Organisé par:
:
Sponsorisé par:
Atelier d’Ecriture International sur
L’Elaboration d’une Meilleure Gestion des Migrations
Environnementales au Bangladesh
Le Center for Sustainable Development (CSD), University of Liberal Arts of Bangladesh (ULAB),
l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (Sciences Po Paris-IDDRI) et le
Center for International Sustainable Development Law (CISDL) organisent un Atelier d’écriture sur
« l’élaboration d’une meilleure gestion des migrations environnementales au Bangladesh » du 20 au 24
février 2012 à Dacca.
L’atelier réunira un panel d’experts ayant mené des recherches à la fois dans les domaines de la science
sociale, de l’environnement, de la science politique (CSD, IDDRI) et juridique (CISDL) sur la question
des migrations environnementales, mais également des représentants du monde des ONG. Inédit au
Bangladesh, cet atelier qui s’étend sur quatre jours, constitue une toute nouvelle forme de réflexion
collective. Il faut y voir les bases d’une plateforme de recherche internationale entre Nord et Sud, entre
chercheurs juniors et séniors, entre différents domaines d’expertise.
Sponsorisé par Global Neway, ce programme sera l’occasion de présenter la typologie et les différents
scénarios possibles des migrations environnementales au Bangladesh. Il s’organisera en quatre sessions :
la réduction et l’adaptation aux risques naturels, la planification urbaine et péri-urbaine, les droits de
l’Homme et la sécurité et enfin l’identification et la prise en compte des groupes les plus vulnérables
(genre, pauvreté, vieillesse, minorités). Il permettra par ailleurs d’identifier le cadre normatif et
institutionnel des migrations environnementales au niveau local, national, régional et international. Enfin,
l’atelier émettra des recommandations auprès des dirigeants Bangladais ainsi qu’auprès des grandes
instances internationales pour gérer au mieux ces migrations.
Les migrations environnementales sont en effet parmi les problèmes les plus critiques du Bangladesh,
pays dans lequel le changement climatique tend à accentuer la vulnérabilité des populations vis-à-vis des
risques naturels. Selon les Nations Unies, près de 26 millions de personnes seraient contraintes à quitter
leur habitat d’ici 2050. Les risques naturels, caractérisés principalement par les inondations, la sécheresse,
les tempêtes, les coulées de boue, la salinisation des sols et des nappes phréatiques, causent d’importants
dégâts dans les petites îles et les espaces littoraux tels que le Bangladesh. Cette vulnérabilité
environnementale sera cependant questionnée par les recherches de terrain entreprises par les différents
intervenants de l’atelier : les capacités d’adaptation des populations doivent être prises en compte.
Pour plus d’informations, contactez :
Donatien Marie-Louise
Research and Operations Intern
[email protected]
+88 (0)1 843 375 723
Maud Poissonnier-Lescuras
Research and Communication Intern
[email protected]
+88 (0)1 843 375 729
A suivre sur Facebook: Center for Sustainable Development et Tweeter: CSD