LE CANCER
C'est la première cause de mortalité en France.
I. Face à un cancer
Face à un cancer, il faudra :




L'évoquer devant des signes cliniques plus ou moins évocateurs (AEG, fièvre, …)
En faire la preuve par des biopsies : C'est l'examen anatomopathologique
Prévoir un bilan à la recherche de métastases
Proposer un traitement
II. Le cancer
A. Définition
Les trois processus (division et auto-production, division et différenciation, mort cellulaire
par apoptose) sont contrôlés par des mécanismes très précis, qui ont souvent été mis en évidence
lors de l'étude du processus cancéreux.
Le cancer est le résultat d'une prolifération cellulaire anarchique aboutissant à la mort du sujet hôte.
De façon schématique, on peut dire de la cellule cancéreuse qu'elle :
 Se divise sans respecter les signaux de contrôle de l'organisme porteur
 Perd ses relations sociales avec les cellules voisines. Envahit progressivement les tissus
adjacents. Provoque une vascularisation nouvelle et la création d'un tissu de soutien
indispensable pour la survie de la masse tumorale
 Migre à distance pour créer de nouvelles colonies (métastases)
Ces trois propriétés caractérisent un cancer.
B. Etapes du développement d'un cancer
Les différentes étapes du développement d'un cancer peuvent être schématisées comme suit :
 Les modifications cellulaires initiales : l'initiation
 La promotion de ces modifications
 La prolifération incontrôlée
Kevin CHEVALIER
1





La désorganisation tissulaire et le phénomène invasif
L'angiogenèse et la stroma-réaction
Les métastases ganglionnaires
Les métastases sanguines
Les conséquences pour l'hôte
En 1 : Une cellule est initiée par une modification du DNA natif mais sa morphologie est identique
En 2 : sous l'effet de cette mutation elle commence à se diviser de façon indépendante des facteurs
de croissance
En 3 : Les cellules cancéreuses se divisent et donnent une lésion in situ, puis invasive
En 4 : Les cellules métastasent à distance
Kevin CHEVALIER
2
C. Les métastases
Les principales métastases sont :
 Les métastases hépatiques, génératrices d'ictères et d'insuffisance hépatique
 Les métastases pulmonaires, génératrices de dyspnée, d'insuffisances respiratoires et
d'hémoptysies
 Les métastases osseuses, génératrices de douleurs, de fractures
 Les métastases cérébrales, génératrices de céphalées et d'œdèmes cérébraux
 Les métastases surrénaliennes
En fait, tous les organes peuvent être atteints
1. Les métastases osseuses
On distingue :
En 1 : Les métastases ostéolytiques qui
détruisent l'os et le fragilisent
En 2 : Les métastases condensantes
2. Les métastases pulmonaires
En 1, ou à gauche les métastases en "lâcher de ballons"
En 2 : Une métastase atteignant la côte
En 3 : Une métastase touchant le péricarde
En 4 : Une métastase touchant la région sous pleurale et donnant une
pleurésie. On pourra ponctionner ce liquide à la recherche de
métastase.
Kevin CHEVALIER
3
III. Le dépistage des cancers
Il existe plusieurs dépistages de cancers.
A. Cancer du col de l'utérus
Pour le cancer du col de l'utérus on réalisera des frottis cervico-vaginaux. On va mettre un
speculum et on va frotter le col de l'utérus. Ce frottis sera mis sur lame et analysé à la recherche de
cellules tumorales.
B. Cancer du sein
Pour le cancer du sein (Touche une femme sur 13), on conseillera une femme une
autopalpation bilatérale. On réalisera aussi des mammographies et des échographies. Il existe des
campagnes de dépistages systématiques.
La peau du mamelon ne suit pas le mouvement du bras : C'est un signe de cancer du sein.
C. Cancer du colon
Le cancer du colon est un des cancers les plus fréquents.
Pour les gens, on propose un dépistage via l'hémoculte : on
recherche du sang dans les selles. SI on en trouve, on réalisera une
coloscopie.
Si on a des antécédents familiaux de polypes ou de cancer, il
faudra réaliser une coloscopie.
Tumeur ulcéro-bourgeonnante colique
Kevin CHEVALIER
4
D. Cancers cutanés
Pour les cancers cutanés on a une surveillance des grains de beauté, des expositions solaires.
On a la mise en place de consultations gratuites de dépistages.
Mélanome
Métastases d'un mélanome qui ont la particularité d'être colorées
E. Cancer du poumon
Pour le cancer du poumon, on n'a pour l'instant aucun dépistage concret.
IV. Facteurs de risque
A. Facteurs favorisant les cancers
Les facteurs favorisants les cancers sont :






L'alcool dans les cancers digestifs, ORL
Le tabac dans le cancer du poumon
Le métier à cause de certains toxiques
L'environnement
Les radiations ionisantes et solaires
Les médicaments
Kevin CHEVALIER
 Les virus
 La nutrition (alimentation riche et
grasse)
 La susceptibilité génétique (cancer du
sein)
5
B. Le tabac : la cause la plus importante
Le tabac est la cause de cancer la plus importante à l'heure actuelle.
Un lien a été établi, de façon indiscutable, avec les cancers suivants :







Poumons
Larynx
Cavité buccale
Pharynx
Œsophage
Vessie
Pancréas
C. Cancérogenèse et risques professionnels
1. L'amiante
C'est un facteur de risque dans les mésothéliomes (cancer de la plèvre) et des poumons.
2. Les vapeurs de diesel
Ce sont des facteurs de risque dans le cancer du poumon
3. La suie
Ce sont des facteurs de risque dans les cancers de la peau (scrotum surtout)
4. Les teintures de cheveux (chez les coiffeurs)
Ils peuvent donner des cancers de la vessie
5. Les huiles minérales (usinage métallique)
Elles peuvent donner des cancers de la peau
6. Formaldéhyde (industrie du bois)
Il peut donner des cancers du nez-rhinopharynx
Kevin CHEVALIER
6
D. Virus et cancer
 Le virus d'Epstein Barr (ou EBC) donne la mononucléose infectieuse. Il peut être impliqué dans le
lymphome de Burkitt (En Afrique) et le cancer du naso-pharynx (En Asie)
 Le virus de l'hépatite B donne des carcinomes héptocellulaires d'Afrique ou d'Asie. De même
avec le virus de l'hépatite C
 Le virus HTLV-1 dans certains lymphomes humains d'Asie
 Le virus HIV, favorise d'une façon mal comprise la survenue de sarcomes de Kaposi ou de
lymphomes non hodgkiniens
 Le virus du papillome dans certains cancers du col utérin (rôle non formellement démontré)
V. Diagnostic
A. Généralités
L'organisme hôte supporte pendant longtemps la présence du cancer (grande latence).
Le signe révélateur peut être la survenue de métastases.
Les marqueurs tumoraux peuvent faire soupçonner un cancer mais malheureusement leur
présence dans le sang est inconstante au cours du cancer
Exemple :
 αfœto-protéine (cancer hépatique)
 ACE : Antigène carcino-embryonnaire
 CA 19-0 : cancer du pancréas
 CA 15-3
B. Signes d'un cancer
Les signes qui doivent faire évoquer le cancer sont :





La fièvre
L'AEG
L'anorexie
Le dégoût pour les viandes
Le dégoût pour le tabac
Parfois, on a des manifestations qui n'ont rien à voir avec le cancer : les syndromes
paranéoplasiques.
Kevin CHEVALIER
7
C. Recherche de tumeurs malignes
Il faut d'abord rechercher les cancers les plus fréquents chez
 L'homme : Prostate, colon, poumon
 La femme: Sein, col utérin, colon, poumon
Il faut ensuite rechercher :
 Des facteurs génétiques
 Des facteurs favorisants (amiante, …)
 Des signes d'alarmes spécifiques ou non. Par exemple : fumeur qui crache du sang.
On réalise un examen clinique sur lequel :
 Le cancer peut être visible (Exemple : cancer de la peau, cancer du col de l'utérus)
 Le cancer est palpable (Exemple : hépatomégalie, masse abdominale, …)
 Parfois, l'examen est normal
On va donc devoir réaliser des examens complémentaires :
 Des examens biologiques : NFS, Anémie, Inflammation, …
 Des examens radiologiques. Exemple : Chez un patient qui fume avec une hémoptysie on
fera un scanner thoracique.
 Des examens échographiques. On pourra faire des ponctions sous échographies.
 Des examens endoscopies pour tout ce qui est digestif ou ORL.
On a la nécessité d'avoir une preuve histologique pour faire la certitude du cancer mais aussi
préciser sa nature histologique.
Il faudra faire un bilan du cancer avec une recherche de métastases qu'elles soient
ganglionnaires ou viscérales.
D. Les signes qui doivent faire évoquer le diagnostique du cancer
La tumeur est visible
On a des douleurs localisées
Kevin CHEVALIER
8
On a des hémorragies :





Hémotysie (émission de sang par la toux)
Hémorragies génitales
Hématémèse (émission de sang avec effort de vomissement)
Rectorragie (Emission de sang par l'anus)
Mélénas (sang digéré)
VI. Classification TNM
A. Classification
 T=TUMOR – Tumeur
On va pouvoir définir si la tumeur est hormonaux dépendante ou si elle possède un facteur
génétique favorisant.
 N= NODE – Ganglion
 M = METASTASIS – Métastase
B. Exemple : Tumeurs Pulmonaires
1. Tumeur
 T1 : La taille de la tumeur est inférieure à 3 cm (T1a < 2cm, T1b > 2-3 cm)
 T2 : La tumeur a atteint la bronche principale. Elle est à plus de 2 cm de la carène et envahit
la plèvre. T2a > tumeur supérieure à 3cm, T2b tumeur supérieure à 5-7 cm
 T3 : La tumeur fait plus de 7 cm avec un envahissement de la paroi thoracique, du
diaphragme, de la plèvre viscérale. La bronche principale est atteinte et la tumeur est à
moins de 2 cm de la carène. On a une atélectasie totale
 T4 : On a un envahissement tumoral du médiastin, du cœur, des gros vaisseaux, de la carène,
de l'œsophage, des vertèbres.
2. Ganglions




N0 : Pas d'envahissement ganglionnaire
N1 : Siège homolatéral péri-bronchique-hilaire
N2 : Siège homolatéral, médiastinal, sous carénaire
N3 : Siège controlatéral, médiastinal ou hilaine-scalène ou supra-claviculaire
Kevin CHEVALIER
9
3. Métastases
 M0 : Pas de métastases
 M1a : Nodule satellite dans un lobule controlatéral. On a des nodules pleuraux avec un
épanchement pleural ou péricardique.
 M1b : Métastases à distance : foie, cerveau, os, …
VII. Conclusion
La diminution de la fréquence des cancers passe par la prévention.
Kevin CHEVALIER
10