17/10
I-
Leçon n°4 : Les champs lexicaux
Observation (voir fiche d’observation) :
Activité 1 :
Noms communs : le feu, lanterne, flambeaux, la cheminée, lueur, le soir
Adjectifs : obscure, lumineux, éclairées, illuminées, sombres
Activité 2 :
La vue : la prunelle (nom), scrutaient (verbe), lisaient (verbe), leurs sens aigus (GN),
spectacle (nom)
Le mouvement : mouvement (nom), s’inclinaient (verbe), excitation (nom), éruptions
(nom), antisismiques (adjectif), glissés (adjectif)
Activité 3 :
Dans ce texte, le champ lexical dominant est celui du corps : « oreilles, bouche, front,
nez, yeux… ».
Le thème du texte (= son sujet) est la mémoire.
Le thème d’un texte et son champ lexical ne sont pas toujours identiques.
II-
A retenir :
On appelle champ lexical l’ensemble des mots qui se rapportent à un même thème.
Un champ lexical peut être constitué de mots qui appartiennent à des classes
grammaticales différentes : noms, adjectifs, verbes, adverbes…
Les champs lexicaux rassemblent les synonymes, les antonymes, les mots de la même
famille, et même des noms propres.
Dans un texte, ils servent à l’enrichir et à la rendre cohérent.
Ex = Champ lexical de l’eau : mer, océan, marin, fleuve, piscine, rivière, pluie, lac, rive,
goutte, flaque, se baigner, rosée…
III-
Exercices :
Ex 1 :
a) b)
Noms de bateaux
Goélette de hunier
Voilier
Navire
Eléments du bateau
Mâts
Mât de misaine
Une voile
Ex 2 :
a)
Champ lexical du temps qu’il fait
Vent
Pluie
Froidure
Soleil luisant
Clair
Beau
Le temps
Champ lexical du vêtement
Manteau
Vêtu
Broderie
Beau
b) L’adjectif « beau » correspond aux 2 thèmes. Le mot « manteau » peut aussi être
utilisé pour les 2 champs lexicaux : « un manteau de neige ».
Ex 3 :
Nom
Troubadour
Aède
Poèmes
Trouvères
Ballades
Vers
Poètes
Muses
Adjectif
Lyriques
Rimés
rythmés
Verbe
Récite
Déclament
Adverbe
poétiquement
LEÇON 4 / FICHE D’OBSERVATION
LES CHAMPS LEXICAUX
Activité 1 :
Aujourd’hui encore, bien des personnes victimes de l’image convenue des « âges sombres »
imaginent le Moyen-Âge comme une époque « obscure », même du point de vue des
couleurs. En ce temps-là, le soir, les gens vivaient dans des endroits peu lumineux : cabanes
éclairées, au mieux, par le feu de la cheminée, vastes pièces de château illuminées par des
flambeaux, ou cellules de moines éclairées par la faible lueur d’une lanterne ; quant aux
rues des villes et villages, elles étaient sombres (et peu sûres). En revanche, l’homme
médiéval se représentait […] dans un milieu très lumineux.
Histoire de la beauté, sous la direction d’Umberto Eco
Activité 2 :
Depuis la nuit des temps, les hommes ont cherché la compagnie des chats pour leurs sens
aigus. Les Romains scrutaient leurs moindres mouvements pour prédire les éruptions
volcaniques. Ce spectacle leur procurait un mélange assez plaisant d’excitation et de
terreur. On raconte que les Sumériens lisaient dans la prunelle féline […]. Les Akkadiens
avaient inventé avant tout le monde un système de prévention antisismique. Des chamanes
interprétaient les cris provenant des chats glissés dans un tunnel souterrain à l’aide d’un
câble de traction sophistiqué. La palme de l’excellence revient aux pharaons qui, eux,
s’inclinaient devant notre magnificence de félidés.
Abdourahman A. Waberi, La Divine Chanson
Activité 3 :
Et toi, mémoire, que veux-tu que je fasse de ce petit peu que tu m’accordes quand tu ne
fais pas la sourde, l’aveugle, ou même la rancunière, quand tu ne me disperses pas à tous
les vents ? Ici, tu me livres un nez et des oreilles, tu m’interdis la bouche et le front. Et
ces yeux, de quelle couleur étaient-ils ? Et cette voix, chantait-elle vraiment aussi ? Là,
tu avoues une tête et me refuses les mains et tout le reste. Ou bien tu m’obliges à saluer
dans la rue des inconnus interloqués. Comment faire dans ces ténèbres ? En avant et à
tâtons !
J. Supervielle, Uruguay, 1928