Avec l’appui technique de :
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
I.
Introduction
1. Sur invitation de la Commission de la CEDEAO, s’est tenue les 21, 22 et 23 novembre 2013 à
l’hôtel Belle Côte à Abidjan, (République de Côte-d’Ivoire) une réunion dite de « concertation
régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au
changement climatique en vue de la mise en place d'une Alliance pour la coordination et la
convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA ».
2. L’objectif de la réunion de concertation régionale est que les porteurs d’initiatives régionales
s’approprient et contribuent pleinement au processus de mise en place de l’Alliance / Groupe
d’action pour la coordination et convergence des interventions sur l’adaptation de
l’agriculture ouest-africaine au changement climatique dans le cadre de la mise en œuvre de
l’ECOWAP/PDDAA.
3. De façon spécifique, il s’agit de :
 débattre des conclusions et recommandations de l’étude d’évaluation / diagnostic de l’AIC
en Afrique de l’Ouest (« ADAPTATION TO CLIMATE CHANGE IN AGRICULTURE IN WEST
AFRICA »), conduite par Africa Lead et le CILSS/INSAH pour le compte de la CEDEAO et
avec l'appui du Hub Rural;
 analyser et amender la note de présentation et l’agenda du Forum régional des acteurs
nationaux et régionaux de l’adaptation de l’agriculture ouest-africaine au changement
climatique, qui se tiendra en 2014 ;
 définir, avec les porteurs d’initiatives régionales, la feuille de route pour la préparation de
ce Forum régional, précisant notamment le rôle de chacun des membres du Groupe
d’appui et de suivi dans son organisation ;
 et identifier la contribution des partenaires techniques et financiers à l’organisation de ce
Forum régional de 2014.
4. Ont participé à la rencontre :
(i) des membres du Groupe des porteurs d’initiatives régionales sur l’adaptation de
l’agriculture au changement climatique en Afrique de l’Ouest, composé des représentants
de :
o Organisations scientifiques et techniques : UICN, ENDA, CARE, CCAFS, AfricaRice,
GWP Afrique de l’Ouest ;
o Réseaux régionaux d’organisations de producteurs et d’éleveurs / pasteurs :
ROPPA, APESS, RBM,CORET ;
o Organisations de la société civile : POSCAO, AFAO, WILDAF, REPAO ;
o Partenaires techniques non membres à l’heure actuelle du groupe d’appui et de
suivi : CSAO, FAO ;
(ii) des membres du Groupe d’appui et de suivi, composé des représentants de la CEDEAO,
de l’USAID, de la GIZ, du CILSS, du CORAF, de l’IFPRI et du Hub Rural.
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
2
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
II.
Ouverture
5. La cérémonie d’ouverture a été marquée par trois interventions :
6. Le Directeur par intérim de l’Agriculture et du Développement Rural de la CEDEAO, Mr Alain
Sy Traoré a, dans son mot d’ouverture, souhaité la bienvenue aux participants. Il les a
remercié pour avoir accepté de prendre part à cette importante rencontre, preuve de leur
engagement dans ce processus. Il a également remercié particulièrement l’USAID, la GIZ et le
Hub Rural pour leur appui dans l’organisation de la réunion. Revenant sur les objectifs
précités de la réunion, il a souligné l’importance de la rencontre qui, à son avis, doit
permettre d’éviter la démultiplication des actions, sources de doublons inutiles dans un
contexte de rareté des ressources financières. Il a terminé son allocution en insistant sur le
fait que la concertation dans le domaine des changements climatiques doit faciliter la
convergence des initiatives en privilégiant ce qui se fait de mieux.
7. Mme Sonja Esche représentante de la GIZ, s’est, dans un premier temps félicitée de
l’initiative de la réunion de concertation. Elle a ensuite mis l’accent sur le niveau de
l’engagement de la CEDEAO ; engagement qui lui a permis d’obtenir d’importants acquis en
matière d’élaboration de politiques, stratégies et programmes relatifs à l’environnement et
surtout à l’agriculture, notamment la formulation et la mise en œuvre des PNIA et du PRIA de
la région. Elle a également plaidé pour une meilleure intégration des changements
climatiques dans ces programmes. Enfin, elle a insisté sur la nécessité de procéder à une
diffusion large des bonnes pratiques recensées au niveau international en matière de
stratégie d’adaptation de l’agriculture au changement climatique.
8. Dans son allocution, le représentant de l’USAID, Mr Chris POSNIK, a relevé la meilleure prise
en compte des thématiques de gestion des ressources naturelles et changements climatiques
dans l’espace CEDEAO, comparé aux autres régions de l’Afrique. Ainsi il a adressé des
félicitations à l’endroit de la CEDEAO et de ses collaborateurs. Il a fait savoir l’importance
qu’accorde l’USAID au Forum prévu en févier 2014 et a manifesté la disposition de l’USAID à
soutenir le processus de concertation enclenché.
III.
Présentation des objectifs et résultats attendus de la rencontre
9. Le Directeur Exécutif du Hub Rural, le Dr. Yamar Mbodj, est revenu sur l’objectif et la finalité
de la dynamique que la CEDEAO essaie de promouvoir dans le domaine des stratégies
d’adaptation au changement climatique. Le processus vise principalement à susciter une
alliance ou un groupe d’action pour assurer une meilleure coordination et convergence des
interventions des différents acteurs régionaux dans le domaine. Une telle dynamique
permettra de gagner en efficacité et en impacts, de mutualiser les connaissances et les efforts
menés, par l’adoption d’une démarche fortement participative et inclusive. En fin, il a donné
des informations sur les attentes à chaque session du programme de la rencontre.
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
3
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
IV.
Déroulement des travaux
10.
A la suite de cette cérémonie d’ouverture, quatre étapes ont marqué les travaux : la
présentation introductive de l’USAID, la présentation de l’étude d’Africa Lead et INSAH, les
initiatives de la CEDEAO, des institutions régionales de coopération technique et de
recherche, des OSC, ONG et OP.
A. Vue d’ensemble des défis de l’Agriculture Intelligente face au Climat (AIC) :
expériences USAID
11. L’USAID a fait une communication introductive sur une vue d’ensemble des défis de
l’agriculture intelligente face au climat. La communication part de l’hypothèse que les
phénomènes climatiques se traduiront par une augmentation de la température et de la
variabilité des précipitations. Il en résultera une perte de fertilité des sols. Le changement
climatique est étroitement indissociable des enjeux de sécurité alimentaire, tant au point de
vue de la disponibilité, de la qualité que de l’accessibilité des produits pour les populations,
notamment les plus vulnérables.
12. Pour résoudre l’équation posée par le changement climatique en lien avec la sécurité
alimentaire il faut intervenir dans deux directions : (i) transformer la gestion des sols, de
l’eau et des ressources génétiques afin d’assurer une plus grande productivité, (ii) maximiser
les synergies et minimiser les compromis entre la productivité et les impacts
environnementaux. Ces actions sont les composantes d’une Agriculture Intelligente face au
Climat, qui présente un triple avantage : (i) augmente la productivité agricole, (ii) augmente
la résilience de l’agriculture, (iii) réduit les émissions de gaz à effet de serre et augmente la
séquestration en augmentant le carbone du sol.
13. Cependant l’adoption de l’Agriculture intelligente face au climat rencontre de nombreux
obstacles, d’ordre :
a. Technique, économique et social : (i) accès limité aux technologies appropriées,
(ii) perception que le changement climatique est un phénomène trop compliqué
et trop lointain ;
b. L’environnement et de gouvernance ; (iii) améliorer les politiques nationales et
régionales, (ii) le renforcement des capacités des institutions locales ;
c. De coordination des actions entre (i) le local et le national, (ii) le national et le
régional et (ii) entre les différents partenaires techniques.
14. La communication formule quelques recommandations pour le développement de
l’agriculture intelligente face au changement climatique, en terme de besoins recherche, de
renforcement des capacités institutionnelles (autonomisation des agriculteurs à participer
activement à la résolution des problèmes identifiés, le développement de plateformes qui
réunissent les parties prenantes aux différentes chaines de valeur, développer le crédit et les
assurances) et développer un système performant d’informations et de suivi des actions.
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
4
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
B. Présentation des résultats de l’étude CEDEAO / AFRICA LEAD / INSAH-CILSS
d’évaluation de l’AIC dans les Etats membres de la CEDEAO
15. Africa Lead et CILSS/INSAH ont présenté les résultats de l’étude : Adaptation to Climate
Change in Agriculture in West Africa. La communication est organisée en trois parties : (i)
contexte général, (ii) résultats majeurs, (iii) recommandations et conclusions. L’étude a été
commanditée par la CEDEAO qui a confié sa supervision technique au HUB RURAL. Elle
s’inscrit dans le cadre non seulement de l’accélération de la mise en œuvre de l’ECOWAP,
mais aussi dans la perspective d’une meilleure prise en compte des problématiques
émergentes dans les politiques etprogrammes de développement agricole, notamment dans
les PNIAs et le PRIA.
16. Après avoir rappelé l’importance de l’agriculture dans l’économie et la sécurité alimentaire
en Afrique de l’Ouest, l’analyse du contexte met en exergue les effets majeurs du changement
climatique sur l’agriculture régionale.Elle insiste sur la nécessité pour les politiques
agricoles de prendre en compte le phénomène de changement climatique pour développer
les stratégies qui permettent de renforcer la résilience de l’agriculture à ses impacts. L’étude
a été réalisée par une équipe pluridisciplinaire pilotée par Africa Lead en collaboration avec
l’INSAH et des consultants nationaux dans neuf pays : Burkina-Faso, Ghana, Guinée, Côted’Ivoire, Mali, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo. La démarche méthodologique a
consisté en l’analyse des documents de politique, programmes et projets, d’une part et des
entretiens avec des personnes ressources, des communautés à la base lors des visites de
terrain, d’autre part.
17. Les résultats majeurs de l’étude montrent :
a.
b.
18.
Qu’il existe plus de vingt-deux projets régionaux centrés sur l’adaptation au changement
climatique. Au niveau des neuf pays couverts par l’étude, on recense quelques 369
projets sur les sous-secteurs comme : la production agricole, l’élevage, gestion de l’eau,
eau et conservation des terres, gestion durable des terres, et gestion des ressources
naturelles ;
Un nombre important de technologies d’adaptation aux changements climatiques ont été
recensées. De nombreuses connaissances locales /endogènes ont été également
recensées en matière : (i) d’adaptation à la variabilité pluviométrique par le trou à
poisson, (ii) de la technologie d’irrigation, (iii) de prévision météorologique
par l’observation de la position des nids d’oiseau, la migration des pique-bœufs, de
l’éclosion des criquets puant, la migration des colonies de fourmis magnas.
L’étude formule de nombreuses recommandations à l’endroit de la CEDEAO et des Etats
membres, notamment sur la nécessité d’évaluer et mettre en œuvre des mesures
d’adaptation aux changements climatiques,
à court terme ; de donner le temps
d’expérimenter et développer des politiques qui permettent de minimiser les effets du
changement climatique sur l’agriculture et capitaliser ses impacts positifs ; mettre en place
tant au niveau national que régional des task force multi acteurs pour le pilotage des
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
5
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
stratégies et programmes qui intègrent le changement climatique ; développer un système
de suivi évaluation pour suivre l’intégration du changement climatique dans les programmes
agricole, ainsi que leur mise en œuvre effective.
C. Présentation des Initiatives des Institutions régionales de recherche et de
coopération technique
 CCAFS/ICRISAT
19. Le CCAFS a fait une présentation sur le thème : « Promotion de l’agriculture intelligente face
au climat en Afrique de l’Ouest : quelques expériences du programme CCAFS (Changement
Climatique, Agriculture et Sécurité Alimentaire)». Le programme de recherche du CGIAR sur
le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire(CCAFS) a pour objectifs : (i)
d’identifier et tester en faveur des pauvres, des pratiques, technologies et politiques en
matière d’adaptation et d’atténuation pour les systèmes alimentaires, les capacités
d’adaptation et les moyens de subsistance des ruraux ; (ii) d’établir un diagnostic et une
analyse qui, du niveau sub-national au niveau global, soutiendront l’inclusion de l’agriculture
dans les politiques liées au changement climatique, ainsi que celle des questions climatiques
dans les politiques agricoles. Pour ce faire, le programme CCAFS lie la connaissance à
l’action en réunissant ensemble les acteurs scientifiques et ceux politiques. Et les résultats et
données scientifiques sont rendus largement disponibles et accessibles au profit des
chercheurs, décideurs politiques et du grand public.
20. En Afrique de l’Ouest, le programme CCAFS est abrité par l’ICRISAT à Bamako. Les activités
couvrent la zone CEDEAO mais se concentrent pour l’instant dans cinq pays : Burkina Faso,
Ghana, Mali, Niger, Sénégal. Ensemble avec ses partenaires que sont les organisations sous
régionales (CORAF, CEDEAO, ROPPA, AGRHYMET, INSAH, UICN, CARE…), nationales
(Instituts de recherche, Directions agriculture, environnement, ressources animales,
Universités, Confédérations nationales paysannes…) et sous-nationales (services de
vulgarisation, organisations de producteurs, ONGs…), le CCAFS a mis en œuvre des activités
de recherche- action participatives visant à développer des options et pratiques pouvant
améliorer les capacités d’adaptation des personnes et des institutions face au changement
climatique et cela, du niveau champs du paysan au national au sous régional. Entre autres
activités, le programme a mis en place de plateformes nationales de dialogue sciencepolitique pour l’adaptation du secteur de l’agriculture au changement climatique pour des
prises de décision politiques bien informées par la science ; cela concerne également
l’accompagnement des pays dans leur processus de développement des Plans Nationaux
d’Adaptation (PNAs).
IFPRI
21. L’IFPRI a présenté son modèle d’adaptation au changement climatique et sécurité
alimentaire en Afrique de l’Ouest: Voies d’impact et évaluation des investissements requis.
Le modèle vise deux objectifs ; (i) l’intégration de la problématique de l’adaptation au
changement climatique dans la mise en place des PNIA(création de connaissances
scientifiques) et (ii) l’amélioration de la synergie entre les plans sectoriels de l’agriculture et

Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
6
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
de l’environnement autour de la problématique de l’adaptation au changement climatique.
De façon spécifique le travail entrepris par l’IFPRI vise à trouver des éléments de réponse à
trois questions majeures: (i) quel est l’impact du changement climatique sur le secteur
agricole et quelle est l’ampleur de ses effets?; (ii) quelles sont les mesures d'adaptation?
Quels sont les investissements requis? Et enfin ; (iii) comment les mesures d’adaptation
contribuent-elles à l’atténuation (agriculture verte/climate smart agriculture). La démarche
méthodologique repose sur le dialogue entre les parties prenantes, d’une part et la
modélisation qui s’appuie sur un triple niveau d’analyse (i) des exploitations agricoles, (ii)
sectoriel et (iii) Macroéconomique. Le projet d’une durée de trois ans est en cours
d’expérimentation au Burkina-Faso et en Guinée et a en perspective de s’étendre aux 13
autres Etats membres de la CEDEAO.

CILSS
22. Le CILSS a été créé en 1973. Cette institution à cheval sur l’Afrique de l’Ouest et du Centre
fournit cinq sortes de services aux Etats membres : la formation, l’information, la gestion de
projets régionaux, l’appui à la formulation de politique et stratégies de lutte contre la
désertification, la capitalisation et la diffusion de bonnes pratiques.
23. Dans le domaine de la production des connaissances, le CILSS a contribué à mettre en
évidence la vulnérabilité des économies locales, nationales et régionale à la variabilité du
climat. Cette vulnérabilité peut se traduire par une baisse des rendements des cultures de 5
à 50% d’ici à 2050 si des mesures idoines d’adaptation au changement climatique ne sont
pas prises.
24. En ce qui concerne la formulation et la gestion de projets visant l’atténuation des effets du
changement et de la variabilité climatiques, plusieurs programmes ont été exécutés depuis
plusieurs années. On pourrait particulièrement citer : (i) the Regional Programme on
Sustainable Land Management and Climate Change Adaptation (PRGDT). Le programme est
décliné en une vingtaine de projets d’investissement visant la restauration des terres
dégradées à travers une gestion durable par les communautés locales dans 15 pays ouest
africains. A ce programme s’ajoute le FFEM CC Project: Mainstreaming adaptation to climate
change in agriculture and water sectors in West Africa
25. Le CILSS organise également des formations diplomantes et des formations courtes pour le
personnel des administrations publics des Etats, en charge de la sécurité alimentaire. Il fait
également de la capitalisation et de la dissémination des connaissances sur les bonnes
pratiques.
D. Présentations des ONG, OP, OSC, de la FAO et de la CEDEAO
26.
Plusieurs initiatives portées par des institutions techniques régionales ont fait l’objet de
communication à la réunion. Elles ont été suivies par une communication de la CEDEAO sur
les initiatives en matière de prise en compte des stratégies d’adaptation aux changements
climatiques dans l’agriculture.
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
7
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
 CARE
27. La présentation de CARE s’appuie sur les résultats d’un projet régional développé dans
quatre pays africains, dont le Niger en Afrique de l’Ouest. Le projet vise à incorporer une
approche d’adaptation aux changements climatiques dans les projets portés par le
communautés à la base pour renforcer la résilience des populations vulnérables au
changement climatique. Le projet a mis en place une trousse à outils pour faire des analyses
de vulnérabilité. Au Niger, le projet a permis de mettre en place des cadres de concertations
à différents échelons. Le projet a renforcé la capacité de contribution des communautés
locales à la formulation des projets communautaires, ou des plans de développement
communal.
 ENDA
28. ENDA Tiers Monde a fait une communication sur son programme phare centré sur
l’adaptation au changement climatique, intitulé : agriculture et changement climatique : les
expériences d’ENDA Energie-Environnement. Le programme est focalisé sur trois axes
d’intervention. Le premier concerne le renforcement des capacités par la formation des
décideurs et des chercheurs, le développement et le test d’outils d’analyse de la vulnérabilité.
Le second objectif porte sur la gestion et le partage de connaissance. A ce titre ENDA a
développé depuis 2009 un réseau de partage de connaissance sur l’adaptation au
changement climatique : AFRICAADAPT. Le troisième est centré sur le projet « Sécurité
énergétique pour une Sécurité alimentaire (SESAL) », qui travaille avec des producteurs
« champions », qu’il forme et coach en business plan, équipe en technologies d’énergies
renouvelables et en bio-digesteurs pour la fertilisation des sols et l’alimentation en biogaz
pour la cuisson et l’éclairage domestique. Des résultats intéressants ont été obtenus au
ZIMBABWE, à Madagascar et au Mali
 REPAO
29. Le REPAO a partagé les résultats du programme APPECAO qui a permis le développement
de scénarii et de stratégies d’adaptation pour la pêche en Afrique de l’Ouest. L’objectif de ce
programme est « Identifier des stratégies d’adaptation de la pêche aux changements
climatiques afin de faciliter la planification de l'adaptation aux changements climatiques
dans les politiques publiques ». Les scénarii de stratégies s’appuient sur plusieurs critères
d’ordre politique, technologique, économique, environnemental et social. L’étude des
scénarii de la pêche au Sénégal en 2050 a permis de capitaliser des informations
importantes aux niveaux national et local : (i) enjeux de la pêche dans les 30 dernières
années, (ii) les avenirs plausibles de la pêche, (iii) les stratégies d’adaptation de la pêche aux
CC pour éviter les impacts des scénarii pessimistes et aller vers un futur désiré (scénarii
optimistes).
 ROPPA
30. Le réseau des Organisations des producteurs et des paysans d’Afrique de l’Ouest a présenté
la vision, les constats, les actions du réseau sur le changement climatique. Pour les
producteurs, le Changement climatique n’est pas nouveau. Il est à la base de phénomènes
qui impactent négativement la sécurité alimentaire. Les producteurs développent en
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
8
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
permanence des stratégies d’adaptation aux changements climatiques, allant de la
diversification des productions, aux techniques de restauration des terres, en passant par
l’association de l’élevage à l’agriculture, etc. Le ROPPA a développé des initiatives centrées
sur (i) l’information et la sensibilisation, (ii) la vulgarisation des technologies. Il a en chantier
deux initiatives majeures (i) mise en place d’un cadre permanent de dialogue entre les
réseaux OP et la Recherche, et (ii) ouverture prochaine de l’Université paysanne du ROPPA
avec vocation à former des formateurs notamment sur les questions de changements
climatiques

La FAO
31. La FAO a présenté un bref aperçu des travaux qu’elle mène à tous les niveaux pour produire
de la connaissance, apporter de l’assistance politique en vue de renforcer les capacités
nécessaires à l’adaptation au changement climatique. En 2011, la FAO a lancé son cadre
intégré de coordination de l’ensemble de ses programmes centrés sur les stratégies
d’adaptation au changement climatique. Elle a développé plusieurs instruments allant des
outils de production de connaissance, de renforcement des capacités et la production et la
gestion de données sur plusieurs aspects et de technologies pour mitiger les effets de
changement climatique.
 La CEDEAO
32. Après avoir rappelé les orientations, les objectifs et les axes d’intervention de la politique
environnementale régionale, la CEDEAO a tout d’abord présenté la vision du programme
régional. Cette dernière postule qu’ « à l’horizon 2030, les pays de l’Afrique de l’Ouest
disposent ensemble de capacité humaine, technique et financière suffisantes pour soustraire
leur système humain et naturel des effets néfastes de changement de changement
climatique ». le second objectif du programme régional est centré sur l’intégration des
dimensions changement climatique dans l’élaboration des politiques, notamment les
programmes de développement agricole. A cet effet la CEDEAO concoure à la mise en œuvre
du Programme MESA (Suivi de l’Environnement pour la Sécurité en Afrique). De l’analyse
des actions de la CEDEAO pour renforcer les stratégies d’adaptation aux changements
climatiques, un certain nombre de contraintes ont été identifiées, notamment (i) la capacité
limitée des pays, (ii) la non coordination des approches, (iii) des barrières à la réalisation
des investissements, (iv) des problèmes fonciers, (v) la non intégration de plans agricoles
avec les autres domaines, notamment le changement climatique, (vi) l’insuffisance de
données fiables relatives à l’agriculture et au changement climatique, (vii) la faiblesse de
l’intégration des données produites et des informations météorologiques fiables, diversifiées
dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques, stratégies et programmes agricoles.
33. Pour piloter le programme et lever les contraintes identifier, il a été mis en place : (i) un
Comité de pilotage, (ii) une unité de Gestion et (iii) un groupe consultatif scientifique et
technique. Il a été également recommandé : (i) d’établir une synergie d’action entre toutes
les structures régionales intervenant dans le changement climatique, (ii) établir une
collaboration entre les pays pour les actions à entreprendre, (iii) la nécessité de diffuser les
données de la recherche sur le climat aux producteurs, (iv) nécessité pour l’agriculture de la
région de contribuer à l’atténuation des effets du changement climatique, (v) tenir compte
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
9
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
de la dynamique de développement économique, social et politique de la région dans les
éléments d’adaptation au changement climatique.
E. Présentation des expériences de cadres et dispositifs de coordination
fonctionnelles
34. Trois expériences de cadres ou plateformes de coordination et de mises en cohérence des
actions concourant à l’adaptation aux changements climatiques ont été présentées à la
réunion.
35. La première concerne la plateforme électronique aWHERE qui vise à améliorer la
productivité agricole à partir de la collecte, du stockage et de la diffusion de données,
informations et pratiques de mitigation des effets de changement climatique pour renforcer
la résilience des producteurs agricoles. La plateforme aWHERE a plus d’une cinquantaine
d’années. La plateforme aWHERE est centrée sur 4 aspects ; (i) la manipulation des
données, (ii) le suivi de la variabilité climatique et de la sécurité alimentaire, (iii) la
dissémination des résultats et (iv) la collaboration entre les acteurs. Les données
climatiques sont générées à partir des centres qui existent dans le monde, mises à jour et
envoyées aux utilisateurs. En 2014, la plateforme va fournir des prévisions saisonnières.
Laplateforme aWHERE est une application web qui peut être contrôlée par tout le monde.
36. Après avoir rappelé le contexte général des initiatives en matière d’adaptation au
changement climatique de l’Afrique de l’Ouest (existence d’une politique environnementale,
de plusieurs initiatives portées par les institutions régionales), l’UICN a mis en exergue les
expériences de partenariat environnemental construit avec: (i) ABV dans le cadre du
PAGEV pour la mise en place du CTGEN (Burkina-Ghana-TOGO) et ensuite le CTGEV ; (ii)
CILSS, OSS, CEA pour l’élaboration d’une trousse à outil d’adaptation au changement
climatique: TOP-SECAC ; (iii) les pays: Parlementaires, MEF, Collectivités territoriales,
communautés. L’analyse des initiatives a permis de formuler le Programme de partenariat
sur l’environnement et le changement climatique en Afrique de l’ouest (PECC-AO). Ce
programme a pour objectif général de « contribuer dans un cadre partenarial à
opérationnaliser le Plan d’action sous régional de réduction de la vulnérabilité en Afrique de
l’Ouest (PASR-RV-AO) ». Il sera géré par un comité de pilotage, une unité de gestion et un
conseil scientifique et technique.
37. Partant de l’existence de nombreuses initiatives fort enrichissantes dans le domaine de
changement climat, le CORAF a procédé avec l’IFPRI à une analyse prospective qui a conduit
à définir une stratégie globale. Cette dernière a débouché sur la mise en place d’une
plateforme dénommée : AfricaInteract – Platform. Il s’agit d’une plateforme d’échanges entre
les chercheurs et les décideurs publics sur les stratégies d’adaptation au changement
climatique en Afrique. Un des défis de la plateforme est d’amener les décideurs publics à
mieux comprendre les enjeux du phénomène de changement climatique. Pour ce faire, la
plateforme vise à assurer le transfert des informations et des connaissances aux décideurs
publics. Dans ce cadre la plateforme a mis en réseau plus de 250 acteurs, rencontré 50
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
10
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
décideurs publics et 50 scientifiques. Ces rencontres ont permis de procéder à une relecture
des politiques de recherche pour améliorer les conditions de vie des populations.
38. Pour le cas spécifique de l’Afrique de l’Ouest, le CORAF a participé avec d’autres acteurs à la
mise en place d’une plateforme multidisciplinaire : communautés rurales, Environnement et
climat en Afrique de l’Ouest ». Quelques 262 Scientifiques travaillent à opérationnaliser cette
plateforme en s’investissant dans quatre piliers : (i) des projets de recherche d’envergure
régionale, (ii) des observations de terrain, (iii) l‘exploitation des résultats des laboratoires
internationaux, (iv) le renforcement des capacités des acteurs.
F. Présentation du processus de mise en place d'une Alliance / Groupe
d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le
cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
39. Le HUB RURAL a présenté un document de base pour servir de brainstorming sur les
orientations, les objectifs et les mécanismes de fonctionnement d’une potentielle alliance
des acteurs et institutions ouest africains pour la convergence des interventions en matière
d’adaptation au changement climatique.
G. Présentation de la note conceptuelle et agenda du Forum régional des
acteurs nationaux et régionaux de l’adaptation de l’agriculture ouestafricaine au changement climatique
40. Le HUB RURAL a présenté l’avant-projet de l’agenda du forum régional des acteurs
nationaux et régionaux de l’adaptation de l’agriculture ouest africaine au changement
climatique, prévu pour se tenir en Février 2014.
41. Le contexte, les objectifs, la méthodologie, le champ du forum, la liste des participants, les
modalités de financement du forum ont fait l’objet d’une longue discussion.
H. Présentation de la feuille de route relative aux actions à conduire pour la
tenue du Forum
42. Le HUB RURAL a présenté le projet de feuille de route élaboré par un petit groupe
constitué de CCAFS, INSAH-CILSS, IFPRI, CORAF et HUB RURAL.
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
11
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
V.
Discussions, Conclusions et recommandations
5.1. Concernant la présentation de l’USAID relative à la Vue d’ensemble des défis de
l’Agriculture Intelligente face au Climat (AIC)
42.
Les participants se sont félicités de la qualité de la communication. Ils ont recommandé
qu’elle puisse servir de présentation introductive au forum des acteurs nationaux et
régionaux de l’AIC en Afrique de l’Ouest (cf. Key Note Address), en intégrant les éléments
régionaux et sous-sectoriels complémentaires (pêche, foresterie, etc.).
43.
Par ailleurs, Ils ont en perspective du Forum insisté sur la nécessité :
 De mettre en exergue la notion d‘Agriculture Smart et ses avantages ;
 D’alimenter les présentations des expériences des OP sur les impacts du changement
climatique sur les revenus et les activités des producteurs, éleveurs, pasteurs, pêcheurs, en
soulignent les apports et les limites des savoirs locaux et endogènes, et les apports
complémentaires attendus d’une AIC sur le plan scientifique ;
 D’insister sur l’importance des efforts de communication et de vulgarisation à consentir en
matière d’AIC, en particulier en direction des femmes et des jeunes ;
44. En ce qui concerne les actions de mise en œuvre, les participants demandent de :
 Bien distinguer les défis relevant de la variabilité climatique de ceux relevant du
changement climatique, dans tous les sous-secteurs (production végétale, foresterie,
pêche, élevage et pastoralisme, gestion des ressources en eau) ;
 Promouvoir l’approche participative et inclusive, et travailler à l’élaboration d’une vision
de l’AIC intégrant le moyen et le long terme ;
 Développer la dimension de résilience climatique en intégrant la réduction des risques de
catastrophes, et appelant au renforcement des liens entre secteurs du développement et
de l’humanitaire dans ce domaine ;
 Intégrer les conclusions de l’atelier CEDEAO / FAO tenu à Accra sur le thème « Agriculture
Systemsat Risk: Priority action towards Climate Change adaptation in West Africa » (Accra,
4-5 février 2013) ;
5.2. Concernant l’étude CEDEAO / AFRICA LEAD / INSAH-CILSS d’évaluation de l’AIC
dans les Etats membres de la CEDEAO
45.
Il est demandé de :
 Renforcer l’étude avec la contribution des différents partenaires présents, mais également
de l’améliorer en complétant les informations pour les aspects manquants et pour les pays
restants;
 Améliorer la typologie des initiatives en matière d’AIC proposée dans l’étude (tout en
explicitant mieux sa méthodologie sous-jacente) et la rendre plus opérationnelle pour
faciliter l’intervention régionale en matière de convergence des interventions ;
 Aller au-delà des recommandations actuelles de l’étude pour la constitution d’une task
force régional sur l’AIC, en s’attachant à donner des éléments de définition et
d’opérationnalisation de cette dernière ;
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
12
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
 Œuvrer au financement d’un complément d’étude permettant : (i) de couvrir l’ensemble
des sous-secteurs concernés (y compris pêche, foresterie, gestion des ressources en eau),
et ii) de couvrir les 6 pays de l’espace CEDEAO non couverts par cette étude portant sur 9
pays seulement. A cet égard, l’USAID a acté cette demande et s’est engagé à conduire sous
peu les requêtes nécessaires pour ce faire auprès de la plateforme multi-donateurs
notamment ;
 Œuvrer à la vulgarisation, communication et dissémination de l’étude auprès d’un plus
grand nombre, incluant la valorisation des fiches d’information sur les technologies de
l’ACC figurant en Annexe du rapport ;
46.
Dans la perspective du Forum des acteurs nationaux et régionaux sur l’AIC de 2014,de :
 Mettre l’accent sur les problématiques et paradoxes clefs identifiés à travers cette étude
concernant les interventions actuellement menées dans la région en la matière ;
 Mettre au cœur du cadre d’intervention et du projet d’Alliance / groupe d’action, la
volonté de favoriser des interventions aboutissant à des résultats tangibles sur le terrain
et à large échelle, au profit des communautés à la base, et dans une approche inclusive et
participative.
5.3.
Concernant les initiatives de la CEDEAO, des institutions régionales de
coopération technique et de recherche, des OSC, ONG et OP
47.
Après de larges discussions, il a été recommandé de :
 Conduire une réflexion sur les passerelles de convergence entre institutions autour de
l’AIC, les actions de mutualisation à envisager dans plusieurs domaines d’intervention
(formation, données, recherche, etc.), et les éventuels leaderships à renforcer ou conférer
à certaines institutions sur des domaines d’intervention spécifiques ;
 Ne pas cantonner l’analyse des impacts de la variabilité et du changement climatique aux
seuls impacts sur les ressources naturelles et de considérer également les impacts sur les
ressources physiques (infrastructures), sociales, financières et humaines ;
 Amener les résultats en matière d’impacts du climat sur l’agriculture (au sens large) à être
clairs, visibles, compréhensibles et appréhendables pour les décideurs politiques et les
acteurs du domaine, en œuvrant à une meilleure mutualisation / communication /
vulgarisation / dissémination des résultats (notes d’information, outils d’aide à la décision,
etc.) ;
 Renforcer la prise en compte du genre dans les outils et stratégies d’intervention
proposés, et ce de façon spécifique et opérationnelle ;
 Bien distinguer les outils et stratégies d’intervention proposés selon qu’ils se réfèrent à
l’adaptation à la variabilité ou à l’adaptation au changement climatique.
5.4. Concernant le processus de mise en place d'une Alliance / Groupe d’action pour la
coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre
de l’ECOWAP/PDDAA
48. Les participants ont reconnu la pertinence de la démarche, qui vient à point nommé pour
assurer la convergence et la rationalisation des interventions, améliorer la capitalisation des
initiatives. Cette démarche est également de nature à favoriser : (i) une meilleure lisibilité et
visibilité des initiatives pour influencer les politiques publiques à différents échelons et (ii)
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
13
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
un meilleur accès des décideurs économiques, notamment des producteurs aux données,
informations et technologies pour mieux définir leur stratégie d’adaptation au changement
climatique.
49. Les débats ont permis de repréciser la vision, les principes, les objectifs et les domaines
d’intervention, les moyens et le mode de fonctionnement de l’Alliance pour la convergence
des interventions en matière d’adaptation au changement climatique pour la mise en œuvre
de l’ECOWAP/PDDAA. Les éléments retenus sont annexés à ce relevé de conclusion.
5.5. Concernant le Forum
50. Les amendements apportés par les participants ont permis, non seulement de séquencer le
processus en trois phases (préparation, tenue et gestion des actes du forum) d’une part et
de repousser la date de la tenue du Forum au 26- 30 Mai 2014, à Bamako, en République du
Mali.
51. Les termes de référence, ainsi que l’agenda du Forum remanié sont joints en annexe à ce
relevé de conclusions
52. Il a été retenu :
 Dans le contexte, de :
 Mettre en exergue le rôle des hommes et des femmes qui portent les activités
agricoles ;
 Bien distinguer les objectifs du Forum, de ceux de l’Alliance qui sera mise en place ;





 Sur la démarche d’intervention, de :
Proposer des termes de références aux pays et à tous les autres communicateurs ;
Inviter un ou deux pays extérieurs à l’Afrique de l’Ouest pour partager leurs
expériences ;
Dans les TDR à adresser aux Pays, insister sur leurs expériences en matière de prise en
compte
des
questions
émergentes,
de
coordination
intersectorielles
(PANA/PNA/PNIA/PAGIRE), de mise en œuvre de projets d’adaptation au niveau des
communautés locales, les principaux acquis et contraintes, les besoins d’appuis.
Inviter plus de donateurs pour pouvoir mobiliser suffisamment de ressources
indispensables à la mise en œuvre de projets au niveau des communautés locales et pour
appuyer le fonctionnement de la future alliance ;
Réserver une journée pour définir les outils et la démarche de prise en compte de l’AIC
dans les PNIA et PRIA ;
 Sur la liste des participants, d’ajouter :
o Tchad et Mauritanie
o BID
o SAFGRAD
o ACPC (NEPAD AfricanClimate Policy Center)
o Membres du FORUM SECAL Afrique de l’Ouest
o Secteur privé : Fédération ouest africaine des chambres de commerce, MARS,
MAI-AGRO et d’autres Industries agroalimentaires
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
14
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives





Sur l’agenda, de retenir :
Jour 1 : Pas de changement
Jour 2 : Deux présentations introductives (FAO, CCAFS/INSAH) et 3 panels pays ;
Jour 3 : Panels sur les thématiques, avec le panel sur le financement comportant une
introduction par une synthèse sur les mécanismes de financement existants et
intervenants sur des expériences réussies de financement
Jour 4 : Pas de changement
5.6. Concernant la feuille de route
53. Les discussions ont permis d’aboutir au tableau en annexe, qui donne les activités prévues,
les responsables de la mise en œuvre et les échéances.
VI.
Cérémonie de clôture
54. La cérémonie de clôture a enregistré quatre allocutions.
55. Prenant le premier la parole, le Directeur par intérim de l’Agriculture et du Développement
Rural de la Commission de la CEDEAO, Monsieur Alain Sy TRAORE a tout d’abord remercié
les participants à la conférence. Au nom du Commissaire en Charge de l’Agriculture, de
l’Environnement et des Ressources en eau, il a en particulier remercié la GIZ pour sa
contribution au financement des travaux de l’atelier, l’USAID qui non seulement apporte une
assistance financière remarquable à la mise en œuvre de l’ECOWAP et qui a dépêché une
mission de haut niveau à Abidjan pour participer à la rencontre. Il s’est réjoui de la qualité
des travaux conduits au cours des trois jours de l’atelier, avant d’inviter les participants à ne
pas relâcher leurs efforts pour assurer un succès au Forum dont la tenue est prévue pour la
fin du mois de Mai 2014.
56. Prenant ensuite la parole, la représente de la GIZ, Mme Sonja Esche a félicité les participants
pour la qualité des discussions utiles qui ont été faites au cours des trois jours de la
rencontre. Elle a ensuite insisté, tout en s’en félicitant, sur le caractère ambitieux de l’agenda
que les participants ont défini pour conduire à la tenue du Forum régional pour la mise en
place d’une alliance pour la convergence des initiatives en matière de changement
climatique. Elle a enfin félicité la CEDEAO pour son leadership et le HUB RURAL pour les
efforts consentis pour assurer le succès des travaux de la rencontre.
57. Intervenant au nom de l’USAID, Monsieur Chris POSNIK s’est félicité du leadership de la
CEDEAO dans la mise en œuvre des politiques agricoles et environnementales en Afrique de
l’Ouest. Ce leadership est l’expression de l’engagement de la région dans la recherche des
solutions qui concourent à la résilience, non seulement du secteur agricole, mais aussi des
populations aux impacts du changement climatique. Ce leadership lui a permis de mobiliser
au cours de cette rencontre autant de participants d’horizons divers à cette importante
rencontre. Il a ensuite adressé ses félicitations au HUB RURAL pour la qualité et l’efficacité
de sa modération des travaux de la rencontre. La mise en commun des efforts des uns et des
autres a permis, l’obtention des résultats de l’atelier, corroborant ainsi le dicton
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
15
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
camerounais qui dit que « une seule personne ne peut pas tout faire, il faut permettre qu’il
s’associe à d’autres pour réaliser de grands exploits ». Il a réitéré la disponibilité de l’USAID à
accompagner la CEDEAO dans la concrétisation des grandes décisions de la rencontre;
58. Le discours de clôture de l’atelier a été prononcé par Monsieur MOUSSA Mama, Directeur du
Développement communautaire durable, au Ministère de l’intégration africaine de la
République de Côte-d’Ivoire. Il a transmis les salutations de Monsieur Aly Coulibaly, Ministre
de l’Intégration Africaine, aux participants. Il a ensuite remercié les partenaires pour le
concours technique et financiers qu’ils apportent à la région en vue de relever les défis
alimentaires auxquels elle est confrontée. Ce défi est d’autant plus crucial, que la région est
appelée à voir doubler sa population à l’horizon 2050. Il a invité les acteurs nationaux et
régionaux à accorder une attention particulière à la prise en compte du changement
climatique dans les politiques, stratégies et programmes de développement agricole et
alimentaires, avant de déclarer clos les travaux de l’atelier.
Fait à Abidjan, le 23 Novembre 2013
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
16
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
VII.
ANNEXES
1. Version amendée du document de présentation de l’Alliance pour la convergence et la
coordination des initiatives sur l’AIC
2. Feuille de route
3. Liste des participants
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
17
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
Annexe 1 :
Version amendée du document de présentation de l’Alliance pour la
coordination et la convergence des initiatives pour une Agriculture
Intelligente face au Climat (AIC) dans le cadre de la mise en œuvre de
l’ECOWAP/PDDAA
I.
Contexte et justification
1. A l’issue d’un processus participatif et inclusif, la CEDEAO s’est dotée en janvier 2005 d’une
politique agricole commune, l’ECOWAP/PDDAA, traduction régionale du Programme Détaillé de
Développement de l’Agriculture Africaine. Son objectif est de « contribuer de manière durable à
la satisfaction des besoins alimentaires de la population, au développement économique et social et
à l’éradication de la pauvreté dans les États membres, ainsi qu’à la réduction des inégalités entre
les territoires, zones et pays ».
2. Au-delà de contribuer à l’intégration économique régionale, l’ECOWAP/PDDAA se veut le
cadre de référence des interventions de la région ouest-africaine en matière de développement
agricole. Pour ce faire, sa mise en œuvre repose sur la coordination des échelles nationale et
régionale d’intervention, à travers le développement de Programmes Nationaux
d’Investissements Agricoles (PNIA) au niveau des pays, et d’un Programme Régional
d’Investissements Agricoles au niveau communautaire (PRIA).
3. Le PRIA se veut à la fois un programme d’accompagnement des dynamiques nationales autour
de problématiques communes ou transfrontalières, et un programme d’investissements et de
politiques publiques mobilisant l’intégration économique régionale en faveur de la
transformation de l’agriculture ouest-africaine pour l’atteinte de la sécurité alimentaire et
nutritionnelle. A cet effet, le PRIA est structuré autour de trois objectifs spécifiques : (i) la
promotion des produits stratégiques pour la souveraineté alimentaire ; (ii) la promotion d’un
environnement global favorable au développement agricole régional ; et (iii) la réduction de la
vulnérabilité alimentaire et la promotion de l’accès durable à l’alimentation.
4. La Commission de la CEDEAO a entamé l’accélération de la mise en œuvre du PRIA. Trois
instruments incitatifs de politiques publiques sont prévus pour gérer les risques et pour
anticiper sur les chances de succès du PRIA :



Les instruments d’appui à l’intensification de la production agricole et pastorale;
Les instruments d’appui à la régulation des marchés et à la facilitation du commerce
intra régional ;
Les instruments d’amélioration de l’accès des populations vulnérables à l’alimentation.
5. La CEDEAO souhaite désormais intégrer un nouveau type d’instruments de
politique publique : les instruments d’adaptation de l’agriculture ouest-africaine aux risques
climatiques, dans le sens d’une agriculture intelligente face au climat (AIC), c’est-à-dire d’une
agriculture : (i) adaptée aux nouvelles contraintes climatiques ; (ii) qui préserve, voire accroît la
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
18
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
production alimentaire, (iii) tout en protégeant l’environnement, réduisant ainsi les émissions
produites par l'agriculture.
6. La Direction de l’Agriculture et du Développement Rural (DADR) de la CEDEAO vient
d’engager un processus pour intégrer l’AIC dans le PRIA et les PNIA. Ce processus relève d’une
dynamique plus globale visant à intégrer les dimensions émergentes dans les PNIA (changement
climatique, résilience, nutrition, recherche…). Il est mené de concert avec la Direction
Environnement de la CEDEAO, dans le cadre du PASR-AO1 qui vise notamment à promouvoir
l’intégration du changement climatique dans les politiques sectorielles régionales.
7. La définition et la mise en œuvre de ce nouvel instrument pour une agriculture ouest-africaine
intelligente face au climat n’est cependant pas sans poser un certain nombre de défis à relever :
-
-
-
-
Développer, au-delà des seuls outils (ou techniques) d’adaptation, de véritables
démarches d’intervention en faveur de l’adaptation, si l’on ne veut pas « s’adapter à vue »
et, in fine, être confronté à une situation où les coûts de l’adaptation, encore
envisageables hier, ne deviennent trop importants et impliquent d’en revoir les
objectifs ;
Intégrer dans ces démarches d’adaptation les différents pas de temps (court, moyen et
long termes) et les différents niveaux de l’adaptation (échelles régionale, nationale, locale
et communautaire) ;
Réussir la mise à l’échelle des interventions tout en renforçant la planification locale de
l’adaptation ;
Renforcer la cohérence et la coordination intersectorielles des politiques et programmes,
en particulier pour les secteurs de l’agriculture, de l’environnement et de la gestion des
ressources en eau, ceci aux échelles régionale (PRIA / PASR-AO / PA-PREAO) et
nationale (PNIA / PANA-PNA / PAGIRE) ;
Financer l’AIC dans le cadre des PNIA de façon complémentaire aux PANA, pour
améliorer l’appropriation sectorielle, les capacités d’absorption nationales et
l’architecture de la finance climatique en direction des pays.
8. Pour appréhender ces enjeux et défis, la Direction Agriculture et Développement Rural de la
CEDEAO entreprend de développer son cadre régional d’intervention, de financement et de
suivi-évaluation en matière d’AIC, dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA (PRIA
et PNIA).
9. Pour ce faire, la CEDEAO a lancé un appel aux institutions régionales et internationales du
domaine intervenant dans la région pour l’appuyer dans la définition de ce cadre d’intervention,
de financement et de suivi-évaluation, ainsi que dans sa mise en œuvre par la mise en synergie
des acteurs de la région pour porter et opérationnaliser ce cadre régional.
10. C’est dans cette optique qu’est aujourd’hui instituée l’Alliance pour la coordination et la
convergence des initiatives pour une Agriculture Intelligente face au Climat (AIC) dans le cadre de
la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA.
1
Programme d’Action Sous-Régional de Réduction de la Vulnérabilité aux Changements Climatiques en Afrique de l’Ouest.
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
19
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
II.
Identité et vision
L’Alliance réuni les acteurs régionaux et internationaux porteurs d’initiatives d’appui aux pays et
à la région ouest-africaine pour une agriculture intelligente face au climat (AIC) s’inscrivant dans
le cadre de la politique agricole de la CEDEAO, l’ECOWAP/PDDAA, et de sa mise en œuvre au
niveau régional (PRIA) et national (PNIA).
A cet égard, les membres de l’Alliance font leur la vision adoptée par l’ECOWAP/PDDAA : « La
politique agricole s’inscrit dans la perspective d’une agriculture moderne et durable, fondée sur
l’efficacité et l’efficience des exploitations familiales et la promotion des entreprises agricoles grâce
à l’implication du secteur privé. Productive et compétitive sur le marché intra-communautaire et
sur les marchés internationaux, elle doit permettre d’assurer la sécurité alimentaire et de procurer
des revenus décents à ses actifs ».
Plus largement, les membres de l’Alliance s’inscrivent dans la vision et les valeurs portés par les
politiques sectorielles de la CEDEAO dans les domaines de l’agriculture, du développement rural,
de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles (ECOWAP, ECOWEP, PREAO).
III.
Principes
Les membres de l’Alliance s’engagent à faire reposer leurs interventions dans le cadre de
l’Alliance sur les principes suivants :
•
La convergence et coordination des initiatives régionales menées en réponse aux besoins
exprimés par les pays ou la région, en se basant sur les initiatives en cours pour
améliorer leur pertinence et leur efficience sans pour autant y faire obstacle ;
•
Le renforcement de la cohérence et de la coordination intersectorielles des stratégies,
politiques, programmes et projets à toutes les échelles d’intervention (régional, national,
local et communautaire) ;
•
La synergie, la complémentarité et le partage d’information entre acteurs et entre
initiatives tout au long de la chaîne d’intervention ;
•
La subsidiarité entre Etats et Communautés économiques régionales ;
•
La dynamique de convergence des politiques sectorielles entre pays sous l’impulsion de
leur(s) communauté(s) économique(s) régionale(s) ;
•
La prise en compte spécifique des femmes, des jeunes et des autres groupes vulnérables
dans la conception, la mise en œuvre et le suivi-évaluation des initiatives (techniques,
scientifiques, politiques, institutionnelles et financières) ;
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
20
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
La prise en compte des considérations, besoins, demandes, dynamiques, initiatives et
recommandations issues des collectivités locales et des communautés à la base dans la
conception, la mise en œuvre et le suivi-évaluation des initiatives (techniques,
scientifiques, politiques, institutionnelles et financières) aux échelles nationale et
régionale.
•
IV.
Objectif et résultats attendus
L’objectif poursuivi par l’Alliance est d’améliorer l’intégration de l’AIC dans le PRIA et les PNIA
de l’ECOWAP/PDDAA.
Les résultats attendus sont :
-
La CEDEAO dispose d’un cadre d’intervention, de financement et de suivi-évaluation sur
l’AIC dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA au niveau régional (PRIA)
et national (PNIA) ;
La CEDEAO dispose, à travers l’Alliance, d’un dispositif de mise en œuvre de son cadre
d’intervention, de financement et de suivi-évaluation sur l’AIC ;
Les pays de la CEDEAO (+ Tchad et Mauritanie) disposent d’un dispositif relayant leurs
besoins et demandes d’appui auprès des organisations membres de l’Alliance, et
contribuant à l’élaboration de réponses effectives, pertinentes, coordonnées et articulées
de la part des membres de l’Alliance.
-
V.
Approche
Les membres de l’Alliance s’entendent à faire reposer leurs interventions dans le cadre de
l’Alliance sur les approches suivantes :
-
-
Une approche intersectorielle intégrant les différents sous-secteurs concernés par l’AIC
(production végétale, élevage et pastoralisme, gestion des ressources en eau, pêche,
foresterie, énergie) ;
Une approche inclusive et participative vis-à-vis des acteurs non-étatiques, des
collectivités et des communautés ;
Une approche basée sur l’articulation des différents pas de temps de l’adaptation au
changement climatique (court, moyen et long terme) ;
Une approche basée sur les chaînes de valeur dans l’AIC ;
Une approche capitalisant et valorisant les acquis, outils, démarches et initiatives des
acteurs du développement et de l’urgence pour la résilience climatique,
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
21
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
-
Une approche capitalisant et valorisant plus généralement les apprentissages mutuels
entre organisations/institutions, entre organisations/institutions et bénéficiaires, et
entre bénéficiaires eux-mêmes ;
Une approche s’appuyant sur une meilleure gouvernance, une coordination accrue, une
information par la recherche mieux élaborée, vulgarisée et diffusée, et un dialogue accru
et de qualité avec les utilisateurs et bénéficiaires finaux ;
Une approche de suivi-évaluation à même de mesurer les impacts, les avancées et les
limites des interventions associées au cadre d’intervention sur l’AIC de la CEDEAO, en
particulier vis-à-vis des femmes, des jeunes et des autres groupes vulnérables.
-
-
VI.
Secteurs et domaines de coopération
Les secteurs de coopération de l’Alliance couvrent la production végétale, l’élevage et
pastoralisme, l’environnement, la gestion des ressources en eau, la pêche, la foresterie et
l’énergie.
Les domaines de coopération de l’Alliance sont :
-
L’acquisition, le traitement, la gestion et l’accès aux données ;
-
La prévision et les services climatiques à court, moyen et long termes ;
-
Les analyses de vulnérabilité et d’impacts à court, moyen et long termes ;
-
Les outils et démarches d’intervention pour une mise en œuvre concrète, au niveau local
et à l’échelle de l’AIC (communautés de pratiques, transformation de programmestémoins en programmes-structurants, etc.) ;
-
Le renforcement des capacités ;
-
La capitalisation, l’information, la communication, la vulgarisation et la dissémination ;
-
La formation (initiale, continue, doctorale, professionnelle) ;
-
L’éducation, en particulier en direction des jeunes, des femmes et des autres groupes
vulnérables ;
-
L’élaboration des stratégies, politiques, programmes et projets sectoriels et
intersectoriels à toutes les échelles d’intervention (régionale, nationale, locale,
communautaire) ;
-
Le renforcement de la cohérence et de la coordination intersectorielles des stratégies,
politiques, programmes et projets à toutes les échelles d’intervention (régionale,
nationale, locale, communautaire) ;
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
22
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
-
La prise en compte des femmes, des jeunes et des autres groupes vulnérables dans
l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies, politiques, programmes et projets, à
toutes les échelles d’intervention (régionale, nationale, locale, communautaire) ;
-
L’implication effective des acteurs non-étatiques, sur une base participative et inclusive,
dans les processus d’élaboration et de mise en œuvre des stratégies, politiques,
programmes et projets, à toutes les échelles d’intervention (régionale, nationale, locale,
communautaire).
VII.
Modalités de mise en œuvre / de fonctionnement
Pilotage
Le pilotage de l’Alliance est assuré par la CEDEAO (Direction Agriculture et Développement
Rural).
Animation
L’animation de l’Alliance est assurée par une cellule d’animation hébergée par le Hub Rural
(Plateforme d’appui au développement rural et à la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest et
du Centre), basé à Dakar (Sénégal).
Echanges
Des rencontres seront organisées sur une base régulière (au moins deux par an) pour favoriser
les échanges, le partage et le suivi entre membres de l’Alliance, par la cellule d’animation de
l’Alliance et sous l’égide de la CEDEAO.
Sur proposition des membres de l’Alliance, et analyse de la faisabilité technique et financière par
la cellule d’animation de l’Alliance, la CEDEAO prendra les dispositions nécessaires pour
améliorer l’effectivité, l’efficience et la qualité du dialogue et des échanges entre les membres de
l’Alliance (plateforme web, bases de données, bases de CV, répertoires d’information, etc.).
Courtage
La CEDEAO sera responsable de la communication en direction des pays (cellules des PNIA et
autres politiques sectorielles) relative aux services offerts par l’Alliance au travers de ses
membres, et sera appuyée dans cette tâche par la cellule d’animation et les membres de
l’Alliance.
La CEDEAO sera destinataire des besoins et demandes d’appui exprimés sur une base volontaire
par les pays (cellules des PNIA et autres politiques sectorielles) en direction de l’Alliance, qu’elle
transmettra à la cellule d’animation de l’Alliance.
La cellule d’animation de l’Alliance sera chargée de relayer ces besoins et demandes d’appui des
pays en direction des membres de l’Alliance, et d’accompagner au besoin les membres de
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
23
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
l’Alliance pour l’élaboration d’une réponse effective, coordonnée et articulée à ces besoins et
demandes.
L’Alliance œuvre à la mise en synergie de ses membres, pour renforcer la convergence et la
coordination de leurs interventions en direction des pays ou de la région. Les organisations
membres de l’Alliance restent maîtres de la conduite du processus de dialogue et de négociation
avec ces derniers pour l’élaboration de leurs initiatives d’appui. Elles sont cependant
responsables d’informer l’Alliance, à travers sa cellule d’animation, des initiatives d’appui
nouvellement concrétisées.
Communication
La cellule d’animation de l’Alliance assurera la publication régulière d’un bulletin d’information
sur le travail de l’Alliance et de ses membres (« Echo de l’Alliance »), afin de contribuer aux
échanges interne et à la communication externe à l’Alliance. Les membres de l’Alliance
contribueront à alimenter en information ce bulletin, de sorte à en faire un bulletin commun aux
membres de l’Alliance (activités, actualités, annonces, évènements, etc.).
Ancrage à l’ECOWAP/PDDAA
La CEDEAO sera responsable de l’intégration du cadre d’intervention, de financement et de
suivi-évaluation sur l’AIC dans le dispositif plus général de pilotage, de financement et de suiviévaluation de l’ECOWAP/PDDAA (Agence régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation, Conseil
Consultatif pour l’Agriculture et l’Alimentation, Fonds Régional pour l’Agriculture et
l’Alimentation, dispositif de suivi-évaluation de la mise en œuvre des PNIA). Pour ce faire, la
CEDEAO pourra faire appel en tant que de besoin à la cellule d’animation ou aux membres de
l’Alliance.
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
24
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
Annexe 2 :
Feuille de route pour la préparation du Forum des acteurs nationaux et
régionaux de l’AIC en Afrique de l’Ouest (Bamako, mai 2014)
Actions
Responsables
Echéances
(1/3) Concernant les suites de la concertation régionale (Abidjan, 21-23 novembre 2013)
Finalisation (Fr & Ang) et envoi des
conclusions de l’atelier
Hub Rural
▪ Envoi de la nouvelle version = lundi 25
novembre
▪ Réaction des participants = vendredi 29
novembre
▪ Envoi final = vendredi 6 décembre
Finalisation (Fr et Ang) et envoi d’une
nouvelle version de la note de
présentation et agenda du Forum
2014
Hub Rural
▪ Envoi de la nouvelle version = lundi 25
novembre
▪ Réaction des participants = vendredi 29
novembre
▪ Envoi final = vendredi 6 décembre
Envoi des contributions des
participants pour la finalisation de la
version 2.0. de l’étude AVCC
Intégration des contributions des
participants pour la finalisation de la
version 2.0. de l’étude sur l’AVCC, et
finalisation du rapport final (Fr & Ang)
Participants
Lundi 25 novembre
Africa Lead /
INSAH
Samedi 30 novembre
(2/3) Concernant la réalisation du complément à l’étude Africa Lead / INSAH sur l’évaluation de l’AIC
→ approfondissement des dimensions non-abordées (état des lieux en termes de démarches pour l’ACC,
d’approche pour intégrer l’AIC dans les PNIA, de pratiques contribuant à la cohérence entre PNIA / PNA /
PAGIRE, d’inclusion du genre, d’approche chaîne de valeur, de planification locale et communautaire,
d’atténuation, etc.)
→ extension de l’étude aux 8 pays non couverts (espace CEDEAO + Tchad et Mauritanie)
dans les 17 pays (sur les 9 pays +)
Elaboration d’un projet de budget
INSAH / CCAFS
Lundi 25 novembre
Définition des modalités de
financements
Rédaction des TDR des consultants
Réalisation de l’étude, incluant le
document de présentation de
l’Alliance
CEDEAO
Samedi 30 novembre
INSAH / CCAFS
INSAH / CCAFS
Samedi 7 décembre
Janvier / mars 2014
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
25
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
(3/3) Concernant la préparation et l’organisation du Forum des acteurs nationaux et régionaux sur
l’AIC en Afrique de l’Ouest (mai 2014)
Finalisation (Fr et Ang) et envoi d’une Hub Rural
vendredi 6 décembre
nouvelle version de la note de
présentation et agenda du Forum
2014 (PM)
Elaboration d’un projet de budget du
Hub Rural
vendredi 6 décembre
Forum (y inclus activités et études
préparatoires, organisation)
Mobilisation des ressources pour le
CEDEAO
Fin janvier 2014
Forum
Appui aux pays pour la rédaction et la CEDEAO / Hub ▪ Préparation des TDR et canevas (pour
validation de leur communication
Rural
les communications-pays & les notes de
synthèse associées) = fin janvier 2014
▪ Rédaction des communications-pays =
mi-mars 2014
▪ Validation et envoi des communicationspays et des notes de synthèse associées =
fin mars 2014
Mobilisation du consultant pour la
Hub Rural
▪ Elaboration TDR = xxxx
réalisation de la synthèse sur les
▪ Réalisation des études = xxxx
mécanismes de financement
Mobilisation des présentations du
Hub Rural
▪ Préparation des TDR pour les
Forum
présentations = fin janvier 2014
▪ Amendement des TDR par les membres
du groupe de suivi = mi-février 2014
▪ Collecte des présentations = fin mars
2014
Traduction et édition des documents
Hub Rural
Fin avril 2014
du Forum
Communication institutionnelle,
CEDEAO
Dès décembre 2013
publicité dans les média vis-à-vis du
Forum (information, préparation des
discours, élaboration du site web et
logo dédiés, …)
Elaboration d’un projet de déclaration CEDEAO
Préparation : Début mai 2014
commune
Validation : mi-mai 2014
Tenue du Forum
CEDEAO
Du 26 au 31 mai 2014 à Bamako (Mali)
Capitalisation post-forum : production
de documents post- Forum (actes,
déclaration, capitalisation croisée…)
Hub Rural
Dès juin 2014
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
26
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
Annexe 3 :
Liste des participants
S/N
1.
NOM / NAME
ALFARI ISSIFOU
INSTITUTIONS
AGRHYMET
ADRESSE / ADDRESS
Tel. +227-96044445
E-mail : [email protected]
2.
ABDULAI JALLOH
CORAF/WECARD
Tel. +221-776875735
E-mail : [email protected]
3.
PAPA GORA NDIAYE
REPAO
Tel :+221-338252787
E-mail:[email protected]
4.
5.
SIBIRI JEAN ZOUNDI
DAVE LUNDBERG
SECRETARIAT CLUB DU SAHEL ET
DE L’AFRIQUE DE L’OUEST
(CSAO/OCDE)
Tel. +33-145241982
AWHERE, INC. USA
Tel :+1-3032799293
E-mail : [email protected]
Email :[email protected]
6.
ANDRE MERSHON
USAID/WASHINGTON
Tel:+1-2027125571
Email:[email protected]
7.
P.V. SUNDARESHWAR
USAID/WASHINGTON DC
Tel :+1-2027120610
Email :[email protected]
8.
JORGE OLIVEIRA
USAID/WEST AFRICA
Tel :+233-244313479
Email :[email protected]
9.
ANNE DIX
USAID/WEST AFRICA
Tel : +
Email :[email protected]
10.
CHRIS KOSNIKE
USAID/WASHINGTON DC
Tel :+2027121364
Email :[email protected]
11.
DANIEL NOVER
USAID
Tel : +233-244328975
Email :[email protected]
12.
TOM ERDMANN
AFRICA LEAD/USAID
Tel :+1-3017717850
Email :[email protected]
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
27
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
S/N
13.
NOM / NAME
SOMDA MAXIME
INSTITUTIONS
UICN-PACO
ADRESSE / ADDRESS
Tel :+
Email :[email protected]
14.
BENJAMIN De RIDDER
FAO-RAF
Email :[email protected]
15.
KAFUI ADJAMAGBO JOHNSON
WILDAF
Tel :+228-22612679/90175245
Email :[email protected]
16.
KHADY FALL TALL
AFAO-WAWA
Tel :+221-338646401
Email :[email protected]
17.
MANDIAYE DIAGNE
AFRICA RICE
Tel :+221-339626441
Email :[email protected]
18.
SIBIRI JEAN OUEDRAOGO
CILSS/INSAH
Tel :+223-70750166
Email : [email protected]
19.
SOME N. ANTOINE
CILSS/INSAH
Tel :+223-20222337
Email ;[email protected]
20.
SEYDOU R. KABORE
CILSS/SE
Tel:+226-50499600
Email:[email protected]
21.
MATY BADIAO
CILSS/CRA
Tel :+227-90203873
Email :[email protected]
22.
DR HAMADOUN MAHALMODOUN
CILSS/SE
Tel :+22670336946
Email :[email protected]
23.
THEODORE KABORE
INSAH/CILSS
Email:[email protected]
24.
ZOUGMORE ROBERT
ICRISAT/CCAFS BAMAKO
Tel : +223-78205473
Email :[email protected]
25.
BOUBACAR MAIGA
RBM
Tel+226-70311379
Email:[email protected]
26.
TIEMOGO HAMIDOU
APESS
Tel :+226-76635480
Email :[email protected]
27.
AWAISS YAHAYA
CARE
Tel :+227-90888945
Email :[email protected]
28.
29.
PROF. GOULA BI TIE ALBERT
ANDRE TIORO
PARTENARIAT MONDIALE DE
L’EAU-AFRIQUE DE L’OUEST (GWPWA)
Tel :+225-07526163
ROPPA
Tel :+226-70162949
Email :[email protected]
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
28
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
S/N
NOM / NAME
INSTITUTIONS
ADRESSE / ADDRESS
Email :[email protected]
30.
ALIOU DIOUF
ENDA ENERGIE
Tel :+221-775457068
Email :[email protected]
31.
GBETOENONMON ABEL
POSCAO
Tel :+229-97121349
Email :[email protected]
32.
FOFANA ISMAEL
IFPRI
Tel :+221-338699800
Email :[email protected]
33.
BELLO TUKUR M.
CORET
Email :[email protected]
[email protected]
34.
CISSOKHO CHEICK M.
ROPPA
Tel :+221-775581455
Email :[email protected]
35.
SONJA ESCHE
GIZ
Tel :+27828045349
Email : [email protected]
36.
DR. YAMAR MBODJ
HUB RURAL
Tel. +221 338699640
E-mail: [email protected]
37.
SOULE BIO GOURA
HUB RURAL
Tel :+229-90907707
Email :[email protected]
38.
PAPA ALASSANE MBAYE
HUB RURAL
Email :[email protected]
39.
MARWAN LADKI
HUB RURAL
Tel :+221-773755676
Email :[email protected]
40.
TRAORE SY ALAIN
ECOWAS Commission
Tel. +234 8032596402
E-mail: [email protected]
41.
TCHEMI T.W.AURELIEN
ECOWAS Commission
Tel. +234 8169118005
E-mail: [email protected]
42.
PIERRE HAAS
ECOWAS Commission
Tel: +234 8034163090
Email:pierre[email protected]
43.
BERTRAND ZIDA OUIRAOGO
ECOWAS Commission
Tel. +234 8081286565
E-mail: [email protected]
44.
NKOYO FRANCESCA ECHABOR
ECOWAS Commission
Tel. +234 8033302233
E-mail: [email protected]
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
29
Relevé des conclusions et recommandations de la concertation régionale des porteurs d’initiatives
Concertation régionale des porteurs d’initiatives sur l'adaptation de l'agriculture ouest-africaine au changement climatique en vue de la mise en place d'une
Alliance / Groupe d’action pour la coordination et la convergence des interventions dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA
30
Téléchargement

Concertation régionale des porteurs d`initiatives sur l