UE.2.6.S5
04.10.11
Les troubles bipolaires
-
-
C’est une psychose qui touche plutôt l’humeur mais modifie secondairement la personnalité
On parle plus de psychose maniaco-dépressive mais de troubles bipolaires
Psychose à caractère cyclique :
 L’humeur « augmente » : phase maniaque
 L’humeur « diminue » : phase dépressive, mélancolique  Entrecoupée d’intervalle sain
où l’humeur est stable
Les phases mélancoliques sont moins choquantes que les phases maniaques
Il faut impérativement sauver l’aspect de l’axe professionnel
Définition :
-
Alternance ou succession d’accès de dépression et/ou maniaque séparée par des
intervalles sains (ou intervalles libres)
Troubles thymiques (qui porte sur l’humeur) caractérisés par la survenue d’accès
périodique récurent : soit état dépressif (mélancolie), soit exaltation maniaque, le patient
est stable entre 2 accès.
1. La mélancolie
a) Trouble de l’humeur
-
-
La douleur morale :
 Tristesse extrême avec idées noires et suicidaires +++
 Souffrance avec perte d’espoir qui fait rechercher la mort que la vie
Pessimisme, perte de l’estime de soi
Sentiment de faute et de culpabilité
DSM IV :
-
Humeur dépressive
Sentiment de dévalorisation, culpabilité
Pensées de mort
Soins IDE :
-
Observation de l’évolution : surveillance +++, sécurité
Maintenir le contact : écoute, empathie
Travailler sur la confiance en soi
Utiliser un vocabulaire, des paroles très simples
Eviter les phrases « Faites des efforts », « Ca va aller mieux »  Va l’angoisser+++
Valoriser les améliorations : « Re narcissisé »
1
UE.2.6.S5
04.10.11
-
Aspect du suicide :
 Gestion de l’environnement (objets dangereux)
 Isolement
 Surveillance constante
 Ecoute des propos
 Peut aussi toucher l’entourage (suicide familial et de groupe)
b) Ralentissement psychomoteur
Au niveau psychique :
-
Trouble du cours de la pensée : idéation lente
Bradypsychie
Trouble de la concentration, de l’attention
Au niveau moteur :
-
Ralentissement moteur sur tous les plans
DSM IV :
-
Ralentissement psychomoteur, agitation paradoxale
Baisse de l’aptitude à penser, trouble de la concentration
Soins IDE :
-
Stimuler, accompagner de façon adaptée et graduelle
Traitement qui va faire effet donc augmenter les possibilités
Prendre en compte les temps de latence
Assurer les soins de nursing
c) Perte d’intérêt
-
Inhibition de la volonté
Anesthésie affective : personne froide, distante
DSM IV :
-
Perte d’intérêt
Soins IDE :
-
Travailler sur les émotions quand on peut : favoriser les contacts avec la famille
Elément de la vie courante : hygiène corporelle
2
UE.2.6.S5
04.10.11
d) Signes accompagnateurs
Insomnie douloureuse, insomnie matinale : Risque de passage à l’acte +++
-
Evaluer le sommeil de manière quantitative et qualitative
Ecoute
Présence la nuit
Prévention des tentatives de suicide
Anxiété majeure :
-
Traitement anxiolytique (effets secondaires)
Surveillance des répercutions sur l’état général
Céphalées :
-
Traitement antalgique
Anorexie :

Aide
Incitation
Sonde alimentaire
Risque de déshydratation
Risque de constipation
DSM IV :
-
Insomnie ou inverse
Fatigue
Anorexie ou boulimie
e) Les différentes formes
Mélancolie simple :
-
Surtout la douleur morale mais peu d’aspect psychomoteur et de signes accompagnateurs
Suicide +++
Mélancolie stuporeuse (ou catatonique) :
-
Surtout au niveau du ralentissement psychomoteur et des signes accompagnateurs
Prévention des fonctions vitales : soins de nursing
Mélancolie délirante : négation d’organe
3
UE.2.6.S5
04.10.11
f) Evolution
-
Hospitalisation classique : HDT
Approche médicamenteuse + électroconvulsivo-thérapie
Evolue généralement favorablement
2. Accès maniaque
Trouble unipolaire : dépression uniquement
a) Trouble de l’humeur
-
Euphorie pathologique, sans raison particulière
Humeur non-approprié à la situation
Humeur expansive
Hyper-réactivité émotionnelle = augmentation de l’amplitude des émotions
Irritabilité
Optimisme
Sentiment de puissance, invincible, pas d’obstacle
DSM IV :
- Augmentation de l’estime de soi ou idée de grandeur
Soins IDE :
- Assurer la sécurité +++ : risque de se mettre en danger
b) Déshinibition psychomotrice
-
Tachypsychie (passer du coq à l’âne) : se traduit par une logorrhée ; fuite des idées, trouble
de la concentration
Familiarité exagérée
Ne reste pas en place
Absence de fatigue (perception)
DSM IV :
- Désir de parler constamment / logorrhée
- Fuite des idées, pensées qui défilent
- Distractibilité
- Attention altérée
- Agitation psychomotrice
Soins IDE :
- Cadrer, montrer les limites : doit être clair et homogène dans une équipe, rappel de ces
cadres
- Surveiller les relations avec les autres patients
- Plutôt dans une chambre seule
- Prévenir tous les risques de fugue
4
UE.2.6.S5
04.10.11
c) Trouble du comportement
 Va souvent révéler l’accès maniaque
-
Tenues vestimentaires, habillement disproportionné
Déshinibition sexuelle
Les dépenses inconsidérées
DSM IV :
- Augmentation de l’activité orientée dans un but
- Engagement excessif dans des activités agréables dans des conséquences dommageable
Soins IDE :
- Protection des effets personnels, prévention, sauvegarde de justice
- Protection de la pudeur (culpabilité extrême)
d) Délire
Thèmes :
- Mégalomanie
- Puissance
- Projet fabuleux
- Jouissance
e) Répercussion somatique
Insomnie totale (voire sub totale), rebelle :
- Eviter les stimulations
- Eviter les boissons excitantes
- Cadrer
Risque d’amaigrissement (n’ont plus envie de manger) :
- Avoir à porter de main de quoi boire et manger au coup par coup
- Assurer les besoins de base
Les constantes :
- Hyperthermie, TA et pouls élevés
- ATTENTION à l’arrêt cardio-vasculaire surtout chez les personnes à risque
DSM IV :
- Réduction du besoin de sommeil
5
UE.2.6.S5
04.10.11
f) Les différentes formes
Hypomanie : tableau maniaque mais à minima. Les signes sont atténués mais doivent être minimal 4
jours. Elle n’entraine pas d’incapacité sociale comme la manie.
La manie, quant à elle, nécessite l’hospitalisation
Formes mixtes :
- Episodes où coexistent des tbles maniaques ou hypomaniaques, et formes dépressives
- Instabilité de l’humeur importante
g) Les traitements
REFUS DE TRAITEMENT : Cf. cours de schizophrénie (IDE)
Les tbles bipolaires 1 nécessitent tjs une hospitalisation : antidépresseur + anxiolytique + ttt contre
les tbles de l’humeur.
Pour la manie : ttt pour l’agitation => neuroleptique ou antipsychotique
Tbles bipolaire 2 : non hospitalier mais ambulatoire. Pas de ttt de l’hypomanie. Attention à
l’utilisation des antidépresseurs, car ils peuvent entrainer un virage de l’humeur, et basculer vers un
épisode d’hypomaniaque et maniaque.
Dans le ttt de fond pour bipolaire 1 et 2 : ttt par régulateur de l’humeur => utilisation du lithium, le
gpe des mdts avec thymorégulateurs, antipsychotiques, …
3. Traitement de la psychose maniaco-dépressive
a) Lithium
Téralite* :
- Comprimé 250 mg
- Comprimé LP 400 mg (libération prolongée)
 Efficace dans une zone particulière : taux de lithiémie pour arriver dans la zone cible :
- Comprimé 250 mg : cible, zone thérapeutique entre 0,50 – 0,80 mL équivalent / L
- Comprimé LP 400 mg : zone thérapeutique entre 0,8 à 1,2 mL équivalent / L
Bilan initial :
- Bilan hépatique
- Bilan électrolytique (IONO) : pas d’hyponatrémie en cas de lithium. Le lithium prend la place
du sel, du sodium
- Bilan cardio-vasculaire
- Bilan thyroïdien
- Recherche d’une grossesse possible
Adaptation de la posologie :
- Appliquer le protocole
- Lithiémie toujours à jeun, 12 heures après la prise du traitement de la veille
- Pour le comprimé LP 400 mg : lithiémie 24 h après la prise
6
UE.2.6.S5
04.10.11
Traitement au long cours, détection des effets secondaires :
- Risque de tremblements généralisés
- Problématique endocrinienne : prise de poids
- Risque tératogène
- Risque de trouble du rythme : prise des constantes (pouls : fréquence + rythme)
- Risque de confusion
- Risque d’hypotonie musculaire
Les incidents, les accidents, le risque d’intoxication :
- Arrêt du traitement
- Lithiémie
- Les signes de surdosage :
 Tremblement généralisé +++

 Céphalée

 Asthénie

 Hypotonie musculaire

 Somnolence
- Prévention du surdosage : gestion du régime normo-sodé
Ralentissement idéatoire voire
coma
Précordialgie
Soif intense
Nausée, vomissement
b) Tégrétol
Carbamazépinémie :
- Dose à ne pas dépasser
- Dose plasmatique normale : 5 à 10 micro g/mL
-
Risque d’accident hématologie : numération + plaquette
Pas beaucoup d’effets secondaires
c) Dépamide
-
Norme : 50 à 100 micro g/mL
Légère toxicité hépatique donc bilan hépatique à faire régulièrement
4. Education thérapeutique en regard du traitement et de la maladie
-
Travailler avec le patient pour savoir ce que le patient estime être une humeur normale
Eviter l’automédication surtout avec le lithium
Etre toujours vigilants aux insomnies
Prévenir, anticiper les éléments stressant
Eviter, voire ne pas prendre d’alcool et de toxiques
Toujours avoir une contraception associée pour les patientes sous lithium
Réunions d’information pour les patients et leur entourage et nous expliquons quelles sont
les différents signes précurseurs et de rechute
Gpe où les patients se réunissent avec une infirmière formée et une psychologue
7