Cardiomyopathie de Meadows : à propos d’un cas et revue de la
Littérature
H.Amizmiz, I.Bentabaa, D.Benzaroual, M.ElHattaoui. Service de cardiologie CHU
Med VI de Marrakech
Introduction
Le syndrome de Meadows ou la cardiomyopathie du péripartum (CMPP) est une
pathologie rare et méconnue. Elle est définie comme une insuffisance cardiaque
systolique survenant le dernier mois de la grossesse ou les 5 premiers mois du postpartum en l'absence d'étiologie connue ou de cardiopathie préexistante.
Nous rapportons une observation de CMPP diagnostiquée en service de réanimation
maternité et suivie en service de cardiologie du CHU de Marrakech avec revue de la
littérature.
Observation :
C’est une femme âgée de 35 ans, sans antécédents cardiaques particuliers,
hospitalisée 15 jours après son accouchement pour exploration de dyspnée stade III
de NYHA.L’examen clinique trouve un tableau d’insuffisance cardiaque globale et
une hypotension a 75/45 mmHg.la radiographie du thorax a montré une
cardiomégalie et un syndrome interstitiel. L’ECG montre un RRS à 95 bpm et un
aspect QS en antérieur étendu. L’échocardiographie transthoracique trouve un
ventricule gauche dilaté hypokinétique avec FEVG altérée à 20% et élévation des
pressions de remplissage.la patiente a été mise sous traitement médical de
l'insuffisance cardiaque et
la dobutamine avec amélioration. La patiente est
actuellement suivie en consultation d’insuffisance cardiaque depuis 6 mois avec une
nette amélioration clinique, avec une amélioration minime de la FEVG.
Discussion:
L’incidence des CMPP varie de 1/1300 à 1/15000 selon la région géographique
considérée. Les facteurs de risque évoqués dans la Littérature sont : I ‘ethnie
africaine, l’âge supérieur à 30 ans, la multiparité, les grossesses multiples et la
toxémie gravidique. L'étiologie de la CMPP est encore incertaine, la myocardite
d'origine virale, auto-immune ou idiopathique est fortement suspectée. L’évolution
spontanée est variable et peut se faire soit vers une régression complète, soit vers
une défaillance myocardique sévère, aboutissant parfois au décès. Le risque de
récidive lors des grossesses ultérieures est possible d’où la nécessité d’un suivi
régulier.
Conclusion :
La CMPP est une atteinte rare mais grave engageant le pronostic vital et
fonctionnel.
Le
diagnostic
est
souvent
tardif
en
absence
de
signes
pathognomoniques. La vigilance sur les signes cliniques et leur évolution doit faire
pratiquer au moindre doute une échographie cardiaque, qui est le seul moyen pour
confirmer le diagnostic.
Téléchargement

à propos d`un cas et revue de la Littérature