1-Le mot
Reconnaître la classe grammaticale à laquelle appartient un
mot
Les mots variables sont des mots qui s'accordent en genre et en nombre.
Il y a cinq classes de mot variables :





Les noms
Les déterminants
Les adjectifs
Les pronoms
Les verbes
Les mots invariables sont des mots qui ne s'accordent jamais en genre et en nombre.
Il y a cinq classes de mots invariables :





Les prépositions
Les conjonctions de coordination
Les conjonctions de subordination
Les adverbes
Les interjections
Reconnaître la fonction grammaticale d'un mot
La fonction d'un mot est le rôle que joue ce mot dans la phrase. La fonction d'un mot dépend de la place de ce
mot par rapport aux autres mots dans la phrase.
Le mot peut avoir :

Une fonction à l'intérieur du groupe verbal : sujet du verbe, attribut du sujet, COD, COI, attribut du COD,
complément d'agent.

Une fonction de complément circonstanciel : de lieu, de temps, de cause, de conséquence, d'opposition, de
condition, de but, de moyen, de manière. Le complément circonstanciel enrichit le sens du groupe verbal, il peut

être déplacé ou supprimé.
Une fonction à l'intérieur du groupe nominal : épithète, complément du nom, apposition.
2-La phrase
Distinguer les différents types de phrases
Il y a quatre types de phrases :




La phrase déclarative
La phrase interrogative
La phrase exclamative
La phrase injonctive
Les différentes formes de phrases
Il y a quatre formes de phrases :




La forme positive et la forme négative
La voix active et la voix passive
La forme impersonnelle
La forme pronominale
Savoir analyser une phrase complexe
Une phrase complexe est une phrase qui comporte plusieurs verbes conjugués et donc plusieurs propositions.
Les propositions d'une phrase complexe peuvent être reliées :



Par juxtaposition, c'est-à-dire par une signe de ponctuation.
Par coordination, c'est-à-dire par une conjonction de coordination.
Par subordination, c'est-à-dire par une conjonction de subordination.
Les propositions subordonnées
Une proposition subordonnée dans une phrase complexe est une proposition qui dépend de la proposition
principale.
Il existe trois catégories de propositions subordonnées :


La proposition subordonnée relative, introduite par un pronom relatif.
La proposition subordonnée complétive, introduite par « que » et suivie de verbes de jugement, de sentiment

ou de volonté ou par un mot interrogatif indirect qui suit les verbes demander, savoir, ignorer, etc.
La proposition subordonnée circonstancielle, qui donne seulement des précisions sur les circonstances de
l'action et qui peut être déplacée ou supprimée.
Proposition subordonnée relative : Le film que j'ai vu était bien.
Proposition subordonnée complétive :Je pense qu'il devrait faire des efforts.
Proposition subordonnée circonstancielle : Quand il est arrivé, nous en étions déjà au dessert.
3-La conjugaison des verbes
Les modes personnels
Les modes personnels sont l'indicatif, le subjonctif, le conditionnel et l'imparfait.
Les temps de l'indicatif sont :


Les temps simples : le présent, le futur, l'imparfait et le passé simple
Les temps composés : le passé composé, le plus-que-parfait, le passé antérieur et le futur antérieur
Les temps du subjonctif sont :


Les temps simples : le subjonctif présent et le subjonctif imparfait
Les temps composés : le subjonctif passé et le subjonctif plus-que-parfait
Les temps du conditionnel sont :


Les temps simples : le conditionnel présent
Les temps composés : le conditionnel passé
Les modes impersonnels
Les modes impersonnels sont l'infinitif, le participe et le gérondif.
Le verbe « faire » (infinitif) a pour participe présent « faisant », pour participe passé « fait » et pour gérondif « en
faisant »
Les difficultés orthographiques


Les verbes courir ou mourir doublent le -r au futur de l'indicatif et au conditionnel
Les verbes en -ier et en -yer prennent un -i après le -i ou le -y aux premières et aux deuxième personnes du

pluriel à l'imparfait
Certains verbes en -ir du troisième groupe (souffrir, ouvrir, offrir, cueillir) se conjuguent comme les verbes du
premier groupe aux trois premières personnes du présent
Demain, tu courras.
Hier, nous payions nos erreurs.
Tu souffres beaucoup.
4-L'emploi des différents modes
Les valeurs de l'indicatif
L'indicatif est le mode de l'affirmation : il est employé pour présenter des faits réels ou certains sur une échelle
temporelle complète (présent, passé et futur).
Les valeurs du conditionnel
Le conditionnel est employé pour :




Exprimer une hypothèse : les faits sont exposés de façon distanciée. Le conditionnel s'oppose donc à la valeur
affirmative de l'indicatif.
Exprimer un fait futur à partir d'un point dans le passé : on parle de « futur dans le passé ».
Exprimer une action soumise à une condition.
Exprimer une demande atténuée
A cette époque je ne savais pas encore ce que tu représenterais pour moi.
Si je gagnais au loto, j'achèterais une maison.
Pourrais-tu m'aider à déplacer cette table ?
Les valeurs du subjonctif
Le subjonctif est employé :




Pour exprimer une éventualité
Pour exprimer un ordre
Pour exprimer un souhait ou un regret
Pour exprimer la surprise ou l'indignation
Il est possible qu'il nous rende visite prochainement.
Qu'il sorte !
Je regrette qu'il ne soit pas là en ce moment.
Je ne m'attendais pas à ce que tu sois là !
Les valeurs de l'impératif
L'impératif est employé :


Pour exprimer un ordre
Pour exprimer un souhait
Viens ici !
Faites que mon vœu se réalise.
Les modes impersonnels



L'infinitif est employé pour exprimer le sens du verbe
Le participe présent et le participe passé sont employés pour exprimer des faits en train de se dérouler
Le gérondif est employé pour exprimer un fait en train de se dérouler ou le résultat d'une action
Bien dormir est essentiel.
Voyant ce qu'il était en train de se passer, il intervint.
C'est en persévérant qu'on obtient ce que l'on veut.
Les accords
Les principaux accords à respecter sont :





L'accord du verbe avec le sujet
L'accord de l'adjectif qualificatif
L'accord du verbe avec un pronom
L'accord du participe passé
L'accord du participe passé suivi d'un infinitif
5-La compréhension d'un texte
L'énonciation
Un énoncé est un message produit par un énonciateur, ou encore un locuteur, pour un destinataire.
La situation d'énonciation est le cadre dans lequel se déroule cet énoncé.
Pour définir la situation d'énonciation, il faut se demander : « qui parle ou qui écrit ? », « à qui ? », « pour dire
quoi ? », « dans quelles circonstances ? ».
Pour cela, on identifie les indices de personne (pronoms personnels, pronoms possessifs etc.), les indices spatiotemporels (adverbes de lieu, de temps, le temps des verbes etc.) et les indices de jugement (adjectifs, adverbes
etc.).
Il existe deux types d'énoncés :

Les énoncés coupés de la situation d'énonciation c'est-à-dire qui peuvent être compris sans connaître la
situation d'énonciation.

Les énoncés ancrés dans la situation d'énonciation, c'est-à-dire qui ne peuvent pas être compris sans
connaître la situation d'énonciation.
Les paroles rapportées
Il existe trois types de discours :


Le discours direct dans lequel les paroles sont rapportées telles qu'elles ont été prononcées. Le discours direct
est coupé du reste du récit par deux points ou des guillemets, ou des tirets. Les paroles rapportées sont
accompagnées d'un verbe de parole. Enfin, le discours direct est ancré dans la situation d'énonciation.
Le discours indirect dans lequel les paroles sont paraphrasées mais dont le sens est conservé. Le discours
indirect ne se caractérise pas par une ponctuation particulière. Le discours indirect utilise la subordination. Le
discours indirect est coupé de la situation d'énonciation.

Le discours indirect libre est un intermédiaire entre le discours direct et le discours indirect. Les paroles sont
intégrées dans le récit comme dans le discours indirect mais il n'y a pas de subordination : l'expression des
modalités est conservée.
Discours direct : « Range ta chambre ! » lui dit-elle>
Discours indirect : Elle lui dit de ranger sa chambre.
Discours indirect libre : Elle lui avait pourtant dit de ranger sa chambre !
Le lexique
Pour analyser le lexique il faut :




Analyser si le mot est formé de préfixes ou de suffixes pour mieux en comprendre le sens.
Analyser les sens connotés et dénotés d'un mot ou d'une expression.
Analyser le champ sémantique d'un mot, c'est-à-dire les différents sens du mot, et repérer les champs lexicaux
d'un récit, c'est-à-dire l'ensemble des mots qui se rapportent à un même thème.
Analyser les niveaux de langue du récit.
6-L'analyse d'un récit
Reconnaître les connecteurs logiques
Les connecteurs logiques sont des mots qui permettent d'assurer la cohérence d'un récit. Les connecteurs
logiques peuvent être des conjonctions de coordination, des conjonctions de subordination, des adverbes ou des
groupes prépositionnels. Ils permettent d'exprimer principalement la cause, la conséquence, le but, la condition,
l'hypothèse, l'opposition ou la concession.
Reconnaître les figures de style* (voir fiche)
Les figures de style peuvent être classées en trois catégories :



Les figures d'insistance : l'anaphore, la gradation
Les figures d'opposition : l'antithèse, l'oxymore
Les figures d'équivalence : la comparaison, la métaphore, la personnification, la métonymie et la périphrase
Reconnaître les différents points de vue
Il y a trois types de point de vue :



Le point de vue externe
Le point de vue interne
Le point de vue omniscient
Point de vue externe : Dans le grand salon il y avait seulement un grand canapé vert et une table basse.
Point de vue interne : Il remarqua tout de suite en rentrant dans le salon l'horrible canapé vert et la petite table
basse.
Point de vue omniscient : Il ne savait pas encore qu'il habiterait dans cet appartement quelques temps plus tard
et passerait l'essentiel de ses journées dans ce petit salon.
On distingue aussi le point de vue de l'auteur (celui qui écrit le récit) et du narrateur (celui qui raconte l'histoire.
7-La construction d'un récit
Les différents types de discours
Dans un récit, il est possible d'utiliser plusieurs types de discours :




Le discours narratif
Le discours argumentatif
Le discours explicatif
Le discours descriptif
La description dans le récit
Dans un récit, la description est essentielle pour introduire la situation d‘ énonciation ou pour présenter un
personnage. La description peut se faire à l'aide de connecteurs spatio-temporels, de figures de style ou de
champs lexicaux.
L'expression de la subjectivité
Dans un récit, l'expression de la subjectivité se fait grâce aux marques de la modalisation : verbes d'opinion,
adjectifs qualificatifs, connotation ou dénotation etc.
Il n'était pas de son avis et pensait au contraire que le repas était infâme et que les aliments avaient
un goût rance.
L'organisation du récit
L'organisation du récit peut se faire sur un mode linéaire, c'est-à-dire qu'il suit un ordre chronologique. Mais le
récit peut également être organisé de manière plus complexe avec des retours en arrière et des anticipations.
Organisation linéaire : D'abord il se leva. Puis il se prépara un café. Enfin, il s'assit à son bureau pour travailler.
Organisation plus complexe : Il s'assit à son bureau pour travailler, mais avant cela il venait tout juste de se
préparer un café et de prendre une douche.
8-L'argumentation
La thèse, les arguments et les exemples
Dans un récit argumentatif, l'argumentation se fonde sur une thèse, c'est-à-dire sur une idée générale que
l'on cherche à défendre.
Cette thèse est accompagnée d'arguments, c'est-à-dire de raisons de soutenir cette thèse. Enfin la thèse et
les arguments sont illustrés par des exemples empruntés à l'actualité, à l'histoire, à la littérature, etc.
L'opposition et la concession
Dans une argumentation, on exprime souvent :


L'opposition, qui consiste à contester la thèse adverse.
La concession, qui consiste à accepter une partie des arguments adverses pour nuancer sa thèse.
Le dialogue et l'argumentation
Le discours argumentatif peut-être présenté sous la forme d'un dialogue. Dans un dialogue argumentatif, les
personnages défendent des thèses opposées au cours d'un débat. Le dialogue permet de rendre l'argumentation
plus vivante.