UE.2.6.S2
23.02.2010
L’évaluation du comportement psychomoteur
L’examen clinique
-
Il s’agit d’une sémiologie du regard
On observe la posture, les sentiments (marche, gestuelle), la mimique
On observe les gestes spontanés et suscités
On s’intéresse aussi à la parole
Il faut aussi avoir des notions de neurologique, car certains troubles moteurs peuvent être
dus à des atteintes nerveuses paralysies, syndrome parkinsonien, syndrome cérébelleux
Les troubles du comportement psychomoteur par défaut
Ralentissement psychomoteur
-
Lenteur des gestes = bradykinésie
Pauvreté de l’expression mimique = hypomimie
Pauvreté de l’expression verbale
Nosographie : dépression grave
La stupeur
-
C’est le max du ralentissement : toute activité motrice est suspendue, le sujet est mutique,
figé
Il ne réagit à aucune stimulation extérieure
G refus alimentaire
Nosographie
 Dépression grave (mélancolique)
 Etat catatonique
 Syndrome confusionnel (difficile à distinguer d’un état de pré-coma)
Déficit moteurs conversifs : hystériques
La conversation hystérique peut réaliser toutes sortes de paralysies que ne respectent pas l’anatomie
nerveuse (paraplégie, parésie, aphonies, …).
1
UE.2.6.S2
23.02.2010
Catalepsie
Elle associe :
-
Une perte d’initiale motrice
Un maintien des attitudes (le sujet ne prend pas l’initiative d’une attitude de repos)
Une « flexibilité cireuse » des muscles des membres : on peut les fléchir comme de la cire
molle
Nosographie : on al rencontre surtout dans les états catatoniques. Parfois il peut s’agir d’un
symptôme conversifs hystérique
Le syndrome catatonique
Il comporte plusieurs types de troubles (qui peuvent alterner) :
-
-
-
Un négativisme moteur = opposition aux sollicitations. Le sujet s’oppose à toute tentative de
mobilisation corporelle (sa contracture musculaire est proportionnelle à l’intensité de la
sollicitation)
Le sujet est mimique, mutique
Il est indifférent aux ordres qu’ol lui donnée ou il fait le contraire
Au minimum, attitude de raideur
Une catalepsie
Une obéissance « automatique » aux injonctions (syndrome de passivité)
Parfois il peut s’agir de la répétition immédiate d’un acte ou d’une mimique : échopraxie,
échomimie
Nosographie
 Schizophrénie
 Troubles de l’humeur : états mélancoliques
 Pathologie neurologique
 Intoxication
Apragmatisme
-
Impossibilité de réaliser harmonieusement un acte orienté vers un but
C’est un trouble de l’activité volontaire sans déficit
moteur et sans déficit instrumental
Au max, on peut observer des états d’inactivation prolongés
2
UE.2.6.S2
23.02.2010
Les troubles du comportement psychomoteur par excès
L’agitation
-
Activité motrice désordonnée, sans plan élaboré
Elle peut être explosive, avec une participation agressive
Il convient de l’apprécier en lien avec d’autres symptômes et non pas isolement :
 Troubles de la conscience (syndrome confusionnel)
 Anxiété (agitation anxieuse)
 Troubles de l’humeur (agitation du maniaque)
 Etat délirant
 Troubles de la personnalité
Les compulsions (« les TOC »)
-
Comportement rituels, répétitifs, envahissants
Réalisés sans nécessité (comptage des carrelages au sol, lavage des mains au moindre
contact)
Mais dont la non réalisation entrainerait une gde angoisse = lutte anxieuse
Le sujet a conscience du caractère irrationnel et inutile de son comportement
Nosographie : névrose obsessionnelle
L’impulsion
-
Besoin impérieux d’accomplir soudain un geste brutal, dangereux ou incongru
La réalisation du geste échappe au contrôle de la volonté
Le + svt, il n’y a pas de mvt de pensée préalable
Pas de lutte anxieuse préalable
Par contre, l’impulsion met en jeu les affects, les émotions
Nosographie : psychopathes, personnalités « émotionnellement labiles », personnalité
hystérique
Le raptus
-
C’est une forme d’impulsions extrême, à la limite entre le réflexe et l’activité volontaire
C’est une « réponse à l’instant dans l’instant »
Le sujet est emporté dans la réalisation explosive d’un passage à l’acte, svt grave et
éventuellement médico-légal : agression, suicide
Il peut survenir sur un fond de stupeur +++
3
UE.2.6.S2
23.02.2010
Les mvts anormaux
-
Les stéréotypies
Gestes identiques, durables inutiles et inadéquats aux circonstances, caricaturant parfois des
mvts normaux
Stéréotypies d’attitude : le sujet se tient indéfiniment dans une position inconfortable, sur la
pointe des pieds, tête renversée
Gestuelles : élémentaires ou actes complexes, sans but intelligible, inadaptés aux
circonstances
(verbales : étudiées dans les troubles de la pensée)
Paramimies
Dyskinésie
Tic
4
Téléchargement

L`évolution du comportement psychomoteur