L’intensité du courant est :
U
6

 0,3 A
R 20
I
La tension aux bornes de la résistance est :
U  R  I  20  200 103  4 V
La tension maximale supportée par la résistance est :
U  R  I  2, 2 103  30 103  66 V
U (V) 1,0 2,0 2,2 3,3 4,5 6,0
I (mA) 4,5 9,0 9,9 15 20 27
La valeur de la résistance est :
R
U
3, 6

 30 
I 120 103
U (V)
4
5 1,2 0,32
I (mA) 500 278 30 40
R (Ω)
8
18 40
8
1. La tension aux bornes de l’autre résistance est :
U R1  U G  U R2  6  2, 2  3,8 V
2. La valeur de la résistance R1 est :
R1 
U R1
I

3,8
 47,5 
80 103
La valeur de la résistance R2 est :
R2 
U R2
I

2, 2
 27,5 
80 103
1. La valeur de la résistance est :
R  27 1  5%  27  5%
2. L’intensité traversant la résistance est de :
I
U
6

 0, 22 A
R 27
1. Si la tension est de 3 V, l’intensité du courant est de
0,15 A.
2. Si l’intensité du courant est de 200 mA, la tension est
de 4 V.
3. La valeur de cette résistance est de :
R
U
5

 20 
I 250 103
La valeur de la résistance est :
R  22 1  5%  22  5%
La tension aux bornes de ce dipôle serait de :
U  R  I  22  40 103  0,88 V
Une résistance permet de diminuer l’intensité du courant
dans un circuit électrique. Plus la valeur de la résistance est
élevée, plus l’intensité est faible.
Donc l’ampèremètre indique 300 mA dans le montage a, 220
mA dans le montage b et 160 mA dans le montage c
L’intensité du courant est de I = 27,1 mA.
La tension électrique aux bornes de la résistance est U = 4,00
V
R
U
4, 00

 148 
I 27,1103
D’après une lecture graphique, on a :
U=3V
I = 15 mA
R
U
3

 200 
I 15 103
U
I
R
12 V
500 mA
24 Ω
70 V
20 mA
3,5 kΩ
220 V
1,1 x 10-4 A
2 MΩ
U1 3,5

7 
I1 0,5
U
6
R2  2 
 12 
I 2 0,5
U
9
 0,161 A = 161 mA
2. I1  1 
R1 56
U
9
I2  2 
 0, 273 A = 273 mA
R2 33
1. R1 
1. Les points ne sont pas alignés car il s’agit de points
expérimentaux qui possèdent tous une incertitude de
mesure.
2. C’est Lise qui a tracé correctement la caractéristique de la
résistance.
1.
2. Si U = 4,5 V alors I = 9 mA
Si I = 5 mA alors U = 2,5 V
3. R 
U
4,5

 500 
I 9 103
L’intensité totale est égale à la somme des intensités :
Itot = 4 x 0,4 + 0,1 + 2 x 5 + 0,4 = 12,1 A
Le fusible le mieux adapté est le fusible de 15 A.
Arnaud :
R
U
6

 122 
I 49 103
Béatrice :
R  122 
Jessica :
R  12 101 Ω ± 5%  120 Ω ± 5%
5 120
5% 120 
6 Ω
100
120  6    R  120  6  
114   R  126 
Les 3 méthodes sont bien en accord.
1. La valeur de l’intensité traversant R1 est :
I
U1 2, 4

 0, 012 A = 12 mA
R1 200
2. La valeur de l’intensité traversant R2 est aussi de 12 mA
car l’intensité de courant électrique est la même partout
dans un circuit en série.
1. La valeur de la tension aux bornes du générateur est :
UG  U R1  R1  I  200 120 103  24 V
La résistance est en dérivation sur e générateur donc les 2
tensions sont identiques.
2. La valeur de la résistance R2 est :
R2 
UG
U
24
24
 G 

 800 
3
I 2 I  I1 150  120  10
30 103
D’après la loi des nœuds :
I  I1  I 2
1. Ce dipôle n’est pas une résistance car sa caractéristique
n’est pas une droite passant par l’origine.
U
0, 75

 15 
I 50 103
U
2, 25

 22,5 
I 100 103
U
5

 33 
I 150 103
2.
La résistance de la lampe augmente lorsque l’intensité du
courant augmente.