differentes de propriété sur les moyens de production.
Karl Marx considérait que les changements économiques
provoquent les changements de tout le système des rapports sociaux.
Il
a
distingué
5
formations
principales
d’histoire
5
humaine:1)Formation communautaire primitive;2)Esclavagisme;
3)Feodalisme;4)Régime capitaliste;5)Formation communiste.
L’approche civilisationnelle a été évolué dans les oeuvres des
historiens du XIX-ème siècle et dévenu principal dans les recherches
historiques depuis la deuxième moitié du XX-ème siècle. Les
representants de cette approche dans l’histoire européenne sont A.
Toynbee, O. Spengler, en Russie – N. Danilevskiy, P. Sorokine. La
civilisation est définie comme la manière de vivre dans les
conditions spécifiques (climatiques, géographiques, géopolitiques,
historiques et culturelles). La spécificité de chaque civilisation est
imposée par l’ensemble des plusieurs facteurs tels que le milieu
géographique ou naturel, l’organisation sociale, le système politique,
la mentalité, la réligion (les valeurs spirituelles).
Dans le contexte de cette approche on distingue les étapes
suivantes d’histoire: 1)La période de sauvagerie (la culture de
chasseurs et ramasseurs); 2)La période de barbarie (la culture
agraire); 3)La société industrielle; 4)La civilisation post-industrielle
(la société informatique).
Cette approche est universelle. À nos jours on distingue deux
types principaux de civilisation : occidentale (européennetéchnologique) et orientale (traditionnelle). La civilisation
occidentale est formée à la base de la culture greco-romaine et se
caractèrise par la propriété privée de la terre, le niveau le plus élevé
de l’industrie. La civilisation orientalle est née à la base de cultures
de l’Inde et la Chine ancienne, de Babylon, de l’Egypte et des pays
musulmans. Cette civilisation se caractèrise par le rapport d’harmonie
entre l’homme et la nature, la dévotion de traditions.
Ainsi en étudiant l’histoire d’un pays on peut distinguer les
caractèristiques particulières de son existence, comprendre les
tendances generales et particulières du développement par rapport
aux autres pays et conclurer sa place dans la civilisation mondiale.
En histoire de la Russie on distingue de différentes périodes de
changments fondementaux:1)La civilisation russe ancienne, la
période pré-étatique (jusqu’à IX siècle);3)La Russie Kieviènne (8821132); 4)La Russie des apanages (XII-XIV siècles); 5)L’essor de la
Moscovie (XV-XVII siècles); 6)La Russie impériale (XVIII- début
6
XX siècle); 7)La Russie soviètique – L’URSS (1917-1991); 8)La
Nouvelle Russie (depuis 1992 jusqu’à présent)
La société russe a passé plusieures étaps historiques sous
l’influence des facteurs internes et externes.
Les questions du contrôle:
1. L’origine et le sens contemporaine du terme histoire?
2. Qu’est-ce qu’est le sujet d’histoire?
3. Quelle est la structure de connaissance historique?
4. Quelles sont les fonctions d’histoire?
5. Expliquez la notion de «formation».
6. Expliquez la notion de «civilisation».
Vocabulaire historique.
Civilisation – (latin – Civil, d’Etat) – une totalité de tous les
réalisations de la société (techniques, culturelles, spirituelles,
artistiques), qui sont le résultat de l'activité humaine. L'originalité de
chaque civilisation est déterminée par beaucoup de facteurs: le milieu
géographique (ou naturel); l'économie, l'organisation sociale, la
religion, le système politique et la mentalité.
Civilisation locale – une région du monde, dans lequel le
développement de la société et de la culture se passe dans une
direction particulière, en fonction de leurs propres normes et valeurs
culturelles (la civilisation antique, la civilisation indienne,
européenne, russe et d’autres.).
Époque (grec – l’arrêt) – une période de temps dans le
développement de la nature, de la société, de la science, de la culture
et etc., a ses propres caractéristiques.
Ère (latin – le nombre original) – 1.une grande période historique;
2. dans l’histoire – le point initial de la chronologie, le système de
chronologie (chrétienne ou l’ère nouvelle – notre ère, dans laquelle le
compte est tenu par la date de naissance de Jésus-Christ adopté au
christianisme).
Ethnogenèse – une origine des peuples dans la phase initiale de la
naissance, et la formation suivante de leurs caractéristiques
ethnographiques, linguistiques, anthropologiques.
7
Féodalisme – une étape dans le développement de la société
humaine. Le féodalisme est basée sur la propriété privée des terres (le
fief – le terrain) et l’utilisation du travail des paysans dépendants.
Formation – (latin – la formation, le type) – sur la théorie
marxiste, la formation socio-économique – un stade du
développement humain, qui est une combinaison de l’infrastructure
et de la suaperstructure. La science marxiste identifie cinq
formations: la communauté primitive, esclavagiste, féodal, capitaliste
et communiste. L'histoire est considérée comme le processus du
changement des formations socio-économiques, qui agit comme la
force motrice de la lutte de classe.
Histoire – une science qui étudie le passé de la société humaine
dans son développement.
Historiographie – une science qui étudie l'histoire de la science
historique, sa formation et développement.
Source étude – une discipline historique auxiliaire, qui étude des
sources historiques. Il est engagé dans l'évaluation, la systématisation
et l'utilisation de sources.
Thème 2. La Rus’ de Kiev.
1. Les slaves de l’Est: l’essaimage, l’économie, la religion.
2. La formation de l’état de Rus’ de Kiev.
3. La christianisation.
1. Les slaves de l’Est: l’essaimage, l’économie, la religion. Les
slaves sont au groupe des langues indo-européennes, qui contient les
peuples germaniques, baltiques, romains, grecs, iraniens et indiens.
La pays ancestral était le territoire de Oder à l’Ouest jusqu’à les
Carpates à l’Est. Dans la formation du peuple russe ancien on
distingue 4 étapes:1) 25-10 siècles avant JC-la période proto-slave;
2)10 siècle av. JC – 4 siècle – la période pré-slave; 4) 4-6 siècles- la
période slave; 5) 6-8 siècles – la période russe ancienne.
Le premier nom des slaves était scythes introduit par la première
fois par Herodote au V siècle av. JC. Les autres auteurs grecs et
romains – Polybe (III-II siècles av.JC), Tite-Live (I siècle av JC-I
siècle), Strabon (I siècle), et Tacite (I-II siècles) –ont appelé les
8
slaves comme les «Vénetes de Vistule». Les auteurs grecs ont
appellés les slaves 3 noms viennent de même racine – Vénetes, Antes
et Sklavinies.En IX-X siècles le terme «russe» est apparu. Les slaves
contactaient avec les tribus voisins – les peuples finno-ougriens et
peuples baltes.
Leurs occupations principales étaient l’agriculture, l’élevage, le
métier et le commerce. Les autres occupations étaient la chasse, la
pêche, la chasse au miel.Le commerce en générale était à
l’étrangère par les trajets des Varegues aux grecs reuni la Byzance
par le Dniepr avecles pays baltes et le trajet du région Balte vers la
Volga reuni les pays arabes avec l’Europe.Le Dniepr était la voie
principale. L’article d’exportation principale étaient le miel, la
fourrure, la cire. On a importé les articles de luxe, les armes, le vin.
Au début du I-er millénaire les slaves vivaient dans las
communautés. L’économie était naturel. Dès le développement
d’économie les villes sont devenues les centres de commerce et de
défense contre des ennemies exterieurs. Le Kremlin était le centre de
la ville entourée par les fortifications. Les colonies des artisants
étaient le possad qui était contigu au Kremlin. Vers le IX-ème siècle
en Russie il y avait pas moins de 24 grandes villes.
La démocratie militaire est la structure sociale de slaves. Tous les
hommes étaient guerriers. L’autorité suprême qui contrôle et limite
du pouvoir de prince est Vetché (l’assemblée populaire). La religion
des slaves est Védique. Les monuments principaux culturels sont les
chansons sacrées, les mythes, les légendes. Le plus célèbre est Livre
de Vélès écrit à Novgorod au IX siècle. La trinité sacrale est Svarog –
le dieu du ciel, Péroun – le dieu du tonnerre, Vélès – le dieu de
déstruction. Il y avait des cultes féminins – le culte de la Mère-Terre
et de déeses de l’amour –Lada, Léli. L’existence du monde les slaves
décrivent par la lutte de bien et de mal.
Les fêtes populaires: le Nouvel Ân, Maslenitsa (Mardi gras), «la
semaine de sirènes», la nuit de Kupala se coloraient par la magie et
étaient la prière du bien-être,de récolte. Pendant la fête les
épouvantails de ces ésprits étaient brûlés ou noyés. Le culte et
l’immolation des dieux païens avaient lieu dans les endroits
spécifiques – Kapistché – est le bâtiment rond en bois. Au centre de
ce bâtiment il y avait les statues de dieux-les idoles. Le rite funéraire
9
lié avec la foi en l’immortalité avait une valeur particulière. Donc la
religion de slaves de l’Est avait les caractéristiques d’animisme
(l’animation des objets et des animaux), de fétischisme (la foi en le
pouvoir magique de certains objets) et la magie primitive.
2.La formation de l’état de Rus’ de Kiev.Les prémisses de la
création d’état chez des slaves de l’Est:1) Le développement
d’agriculture et de métier; 2 )La formation de communauté de
voisinage, le gouvernement interne, l’apparition des princes tribaux;
3)Le développement de commerce; 4) L’apparition de l’inégalité
sociale et de la noblesse tribale; 5)La nécessité de la défense.
La formation de l’état russe a passé certaines périodes. Au VIVIII siècles les slaves sont réunis en communautés tribales qui sont
mentionées dans la Chronique de temps passés (polianes, drevlians,
severians). À la deuxième étape ces tribus sont reunis aux alliances
fortes: Kouïaba (le centre – Kiev);Slawiya (le centre-Novgorod) et
Arthaniya (le centre – Ryazan ou Tchernigov). La troisième étape –
la réunion de Kiev et Novgorod, la soumission de toutes les
communautés tribales à Kiev. Donc la formation de l’état russe est le
resultat du long développement interne de la société des slaves de
l’Est. La première Chronique de temps passés affirme que la
première dynastie prencière naît à Novgorod en 862. Les habitants de
Novgorod en 862 invitent les varègues avec Rurik à la tête pour
mettre la fin de conflits civils. Rurik devient le fondateur de la
nouvelle dynastie-les Rurikides. 882 est considéré comme la date de
la fondation de l’état russe lorsque le prince Oleg prend le pouvoir à
Novgorod et envahit Kiev. Oleg a réuni le Nord et le Sud et crée le
nouvel état avec la capitale à Kiev. A la base de ces faits la théorie
normanique est apparue. Cette théorie a été formulé au XVIII-ème
siècle par les histoirens allemands qui ont travaillé en Russie. Selon
cette théorie les slaves eux-même n’étaient pas capable de créer leur
état à cause de faible niveau du développement; l’état a été formé par
les varègues invités. Suite à cette théorie Lomonosov a créé la théorie
anti-normanique où il a prouvé que: 1)Les varègues sont apparus en
Europe orientale quand l’état russe ancien est déjà crée; 2)Les
varègues en Russie sont employés comme la force militaire; 3)Il n’y
a pas de traces d’influence durable sur les relations économiques et
socio-politiques de slaves et aussi sur leur langue et culture;
10
4)L’appel aux varègues n’atteste que la formation de nouvelle
dynastie mais pas de l’état.
On distingue 3 étapes de l’évolution de l’état russe: l’étape initiale
(le milieu de IX siècle –la fin De X siècle)-les dirigeants: Rurik (862879), Oleg le Sage (879-911), Igor (912-945),Olga (945-969),
Sviatoslav (965-972), l’étape de force (la fin de X-la première moitié
de XI siècle) – Vladimir I (980-1015), Yaroslav (1015-1054); l’étape
de décadance–(la 2eme moitié de XI-début de XIIi siècle) – Vladimir
II Monomach (1113-1125) et les autres. La fondaion de l’état russe a
joué le rôle principal dans la formation de civilisation russe.
A la tête de l’état russe était le Grand prince de Kiev de la
dynastie de Rurikides. L’assemblée des boyards jouait le rôle
important dans le gouvernement de l’état. Le contrôle de terres a été
géré par des princes ou de leurs fils (gouverneurs), les possadniks
d’origine des boyards (noblesse), les voÏvodas (le chef du
commandement militaire d’une forteresse), des tysatskiys (le
dirigeant militaire qui a géré des volontaires en nombre de mille
persons pour une période) élus dans les villes etc . Les forces
militaires ont été composé de l’armée professionnelle de prince et au
besoin la milice populaire dirigé par le tysatskiy.
Le premier code de lois de la Rus’ de Kiev – «La vérité Russe»
décrit des relations féodales (amendes sur la protection de vie et de
biens des seigneurs féodaux), determine le status des esclaves et les
autres groupes dépendants, le droit de créance et droit de succession
et les autres lois.
La politique des premiers princes russes est celle de la réunion des
terres et peuples slaves de l’Orient et l’organisation de la résistance
aux attaques des nomades. Après la mort du prince Igor en 945, le
pouvoir a passé à son fils Sviatoslav (945-972) qui a passé toute sa
vie dans les campagns militaires, loin de son pays et donc le
souverain réel était sa mère – la grande duchesse Olga.
Pendant le règne du prince Vladimir Sviatoslavovitch (le Saint
Vladimir) (980-1015) l’unité politique des terres slaves de l’Orient
est consolidée par l’unité spirituelle. En 988 La Russie se converti en
christianisme oriental (d’après le modèle byzantin) en tant que la
religion officielle d’état. Vladimir I est connu comme le premier
grand réformateur.
11
Son apogée la Russie atteint pendant le règne d’Yaroslav le Sage
(1019-1054). Ce prince a réalisé la politique étrangère réussie. Au
plan de politique intérieure il a propagé le christianisme, le commerce
et la formation du système juridique (le code de lois «La Vérité
Russe»). Sous son règne le gouvernement a ouvert de nombreuses
écoles, les bibliothèques, a établi les relations diplomatiques aves les
pays européens. La Rus’ de Kiev est devenue l’une des pays les plus
forts de l’Europe.
3.La christianisation.Le développement du pays a imposé de
changements idéologiques et religieux. il était nécessaire de renforcer
le prestige du pouvoir princiaire et de nouvel état, pour réunir les
peuples slaves. En 980 Vladimir I a réalisé la première réforme
religieuse. Il a essayé de réunir des croyances slaves paÏennes en
établiant de culte unique de Péroun. En 988 il a réalisé la 2ème
réforme religieuse – en tant que la réligion d’état il a adopté le
christianisme oriental d’après le modèle byzantin – l’orthodoxie. Cela
a été fait parce que: 1) Le christianisme au 10ème siècle était une force
culturelle et politique importante en Europe et au Moyen Orient. 2)
L’église orthodoxe byzantine était sous le controle de l’état. L’église
catholique avec le Pape à la tête ont exigé la soumission du pouvoir
laÏque au pouvoir de l’église, c.a.d. ils étaint les concurrents pour les
princes. 3) Entre Kiev et Constantinople il y avait des relations
économiques et politiques, qui renforcèrent l’intêret respectif. 4) Le
christianisme byzantin permit de faire de rites et céremonies en
langue maternelle. En outre les décorations dans les églises
orthodoxes, ses rites et cérémonies sont très magnifiques.
La propagation du christianisme en Russie a duré pendant siècles.
En même temps il y a un mélange de paganisme et croyances
chretiennes. La signification de la christianisation de la Russie: 1) Le
renforcement du pouvoir de l’état et l’unité de terres slaves.2) Le
renforcement du prestige de la Russie à l’étrangère, l’augmentation
de contacts avec les autres pays.3) Le christianisme a influencé sur la
culture russe. Grâce à la nouvelle religion en Russie il a introduit
l’écriture, l’architecture en pierre, la littérature, l’histoire, la
philosophie, la culture urbaine.
Conclusion. Au début du XI-ème siècle la Russie est devenue
une grande puissance. Son périmètre était 7000 km. Elle était située
12
sur la mer Baltique et la mer Blanche, et ainsi qu’entre les lacs Onega
et Ladoga au Nord jusqu’à la mer Noire (Russe) au Sud, sur le
versant oriental des montagnes des Carpates à l’ouest jusq’à la partie
superieure de la Volga et l’Oka à l’Est. La population sur la telle
surface était environ 5 million d’habitants. Sa grande territoire a
influencé sur les particularités du développement historique : la
colonisation spontanée des nouvelles terres, le type extensive du
développement agricole, la soumission du peuple aux autorités (pour
défendre le territoire), l’abscence du contrôle de l’autorité locale sur
la périphèrie.
Les questions du contrôle:
1 . Où à l’origine ont-ils habité les slaves? Quels peuples
modernes sont appartiennent au groupe ethnique slave?
2. Quelles sont les occupation principales de slaves de l’Est?
3. Nommez les causes qui ont provoqué la formation de l’état
russe ancien?
4. Indiquez les étapes de la formation de l’état russe ancien?
5. Quel était le système politique de gouvernement en Russie de
Kiev?
6. Quelles sont les causes etla significationde l’adoption du
christianisme?
Vocabulaire historique.
Araire – un instrument labourable anciens qui n’a pas tourné la
formation de la terre, comme une charrue, mais seulement tombait
sur le côté.
Assimilation – (latin – la comparaison, la ressemblance) 1. la
comparaison, l'assimilation, la fusion; 2. Le processus de la
dissolution du people (la groupe ethnique) antérieurement
indépendant, ou une partie parmi d’autre, d’habitude le plus gros du
peuple; il est distingué une assimilation naturelle et forcée.
Boyards – En Russie aux IX-XVII siècles est la classe supèrieure
de la noblesse.
Byzance – un état fondé au IV-ème siècle dans la partie orientale
de l’empire Romaine au moment de son effondrement qui existait
qusqu’au milieu du Xvème siècle. Sa capitale est Constantinople,
surnommé en Russie Le Tsargrad.
13
Christianisme – l'un des trois religions du monde (avec le
bouddhisme et l'islam), qui a apparu dans le I-er siècle de l’ère
nouvelle comme la foi en Jésus Christ, le fondateur du christianisme,
l'homme-Dieu, mourant sur la croix pour la rédemption les péchés
des hommes, puis est ressuscité, est monté au ciel, le sauveur du
monde, la seconde personne de la divinité trine. La principale source
de la doctrine – les Saintes Ecritures (la Bible).
Communauté – l’union des gens, qui a pris naissance dans une
société primitive, basée sur la propriété commune, le selfgouvernment. Tout d'abord, de clan, de la famille, puis, du voisin et
territoriale.
Contribution – le tribut constitué de biens de valeurs (la
monnaie) ou de production agricole collecté des peuples conquis.
Démocratie militaire – (la chefferie) – une forme du pouvoir du
prince, limité par le vetché, mais est hérité et a des restes de relations
tribales.
Droujina – 1. La troupe des princes, les proches serviteurs du
prince. 2. Un détachement militaire. 3. Les serviteurs et les gardes de
l'ambassade (La drougine: grande, de boyard, de prince, la plus jeune,
première, le plus ancien).
Économie de subsistance – et une économie où la production des
biens est utilisée pour la consommation mais pas pour la distribution
ou la vente.
Évêque (grec Episkopos) – l’ecclésiastique, la tête de l'unité
territoriale d’église-administrative dans les églises orthodoxes,
catholiques, anglicanes.
Kremlin – la partie centrale de la ville, entouré par un mur.
Orthodoxie – l'une des principales directions dans le
christianisme, qui a pris naissance en 395 dans le cadre de la division
de l'Empire romain en Orient et en Occident. Enfin, il est arrivé en
1054 à la séparation de l'église chrétienne dans l'Église catholique et
orthodoxe. Le christianisme est devenu la religion d'Etat de la Russie
sous le prince Vladimir Svyatoslavovych en 988-989.
14
Paganisme – une religion, qui a apparu au stade des relations
tribales, basée sur le polythéisme, le culte des forces de la nature et
les esprits des ancêtres; l'idolâtrie.
Patrimoine – la propriété foncière, les droits auxquelles sont
hérités. Les patrimoines: des boyards, des noblesses, claustrals,
conféré ou mérité. Au XVIII siècle chaque propriété foncière était
féodale.
Polioudie – le tour du prince avec une drougine de ses terres pour
la collecte du tribute dans la Russie de Kiev.
Posad – un lieu du établissement des artisans.
Posadnik – un gouverneur général du prince dans les terres
dépendant de lui dans le X - XI siècles. Dans les républiques de
Novgorod et de Pskov (XII – XV siècles) – Le poste le plus haute de
l'Etat.
Prince – 1. Le chef de tribu, le chef de la drougine. 2. Avec le
développement de la société féodale – le gouverneur, la tête de la
principauté. En Russie, l'aîné des princes s’est appelé le grand, et les
autres – apanagés. 3. Le titre d’honneur héréditaire de la noblesse,
depuis XVIII siècle qui a donné par le tsar pour les mérits spéciaux
(A.D. Men’chikov, G.A. Potemkine, A.V. Souvorov).
Ralo – un instrument labourable, une charrue primitive dans
l'ancienne Russie.
Riadovitchi – des personne dans l’ancienne Russie, s’engahant
selon le riad (le contrat), tout près du zakoup. À la non-exécution des
obligations ils pourraient devenir des serfs.
Rousskaïa Pravda («La vérité russe») – un premier recueil de
lois de la Russie de Kiev, créée au XI-ème siècle.
Serfs – une population féodale-dépendante du X-ème – le début
du XVIII-ème siècles, selon la position la plus proche des esclaves.
Les serfs étaient les prisonniers; les libres hommes, n’ont pas remplit
ses obligations; par le mariage à un serf (une serve).
15
Tribu-le type de communauté ethnique et sociale des personnes
de la société primitive des clans multiples, basées sur les liens de la
parenté consaguine, l'unité du territoire, de la langue, des coutumes,
du culte, la manifestation de la conscience.
Tribute–un impôt naturel ou monétaire des tribus et des peuples
conquis. En Russie, il a été connu depuis le IX siècle. Dans les XIII –
XV siècles–le tribute («vihod») a levé des terres russes en faveur de
la Horde d'Or.
Tyssiatskiï – un chef militaire de la milice urbaine (en milliers)
en Russie jusqu'au milieu du XV-ème siècle.
Varègues–les tribus guerrières scandinaves dans les VII-X siècles
sont en expansion sur toute la côte de la mer de l'Europe.
Vassal – (latin – le domestique) – le seigneur féodal, dépendant
du plus grand seigneur féodal (le seigneur), qui a reçu de lui le terrain
et est tenu de lui servir. Le grand seigneur féodal, à son tour, a obéi
au seigneur féodal, qui se tenait sur lui (le souzerain).
Verv’ –la communauté administrative et territoriale rurale.
Vetché – (du mot «вещать» – parler ou «вет» – le conseil) –
l'assemblée nationale des citoyens dans l'ancienne Russie.
Zakoup – le communier dans la Rus’ de Kiev, qui a pris un prêt
("koupa") sur une base contractuelle pour une période déterminée. Le
non-exécution des obligations a transformé le débiteur en esclave.
Thème 3. La fragmentation (morcellement) féodale.
1. Les raisons de l'effondrement de l'Etat. Les principautés
principales.
2. La lutte contre l'agression. Le joug mongol-tatar.
1. Les raisons de l'effondrement de l'Etat. Les principautés
principales.L'unité politique de la Rus’ Kievienne fut de courte
durée. Dans le XII siècle en Russie une période de fragmentation
féodale a commence. C’est un processus régi par des lois qui a eu
lieu en Europe et en Asie. La Rus’ unie s’est divisée en principautés
qui mènent une politique indépendante, parmi eux avaient souvent
des conflits militaires. Les princes se sont appuyé les ressources
matérielles et humaines de plus en plus, sur la capacité de leurs
16
territoires. En 1097 dans le Congrès de prince de la ville Lyubetch il
a été décidé de ne pas intervenir dans les affaires de l’autre sur le
terriroire, le gouverneur hérité de son père («Que chacun possède son
patrimoine»). Mais les querelles ont continué et les princes de Kiev
Vladimir Monomaque II (1113-1125) et Mstislav (1125-1132), ils
ont pour quelque temps réussi de rétablir son ancienne unite . Dans la
seconde moitié de XII siècle il y avait 14 teritoires indépendants, et
dans la première tiers de XIII siècle-environ 30. Les princes se sont
réunis et sont agi l’un l’autre très rarement. La Rus' est transformée
une confederation, la communauté dont les terres ont été mal reliés
entre eux.
Les principales raisons de la fragmentation (le morcellement)
féodale étaient les suivants: 1) l’économie naturelle, l’ indépendance
économique des terres russes, les grands domaines (le patrimoine); 2)
le renforcement du pouvoir politique des princes et boyards locaux,
leur indépendance par rapport au pouvoir du prince de Kiev; 3) la
croissance et la consolidation des villes comme les centres de la vie
économique et politique locale, l'absence de liens économiques forts
entre eux; 4) l'affaiblissement du pouvoir central du prince de Kiev;
5) le déclin de la route commerciale "des Varègues aux Grecs"; 6) la
fuite de la population dans les terres du nord-est à la suite d'attaques
menées par des nomades.
Sur le terriroire de la Rus’ de Kiev il y avait trois les plus grands
états-principautés: Vladimir-Souzdal principauté (le nord-est de la
Rus’), Galicie-Volhynie principauté (le sud-ouest de la Rus’),
Novgorod terre (le nord-ouest de la Rus’). Kiev a complètement
perdu de la valeur de la capitale de toute la Rus’. Chacun des
principautés formés avait ses particularités. Ainsi, par exemple,
politiquement la principauté de Vladimir-Souzdal et la plupart des
autres principautés étaient les principautés-monarchies. Ils ont été
gouverné par le prince. Dans Vladimir-Souzdal principauté les
princes connus étaient: Yuri Dolgoruki, Andrey Bogolyubskii,
Vsevolod le Grand Nid. En 1147 dans les chroniques pour la
première fois on a été mentionné le Moscou, il est encore une petite
ville à la frontière sur le territoire de Vladimir-Souzdal principauté.
Vladimir-Souzdal principauté est devenu indépendant sous le règne
du fils de Vladimir Monomaque – Iouri Dolgorouki (1132-1157). La
17
situation géographique (l’éloignement des zones de steppe et le
contrôle de la route commerciale de la Volga) a contribué à la
affluence des réfugiés des principautés du sud et au développement
économique rapide. Dans le contexte de ces caractéristiques on a
formé un fort pouvoir princier. La terre a été considéré comme la
propriété du prince, et sa population, y compris les boyards - comme
ses serviteurs, que a conduit à l'établissement de relations de princeressortissant. Succédé à Iouri Dolgorouki AndreyBogolyubskii
(1157-1174) a renforcé vigoureusement son propre pouvoir et l’Etat.
Il a déplacé la capitale à Vladimir, il a contribué au développement
de la culture et est constamment tâché d’ étendre son autorité sur
d'autres terres, après avoir remporté une victoire sur Kiev en 1169.
La cruauté et le despotisme du prince ils ont fait la conspiration
autour de lui. Il a été tué par ses frères. Le pouvoir a passé à la frère
de Andrey - Vsevolod le Grand Nid, appelé ainsi en raison de la
grande famille. Vsevolod a étouffé l’ opposition de boyard, a
renforcé le pouvoir princier. Le temps de son règne – la floraison de
Vladimir-Souzdal territoire. Au début du XIII-ème siècle la Rus’ de
Vladimir on a divisé en apanages: Vladimir, Yaroslavl, Rostov,
Ouglitch, Pereïaslavl, Yuriev et Murom. Ils se sont établis les
descendants de Vsevolod. Dans les XIV-ème et XV-ème siècles les
principautés de la Rus’ du nord-est sont devenues la base de la
formation de l'État de Moscou.
Galicie-Volhynie principauté, situé sur le sud-ouest des terres
russes, a été le résultat de l’unification des forces principautés de
Galicie et Volhynie. Les particularités de la situation: la proximité de
la Pologne et les pays hongrois, dont les gouverneurs sont activement
intervenues dans les affaires intérieures de ces principautés, la
présence d'une boyards locaux influents, qui lutté pour le pouvoir,
non seulement entre eux mais aussi avec les princes. Il y avait des
sols fertiles, de vastes forêts et d'importants gisements de sel gemme.
Sur le territoire de la principauté il y avait les grandes ville: Galich,
Vladimir - Volhynie, Berestye (Brest), L’vov, Przemysl etc. Les
terres de la principauté étaient dans la sécurité relative des nomades.
L’unification des principautés de Galicie et de Volhynie ont eu lieu
en 1199 à l'époque du prince Roman Mstislavitch. En 1203, il a
capturé Kiev et a pris le titre de grand-duc. Il s’est formé l'un des plus
18
grands États de l'Europe. Ici, ainsi que dans le nord-est de la Rus’, il
a été établi un fort pouvoir princier. Daniil, le fils de Roman
Mstislavitch, occupé Kiev en 1240, a reussi à unir la sud-ouest Rus’
et le territoire de Kiev. À l'avenir, Galicie-Volhynie principauté a été
ravagé par le Tatar-Mongols, et 100 ans plus tard, est devenu une
partie de la Lituanie (Volhynie) et la Pologne (Galich).
Novgorod terre est occupée un vaste territoire de l'océan Arctique
au cours supérieur de la Volga, de la Baltique à l'Oural. Elle a évité
des attaques menées par des nomades. Il y avait un grand territoire
dans le pouvoir des boyards locaux été issu de de la noblesse tribale.
On a été developpé considérablement la chasse, la pêche, la
production de sel, la production de fer. La ville était à la croisée des
routes commerciales reliant l'Europe de l'Ouest avec la Rus’ et à
travers elle – avec l'Orient et la Byzance. À la suite de l'insurrection
en 1136 le prince a été exilé, Novgorod est devenue une république
de boyard. La plus haute autorité d’Etat de la République de
Novgorod était le vetché. Le vetché a adopté des lois, a conclu des
traités, a examiné des question de la guerre et la paix, a été choisi par
les autorités de la ville: posadnik, tysyatsky, a pose la candidature au
poste d'archevêque. Il a invité le prince, qui a dirigé l'équipe et a
prêté le serment sur la fidélité des traditions de Novgorod, le contrat a
été conclu avec lui. Le prince et sa drougine ont été nécessaires pour
protéger contre les ennemis. Novgorod terre s’est enrichis grâce au
commerce extérieur, cela a contribué à cette position géographique
favorable de Novgorod, la proximité de la mer Baltique.
Malgré la fragmentation féodale, en Rus’ dans la période du
morcellement féodal, le progrès a eu lieu dans des nombreux
domaines de la vie publique. Les nouveaux terres se peuplaient, où
avec intensité se développait la culture des blés, des métiers (à peu
près 60 professions). Le développement des métiers ont accompagnée
par la croissance impétueux des villes, le développement des marchés
locaux. S’il y avait à peu près 200 villes dans la Rus’ Kievienne, en
Rus’ dans la période du morcellement féodal – plus 300. Les princes
féodals, qui sont devenues les propriétaires, construisaient des villes
nouveaux et des forteresses. La système politique des terres s’est
adaptée aux conditions locales. On a développé la culture d’urbaine.
D’autre part le morcellement féodal a affaibli la capacité défensive de
19
la Rus’. Le prosessus régi par des lois du transition du morcellement
féodal à l’Etat centralisé a été interrompu par l’invasion des
envahisseurs étrangers.
2. La lutte contre l'agression. Le joug mongol-tatar.Au debut
du XIII-ème siècle l'état des Mongols-Tatars s’est formé en Asie
centrale.Le chef de l’Etat était Gengis Khan (Grand Khan). Les
Mongoles-Tatars étaient des tribus d’élevage de bétail et militantes.
Ils ont conquis beaucoup de pays et territoires.
Selon la mise en place des princes russes des khans mongols ils
ont précédé trois campagnes des conquérants:1. 1223 – la Bataille de
la Kalka.2. 1237-1238 – la défaite des terres du nord-est.3. 12391240 – la défaite des terres du sud de la Russie.
En hiver 1237 les troupes de Batu ont fait irruption dans les terres
russes. Riazan principauté était la première, que leur est renconté.
Après 6 jours les mongols-tatars ont conquis Riazan, tout les
habitants de cette ville ont été tués. Ensuite les mongols-tatars ont
conquis Moscou, Vladimir, Kiev et d’autre ville. Les villes russe se
sont combattu dans l'isolement, de ne pas aider l’un l'autre.
Khan Batu a conquis la Rus’, puis il est allé en Europe, où, ainsi
que en Rus’, il y avait une période du morcellement féodal, était
militairement faible. Khan Batu est venu à la frontière de l'Italie du
Nord et de l'Allemagne, mais craignant la résistance militaire actif en
Rus’, il est retourne à l'est. Dans la basse Volga les mongols-tatars
ont fondé leur propre l’Etat “l’Horde d'Or”(1243). En 1242, Batu,
pour la première fois, a exigé le paiement du tribus de la part de
princes russes. Ainsi on a commencé l'ère, appelée le «joug mongoltatar», qui a duré jusqu'en 1480.
Presque dans le même temps, la Rus’ a été obligé de repousser
une menace militaire de l'Occident. La Lituanie, qui est devenue plus
fort, les Suédois, les Allemands, les Chevaliers de Livonie ont
attaqué les terres russes. En 1240, une bataille a eu lieu menée par le
prince Alexandre Yaroslavich (surnommé Nevsky) sur la rivière
Neva contre les Suédois, et en 1242 - sur le lac Tchoudskoïe (Peipsi)
contre les Сhevaliers de Livonie. La Rus’, la période du
morcellement féodal, ne pouvait pas lutter avec succès sur deux
fronts. Dans ces conditions, une question s'est posée: l'aide duquel on
peut vraiment espérer et quelle prix on peut payer pour cette aide.
20
Pour l'Occident (l'Église catholique), il était important de convertir la
Rus’ au catholicisme, ce qui était la condition principale à l'aide. En
cela, les Сhevaliers ont aspiré à acquérir des nouvelles terres en sa
propriété. Ainsi, l'aide de l'Occident a menacé les princes russes, et
l'autorité de l'Eglise orthodoxe. Les princes russes ont fait un choix
en faveur de l'Est, bien que ce choix et cette aide étaient cher.
Dévastée par les invasions précédentes, la Rus’ a payé un grand tribut
d'argent, des impôs "de l’araire" (de chaque paysan), on collectait des
taxes du commerce et d’invitation, ainsi que des charges
extraordinaires. Les Mongols ont fait prisonnier des artisans les plus
talentueux et des femmes. Mais dans le même temps, la Rus’ ne
faisait pas partie de la Horde d'Or, comme elle pourrait faire partie de
quelque Etat européen. La Horde n’a pas porté atteinte à
l'organisation interne des terres russes:1. Yasa de Gengis Khan, le
code legal des Mongols, n’a pas fonctioné dans le territoire de la
Rus’. Les Mongols n’a pas créé des lois spéciales pour les terres
russes, à savoir continué à fonctionner le code de lois russe.2. Les
princes russes continuaient à régir de l’Etat de terre russe, mais avec
la permission de Khan (obtenir «yarlik» pour règner). Khan n’avait
pas les travailleurs à forfait permanents, il y avait des baskaks, qui
contrôlait la collecte des tribut et n’a pas intervenu dans le système
de gestion.3. La Rus’ a conservé sa base spirituelle - l'orthodoxie.
Dans cette situation l’aide de la Hordre d’Or semblait plus
attrayant que l’aide du pape, en tenant compte des valeurs spirituelles
du peuple russe, y compris la priorité de la foi, de la spiritualité sur la
richesses.Les conséquences du joug mongol-tatar:1. La devastation
du pays, la destruction des villes, la mort de la population.2. Le
renforcement de l'autorité princière.3. La limitation des droits de
propriété et politiques de la population.4. Les changements dans la
culture et la vie quotidienne (des nouvelles coutumes, des mots, des
objets). 5. L’ isolement de l'Europe
Dans la période du morcellement féodal et de la lutte contre les
envahisseurs étrangers des conditions préalables à la centralisation
des terres russes individuels peu à peu apparaissent.
Les questions du contrôle:
1.Quelles sont les raisons du morcellement féodal de la Rus’?
21
2.Nommez les principales principautés russes dans la période du
morcellement féodal? Caractérisez-les.
3.Pourquoi l’armée des Mongols-Tatars a rapidement conquis la
Rus’?Quelle était la dépendance de la Rus’ de la part de MongolsTatars?
4.Combien de temps durait la dépendance de terres russes?
5.Quelles sont les consequences du joug mongol-tatar?
Vocabulaire historique.
Baskaki – les représentants du pouvoir de khan et les collecteurs
du tribut à l'époque du joug tatar.
Congrès de Lioubetch – une réunion des princes à Lyubech en
1097, qui a marqué le début d'un nouveau système politique en
Russie, une confédération des États indépendants, ou des principautés
apanagés.
Économie naturelle – l’économie, sous laquel les ouvrages
utilisent non pour la vente, et pour leur propre consommation.
Fragmentation féodale – une période de la séparation d'un Etat
unique dans les terres distincts et indépendants au Moyen Âge. En
Russie, elle a eu lieu dans les XII – XV siècles.
Horde d'Or – l'Etat féodal, qui a été fondée dans les années 40 au
début du XIII-ème siècle par le khan Batu.
Joug – 1) un asservissement, une oppression. 2) une période de
dépendance des principautés russes de mongols-tatars (1242 – 1480).
Mongoles-Tatars – l’une des plus grandes tribus mongoles
nomades qui habitaient les steppes de l'Asie centrale, au nom de
laquelle les voisins sont commencé à appeler les Mongols.
Yarlik (turc l’ordre) – les chartes préférentiels des khans
mongols-tatars de la Horde d'Or dépendant des seigneurs féodals
laïques et spirituels.
Yasa de Gengis Khan – un recueil de lois des mongols-tatars. Il
n'a pas agi sur le territoire de la Russie.
Thème 4. L’État de Moscou.
1. L’unification des terres autour de Moscou.
2. Le règne d’Ivan IV.
22
3. «Le Temps des troubles». La Russie dans XVII siècle.
1.L’unification des terres autour de Moscou.Les conditions
préalables de la formation d’État russe unifié étaient la renovation
économique de la Rus’ et le développment des relations féodales
dans XIV-XV-ème siècles, l’unité religieuse et ethnique du people
russe, la preservation d’une Eglise orthodoxe unifiée, ainsi que la
presence d’une seule dynastie dirigeant Rurikides dans tous les Etats
russes. La formation de l’État centralisé russe avait les spécifités par
rapport à l’Europe occidentale. Si dans l’Ouest les principals raisons
sont les intérêts communs économiques de chaque territoire et le
développement des relations capitalists, et en Rus’–la lutte commune
de tous les principautés contre la Horde d’Or. Au tournant de XIVXV siècles le centre de l’unification nationales de la Rus’ était la
principauté de Moscou. Moscou était une petite ville sur le territoire
de Vladimir-Souzdal principauté. Peu à peu, Moscou devient la
capitale. Moscou avait une position géographique favorable, elle était
à la croisée des routes commerciales et a été relativement protégé
contre les attaques par les forêts et les territoires d'autres
principautés. Les princes de Moscou, à commencer par Ivan Kalita
se sont montrés comme des sages politiques, s’est choisi la position
de l’humilité visible au khan, jusqu’au écrasement independent de la
révolte contre les collecteur d’impôts. Ils ont obtenu le droit de
collecter des impôts pour le khan des terres russes que leur a enrichi.
Les princes de Moscou ont augmenté leur territoire diverses
manières. Le fils aîné du prince de Moscou a reçu la plus grande part
de l'héritage, plus de la moitié, et une petite partie a été réparti entre
les autres fils. Les boyards des autres terres sont entrés au service du
prince riche. La chaire du métropolite a été transféré à Moscou, c’està-dire, la principauté est devenue le centre de la vie spirituelle de la
Rus’. Devenant plus fort, c’était la principauté de Moscou qui un peu
plus tard a commencé la lutte contre la Horde d'Or.
Ainsi, la hausse de Moscou a contribué à plusieurs raisons: la
position géographique favorable (à l'intersection des routes
commerciales); Moscou a été soutenu par l'église; la sage politique
des princes de Moscou.
23
Le premier prince connu de Moscou était Ivan Kalita (sac
d'argent). Il, par la ruse, en utilisant l'argent, considérablement a
élargi le territoire de la principauté de Moscou, il l’a renforcé.
Une grande influence sur la hausse de Moscou avait la bataille de
Kulikovo. C’est arrivé 8 Septembre, 1380 au champ Kulikovo entre
les rivières Don et Nepryadva. Pour la première fois les russes ont
remporté une victoire sur les mongols-tatars. Les russes ont compris
que on peut gagner les Tatars. Mais c’était une victoire morale parce
que le joug est toujours en cours. La principale leçon – les ennemis
peuvent être vaincu que par s’unissant les forces. Le prince de
Moscou Dmitri Ivanovitch, après la bataille de Koulikovo a reçu le
surnom «Donskoï».Serge de Radonège a joué un rôle particulier dans
le processus d'unification – comme un représentant éminant de
l'Eglise orthodoxe russe. Il a activement soutenu la politique de
libération nationale de Dmitry Donskoï.
Ivan III a poursuivi la politique d’unification des terres autour de
Moscou et de la lutte contre les Mongols. Sous Ivan III les terres des
principautés de Yaroslavl et de Tver’, les terres de Novgorod et de
Vyatka ont été annexé à Moscou. Le rattachement de Novgorod était
sourtout difficile, parce que les habitants de Novgorod ne voulaient
pas perdre leur independence. À la fin du XV-ème siècle, l'Etat russe
formé était dans six fois plus grand de la principauté de Moscou.
L’Etat de Mongols-Tatars – la Hordre d’Or a fort affabli dans ce
temps à cause de l’hostilité des khans. Le prince Ivan III a cessé de
payer le tribut à la Horde. À l'automne de 1480 le khan Ahmad avec
une grande armée s’est porté à Moscou. A la rivière Ougra il a été
arrêté par les troupes russes. Les ennemis sont situés sur les différents
côtés de la rivière, le soutien s’est approché constamment à l'armée
russe. Le khan Ahmad n'a pas osé se battre, et a retourné vers la
Horde. Ainsi il a fini plus de deux cents ans du joug mongol-tatar.
Les événements de la rivière Ugra ont été appelés "les stations sur la
rivière Ougra".
Peu à peu il y a une seule organisation et la gestion de l’Etat. Ivan
III a pris le titre du «Grand-Duc de toute la Russie» (Grand tsar de
toute la Russie).L’autorité supreme était la Douma des Boyards.C’est
un conseil du prince, un organe consultatif du pouvoir politique. Le
régime politique de l'Etat russe était une monarchie.
24
En 1497, il a été accepté le Soudiebnik – un recueil de lois qui
étaient en vigueur sur tout le territoire de la Russie. Le Soudiebnik a
limité le movement des paysans d’un propriétaire à un autre. Cela
peut être fait qu'une fois par an, le 26 Novembre (le jour de St.
George). On a commencé à développer le système du servage.
Il a créé une armée moscovite unifiée des noblesses-propriétaires
et leur paysans. Nombre des noblesses-propriétaires a augmenté
grâce au recrutement par Ivan III les gens roturiers, mais lui fidèles et
à leur lotissement de terre.
Sous Ivan III le Kremlin de Moscou a été reconstruit, il a fait
entrer le blason avec l'aigle bicéphale. Moscou a consideré lui-même
comme une héritière de l'Empire byzantin. L’Etat russe est devenu
connu comme la Russie. Il était un Etat indépendant, fort, multiethnique.
2. Le règne d’Ivan IV. Ivan IV (1533-1584) le Terrible est
devenu le héritier dans trois ans, mais c’était sa mère qui régnait dans
les faits. Il a perdu ses parents très tôt, il avait le caractère cruel. En
1547 Ivan IV a été nommé comme le tsar, s’est couronné au règne.
L’autorité du tsar a augmanté, le titre du tsar était égal du titre de
l’empereur. Sous Ivan IV on a été creé le Izbrannaya Rada (Rada
choisi) – le gouvernement des gens plus prôches du tsar. En 1549 on
a été assemblé le premier Zemski Sobor (le Congrès de la Terre
russe)–l’assemblé des représentants de differents orders et terres de la
Russie. Zemski Sobor était en vigueur plus de 100 ans. C’est le temps
de l’existence de la monarchie tempérée-représentant dans la Russie.
En 1550, on a été adopté un nouveau Soudiebnik, sous lequel les
paysans pourraient se déplacer de leur propriétaire à un autre un seul
jour par an - à la Journée de la Saint-George, le taxe «pojiloé» a
augmentaté. Ivan IV a fait des réformes militaires, il a changé
l'organisation des troupes et a limité le mestnitchestvo (le droit de
préséance). Il a été créé le corps des stréltsy, armé d'armes à feu. Pour
gouverner le pays on a été créés les prikazy(les département) (le
prikaz des ambassadeurs (Le Bureau des Ambassadeurs) pour les
relations avec d'autres Etats, Razboïny prikaz (le prikaz de brigand)
pour le débat judiciaire etc.). En 1551 un nouveau code de règles
pour l'église a été adopté, exposé dans 100 chapitres (d'où "Stoglav").
Il a limité la propriété de l'église et les avantages financiers. En 1556,
25
Izbrannaya Rada (Rada choisi) a annulé kormlenie et a établi une
nouvelle taxe de l’Etat. Le gouvernement local et la cour ont été
transféré dans la gestion des gens choisis.
Ivan IV a fait une politique étrangère active. Pendant son règne les
terres des khanats de Kazan et d’Astrakhan sont devenues la partie de
la Russie, la terre de la Sibérie, la région de la Volga se sont rejoint.
On a commence la guerre pour l'accès à la mer Baltique (la guerre de
Livonie 1558-1583.), qui s’est terminé mal pour la Russie.
En 1565, Ivan IV a fortement modifié la politique intérieure. Il a
introduit l’opritchnina – une politique spéciale pour l’affirmation de
son pouvoir personnel. Le pays a été divisé en deux parties:
l’opritchnina, qui a gouverné le tsar, et ziemchtchina contrôlé par la
douma des boyards. L’armée spéciale d’opritchnina (mille hommes)
a été créé. Son but était la defense du tsar, la révélation des traîtres et
leur punition. L’oprichnina a été accompagné des exécutions et la
terreur de masse. Dans la catégorie des traîtres étaient tous en
désaccord avec la politique du tsar. Il a été pillé Novgorod et d'autres
villes riches. En 1572,l'opritchnina a été aboli. En 1571 le khan de la
Crimée Davlet Guireï a attaqué Moscou, l’armée d’opritchnina n'a
pas réussi à l'arrêter et a fui du champ de bataille. Moscou a été brûlé,
à l'exception du Kremlin.
La signification de l’opritchnina était la tentative de subordonner
toute la société à l’Etat par la terreur. Tous les ordres et la
paysannerie la plus exposée à l'exploitation sévère par les opritchniks
ont souffert. De ce fait de l’opritchnina de Ivan IV a adopté son
pouvoir personnel illimité. Il y avait la situation économique difficile:
les nombreuses régions ont été détruites, des milliers de personnes
ont été tuées, les paysans ont fui en masse à la périphérie de l'État. La
puissance militaire de la Russie a affaibli, et les positions de politique
étrangère du pays ont aussi affaibli. Après la mort d'Ivan IV en 1584,
on a été commencé une crise du pouvoir dans le pays.
4. «Le Temps des troubles». La Russie dans XVII siècle.Le
début du XVII siècle a connus comme «le temps des troubles» dans
la Russie. Tout le XVII siècle a été appelé comme le siècle des
revoltes. C’était une période difficile dans l'histoire de notre Etat,
l’étape suivant de la formation de l'Etat centralisé russe.
26
Le temps des troubles a passé trois étapes dans son
développement:1. 1598-1605 – l’étape dynastique. Le conflit
concerne les dirigeants de la société russe.2. 1605-1609 – l’étape
sociale. Le conflit implique tous les ordres de la Russie.3. 1610-1613
– l’étape nationale. Les ordres sont réduit à unir pour sauver le pays
de l'invasion étrangère et à préserver l'indépendance nationale.
L'une des raisons pour le Temps des troubles était une crise
dynastique. Ivan IV n’était pas le héritier digne. Le fils aîné Ivan est
mort, le moyen Fédor avait une santé précaire, le fils cadet Dmitriï
était encore un enfant. En outre, en 1591 Dmitriï a été tué dans des
circonstances incompréhensibles. Fédor Ivanovitch (1584-1598) est
devenu le tsar, mais les affaires de l'Etat ont été gouverné par le frère
de sa femme Boris Godounov. En 1598 il est devenu le tsar et a régné
jusqu’au 1605. (Ces événements sont décrits dans un ouvrage de
Alexandre Pouchkine «Boris Godounov»). B. Godounov n'a pas
appartenu à la famille royale russe, avec la mort de Fédor Ivanovitch,
qui n’a pas des enfant, la dynastie Rurikids a pris fin en Russie.
Le règne de Boris Godounov était moins sévère par rapport à la
politique d'Ivan le Terrible, bien que le processus du servage des
paysans a commencé dans ce temps, «le Jour de la Saint Georges» a
été annulé. Des villes nouvelles ont été fondé, les droits de la
noblesse a élargi, le patriarcat a été introduit (l’église orthodoxe
russe est devenue totalement indépendante de l’église byzantine). La
politique étrangère de Boris Godounov a été aussi réussie. Mais la
situation économique et politique était instable dans le pays, à cause
des consequences négatifs de la guerre de Livonie et l’opritchnina,
ainsi que des années de mauvaise récolte. Gregori Otrepiev,
apparaissant dans la Pologne, s’est déclaré tsarévitch Dmitriï
«échappé par miracle» a été soutenu par le roi de Pologne Sigismond
III. À la fin de 1604, il a accepté le catholicisme, le Faux Dmitriï I est
venu en Russie avec une petite armée. Des nombreuses villes du sud
de la Russie, des cosaques, des paysans mécontents ont déplacé sur
son côté. En Avril 1605, après la mort inattendue de Boris Godounov
les boyards de Moscou ont déplacé sur le côté de Faux Dmitriï I. En
Juin 1605 l’imposteur est devenu le tsar Dmitriï I. Cependant les
boyards étaient mécontents de sa politique, faisant dans l'intérêt de la
Pologne, et ont organisé la révolte des Moscovites 17 mai 1606.
27
Deux jours plus tard, Vassili Chouiski (1606-1610) a été choisi
comme le tsar, "le tsar des boyards". Il a fait une promesse de régner
avec le Boyar Douma, selon les lois de l'Etat et de ne pas exécuter
sans procès. Il n'a pas réussi à stabiliser la situation dans le pays. Les
boyards n’ont pas venu à bout de la gestion du pays.
À l'été 1606 des nouveaux rumeurs du sauvetage miraculeux du
tsarévitch Dmitriï ont apparu dans le pays: la révolte sous le
commandement d'Ivan Bolotnikov a soulevé à Putivl, les paysans, les
stréltsy, les nobles ont rejoint à lui. Les rebelles sont arrivés à
Moscou, l’a assiégé, mais ils ont essuyé une défaite. Ivan Bolotnikov
a été exécuté. Un nouveau candidat pour le trône de Russie était le
Faux Dmitriï II (l’origine inconnue), qui a uni autour de lui les
participants survivants dans la révolte de Bolotnikov, les cosaques
dirigé par Ivan Zaroutskiï, les troupes polonaises. Dès Juin 1608 s’est
installé au village de Touchino (d'où son surnom "Le voleur de
Touchino"), il a assiégé Moscou.
En 1609, on a été formé la dualité du pouvoir dans le pays: deux
tsars, deux Doumas des boyards, deux patriarches (Hermogène à
Moscou et Filaret à Touchino). Certaines régions reconnaissent le
pouvoir du Faux Dmitriï II, d'autres sont restés fidèles à Vassili
Chouiski. Pour lutter contre le faux Dmitriï II en Février 1609
V.Shuysky a signé un contrat avec la Suède. Remettant aux Suédois
la forteresse russe Korela, il a reçu une aide militaire, et l'armée
russo-suédoise a libéré un certain nombre de villes dans le nord. Cela
a donné le prétexte d’intervintion au roi de la Pologne Sigismond III:
à l'automne 1609 les troupes polonaises ont assiégé Smolensk, ils est
venu à la monastère de la Trinité-Saint-Serge. Le Faux Dmitriï II a
fui de Touchino et bientôt a été tué. En Juillet 1610 Vassili Chouiski
a été détrôné par les boyards et a été envoyé par la force dans un
monastère. Le pouvoir a temporairement déplacé au «conseil de sept
boyards» («semiboïarchtchina»), au gouvernement, qui a signé un
accord avec Sigismond III en Août 1610 de l'élection du tsar
Vladislav à la condition qu'il accepterait l'Orthodoxie. Les troupes
polonaises sont entrées à Moscou.
En 1611, le patriotisme est devenu plus dans le pays. Les appels à
l'unification du people se sont renforcé contre les Polonais et les
Suédois et au rétablissement de l'unité. C’était le peuple russe qui a
28
décidé le destin du Temps des troubles. Le patriarche de Moscou
Hermogène et le prince D. T. Troubetskoï sont devenues le centre de
l’attraction des forces patriotiques. Il a été formé la première levée en
masse sous le commandement de P.Liapounov et I. Zaroutskiï. Mais
ses actions ont été manqué. La première levée en masse n’a pas reussi
à libérer Moscou, en été 1611 la levée en masse s’est divisée. À ce
temps, les Polonais ont réussi à s’emparer Smolensk après un siège
de deux ans, les Suédois ont pris Novgorod, à Pskov il y avait un
nouveau imposteur – le Faux Dmitry III, qui a été nommé comme le
tsar 4 Décembre 1611.
À l'automne 1611 à l'initiative de K.Minin et D.Pozharskiï il a été
formée deuxième levée en masse à Nijni Novgorod. En Août 1612, il
est venu à Moscou et 26 Octobre 1612 l’a libéré. À la mémoire de ces
événements à Moscou sur la Place Rouge on a été installé un
monument à Kuzma Minin et Dmitriï Pojarski plus tard. Et chaque
année on célébre le Jour de l’unité nationale 4 Novembre.
Après la libération de Moscou en Janvier 1613 Zemski Sobor a
été assemblé pour élire un nouveau tsar. C’était Mikhail Romanov
(1613-1645) de 16 années, qui est devenu le tsar. La nouvelle
dynastie Romanov a été établi en Russie. Son père, le patriarche
Filaret est revenu de la captivité en Russie, dont le nom le peuple
étaient en rapport leurs espoirs sur la mise en place de l’ordre. En
1617, il a été signé la paix de Stolbovo avec la Suède, qui a reçu la
forteresse de Korela et la côte du golfe de Finlande. En 1618, il a
signé une trêve de Deulino avec la Pologne: la Russie l’a cédé
Smolensk, Tchernihiv et quelques autres villes. Les pertes
territoriales de la Russie était seulement en mesure de retourner le
tsar Pierre I près de cent ans plus tard. Le pays était dans une position
de crise économique, le territoire de l'Ouest a été dévasté, un tiers de
la population est mort. Une crise longue et difficile a été résolu.
2. Il y avait beaucoup de changements en Russie sous le règne
d'Alexis Mikhaïlovitch Romanov (1645-1676). En 1649, Sobornoe
Oulojénié a été prise au Zemski Sobor – la base de la législation
russe. Il a établi des principes d'un Etat centralisé, un fort pouvoir du
tsar, un système unique de gestion dans tout le pays, a limité un peu
le rôle de l'église, a légalement établi le système du servage en
Russie. Maintenant, les paysans avec leurs familles étaient toujours
29
attachés à son propriétaire. Les paysans evades ont été punis par
physiquement, par les amendes, ils pourraient être envoyés en
prison.Dans ce temps, il y avait une croissance économique dans le
pays. Moscou est devenue le centre du commerce. Les réformes
fiscales et monetaires a également été réalisé.
Au milieu du XVII siècle il y avait un événement important pour
la Russie: la réforme de l'Eglise. Le but principal de la réforme: pour
éliminer les différences dans la pratique liturgique entre l'Église russe
et d'autres églises orthodoxes. Les changements étaient petits et
seulement dans les rites, ils n’a pas change la base de l'orthodoxie,
mais la société russe a été divisé en partisans et adversaires de la
réforme. Les adversaires ont été appelé les vieux croyants, l'Eglise
officielle réformée leur a persécuté. Les vieux croyants ont souvent
mis fin à la vie du suicide par le feu, sur des motifs religieux, ils se
sont caché dans les régions frontalières de la Russie.
En 1654, il y avait une réunion de l'Ukraine et la Russie, le
territoire russe a augmenté encore plus.Dans les années 1670-1671 il
y avait une guerre de paysans sous le commandement de Stepan
Rasin. Dans la guerre sont pris part les paysans, les cosaques des
gens mécontents avec la vie difficile. Cette guerre a montré le
mécontentement non seulement les сosaques, mais aussi les masses
populaires larges.
Le XVII siècle a marqué les graves problèmes de l'Etat de
Moscou. L’industrie a développé lentement et était basée sur le
travail de serf. Dans l'agriculture, des méthodes dépassées ont utilisé,
donc les récoltes étaient faibles, et a également été utilisé le travail de
serf. Le système de la gestion était compliqué et peu efficace. Les
guerres contre les pays européens ont montré la faiblesse de l'armée
russe. En Russie, il y avait le besoin de changements.
Les questions du contrôle:
1. Quelle est la signification historique de la bataille de Kulikovo?
2. Nommez les principales orientations de la politique
d’unification de Ivan III?
3. Comment a fini le règne d'Ivan le Terrible?
4. Pourquoi le début du XVII siècle on a été appelé en Russie
comme le Temps des troubles?
30
5. Comment et pourquoi le changement des dynasties tsaristes a
eu lieu en Russie?
6. Pourquoi à la fin du XVII-ème siècle en Russie il y avait le
besoin de changement?
Vocabulaire historique
Années interdits – des années de la fin du XVI-ème siècle, qui
interdit le transfert de paysans d'un seigneur féodal à l'autre dans la
Saint-Georges (26 Novembre). Ivan IV a introduit en 1581.
Autocratie – un pouvoir absolu d'une personne, la tradition
politique en Russie, a apparu avec le pouvoir absolu sous Ivan IV et a
conservé jusqu'au XX-ème siècle.
«Domostroï» – une œuvre de la littérature russe du XVI-ème
siècle, un corps de règles et instructions quotidian sur la base de
l'ordre patriarcal avec l’obéissance inconditionnelle au chef de
famille. L’auteur – Sil’vestr, le confesseur d’Ivan IV.
Douma des boyards – une institution consultative suprême pour
le Grand-Duc et le tsar (dès 1547), composé de représentants des
familles les plus nobles. Elle était à la tête du gouvernement.
Droit de préséance – une procédure du remplacement des postes
suprêmes dans l'État moscovite dans les XV – XVII siècles selon la
noblesse de l’origine et l'importance des postes qui avaient les
ancêtres. («la place» – un degré, une noblesse en Russie médiévale).
Il a été annulé en 1682 par le tsar Fiodor Alekseïevitch.
État centralisé – un état dans lequel il est une réunion politique
(le rassemblement de terrain ensemble avec une commune legislation
pour toujours) et économique (la formation du marché unique) autour
d'un gouvernement central fort, lorsqu'il a été établi la monarchie
absolue – l'absolutisme (l’autocratie).
Gouverneur général – un fonctionnaire en Russie dans les XIIXVII siècles, s’est mit à la tête de la direction locale.
Izbrannaya Rada (La Rada choisie) – un gouvernement
informel de la Russie sous Ivan IV à la fin des années 40-50 du XVIème siècle. (Adasev A.F., Sil’vestr, Makariï, A.M. Kourbskiï et etc.)..
31
Kormlenie – un système de l’entretien des fonctionnaires (des
gouverneurs générals, volostelis et d’autre) au frais de la population
locale.
Opritchnina – (russe ancient – opritch, sauf) – une partie de
l'Etat, qui est en la possession personnelle d'Ivan IV de 1565 à 1572,
où il a été mis à la dictature militaire et la terreur, pour lutter contre la
trahison présumée parmi les seigneurs féodaux (les répressions, les
exécutions, les confiscations et etc.). Aussi c’est appelé une armée
spéciale du tsar au cours de cette période.
Ordre – une groupe sociale de la societé avec ses droits et
responsabilités, légués (la noblesse, le clergé, les paysans, les
marchands, la petite bourgeoisie).
Pojiloé – la collection d’argent des paysans dans les XV-XVII
siècles à la sortie d'un seigneur féodal dans la Saint-George (la
semaine au 26 Novembre et la semaine suivante).
Prikaz (le département) – une administration publique géré
d'une branche séparée de la gestion de l'État de Moscou dans les
XVI-XVII siècles. (des ambassadeurs, terrienne, de supplique, de
cosaques, d’écurie, de veneur, de canon, monastique et d’autres).
Propriétaires fonciers – les nobles propriétaires fonciers qui ont
reçu des terres à l'usage – le domaine pour l’exécurion du service de
l’Etat.
Smouta – le Temps des Troubles – une période entre dynastique
(1598 – 1613), lorsque dans la lutte pour le pouvoir six régents ont
été changé, la guerre civile a éclaté, il y avait une intervention
polonaise-suédoise, contre qui les milices du peuple ont été faites,
expulsé les envahisseurs.
Sobornoe Oulojénié – un corps de lois, adopté par le Zemski
Sobor en 1648-1649 sous Alekseï Mikhaïlovitch. C’est une loi
fondamentale en Russie jusqu'à la première moitié du XIX siècle.
32
«Stoglav» – la décision de Zemski Sobor d’église de cent
chapitres, qui a eu lieu à Moscou en 1551 et qui a pris une décision
sur 100 chapitres.
Soudiebnik – un recueil de lois en l’État de Moscou dans le XV –
XVII siècles.
Tsar (de latin – le César) – le titre du monarque. Ce titre était en
Russie de 1547 jusqu’à 1721.
Stréltsy – les militaires dans le XVI – le début du XVIII siècles,
les soldats d'infanterie avec l’arme à feu se tenaient les troupes
régulières.
Zemski Sobor (l’assemblée des états) – des institutions des
états-représentants suprêmes en Russie, au milieu du XVI – à la fin
du XVII-ème siècles.
Thème 5. L'Empire Russe.
1. La Russie au XVIII-ème siècle: Pierre I-er et Catherine II-ème.
2. La Russie au XIX-ème siècle: Les réformes et les contreréformes.
3. La Russie au début du XX-ème siècle. Nicolas II.
1. La Russie au XVIII-ème siècle: Pierre I-er et Catherine IIème. Le grand changement dans l'histoire de la Russie a connecté
avec le nom de Pierre (Peter) I. Le règne de Pierre I a été précédé
d'une lutte pour le pouvoir entre les enfants et les parents des deux
épouses du tsar Alexis Mikhaïlovitch. Initialement les tsars a été
proclamé Pierre et son frère Ivan (ils avaient fait une double trône
spécial), et le régent a été nommé leur soeur la princesse Sophie.
Entièrement le pouvoir a passé à Pierre en 1696.
La vie économique de la Russie a été compliqué par le manque
des débouchés sur la mer (l’accès à la mer). À cet effet, il était
nécessaire de construire une flotte et de créer une nouvelle armée.
Pierre I-er a accordé une grande attention à cette question. En 16951696 il y avait des campagnes d'Azov, mais l'accès à la mer Noire n'a
pas été reçu. Peter I a voyagé en Europe, en étudiant les différentes
sciences et a cherché des alliés pour les guerres futures.
Toute activité d'Etat de Pierre I peut être divisé en deux périodes:
1695-1715 et 1715-1725. Pierre I n’avait pas le plan général des
33
réformes, ils ont souvent été procédé comme une réaction à des
circonstances immédiates. Un stimulant important pour procéder à
des réformes était la Grande Guerre du Nord (1700-1721) pour
l'accès à la mer Baltique. Les réformes ont été procédé
principalement par des moyens violents avec l'intervention active de
l'État dans les affaires économiques (la réglementation du commerce,
de l'industrie, fiscal, financière et l’activité laborieuse). Dans la
deuxième période, la transformation est devenue plus systématique. Il
y avait l’amélioration de l’appareil de pouvoir, les commerçants et les
enterpreneur ont reçu une certaine liberté. Toute politique intérieure
et extérieure de Pierre a été subordonné aux intérêts de l'Etat: sa
prospérité et l’attachement à la civilisation européenne.
La réforme militaire était l'un des principaux. On a été créé une
armée régulière par le recrutement, la marine et l'armée sont
devenues un professionnel. Les nobles étaient le corps des officiers,
mais l'officier pourrait devenir un soldat qui s’est distingué dans le
service. Le système de la gestion a été formé peu à peu. En 1711, au
lieu de la Douma des boyards a été créé le Sénat – l'autorité suprême
de l'État, qui est subordonné au tsar, s’est occupé des affaires
juridiques et de l'administration d’Etat. Plus tard, il a été introduit des
collèges, un poste du procureur général. Lors de la réforme régionale
(1708-1710) le pays a été divisé en provinces, et le gouverneur avait
le pouvoir judiciaire, administratif, policier et financièr. La mise en
place du Saint-Synode (1721) a proposé la suppression du patriarcat
et la subordination de l'Église à l'État. En 1721, après la victoire dans
la Guerre du Nord, la Russie est devenue un empire, et le tsar russe –
l’empereur. La monarchie absolue a été établie.
Les réformes économiques de Pierre ont défini par les principes
du mercantilisme et le protectionnisme. Une attention particulière a
été accordée au développement des industries qui fournissaient les
besoins de l'armée et de la marine. À la fin du règne de Pierre I-er il y
avait plus de 200 entreprises en Russie, y compris dans les domaines
de l'Oural et de la Sibérie. Pour travailler dans les manufactures il n’y
avait pas des ouvriers, c’est pourquoi ils ont utilisé le travail des
serfs. Pierre I soutenait les producteurs russes, les marchandises
importées ont imposé beaucoup. À la suite des réformes économiques
les exportations ont commencé de dépasser les importations de 2 fois.
34
En 1703, il a commencé la construction de Saint-Pétersbourg, et en
1712 la ville est devenue la capitale de la Russie.
Dans le domaine social les réformes ont été mené: fiscale (une
capitation a été introduit); l'égalité des droits du patrimoine et du
domaine; le décret sur la succession au trône (1714), c.a.d. le transfert
de tous les héritages au fils aîné, tandis que d'autres doivent se rendre
au service civil ou militaire. Le service a été réglementé par le
«Tableau des rangs» (1722), qui a introduit 14 rangs-étapes de
carrière pour les employés. Cela a donné la possibilité d'accepter le
titre de la noblesse non seulement à cause d'origine aristocratique,
mais aussi les qualités et les aptitudes personnelles.
Dans le domaine spirituel, le développement de la culture
nationale laïque, l'éducation laïque, les changement sérieux dans la
vie sont devenues principales. En 1708 Pierre I est introduit les
nouveaux caractères civiles, les nouvelles imprimeries ont été créées
à Moscou et Saint-Pétersbourg. Le développement de l'imprimerie a
contribué à la création d'un réseau de bibliothèques et de
l’organisation de la librairie. De 1702 le premier journal russe
"Vedomosti"a systématiquement été publié.
Les vieux vêtements aux manches longues ont été interdit et
remplacé par une nouvelle, européenne. Elle est interdit le port de la
barbe, qui a provoqué le mécontentement. Les assemblées (bals) ont
été établies avec la présence obligatoire de femmes qui a changé leur
position dans la société.À la suite de la modernisation de la société, la
Russie est devenue l'une des principales puissances mondiales avec
une industrie compétitive, l’armée et la flotte moderne, le système de
gestion efficace. Toutefois, la modernisation avait le caractère
inachevé, parce que les réformes a renforcé le servage, la Russie a été
transformé en un Etat policier typique et a conduit à un schisme dans
la société. Le système de gouvernement, établi par Pierre, est appelé
l'absolutisme, mais il était significativement différente de l'Européen.
Pierre I est mort brusquement, sans héritiers. Après sa mort l’ère
de révolutions de palais a eu lieu en Russie, la puissance est souvent
transmis d'une règle à un autre. Ils sont plus pris soin de leurs propres
intérêts que sur les affaires de l'Etat, parce qu'ils comprenaient la
fragilité de leur position. Immédiatement après la mort de Pierre, la
tsarine (la reine) est devenue sa seconde épouse, Catherine I (172535
1727), dans les années 1727-1730 le petit-fils de Pierre Ier Pierre II,
en 1730-1740 – Anna Ivanovna–une nièce de Pierre I, puis Ivan
Antonovich (1740-1741) – le neveu de Anna Ivanovna. En 17411761 la fille de Pierre I – Elizabeth Petrovna, en 1761-1762 – Peter
III – le neveu d'Elisabeth, et enfin, en 1762-1796 – Catherine II –
l’épouse de Pierre III. Le changement des dirigeants ont souvent eu
lieu avec l'aide de l'armée, avec l'utilisation de la force.
XVIII siècle en Europe et en Russie est entré dans l'histoire
comme le siècle des Lumières. L’absolutisme éclairé en Russie est
connecté avec le nom de Catherine II. Catherine II, une princesse
allemande, est arrivé en Russie quand elle était 15, a rapidement
appris la langue russe, a adopté les traditions russes. Elle est arrivée
au pouvoir à cause de la révolution de palais et l’assassinant de son
mari. Elle était l’homme d'État bien connu, le diplomate habile et
l’homme politique. Elle se considérait comme un disciple des
Lumières, correspondait avec certains d'entre eux.
Catherine a essayé de rationaliser le système juridique de la
Russie. Il y avait aussi un concours pour la réforme du système de
l'Etat. En 1766, un concours a été annoncé pour le meilleur travail sur
la possibilité des droits de propriété paysanne, mais ce travail n'a pas
été terminé. En 1767, la Commission législative a été convoqué, qui a
discuté du sort des serfs, mais aucun résultat des activités de la
commission n'a pas apporté. La situation des paysans a encore
aggravé. En 1764, elle a établi le servage en Ukraine.
Catherine II a procédé à des réformes dans l'économie. Sous
Catherine II il a commencé à vendre du pain à l'étranger, a poursuivi
la construction d'usines et de fabriques, a été formé une dynastie
d'industriels russes. La réforme du système de l’education a été
poursuivi, des établissements d'enseignement, y compris pour les
femmes, l’académie de médecine, la bibliothèque publique ont été
ouvert. Mais ces mesures ne pouvaient pas arrêter les contradictions
sociales. Au 1773-1775 en Russie il y avait une nouvelle guerre
paysanne sous le commandement de Yemel’ian Pougatchev. La
guerre a cruellement été étoufé, les projets libéraux ont cessé. Après
l'achèvement, Catherine II a procédé à la réforme de l'administration
locale, a élargit considérablement les privilèges de la noblesse.
Catherine II a rationalisé la gestion dans les provinces (1775), a
36
terminé l'établissement du statut de l'état de la noblesse, le clergé, les
marchands, la petite bourgeoisie (1785), elle a fait la sécularisation
(le passage à l'état) de la propriété foncière monastique (d’église),
pour la première fois elle a recouru à les emprunts extérieurs, a
introduit le papier-monnaie. En 1785 Catherine II a signé le
document – la «Charte de la noblesse». La noblesse devient une
classe dominante privilégiée. Les noblesont été exempté d'impôts et
les châtiments corporels et avait le droit exclusif à la propriété
foncière. Selon la «Charte des villes» a été introduit le gouvernement
de la ville et la population urbaine a été divisée en 6 catégories.
Sous Catherine II le territoire de l'empire a considérablement
augmenté et à la fin de son règne était de 16.8 millions de kilomètres
carrés. Les recettes d’Etats ont augmenté au quadruple. La population
a augmenté de 19 à 36 millions des hommes. Le temps de son règne
est appelé «l'âge d'or de la noblesse» et elle-même – comme
Catherine la Grande. Elle a mené une politique étrangère active, à la
suite de deux guerres russo-turques (1768-1774; 1787-1791) la
Russie s’est affirmi sur la mer Noire, ont partiellement été rattaché
aux territoires du Caucase, le partage de la Pologne (La République
des Deux Nations (la Pologne et la Lituanie) a été fait.
Ainsi, les réformes du XVIII siècle a transforméla Russie en un
puissant empire, mais les problèmes les plus épineux n’ont pas été
résolu: la libération des paysans et la démocratisation du système
politique. Le problème de la modernisation a conservé son actualité
au XIX-ème siècle.
2. La Russie au XIX siècle: les réformes et les countreréformes. Le début de XIX siècle a fait marqué la nouvelle
révolution de palais. Le petit règne de Paul I (1796-1801) avait les
conséquences dificiles pour la Russie. Il n’a pas aimé sa mère
Catherine II, a tâché de modifier tout ce qu'elle a fait, a abrogé ses
lois et ses règlements pour les remplacer par la sienne. Paul I a conclu
et a abrogé des traités sans réfléchir avec des États étrangers, a
déclaré les guerres. La groupe des nobles – des officiers de la garde,
des fonctionnaires ont ourdi la conspiration pour l’éliminer. Dans la
nuit du 11-12 Mars, les conspirateurs ont tué Paul I et ont intronisé
son fils Alexandre I-er (1801-1825).
37
Les premières années du règne du jeune empereur sont entrés dans
l'histoire comme «l'ère du libéralisme»: les réformes de
l'administration et de l'enseignement public ont été réalisé. Il avait
l'intention de mettre en œuvre une série de réformes libérales en
Russie, et pour résoudre ce problème, il a appelé les partisans des
mêmes idées (Le Comité secret), et M.M. Speransky. Pour améliorer
le système de gestion on a été créé 8 ministères, et plus tard, leur
nombre a augmenté. Pour des discussions collectives des ministres
des certaines questions le Comité des Ministres (de1857 le Conseil
des ministres) a été créé.
En 1802, le Sénat a été réformé, qui est devenu l'autorité judiciaire
et controlé dans le système de l'administration d’Etat. Alexander a
chargé M.M. Speransky de faire un nouveau projet de réforme de
l'Etat. Ce projet pourrait transformer la Russie en une monarchie
constitutionnelle, mais il n'a pas été approuvé par les fonctionnaires
et la noblesse.
En 1803, il a publié un décret sur les «cultivateurs libres», par
lequel les propriétaires peuvent laisser leurs paysans des terres pour
une forte rançon. Il a été procédé la réforme de l'éducation, la réforme
financière (la reduction de le déficit budgétaire), l'atténuation de la
censure.
La position internationale de la Russie était très difficile à ce
moment-là. L'empereur français Napoléon voulait l’hégémonie
mondiale, et la guerre avec la Russie était la dernière étape dans la
mise en œuvre de ses objectifs. En Juin 1812, l'armée française a
franchi la frontière russe. L'attaque principale Napoléon a décidé de
braquer à Moscou. L’armée russe, sans commandement unifié et cédé
dans le nombre aux Français, a reculé en profondeur du pays.
Alexandre I-er a nommé le commandant en chef de l'armée russe le
general– M.M. Kutuzov. Non loin de Moscou, près du village de
Borodino, une importante bataille, qui a créé les conditions pour le
changement au cours de la guerre, a eu lieu. Mais, pour sauver
l'armée russe Kutuzov a donné l'ordre de reculer et de quitter
Moscou. Les troupes françaises sont entrés dans le capital et y sont
restés pendant 36 jours. Alexandre I-er a refusé de faire la paix. En
Décembre 1812, le armée française invincible a été vaincu, et
Napoléon a fui en France. Sur la partie de la Russie, la guerre avait le
38
caractère juste et de libération et a été appelé la Guerre patriotique.
L’armée russe a pris part à des campagnes étrangères, beaucoup de
gens russes ont pris connaissance de la vie en Europe.
Le règne du temps de l'empereur Nicolas I-er (1825-1855) - une
période du conservatisme en Russie. Nicolas I avait peur de la
propagation du mouvement révolutionnaire européen en Russie. Pour
lutter contre la révolution, il a augmenté les fonctionnaires de l'unité
et de la police, le soutien de son pouvoir il a vu dans l'armée, a établi
une censure stricte. Nicolas I a fait la codification des lois: les lois
russes ont été classés par ordre chronologique et publié (15 volumes).
La réforme monétaire et la réforme de la gestion des paysans d’Etat
ont été menée. Malgré le contrôle policier et la censure stricte, la vie
sociale et politique de la Russie a été très actif. Il y avait des groupes
d'étudiants, les mouvements sociaux (Les Occidentaux et Les
Slavophiles), on a y apparu les premières idées socialistes sur le
terrain russe (A.I. Herzen).
En 1853, la Russie a fait la guerre avec la Turquie sur les détroits
de Bosphore et Dardanelles. Du côté de la Turquie contre la Russie
était la France et la Grande Bretagne. La Russie a perdu la guerre de
Crimée et a perdu le droit d'avoir sa flotte dans la mer Noire.
Le pays était encore une fois au bord de la crise. À la fin des
années 50 du XIX-ème siècle, la situation extrêmement tendue a
développé en Russie. Le faible niveau de développement de
l'industrie, l'agriculture, le commerce ne répondait pas aux besoins du
pays. Le développement suivant de l'économie dans des conditions de
servage était impossible. Surtout, un grand progress a obtenu le
mouvement paysanne contre l'oppression serf.
La règne d’Alexandre II (1855-1881) est liée avec la notion de
«Grandes réformes». Les réformes ont concerné trois grands
domaines: économiques et sociales – la libération personnelle des
paysans et la décision de la question de la terre; politique et
administrative – l'introduction de zemstvos, la réforme de la cour et
de l'armée; culturel et éducatif - la réforme des écoles, des
universités, de la censure.
19 février 1861 on a été publié le Manifeste impérial sur la
libération des paysans (c’est pourquoi il est appelé le Libérateur). Les
paysans ont reçu la liberté personnelle et un petit terrain pour la
39
conduite de son propre ménage. Mais pour que des paysans sont
devenus des propriétaires de cette terre, ils ont dû payer une rançon
au propriétaire ou à l'Etat. La communauté et les terrains de la
commune ont resté. Les paysans étaient mécontents de la réforme de
1861, parce que leurs terres ont diminué. La réforme de zemstvo
(1864) a introduit le gouvernement de tous les ordres electif dans les
districts et les provinces. Zemstvos sont occupé de la construction de
routes, des hôpitaux et de l'éducation du public. Des changements
similaires ont eu lieu dans l'auto-gouvernement de la ville (1870), il a
été formé le conseil municipal. L'un des changements les plus
importants a été la réforme de la Cour (1864). L'indépendance du
pouvoir judiciaire de l'administration, la publicité de la procédure
judiciaire, le droit à la protection (l’avocat), l’introduction du jury ont
été établi - tout cela a augmenté la légitimité de la décision du jury.
En Russie, il a formé un nouveau tribunal: sans ordres, public, avec
les jurés et le juge de paix électif. L'indépendance administrative et
économique des universités a donné par la réforme de l'éducation
(1863). La réforme militaire (1874) a introduit le service militaire
universel, a réduit la durée de vie jusqu'à 6 ans dans l'infanterie, et 7
ans dans la flotte. On a apparu de nouveaux types d'armes.
Les réformes bourgeoises d'Alexandre II ont contribué à la
poursuite du développement du capitalisme en Russie. La Russie est
restée la monarchie autocratique. Les projets de la constitution a été
proposé par M.T. Loris-Melikov, n'a pas reçu son développement en
raison del’assassinant d'Alexandre II par les révolutionnaires de
l'organisation «La volonté du peuple» 1 Mars, 1881. Après cela, un
compromis entre les forces politiques en Russie est devenu
impossible.
Le temps du "contre-réforme". L’empereur Alexandre III – un
partisan de renforcer le pouvoir autocratique. Son règne (1881-1894)
était le plus paisible dans l'histoire de la Russie. Dans la politique
étrangère on a réussi à éviter les conflits internationaux, voilà
pourquoi Alexandre III a obtenu le surnom «le Pacificateur». Il n’a
pas approuvé les réformes de son père Alexandre II. Le
gouvernement a repris les conservateurs, dirigé par le procureur en
chef du Saint-Synode K. Pobedonostsev. Dans la politique intérieure,
il a réalisé une série de contre-réformes: la réforme du zemstvo,
40
judiciaire, de la censure, de l'université. La contrôle administratif sur
les zemstvos, pour les paysans, les établissements d'enseignement a
renforcé, les droits de vote de paysans et de petits propriétaires ont
limité, l'autonomie des universités a liquid, la presse libérale est
poursuivi, la Russie est opposée à l'Europe. Cet empereur a tâché à
élever le statut de la noblesse au niveau précédent, qui n'a pas été
possible.
Cependant, sous Alexandre III, la Russie a démonstré
l'augmentation du développement économique. Il a été contribué par
la politique réfléchie d’Etat du ministre des finances S.Y. Witte (la
réforme financière, l'introduction du monopole de l'alcool). En 1881,
il a adopté une loi sur la rançon obligatoire du lot de terrain par des
paysans, en 1886 il a aboli la capitation. Aussi on a commencé à
développer la législation du travail.
La Russie féodale est devenue la Russie capitaliste. La révolution
industrielle a terminé aux principales industries, à savoir, la transition
vers la production de la machine. En raison de l'essor industriel des
années 90 du XIX siècle la Russie est entré dans les cinq des plus
grands pays industrialisés en termes de volume absolu de la
production dans le monde. La Russie était le deuxième rang dans le
monde en termes de la longueur des chemins de fer, la première place
dans la production de pétrole et elle a donné 1/3 des exportations
mondiales de blé. En Russie, il n'y avait pas d'inflation, le pays avait
une monnaie d’or, forte. Mais l'industrialisation du pays n'a pas été
terminé. La part de l'industrie lourde ne représentait que 40% de la
production industrielle, la part de la population rurale était de 87%.
En outre, la Russie est restée une monarchie absolue: il n'y avait pas
de constitution, les libertés politiques, les partis légaux et les
syndicats. Le principal résultat des transformations a été l'adhésion de
la Russie à la voie du développement bourgeois qui a changé
considérablement la nature de la vie russe. Le processus de la
formation territoriale de l'Empire russe a été terminé. Au milieu des
années 80, il a été achevé l'adhésion en Asie centrale à la Russie et a
pris fin un demi-siècle de la conquête du Caucase. La Russie a
renforcé sa position en Extrême-Orient. L'ère des grandes réformes a
eu une grande influence sur le développement culturel du pays. Le
nombre d'écoles rurales et urbaines a augmanté, la science et de la
41
technologie nationale a activement développé, le haut niveau a atteint
le théâtre, la peinture et d'autres formes d'art. Mais en général,
Alexandre III et son gouvernement, le recours au conservatisme, ont
su d’assurer un retard de vingt ans de la crise politique.
3. La Russie au début du XX-ème siècle: Nicolas II. Le jeune
empereur Nicolas II (1894-1917), qui est devenu le dernier autocrate
russe, depuis le début de son règne, il a annoncé lui-même comme un
partisan des principes de l'autocratie, qui a l'intention de protéger ses
bases et ne menerait pas aucune des transformations.
La Russie était un pays agraire-industriel avec le pouvoir
monarchique illimité. La structure sociale de la société russe était la
succession. La propriété dominante était la noblesse. Une
caractéristique du développement économique en Russie au tournant
du XIX-XX siècles était l'intervention de l'Etat dans la vie
économique. L'industrie russe a représenté une part plus importante
des entreprises publiques. Les usines russes ne savaient pas le marché
pratiquement, réalisé des commandes du gouvernement. La défaite
dans la guerre russo-japonaise (1904-1905) était difficile pour la
Russie. Au début du XX siècle le gouvernement européen a évolué
dans le sens des institutions parlementaires et électorales. Mais
l’empereur russe avait le pouvoir législatif et exécutif complet. Dans
la Russie autocratique il n’était pas le législateur, seul le Conseil
d'Etat. Ses décisions étaient un caractère de recommandation. Un
autre organe supreme – le Sénat – n'a retenu que les fonctions de la
cour et de la supervision. Le pouvoir exécutif est exercé par le
ministère. Leurs activités sont coordonnées par le Comité des
Ministres.Il y avait le ministère de l'Intérieur, qui est subordonné à
toute l'administration locale.
Le développement du capitalisme a formé la nécessité d'un
changement dans la structure politique de la société. La révolution de
1905-1907 a forcé l'empereur pour mener à deux réformes majeures:
politique et agraire. Le"Manifeste du 17 Octobre, 1905" a été publié
sous la pression du mouvement révolutionnaire, qui a proclamé la
liberté politique, la création de la Douma d'Etat législative avec une
représentation élargie. Mais les pouvoirs de la Douma étaient si
limitées qu'elle ne pouvait pas résoudre les questions problématiques
42
dans la vie du pays, et au cours de la Première Guerre mondiale
(1914 – 1918) a été incapable de sortir le pays de la crise.
Au cours de la révolution le gouvernement de A.P. Stolypine a
proposé un programme de modernisation du pays, qui devait décider
les trois objectifs principaux: faire les paysans comme les pleins
propriétaires de la terre, se libérant de la communauté; réaliser
l'alphabétisation universelle (l’école primaire de 4 ans); encourager la
croissance et le développement l'industrie du marché intérieur. 5
octobre 1906 on a été publié un décret sur l'équation des paysans dans
les droits civils avec d'autres ordres, et le 9 Novembre de la même
année – un décret sur le droit des paysans de sortie de la communauté
avec le lot de terrain. Ce document a légalisé la création de la
propriété foncière paysanne – sous la forme d'économie de khoutor
(ferme). Les paysans ont été permi d’acheter les terres par la Banque
paysanne, et on a été organisé leur déplacement à l'Oural. Cela devait
d'empêcher des troubles sociaux et d'assurer la modernisation de
l'agriculture, de l'intensification de son développement. La réforme a
contribué à l’essor de l'économie du pays: le rendement des cultures
de céréales a augmenté de 2 quintaux par hectare, les produits bruts –
20%, les exportations de céréales à l'étranger – 1,5 fois. L'agriculture
est devenue plus stable, des revenus des agriculteurs et de leur
pouvoir d'achat a augmanté. Mais les objectifs sociaux ne sont pas
atteints. Environ 25% des exploitations avec 14% du lot de terrain
sont sorti de la communauté, 3 millions ont déplacé à l'Oural, tandis
que 17% sont revenus, les economies de khoutors ont totalisé 10%.
Grâce à la Banque paysanne a été acquis jusqu'à 12 millions acres de
terre, mais 20% des paysannes qui ont participé à l'opération, s’est
ruiné. La question agraire n'a pas été définitivement résolu. Ceci peut
être expliquer par l'opposition des paysannes, le manque de fonds
pour la migration et la gestion des terres, l’essor du mouvement
révolutionnaire dans le pays.La réforme agraire de Stolypine a été
réalisé pendant 8 ans, jusqu'à le début de la Première Guerre
mondiale. P.A. Stolypine était incapable de réaliser sa tâche
principale: maintenir le soutien des propriétaires pour la monarchie,
afin d'élargir sa base sociale grâce aux paysans riches.
À propos des résultats de la modernisation de l'Empire russe, il
faut noter que la caractéristique était la supériorité de l'Etat, l'appareil
43
d'Etat sur la société civile et la vie politique. Les partis libéraux qui
ont soutenu les réformes et les méthodes parlementaires de lutte pour
l'émancipation, ne pouvait pas devenir fort, compétente. La
bourgeoisie russe n'a pas interféré dans la politique, en grande partie
étroitement liée l'état avec l’autocratie, reçoit les commandes d’Etat
et un soutien financier, ne voulait pas changer quelque chose dans le
pays. La bourgeoisie de type européen était encore peu nombreux et
le rôle sérieux dans la vie politique du pays ne sont pas lus.
1 août 1914 la Première Guerre mondiale a commencé, ce qui a
aggravé la position de la Russie. L'ampleur de la guerre et sa durée
ont provoqué une crise dans la société russe. Les échecs sur les
fronts, l'impossibilité d'utiliser les ressources ont conditionné le
mécontentement croissant des masses et l'esprit révolutionnaire qui a
conduit à la Révolution de Février 1917 et la chute de l'autocratie en
Russie.
Les questions du contrôle:
1. Pourquoi les réformes étaient-elles nécessaires pour la Russie
au début du XVIII siècle?
2. Quelles réformes a été fait par Pierre I?
3. Pourquoi les premières années du règne d'Alexandre I appellent
«l'ère du libéralisme»?
4. Pourquoi la guerre de 1812 est devenue connu comme la Guerre
patriotique?
5. Comment caractériseriez-vous le règne de Nicolas I?
6. Quelles sont les réformes bourgeoises ont été réalisées par
Alexandre II?
7. Pourquoi la politique d'Alexandre III s’est appelé les «contreréformes»?
Vocabulaire historique
Absolutisme–(latin–inconditionnel)–une forme de gouvernement
dans lequel tout le pouvoir politique est entre les mains d'une seule
personne – le monarque. En Russie, elle a formé sous Pierre I. Au
XVIII siècle il a éxisté à la forme de l’absolutisme éclairé.
Capitalisme – la formatoin socio-économique fondé sur la
propriété privée des instruments de travail et des moyens de
production et l'utilisation du travail salarié.
44
Charte – 1. Le document délivré par l’autorité supreme
d'accorder des droits, des avantages aux particuliers, des monastères
(du XII-ème siècle) ou des groups de la population (du XVII-ème
siècle). 2. Les plus importants actes législatifs du XVIII-ème siècle.
Sous Catherine II en 1785 il a donné la Charte à la Noblesse
(l’ensemble de privilèges), aux villes (la base d’autonome).
Commission législative – les organes collégiaux temporaires au
XVIII-ème siècle. Ils ont convoqué pour la codification (la
systématisation) de lois, qui est entré en vigueur après le Sobornoe
Oulojénié en 1649.
Collèges – les institution centrales pour la direction des branches
de gestion, mis en place par Pierre I en 1717 – 1727 au lieu de
prikazy, dirigé par le président des collèges. Ils ont été remplacé par
les ministères en 1802.
Corvée – un travail forcé des paysans par le materiel propre sur le
terrain du propriétaire foncier.
Empire (latin – impérieux, puissant) – un État monarchique,
dirigé par l'empereur, conduite de la politique stricte de centralisation
et de l'autocratie (en Russie depuis 1721).
«Grande Ambassade» – une mission diplomatique, menée par
Pierre I en Europe à la fin du XVII siècle.
Khoutor–une colonie de village d’une cour et beaucoup de cours.
Selon la réforme agraire de Stolypine – la maison et dépendances des
paysans isolées sur le terrain de la propriété individuelle.
Mercantilisme – (ital. – le marchand) – une politique économique
de la première période du capitalisme, qui est exprimée dans une
intervention active de l'État dans la vie économique.
Modernisation – un processus de la transition d’une société
agraire traditionnelle à une économie industrielle, accompagnée par
des changements profonds dans la vie de la société socioéconomique, politique et culturelle.
45
Noblesse – un ordre militaires. En Russie, il a apparu dans les
XII-XIII siècles et a dominé politique jusqu’en 1917.
Otroub – un terrain, isolé de la terre commune sur la réforme
agraire de Stolypin dans la propriété paysanne individuelle.
Protectionnisme – (latin – la défense) – une politique de l'État
pour protéger le marché intérieur des étrangers par l’augmentant
d'exportation et la limitation d'importation, les droits de douane
hautes et d'autres mesures.
Redevance – l'un des charges des serfs, le paiement du tribut au
propriétaire foncier par la nourriture ou l'argent.
Saint-Synode – l'institution le plus suprême de l'Eglise orthodoxe,
qui a remplacé le patriarcat dans la période 1721-1917.
Sénat – (latin – le vieux) – en Russie en 1711-1917 – le Sénat de
gouvernement – la plus haute institution de l'État en matière de
législation et de gestion, subordonné à l'empereur.
Sobornoe Oulojénié – un recueil de lois de l'Etat russe, adoptée
par le Zemski Sobor en 1649.
Théorie de la nationalité officielle – une base idéologique pour
le règne de Nicolas I, avancé par le ministre de l'instruction S.S.
Ouvarov en 1834, se compose de trois principes: «l'orthodoxie,
l’autocratie, la nationalité» comme une tentative pour justifier
l'identité de la Russie.
Thème 6. Les revolutions en russie au debut du XX-ème siecle.
La guerre civile.
1. La révolution 1905 – 1907.
2. Les révolutions de Février et d’Octobre 1917
3. La guerre civile 1918 – 1922.
1. La révolution 1905 – 1907. Au début du XX-ème siècle la
Russie était une grande puissance du monde, a une grande influence
sur le cours des affaires du monde. Le territoire de l'Empire russe
était de 22, 2 millions de kilomètres carrés (en second lieu après
l'Empire britannique). La population – 125, 6 millions de personnes,
150 nationalités différentes, parmi lesquels les russes – 47%. Elle est
restée une monarchie absolue en Russie. Le développement
46
économique a été controdictoire. L'industrie a été la croissance
rapide, la révolution industrielle a pris fin. Mais ces relations de
marché n’étaient pas dans tous le pays, ainsi que des usines
modernes, il y avait des manufactures et des métiers. Dans
l'agriculture, il y avait une stagnation. La raison était la dépendance
des paysans de la communauté, le manque de terres. Le niveau de vie
des paysans et des ouvriers a été significativement plus faible par
rapport à l'Européen. Au début du XX-ème siècle on a commencé des
manifestations de masse des paysans et des travailleurs ayant des
exigences économiques et politiques. La façon démocratique de
résoudre de tels problèmes étaient absents. La défaite de la Russie
dans la guerre russo-japonaise de 1904–1905 a accéléré la révolution.
La première révolution russe 1905-1907 était bourgeoisedémocratique et du peuple, il y a pris part: la bourgeoisie, les ouvriers
et les paysans. Ils ont demandé de limiter l'autocratie, la convocation
d'une Assemblée constituante pour la mise en place d'un système
démocratique; l’élimination de l'inégalité des castes; l'introduction de
la liberté de parole, de réunion, des partis politiques et des
associations; l'abolition du féodalisme et de donner la terre aux
paysans; la réduction des heures de travail jusqu’à 8 heures; la
réalisation de l'égalité entre les peuples de la Russie. Le début de la
révolution était les événements du "Dimanche Rouge" 9 Janvier 1905
à Saint-Pétersbourg. La fusillade d'une manifestation pacifique a
conduit à l’élan du mouvement ouvrier. Les travailleurs ont organisé
des grèves, des révoltes.
L’empereur russe Nicolas II avec l'aide du ministre des Affaires
intérieures P.A. Stolypine a fait des efforts pour mener une réforme
économique. Mais ni les questions agricoles, ni travail ne sont pas
résolus. La révolution a été vaincue. Cependant, les changements ont
observés dans le système politique de la Russie, il y avait un système
multipartite et la mise en place d'un parlement, la Douma d'Etat, bien
que limités dans leurs droits. Il a changé le statut socio-politique des
citoyens: des libertés démocratiques ont introduit, on a légalement
permis à organiser des partis politiques et des syndicats. Les
paiements d'indemnisation des paysans pour les terres ont été
annulés, la réforme agraire a commencé.
47
A la limité des XIX-ème et XX-ème siècles on a formé des partis
politiques: le Parti ouvrier social-démocrate russe. En 1903, il divisé
en deux directions: les bolcheviks et les mencheviks. Le principal
parti paysan était le parti des socialistes-révolutionnaires (SR). Le
plus grand parti bourgeois était le parti des constitutionnelsdémocrates (les cadets). Le grand parti monarchique était le parti
«L’Union du peuple russe».
La fin de la révolution a conduit à la stabilisation de politique
intérieure temporaire.
2. Les révolutions de Février et d’Octobre 1917.En Février
1917, il’ y avait une seconde révolution bourgeoise en Russie. Elle a
été causée par les mêmes raisons et a résoudre le même problème que
la Révolution de 1905 – 1907: le renversement de l'autocratie,
l'introduction des libertés démocratiques, la solution des questions
agraires, travailleurs et nationales.
À cette époque, il y avait une crise économique, politique et
sociale profonde en Russie. La grande influence sur le mouvement
révolutionnaire avait la Première Guerre mondiale (1914-1918). Les
événements révolutionnaires de Petrograd en Février 1917 ne
préparent aucun parti. 18 février a commencé la grève à l'usine
Poutilov; 25 février la grève est devenue générale; 26 février on a
commencé l’insurrection armée; 27 février une grande partie de
l'armée a pris part dans la Révolution, l'équilibre du pouvoir a changé
en faveur des rebelles. Dans la nuit du 28 Février sur l'initiative des
représentants des partis de gauche, le Soviet des deputes ouvriers et
soldats de Pétrograd a été créé, qui a pris tout le pouvoir dans la ville
dans leurs mains. Le président du Soviet de Pétrograd a été élu
menchevik N.S.Chheidze. 1 Mars 1917, le Conseil a publié le fameux
«Ordre №1», sur lequel les troupes de Pétrograd ont subordonné au
Conseil.
Les membres de la Douma M.V.Rodzyanko et V.V.Shulgin sont
allés à Pskov vers Nicolas II. 2 mars 1917 l'empereur a
volontairement signé un document de l’abdication. Après cela Le
gouvernement provisoire a été formé (avant la convocation de
l'Assemblée constituante). Le cabinet comprenait de 12 personnes –
les représentants des cadets et les octobristes. Le président du
48
gouvernement était le prince G.E.Lvov. La dualité du pouvoir a été
formé dans le pays.
Le tsar Nicolas II et sa famille ont été arrêtés. En Juillet 1918, le
tsar, la tsarina, leur fils, l'héritier du trône, le tsarévitch (le fils du
tsar) Alexei, leurs quatre filles: Olga, Tatiana, Maria, Anastasia ont
été exécuté.
Après la victoire de la Révolution bourgeoise – démocratique
février les réformes démocratiques ont été réalisées en Russie. La
Russie est devenue une république démocratique. Mais la décision
finale sur une nouvelle forme de gouvernement a été remis à
l'Assemblée constituante, ainsi que la solution des questions
militaires, ouvriers, nationales et agraires. Le gouvernement a promis
d'introduire les libertés politiques et l'amnistie générale, pour préparer
les élections à l'Assemblée constituante, à abolir la peine de mort,
interdire la discrimination caste, ethnique et religieuse. Toutefois, la
politique du gouvernement provisoire était contradictoire et
incohérente. On a conservé tous les principaux organes du
gouvernement central et local. Adoption de l'introduction d'une
journée de travail de 8 heures et la réforme agraire a été reporté
jusqu'à la fin de la loi de la guerre.
La politique du gouvernement provisoire a conduit à un
renforcement de la crise économique. À l'automne la production
industrielle a diminué de 30-40%, l'agriculture – 20%, on a
commencé l'hyperinflation, la famine dans les villes. Les mesures
gouvernementales pour contrôler les prix n’ont pas amélioré la
situation, ils ont menée par pas assez énergiquement et avec
conséquence. L'autorité du gouvernement est tombé. Tous les
changements de sa composition ne pouvaient pas sortir la Russie de
la crise. Il y avait une lutte pour le pouvoir. L'autorité des bolcheviks
a augmenté, surtout après la répression de la révolte de Kornilov en
Août 1917. Cet disposition a pris le parti bolchevik bien organisé,
dirigé par V.I. Lénine. 25 octobre 1917 à Petrograd, ils ont mis un
coup d'Etat, qui a été nommé plus tard la Grande Révolution
socialiste d'Octobre.
Les bolcheviks ont fait des réformes économiques et politiques. Ils
ont créé un état de la dictature du prolétariat, toute la propriété a été
déclaré d’Etat, ont pris le décret sur la paix et le décret sur la terre, en
49
vertu duquel les paysans ont gratuitement reçu les propriétaires
fonciers pour une utilisation permanente. Il a été décidé l'appel pour
les «Travailleurs, soldats et paysans!» proclamé la mise en place du
pouvoir soviétique, on a été créé le gouvernement – le Conseil des
commissaires du peuple. Il a été introduit par l'égalité des droits de
tous les citoyens, hommes et femmes, les nations, la séparation de
l'Église et de l'État. En Février 1918, la Russie est sortie de la guerre,
fait la paix avec l'Allemagne sur des conditions défavorables. À l'été
1918, il a été adopté la Constitution de la RSFSR (Russie). Les
menchéviks et les socialistes-révolutionnaires ont désapprouvé
l'action des bolcheviks de prendre le pouvoir.
Dans un terme court – de la fin de 1917 à Février 1918 – le
pouvoir bolchevique a été formé dans la plupart de l'ancien Empire
russe. La prise du pouvoir était essentiellement pacifique. La lutte
armée a éclaté seulement dans 15 de 84 villes provinciales. Ceci est
expliqué par le fait que les bolcheviks ont appuyé les soldats,
demandant la fin rapide de la guerre. La popularité parmi les paysans
et la population dans les zones frontalières nationales a amené les
premiers décrets du gouvernement soviétique.
3. La guerre civile 1918 – 1922.De 1918 à 1920 la guerre civile a
continué en Russie. Dans de nombreuses villes de l'Oural, la région
de la Volga, la Sibérie on a commencé les révoltes – la lutte armée.
L’Armée blanche a combattu avec l'Armée rouge. Les causes de la
guerre civile: le monopole du pouvoir des bolcheviks et le
mécontentement d'autres forces politiques; la confiscation des
propriétaires fonciers et la bourgeoisie; la dispersion de l'Assemblée
constituante (les bolcheviks n'a pas reçu la majorité de celui-ci); la
conclusion de la paix inégale avec l'Allemagne en Février 1918; la
politique du «communisme de guerre» (les méthodes de gestion
dictatoriaux, le régime de parti unique, les camps de travail, la
réduction de le rôle des Soviéts, la nationalisation des banques, des
chemins de fer, des industries a accéléré).
Les idées générales du mouvement blanc étaient les suivants: le
renversement des bolcheviks; la restauration de la Russie unie,
indivisible; la garantie des droits et des libertés civiles; la
reconnaissance des droits de propriété privée; la réforme agraire;
l'introduction de la législation du travail. Des partis politiques droits
50
ont espéré un rétablissement de l'autocratie. La base des armées
blanches étaient les officiers, les Cosaques. L’Armée Rouge – les
bolcheviks, a gagné la guerre civile, en utilisant une politique du
«terreur rouge». En 1919, l'armée principale des généraux blancs:
Koltchak, Denikine ont été vaincus. Le pouvoir soviétique a été
rétabli dans la plupart des régions de la Russie. (Les Conseils – les
organes élus du pouvoir politique. Les Soviéts ont émergé au cours
de la revolution 1905-1907). La victoire bolchevique a été contribué
à la centralisation rigide du pouvoir, en conservant le centre industriel
du pays, une idéologie attrayante (communisme, une société
d'égaux), les garanties sociales pour les plus pauvres, les idées du
patriotisme et de disposer de soi nationale. Un rôle important a été
joué le soutien de paysans. «Le mouvement blanc» qui comprenait
diverses tendances politiques, ne pouvait pas offrir un programme
alternatif pour les paysans. Le movement blanc n’a pas été venue en
aide par des regions nationales. Les conséquences de la guerre civile
ont été tragiques. En 1917-1922 à la suite des pertes aux fronts, la
terreur rouge et blanc, la famine, la maladie, le pays a perdu plus de
15 millions des personnes, 2,5 millions des russes étaient en
émigration. Les pertes économiques ont dépassé 50 milliards des
roubles d’or. La production industrielle a diminué en 1920 par
rapport à 1913 à sept fois, l'agriculture – à 38%.
Le désir de la société à la démocratie a pris fin avec la mise en
place de la dictature et le système économique et socio-politique qui
n'a pas eu d'analogues dans le monde. Le désir de construire le
socialisme a affecté non seulement que le sort du peuple russe, mais
aussi a eu un impact sur les processus mondiaux, le sort de nombreux
des peoples et le développement de la société capitaliste.
Les questions du contrôle:
1. Quelles sont les raisons des révolutions russes de 1905-1907 et
1917?
2. Quand était l'abdication du dernier tsar russe Nicolas II? Quel
est le sort de la famille Romanov?
3. Quand la Révolution d'Octobre a-t-elle triomphé?
4. Quelles transformations ont mené par les bolcheviks après la
Révolution d'Octobre?
51
5. Quand était la guerre civile en Russie? Quelles étaient les idées
du «mouvement blanc»?
6. Pourquoi les bolcheviks ont-ils remporté la victoire dans la
guerre civile?
Vocabulaire historique.
Assemblée constituante – une institution représentative en
Russie créé sur la base du suffrage universel, pour établir une forme
de gouvernement et le développement de la Constitution.
Bolchevisme – un courant de la pensée politique et le mouvement
politique dirigé par Lénine, apparu en 1903 à la suite de la division
du parti des sociaux-démocrates.
Cadets – les participants du Parti constitutionnel démocratique
(«Le Parti de la liberté du peuple»), le principal parti de la
bourgeoisie monarchiste libérale en Russie, a émergé en Octobre
1905. Ils étaient
pour une monarchie constitutionnelle, la
transformation démocratique, le transfert de la propriété foncière aux
paysans pour la rançon, l'expansion de la législation du travail. Le
Parti interdit après la Révolution d'Octobre de 1917.
Communisme de guerre – la politique socio-économique de
l’URSS pendant la guerre civile 1918-1920 qui comprenait la
nationalisation des terres, des banques et de l’industrie, l’abolition de
commerce privé, l'organisation des armées de travail, la prestation
gratuit de soins médicaux, les services publics et autres services.
Conseils (Sovièts) – les organisations politiques élus qui ont
émergé dans la Révolution 1905-1907, étaient actifs après la
Révolution de Février 1917, il est composé de représentants des
travailleurs, des paysans et des soldats.
Dictature – (latin – «le pouvoir illimité») – une compétence
politique, économique, idéologique où le pouvoir s’exerce par un
groupe de personnes avec leur dirigeant. Elle est caractérisée par
l'absence de séparation des pouvoirs, la suppression de la démocratie
et de la légalité, l'introduction de la terreur, l'établissement d'un
régime autoritaire du pouvoir personnel.
Douma - 1. L’organe représentatif de la Russie (1906-1917),
établi par le Manifeste du 17 Octobre 1905. Les projets de loi
examinés par le Conseil municipal, le Conseil d'Etat ont discuté et
approuvé par le roi. Il y avait 4 Doumas.
52
Dualité du pouvoir - l'entrelacement de deux autorités en Russie
après la Révolution de février 1917, le Gouvernement provisoire a
demandé le pouvoir parlemantaire. Les Conseils des députés ouvriers et soldats passaient la dictature révolutionnairedémocratique du prolétariat et de la paysannerie. Fini par les tirs de
démonstration de travail à Petrograd, le 4 juillet 1917.
Gouvernement provisoire - la plus haute autorité législative et
exécutive en Russie, en vigueur du 2 Mars au 25 Octobre, 1917.
Guerre civile - la forme la plus grave de la lutte sociale de la
population dans le pays, la confrontation des forces internes (citoyens
de guerre) pour le pouvoir et la résolution des problèmes majeurs de
la vie des côtés opposés.
Intervention – l'intervention violente d'un ou plusieurs états dans
les affaires intérieures d'un autre.
Prolétariat – (latin-«pauvres ») – la classe ouvrière
personnellement libre, les employés pauvres (les prolétaires), qui
vendent leur force de travail - la capacité de travailler. Privé des
moyens de production, cela dépend entièrement de recrutement.
Thème 7. L’URSS en 1920-1940.
1. Le développement économique: la NEP (nouvelle politique
économique), l’industrialisation, la collectivisation.
2. L’instauration du régime totalitaire. Les particularités du
régime totalitaire soviètique.
3. La formation de l’URSS.
4. «La révolution culturelle»: les particularités du développement
spirituel.
1.Le développement économique: la NEP (nouvelle politique
économique), l’industrialisation, la collectivisation.La fin de la
guerre civile a provoqué la crise économique. En 1918 -1920 la
période de «communisme de guerre» qui avait les caractèristiques
suivants: la réquisition de céréales et d’autres produits agricoles des
paysans, la prestation de travail (c.a.d. tout le monde est obligé à
travailler juste les ouvriers ont gagné des tickets de rationnement), la
dénonciation des rapports de marché (la libération économique). Ces
méthodes ne pouvaient pas rétablir l’économie et contre eux
commencent les manifestations de masse: les grèves, les soulèvement
des paysans, le soulèvement des marins à Kronschtadt (1920-1921).
53
Par conséquent Lénine a remplacé en 1921 «le communisme de
guerre» de la nouvelle politique économique, qui a facilité
rapidement l’économie du pays.
La réquisation a été ramplacé par la taxe sur les surplus agricoles
(2 fois moins que la réquisation);la libéralisation économique, la
liberté de la propriété privée, le bail à ferme, le capital étrangère ont
été autorisé (le bail et la concession);la réforme monétaire et etc. Les
bolcheviks ont totalement controlé l’industrie, le transport, les
banques, le commerce extérieur. La NEP a contribué à surmonter la
crise économique. En 1924 il a complété la réforme monétaire qui a
contribué l’excédent budgétaire. Vers la fin de 1920 il y avait des
contradictions socio-économiques et politiques provoqués par la
NEP. Au milieu de 1920-1930 la NEP a connu 2 crises marqués par
la croissance de l’inégalité de richesse, du chomage, de la criminalité
ce qui a provoqué le mécontentement des travailleurs. En 1924
Lénine est mort. Staline a pris le puvoir dans le parti. Staline avec ses
ralliés croyaient que la NEP a joué son rôle et en 1927-1929 il a été
dénoncé.
En 1928-1930 Josef Staline a realisé son plan du développement
du pays: l’industrialisation et la collectivisation. Les plans ont été
élaboré pour 5 ans. Les buts de l’industrialisation pendant 19281941 étaient: la transformation de la Russie en pays agro-industriel;
la création d’un complexe militaro-industriel sans lequel il serait
impossible de préserver l’indépendance de l’URSS avant la Seconde
Guerre mondiale. Les sources pour l’industrialisation étaient le mode
d’économie; la réquisation de fonds collectifs; l’augmentation des
taxes et des prix, la vente de pain et de richesses culturelles à
l’étranger. A la fin de 1930 l’URSS était l’un de 3-4 pays qui étaient
capable de produire de tout type de produit et mis la 2ème place après
les Etats – Unis d’après le niveau industriel. La collectivisation a été
réalisé au domain agricol: les fermes collectives ont été établies qui
produisaient de grande quantités de produit agricol. L’état a reçu une
source de financement pour le développement de l’industrie mourde.
En été 1929 le gouvernement a engagé la collectivisation totale (la
création de fermes collectives sous la ménace de représailles). La
collectivisation a favorisé la vente des surplus agricols pour acheter
des machines et de materiels de l’étranger. D’autre part le niveau de
54
vie du peuple est diminué; en 1933 dans certaines régions il y avait
une grande famine.
La structure sociale est changée.C’était l’union de la classe
ouvrière, des paysans qui ont habité dans les fermes collectives et
travailleurs intellectuels. Formalement il a proclamé l’égalité de
toutes les classes et peuples soviètiques mais en réalité il y avait
toujours les differences ente les classes.Le résultat du développement
socio-économique de l’URSS en 1920-1930 était la création de la
société agro-industriel. En même teps il y avait le système de gestion
de commande administrative. Ses caractèristiques: la subordination
stricte, la centralisation, la repression de toute opposition.
L’industrialisation soviètique a été effectuée comme au XVIII siècle
– rapidement et par le grand nombre de sacrifices.
2.L’instauration du régime totalitaire. Les particularités du
régime totalitaire soviètique.1929-1939 – l’achèvement de la
formation du système politique en URSS qui a compris le Parti
communiste (la principale force politique de la société), les Congrès
dirigés par le Parti pour mener la dictature du prolétariat, les
organisations publiques (le Komsomol et etc) qui étaient les
instruments de l’influence du Parti sur les masses non-comunistes, les
autorités répressives, l’appareil de l’Etat de contrôle centralisé de
l’économie, les structures de la propagande et l’agitation.
À la base du nouveau système étaient les particularités
traditionnelles de l’Etat russe. Officielement la Constitution de 1936
a proclamé la victoire du socialisme, mais le socialisme de Staline
n’était pas le socialisme classique en théorie: le peuple n’avait pas ni
la propriété privée ni le pouvoir politique, l’exploitation de classe a
été remplacée par l’Etat, la démocratie parlementaire et la primauté
du droit ont aboli, le systèle totalitaire a été établi. Le totalitarisme est
le régime politique où l’état réalise le contrôle total dans toutes les
sphères de la vie sociale et dans la vie de la personne qui s’exerce par
la force et la violence. Les caractèristiques principales du
totalitarisme:1)La primauté absolue de l’état; l’état contrôle et
domine dans toutes les sphères;2)Le pouvoir absolu est dans les
mains du chef du Parti et le peuple est exclue de la vie politique;3)Le
monopole du pouvoir d’un seul parti de masse;4)L’idéologie d’Etat
unie qui soutient dans les masses la foi en justice du régime;5)Le
55
système
centralisé
du
contrôle
et
la
gestion
de
l’économie;6)L’absence totale de droits de l’homme;7)Il y a une
censure stricte sur tous les médias (il est interdit de critiquer les
autorités, l’idéologie);8)La police et les services secrets assurent le
contrôle sur le peuple et exercent les fonctions punitives.
L’instauration du totalitarisme en URSS ont contribué: le
développement économique accéléré, le contrôle gouvernementale de
l’économie, faible niveau de la vie de masses, la spécificité de la
culture politique. La particulatité du régime en 1930 était le
renforcement des organes punitifs. Les autorités supérieures avaient
la liberté illimitée. Dans ces circonstances le poste de Staline est
devenu majeur et donné le droit pour le pouvoir suprême. Basé sur le
système de police secrète Staline a commencé en 1935-1938 la
politique de «grande terreur». Ses objectifs: la lutte contre la
corruption et l’opposition. A cause de répressions ont souffert les
membres du Parti, l’armée, les savants etc. Les répressions de masse
ont désorganisé la vie du pays. A cause de répressions l’élite
politique du Parti a été presque changé par les personnes qui sont
fidèles personnellement à Staline. Par conséquent la prise des
décisions est finalement repris par Staline. Ce système politique est
surnommé le régime du pouvoir personnel de Staline (le totalitarisme
stalinien).En URSS le socialisme a passé les étapes suivantes:
1)1923-1934–la formation des idées de base;2)1935-1941-la
réalisation du modèle stalinien du pouvoir;3)1941-1945–
l’affaiblissment de répressions et du régime de Staline; 4)1945-1953le renforcement de la «ligne dure», le début de l’effondrement du
système.
Les résultats du totalitarisme stalinien sont ambigus. L’héritage
positif – la modernisation accélérée du pays; l’héritage négatif- le
nombre de victimes et pertes (les millions de vies, l’affaiblissement
du pouvoir, incapacité de la société à l’auto-développement).
3. La formation de l’URSS.Les causes de la formation de
l’URSS: 1)Dans toutes les républiques qui ont formé l'URSS il y
avait un seul parti politique- le parti des bolscheviks; 2)Les traditions
historiques, les relations économiques, politiques et culturelles entre
les républiques; 4)La défense commune contre les ennemis
extérieurs; 5)Les idées impériales des bolscheviks.
56
Le programme des bolscheviks sur la question nationale a contenu
beaucoup de contradictions: le droit de libre détermination des
peuples, la forme du gouvernement, la relation entre le centre et les
formations nationales, les questions de la culture nationale et etc.
Cependant, en été de 1920 il a commencé de reunir des républiques
soviètiques. Il y avait 2 plans principaux: l’idée de Staline
«d’autonomie» des républiques (l’affiliation des républiques
indépendantes dans la RSFSR en forme de l’autonomie) et l’idée de
Lénine sur la structure fédérale de l’état multinational (l’association
égale des républiques indépendantes qui ont délégué certains droits
en faveur des autorités centrales). La commission a adopté le plan de
Lénine qui a donné aux républiques la souvéraineté formelle.
Le 30 décembre 1922 le premier Congrès federal des Soviets a
adopté une Déclaration et le Traité de l’Union. Ils ont proclamé que
la RSFSR, l’Ukraine (la RSS de l’Ukraine), la RSS de Biélorussie et
la RSS Transcaucasienne s’unnissent pour un état unifié. L’URSS a
été crée comme une fédération de répubiques souveraines avec
l’entrée libre et le droit de sortir. L’union a reglé les questions de
politique étrangère, le commerce extérieur, de la défense, des
communications, etc. Le reste est consideré comme la responsabilité
des républiques. En 1924 l’Ouzbékistan et le Tadjikistan (qui était la
parti de l’Ouzbékistan) sont entrés dans l’URSS. Le Kazakhstan et le
Kyrgisistan faisaient partie de la RSFSR). Tadjikistan comme la
république alliée est entrée dans l’URSS en 1929, le Kazakhstan et le
Kyrghizistan –en 1936, l’Estonie,la Lituanie et la Lettonie – en 1940.
En 1936 la RSS Transcaucasienne s’est divisées en 3 républiques
soviétiques–la Géorgie, l’Arménie et l’AzerbaÏdjan. Ainsi, les
bolscheviks ont rassemblé la plupart des régions de la Grande
Empire.
Le 31 janvier 1924 le Seconde Congrès des Sovièts a adopté la
première Constitution de l’URSS. La formation de l’URSS a renforcé
le régime communiste et a augmenté le pouvoir de l’Etat.
4. «La révolution culturelle»: les particularités du
développement spirituel.La politique de dirigeants soviétiques dans
le domaine de la culture dans les années 1920 – 30 est appelé
«révolution culturelle». Son objectif principal était l’affirmation de
l’idéologie communiste comme l’idéologie officielle de la société
57
soviétique. Le contenu de cette politique: 1) la liquidation de
l'analphabétisme; 2) la création d'un nouveau système de l'éducation
nationale; 3) la transformation de sciences humaines, de la littérature
et de l'art dans un moyen de propagande idéologique; 4) le
développement de la science et l'utilisation de la science dans la
pratique; 5) La mise en place d'un nouveau cadre, les intellectuels
«prolétariens». Cependant, la tâche principale était d'éduquer le
"nouveau" homme - un dévot du constructeur du communisme. Il a
été introduit l’éducation primaire obligatoire (4 ans). Pour améliorer
la formation du personnel le gouvernement a crée le système de
l’éducation professionnelle: les écoles techniques, des cours et clubs
pour développer l'alphabétisation technologique. Des mesures ont été
prises pour le développement du système d'enseignement secondaire
et supérieur. S’est élargi le système de l’enseignement supérieur. Le
travail s'est poursuivi par la création de centres de recherche,
développé à l'initiative de la science, en particulier la physique (P. L.
Kapitza, А. F. Joffé, I. S. Kourtchatov, G. N. Flerov, A. G.
Alikhanov etc.) et la chimie (S. S. Lebedev).
Depuis la seconde moitié des années 20 de la littérature et de l'art
ont été considérés comme l'un des moyens de l'éducation communiste
et l'éducation des masses. Le nombre d'associations littéraires ont
augmenté. Ils ont tenu leurs congrès, ont eu des organes de presse.
La réglementation de la création artistique retenait, mais ne s'est
pas arrêtée le développement de la littérature, de la peinture, de
théâtre et de la musique. Au tournant des années 1920 - 30 dans la
littérature et les arts, est apparue la nouvelle génération de poètes,
compositeurs. Cette époque est marquée par l’augmentation de
l’intêret sur le passé historique et culturel du pays. En 1937 le pays a
célébré le centenaire de la mort de Pouchkine. Les films sur les
thèmes historiques étaient très populaire («Alexandre Nevsky»
réalisé par Sergueï Eisenstein, «Pierre le premier» V.M. Petrov,
«Souvorov» V.I. Poudovkine, etc.).
L'industrialisation de la fin des années 1920-début des années
1930 a contribué au développement urbain de masse et la mise en
place de l'architecture soviétique. Près des colonies des travailleurs
de l'usine ont été construits avec un système de services culturels et
58
communautaires, les écoles et les institutions, palais de la culture, les
clubs de travailleurs, et des vivats.
Les architectes ont cherché à créer de nouvelles formes
architecturales qui sont conformes aux objectifs de la construction
d'une nouvelle société. Le désir de création des villes d'une nouvelle
vie, des jardins, conduit dans de nombreux cas de pertes importantes.
Pendant les travaux de construction, ont été détruit des monuments
historiques et culturels. Une nouvelle méthode créative a été formée –
«le réalisme socialiste». Pendant la Révolution culturelle, tous les
domaines de la culture ont été soumis au contrôle du parti et du
gouvernement, politisé et idéologisé. Il y avait de nombreux
intellectuels soviétiques, qui a travaillé sous le contrôle strict du
PCUS (b) et de la sécurité de l'Etat. Les aspects positifs de la
Révolution culturelle: l'élimination de l'analphabétisme, les grandes
masses d'introduction aux valeurs culturelles, l'émergence du
phénomène de la culture soviétique. Lors de cela
l'idée typique
d'une société traditionnelle a été préservé: le collectivisme,la
déification des leaders (culte de la personnalité), la croyance dans le
«brillant avenir», pour construire une société communiste.
Les questions du contrôle:
1. Quel était le sens de la NEP?
2. Quels étaient les objectifs du développement économique du
pays en 1920-1930?
3. Nommez et décrivez les caractéristiques essentielles du
mécanisme économique soviétique qui a émergé avant la guerre.
4. Qu’est-ce qu’il est «le culte de la personnalité»? Quel est le
rapport avec les valeurs de la société traditionnelle?
5. Comparez les plans de Lénine et Staline sur la formation de
l’URSS. Qu’est-ce qu’ils ont en commun et quelles sont leurs
differences?
Vocabulaire historique.
Autoritarisme - le système du pouvoir politique, détruisant les
principes démocratiques et établit le pouvoir absolu d'un individu
(autoritaire). Il est basé sur la centralisation complète du pouvoir,
l'obéissance aveugle, atteint l'endoctrinement de l'opinion publique à
l'appui des autorités.
59
Collectivisation - la réforme de l'agriculture en URSS à la fin des
années 1920 et au début de 1930. La création des fermes collectives
(kolkhozes)réalisée par les méthodes forcées, accompagnées de
l'élimination des exploitations individuelles avec l'utilisation des
répressions de masse.
Culte de la personnalité de Staline - l'exaltation de la
personnalité de Staline par les médias dans des œuvres d'art, la
culture, la science et la vie sociale.
Industrialisation - le processus de création de production de la
machine à grande échelle dans l'industrie et d'autres secteurs de
l'économie à la croissance des forces productives et la reprise
économique. En URSS, il a tenu à la fin des années 1920, sur la base
de la priorité de l'industrie lourde.
Koulaks - la catégorie des paysans riches qui ont utilisé le travail
salarié.
Prodnalog (l’impôt en nourriture) – introduit en 1921 au lieu de
l'excédent,était le début de la NEP. Sa taille a été fixé à semis de
printemps, en fonction de la prospérité de l'économie. Le surplus est
autorisé à vendre.
Prodrazviorstka (la réquisition) – un système de stockage
agricole dans la période du «communisme de guerre» (1918-1921).
La soumission obligatoire des paysans à l'état à prix fixe toute
l'excédent de céréales et d'autres produits.
Révolution culturelle - une révolution dans le développement
spirituel et culturel de la société, l’idéologisation de la culture.
Socialisme – (latin – «public») – une doctrine, qui proclame la
justice sociale, la liberté, l'égalité, la solidarité, la démocratie, la
pleine utilisation des valeurs humaines.
Totalitarisme – (latin – «Intégralité, l'exhaustivité») – 1. Un
système politique qui vise à compléter le contrôle (total) sur toute la
vie de la société dans son ensemble et sur la vie de chaque individu;
2. Le régime de pouvoir personnel ou un petit groupe. Se differe par
la politisation de tous les domaines de la vie publique, l'exclusion
complète et la subordination du citoyen à l'Etat.
Thème 8 . L’URSS pendant la Seconde Guerre mondiale (la
Grande Guerre patriotique).
1. Les relations internationales à la veille de la guerre.
60
2. Les causes de la guerre. Les plans et les objectifs des
paricipants.
3. Le cours de la guerre: les étapes, les batailles principales. Les
alliés de l’URSS sur la coalition anti-hitleriènne.
4. Les résultats et les conséquences de la guerre.
1. Les relations internationales à la veille de la guerre.La
situation internationalle au début des années 1930 était très
compliquée. En 1933 en Allemagne les nazis ont pris le pouvoir et
commencé à violer des termes du Traité de Versailles. L’URSS
essaie d’organiser le système collectif de réponse contre ces
violations dans les cadres de la Société des nations. La Grande
Bretagne et la France mènent une double politique. D’une part ils ne
veulent de renforcer l’Allemagne comme un concurent possible,
d’autre part ils ont soutenu l’Allemagne dans ses intentions
intensives. Leur envie était de retirer la menace militaire de leurs
pays et de le transmettre à l’Est.
Cela a contribué au renforcement de l'agresseur, l'augmentation de
ses possibilités techniques. En 1936-1937, s'est formée le pacte antiKominterne, composé de l'Allemagne, le Japon et l'Italie. Leurs
principaux adversaires - l'Angleterre, la France, l'URSS, les ÉtatsUnis n'ont pas pu surmonter de partager leurs divergences de vues et
de former une telle alliance. Le résultat était les événements de 1938:
L'Anschluss de l'Autriche et «L’Accord de Munich», daprès lequel
une partie du territoire de la Tchécoslovaquie se transmettait à
l’Allemagne. La situation sur les frontières orientales était tendue, où
le Japon (un allié de l'Allemagne), par les activités activement
agressifs, est entré dans la bataille avec les troupes soviétiques (Lac
Khassan, la bataille de Khalkhin Gol).
Dans ces conditions, l'Union soviétique a intensifié les contacts
avec l'Allemagne. La direction soviétique a cherché à utiliser les
contradictions entre les principaux pays occidentaux, l'Union
soviétique a tenté d'éviter de participer à une guerre majeure dans une
situation désavantageuse. Le 23 août 1939 a été conclu le "pacte de
non-agression" pendant 10 ans entre l’URSS et l’Allemagne avec le
protocole secret sur la répartition des «sphères d'influence» en
Europe. Les effets positifs de la conclusion du traité pour l'URSS
étaient de retarder le début de la guerre.
61
Les effets négatifs étaient dans l’abaissement de l'autorité
soviétique et la réception d'une frontière commune avec l'Allemagne.
Les plus grands avantages de ce traité sont reçu par l’Allemagne. Le
1 Septembre 1939, l’Allemagne a lancé une attaque contre la
Pologne. La Seconde Guerre mondiale a commencé.
2.Les causes de la guerre. Les plans et les objectifs des
paricipants.L’auteur de la guerre était l’Allemagne avec ses alliés.
Les causes de la guerre sont: la volonté de l'Allemagne de dominer
au monde, la redistribution des sphères d'influence, l'expansion de la
frontière en raison de la conquête d'autres peuples; la politique de
« pacification de l’agresseur» par les puissances occidentales, visant
à promouvoir les objectifs agressifs de l'Est; l'évaluation de la
puissance militaire de l'Union soviétique comme faible par Hitler;
les contradictions idéologiques du socialisme et du capitalisme;la
richesse de ressources de matières premières.
En 1940 les Allemands ont élaboré le plan de l'attaque Allemande
contre l'Union Soviétique, appelé «le plan de Barbarossa». Selon ce
plan, les forces allemandes (la wehrmacht) ont été divisés en trois
groupes d'armées: «Nord», à Léningrad, le «Centre» à Moscou et du
«Sud» de Kiev. On envisage de commencer la guerre en mai 1941, et
jusqu'à l'arrivée du temps froid pour capturer la capitale et toute la
partie européenne de la Russie. Cette stratégie a reçu le nom de
«blitzkrieg» (guerre éclair). Simultanément ils ont élaboré le plan de
«l'Est», qui a exposé en détail le programme de l'esclavage et de la
colonisation des peuples de l'URSS. La guerre à l’Est, dès le début,
devait être accompagnée d’une destruction massive de la population
civile, qui, selon les théories fascistes, est considéré comme
«racialement inférieurs».
Ainsi, en Allemagne, la guerre était agressive, pour l’URSS c’était
la guerre pour la libération. Ce fut la Grande Guerre patriotique du
peuple soviétique pour la liberté et l'indépendance de leur pays.
3. Le cours de la guerre : les étapes, les batailles principales.
Les alliés de l’URSS sur la coalition anti-hitleriènne. Le 22 juin
1941 l’Allemagne avec ses alliés de façon inattendue a commencé la
guerre. Dals l’étape initiale de la guerre (de défense): le 22 juin
1941 – 19 novembre 1942 le gouvernement a pris les mesures de la
lutte contre l’ennemi. Le slogan «Tout pour le front, tout pour la
62
victoire!» est devenu la loi de la vie du pays. Une réorganisation des
organes de contrôle a touché tous les niveaux. Il était formé les
groupes de milice populaire, organisé des groupes de la réistance
dedans le front d’ennemi (les groupes de partisans). Toute l'économie
a été convertie à la production militaire, a été créé le Conseil de
l'évacuation. Jusqu'à la fin de 1941 l'Oural ont été transportés 10
millions d’habitants, plus de 1500 grandes installations industrielles.
Les principales actions de guerre: la défense de la forteresse de
Brest, de Smolensk, le début du blocade de Léningrad, la bataille de
Moscou, une offensive au Caucase, la défense de Stalingrad. Dans
cette période, l'Allemagne possédait entièrement de l'initiative
stratégique. L'Armée rouge a été contraint seulement de réagir aux
actions de l'adversaire. Cette période a été caractérisé par une chaîne
de grandes défaites et de grandes pertes des ressources humaines et
de terres de l'URSS. Dans les premiers mois de la guerre l'armée
soviétique a été forcé de se retirer. Les raisons ont été: la supériorité
de l'Allemagne à la puissance humaine et de l'équipement de combat,
les erreurs du gouvernement soviétique, les représailles de l'armée
Rouge.En décembre 1941, le commandement soviétique a organisé
une contre-offensive des troupes soviétiques de Moscou. En
conséquence, a réussi à empêcher la capture de Moscou, de
contrecarrer les plans de Hitler sur la «guerre éclair», d'infliger la
première défaite des troupes allemandes,et ont montré l’augmentation
de moral et le moral de l'armée Rouge, d'empêcher l'entrée en guerre
le Japon et la Turquie contre l'URSS.Après la victoire de Moscou,
Staline a mal évalué les plans de commandement allemand. En été
1942, les allemands ont réussi à atteindre la Volga.
La seconde période de la guerre – une période de changement
radical. Le 19 Novembre 1942 – 1943 le passage de l’ initiative
stratégique au commandement soviétique. Le 19 novembre 1942 – le
2 février 1943 les troupes soviétiques ont encerclé et détruit les
troupes fascistes à Stalingrad. En Décembre 1942 – Mars 1943, les
Allemands ont été chassés du Caucase du Nord et du Kouban. Le 18
janvier 1943 le blocus de Leningrad est brisé qui a élaboré la
libération du territoire de l'URSS. Du 5 Juillet à 23 Août, 1943 a eu
lieu la bataille de Koursk, qui a accompli un changement radical.
Après l'échec de l'offensive allemande d'été en 1943 à Koursk
63
l’initiative stratégique finalement a pris par l'Armée rouge. Il était
libérée une partie importante du territoire soviétique occupé par les
Allemands. La période est également marquée par de grands succès
au sud du front germano-soviétique à un succès modéré dans le
centre et le nord.
Des progrès significatifs ont été réalisés à l'arrière. Pour la
deuxième moitié de 1942 il a réussi à créer un complexe militaroindustriel, principalement en raison des montagnes de l'Oural, qui
produisent plus d'armes et de l'équipement que l'Allemagne et ses
alliés. L’étape finale (la libération): 1944-9 mai 1945 comprend les
étapes suivantes:1) la libération complète du territoire de l'URSS.
L’événemant principal est l'élimination du blocus de Leningrad (27
Janvier 1944).2) en Avril-Mai, Odessa et la Crimée ont été libérés.
3)en Juin - Août a passé l’opération en Biélorussie («Bagration»),
dans laquelle cette république a été libéré. En outre, la période a été
caractérisé par le transfert des hostilités avec l'URSS en Europe
orientale et en Allemagne elle-même. Les troupes soviétiques au-delà
de ses frontières. 4)Le 16 Avril, 1945 a commencé l'opération de
Berlin, qui a fini par la chute de Berlin le 2 mai et la capitulation de
l'Allemagne le 8 mai. 5)Du 6 au 11 mai les troupes soviétiques ont
mené une opération de Prague, est venu à l'aide de Prague insurgé.
Les principales batailles de la Grande Guerre patriotique:
• La défense de l'Arctique (29 Juin, 1941-1 Novembre, 1944);
• La bataille de Moscou (30 Septembre 1941-20 Avril 1942);
• Le Siège de Leningrad (8 Septembre 1941-27 Janvier 1944);
• La bataille de Stalingrad (17 Juillet 1942 - Février 2, 1943);
• La Bataille pour le Caucase (25 Juillet, 1942-9 Octobre, 1943);
• La bataille de Koursk (5 Juillet - 23 Août 1943);
• La Battaille pour l’Ukraine de la rive droite (24 Décembre 194317 Avril 1944);
• L’opération en Biélorussie (23 Juin - 29 Août 1944);
• L’offensive au Baltique (Septembre 14 - Novembre 24, 1944);
• L’Opération à Budapest (29 Octobre 1944-1913 Février 1945);
• L'opération Vistule-Oder (12 Janvier - 3 Février 1945);
• L’offensive de Prusse-Orientale (13 Janvier - 25 Avril 1945);
• La Bataille de Berlin (16 Avril - 8 mai, 1945).
64
Les principaux alliés de l'URSS et de la coalition anti-hitlérienne
ont été les États-Unis et le Royaume-Uni. Le développement des
relations se passaient sur plusieurs fronts. Tout d'abord, c'est la
création et le fonctionnement de la coalition, la coordination des
activités communes. À cette fin, plusieurs conférences ont eu lieu à
Moscou, 1941, Téhéran en 1943, en Yalta et de Potsdam en 1945).
La première réunion des «Trois Grands» (J. Staline, W. Churchill, F.
Roosevelt) a eu lieu à Téhéran, le 28 novembre 1943, où a été
adoptée la Déclaration sur l'action conjointe dans la guerre et après la
guerre, a également décidé d'ouvrir un second front au plus tard en
mai 1944, le 6 juin 1944 a ouvert un deuxième front dans le nord de
la France. En février 1945, a eu lieu la conférence d’ Yalta. Un
accord a été conclu sur l'occupation des zones en Allemagne, sur le
châtiment des criminels de guerre nazis, sur les réparations
allemandes, de la création de l'ONU et de sa structure, sur les
frontières orientales et occidentales de la Pologne, à propos de
l'entrée de l'URSS dans la guerre contre le Japon.
Du 17 Juillet à 2 Août 1945 à Potsdam a eu lieu la réunion des
alliés. Les décisions ont été prises: le désarmement de l'Allemagne,
l'élimination de son industrie militaire, l'interdiction des
organisations nazies, la démocratisation du système social. La
question des réparations a été réglée, la division de la marine
allemande et de la flotte marchande. L’URSS a gangé la Prusse
orientale avec la ville de Königsberg (Kaliningrad).
Deuxièmement, il était une aide économique et militaire dans le
cadre du contrat de prêt-bail. L’URSS a reçu des chars américains,
des avions, des bateaux, des armes à feu et d'autres armes, ainsi que
la nourriture et les aliments. La période principale
d'approvisionnement - 1943 - 1945. Le volume total des livraisons 4% du produit en URSS.
4. Les résultats et les conséquences de la guerre.Le 2 septembre
1945 La Seconde Guerre mondiale a fini. Au cours de la Seconde
Guerre mondiale ont participé 61 pays avec une population de 1,7
milliard, a tué de 50 millions de personnes. L'Union soviétique a fait
la contribution décisive à la défaite du fascisme. C’est l'Union
soviétique portait le poids de la lutte contre l'Allemagne nazie en
payant un prix énorme pour la victoire - plus de 30 millions de morts.
65
Sur le front de l'Est, il a été détruit 70-80% de la main-d'oeuvre, les
chars, les avions, l'artillerie et d'autres équipements en Allemagne et
ses alliés. La principale force qui a assuré la victoire sur le fascisme,
était le peuple soviétique et leur combat. La victoire de l'URSS et de
la coalition anti-Hitler sur le fascisme allemand et le militarisme
japonais durant la Seconde Guerre mondiale a été une signification
historique mondiale. Le principal résultat de la guerre pour l'Union
soviétique étaient: la préservation de l'indépendance nationale et
l'intégrité territoriale; la croissance de son autorité internationale;la
création du système socialiste mondial;la transformation de l'URSS
en une puissance mondiale.
La lutte contre le fascisme a conduit à la conception d'une alliance
entre l'URSS, Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Après la guerre, a
été créée, l’Organisation des Nations Unies (l’ONU). La Charte de
l’ONU contient les principes les plus importants du droit
international: le développement des relations amicales entre les
nations fondées sur le principe de l'égalité des peuples, la noningérence dans les affaires intérieures des autres Etats, la résolution
des différends internationaux par des moyens pacifiques.
La structure géopolitique du monde a changé, devenant bipolaire.
L'alignement des forces de rôle principal Est-Ouest est maintenant
détenue par les États-Unis et l'Union soviétique. Les puissances
occidentales ont été contraints de reconnaître l'influence dominante
de l'Union soviétique en Europe de l'Est, mais en même temps
cherché à "faire reculer le communisme", la création d'une «zone
sanitaire» autour des frontières des bases militaires soviétiques et des
unités de combat. La période de coopération entre les pays de la
coalition anti-hitlérienne a été remplacée par une période de «la
guerre froide» – une confrontation, la course aux armements, la
confrontation idéologique dure politique et économique entre les
deux systèmes.
Les questions du contrôle:
1. Quelle est l'essence de la politique étrangère de la direction
soviétique à la veille de la Seconde Guerre mondiale?
2. Indiquez la valeur et les conséquences de la conclusion d'un
«Pacte de Molotov – Ribbentrop».
66
3. Quel était la valeur de la victoire de l'armée Rouge à
Moscou?
4. Évaluer le rôle du mouvement des partisans pendant la
guerre. Décrivez les principales actions des groupes de guérilla.
5. Quel est le «prêt-bail»? Caractérisez l’aide des alliés.
6. Quels sont les résultats et le prix de la victoire pour l'URSS
dans la Grande Guerre patriotique?
Vocabulaire historique.
«Bagration» – une vaste opération offensive des troupes
soviétiques sur le territoire de la Biélorussie, finie par l'exonération
de la république de troupes allemandes.
«Barbarossa» («Blitzkrieg»/guerre éclair) – les attaques
militaires du régime et la capture rapide des armées d’Hitler en URSS
pendant la Seconde Guerre mondiale.
Blocus – les actions visant à isoler un objet en supprimant ses
relations extérieures.
Changement radical - l'étape de la Grande Guerre patriotique,
associée à la transition de l'initiative stratégique pour les troupes
soviétiques.
Fascisme – ( latin- association) – un mouvement politique antidémocratique qui est née après la Première Guerre mondiale en Italie
et en Allemagne, et plus tard dans les autres pays. En utilisant de
mesures extrêmes de violence, le nationalisme, la démagogie, la
militarisation de l'économie, le processus de l'opinion publique a
établi une dictature terroriste ouverte. Il a commencé la Seconde
Guerre mondiale, qui a été rejetée.
«Les Trois Grands» – l'union des trois pays: l'URSS, les EtatsUnis et le Royaume-Uni, pour lutter contre l'Allemagne dans la
Seconde Guerre mondiale, «la coalition anti-Hitler».
«Ost» – un plan de l'Allemagne de coloniser le territoire de
l'Europe de l'Est et la partie européenne de l'URSS, ainsi que la
destruction massive de la population locale.
Partisans – des personnes qui participent volontairement à des
opérations militaires pour la liberté et l'indépendance de leur pays,
dans les territoires occupés par l'ennemi.
«Uranus» – le nom de code pour les opérations de contreoffensive des troupes soviétiques à Stalingrad.
67
Thème 9. L’URSS après la guerre.
1. L’URSS en 1945-1953: le renforcement de l’économie. «La
guerre froide».
2. Le «Dégel» de N. S.Khrouchtchev.
3. L'ère de la «stagnation» de L.I. Brejnev
4. La «Restructuration» de M. S. Gorbatchev.
5. L'effondrement de l'Union soviétique: causes et
conséquences.
1. L’URSS en 1945-1953: le renforcement de l’économie. «La
guerre froide».L'ampleur de la dévastation après la fin de la Seconde
Guerre mondiale en URSS était si grande que les experts étrangers
ont estimé que notre pays prendra au moins 25 ans pour la
restauration de l'économie nationale sous la condition de l'aide
financière de l'extérieur. Les perspectives de reprise de l'économie et
de développer davantage l'économie du pays a identifié le quatrième
plan quinquennal adopté par le Soviet suprême de l'URSS en Mars
1946, la priorité a été le développement prioritaire de l'industrie
lourde au détriment de l'agriculture, avec une large utilisation des
méthodes de gestion de commande administratif. La tâche difficile de
l'Union soviétique a décidé de reconstruire l'économie des ressources
nationales, et des recettes en partie externes (réparations, dont notre
pays a reçu de l'Allemagne, la Hongrie, la Roumanie et la Finlande,
l'équipement, le matériel et la documentation technique). Cependant,
l'efficacité de l'équipement de réparation résultant est faible. La
condition de base pour le succès de la reprise de l'économie a été
l'œuvre du peuple soviétique dans les années d'après-guerre. La joie
de la victoire, l'espoir d'une vie meilleure a donné aux gens la
confiance et la force. Les gens ont travaillé manuellement, vaincre la
faim et le froid. Souvent, ces travaux ont été effectués gratuitement.
Parmi les exploits remarquables de migrants du travail désigne la
récupération des mines du Donbass de charbon. Une partie
importante de la relance de l'industrie, a été la restauration des
centrales et des réseaux électriques. En conséquence, la production
industrielle par le milieu de 1948 a été en grande partie restaurée.
Cependant, les choses allaient mal dans le domaine de
l'agriculture. Le gouvernement a réalisée la consolidation des fermes
collectives et réduit les agriculteurs du secteur privé. Le montant des
68
livraisons obligatoires aux fermes collectives de l'Etat a été
augmenté, et le prix d'achat au cours de laquelle le gouvernement a
acheté les produits des fermes collectives, étaient très faibles et ne
couvre pas ses coûts. Le résultat a été une forte dégradation de la vie
des fermiers collectifs et les populations rurales se déplacer vers les
villes et sur les bâtiments du pays.
Dans le cadre de la réforme sociale a été annulé le système de
carte, il a rétabli l'éducation de 7 ans obligatoire, système de
traitement de sanatorium, a présenté des allégements fiscaux aux
personnes handicapées. En même temps il y avait un durcissement du
régime politique et le renforcement du contrôle idéologique au
domaine de la science et de l'art. Le régime a développé de nouvelles
répression ( «l’affaire des médecins», «l'affaire de Leningrad», essais
de groupes de jeunes, en essayant de comprendre et de repenser
l'idéologie marxiste).
Retour à l'avant-guerre "ligne dure" a également été associé au
début de la période de «guerre froide», de la confrontation
idéologique et politique entre l'URSS et les Etats-Unis. L'URSS et les
puissances occidentales passaient
de la coopération à la
confrontation croisés, en essayant par tous les moyens d'étendre son
influence dans les pays d'Europe du Sud-Est et centrale, et plus tard
dans d'autres régions du monde.Ces mesures ont commencé à susciter
des doutes dans l'esprit des gens quant à l'exactitude des politiques du
parti et de Staline.
2. Le «Dégel» de N. S. Khrouchtchev.Le 5 mars 1953 Staline est
mort. Immédiatement après sa mort, a eu lieu le Plenum du Commité
central, où les portefeuilles dans le gouvernement et le parti ont été
distribués. Le Président du Conseil des ministres est devenu GM
Malenkov. Son premier adjoint a été nommé Beria. L'appareil du
parti, maintient la position dominante dans la société, dirigée par
Khrouchtchev, qui, en Septembre 1953, après l'arrestation de Beria,
est devenu le premier secrétaire du PCUS. La nouvelle direction a
pris un certain nombre de mesures visant à rétablir les règles
élémentaires du droit. Un certain nombre de processus politique a été
terminés. De nombreux prisonniers ont été libérés. La presse publiait
des publications sur les méfaits du culte de la personnalité, il a été
révisé "L’affaire de Léningrad" (le tir du parti de Leningrad et
69
dirigeants économiques en 1949), pour laquelle la peine a finalement
été abolie en avril 1954. Il a été autorisé à se rendre sur le territoire
du Kremlin librement. Ainsi, il y a eu une politique de déni des
manifestations du totalitarisme et de la démocratisation de la société
soviétique.
Un événement important est devenu le XX-ème congrès du
PCUS. Le congrès a eu lieu en février 1956 avec le rapport «sur le
culte de la personnalité et de ses conséquences» de
N.S.Khrouchtchev. Cependant, dans son rapport n’a critiqué que les
défauts personnel de Staline. Les causes de l'échec et des
inconvénients sont expliqué par la présence du capitalisme dans les
pays voisins et de la difficulté de la construction du socialisme dans
un seul pays. La direction du parti, sans abandonner l'idéologie
communiste, l'entière responsabilité de la répression dans le pays a
confié à Staline, Béria et de Yezhov. Les décisions du congrès sont
devenus le début de la démocratisation dans le pays. Le règne de
Khrouchtchev a été comparé au «Dégel». Cependant, l'attitude à
ceux qui ont exprimé un désaccord avec la ligne du parti, il était
toujours difficile et puni. Au cours de ces années, il a été érigé un
mur de béton, en divisant Berlin en deux parties.
Dans le plan du développement des relations internationales a été
formulée une position importante sur la nécessité de la coexistence
pacifique des états différents socio-politiques, les systèmes, et le
passage à la compétition économique entre l'Orient et l'Occident.
Cependant, au cours de mêmes années, l'antagonisme entre l'URSS et
les États-Unis ont atteint un tel degré qui a mis le monde au bord de
la guerre nucléaire (crise des missiles de Cuba de l'automne 1962).
A l'initiative de Khrouchtchev la direction du Parti a formulé la
tâche – pour rattraper et dépasser les pays capitalistes avancés dans
les indicateurs économiques. À cette fin, il a eu lieu la réforme de la
gouvernance économique. Au lieu de cela, les ministères existants
ont été créés les conseils de l'économie nationale (conseils
économiques): système de gestion industrielle centralisée basée sur le
principe sectoriel, éliminé et remplacé par un contrôle territorial
(local). Cependant, dans la pratique, ceci a conduit à une
augmentation d'une unité de gestion. Au cours des années 1950 de la
direction du pays a reconnu l'importance de la révolution scientifique
70
et technologique. En URSS, la première centrale nucléaire du monde
est apparu, brise-glace à propulsion nucléaire "Lénine", hydroptères,
a lancé le premier vol spatial de satellite en 1957; le premeir vol de
l'homme autour de la Terre par Youri Gagarine (12 Avril 1961). Au
cours de ces années, d'énormes gisements de pétrole et de gaz ont été
découverts, d'autres ressources minérales en Sibérie occidentale. Un
cours sur l'orientation sociale de l'économie a été prise:
l'augmentation de la production alimentaire, les biens de
consommation de masse. Il y a une croissance de l'économie
soviétique, cependant, ce processus a été sur une base étendue, en
attirant un grand nombre de matières premières, de l'énergie et des
ressources humaines.
Les réformes dans le domaine social avait le caractère positif. À la
fin des années 1950 il y avait l'augmentation des salaires, la
réduction de l'âge de la retraite. Une attention particulière a été
accordée à la construction de logements, 54 millions des gens ont
reçu un nouvel appartement, il y avait l'industrialisation de la vie, il a
élargi la portée des services. La réforme de l'éducation a été réalisée.
La durée de l'étude dans les écoles secondaires a été porté à 11 ans, a
annulé l'éducation séparée pour les garçons et les filles, ainsi que les
frais de scolarité au lycée.
Cependant, la plupart des réformes ont été mal conçues et
réalisées non pas par des méthodes économiques et politiques (sous
la forme de commandes), "campagne de maïs", "campagne de
viande», le développement des terres vierges et en friche. Par
conséquent, a commencé la pénurie de produits alimentaires de base
(pain, lait, viande), en 1963 l'Union soviétique a commencé à acheter
de la nourriture à l'étranger.
En conséquence, la crudité et l'incohérence des nombreuses
réformes du mécontentement étendu à tous les couches de la
population commencés par les travailleurs (Novotcherkassk, 1962).
À la suite de la conspiration au sein du parti dont les participants
étaient Leonid Brejnev, A.N.Shelepin, M.A.Suslov et etc.,
Khrouchtchev a été écarté du pouvoir à l'automne de 1964. Après le
déplacement Khrouchtchev le Premier secrétaire du Comité central
du Parti a été élu Leonid Brejnev. Qu'il était l'un des initiateurs de la
conspiration du parti et Khrouchtchev.
71
3. L'ère de la "stagnation" de L.I. Brejnev. Pendant son séjour
de Brejnev au pouvoir le rôle du parti était le plus élevé de l'Etat. Les
organes du parti ont reçu des droits étendus de contrôle sur les
activités des différents niveaux de l'administration. En 1966, Brejnev
a obtenu le poste de secrétaire général du PCUS. Dans la même
période A.N. Kossyguine (le Président du Conseil des Ministres de
l’URSS) a réalisé des réformes économiques importantes. Il a essayé
de développer certains éléments de l'économie de marché, tels que les
incitations financières des travailleurs. La base de la réforme était le
calcul économique, qui a transféré l'industrie de l'entreprise. Ils ont
obtenu le droit de laisser une partie de leur revenu, puis les
distribuer parmi le collectif sur les incitations financières, les besoins
sociaux, culturels et familiaux des travailleurs. Les conseils
économiques et reconstruit le système de gestion de l'industrie sous
forme de ministères. La réforme économique a commencé en janvier
1966. Dans les premières années de la huitième plan quinquennal
résultats positifs ont été obtenus. Le volume de la production
industrielle a augmenté au cours de cette période de moitié. À la fin
de 1960 la réfomre économique a commencé à décliner, il a ralenti le
système de commandement administratif, le monopole de la
planification et de l'industrie totale.
Les réformes du milieu des années 1960 ont touchés et
l'agriculture. Les résidents ruraux propriétés fermes ont été retournés,
sélectionnés ou sévèrement restreints dans la période Khrouchtchev.
Avec les fermes collectives ont été écrites les dettes, l'augmentation
des prix d'achat, sont fixés pour la remise de l'état de la production de
plans d'allocations. Cependant, d'énormes quantités d'argent investies
dans l'agriculture, ont dépensé inefficacement et compte tenu de la
faible croissance de la productivité du travail dans le secteur agricole.
achats de produits alimentaires à l'étranger ont continué.
L'économie s'est développée extensivement. Presque tous les
secteurs de l'économie taux de croissance de la productivité, de la
production se rapprochent de zéro. L'Union soviétique a fortement
pris du retard sur les principaux pays du monde sur la mise en œuvre
dans la production des progrès scientifiques et techniques. Dans la
période des années 1970 et début des années 1980 dans le pays il y
avait un mécanisme de freinage, de l'acier fortement augmenter la
72
stagnation. Le pays a peu à peu grandi, un déficit de produits
industriels et alimentaires. La visibilité de bien-être a été créé
«pétrodollars», depuis 1973, on voit la croissance des prix du pétrole
et du gaz sur les marchés mondiaux. Tout ce qui était nécessaire,
mais manqué dans le pays, il a été achetés à l'étranger. Le décalage
technique s'accroissait.
La politique intérieure de l'époque de la stagnation était
conservatrice: la critique de Staline était interdite,il a arrêté le
processus de réadaptation, la pression de l'état sur la société a
augmenté Dans la nouvelle Constitution de 1977 il a été
officiellement fixée le rôle du parti dans la vie de la société (l’article
№6). Le contrôle sur la société a passé à la classe des gouverneurs
(la nomenclature), doté d'énormes privilèges, sans principes moraux,
souvent lié à une «économie souterraine». Simultanément s'intensifie
idéologique de la propagande, dont le contenu se répandait avec la
vie réelle. Par conséquent, l'ère de stagnation est surnommée – «le
temps des doubles standards». Depuis le milieu des années 1980, il
est devenu connu comme une période de vingt ans de «stagnation».
Les dirigeants de cette époque ont préféré parler de «stabilité». «La
confiance dans l'avenir», a été considéré comme une réalisation
majeure du système soviétique.
En 1970-s. il est apparu des dissidents et des mouvements de
droit de l’homme, dirigé contre les violations des droits de l'homme
contre les phénomènes totalitaires dans l'économie, la politique et le
droit. Le pays est objectivement nécessaire des réformes sérieuses et
radicales, et dans la société soviétique aux années 1980 est apparue la
compréhension de la nécessité d'un changement.
4. "Perestroika" (la reconstruction) de Gorbatchev. En Mars
1985, le Secrétaire général était un jeune et énergique Mikhaïl
Gorbatchev. Il n’avait pas du programme de réforme préparé à
l'avance. Les réformes commencées en mars 1985 avaient le même
caractère comme avant. Elles ont été considérées comme socialistes
et ont été dirigées vers l'amélioration du socialisme, l'élimination des
facteurs négatifs dans le développement de la société et la création
d'un mécanisme d'accélération qui faciliterait l'avancement rapide du
pays sur les moyens de développement du socialisme. Au Plenum du
Comité central du PCUS en avril 1985il était prévue bien sûr sur
73
l'accélération du développement socio-économique le développement
de l'URSS, qui a été supposé dans cette utilisation active de la
science et de la technologie, la mise en œuvre de la décentralisation
dans la gestion de l'économie nationale, l'expansion des droits des
entreprises,l'introduction de la comptabilité analytique, le
renforcement de l'ordre et de la discipline dans les entreprises et les
institutions. Cependant, pour faire des changements importants dans
le système de contrôle et du travail le parti n'a pas osé. Comme
précédemment, le rôle de premier plan dans le renouveau de la
société a été affectée au parti. Au XXVII Congrès du PCUS (1986), il
a soulevé la question de l'élargissement du public. Gorbatchev a
également annoncé une nouvelle approche de la politique étrangère et
intérieure et la nouvelle pensée politique. Il est vite devenu clair que
l'accélération peut être atteint que produire des changements
fondamentaux dans l'ordre social.Le concept de la reconstruction a
été accepté, présenté par Mikhail Gorbatchev en janvier (1987).
La perestroÏka (la restructuration) signifie une réforme
fondamentale de tous les aspects de la société soviétique avec la
préservation des principaux paramètres du système et de son
idéologie Dans des conditions de transparence et de pluralisme des
opinions commence à se développer et l'opposition. On a révisé toute
l'histoire du XX-ème siècle, il a changé son contenu, des évaluations
et conclusions. Lors de la XIX-ème conférence du PCUS en 1988, il
était la première fois soulevé la question de la nécessité d'une
réforme politique dans le pays. La politique de création d'un Etat de
droit socialiste a été approuvé, ce qui signifiait la séparation des
pouvoirs et la mise en place du «parlementarisme soviétique». A
l'initiative de la proposition de Gorbatchev a été faite pour créer une
nouvelle autorité supérieure du Congrès des députés du peuple et le
Soviet suprême de l'URSS devait être le Parlement, un organe
permanent de la législature. Pour changer la pratique des élections, ils
ont eu lieu sur une base alternative. Suite à une nouvelle base
démocratique des élections, il a été créé le Congrès des députés du
peuple de l'URSS. Lors du congrès, parmi ses députés ont été élus au
Soviet suprême de l'URSS – est constamment agir d'une autorité
législative. Total a tenu cinq Congrès des députés du peuple. Au
premier congrès (Mai-Juin 1989) le Président du Soviet suprême de
74
l'URSS Mikhaïl Gorbatchev a été élu. Au même congrès, il a révélé
un certain nombre de différences et de l'opposition a pris forme. Elle
est devenue un groupe de sous-Interrégional, dirigé par l'académicien
Andreï Sakharov et Boris Eltsine. Ce groupe comprenait 256 députés.
En troisième Congrès en Mars 1990 Gorbatchev a été élu le
Président de l'URSS. La décision la plus importante de ce congrès
était l'abolition de l'article 6 de la Constitution de l'URSS sur le
«premier rôle du PCUS». Cela signifiait l'élimination du système de
parti unique dans le pays. Depuis ce temps, nous pouvons parler du
début du processus de l'émergence de nouvelles politiques des
groupes, des partis et mouvements.
Les tentatives de réforme ne conduit pas à une amélioration de la
situation socio-économique dans le pays. Au contraire, dans le pays a
augmenté le chaos a fortement baissé la productivité, a augmenté
rapidement pénurie de biens et services les plus nécessaires. Afin de
surmonter ces tendances négatives les économistes soviétiques
avaient proposé un projet de réforme implique l'expansion de
l'autonomie des entreprises dans les principes de la comptabilité
analytique, la relance du secteur privé dans l'économie, ce qui réduit
le nombre de ministères de tutelle, non-monopole du commerce
extérieur, la reconnaissance dans le secteur agricole, les coopératives
et les exploitations agricoles, ainsi que collective et fermes d'Etat. Le
projet de réforme a été approuvé et mis en œuvre dans la pratique. La
loi sur les entreprises d'Etat ont été adoptées, la loi sur les
coopératives et la loi sur l'auto-emploi en permettant aux entreprises
collectives et privées (1987-1989). De cette période, le pays est
devenu libre de vendre des devises étrangères, de développer l'esprit
d'entreprise. Bientôt le pays pour parler de la nécessité du
développement du «marché socialiste». L'un de ces programmes de la
transfrormation du marché était le programme "500 jours", développé
par S.S.Shataline et G.A.Yavlinskiy. Ce programme a été soutenu
par la direction, mais beaucoup de ses idées ont été mis en œuvre
dans les années 1990.
Pendant la perestroïka de Gorbatchev ont été formulées les
principes de la nouvelle pensée politique, qui est basé sur la priorité
des valeurs humaines. Sur cette base a commencé à construire une
nouvelle politique étrangère du pays. Ils ont commencé à former une
75
nouvelle relation entre l'URSS et les États-Unis, en Europe et en
Asie. Une déclaration a été signée entre les États-Unis et l'Union
soviétique sur la fin de la «guerre froide». Gorbatchev a tenu de
nombreuses réunions avec les dirigeants occidentaux. Tous ces
processus ont conduit à des changements irréversibles dans le
domaine des relations internationales. Le cours sur le renouvellement
du socialisme, en fait, a conduit à une augmentation de l'opposition
de la confrontation dans les pays socialistes avec les autorités locales
et en automne 1989 des manifestations de masse qui ont eu lieu dans
ces pays socialistes contre les régimes existants. Le pouvoir a passé
dans les mains de l'opposition. Avec la nouvelle pensée politique en
1988 le retrait des troupes soviétiques d'Afghanistan a commencé,
qui a été achevée en février 1989. En général, la nouvelle pensée
politique a marqué le passage de la confrontation à la coopération
entre les États et le rejet de l'idée de la révolution socialiste mondiale.
5.L'effondrement de l'Union soviétique: causes et
conséquences.La restructuration a influencé sur les processus
sociaux dans l'URSS. Le processus d'aggravation des relations
interethniques a commencé, dans certaines régions envahis dans les
guerres ethniques. Elles étaient basées sur des raisons politiques et
économiques: une forte baisse de l'économie, ce qui affaiblit le rôle
du PCUS, sur le passage du sol du pouvoir dans les mains des élites
locales, nationales, religieuses, ethniques et les différences
culturelles. L'un des plus graves est le conflit dans l'Oblast autonome
du Haut-Karabakh (OAHK), qui faisait partie de l'Azerbaïdjan, qui a
entraîné le déclenchement des hostilités entre l'Arménie et
l'Azerbaïdjan.
Le point culminant des conflits ethniques était le «défilé des
souverainetés». Ses initiateurs étaient les républiques baltes. Le 12
juin 1990 lors du 1er Congrès des députés du peuple de la RSFSR a
adopté la Déclaration de souveraineté étatique de la Fédération de
Russie. En fait, ce fut une déclaration d'indépendance de la
Fédération de Russie, ce qui signifiait renforcer le séparatisme dans
toutes les républiques de l'Union. Déclaration de souveraineté remis
en question l'existence de l'URSS. En été et en automne 1990, a
commencé à se proclamer républiques souveraines, les territoires et
les régions de la Russie. On a été proclamé la suprématie de ses
76
propres lois sur son territoire et la suspension des activités de l'Union,
qui a été appelé «les lois de la guerre». En Mars 1991, dans l'Union
soviétique, il a tenu un référendum, qui a montré que la majorité de la
population veut vivre dans un seul Etat. Cependant, l'opinion des
gens sur le terrain et les démocrates dans les régions ont été ignorées.
L'effondrement du complexe économique unique, le désir de
briser le contrôle de l'état unifié de l'espace contraint l'Union à
chercher des moyens pour réformer et développer un nouveau traité
d'union. Ce travail a débuté en mai 1991 à Novo-Ogaryovo. La
signature de l’accord a été prévue pour le 20 Août 1991, a été censé
créer une Union d'Etats souverains, ce qui comprendrait neuf
anciennes républiques soviétiques. Il est également prévu des
changements dans la structure des organes directeurs, l'adoption
d'une nouvelle constitution, la modification du système électoral.
Toutefois, les opposants à la signature de l’accord - les représentants
de l'appareil du parti vieux - ont décidé de l'empêcher de signature.
En Août 1991, ils ont tenté un coup d’état. Dans l'histoire de notre
pays, ces événements comprennent intitulé "le coup d’août" lorsque
le groupe conservateur, qui comprend les ministres de l'énergie et le
premier vice-président, ont tenté un coup d'Etat et de prendre le
pouvoir dans leurs propres mains. La rébellion a été supprimé en
raison de la mauvaise organisation et les membres indécis du Comité
d'urgence, ainsi que du fait de la conscience de la société a changé,
qui ne voulait pas revenir aux temps passés. Le PCUS, a soutenu les
conjurés, discrédité et a été interdit. Le pouvoir est passé aux
démocrates. Après le coup d'Etat, la plupart des républiques ont
refusé de signer un accord d'alliance avec la Russie.
Les événements du 19 au 22 août 1991 ont accéléré
l'effondrement de l'URSS. Le 8 décembre 1991, réunis dans la Fôret
Bialowieza les dirigeants des trois Etats souverains –la Russie (Boris
Eltsine),
la
Biélarussi
(S.S.Shushkevich)
et
l'Ukraine
(L.M.Kravchuk) - ont signé un accord d’après lequel l'Union
soviétique comme le sujet de droit international, a cessé d'exister. Il a
été également annoncé la création de la Communauté des États
indépendants (CEI). Le 25 décembre 1991 le Premier président
Mikhaïl Gorbatchev déposa son pouvoir. La Fédération de Russie
dirigé par le président Boris Eltsine, ainsi que d'autres républiques
77
indépendantes de l'ex-Union soviétique, a commencé le chemin d'une
existence indépendante.
L'effondrement de l'Union soviétique et la conclusion des
accordsde la Fôret Bialowieza ont pas reçu l'approbation unanime
en Russie. Avec l'effondrement de l'URSS et la formation de CEI la
restructuration a échoué.
Les questions du contrôle:
1. Quelles sont les causes de la rapide reconstruction après la
guerre?
2. Quelles sont les causes de l'échec des réformes de
N.S.Khrouchtchev?
3. Qu'est-ce que le «dégel»? Pourquoi ce terme est apparu?
4. Qui sont les «dissidents»? Quel était leur rôle dans la vie
publique du pays?
5. Quelles sont les causes de l'effondrement de l'URSS?
Vocabulaire historique.
C.A.E.M.(Conseil d'assistance économique mutuelle) - une
organisation internationale des pays socialistes sur la coopération
économique avec le centre à Moscou (1949 - 1991). Ses membres
étaient: l’Albanie (jusqu'à 1961), la Bulgarie, la Hongrie, le Vietnam,
l’Allemagne de l'Est (jusqu'à 1990),le Cuba, la Mongolie, la
Pologne, la Roumanie, l’URSS, la Tchécoslovaquie.
"Dégel" - un terme inventé dans les années 1960 par Ilya
Ehrenbourg pour désigner les processus de déstalinisation et du
libéralisme, qui a eu lieu dans le pays après la mort de Staline.
Dissident - (latin - discordant)–ce qui s’oppose à l'idéologie
officielle du pays. Pendant 1950-70 l'activité des dissidents
soviètiques a critiqué le Stalinisme, supporté la protection des droits
de l'homme et la démocratie, la création d'un état ouvert de droit. La
lutte a contribué à la transition de l’URSS du totalitarisme à la
démocratie.
«Guerre froide»- la confrontation économique, politique,
idéologique et militaire entre l'URSS et les Etats-Unis en 1946–90.
Nomenclature –(latin- «noms ») – le cercle des fonctionnaires
désignés par les autorités.
78
«La nouvelle pensée politique» – le concept de la politique
étrangère soviétique durant la perestroïka. L’auteur - Mikhaïl
Gorbatchev.
PerestroÏka – la politique de l'URSS de 1985 à 1991, qui contient
les réformes sociales et économiques afin d'augmenter le niveau du
développement économique, la culture et le niveau de vie.
Stagnation – 1) une stagnation de l'économie, du développement
social, du commerce et la production de la dépression à long terme;
2) une période de l'histoire de l'URSS (1964-1985), le rejet des
transformations (réformes) importantes.
Thème 10. La Russie nouvelle dans l’espace et le temps.
1. Les réformes des années 1990 et leur conséquences.
2. La politique de la stabilisation des années 2000.
3. La politique extérieure de la Russie moderne.
1. Les réformes des années 1990 et leur conséquences. À la
fin 1991 il y avait la situation de la catastrophe économique dans la
Russie. Le gouvernement de Eltsin B.N. était de déterminer les
principes du développement économique du pays: le retour à la
politique «de la communisme militaire» et le controle d’Etat total, ou
le refus de l’immixtion de l’Etat dans l’economie et l’introduction de
la liberté des rapports de marché. Eltsin B.N. a choisi la deuxième
variante et les réformes économique ont commencé en 1992. À la tête
du gouvernement était Gaidar E.T., qui est devenu de procéder au
cours des réformes radicals des marchés. Il est devenu l’auteur de la
première réforme – la liberalization des prix (la formation des prix
libre) en janvier, 1992. C’était le marché que devait réguler les prix,
en supposant que sa croissance de 2-3 fois. Mais dans les conditions
du deficit des articles les prix ont augmanté de 100-200 fois. Le
revenu national, la consummation de la viande, du poisson, des
produits laitiers ont diminué sur 20%.
La deuxième réforme a été commancé en automne, 1992. C’est la
privatization de la propriété d’Etat, elle était procédé par le comité
pour la gestion des biens nationaux, dirigé par Tchoubaïs A.B.
Chaque citoyen du pays a obtenu un bon – un chèque de privatization
de la valeur nominale de 10.000 de roubles, qui peut être échangé
contre des actions de la société pour sa somme. Mais en raison de la
forte inflation, l'analphabétisme économique de la population et de
79
l'absence de lois régissant ce domaine des relations, la plupart de la
population n’a pas reçu aucun revenu d'eux. La 2-ème étape de la
privatization – monetaire, a commencé en 1994. Lors de la vente on a
été exposé les entreprises déficitaires. Dans les mains d'entrepreneurs
privés a passé 110 mille des sociétés. Des nouvelles formes de
gestion sont apparus dans le secteur agricole – en 1999 des actions
entreprises, des sociétés et des coopératives se sont élevées à 65,8%
des exploitations agricoles.En même temps, il a tenu «la privatisation
de nomenclature (fermé)» des usines lucratifs des industries de
pétrole et métallurgique. En Russie, les premiers oligarques ont
apparu, il y avait une situation de l’inégalité énorme des biens.
D'autres réformes ont également été réalisées: la libéralisation de
l'activité économique étrangère; la privatisation des services
collectifs; la conversion du complexe militaro-industriel. Les
résultats de la réforme étaient contradictoires. D'une part, on a
commencé à développer des mécanismes de l'économie de marché, il
y avait une infrastructure de marché: des bourses, des banques
commerciales, des compagnies d'assurance; le déficit commercial a
réduit, le marché a été fourni avec des articles. De l'autre – une baisse
de la production (40% dans l'industrie, 70% dans l’agriculture), un
chômage de masse, une forte baisse du niveau de vie, une crise
démographique ont continue. Une criminalisation de l'économie a eu
lieu, une criminalité économique a augmenté, des richesses
nationales ont été pillé.
La Russie est entrée dans le FMI (le fonds monétaire
international) et a obtenu des crédits pour des réformes. Mais l'argent
a été dépensé improductive: certains d'entre eux ont pillé, la partie a
dépensé pour le service des intérêts sur les credits et d’autres dettes
extérieure du pays, la partie a payé sous la forme de salaires et des
pensions. Très peu de fonds ont été pour le développement de la
production. Un événement quotidien en 1996 – 1999 était des arriérés
des salaires. En conséquence, en Août 1998, le premier ministre
Sergueï Kirienko a annoncé en défaut de paiement (la faillite de
l'Etat). Le cours du rouble a chuté de 6 jusqu’à 22 au dollar,
l'économie s’est effondrée, liée au dollar. Les prix ont augmenté de
3-4 fois, les comptes d'entreprise ont été bloqué, les petites
entreprises étaient pillé.
80
La principale richesse du pays a passé aux mains des oligarques.
Les réformes d'Eltsine ont été accompagnés par l'inflation,
l'appauvrissement de la majorité de la population, la criminalisation
de la société. C’était impossible de créer une bonne économie du
marché. Environ 40% de l'économie était de l’ombre, 70% - sont
desservis par le troc, on n’a pas créé des conditions égales pour la
concurrence libre. On n’a pas été établie la «classe moyenne». La
modernisation rapide, basé sur l'élimination totale de la régulation
d’Etat de l'économie, s’est effondrée.
La politique de démocratisation du pays a proclamé dans le
domaine politique. Il a commencé la formation d'une nouvelle
structure de l’Etat russe, mais il est arrivé dans une confrontation
forte entre les compartiments du pouvoir législatif (Le Conseil de des
députés du peuple et de la Cour suprême) et exécutif (le Président).
Le conflit s’est renforcé à l'automne, 1993, lorsque le président Boris
Eltsine a dissout les organes représentatifs, et après leur refus de se
conformer à cette loi inconstitutionnelle, a ordonné de fusiller le
bâtiment où ils se trouvent. Après cela des activités de conseils de
tous les niveaux ont été cessé, et 12 Décembre, 1993, sur un
référendum la Constitution de la Fédération de Russie a été adopté,
qui a déclaré la Russie un Etat fédéral démocratique avec une forme
républicaine de gouvernement avec le président à la tête. Alors la
formation du nouveau gouvernement a commencé, et les élections à
la Douma d'Etat – la chambre basse du parlement russe (l'Assemblée
fédérale) – étaient 12 Décembre, à savoir en même temps que le
référendum. La composition des deux premiers Dumas (1993 et
1995), où les élections ont eu lieu dans des conditions d'aggravation
de la crise économique et la chute du niveau de la population vivant,
était l'opposition. Lors des élections de 1999, les partis des centristes
ont gagné qui ont soutenu le président, qui a contribué à la
stabilisation du système d'alimentation et a augmenté l'efficacité de
ses activités.
Ainsi, un nouveau système de gouvernement a appris. La forme
du gouvernement de la Russie est une république présidentielleparlementaire mixte. Le chef de l'Etat est le président. Il présente la
Fédération de Russie dans le pays et dans les relations
internationales; détermine la direction de la politique intérieure et
81
étrangère; doté les grands pouvoirs législatifs, il a le droit de
dissoudre la Douma. Il est élu au suffrage universel pour un mandat
de 6 ans. Le législateur – l'Assemblée fédérale. Il se compose de deux
chambres: la basse, la Douma d'Etat, élus par la population du pays,
le haut – Le Conseil de la Fédération, composé de représentants des
régions, pour 2 personnes de chaque membre de la Fédération. Le
pouvoir exécutif s’est réalisé par le gouvernement. Le premier
ministre nomme par le président avec le consentement de la Douma
d'Etat. Dans le cas du triple rejet par la Douma de candidature du
Premier ministre ou dans le cas de l'annonce du vote de defiance dans
le gouvernement par la Douma, le Président a le droit de dissoudre la
Douma. Le gouvernement est composé des vice-présidents (vicepremiers ministers) et ministres. Les autorités judiciaires suprêmes
sont la Cour constitutionnelle, la Cour suprême et la Cour suprême
d'arbitrage. Il y a aussi des juges de paix, mais ils ne font pas partie
du système de gouvernement.
En 1996, une élection présidentielle régulière a eu lieu. Boris
Eltsine a réussi à gagner au second tour et de rester pour un second
terme. Mais l’approfondissement de la crise économique, l'incapacité
du président à gouverner bon le pays en raison de l'état de santé
aggravé a conduit à une augmentation des sentiments d'opposition au
Parlement. En ce qui concerne Boris Eltsine a commencé la
procédure de mise en destitution (impeachment). La procédure de
destitution était en 1998 sur la base des cinq charges imposées sur le
président: l'effondrement de l'Union soviétique; les tragiques
événements de l'automne 1993; le déclenchement de la guerre en
Tchétchénie; l'effondrement de l'armée et le génocide du peuple
russe. La commission spéciale a été formée par la Douma, ce qui
avait trait à toutes ces questions. Le gouvernement de E. Primakov
formé après le défaut et basé sur une majorité parlementaire, n'a pas
fait aucun effort pour empêcher des députés pour déplacer le
président du poste. À cause de cela, E.M. Primakov a été rejeté, et le
premier ministre est devenu S.V. Stepachine, ex-ministre de
l'Intérieur. Toutefois, la situation a été résolu en faveur du président.
Selon les résultats du vote le 15 mai sur toute question n'a pas été
marqué suffisamment de vote pour commencer la procédure de
destitution du président du pouvoir. Même un article sur la guerre en
82
Tchétchénie, qui a été considéré comme le plus vulnérable au
Président, n'a pas obtenu la majorité requise des deux tiers.
Dans la société, il est à espérer que le changement fréquent des
premiers ministers a fini. Mais les relations avec la Tchétchénie se
sont aggravé encore, les détachement des combattants tchétchènes de
Bassaev et Khattab ont envahi le Daghestan. S.V. Stepachine n’a pas
pu de prendre des mesures sévères contre les terroristes, et 9 Août, il
a été rejeté. À sa place, il a été nommé Vladimir Poutine.
À la fin de 1999, la cote de la popularité de Boris Eltsine est
tombé à 2%, et le 31 Décembre 1999, il a volontairement
démissionné. Le pouvoir avant l'élection, conformément à la
Constitution, a passé aux mains du Premier ministre V.V. Poutine.
En résumé, on peut noter, que dans les années 1990 les problèmes
politiques majeurs n’ont pas été résolu. Il n’a pas été créé un Etat de
droit, les gens ne sont pas devenus égaux devant la loi, la société
civile ne pouvait pas contrôler la puissance. Dans la société, il y avait
un niveau élevé de criminalité, la corruption, l'arbitraire des
fonctionnaires. Les principes fondamentaux de la démocratie ont
violé.
2. La politique de la stabilisation des années 2000. En Mars
2000, il y avait les élections anticipées du Président de la Fédération
de Russie. Dans le premier tour Vladimir Poutine a déjà remporté la
victoire, il a reçu 52, 6% des votes. Le président prochaine Dmitri
Medvedev et lui (2008-2012) était en mesure de rétablir l'unité du
pays, afin de renforcer son autorité internationale. La situation
économique favorable (la hausse des prix du pétrole et du gaz) a aidé
à surmonter les conséquences de la défaut de paiement et a permis de
revenir sur les réformes pour commencer une modernisation
progressive du pays. La privatisation de la propriété d’Etat et le
développement des infrastructures de marché ont continué. Parmi les
réformes économiques il faut noter:la réforme foncière, le transfert de
terres à la propriété privée (2001);la réforme fiscale, on a fixé un taux
unique de l'impôt sur le revenue – 13% (2000); la réforme
énergétique, l'apparition de producteurs privés d'électricité (2003); la
réforme financier, la réduction du déficit budgétaire; l’adoption de la
nouvelle legislation du travail (2002).
83
Les réformes sociales: la réforme de pension, l'introduction de la
partie de travail et cumulative de la pension; un système de l’aide
ciblée aux pauvres; l'indexation des salaires, des avantages sociaux et
etc; «les projets nationaux» pour la réforme du logement et des
services collectifs, de l'éducation, de la santé.Ainsi, il a été surmonté
de graves conséquences de la crise économique en 1998 et a
commencé à la reprise du système économique. En 2001 – 2008 il y
avait une croissance stable du PIB (le produit intérieur brut). Le cours
sur le développement des relations de marché a été poursuivie. En
2003, le programme de développement des petites et moyennes
entreprises, les lois sur la défense des droits des entrepreneurs de
petites ont été adoptée. En 2002-2006 les lois de contrôle de la
concurrence ont été adoptées. Mais dans l’ensemble le soutien du
gouvernement dans ce domaine était négligeable.
La réforme du secteur agricole a passé avec une grande difficulté.
Les petits exploitations agricoles ont développé lentement, la
technologie de production a developpé mal, le débouché n'a pas été
réglée. Le programme national de développement agricole a été
élaboré pour résoudre ces problèmes. Aujourd'hui, la Russie se
pourvoit l’alimentaire sur 70%.
En 2004, le Fonds de stabilisation a été créé pour protéger et
soutenir l'économie en cas de crises. Ce sont les actifs financiers
disposés par le gouvernement. Le Fonds d'investissement a été créé
afin d'attirer les investissements. En 2004 - 2007 a été éteint une
grande partie de la dette extérieure, accumulées au cours de 19801990, a été payé les dettes du gouvernement tsariste de Romanov.
Vers 2008, la dette extérieure de la Russie a été réduite à un niveau
qui est considéré comme faible ($515 milliards; en comparaison, la
dette américaine étrangère - $16 trillion). Ainsi, l'économie a été
maintenue la succession avec le cours précédent de la réforme, mais
alors leurs conséquences sociales ont affaibli. Le gouvernement de
Vladimir Poutine a réussi à combiner les mécanismes de relations de
marché et le contrôle de l’État sur l'économie.
En 2008-2009, la crise économique mondiale en Europe,
Amérique du Nord et en Asie a commencé. Il a influencé l'économie
russe. Des mesures ont été prit pour soutenir le système bancaire, les
différents secteurs de l'économie et de la stabilization de la qualité de
84
vie. Vers le milieu de 2009, la baisse a été arrêté, 2010-2012 la
croissance économique a commencé. Depuis 2012 il y avait la stagné,
la "stagnation", associée à une diminution de l'investissement et une
baisse de la production industrielle. Les sanctions économiques
contre la Russie 2014-2015, dans le cadre de l'annexion de la Crimée,
a également eu un impact négatif sur le développement de la
production.
Le renforcement de la «verticale du pouvoir» a été parmi les
principales réformes politiques. Les districts fédéraux ont été créés,
dans lesquels il y avait l’institution plénipotentiaire du Président. La
procédure de formation du Conseil de la Fédération a changé, la
place des gouverneurs a pris par des représentants des régions. Pour
une discussion des questions importantes de la politique intérieure le
Conseil d'Etat près du président a été créé. Les réformes militaires et
judiciaires ont été procédé, les nouveaux codes de droit ont été pris,
la lutte contre la corruption a été commencé. La stabilité rélative a été
obtenu dans la société, les travaux du pouvoir législatif et exécutif a
été coordonné. L'autorité de V.V. Poutine était élevé toutes les
années de sa présidence, mais elle s’a particulièrement renforcé après
les événements de 2014.
3. La politique extérieure de la Russie moderne.
L'effondrement de l'Union soviétique signifiait la fin de la «guerre
froide» et a changé la relation géopolitique des forces internationales.
La Russie est devenue le successeur de l'URSS, mais son influence
sur la scène internationale est tombée. Le pays a perdu son statut de
superpuissance, y compris en raison de la réduction du potentiel
économique et social. La force prédominante mondiale était la seule
superpuissance – les Etats-Unis. La position de la Russie ne sont pas
toujours pris en compte (la Yougoslavie, 1999; l’Irak, 2004). Pour la
Russie, il était important d'établir les Nations Unies, maintenir le
statut de puissance nucléaire, développer des relations avec les
principaux pays du monde. Outre cela, la Russie a été admis aux
membres du FMI (le Fonds monétaire international), le Conseil de
l'Europe, l'OMC (l’Organisation mondiale du commerce). Le
principal succès de la politique étrangère de la Russie consistait dans
le fait que la Russie n’avait pas entré en confrontation conflictuelle
avec l'Occident, lorsque la question de l'expansion de l'OTAN
85
(l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord), des bombardements
de la Serbie et de l'opération contre l'Irak. Chaque fois que Moscou
s’est tiré de ces crises, rétablissant partiellement ses relations avec
l'Occident.
Dans la politique étrangère de la Fédération de Russie ont
identifié un certain nombre d'étapes:I) 1991 – le début 1996 – la
scène de la politique étrangère pro-occidentale, «l’atlantisme
extrême». La période de formation de la politique étrangère, le
développement du concept, la recherche du rôle de la Russie dans le
nouveau monde. La première étape est liée aux activités du ministre
des Affaires étrangères A. V. Kozyrev. L'essence de sa doctrine était
de se concentrer sur les pays occidentaux (les Etats-Unis et l'Europe
occidentale), et le partenariat stratégique avec les Etats-Unis. Dans le
même temps des contacts avec l'Occident ont supplanté les relations
avec l'Afrique, l'Amérique latine et l'Asie-Pacifique. 2-ème
orientation de la politique étrangère dans cette période – la relation
avec les pays de la CEI. La Communauté d'États Indépendants (CEI)
a été fondée sur les principes de l'égalité souveraine de tous ses
membres, il n’est pas un Etat et n’a pas de pouvoirs supranationaux.
Les principaux objectifs de cette organisation: la coopération dans les
domaines politiques, économiques, environnementaux, humanitaires
et culturelles; la création d'un espace économique commun; la
garantie des droits de l'homme et des libertés, de la paix et de la
sécurité. Dans la CEI, le gouvernement russe a signé plusieurs
centaines de documents: l’accord sur la sécurité collective (1992), la
Charte de la CEI (1993), l’accord sur la creation un espace de rouble
unique, sur le régime de frontière, sur l'étude collectif du cosmos, sur
la création de l'Union douanière et etc. Le principal problème dans
ces années était le règlement des conflits internationaux: Transnistrie,
tadjike,
Géorgie-Abkhazie,
Géorgie-Ossétie,
Arménie
et
l'Azerbaïdjan, la nécessité de maintenir la situation sous contrôle et
éviter une guerre civile sur le territoire de la Russie.II) De 1996 à
2000 – les changements dans le contenu de la politique étrangère de
la Russie. Le concept de Yevgeny Primakov, qui a dirigé le ministère
des Affaires étrangères, était différente de la précédente. Ses idées
principales sont les suivantes:la priorité des intérêts russes dans les
relations avec l'Occident, tout en évitant la détérioration des relations;
86
le soutien à l'idée d'un monde multipolaire et la recherche de
nouveaux alliés en Orient; la compréhension pragmatique des intérêts
nationaux et le maintien de sa sécurité nationale; la poursuite de
l'intégration économique de la Russie dans l'économie mondiale;
l'intégration économique au sein de la CEI; la participation active
dans les négociations internationales, la médiation dans la résolution
des problèmes majeurs: le Moyen-Orient, les Balkans, la Corée du
Nord; «l’eurasisme» liée à la position géographique de la Russie, le
développement des relations avec les pays de la région AsiePacifique. Au cours de cette période, deux documents fondamentaux
ont été développés. «Le message pour la sécurité nationale de la
Fédération de Russie par le Président à l'Assemblée nationale», 1996
et «le Concept de la sécurité nationale» de 17 Décembre 1997.
III) 2000-2005 – l’étape de Poutine. La principale caractéristique
de la politique de Poutine était, d'abord, une participation privée
active dans la définition de la politique extérieure du pays, et d'autre
part, une vaste activité diplomatique, et troisièmement, le cours est
basé sur le pragmatisme et multi-directionnelle. Il était plus équilibré.
En 2000, il a adopté une série de nouveaux documents: le concept de
la sécurité nationale, le concept de la politique étrangère, la stratégie
énergétique, la doctrine militaire et etc. Leur principe de base – la
sécurité nationale du pays, le renforcement de sa souveraineté et son
intégrité territoriale. Il a été souligné que la Fédération de Russie est
une «grande puissance, un des centres les plus influents du monde
moderne, un membre actif de son changement global, qui a maintenu
l'ordre mondial stable et démocratique». Les principaux objectifs de
la politique étrangère, déterminée à protéger la position de sécurité
nationale: le soutien des buts et principes de la Charte des Nations
Unies et des normes universellement reconnues du droit
international; la création de conditions favorables à des réformes
internes dans le pays; la formation des relations pacifiques sur le
périmètre des frontières russes et l’aide à mettre fin aux conflits dans
les pays voisins; la construction d'un système de partenariat
international et les relations alliées; la protection des droits et intérêts
des citoyens russes et compatriotes à l'étranger; la formation d'une
perception positive de la Russie dans le monde.
87
Le modèle de l'ordre mondial, qui répondait des intérêts
nationaux de la Russie, a été clairement défini dans la nouvelle
conception: un système multipolaire des relations internationales sur
la base des intérêts mutuels des Etats souverains.Les relations entre la
Russie et les États-Unis ont changemé. La «dominace Force des
Etats-Unis» a été reconnue comme l'une des menaces des intérêts
nationaux de la Russie». L’attitude négative est resté avec
l’expansion de l'OTAN à l’est. Les relations avec les États-Unis
étaient dans la troisième position, après la CEI et de l'Europe. Les
principales priorités régionales sont restées la direction de la CEI – le
partenariat multilatéral et bilatéral avec tous les pays de la CEI, en
particulier dans des projets tels que l'Union douanière et du Traité de
sécurité collective, le statut de la mer Caspienne, de la protection des
droits de la population russophone et la préservation de l'héritage
culturel commun. Les relations au sein de la CEI est très
contradictoire. Et de plus il faut tenir compte de la position du
Moscou, voulant garder le role dirigeant dans les nouvelles relations
alliés, et le désir des jeunes Etats à l’indépendance et à la separation
de l'ancien centre. Il y avait une réorientation économique et
politique de certains pays de la CEI dans es pays extérieurs à l'exURSS. Les relations amicales désirés entre la Russie avec l'Ukraine
et la Géorgie n’ont pas été atteint, et les «révolutions de couleur»
dans ces pays menaçaient les intérêts nationaux de la Fédération de
Russie. Nous ne sommes pas complètement résolu le problème russe
des exportations d'énergie, le placement des bases militaires, le statut
juridique de la population russophone.
La deuxième priorité la plus importante est déterminée par la
relation avec les pays européens, tant au niveau bilatéral (tout
d’abord, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie et la France), et au
niveau de la coopération constructive avec l'Union européenne. Il a
grandi en importance dans la politique étrangère de la direction
asiatique associé à la tâche du développement économique de la
Sibérie et de l'Extrême-Orient. Le partenariat de la Russie avec les
principaux pays d'Asie – la Chine, l'Inde, le Japon, est devenue
prioritaire. La Russie participe activement au forum la «coopération
économique pour l’Asie-Pacifique», le forum régional de
l’Association des pays du Sud-Est (l’APSE) sur la sécurité, mis en
88
place l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS: la Russie, la
Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan). Moscou a agi
avec l'initiative de la conclusion du traité de paix avec le Japon. La
commission commune russo-japonaise sur la coopération
économique a été créé. Le problème des îles Kouriles du Sud a
considéré séparément des autres questions de relations bilatérales,
mais il n'a pas été résolu à ce jour.
IV) 2005 – au présent: le cours est devenu plus difficile, moins de
compromis (surtout à partir de 2014, après l'introduction de sanctions
économiques contre la Russie), tout en maintenant l'idée de multipolarité, la non-ingérence dans la coalition militaire. L'hostilité
ouvert envers les Etats-Unis, moins grave à l'Union européen.Les
idées et les orientations fondamentales: la Russie est une grande
puissance et un participant indépendant dans la politique mondiale; la
politique d'intégration dans la structure globale (d'adhésion à l'
Organisation mondiale du commerce (l’OMC, 2011); la politique
d'ouverture, le soutien de l'idée du «monde multipolaire»; la volonté
de la Fédération de Russie à participer aux plusieurs millions de
projets du soutien des pays des plus pauvres dans le monde – un
programme de la lutte contre la pandémie (la grippe aviaire, le virus
Ebola), la lutte contre la pauvreté, et dans les programmes de la lutte
contre le terrorisme.
Les questions du contrôle:
1.Comme l'effondrement de l'Union soviétique a changé la
position géopolitique de la Russie?
2. Quelles sont les stratégies géopolitiques de «l’atlantisme»,
«l’eurasisme»?
3. Quelle est la CEI? Quelles sont ses évolutions prévisibles?
Argumantez votre réponse.
4. Quelle est la relation entre la Russie et le monde musulman?
Vocabulaire historique.
L'Assemblée fédérale de la Fédération de Russie - l'autorité
législative suprême de la Fédération de Russie. Elle se compose de
deux chambres: la partie supérieure – le Conseil de la Fédération, le
bas - la Douma d'Etat.
Les BRICS – (BRICS) — un groupe de cinq économies
émergentes: le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine, l’Afrique du Sud.
89
L'organisation a été fondée en juin 2006, les Réunions ont lieu au
niveau des chefs de ministres des Affaires étrangères, les ministres
des finances et d'autres.
CEI – (Communauté des Etats indépendants) - une organisation
régionale intergouvernementale réunissant 11 états souverains
indépendants (ex-républiques soviétiques). Crée en Décembre 1991,
après l'effondrement de l'URSS pour la coordination des activités
dans le domaine d'intérêt commun (la création d'un espace
économique commun, la politique douanière, l'immigration, la
protection de l'environnement et d'autres.).
Défaut – l'incapacité de l'etat à s'acquitter des obligations
d'emprunts, la faillite de l'état. En Russie s'est passé en août 1998.
Douma de Fédération de Russie – la chambre basse de
l'Assemblée fédérale elu en décembre 1993 et fonctionne avec le
Conseil de la Fédération.
Fédération - (latine «Union) – une union de plusieurs Etats, pour
créer un nouvel Etat unifié avec son autorité et de contrôle des
participants avec la souveraineté de la fédération.
OCS – (Organisation de coopération de Shanghai) – une
organisation internationale euro-asiatique, qui comprend six états –le
Kazakhstan, la Chine, le Kirghizistan, la Russie, le Tadjikistan et
l'Ouzbékistan. Fondée en 2001 pour la coopération dans les domaines
politique, économique et militaire.
«Thérapie de choc» – un ensemble de mesures économiques
radicales menées en Russie en 1992 pour la transition vers une
économie de marché.
Voucher (le bon d’echange) – (chèque de privatisation) – un
document de valeur, qui peuvent être échangées contre des actions
d'entreprises, fonds de placement bons ou vendre. Publié aux
citoyens de la Fédération de Russie en automne 1992.
90
Les questions de l’épreuve sur l’histoire.
1. Notion d’histoire. Objet et sujet d’histoire. Structure,
fonctions et méthodes d’histoire.
2. Approches formatrice et civilisationnelle à l’étude d’histoire.
3. Les slaves de l’Est: l’essaimage, l’économie, la religion.
4. La formation de l’état de Rus’ de Kiev.La christianisation.
5. La fragmentation féodal: raisons, particularités
6. La lutte contre l'agression. Le joug mongol-tatar.
7. L’unification des terres autour de Moscou.
8. Le règne d’Ivan IV.
9. «Le Temps des troubles». La Russie dans XVII siècle.
10. Le règnePierre I-er et Catherine II-ème.
11. La Russie au XIX siècle: Les réformes et les contre-réformes.
12. La Russie au début du XX-ème siècle. Nicolas II.
13. Les révolutions de Février et d’Octobre 1917
14. La guerre civile 1918 – 1922.
15. Le développement économique: la NEP (nouvelle politique
économique), l’industrialisation, la collectivisation.
16. La formation de l’URSS.
17. Les relations internationales à la veille de la guerre.Les
causes de la guerre.
18. Le cours de la guerre: les étapes, les batailles principales. Les
alliés de l’URSS sur la coalition anti-hitleriènne.
19. Les résultats et les conséquences de la guerre.
20. L’URSS en 1945-1953. «La guerre froide».
21. Le «Dégel» de N. S. Khrouchtchev.
22. L'ère de la «stagnation» de L.I. Brejnev
23. La «Restructuration» de M. S. Gorbatchev.
24. L'effondrement de l'URSS: causes et conséquences.
25. Les réformes des années 1990 et leur conséquences.
26. La politique de la stabilisation des années 2000.
27. La politique extérieure de la Russie moderne.
91
Sommaire
3
3
Thème 2. La Rus’ de Kiev.
8
Thème 3. La fragmentation (morcellement) féodale.
16
Thème 4. L’État de Moscou.
22
Thème 5. L'Empire Russe.
33
Thème 6. Les revolutions en russie au debut du XX-ème 46
siecle. La guerre civile.
Thème 7. L’URSS en 1920-1940.
53
Thème 8. L’URSS pendant la Seconde Guerre mondiale 60
(la Grande Guerre patriotique).
Thème 9. L’URSS après la guerre.
68
Thème 10. La Russie nouvelle dans l’espace et le temps. 79
Les questions de l’épreuve sur l’histoire.
91
Introduction
Thème 1. Histoire comme la science.
92
Téléchargement

Introduction. Ce manuel est destiné aux étudiants étrangers en