UE Génétique médicale
Cours n° 3 – Pr Rochette – 15.01.2014
Typeur : VILLANUEVA Jeanne - SAFWAN Johanna
Correcteur : VILLANUEVA Jeanne
Hérédité liée au sexe
I. Hérédité récessive liée à l’X
X : allèle normal / x = allèle muté
Sujets femmes  atteints : xx - Sujets porteurs : Xx - Sujets sains : XX
Sujets hommes  atteints : x Y - sains : X Y
A. Père sain x Mère porteuse (Cas le plus fréquent)
-
Seuls les garçons sont atteints (mais les deux parents ne sont
pas atteints)
Garçons : 50% atteints - 50% sains.
Filles indemnes : 50% normales - 50% hétérozygotes
« porteuses ».
X
XX
Xx
X
x
Y
XY
xY
B. Père atteint x mère normale : ex du daltonisme
-
Tous les fils sont sains.
Toutes les filles sont transmettrices.
Aucun sujet n’est daltonien.
x
xX
xX
X
X
Y
XY
XY
C. Père atteint x mère porteuse
-
Garçons : 50% sains et 50% atteints.
Filles :
o 50% hétérozygotes transmettrices
o 50% homozygotes atteintes.
X
x
x
Xx
xx
Y
XY
xY
D. Père atteint x Mère atteinte
-
Tous les garçons sont atteints.
Toutes les filles sont atteintes
Aucune fille, si xx est létal
x
x
x
xx
xx
Y
xY
xY
x
x
X
Xx
Xx
Y
xY
xY
E. Père sain x Mère atteinte
-
Tous les garçons sont atteints.
Les filles sont toutes porteuses (hétérozygotes)
1
F. Remarques
-
Une fille atteinte d’une maladie génétique liée à l’X provient de l’union d’un homme atteint
avec une femme porteuse.
Déficit en filles si le génotype xx est létal.
Dans une hérédité récessive liée à l’X, ½ des garçons atteints naissent d’une mère normale
(mais hétérozygote).
II. Hérédité dominante liée à l’X
-
Rares.
Dans une hérédité dominante liée à l’X : toutes les filles nées d’un père atteint sont atteintes.
Alors que dans une hérédité récessive liée à l’X : ½ des garçons atteints naissent d’une mère
saine mais porteuse (hétérozygote).
-
Pas de saut de génération
La descendance des parents sains est saine.
L’incidence de la maladie diffère selon le sexe du parent atteint.
o Si la mère est porteuse de la mutation  Transmission à l’enfant = ½
-
Ex :
o
o
o
Résistance à la vitamine D.
Albright.
Syndrome de Wilderwanck : calcification
raccourcissement des membres, asymétrie.
au
voisinage
des
articulations,
III. Hérédité liée à l’Y
-
Elle est transmise par les pères et héritée par les fils.
surtout dans les anomalies de développement des organes génitaux masculins.
IV. Exemples
Ex 1 :
-
Soit dominante liée à l’X : Les garçons n’ont reçus
que les X non mutés de la mère donc ne sont pas
malades, alors que les filles ont chacune reçues un
X de la mère et du père, celui du père étant muté,
elles seront forcément malades.
-
Soit autosomique dominante : avec deux parents
hétérozygote. La transmission n’est pas récessive
car il y a plus d’ ¼ atteints.
2
Ex 2 :
-
Non récessif lié à l’X car une fille est atteinte.
Non dominant lié à l’X car toutes les filles ne
sont pas atteintes.
Non autosomique dominant car les parents ne
sont pas atteints.
Non lié à l’Y car tous les garçons ne sont pas
atteints.
 Transmission autosomique récessive.
Ex 3 :
-
Transmission récessive liée à l’X car une mère porteuse et un père normal.
-
On cherche le risque pour le fœtus d’être atteint de la maladie (sachant que les deux frères
malades ne portent pas le même gène). La probabilité d’être atteint est donc (1/2 risque de
transmission par la mère + 1/3 qui est le risque de néo-mutation) ou probabilité maximale
1
1
1
2
d’être porteur : P = 2 + 3 × 2 = 3
V. Hérédité mitochondriale
Lors de la fécondation, le spermatozoïde a perdu toutes ses mitochondries, donc les mitochondries
de l’ovocyte seront celles de la mère.
-
L’hérédité mitochondriale est donc d’origine maternelle.
Transmise uniquement par les femmes.
Transmise par la mère à tous ses descendants.
Un fils ne transmettra pas l‘ADN mitochondrial reçut de sa mère.
-
Hérédité non Mendélienne : purement maternelle.
ADN circulaire de 16kb dont la séquence est entièrement connue.
37 gènes codant pour 13 protéines, des ARN ribosomiques et des ARN de transfert.
Expressivité variable.
3
Il existe des maladies héréditaires dues à des gènes mitochondriaux défectueux (Maladies
neuromusculaires notamment)
Les cytopathies mitochondriales sont souvent des pathologies à symptomatologie pléiotropique
(multiple) car le déficit touche de nombreux organes.
Ex : syndrome de Pearson : insuffisance pancréatique exocrine, insuffisance médullaire/ myélodysplasie, déficit musculaire, troubles hépatique, rénal, gastro-intestinal.
Souvent l’anomalie génétique n’est pas présente dans toutes – mais dans une partie seulement – des
mitochondries transmises à la génération suivante, alors selon le taux de mitochondries mutées :
c’est l’hétéroplasmie.
4