Montpellier, le 6 avril 2016,
COMMUNIQUE DE PRESSE
Smoove, se pourvoit en cassation et conteste les conditions d’organisation du marché
public des vélosV de Lyon Métropole. L’entreprise locale, leader du vélo-en-libre-service,
remporte en parallèle d’importants marchés à l’international.
- Smoove annonce déposer un pourvoi en cassation auprès du conseil d’état, à l’encontre de
l’ordonnance de référé prise par le tribunal administratif de Lyon (16 mars 2016).
- Par ce pourvoi, Smoove conteste les conditions actuelles de la procédure d’appel d’offre (1) du
marché du renouvellement des Vélo’V qui lui interdit de défendre ses chances et semble
restreindre l’arrivée de toute autre candidature à celle de l’exploitant actuel.
- Smoove continue sa croissance à l’export (Moscou, Helsinki, Vancouver…) et se positionne sur le
renouvellement des flottes de vélos dans les capitales européennes pour finir d’asseoir sa
notoriété.
Smoove, start-up innovante, créée en 2008, dispose d’une reconnaissance mondiale sur le marché des
systèmes de vélos en libre-service (VLS). Basée à Montpellier et Chaponost (Lyon), la société équipe 10
villes en France et 11 villes à l’étranger. Smoove innove, exporte, embauche de nouveaux
collaborateurs de manière intensive mais ne peut, dans les conditions actuelles, se positionner sur le
marché de renouvellement des Vélo’v ! (Échéance en 2017).
Par ce pourvoi, Smoove conteste la manière dont l’appel d’offre a été agencé notamment la
procédure de dialogue compétitif et le non allotissement des missions qui lie strictement les VLS à la
publicité (2), et ne permet pas que la candidature de Smoove soit jugée acceptable. Smoove a déjà pu,
au travers de son avocat (3), défendre son point de vue en audience du tribunal administratif de Lyon
(9 mars 2016). L’ordonnance du référé a très regrettablement rejeté les demandes de Smoove (16 mars
2016), se bornant à reprendre l’argument de la Métropole selon lequel l’allotissement augmenterait
les coûts (sans présenter d’éléments chiffrés à l’appui).
« Par ce pourvoi, nous souhaitons légitimement défendre nos chances de remporter le marché du
renouvellement des véloV et souhaitons faire respecter nos droits à la concurrence. Smoove propose aux
collectivités un système de vélo en libre-service très économe, fiable, ergonomique, flexible, innovant et cela
en indépendance de contrats publicitaires. Nous gardons espoir et serions très fiers de pouvoir équiper le Grand
Lyon en prouvant à la collectivité la performance technique et économique de nos solutions, avec le plaisir de
faire travailler notre bureau d’étude basé à Chaponost et nos partenaires industriels régionaux ! », Laurent
Mercat, Pdg de Smoove
Alors même que plus aucune ville française n’a ré-édité depuis 2009 cette association publicité / VLS,
critiquée pour le manque de transparence entre dépenses et recettes, alors même que Paris a
récemment choisi de renouveler ses Vélib en indépendance de la publicité, il semble que la Métropole
de Lyon soit la seule à persister dans cette voie et ne souhaite pas ouvrir ce marché à l’arrivée de
nouveaux opérateurs.
Pourtant Smoove est un acteur incontournable du VLS aujourd’hui. La société compte un parc de
20000 vélos connectés en libre-service et se positionne sur le renouvellement des flottes de vélos dans
les capitales européennes. Smoove a un objectif : devenir l’un des trois leaders mondiaux du vélo en
libre-service grâce à son système innovant qui rompt avec les modèles traditionnels.
Au cœur du système Smoove : des vélos intelligents et ultra sécurisés.
.
Le boitier « Smoove box » est au centre de la solution
Smoove. A la différence de ses principaux concurrents, la
technologie communicante est embarquée directement sur le
vélo, autonome en énergie, sans câblage, sans génie civil avec
des stations vélos passives. Cette révolution simplifie l’accès
des usagers, facilite le déploiement des stations et permet une
très grande souplesse durant l’exploitation des projets.
Ex. de déploiement de la Smoove box sur la Métropole de Montpellier (France 34)
Aussi, Smoove innove dans la sécurisation des flottes de vélos. « Nos concurrents ont des parcs fragiles
car leurs vélos se font désolidariser de leurs supports. Nous avons créé un système anti-vandalisme permettant
un contrôle d’accès du vélo, à commencer par un cadenas qui est intégré dans la fourche. Il n’y a donc pas de
bornes connectées pour emprunter un vélo car il suffit de passer sa carte de transport sur ce dernier ou d’entrer
un code reçu par smartphones pour l’emprunter ». Les vélos Smoove sont géolocalisables grâce à un
système de triangularisation par radio. « Le vélo ne consomme pas d’énergie sinon celle produite par
sa dynamo, ce qui évite aux villes qui souhaitent adopter notre système d’investir trop lourdement dans
des infrastructures », Laurent Mercat, pdg de Smoove.
Et ça fonctionne. Smoove a réalisé 6 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015 et en prévoit plus de
10 millions à fin 2016. La société poursuit son développement à l’export et équipe Moscou, Astana,
Malacca, Bangkok, Chicago Park … La société a remporté dernièrement le marché de la ville d’Helsinki
(Finlande), un contrat de dix ans d’une valeur de 13 millions d’euros. L’installation est en cours et les
premières stations seront inaugurées le 2 mai 2016. Idem pour le marché de la ville de Vancouver
(Canada) qui inaugurera son premier parc de vélos-en-libre-service Smoove cet été ! Vélos intelligents,
objets connectés, système économe en énergie aux coûts maîtrisés, Smoove lancera en cours d’année
son vélo-en-libre-service électrique…
Pourquoi les cyclistes lyonnais ne pourraient-ils pas en profiter ?
Contact Presse : Hélène PAPA - h.papa@smoove.fr - +33 (0)4 11 57 01 19 www.smoove.fr
__________________________________________________________________________________
1.
2.
3.
Avis d’appel public à la concurrence n°16-880 publié au BOAMP le 3/02/2016 avec avis rectificatif publié le 9/02/2016.
L’appel d’offre ne dissocie pas la publicité sur le domaine public des services de vélos-en-libre service et prévoit un
marché global pour l’ensemble des missions demandées : la mise à disposition de mobiliers urbains (abribus), de
supports d’information (dont publicité) d’une part et l’exécution de prestations de services de mobilité, dont la location
de vélos en libre-service d’autre part.
Extrait de la requête de Maître Levain, présenté devant le juge des référés du tribunal administratif de Lyon, audience
du 9 mars 2016. « Les juridictions financières ont étudié le coût réel des prestations pour les collectivités cocontractantes
dans le cadre des marchés globaux. Ces juridictions, parmi d’autres rapports critiques, ont mis en évidence une
augmentation très sensible du coût d’ensemble du marché au fur et à mesure de la conclusion d’avenants successifs en
cours de contrat, lesquels ont abouti à reporter sur la collectivité de nombreux coûts du service des vélos en libre-service
(voir, notamment, CRC Provence - Alpes Côte d’Azur sur le contrat passé en 2006 par la Ville d’Aix-en-Provence avec la
société JC Decaux1 ; CRC Ile-de-France (2012) sur le marché global conclu par la Ville de Paris avec la société JC Decaux2).
1Rapport
2Rapport
d’observations définitives sur la gestion de la commune d’Aix-en-Provence (1998-2008), 1er février 2010.
d’observations définitives, 19 octobre 2012, n°2012-0850 R, Ville de Paris - gestion du service de mise à disposition
de vélos à Paris "dénommé Vélib'" (Paris).
A propos de Smoove
Smoove, une start-up familiale française au développement international
Smoove est une belle histoire qui commence en 2008 où 3 frères, passionnés de vélo, décident de joindre leurs compétences
complémentaires pour créer des brevets ingénieux et mettre en œuvre une solution de vélos en libre-service simple,
sécurisée et performante, concurrente du « Vélib » parisien. Lancée en mode start-up familiale, elle convainc des premières
villes françaises puis se développe à l’étranger où elle équipe jusqu’à de grandes capitales mondiales comme Moscou en
Russie, Astana au Kazakhstan. La demande s’élargie sur tous les continents, en Asie, en Amérique, au Moyen-Orient…
Aujourd’hui Smoove équipe plus de 10 villes En France ; Montpellier (Vélomagg), Belfort (Optymo), Clermont-Ferrand
(C.Vélo), Strasbourg (Velhop), Saint Etienne (Vélivert), Valence (Libélo), Avignon (Velopop), Lorient (Vélo an Oriant)... et à
l’étranger, dont Batumi (Géorgie), Moscou (Russie), Astana (Kazakhstan), Mellaca (Malaisie), Chicago Park (USA) et bientôt
Helsinki (Finlande) et Vancouver (Canada).
Smoove compte 20 salariés (bientôt 25), son équipe de 12 ingénieurs et techniciens est basée à Chaponost, son siège à
Montpellier, et ses sous-traitants industriels dans les départements du Rhône, de l’Ain et de la Haute-Savoie.
80% des produits Smoove sont « Made in France ».
Smoove est lauréat 2015 des Trophées RMC « Meilleure PME à l’export ».
Smoove inaugurera courant d’été son nouveau vélo à assistance électrique en-libre-service
Téléchargement

Par ce pourvoi, Smoove conteste les conditions actuelles de la