http://lewebpedagogique.com/hberkane5/antigone1944-de-jean-anouilh-les-personnages/Lexique du
théâtre: Dramatique adj. et n. f. Qui se rapporte à (l’action, en grec) le «genre dramatique» désigne
tous les types d'œuvres théâtrales Acte n. m. division principale d’une pièce de théâtre. Composée d'une série
de scènes. Scène n.f.1.Lieu où jouent les acteurs d'une pièce. 2. «chacune des subdivisions d'un acte» Il y a
changement de scène à chaque entrée ou sortie d'un(ou des) personnage(s). Enonciation : elle est double, au
théâtre, car les personnages s’adressent à la fois à d’autres personnages, et au public. Règle des trois unités: les
pièces classiques ne doivent comporter qu’une action, se dérouler en 24h, en un seul lieu. Dialogue n. m.
échange de répliques entre deux ou plusieurs personnages. Réplique : parole prononcée par un personnage
dans un dialogue. tirade, long monologue récité par un personnage de manière ininterrompue Monologue :
discours que l’on tient à soi-même. Il se caractérise par la présence d'une tirade plus ou moins longue
prononcée par un personnage qui est seul sur scène. Dans le monologue, le personnage peut faire part de ses
intentions, de ses sentiments, annoncer une décision etc. Didascalie : est une indication scénique (souvent
mise en italique) qui est donnée par l'auteur, et qui peut concerner les entrées ou sorties des personnages, le ton
d'une réplique, les gestes à accomplir, les mimiques, les mouvements, la diction, les habits etc. Le texte théâtral
se compose de deux éléments: les didascalies et les dialogues. Quiproquo : situation dans laquelle deux
personnages pensent parler d’une même chose alors qu’ils parlent de deux choses différentes. Exposition n. f.
On désigne par ce terme les premières scènes d'une pièce de théâtre, qui donnent des indications sur les lieux
les personnages, l'action... L'exposition est donc la présentation des informations indispensables à la
compréhension de la situation, au début d'une pièce de théâtre. Nœud : précise la nature des obstacles à
surmonter. Dénouement n. m. Ce qui termine, dénoue une intrigue, une action au théâtre. Suivant le genre
de la pièce (comédie, tragédie...) il peut être heureux ou malheureux. L'antonyme de ce mot est «exposition».
Lexique du théâtre: Dramatique adj. et n. f. Qui se rapporte à (l’action, en grec) le «genre dramatique»
désigne tous les types d'œuvres théâtrales Acte n. m. division principale d’une pièce de théâtre. Composée
d'une série de scènes. Scène n.f.1.Lieu où jouent les acteurs d'une pièce. 2. «chacune des subdivisions d'un
acte» Il y a changement de scène à chaque entrée ou sortie d'un(ou des) personnage(s). Enonciation : elle est
double, au théâtre, car les personnages s’adressent à la fois à d’autres personnages, et au public. Règle des trois
unités: les pièces classiques ne doivent comporter qu’une action, se dérouler en 24h, en un seul lieu. Dialogue
n. m. échange de répliques entre deux ou plusieurs personnages. Réplique : parole prononcée par un
personnage dans un dialogue. tirade, long monologue récité par un personnage de manière ininterrompue
Monologue : discours que l’on tient à soi-même. Il se caractérise par la présence d'une tirade plus ou moins
longue prononcée par un personnage qui est seul sur scène. Dans le monologue, le personnage peut faire part
de ses intentions, de ses sentiments, annoncer une décision etc. Didascalie : est une indication scénique
(souvent mise en italique) qui est donnée par l'auteur, et qui peut concerner les entrées ou sorties des
personnages, le ton d'une réplique, les gestes à accomplir, les mimiques, les mouvements, la diction, les habits
etc. Le texte théâtral se compose de deux éléments: les didascalies et les dialogues. Quiproquo : situation
dans laquelle deux personnages pensent parler d’une même chose alors qu’ils parlent de deux choses
différentes. Exposition n. f. On désigne par ce terme les premières scènes d'une pièce de théâtre, qui donnent
des indications sur les lieux les personnages, l'action... L'exposition est donc la présentation des informations
indispensables à la compréhension de la situation, au début d'une pièce de théâtre. Nœud : précise la nature des
obstacles à surmonter. Dénouement n. m. Ce qui termine, dénoue une intrigue, une action au théâtre. Suivant
le genre de la pièce (comédie, tragédie...) il peut être heureux ou malheureux. L'antonyme de ce mot est
«exposition».
Lexique du théâtre: Dramatique adj. et n. f. Qui se rapporte à (l’action, en grec) le «genre dramatique» désigne tous
les types d'œuvres théâtrales Acte n. m. division principale d’une pièce de théâtre. Composée d'une série de scènes.
Scène n.f.1.Lieu où jouent les acteurs d'une pièce. 2. «chacune des subdivisions d'un acte» Il y a changement de scène
à chaque entrée ou sortie d'un(ou des) personnage(s). Enonciation : elle est double, au théâtre, car les personnages
s’adressent à la fois à d’autres personnages, et au public. Règle des trois unités: les pièces classiques ne doivent
comporter qu’une action, se dérouler en 24h, en un seul lieu. Dialogue n. m. échange de répliques entre deux ou
plusieurs personnages. Réplique : parole prononcée par un personnage dans un dialogue. tirade, long monologue récité
par un personnage de manière ininterrompue Monologue : discours que l’on tient à soi-même. Il se caractérise par la
présence d'une tirade plus ou moins longue prononcée par un personnage qui est seul sur scène. Dans le monologue, le
personnage peut faire part de ses intentions, de ses sentiments, annoncer une décision etc. Didascalie : est une
indication scénique (souvent mise en italique) qui est donnée par l'auteur, et qui peut concerner les entrées ou sorties
des personnages, le ton d'une réplique, les gestes à accomplir, les mimiques, les mouvements, la diction, les habits etc.
Le texte théâtral se compose de deux éléments: les didascalies et les dialogues. Quiproquo : situation dans laquelle
deux personnages pensent parler d’une même chose alors qu’ils parlent de deux choses différentes. Exposition n. f.
On désigne par ce terme les premières scènes d'une pièce de théâtre, qui donnent des indications sur les lieux les
personnages, l'action... L'exposition est donc la présentation des informations indispensables à la compréhension de la
situation, au début d'une pièce de théâtre. Nœud : précise la nature des obstacles à surmonter. Dénouement n. m. Ce
qui termine, dénoue une intrigue, une action au théâtre. Suivant le genre de la pièce (comédie, tragédie...) il peut
être heureux ou malheureux. L'antonyme de ce mot est «exposition».
Lexique du théâtre: Dramatique adj. et n. f. Qui se rapporte à (l’action, en grec) le «genre dramatique» désigne tous
les types d'œuvres théâtrales Acte n. m. division principale d’une pièce de théâtre. Composée d'une série de scènes.
Scène n.f.1.Lieu où jouent les acteurs d'une pièce. 2. «chacune des subdivisions d'un acte» Il y a changement de scène
à chaque entrée ou sortie d'un(ou des) personnage(s). Enonciation : elle est double, au théâtre, car les personnages
Lexique du théâtre: Dramatique adj. et n. f. Qui se rapporte à (l’action,
en grec) le «genre dramatique» désigne tous les types d'œuvres théâtrales
Acte n. m. division principale d’une pièce de théâtre. Composée d'une
série de scènes. Scène n.f.1.Lieu où jouent les acteurs d'une pièce. 2.
«chacune des subdivisions d'un acte» Il y a changement de scène à
chaque entrée ou sortie d'un(ou des) personnage(s). Enonciation : elle est
double, au théâtre, car les personnages s’adressent à la fois à d’autres
personnages, et au public. Règle des trois unités: les pièces classiques ne
doivent comporter qu’une action, se dérouler en 24h, en un seul lieu.
Dialogue n. m. échange de répliques entre deux ou plusieurs
personnages. Réplique : parole prononcée par un personnage dans un
dialogue. tirade, long monologue récité par un personnage de manière
ininterrompue Monologue : discours que l’on tient à soi-même. Il se
caractérise par la présence d'une tirade plus ou moins longue prononcée
par un personnage qui est seul sur scène. Dans le monologue, le
personnage peut faire part de ses intentions, de ses sentiments, annoncer
une décision etc. Didascalie : est une indication scénique (souvent mise
en italique) qui est donnée par l'auteur, et qui peut concerner les entrées
ou sorties des personnages, le ton d'une réplique, les gestes à accomplir,
les mimiques, les mouvements, la diction, les habits etc. Le texte théâtral
se compose de deux éléments: les didascalies et les dialogues.
Quiproquo : situation dans laquelle deux personnages pensent parler
d’une même chose alors qu’ils parlent de deux choses différentes.
Exposition n. f. On désigne par ce terme les premières scènes d'une
pièce de théâtre, qui donnent des indications sur les lieux les
personnages, l'action... L'exposition est donc la présentation des
informations indispensables à la compréhension de la situation, au début
d'une pièce de théâtre. Nœud : précise la nature des obstacles à
surmonter. Dénouement n. m. Ce qui termine, dénoue une intrigue, une
action au théâtre. Suivant le genre de la pièce (comédie, tragédie...) il
peut être heureux ou malheureux. L'antonyme de ce mot est
«exposition».
Lexique du théâtre: Dramatique adj. et n. f. Qui se rapporte à (l’action,
en grec) le «genre dramatique» désigne tous les types d'œuvres théâtrales
Acte n. m. division principale d’une pièce de théâtre. Composée d'une
série de scènes. Scène n.f.1.Lieu où jouent les acteurs d'une pièce. 2.
«chacune des subdivisions d'un acte» Il y a changement de scène à
chaque entrée ou sortie d'un(ou des) personnage(s). Enonciation : elle est
double, au théâtre, car les personnages s’adressent à la fois à d’autres
personnages, et au public. Règle des trois unités: les pièces classiques ne
doivent comporter qu’une action, se dérouler en 24h, en un seul lieu.
Dialogue n. m. échange de répliques entre deux ou plusieurs
personnages. Réplique : parole prononcée par un personnage dans un
dialogue. tirade, long monologue récité par un personnage de manière
ininterrompue Monologue : discours que l’on tient à soi-même. Il se
caractérise par la présence d'une tirade plus ou moins longue prononcée
par un personnage qui est seul sur scène. Dans le monologue, le
personnage peut faire part de ses intentions, de ses sentiments, annoncer
une décision etc. Didascalie : est une indication scénique (souvent mise
en italique) qui est donnée par l'auteur, et qui peut concerner les entrées
ou sorties des personnages, le ton d'une réplique, les gestes à accomplir,
les mimiques, les mouvements, la diction, les habits etc. Le texte théâtral
se compose de deux éléments: les didascalies et les dialogues.
Quiproquo : situation dans laquelle deux personnages pensent parler
d’une même chose alors qu’ils parlent de deux choses différentes.
Exposition n. f. On désigne par ce terme les premières scènes d'une
pièce de théâtre, qui donnent des indications sur les lieux les
personnages, l'action... L'exposition est donc la présentation des
informations indispensables à la compréhension de la situation, au début
d'une pièce de théâtre. Nœud : précise la nature des obstacles à
surmonter. Dénouement n. m. Ce qui termine, dénoue une intrigue, une
action au théâtre. Suivant le genre de la pièce (comédie, tragédie...) il
peut être heureux ou malheureux. L'antonyme de ce mot est
«exposition».
Lexique du théâtre: Dramatique adj. et n. f. Qui se rapporte à (l’action, en
grec) le «genre dramatique» désigne tous les types d'œuvres théâtrales Acte n.
m. division principale d’une pièce de théâtre. Composée d'une série de scènes.
Scène n.f.1.Lieu où jouent les acteurs d'une pièce. 2. «chacune des
subdivisions d'un acte» Il y a changement de scène à chaque entrée ou sortie
d'un(ou des) personnage(s). Enonciation : elle est double, au théâtre, car les
personnages s’adressent à la fois à d’autres personnages, et au public. Règle
des trois unités: les pièces classiques ne doivent comporter qu’une action, se
dérouler en 24h, en un seul lieu. Dialogue n. m. échange de répliques entre
deux ou plusieurs personnages. Réplique : parole prononcée par un
personnage dans un dialogue. tirade, long monologue récité par un personnage
de manière ininterrompue Monologue : discours que l’on tient à soi-même. Il
se caractérise par la présence d'une tirade plus ou moins longue prononcée par
un personnage qui est seul sur scène. Dans le monologue, le personnage peut
faire part de ses intentions, de ses sentiments, annoncer une décision etc.
Didascalie : est une indication scénique (souvent mise en italique) qui est
donnée par l'auteur, et qui peut concerner les entrées ou sorties des
personnages, le ton d'une réplique, les gestes à accomplir, les mimiques, les
mouvements, la diction, les habits etc. Le texte théâtral se compose de deux
éléments: les didascalies et les dialogues. Quiproquo : situation dans laquelle
deux personnages pensent parler d’une même chose alors qu’ils parlent de
deux choses différentes. Exposition n. f. On désigne par ce terme les
premières scènes d'une pièce de théâtre, qui donnent des indications sur les
lieux les personnages, l'action... L'exposition est donc la présentation des
informations indispensables à la compréhension de la situation, au début d'une
pièce de théâtre. Nœud : précise la nature des obstacles à surmonter.
Dénouement n. m. Ce qui termine, dénoue une intrigue, une action au
théâtre. Suivant le genre de la pièce (comédie, tragédie...) il peut être heureux
ou malheureux. L'antonyme de ce mot est «exposition».
Lexique du théâtre: Dramatique adj. et n. f. Qui se rapporte à (l’action, en
grec) le «genre dramatique» désigne tous les types d'œuvres théâtrales Acte n.
m. division principale d’une pièce de théâtre. Composée d'une série de scènes.
Scène n.f.1.Lieu où jouent les acteurs d'une pièce. 2. «chacune des
s’adressent à la fois à d’autres personnages, et au public. Règle des trois unités: les pièces classiques ne doivent
comporter qu’une action, se dérouler en 24h, en un seul lieu. Dialogue n. m. échange de répliques entre deux ou
plusieurs personnages. Réplique : parole prononcée par un personnage dans un dialogue. tirade, long monologue récité
par un personnage de manière ininterrompue Monologue : discours que l’on tient à soi-même. Il se caractérise par la
présence d'une tirade plus ou moins longue prononcée par un personnage qui est seul sur scène. Dans le monologue, le
personnage peut faire part de ses intentions, de ses sentiments, annoncer une décision etc. Didascalie : est une
indication scénique (souvent mise en italique) qui est donnée par l'auteur, et qui peut concerner les entrées ou sorties
des personnages, le ton d'une réplique, les gestes à accomplir, les mimiques, les mouvements, la diction, les habits etc.
Le texte théâtral se compose de deux éléments: les didascalies et les dialogues. Quiproquo : situation dans laquelle
deux personnages pensent parler d’une même chose alors qu’ils parlent de deux choses différentes. Exposition n. f.
On désigne par ce terme les premières scènes d'une pièce de théâtre, qui donnent des indications sur les lieux les
personnages, l'action... L'exposition est donc la présentation des informations indispensables à la compréhension de la
situation, au début d'une pièce de théâtre. Nœud : précise la nature des obstacles à surmonter. Dénouement n. m. Ce
qui termine, dénoue une intrigue, une action au théâtre. Suivant le genre de la pièce (comédie, tragédie...) il peut
être heureux ou malheureux. L'antonyme de ce mot est «exposition».
subdivisions d'un acte» Il y a changement de scène à chaque entrée ou sortie
d'un(ou des) personnage(s). Enonciation : elle est double, au théâtre, car les
personnages s’adressent à la fois à d’autres personnages, et au public. Règle
des trois unités: les pièces classiques ne doivent comporter qu’une action, se
dérouler en 24h, en un seul lieu. Dialogue n. m. échange de répliques entre
deux ou plusieurs personnages. Réplique : parole prononcée par un
personnage dans un dialogue. tirade, long monologue récité par un personnage
de manière ininterrompue Monologue : discours que l’on tient à soi-même. Il
se caractérise par la présence d'une tirade plus ou moins longue prononcée par
un personnage qui est seul sur scène. Dans le monologue, le personnage peut
faire part de ses intentions, de ses sentiments, annoncer une décision etc.
Didascalie : est une indication scénique (souvent mise en italique) qui est
donnée par l'auteur, et qui peut concerner les entrées ou sorties des
personnages, le ton d'une réplique, les gestes à accomplir, les mimiques, les
mouvements, la diction, les habits etc. Le texte théâtral se compose de deux
éléments: les didascalies et les dialogues. Quiproquo : situation dans laquelle
deux personnages pensent parler d’une même chose alors qu’ils parlent de
deux choses différentes. Exposition n. f. On désigne par ce terme les
premières scènes d'une pièce de théâtre, qui donnent des indications sur les
lieux les personnages, l'action... L'exposition est donc la présentation des
informations indispensables à la compréhension de la situation, au début d'une
pièce de théâtre. Nœud : précise la nature des obstacles à surmonter.
Dénouement n. m. Ce qui termine, dénoue une intrigue, une action au
théâtre. Suivant le genre de la pièce (comédie, tragédie...) il peut être heureux
ou malheureux. L'antonyme de ce mot est «exposition».
Antigone (1944) : contrôle de lecture
Correction du controle de lecture n° 2 antigone anouilh
Correction du controle de lecture n° 1 antigone anouilh
Contrôle n° 1 :
1 STMG2
ANTIGONEd’Anouilh
NOM :Prénom :
NOTE :
/ 20
1.
Que vient dire Ismène à sa sœur ? De quoi veut-elle essayer de la convaincre ?
2.
Que répond Antigone à Ismène ?
3.
Quel objet la nourrice rapporte-t-elle après le départ d’Ismène ?
4.
a) Comment s’appelle la chienne d’Antigone ?
b) Que demande Antigone à sa nourrice au sujet de sa chienne ? (2 réponses obligatoires) (2 points)
5.
a) Pourquoi Antigone demande-t-elle pardon à Hémon, quand elle le retrouve, au début de la pièce ?
b) Antigone révèle à Hémon qu ’elle a volé quelque chose à sa soeur Ismène : qu’est-ce ?
6.
Qu’avoue Antigone à Ismène quand elle la voit pour la seconde fois ?
7.
Comment s’appellent les trois gardes ?
8.
Que vient apprendre le premier garde à Créon ?
9.
Quel objet le second garde a-t-il trouvé ?
10. Quel ordre Créon donne-t-il au garde ?
11. Que propose Créon à Antigone quand il se retrouve seul avec elle ?
12. Que propose Ismène à Antigone et à Créon ?
13. Quel objet Antigone propose-t-elle au garde en échange de la faveur qu’elle lui demande ?
14. Comment Antigone est-elle exécutée ?
15. Quelle nouvelle le messager apporte-t-il ? Quel personnage est mort avec Antigone ?
16. Le chœur apprend à Créon qu’un autre personnage est mort. Lequel ? Comment ?
17. Que font les gardes à la fin de la pièce ?
Contrôle n° 2 :
1.
Pourquoi la nourrice gronde-t-elle Antigone, au début de la pièce ?
2.
Quel objet la nourrice rapporte-t-elle après le départ d’Ismène ?
3.
Que demande Antigone à sa nourrice au sujet de sa chienne ? (2 réponses obligatoires) (2 points)
4.
a) Pourquoi Antigone demande-t-elle pardon à Hémon, quand elle le retrouve, au début de la pièce ?
b) A qui Antigone avait-elle volé du parfum, du rouge à lèvres, de la poudre et une belle robe ?
5.
Antigone annonce à Hémon qu’elle va lui dire deux choses et qu’ensuite il devra partir sans rien dire. Quelles sont ces deux choses ? (2 points)
6.
Que menace-t-elle de faire si Hémon ne sort pas ?
7.
Qu’avoue Antigone à Ismène quand elle la voit pour la seconde fois ?
8.
Que vient apprendre le garde Jonas à Créon ?
9.
Quel objet le garde Durand a-t-il trouvé ?
10. Quel ordre Créon donne-t-il au garde ?
11. Que propose Créon à Antigone quand il se retrouve seul avec elle ?
12. Que propose Ismène à Antigone et à Créon ?
13. Quelle faveur Antigone demande-t-elle au garde qui la surveille ?
14. Comment Antigone est-elle exécutée ?
15. Quelle nouvelle le messager apporte-t-il ? Quel personnage est mort avec Antigone ?
16. Le chœur intervient plusieurs fois dans la pièce : la deuxième fois, à quel moment est-ce ? Que demande-t-il ?
17. Que font les gardes à la fin de la pièce ?
Antigone (1944) : lecture analytique de la scène
d’exposition
LECTURE ANALYTIQUE DE LA SCENE D’EXPOSITION
Le texte est téléchargeable ici :
antigone scene d exposition
La vidéo est visible ici :
Antigone, de Jean Anouilh- Prologue –TV5 Monde
Un décor neutre. Trois portes semblables. Au lever du rideau, tous les personnages sont en scène. Ils
bavardent, tricotent, jouent au cartes. Le Prologue se détache et s’avance.
LE PROLOGUE
Voilà. Ces personnages vont vous jouer l’histoire d’Antigone. Antigone, c’est la petite maigre qui est
assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. Elle pensequ’elle va être
Antigone tout à l’heure, qu’elle va surgir soudain de la maigre jeune fille noiraude et renfermée que
personne ne prenait au sérieux dans la famille et se dresser seule en face du monde, seule en face de
Créon, son oncle, qui est le roi. Elle pense qu’elle va mourir, qu’elle est jeune et qu’elle aussi, elle aurait
bien aimé vivre. Mais il n’y a rien à faire. Elle s’appelle Antigone et il va falloir qu’elle joue son
rôle jusqu’au bout… Et, depuis que ce rideau s’est levé, elle sent qu’elle s’éloigne à une vitesse
vertigineuse de sa sœur Ismène, qui bavarde et rit avec un jeune homme, de nous tous qui
sommes là bien tranquille à la regarder, de nous qui n’avons pas à mourir ce soir.
Le jeune homme avec qui parle la blonde, la belle, l’heureuse Ismène, c’est Hémon, le fils de Créon. Il
est le fiancé d’Antigone. Tout le portait vers Ismène : son goût de la danse et de jeux, son goût du
bonheur et de la réussite, sa sensualité aussi car Ismène est bien plus belle qu’Antigone, et
puis unsoir, unsoirde bal où il n’avait dansé qu’avec Ismène, unsoir où Ismène avait
été éblouissantedans sa nouvelle robe, il a été trouvé Antigone qui rêve dans un coin, comme en ce
moment, ses bras entourant ses genoux, et il lui a demandé d’être sa femme.Personne n’a jamais compris
pourquoi. Antigone a levé sans étonnement ses yeux graves sur lui et elle lui a dit «oui» avec un petit
sourire triste… L’orchestre attaquait une nouvelle danse, Ismène riait aux éclats, là- bas, au milieu
des autres garçons, et voilà, maintenant, lui, il allait être le mari d’Antigone. Il ne savait pas qu’il ne
devait jamais exister de mari d’Antigone sur cette terre et que ce titre princier lui donnait seulement le
droit de mourir.
Cet homme robuste, aux cheveux blancs, qui médite là, près de son page, c’est Créon. C’est le roi. Il
a des rides, il est fatigué. Il joue au jeu difficile de conduire les hommes. Avant, du temps d’Œdipe,
quand il n’était que le premier personnage de la cour, il aimait la musique, les belles reliures, les longues
flâneries chez les petits antiquaires de Thèbes. Mais Œdipe et ses fils sont morts. Il a laissé ses livres, ses
objets, il a retroussé ses manches, et il a pris leur place.
Quelquefois, le soir, il est fatigué, et il se demande s’il n’est pas vain de conduire les hommes. Si cela
n’est pas un office sordide qu’on doit laisser à d’autres, plus frustes… Et puis, au matin, des problèmes
précis se posent, qu’il faut résoudre, et il se lève, tranquille, comme un ouvrier au seuil de sa journée.
Axe Citations
Un décor neutre.
Trois portes
semblables. Au lever
du rideau, tous les
personnages sont en
scène. Ils bavardent,
tricotent, jouent au
cartes.
Outils
d’analyse
Explications
Didascalie
initiale
Elle nous
informe sur le
décor et sur
l’attitude des
personnages :
le décor est
simple, sobre.
On n’a pas
d’informations
sur les
meubles. Ils se
divertissent
alors qu’il
s’agit d’une
tragédie.
« Ils » ne
prend pas en
compte ni
Antigone ni
Créon.
On a le
sentiment que
et voilà, maintenant, répétition
c’est déjà fini.
lui, il allait être le
Le premier
Phrase courte
mari d’Antigone.
mot de la pièce
et nominale.
est surprenant.
Voilà.
Présentatif
Le second
« voilà » vient
après
l’évocation de
l’histoire de
chacun des
personnages.
Ces personnages vont Répétition du Cela montre
vous jouer l’histoire verbe
que ce sont des
d’Antigone.
« jouer »
pantins ou des
comédiens, pas
il va falloir
les
qu’elle joue son
personnages.
rôle jusqu’au bout…
Peut-être veutIl joue au jeu difficile
de conduire les
hommes.
Antigone, c’est la
petite maigre
il insister sur le
fait qu’un
personnage de
tragédie ne fait
que « jouer »
un rôle qui est
déjà écrit :
c’est le destin,
la fatalité.
Description
physique
Il y a un
contraste entre
les deux
personnages :
Antigone est
fragile, Créon
est fort (il a le
pouvoir, la
loi).
Indications
de lieux
Antigone est
séparée du
groupe…
elle va surgir
soudain de la maigre
jeune fille noiraude

Cet homme
robuste,aux cheveux
blancs, qui médite là,
près de son page, c’est
Créon. C’est le roi.
Antigone, c’est la
petite maigre qui est
assise là-bas
Et, depuis que ce
rideau s’est levé, elle
sent qu’elle
s’éloigne à une vitesse
vertigineuse de sa
sœur Ismène, qui
bavarde et rit avec un
jeune homme, de nous
tous qui sommes là
il a été trouvé
Antigone qui
rêve dans un coin
Elle a déjà
commencé à
s’éloigner des
autres ; le
processus a
commencé.
Antigone est
loin des
personnages,
mais
également du
public.
Cet homme robuste,
aux cheveux blancs,
qui médite là, près de
son page
qui ne dit rien. Elle Champ
regarde droit devant lexical de la
elle. Elle pense. Elle
Antigone et
Créon sont
graves, sérieux
pensequ’elle va être
Antigone tout à
l’heure, qu’elle va
surgir soudain de la
maigre jeune fille
noiraude et renfermée
tristesse
Champ
lexical du
doute, de la
pensée, de le
réflexion
et pensifs,
tandis
qu’Ismène est
joyeuse et
insouciante.
Antigone a levé sans
champ
étonnementses yeux
lexical de la
gravessur lui et elle
lui a dit «oui» avec un joie
petit sourire triste…
Cet homme robuste,
aux cheveux blancs,
quimédite
il se demande s’il
n’est pas vain de
conduire les hommes.

sa sœur Ismène, qui
bavarde et rit
Ismène est bien
plusbelle qu’Antigone
on goût de la danse
et de jeux, son goût
du bonheur et de la
réussite, sa sensualité
aussi
Ismène riait aux
éclats
Elle pense.Elle
pensequ’elle va être
Antigone tout à
l’heure… Elle
pensequ’elle va
mourir…
Anaphore
répétition
gradation
Elle pense qu’elle
Répétition
vaêtre Antigone tout à
futur proche
l’heure, qu’elle
Le prologue
insiste sur
l’attitude
d’Antigone.
L’information
est croissante :
elle est de plus
en plus grave,
tragique.
On nous
informe sur le
destin
d’Antigone,
sur ce qui va
lui arriver très
prochainement
: son rôle est
écrit, il ne peut
être changé.
va surgir
soudain… Elle pense
qu’elle va mourir…
Elle s’appelle
Antigone et il
va falloir qu’elle joue
son rôle jusqu’au
bout…
nous tous qui sommes
là bien tranquille à la
regarder, de nous qui
n’avons pas à mourir
ce soir.
Pronom
personnel
Le prologue
fait référence
au spectateur
marque de la (ou lecteur) :
première
habituellement,
personne
on ne s’adresse
pas à lui.
Accusation ?
Implication ?
ce soir.
Indications
de temps
la blonde, la belle,
l’heureuse Ismène
gradation
Insistance sur
la beauté
d’Ismène (par
opposition à
Antigone).
Tout le portait vers
Ismène : [...] ce titre
princier lui donnait
seulement le droit de
mourir.
Temps du
passé :
imparfait
(passé
composé)
Le prologue
évoque le
passé des
personnages
Le soir a un
côté plus
un soir, un soir de
tragique,
bal où il n’avait dansé répétition du ténébreux,
qu’avec Ismène, un
mot « soir » sombre.
soir où Ismène avait
métaphorique Le matin : le
étééblouissante
moment de
Quelquefois, le soir, il
l’action. Toute
est fatigué,
la nuit, Créon
réfléchit, mais
Et puis, au matin, des
quand le jour
problèmes précis se
se lève il faut
posent, qu’il faut
prendre une
résoudre
décision.
Avant, du temps
d’Œdipe, [...] il a pris
leur place.
Ismène avait
étééblouissante
hyperbole
Le prologue
insiste sur la
beauté
d’Ismène.
Cet homme
robuste,aux cheveux
blancs, qui médite là,
près de son page, c’est
Créon. C’est le roi. Il
a des rides, il est
fatigué.
Champ
lexical de la
fatigue, de la
vieillesse
Le roi est
présenté
comme une
personne âgée,
fatiguée, pas
du tout du tout
comme un
individu
autoritaire et
tyrannique.
Il est fatigué.
comme un ouvrier au
seuil de sa journée.
Comparaison Le roi est
comparé à un
ouvrier : tout
roi qu’il est, il
doit accomplir
la mission qui
lui est confiée ;
il ne décide
pas, il ne fait
qu’appliquer
les décisions.
C’est une
comparaison
dévalorisante.
Problématique retenue :
Montrez que cette scène présente les caractéristiques d’une scène d’exposition.
Plan des 1 STI 2 D :
INTRODUCTION. Je présente l’auteur. Je présente le livre. Je présente l’extrait. J’amène la problématique :
Problématique :
Lecture expressive du texte.
Annonce du plan.
AXE 1 : J’énonce l’idée directrice : C’est une scène d’exposition originale.
A. La mise en scène
Explications : habituellement, au théâtre, la scène d’exposition est constituée d’un dialogue entre deux personnages, raremen t plus. Ici, tous les personnages sont
présents dès le début.
Outil d’analyse : didascalie initiale.
Citations : “Trois portes semblables. Au lever du rideau, tous les personnages sont en scène. Ils bavardent, tricotent, jouent au cartes. “
B. Le prologue
Explications : le prologue ne s’adresse pas aux personnages, mais aux spectateurs.
Outil d’analyse : pronoms personnels, marques de la 3ème eprsonne, marques de la 1ère et de la 2ème personnes
Citations : “ Ils”, “Ces personnages”, Elle”
“vous”, “nous”
C. Un début surprenant
Explications : il y a un décalage entre ce qui est annoncé dans la didascalie initiale et les premières lignes de la tirade. Le prol ogue insiste sur l’attitude d’Antigone,
qui est à l’écart, qui ne fait pas partie du groupe et qui n’agit pas. Elle est différente des autres.
Outil d’analyse : indications de lieux, verbes de pensée
Citations : “là-bas“, “là”, “elle s’éloigne”, “Elle pense. Elle pense qu’elle va être Antigone tout à l’heure, “
Transition :
AXE 2 : J’énonce l’idée directrice : les informations données par cette scène de théâtre.
A. Antigone
Explications : Antigone s’oppose à Créon, physiquement (elle est maigre, il est fort), également par les couleurs (elle est sombre, obscure)
Outil d’analyse : opposition, champ lexical du physique
Citations : “maigre”, “noiraude”, “robuste”, “blancs“
ou :
Antigone et Créon : un roi usé (champ lexical de la vieillesse + comparaison ?)
B. Les autres personnages
Explications : Créon et Antigone ont la même attitude : ils sont sérieux, pensifs, graves
Outil d’analyse : champ lexical de la pensée, de la réflexion
Citations : “Elle pense. Elle pense” “ses yeux graves” “avec un petit sourire triste…” “médite” “il se demande”
ou :
Les autres personnages : Ismène est joyeuse (champ lexical de la joie + hyperbole) + on connaît leur passé récent (temps du passé)
C. Fatalité de l’histoire : la répétition du verbe « jouer » + futur proche (« va ») + comparaison ?
CONCLUSION. Rappel des axes. Idée nouvelle, non utilisée. Ouverture.
Autres problématiques possibles pour ce texte :
- Pourquoi Hémon a-t-il choisi Antigone ?
- Pourquoi Antigone pense-t-elle mourir ?
- Pourquoi Antigone est-elle condamnée ?
- Que représente le personnage d’Antigone ?
- En quoi le personnage d’Antigone est-il négatif ?
- En quoi ce texte présente-t-il les caractéristiques d’une scène d’exposition ?
En quoi ce texte présente-t-il les caractéristiques d’une tragédie ?
COMMENTAIRE RÉDIGÉ
DE LA SCÈNE D’EXPOSITION
D’ANTIGONE DE JEAN ANOUILH
Jean Anouilh a commencé à écrire dans l’entre-deux-guerres. Il a été marqué
par ces événements. Ses œuvres théâtrales commencent en 1933. Il a écrit des
« pièces noires » ainsi que des « pièces roses ».Antigone est créée le 4 février
1944 et jouée en pleine occupation allemande, mise en scène par André
Barsacq, Antigone est
une
tragédie……………………………………………………………………………………………………
…………..
………………………………………………………………………………………………………………
…………
…
Dans un premier temps, nous parlerons de la mise en scène, ensuite du
prologue puis du début surprenant. Dans un second temps, nous évoquerons
les ressemblances et différences d’Antigone et Créon, ainsi que des autres
personnages et pour finir nous analyserons la fatalité de l’histoire.
…………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
…………
…
Nous pouvons remarquer en effet que cette scène d’exposition
dansAntigone est originale de par sa mise en scène qui n’est pas comme les
autres, mais aussi avec son prologue puis par son début surprenant .Nous
pouvons constater qu‘habituellement au théâtre, la scène d’exposition est
constituée d’un dialogue entre deux personnages alors qu’ici dans la scène
d’exposition d’Antigone, tous les personnages sont présents sur scène : « Un
décor neutre , trois portes semblables ». Au lever du rideau, tous les
personnages sont en scène : « Ils bavardent , tricotent , jouent aux cartes ».
Nous pouvons voir également que le prologue s’adresse seulement aux
spectateurs, à aucun personnage, mais seulement aux spectateurs : « ils » , « ces
personnages » , « elle » ou encore « vous » qui montre ce pronom personnel
« nous » .
Enfin , nous avons pu apercevoir que ce prologue comporte un décalage entre
ce qui est indiqué dans la didascalie initiale. Le prologue insiste donc sur
l’attitude d’Antigone comme par exemple avec « là-bas », « elle s’éloigne », puis
surtout avec les verbes de pensée.
………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………
…………
…
………………………………………………………………………………………………………………
…………
…
………………………………………………………………………………………………………………
…………
…
Antigone est l’un des personnages principaux de la pièce mais c’est aussi le
personnage qui va défier Créon :« se dresser seule face du monde, seule face
de Créon, son oncle le roi. » Antigone a défié le Roi mais elle sait qu’elle va
mourir, bien que ce soit une jeune femme. Elle se différencie des autres
personnages car elle reste seule dans son coin sans parler à personne : « C’est la
petite maigre assise là-bas, et qui ne dit rien ». Comme nous l’a présenté le
prologue, nous savons maintenant qu’Antigone aura une fin tragique. Dans ce
prologue, nous pouvons faire une comparaison avec Créon qui est seul lui aussi
mais pour gouverner.
Ces deux personnages sont assez particuliers dans cette pièce car ils s’opposent
mais se ressemblent car ils sont seuls face à leurs responsabilités. Ici Créon est
représenté comme une personne âgée, fatiguée : « Il a des rides, il est
fatigué. » On peut aussi dire que Créon et Antigone ont pris de l’importance en
prenant des décisions, Créon en devenant roi et Antigone en le défiant. Nous
pouvons dire qu’ils sont de venus importants en prenant des responsabilités
seuls.
Mais il y a aussi d’autres personnages comme Ismène la sœur d’Antigone qui
en est aussi le contraire avec une accumulation « la blonde, la belle, l’heureuse
Ismène ». Avec elle, nous avons Hémon, le fils de Créon, qui lui est fiancé avec
Antigone : « Il lui a demandé d’être sa femme ». Après qu’Hémon a demandé
Antigone, tout le monde se demandait pourquoi, mais personne n’a compris.
Mais n’oublions pas les gardes qui font une brève apparition dans le prologue
ici : « Ils bavardent, jouent aux cartes. »
La fatalité de l’histoire est facile à deviner avec les différents indices que nous
laisse le prologue : « Elle pense qu’elle va mourir. » Grâce à certains indices,
nous savons aussi que l’histoire sera tragique. Dans les fatalités, il y a une
répétition du verbe « jouer » mais aussi une utilisation du futur proche « qu’elle
va » qui nous annonce la fin de la tragédie avant même de l’avoir commencée.
En fait, nous survolons l’histoire à travers le prologue.
Le prologue est une scène d’exposition originale de par sa mise en scène. Le
prologue est à la troisième personne et commence par un début surprenant.
On y capte des informations sur la pièce de théâtre comme les relations et le
physique d’Antigone et Créon, mais aussi des informations sur les autres
personnages et la fatalité de l’histoire en ressort. La nuit est là pour rendre le
prologue plus sombre et renforcer la fatalité de l’histoire. Le prologue nous
ouvre sur le reste de l’histoire. On nous donne envie de lire ou de regarder la
fin de la pièce. On y retrouve des points communs sur le texte intégral et cela
nous plonge dans l’atmosphère de la pièce.
Antigone (1944) de Jean Anouilh : la structure
de la pièce
Anouilh ne se propose toutefois pas de révolutionner l’écriture théâtrale, et l’absence de divisions n’est qu’affaire de forme. La pièce se déroule de façon classique,
rythmée par les entrées et les sorties des personnages, qui permettent de restituer l’architecture traditionnelle des scènes et de proposer la numérotation suivante :
Pages
Scène
Personnages
9-13
1
Le Prologue
13-20
2
Antigone, la Nourrice
21
3
Antigone, la Nourrice, Ismène
22-31
4
Antigone, Ismène
31-36
5
Antigone, la Nourrice
37-44
6
Antigone, Hémon
45-46
7
Antigone, Ismène
46-53
8
Créon, le Garde
53-55
9
Le Chœur
55-60
10
Antigone, le Garde, le Deuxième Garde, le Troisième Garde
60-64
11
Antigone, les Gardes, Créon
64-97
12
Antigone, Créon
97-99
13
Antigone, Créon, Ismène
99-100
14
Créon, le Chœur
100-105
15
Créon, le Chœur, Hémon
105-106
16
Créon, le Chœur
106
17
Créon, le Chœur, Antigone, les Gardes
106-117
18
Antigone, le Garde
117-119
19
Le Chœur, le Messager
119-122
20
Le Chœur, Créon, le Page
122-123
21
Le Chœur, les Gardes
Antigone (1944) de Jean Anouilh : les
personnages
LES PERSONNAGES DANS ANTIGONE
les personnages dans Antigone
1.
Le peuple.
A) La nourrice.
Ce personnage n’existait pas dans la version de Sophocle :
1.
pourquoi a-t-il été ajouté par Anouilh ?
Etait-elle présentée par le Prologue, dans la scène d’exposition
2.
?
3.
Dans quelles scènes ce personnage intervient-il ?
4.
Pourquoi n’intervient-elle plus, à la fin de la pièce ?
5.
Complète les pointillés, en t’aidant du livre :
« LA NOURRICE : Pas crier ! Je ne dois pas crier par dessus le
marché ! Moi qui avais promis à ta mère… Qu’est-ce qu’elle me
dirait, si elle était là ? «Vieille ……………….., oui, vieille
……………….., qui n’as pas su me la garder pure, ma petite.
Toujours à ……………….., à faire le ……………….., à leur
……………….. avec des lainages pour qu’elles ne prennent pas
froid ou des laits de poule pour les rendre fortes ; mais à quatre
heures du matin tu dors, vieille ……………….., tu dors, toi qui ne
peux pas fermer l’oeil, et tu les laisses filer, marmotte, et quand
tu arrives, le lit est froid !» Voilà ce que’lle me dira ta mère, làhaut, quand j’y monterai, et moi j’aurai honte, honte à en
mourir si je n’étais pas déjà morte, et je ne pourrai que baisser
la tête et répondre : «Madame Jocaste, c’est vrai.»
Quelle métaphore filée la nourrice utilise-t-elle ?
Que peut-on en déduire sur le rôle qu’elle tient auprès
d’Antigone et d’Ismène ?
6.
Complète les pointillés, en t’aidant du livre :
«LA NOURRICE, entre : Tiens, te voilà un bon café et des
tartines, mon ………………… Mange. »
« LA NOURRICE : Qu’est-ce que tu as, ma petite ………………..
?»
« LA NOURRICE : Trop petite pourquoi, ma ……………….. ? »
« LA
NOURRICE
:
Qu’est-ce
tu
veux
que
je
fasse,
ma
……………….. ? »
Comment s’adresse-t-elle à Antigone, au début de la pièce ?
B) Les gardes.
7.
Ces personnages existaient-ils dans la version de Sophocle
?
8.
Comment sont-ils présentés par le Prologue, dans la scène
d’exposition ?
« Un décor neutre. Trois portes semblables. Au lever du rideau,
tous les personnages sont en scène. Ils bavardent, tricotent,
………………..…………………
Le
Prologue
se
détache
et
s’avance. »
« Enfin
les
trois
hommes
rougeauds
qui
………………..……………….., leurs chapeaux sur la nuque, ce
sont les gardes. Ce ne sont pas de mauvais bougres, ils ont des
femmes, des enfants, et des petits ennuis comme tout le
monde, mais ils vous empoigneront les accusés le plus
tranquillement du monde tout à l’heure. Ils sentent l’ail, le cuir
et le vin rouge et ils sont dépourvus de toute imagination. Ce
sont les auxiliaires toujours innocents et toujours satisfaits
d’eux-mêmes, de la justice. Pour le moment, jusqu’à ce qu’un
nouveau chef de Thèbes dûment mandaté leur ordonne de
l’arrêter à son tour sont les auxiliaires de la justice de Créon. »
Quels sont les noms des trois gardes ? Commente ces noms.
9.
10.
En quoi ces personnages sont-ils comiques ?
11.
Comment comprends-tu la fin de la pièce :
« Pendant qu’il parlait, les gardes sont entrés. Ils se sont
installés sur un banc, leur litre de rouge à côté deux, leur
chapeau sur la nuque, et ils ont commencé une partie de cartes.
LE CHŒUR : Il ne reste plus que les gardes. Eux, tout ça, cela
leur est égal ; c’est pas leurs oignons. Ils continuent à jouer aux
cartes…
Le rideau tombe rapidement pendant que les gardes abattent
leurs atouts.
FIN DE «ANTIGONE»
Les personnages extérieurs à l’action.
2.
A) Le choeur.
12.
Dans combien de scènes apparaît-il ?
13.
A quels moments de la pièce intervient-il ?
14.
Identifie les différents rôles du choeur dans la pièce :
rôle
« LE CHŒUR : Et voilà.
Maintenant, le ressort
est bandé. Cela n’a
plus quà se dérouler
tout seul. C’est cela
qui est commode
dans la tragédie… »
« LE CHŒUR, entre
soudain: Là ! C’est
fini pour Antigone.
Maintenant, le tour de
Créon approche. Il va
falloir qu’ils y passent
tous. »
« LE
CHŒUR, s’avance
: Et voilà. Sans la
petite Antigone, c’est
vrai, ils auraient tous
été bien tranquilles.
Mais maintenant, c’est
fini… »
« LE CHŒUR : Tu es
fou, Créon. Qu’as-tu
fait ? »
« LE CHŒUR : Ne
laisse pas mourir
Antigone, Créon !
Nous allons tous
porter cette plaie au
côté, pendant des
siècles. »
« LE CHŒUR : C’est
une enfant, Créon. »
« LE
CHŒUR, s’approche :
Est-ce qu’on ne peut
pas imaginer quelque
chose, dire qu’elle est
folle, l’enfermer ? »
« LE CHŒUR : Est-ce
qu »on ne peut pas
gagner du temps, la
faire fuir demain ? »
« LE CHŒUR, va à
Créon : Créon, il est
sorti comme un fou. »
« LE CHŒUR :
Créon, il faut faire
quelque chose . »
« LE CHŒUR ! Et tu
es tout seul
maintenant, Créon. »
« LE CHŒUR : Que lui
veux-tu ? Qu’as-tu à
lui apprendre ? »
« LE CHŒUR : Pas toi,
Créon. Il te reste
encore quelque chose
à apprendre.
Eurydice, la reine, ta
femme… […] Les
pauvres de Thèbes
auront froid, cet hiver,
Créon. En apprenant
la mort de son fils, la
reine a posé ses
aiguilles, sagement,
après avoir terminé
son rang, posément,
comme tout ce qu’elle
fait, un peu plus
tranquillement peutêtre que
d’habitude… »
15.
16.
En quoi son rôle se rapproche-t-il de celui du choeur grec ?
En quoi son rôle est-il différent de celui du choeur grec ?
B) Le messager.
1.
Il n’a qu’une fonction, dans la pièce : laquelle ?
Les personnages de la pièce
Les relations entre personnages sont en partie imposées par le modèle de Sophocle et la mythologie. Les liens de parenté ne s ont aucunement modifiés, et l’on
retrouve le traditionnel tableau de famille des Labdacides.
Antigone :
Personnage central de la pièce dont elle porte le nom, Antigone est opposée dès les premières minutes à sa sœur Ismène, dont elle représente le négatif. “la petite
maigre”, “la maigre jeune fille moiraude et renfermée” (p. 9), elle est l’antithèse de la jeune héroïne, l’ingénue, dont “la blonde, la belle, l’heureuse Ismène” est au
contraire l’archétype.
Comme Eurydice, comme Jeanne d’Arc dans L’Alouette, elle a un physique garçonnier, sans apprêts : elle aime le gris : “C’était beau. Tout était gris”, “monde sans
couleurs”, “La Nourrice (…) Combien de fois je me suis dit : “Mon Dieu, cette petite, elle n’est pas assez coquette ! Toujour s avec la même robe et mal peignée”,
Antigone le dit elle même : “je suis noire et maigre”.
Opiniâtre, secrète, elle n’a aucun des charmes dont sa sœur dispose à foison : elle est “hypocrite”, a un “sale caractère”, c’est “la sale bête, l’entêtée, la mauvaise”.
Malgré cela, c’est elle qui séduit Hémon : elle n’est pas dénuée de sensualité, comme le prouve sa scène face à son fiancé, ni de sensibilité, dont elle fait preuve dans
son dialogue avec la Nourrice.
Face à Ismène, Antigone se distingue au physique comme au moral, et peut exercer une véritable fascination : Ismène lui d it : “Pas belle comme nous, mais
autrement. Tu sais bien que c’est sur toi que se retournent les petits voyous dans la rue ; que c’est toi que les petites fil les regardent passer, soudain muettes sans
pouvoir te quitter des yeux jusqu’à ce que tu aies tourné le coin.” (pages 29-30)
Comme le basilic des légendes, dont le regard est mortel, Antigone pétrifie et stupéfait, car elle est autre. Son caractère reçoit cette même marque d’étrangeté qui a
séduit Hémon et qui manque à Ismène, ce que Créon appelle son orgueil. Quelque chose en elle la pousse à aller toujours plus loin que les autres, à ne pas se
contenter de ce qu’elle a sous la main : “Qu’est-ce que vous voulez que cela me fasse, à moi, votre politique, votre nécessité, vos pauvres histoires ? Moi, je peux
encore dire “non” encore à tout ce que je n’aime pas et je suis seule juge.” (p. 78)
Cette volonté farouche n’est pas tout à fait du courage, comme le dit Antigone elle-même (p. 28) ; elle est une force d’un autre ordre qui échappe à la compréhension
des autres.
Ismène :
Elle “bavarde et rit”, “la blonde, la belle” Ismène, elle possède le “goût de la danse et des jeux [...] du bonheur et de la réussite, sa sensualité aussi”, elle est “bien plus
belle qu’Antigone”, est “éblouissante”, avec “ses bouclettes et ses rubans”, “Ismène est rose et dorée comme un fruit”.
“sa sœur” possède une qualité indomptable qui lui manque : elle n’a pas cette force surhumaine. Même son pathétique sursaut à la fin de la pièce n’est pas à la
hauteur de la tension qu’exerce Antigone sur elle-même : “Antigone, pardon ! Antigone, tu vois, je viens, j’ai du courage. J’irai maintenant avec toi. [...] Si vous la
faites mourir, il faudra me faire mourir avec elle ! [...] Je ne peux pas vivre si tu meurs, je ne veux pas rester sans toi !” (pages 97-98).
C’est sa faiblesse même, et non sa volonté, qui la pousse à s’offrir à la mort. Antigone le voit bien, et la rudoie avec mépris : “Ah ! non. Pas maintenant. Pas toi ! C’est
moi, c’est moi seule. Tu ne te figures pas que tu vas venir mourir avec moi maintenant. Ce serait trop facile ! [...] Tu as choisi la vie et moi la mort. Laisse-moi
maintenant avec tes jérémiades.” (page 98)
Les deux rôles féminins de la pièce sont diamétralement opposés. Ismène est une jolie poupée que les événements dépassent. Antigone au contraire est
caractéristique des premières héroïnes d’Anouilh : elle est une garçonne qui dirige, mène et vit son rôle jusqu’au bout.
Créon :
“son oncle, qui est le roi”, “il a des rides, il est fatigué”, “Avant, du temps d’Œdipe, quand il n’était que le premier personnage de la cour, il aimait la musique, les
belles reliures, les longues flâneries chez les petits antiquaires de Thèbes”.
C’est un souverain de raccroc, tout le contraire d’un ambitieux. Besogneux et consciencieux, il se soumet à sa tâche comme à un travail journalier, et n’est pas si
différent des gardes qu’il commande. “Thèbes a droit maintenant à un prince sans histoire. Moi, je m’appelle seulement Créon, Dieu merci. J’ai mes deux pieds sur
terre, mes deux mains enfoncées dans mes poches, et, puisque je suis roi, j’ai résolu, avec moins d’ambition que ton père, de m’employer tout simplement à rendre
l’ordre de ce monde un peu moins absurde, si c’est possible.” (pages 68 et 69)
Au nom du bon sens et de la simplicité, Créon se voit comme un tâcheron, un “ouvrier” du pouvoir (page 11). Il revendique le manque d’originalité et d’audace de sa
vision, et plaide avec confiance pour la régularité et la banalité de l’existence. Sa tâche n’est pas facile, mais il en porte le fardeau avec résignation.
Personnage vieilli, usé, il se distingue par sa volonté d’accommodement ; mais il avoue aussi avoir entretenu d’autres idéaux : “J’écoutais du fond du temps un petit
Créon maigre et pâle comme toi et qui ne pensait qu’à tout donner lui aussi…” (page 91). Créon se considère lui-même comme une Antigone qui n’aurait pas
rencontré son destin, une Antigone qui aurait survécu.
Les gardes :
Ce sont ” trois hommes rougeauds qui jouent aux cartes”, “ce ne sont pas de mauvais bougres”, “ils sentent l’ail, le cuir et le vin rouge et ils sont dépourvus de toute
imagination”. Ces gardes représentent une version brutale et vulgaire de Créon. Leur langage sans raffinement, leur petitesse de vue en font des personnages peu
sympathiques, dont les rares bons mouvements ne suffisent pas à cacher la peur de la hiérarchie (“Pas d’histoires !” revient souvent dans leur bouche). Sans être
totalement réduits à l’état de machines, ils sont essentiellement un instrument du pouvoir de Créon, et rien de plus : “Le Garde : S’il fallait écouter les gens, s’il fallait
essayer de comprendre, on serait propres.” (p. 55)
Leur soumission à Créon n’est pas établie sur la base d’une fidélité personnelle. Ils sont des auxiliaires de la justice, respectueux du pouvoir en place, et ce quel que
soit celui qui occupe le pouvoir. Le Prologue indique bien que rien ne leur interdirait de se retourner contre Créon, si celui-ci était déchu : “Pour le moment, jusqu’à
ce qu’un nouveau chef de Thèbes dûment mandaté leur ordonne de l’arrêter à son tour, ce sont les auxiliaires de la justice de Créon.” (p. 12)
Sans états d’âme, ils passent au travers de la tragédie sans rien comprendre, et le rideau tombe sur eux, comme il tombe dans Médéesur un garde et la Nourrice,
après le suicide de Médée et le meurtre de ses enfants :
“Le
Garde
On a fauché la semaine dernière. On va rentrer demain ou après-demain si le temps se maintient.
La
Nourrice
La récolte sera bonne chez vous ?
Le
Garde
Faut pas se plaindre. Il y aura encore du pain pour tout le monde cette année-ci.
Le rideau est tombé pendant qu’ils parlaient.”
C’est à travers eux que se manifeste le plus clairement le pessimisme aristocratique d’Anouilh.
Hémon :
Le “jeune homme”, “fiancé d’Antigone”, est le fils de Créon, c’est un personnage secondaire qui n’apparaît qu’en deux occasions, soumis à Antigone et révolté contre
Créon ; ses propos sont courts et simples (“Oui, Antigone.”), ou témoignent d’une naïveté encore enfantine. La peur de grandir se résume chez lui à l’angoisse de se
retrouver seul, de regarder les choses en face : “Père, ce n’est pas vrai ! Ce n’est pas toi, ce n’est pas aujourd’hui ! Nous ne sommes pas tous les deux au pied de ce
mur où il faut seulement dire oui. Tu es encore puissant, toi, comme lorsque j’étais petit. Ah ! Je t’en supplie, père, que je t’admire, que je t’admire encore ! Je suis
trop seul et le monde est trop nu si je ne peux plus t’admirer.” (p. 104)
Fiancé amoureux, enfant révolté, il est par son caractère davantage proche d’Ismène, à qui le Prologue l’associe, que d’Antigone.
Eurydice :
C’est “la vieille dame qui tricote”, la “femme de Créon”, “elle est bonne, digne, aimante”, mais “Elle ne lui est d’aucun secours”
Le Page
Accompagnant Créon dans plusieurs scènes, il représente l’innocence émouvante, l’enfant qui voit tout et ne comprend rien, qui n’est pour l’instant d’aucune aide,
mais qui, à son tout, un jour, pourrait bien devenir Créon ou Antigone.
“Créon
Ce qu’il faudrait, c’est ne jamais savoir. Il te tarde d’être grand, toi ?
Le
Page
Oh oui, Monsieur !” (p.122)
La Nourrice :
Personnage traditionnel du théâtre grec, mais inexistant dans la pièce de Sophocle, elle a été créée par Anouilh pour donner une assise familière à la pièce, et
davantage montrer l’étrangeté du monde tragique. Avec elle, ni drame ni tragédie, juste une scène de la vie courante, où la vieille femme, affectueuse et grondante,
est une “nounou” rassurante, qui ne comprend rien à sa protégée : “Tu te moques de moi, alors ? Tu vois, je suis trop vieille . Tu étais ma préférée, malgré ton sale
caractère.” (p. 20). Elle “a élevé les deux petites”.
Le Messager :
C’est un “garçon pâle [...] solitaire”. Autre personnage typique du théâtre grec, il apparaît dans la pièce de Sophocle. Il se borne à être la voix du malheur, celui qui
annonce avec un luxe de détails la mort d’Hémon. Dans le récit du Prologue, il projette une ombre menaçante : “C’est lui qui viendra annoncer la mort d’Hémon tout à
l’heure. C’est pour cela qu’il n’a pas envie de bavarder ni de se mêler aux autres. Il sait déjà…” (p. 12)
Le Chœur
Ce personnage joue aussi le rôle de messager de mort, mais son origine le rend plus complexe. Dans les tragédies grecques, le chœur est un groupe de plus d’une
dizaine de personnes, guidé par le personnage du Coryphée. Il chante, danse peut-être, et se retrouve le plus souvent en marge d’une action qu’il commente.
Dans Antigone, le Chœur est réduit à une seule personne, mais a gardé de son origine une fonction collective, représentant un groupe indéterminé, celui des
habitants de Thèbes, ou celui des spectateurs émus. Face à Créon, il fait des suggestions, qui toutes se révèlent inutiles.
“Ne laisse pas mourir Antigone, Créon ! Nous allons tous porter cette plaie au côté, pendant des siècles. [...] C’est une enfant Créon. [...] Est-ce qu’on ne peut pas
imaginer quelque chose, dire qu’elle est folle, l’enfermer ? [...] Est-ce qu’on ne peut pas gagner du temps, la faire fuir demain ?” (pages 99 à 102)
Comme dans le théâtre antique, le chœur garde également une fonction de commentateur. Isolé des autres personnages, il se rapproche du Prologue : il scande
l’action pratiquement dans les mêmes termes. “Et voilà. Maintenant le ressort est bandé. Cela n’a plus qu’à se dérouler tout seul.” (p. 53) “Et voilà. Sans la petite
Antigone, c’est vrai, ils auraient tous été bien tranquilles. Mais maintenant, c’est fini.” (p. 122) Son “voilà” bat la mesure d’un mouvement que le “Voilà” du Prologue
avait mis en branle.
Autres personnages :
- “les deux fils d’Œdipe, Etéocle et Polynice” : “se sont battus et entre-tués sous les murs de la ville” :
-
“Etéocle
l’aîné”
:
”
le
bon
frère”,
“le
fils
fidèle
d’Œdipe”,
“le
prince
loyal”,
il
a
eu
d’imposantes
funérailles
- “Polynice, le vaurien, le voyou”, “mauvais frère”, “il a toujours été un étranger” pour sa sœur Ismène, “un petit fêtard imbécile”, “un petit carnassier dur et sans âme”,
“une petite brute tout juste bonne à aller plus vite que les autres avec ses voitures, à dépenser plus d’argent dans les bars.”, il a été laissé à pourrir dehors.
- mais, en vérité, ce sont tous les deux des crapules : Etéocle “ne valait pas plus cher que Polynice”, “deux larrons en foire”, “deux petits voyous”
- Douce, sa chienne
“Madame
Jocaste”
maman
d’Antigone
Questions pour préparer le régional
Le Prologue (pp. 91. Quelle est la fonction du Prologue? Quelle est la différence entre un "choeur" et le prologue
un arbre généalogique qui montre les rapports entre Antigone, Créon, Ismène, Hémon, Oedipe, Jocaste, Eurydice, Etéocle, et Polyn
3. Qu'est-ce que le Prologue nous apprend sur les personnages suivants: Antigone, Ismène, Hémon, Créon, et Eurydice? Faites une liste des adjectifs, des verbes, et des expressions que le Prolo
emploie pour décrire chaque personna
Antigo
Ismè
Hém
Cré
Euryd
4. Expliquez la situation au début de la pièce (pp. 12-13). Quels "faits" est-ce qu'il faut sav
Antigone et sa nourrice (pp. 131. L'intrigue: résumez ce qui se passe (pp. 13-20) en quelques phras
2. Qu'est-ce que cette scène nous apprend sur le caractère d'Antigone? (pp. 133. Dans quel sens est-ce qu'Antigone est différente des autres filles? de sa soeur? (Cherchez des exemples précis--à citer en clas
4. Décrivez les rapports entre Antigone et sa nourrice. (Exemples à citer en clas
5. Anouilh emploie souvent l'adjectif "petite" pour décrire Antigone. Cherchez des exemples. Que signifie "être petite" pour Antigo
Ismène et Antigone (pp. 211. Commentez le passage suivant: "A chacun son rôle. Lui, il doit nous faire mourir, et nous, nous devons aller enterrer notre frère. C'est comme cela que ç'a été distribué." (p.
2. Quels verbes est-ce qu'Antigone et Ismène emploient souvent? Cherchez des exemples. Quel sens est-ce qu'elles donnent à ces verb
3. Qui sont "eux" "ils" décrits par Ismène? (pp. 26
4. Comparez Antigone et Ismène: faites une liste des caractéristiques qu'on voit au cours de ces pag
Antigo
Ismè
La Nourrice et Antigone (pp. 311. Analysez les rapports entre Antigone et sa nourr
2. Pourquoi Antigone propose-t-elle de "faire tuer sa chienne Douce" à sa nourrice? Que pensez-vous de cette soluti
Antigone et Hémon (pp. 361. Qui est Hémon? Décrivez
2. Quelle forme de verbes Antigone utilise-t-elle souvent (pp. 39 - 42)? Pourqu
3. Commentez les rapports entre Antigone et Hémon. (Qu'est-ce que chacun veut exprimer pendant cette scèn
Antigo
Hém
4. Qu'est-ce qu'Antigone a fait jurer à Hémo
5. Pourquoi Antigone était-elle venue voir Hémon la veille (habillée en robe d'Ismène; parfumée et maquillée)? (43) Que signifie son explication: "pour que tu me prennes hier soir, pour que je sois ta fem
avant"? Pourquoi a-t-elle dit "avant"? Avant qu
6. Qu'est-ce qu'Hémon "saura" tout à l'heure? Qu'est-ce qu'il ne sait pas en ce mome
Antigone et Ismène (pp. 45
1. Quel est le point de vue d'Ismène en ce qui concerne ce que les deux soeurs doivent faire? Et celui d'Antigo
2. Décrivez le rapport entre Polynice et ses soeurs Antigone et Ismène. (
3. Qu'est-ce qu'Antigone a fait savoir à Ismène? A quel moment le saviez-vous? ("J'en venais" -- p.
Créon et le garde (pp. 461. Analysez le comportement du garde et celui de Créon (exemples préc
Créon: le gar
2. Quelles sont les conclusions / réactions de Créon à ce que le garde
Le choeur (pp. 531. Quel est le "petit coup de pouce" qui a démarré l'acti
2. Selon le choeur, quelle est la différence entre la tragédie et le dram
tragé
dram
Antigone, Créon, et les gardes (pp. 55-64 "...les gardes sont sort
1. L'intrigue: faites un résumé de la situation pp. 552. Qui a les mains sales? Que signifie cette image? (exemp
3. Pour qui les gardes ont-ils pris Antigo
4. Quelle est la réaction de Créon quand les gardes lui présentent leur nouve
Créon et Antigone (pp. 64-
1. Selon Antigone, pourquoi a-t-elle enterré Polynice? (652. Que signifie le mot "métier" pour Créon? (
3. Comment est-ce que Créon veut "sauver" sa niè
4. Qu'est-ce qui est "absurde" pour Antigone et pour Créon? Quelle est "la pantomime" dont ils parlent? (
5. Quelle est la réponse d'Antigone quand Créon lui demande pour qui elle meurt? (
6. A quel moment de sa vie est-ce que Créon a accepté de dire "oui"? Pourqu
7. Quelle est l'histoire sordide des frères que Créon a fait savoir à Antigone? (84-89) A quoi fait-il référence quand il parle des "coulisses de ce drame"? (
8. Comment Antigone a-t-elle réagi au récit de Créon? (quels mots, quels geste
Antigone pp. 91
1. De quelle façon Antigone a-t-elle énoncé le mot "oui"? (
2. Nommez une métaphore que Créon a utilisée pour décrire la vie: "La vie est ...." (913. De quoi Antigone n'est-elle pas sûre? Quelles questions se pose-t-elle? Avec quels temps de verbe? (
4. Décrivez les deux Hémon différents dont parle Antigo
5. A quel moment Antigone tutoie-t-elle son oncle? Pourquoi peut-elle se permettre de le faire? (
6. Que pense Antigone de l'idée du bonheur de son oncle? Quelle est la philosophie d'Antigone? (
7. Que veut dire le verbe "se taire" ? Trouvez des exemples..(92-98) Pourquoi trouve-t-on tant d'exempl
8.. Parmi les idées suivantes présentées au cours de l'échange entre Créon et Antigone, lesquelles ont le plus influencé Créon? et Antigo
l'explication religieuse du geste d'Antigone / l'explication politi
la raison philosophique (dire "oui" /"non") / la métaphore du bat
la "vraie" histoire d'Etéocle et de Polyn
la jeunesse / la vieillesse / le thème du bonh
pp 97-123 (
1. Qu'est-ce qui fait agir Cré
2. Quel rôle est assumé par Ismène? par le Chœur ? par Hém
- Ismè
- le Chœ
- Hém
3. Commentez les rapports entre père et fils --Hémon et Créon: quels mots/images les caractérise
4. Analysez la conversation entre Antigone et le ga
- Qui pose les questions /qui répon
. - De quoi parlent-i
. - Quel est le décor/ l'ambianc
. - Quel gestes sont importants à note
5. Pourquoi Antigone veut-elle "faire écrire" une lettre? Par qui ? A q
6. Qu'est-ce qu'elle a décidé de faire "rayer" dans cette lettre? Pourqu
7. Quel est le rôle du messager dans le théâtre classique? dans cette scè
Comment Antigone est-elle morte? et Hemon ? et Eurydi
- Antigo
- Hém
- Eurydi
8. Quelle est la réaction de Créon à tout ce
9. Quelle est la fonction du page? Que représente-
ANTIGONE, d'ANOUILH
Une tragédie du XXème siècle
Cette séquence a été réalisée par M. Franck LEGAUD, professeur agrégé de Lettres Modernes pour ses
élèves de 3ème du collège Françoise Dolto, à Saint Andiol (13).
=> Séquence VII intervenant après une séquence à visée argumentative sur le problème de la peine de mort
(construite à partir du Dernier Jour d’un condamné de Victor Hugo et de textes du XXe siècle).
SÉQUENCE VII : ANTIGONE, D’ANOUILH
UNE TRAGÉDIE DU XXe SIÈCLE
(lecture en œuvre intégrale)
Téléchargez la séquence au format .doc
Objectifs :







Etudier les moyens mis en œuvre par l’auteur pour réactualiser et désacraliser le mythe
antique.
Analyser la spécificité du langage théâtral.
Maîtriser la conjugaison et les emplois du conditionnel.
Reconnaître et employer les subordonnées de condition, de cause et de conséquence.
Rédiger un dialogue de théâtre.
Faire comprendre le rôle de la mise en scène dans l’interprétation d’une pièce.
Jouer une scène.
Description de la séquence:
* SEANCE N 1: LECTURE
1 Contrôle.
2 Présentation de l’auteur et de son œuvre.
* SÉANCE N°2 : LECTURE
1 La structure de la pièce (travail de synthèse présenté en classe par des élèves). (1)
2 Support : le Prologue (pages 9 à 13, du début de la pièce jusqu’à " Le Prologue disparaît aussi. ").
(1) Document distribué aux élèves pour réaliser la synthèse demandée
1. Quels repères permettent traditionnellement de dégager la progression dramatique
d’une tragédie classique ? La tragédie d’Anouilh comporte-t-elle des interruptions et
des divisions ?
2. Relevez les didascalies qui indiquent les entrées et les sorties des personnages au fil de
la lecture. Quel effet produisent les temps verbaux utilisés ?
3. En vous fondant sur les entrées et les sorties des personnages, découpez la pièce en
parties et en " scènes ". Donnez-leur un titre et indiquez les pages qui les délimitent
quand cela n’a pas été fait dans le schéma suivant :
Partie I : Le Prologue, p. 9-13.
Partie II : Vers le drame, p. 13-53.
Scène 1 : Etranges confidences d’Antigone à sa nourrice, p. 13-21
Scène 2 : …………………………………………………………………………………………………
Scène 3 : Dernières recommandations d’Antigone à sa nourrice, p. 31-36.
Scène 4 : ………………………………………………………………………………………………….
Scène 5 : L’irrémédiable est déjà accompli, p. 45-46.
Scène 6 : ………………………………………………………………………………………………….
Premier commentaire du chœur : …………………………………………………….…., p. ……….
Partie III : La tragédie est nouée, p. …………
Scène 7 : Antigone aux mains des gardes, p. 55-60.
Scène 8 : ………………………………………………………………………………………………….
Scène 9 : ………………………………………………………………………………………………….
Scène 10 : Coup de théâtre : Ismène veut mourir avec sa sœur, p. 97-99.
Nouvelle intervention du chœur : l’impuissance de Créon, p. ………………………………………..
Partie IV : Le destin en marche, p. ………..
Scène 11 : Père et fils, p. …………………………………………………………………………………
Scène 12 : ………………………………………………………………………………………………..
Scène 13 : Dialogue de sourds entre le garde et Antigone, p. 106-117.
Nouvelle intervention du chœur : …………………………………………………………., p. ………
Partie V : Dénouement, p. …………
Scène 14 : ………………………………………………………………………………………………..
Scène 15 : ………………………………………………………………………………………………..
Dernière intervention du chœur : une tragédie absurde, p. ……………………………………………
4) A quel moment la pièce débute-t-elle vraiment ? Quel indice le signale ?
5) Qui intervient pour ponctuer les tournants dramatiques de la pièce ?
6) Observez le nombre de scènes par partie : que constatez-vous ?
7) Quelles sont les scènes les plus longues ? A quoi correspondent-elles ?
8) Quelle est la partie la plus resserrée ? Quel est l’intérêt dramatique de cette concentration ?
9) Montrez qu’Anouilh respecte la règle des trois unités de la tragédie classique : en relevant les indices
temporels, dites combien d’heures dure l’action de pièce. Où se déroule l’action représentée sur la scène ?
Sur quel événement la tragédie est-elle centrée ?
* SÉANCE N°3 : CONJUGAISON
Support : Antigone et sa nourrice (pages 17 à 20, de " LA NOURRICE, éclate. " jusqu’à " …ce matin. ") :
La conjugaison et les emplois du conditionnel.
* SÉANCE N°4 : LECTURE COMPAREE
1 Tableau de présence des personnages (travail de synthèse présenté par des élèves)(1)
2 Support : étude comparée d’un extrait de la pièce d’Anouilh (pages 64 à 70, de Créon et Antigone sont
seuls… " jusqu’à " …l’un en face de l’autre. ") et de l’extrait correspondant de la pièce de Sophocle
(pages 62 à 65 de l’édition Bordas, de " CRÉON, tourné vers Antigone… " jusqu’à " …femme ne
régnera. ") : le début de l’affrontement tragique entre Créon et Antigone.
(1)Document distribué aux élèves :
Remplissez le tableau de présence des personnages, en signalant par une croix leur présence et par une
astérisque leur prise de parole puis répondez aux questions qui suivent :
Personnages par ordre d’apparition
Antigone
Nourrice
Scène 1
x*
x*
Scène 2
Ismène
Hémon
Créon
Page
Gardes
Choeur
Messager
Questions :
1. Quel personnage est présent le plus souvent ? Pourquoi ?
2. A partir de la présence de ce personnage sur scène, précisez quels sont les trois grands
moments de l’action ? Que représentent-ils ?
3. Dans quelle scène les personnages sont-ils les plus nombreux ? A quoi correspond
cette scène ?
4. Combien de personnages figurent le plus souvent dans chaque scène ? Quel est l’eefet
produit ?
5. Quel personnage a le plus long temps de parole ? De présence ? Pourquoi ?
6. Quel personnage a le plus court temps de parole ? De présence ? Pourquoi ?
* SÉANCE N°5 : GRAMMAIRE ET ÉCRITURE
Support : un geste absurde (pages 70 à 73, de " CRÉON, murmure, comme pour lui. " jusqu’à " Oui, c’est
absurde ! ") :
L’expression de la condition.
Sujet : rédigez un dialogue théâtral d’environ trente lignes entre Ismène et Créon, dans lequel la jeune fille
cherchera à convaincre son oncle de laisser la vie sauve à Antigone. (14 points)
Consignes
1 Ismène et Créon donneront, chacun, au moins trois arguments.
2 Vous emploierez et soulignerez quatre subordonnées de condition, dont deux avec une principale au
conditionnel présent et deux avec une principale au conditionnel passé. (6 points)
* SÉANCE N°6 : LECTURE
1 Support : le choix tragique (pages 76 à 83, de " CRÉON, la regarde… " jusqu’à " …Créon la regarde. ").
2 L’évolution d’Antigone et de Créon (pages 65 à 97) : qu’est-ce qui les oppose sur le plan humain, social,
politique ? position défendue ? arguments de l’un et de l’autre ? (travail de synthèse présenté en classe par
des élèves) (1)
(1) Document distribué aux élèves :
Afin de mettre en évidence tout ce qui oppose Antigone et Créon, remplissez le tableau suivant puis
répondez aux questions qui suivent :
Antigone
Créon
Plan humain
(âge, sexe)
Plan social
(fonction, statut)
Plan politique
(rôle, idées)
Position défendue
Arguments
d’ordre affectif
Arguments
d’ordre logique
Arguments
d’ordre politique
Bilan
Questions :
1.
2.
3.
4.
5.
Quel personnage parle le plus ? Pourquoi ?
A quels indices remarque-t-on qu’il cherche à se justifier ?
Créon parvient-il à ébranler la position d’Antigone ? Si oui, par quel argument ?
Quelle progression voit-on se dessiner dans l’argumentation d’Antigone ?
Quel registre de langue Créon emploie-t-il pour frapper l’imagination de la jeune
fille ?
6. Etudiez l’évolution du ton des personnages à partir des didascalies, de la ponctuation
et des paroles mêmes de ces personnages.
7. Etudiez les mouvements d’Antigone : comment suggèrent-ils la progression
dramatique ?
* SÉANCE N°7 : GRAMMAIRE-SYNTAXE
Support : le " oui " de Créon et le " non " d’Antigone (pages 78 à 81, de " Un matin… " jusqu’à " … de payer
maintenant ! ") :
L’expression de la cause et de la conséquence.
* SÉANCE N°8 : ÉVALUATION FINALE (LECTURE ET LANGUE)
Supports : 1) le dénouement (pages 117 à 123, à partir de " LE CHŒUR, entre soudain. ") : contrôle de
lecture et de langue.
2) la fille de l’orgueil d’Oedipe (pages 67 à 68, de " Si j’avais été… " jusqu’à " …au contraire. ") : dictée sur
le conditionnel.
* SEANCE N°9 : EVALUATION FINALE (ÉCRITURE)
Rédiger une scène de conflit à partir d’une situation donnée.
Sujet : Le troyen Pâris, fils du roi Priam, a enlevé Hélène, la femme du roi grec Ménélas. La Grèce en armes
est venue réclamer la jeune femme. Si Priam est prêt à se battre pour la garder, Hector, l’autre fils de Priam
et le mari d’Andromaque, vient de rentrer de guerre avec une armée victorieuse et n’aspire plus qu’à la paix.
Dans un dialogue théâtral d’une trentaine de lignes au minimum, chacun des deux personnages défendra sa
position en développant au moins trois arguments. (14 points)
Consignes
1. Vous introduirez dans votre dialogue des didascalies nous renseignant sur le jeu des
acteurs. (1 point)
2. À la manière d’Anouilh, vous emploierez quelques expressions familières et/ou
anachroniques, afin de moderniser le mythe antique. (1 point)
3. Vous soulignerez en vert deux subordonnées de cause et en rouge deux
subordonnées de conséquence. (4 points)
* SÉANCE N°10 : LECTURE DE L’IMAGE
Supports : photographies prises lors de trois représentations théâtrales (celles d’André Barsac au théâtre de
l’Atelier en 1944, celle du festival de Mers El-Kébir en 1959, celle de Jean Menaud au Vingtième Théâtre en
1998) :
Comprendre l’importance de la mise en scène.
* SÉANCE N°11 : ORAL
Activités (au choix) :
a) jouer une scène d’Antigone.
b) jouer la scène écrite par les élèves.
c) mettre en scène le procès d’Antigone (distribuer les rôles des différents acteurs ; imaginer le réquisitoire
de l’avocat général, les témoignages, les réponses de l’accusé, la plaidoirie de l’avocat de la défense, la
délibération des jurés, le verdict du juge ; réfléchir aux éléments du décor et au jeu des acteurs).
=> En prolongement, lecture personnelle d’Œdipe ou le Roi boiteux de Jean Anouilh ou des Crocodiles
ne pleurent plus de Guillaume Le Touze (sur le problème de l’apartheid en Afrique du Sud).
Retour Haut de page
Accueil
Informations
Lycée et Post-Bac
Collège
Textes officiels
Contacts
Sujet
Quelle est la personnalité qui vous a touché le plus; celle d'Ismène ou celle d'Antigone ? Pourquoi
A travers la lecture de Antigone, pièce théâtrale tragique de Jean Anouilh, on peut comprendre facilement que
personnage de Ismène est une jeune fille belle, calme, sérieuse, qui compte bien ses pas, une personne qui veut gard
l'honneur de la famille royale malgré le despotisme de son oncle le roi Créon. Alors que Antigone une fille laide, entêté
désobéissante... Elle veut préserver l'honneur de la famille par la force en défiant son oncle le roi et en marginalisant to
les
essais
de
dialogue
Personnellement, je me vois à côté de l'avis et de la personnalité d'Ismène car ses actes sont sages et bien équilibrés.
Sujet
Certaines personnes pensent qu'il est légitime de se faire valoir par leur ran
social
ou
leur
fortune
Qu'en pensez-vous? Développez votre réflexion en vous appuyant sur de
exemples
préci
Il va sans dire que certaines personnes dans la socièté marocaine s
croient supérieures aux autres grâce à leurs nobles origines ou à leur ran
social (fortune, directeurs, hommes d'affaires, ministres, etc). Dans le
disputes et les bagarres ainsi que devant les autres, ces gens n'arrêten
pas de se flatter. Certains disent qu'ils sont des descendants du Prophète
certains d'autres d'autres disent qu'ils possèdent la plus grande richess
du
monde
Je pense que chacun d'entre nous doit s'arrêter d'évoquer ses origine
ou sa richesse, car la vraie personnalité c'est ce qu'on a comm
expérience ou savoir-faire propre ey personnel et non pas celuide no
ancêtre.
Sujet
9
A la manière d'Anouilh dans le prologue, présentez les personnages de L
Boîte à merveilles (Sidi Mohammed, Lalla Zoubida, Moulay Abdeslam
Rahma,
Lalla
Aïcha
Voilà, je vais vous présenter les personnages qui vont jouer La Boîte
merveilles. Ce garçon de six ans, faible, fatigué, à la djellaba blanch
s'appelle Sidi Mohamed, il a une boîte qu'il aime bien, elle est plein
d'objets banals. La femme qui s'asseoit à côté c'est sa mère, Lall
Zoubida. Elle prétend être descendante du Prophète, elle est bavarde, ell
a un teint d’ivoire, une bouche généreuse et un nez court. Elle n’est pa
coquette. L'homme calme qui regarde la télé par là c'est Moula
Abdeslam, un tisserand, vers la fin de cette pièce, il va perdre son argent
aller à la campagne pour travailler, revenir chez lui. Son retour fera l
bonheur de la famille et du voisinage. Rahma, la voisine, femme d
fabriquant de charrue, elle partage avec sa famille une seule pièce au 1e
étage de Dar Chouafa. Lalla Aïcha, enfin, une amie de Lalla Zoubida, ell
va rester courageuse même si son mari l'a laissée pour une autr
femme...
Anouilh, ANTIGONE. Fiches de travail par Mag. Friederike Scharf
SOMMAIRE :
I.) Questionnaire .....................................................................................2
II.) Pour intéresser vos élèves ...................................................................4
III.) Pour analyser, commenter et résumer les scènes de la pièce :
1. Le Prologue (p.4-5) ........................................................................6
2. Antigone - Ismène (1) (p.5-6) .......................................................7
3. Antigone – Hémon (p.7) ................................................................7
4. Antigone – Ismène (2) (p.8) ...........................................................7
5. Créon – Le Garde – Le Choeur (p.8-9) ...........................................9
6. Antigone – Les Gardes (p.10)………………………......………..10
7. Créon – Antigone (p.11-17)……………………………………...10
8. Le Choeur – Créon – Hémon (p.18-19) ………………………….12
9. Antigone – Le Garde (p.19-21) ………………………………….12
10. La fin de la pièce (p.21-22) ………………………………………13
IV.) Pour travailler sur les personnages
1. Faire des poèmes acrostiches …………………………………….14
2. Analyse des personnages : Compréhension écrite ……………….14
3. Production écrite : Travail à deux ………………………..............14
V.) Documentaire
1. Premier Dialogue, Ismène-Antigone. …………………………….16
2. Antigone de Jean Anouilh:
a) Fiche signalétique d’Antigone…………………………………………….17
b) Le contexte historique …………………………………………………….17
c) De l’Antigone de Sophocle (441 avant Jésus-Christ) à celle de Jean Anouilh
………………………………………………………………18
d) Biographie de Jean Anouilh ……………………………………………….19
3. Les personnages de la pièce
a) Antigone.......................................................................................................21
b) Ismène...........................................................................................................21
c) Créon.............................................................................................................21
d) Les Gardes....................................................................................................22
e) Hémon...........................................................................................................22
La légende d’OEdipe...........………………………………………………………...23
I.) Questionnaire :
p.4 1 Comment Antigone est-elle décrite par le personnage qui représente « le Prologue » ?
2 Qui est Hémon? Comment a-t-il fait la conquête d´Antigone ?
3 Faites le portrait d´Ismène. En quoi se distingue-t-elle d´Antigone ? Prouvez que les deux rôles féminins de la pièce
4 sont diammétralement opposés.
5 « Le Prologue » annonce déjà le sort des personnages. Quel sera le rôle
d´ Hémon et celui de son père Créon ?
Comment « le Prologue » décrit-il Créon ?
p.5 1 Qui jouera le messager et en quoi consistera son rôle ? Et qui prendra aussi le rôle des gardes ?
2 Quelle est la situation à Thèbes après la mort des deux frères ennemis, Etéocle et Polynice ? Pourquoi les deux se
3 sont-ils entre-tués ?
4 Résumez l´ordre de Créon en ce qui concerne le cadavre de Polynice. Cet ordre vous paraît-il logique ?
5 Le Prologue est-il un personnage de l´histoire ? Quelle est la fonction du Prologue dans cette scène ? Quels sont les
deux niveaux de langage que vous pouvez repérer dans le texte ?
Précisez les liens de parenté entre les personnages ainsi que leur généalogie en vous aidant des dictionnaires de
mythologie. (mythe d´Antigone et d´OEdipe)
p.6 1 Résumez la scène entre Antigone et Ismène. De quoi parlent-elles ? Comment Ismène défend-elle son oncle Créon ?
2 Se sacrifierait-elle pour son frère Polynice ? De quoi aurait-elle peur ? Comment Antigone défend-elle son opinion
3 ? Quel est le droit de la jeunesse, d´après elle ?
4 Antigone accepte-t-elle les réflexions de sa soeur ?
Laquelle des deux soeurs trouvez-vous la plus sympathique. Laquelle vous est la plus proche ? Justifiez votre
opinion.
Pourquoi les deux amants se sont-ils disputés la veille ? (Pour répondre à cette question, il faut aussi lire la page suivante.)
p.7 1 A quel sujet Antigone souhaite-elle se rassurer en parlant avec son fiancé ?
2 Comment Hémon vous apparaît-il dans cette scène ? Auriez-vous agi de la même façon ?
3 Quelle chose horrible Antigone veut-elle faire comprendre à Hémon ?
p.8 1 Qu´apprend Antigone à Ismène pendant leur deuxième entrevue ? Ismène aurait elle encore d´autres arguments pou
2 que sa soeur respecte l´ordre de leur oncle. Lesquels ? Ces arguments sont-ils valables pour Antigone ? Avez-vous
3 l´impression que les arguments d´Ismène sont réalistes ? Ismène est-elle une fille raisonnable ?
Au début le garde n´ose pas renseigner le roi sur la raison de sa venue. Devinez-vous pourquoi ? Comment
s´introduit-il, alors ?
Quelle est la mauvaise nouvelle qu´il annonce à Créon ? Les gardes connaissent-ils l´auteur de cet acte criminel ?
Quels sont les indices qu´ils ont trouvés ?
p.9 1 Comment le roi réagit-il à cette information ?
2 Le Choeur : Pourquoi dit-il au début que « le ressort est bandé » ? Alors quelle action tragique se déroulera, à partir
de maintenant ? Est-ce une tragédie ? En quoi diffère-t-elle d´un drame ? Quelles sont les informations que vous
obtenez dans le texte, quelles sont celles que vous trouverez sur Internet ou dans un lexique?
Antigone
1b2-B.docx
Document Microsoft Word [17.6 KB]
Télécharger
Examens Antigone:
1-Lycée Salam
1 ère bac lettre 3
Durée : 2 heures
2èmesemestre
Le texte :
Année scolaire :2011/2012
Devoir de français n°2
CREON __ Imbéciles ! (A Antigone.) Où t'ont-ils arrêtée?
LE GARDE __ Près du cadavre, chef.
CREON __ Qu'allais-tu faire près du cadavre de ton frère?
Tu savais que j'avais interdit de l'approcher.
LE GARDE __ Ce qu'elle faisait, chef ? C'est pour ça
qu'on vous l'amène. Elle grattait la terre avec ses mains.
Elle était en train de le recouvrir encore une fois.
CREON __ Sais-tu bien ce que tu es en train de dire, toi ?
LE GARDE __ Chef, vous pouvez demander aux autres.
On avait dégagé le corps à mon retour ; mais avec le soleil
qui chauffait, comme il commençait à sentir, on s'est mis
sur une petite hauteur, pas loin, pour être dans le vent. On
se disait qu'en plein jour on ne risquait rien. Pourtant, on
avait décidé, pour être plus sûrs, qu'il y en aurait toujours
un de nous trois qui le regarderait. Mais à midi, en plein
soleil, et puis avec l'odeur qui montait depuis que le vent
était tombé, c'était comme un coup de massue. J'avais
beau écarquiller les yeux, ça tremblait comme de la
gélatine, je voyais plus. Je vais au camarade lui demander
une chique, pour passer ça... Le temps que je me la cale à
la joue, chef, le temps que je lui dise merci, je me retourne :
elle était là à gratter avec ses mains. En plein jour ! Elle
devait bien penser qu'on ne pouvait pas ne pas la voir. Et
quand elle a vu que je lui courais dessus, vous croyez
qu'elle s'est arrêtée, qu'elle a essayé de se sauver, peut-être
? Non. Elle a continué de toutes ses forces aussi vite
qu'elle pouvait, comme si elle ne me voyait pas arriver. Et
quand je l'ai empoignée, elle se débattait comme une
diablesse, elle voulait continuer encore, elle me criait de
la laisser, que le corps n'était pas encore tout à fait
recouvert
CREON, à Antigone. __ C'est vrai ?
Antigone __ Oui, c'est vrai (...)
CREON __ Et cette nuit, la première fois, c'était toi aussi?
ANTIGONE __ Oui.
Compréhension et langue : -
12345678-
En quelle année fut écrite « Antigone » ? 0.5p ?
Qu’est-ce qui caractérise cette époque ? 1p
De quoi s’agit-il dans ce texte ?1.5p
Combien de fois Antigone a fait sa tentative ?1p
Relevez du texte deux justifications. 1pts
En quel moment Antigone a fait son projet ?1p
Comment était Antigone devant les gardes ?1pt
Relevez une répartie et une didascalie dans le texte.1p
-1/1-
9- Faites une phrase où vous exprimez la concession.1pt
10- Est-ce qu’Antigone a nié son acte ? pourquoi ?1p
Production écrite : 10pts
Supposant que vous êtes dans la même situation d’Antigone, est-ce que vous allez
agir de la même façon ? (faire comme elle a fait)
Ecrivez un texte argumentatif (15/20) lignes où vous exprimez votre comportemen
et votre réaction dans une telle situation.
1-2Compréhension et langue : -(du même texte)
1- En quelle année fut écrite « Antigone » ? 0.5p ?
2- Qu’est-ce qui caractérise cette époque ? 1p
3- De quoi s’agit-il dans ce texte ?1.5p
4- Combien de fois Antigone a fait sa tentative ?1p
5- Relevez du texte deux justifications. 1pts
6- En quel moment Antigone a fait son projet ?1p
7- Comment était Antigone devant les gardes ?1pt
8- Relevez une répartie et une didascalie dans le texte.1p
9- Faites une phrase où vous exprimez la concession.1pt
10- Est-ce qu’Antigone a nié son acte ? pourquoi ?1p
Production écrite : 10pts
Supposant que vous êtes un frère d’Antigone, que pouvez –vous lui dire pour qu’elle
n’enterre pas son frère ? Faites un texte argumentatif d’une quinzaine de lignes.
2Le texte :
CREON __ Et cette nuit, la première fois, c'était toi aussi?
ANTIGONE __ Oui. C'était moi. Avec une petite pelle de
fer qui nous servait à faire des châteaux de sable sur la
plage, pendant les vacances. C'était justement la pelle de
Polynice. Il avait gravé son nom au couteau sur le
manche. C'est pour cela que je l'ai laissée près de lui.
Mais ils l'ont prise. Alors la seconde fois, j'ai dû
recommencer avec mes mains.
LE GARDE __ On aurait dit une petite bête qui grattait.
Même qu'au premier coup d'œil, avec l'air chaud qui
tremblait, le camarade dit : <<Mais non, c'est une bête.>>
<<Penses-tu, je lui dis, c'est trop fin pour une bête. C'est
une fille.>>
CREON __ C'est bien. On vous demandera peut-être un
rapport tout à l'heure. Pour le moment, laissez-moi seul
avec elle. Conduis ces hommes à côté, petit. Et qu'ils
restent au secret jusqu'à ce que je revienne les voir.
LE GARDE __ Faut-il lui remettre les menottes, chef ?
CREON __ Non.
Les gardes sont sortis, précédés par le petit page. Créon
et Antigone sont seuls l'un en face de l'autre. __
CREON __ Avais-tu parlé de ton projet à quelqu'un ?
ANTIGONE __ Non.
CREON __ As-tu rencontré quelqu'un sur ta route ?
ANTIGONE __ Non, personne.
CREON __ Tu es bien sûre ?
ANTIGONE __ Oui.
CREON __ Alors, écoute : tu vas rentrer chez toi, te
coucher, dire que tu es malade, que tu n'es pas sortie
depuis hier. Ta nourrice dira comme toi. Je ferai
disparaître ces trois hommes.
ANTIGONE __ Pourquoi ? Puisque vous savez bien que
je recommencerai.
Un silence. Ils se regardent.
CREON __ Pourquoi as-tu tenté d'enterrer ton frère ?
1
I-
Compréhension/langue : 10pts
1- Rappelez l’auteur et sa vie. 1.5p
2- Que s’est-il arrivé après la mort d’Œdipe ?2p
3- En quels pays et époque se passe l’histoire d’Antigone ? 1p
4-
Répondez par vrai ou faux selon le texte et justifiez votre réponse : 2pts
-Quand les gardes lui ont pris la pelle, Antigone utilise ses mains.
-Antigone a rencontré quelqu’un sur sa route.
-Créon veut tuer Antigone.
-Antigone veut enterrer son frère une autre fois.
5- Remplissez le tableau suivant : 1.5p
Connecteurs logiques : Relations qu’ils
expriment :
-la coordination
-La cause
-
La conséquence
6- Par quel moyen Antigone a enterré son frère ? justifiez-le du texte. 1p
7-
Quelle est le rôle des didascalies dans le texte théâtral ? relevez une dans le texte. 1pt
Production écrite : 10pts
En lisant le texte, répondez en texte argumentatif d’une quinzaine de lignes sur la question de Créon toute en
imaginant que vous êtes vous-même Antigone.
Supposant que vous êtes un frère d’Antigone, que pouvez –vous lui dire pour qu’elle n’enterre pas son frère ? faite
un texte argumentatif d’une quinzaine de lignes.
Supposant que vous êtes dans la même situation d’Antigone, est-ce que vous allez agir de la même façon ?(faire
comme elle a fait)
Ecrivez un texte argumentatif -15/20 lignes où vous exprimez votre comportement et votre réaction dans une
telle situation.
2- Le
texte :
CREON, la regarde et murmure soudain. __ L'orgueil d'Oedipe. Tu es l'orgueil d'Oedipe. Oui,
maintenant que je l'ai trouvé au fond de tes yeux, je te crois. Tu as dû penser que je te ferais mourir. Et
cela te paraissait un dénouement tout naturel pour toi, orgueilleuse ! Pour ton père non plus je ne dis pas
le bonheur, il n'en était pas question le malheur humain, c'était trop peu. L'humain vous gêne aux
entournures de la famille. Il vous faut un tête à tête avec le destin et la mort. Et tuer votre père et Couche
avec votre mère et apprendre tout cela après, avidement, mot par mot. Quel breuvage, hein, les mots qui
vous condamnent ? Et comme on les boit goulûment quand on s'appelle Oedipe, ou Antigone. Et le plus
simple, après, c'est encore de se crever les yeux et d'aller mendier avec ses enfants sur les routes... Hé
bien, non. Ces temps sont révolus pour Thèbes. Thèbes a droit maintenant à un prince sans histoire. Moi
je m'appelle seulement Créon, Dieu merci. J'ai mes deux pieds par terre, mes deux mains enfoncées dans
mes poches, et, puisque je suis roi, j'ai résolu, avec moins d'ambition que ton père, de m'employer tout
simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible. Ce n'est même pas une
aventure, c'est un métier pour tous les jours et pas toujours drôle, comme tous les métiers. Mais puisque
je suis là pour le faire, je vais le faire... Et si demain un messager crasseux dévale du fond des montagne
pour m'annoncer qu'il n'est pas très sûr non plus de ma naissance, je le prierai tout simplement de s'en
retourner d'où il vient et je ne m'en irai pas pour si peu regarder ta tante sous le nez et me mettre à
confronter les dates. Les rois ont autre chose à faire que du pathétique personnel, ma petite fille. (Il a été
à elle, il lui prend le bras.) Alors, écoute-moi bien. Tu es Antigone, tu es la fille d'Oedipe, soit, mais tu a
vingt ans et il n'y a pas longtemps encore tout cela se serait réglé par du pain sec et une paire de gifles. (
la regarde, souriant.) Te faire mourir ! Tu ne t'es pas regardée, moineau ! Tu es trop maigre. Grossis un
peu, plutôt, pour faire un gros garçon à Hémon. Thèbes en a besoin plus que de ta mort, je te l'assure. Tu
vas rentrer chez toi tout de suite, faire ce que je t'ai dit et te taire. Je me charge du silence des autres.
Allez, va ! Et ne me foudroie pas comme cela du regard.
Tu me prends pour une brute, c'est entendu, et tu dois penser que je suis décidément bien prosaïque. Ma
je t'aime bien tout de même, avec ton sale caractère. N'oublie pas que c'est moi qui t'ai fait cadeau de
première poupée, il n'y a pas si longtemps.
1/1Compréhension/langue
1- situez le texte dans l’œuvre.1p
2- En quel genre théâtral appartient l’œuvre duquel est extrait ce texte ? donnez
deux de ses caractéristiques. 2pts
3- A qui ressemble Antigone selon Créon ?1pt
4- De quelle royaume parle Créon ?1pt
5- Quel âge a Antigone ? justifiez-le dans le texte.1p
6- Créon veut-il faire tuer Antigone ? justifiez cela du texte.1p
7- Relevez du texte une phrase qui exprime la condition.1p
8- « l'orgueil d'Oedipe. Tu es l'orgueil d'Oedipe. » de quelle figure de style s’agit-il dans cette
phrase ?1p
9- Relevez un argument dit par Créon et qui s’adresse au cœur.1p
Production écrite : 10pts
Antigone est orgueilleuse selon Créon. A votre avis quel sont les méfaits de l’orgueil sur la
société et sur l’individu ?rédigez un texte argumentatif d’une quinzaine de ligne.
1/2-Compréhension/langue-10p-(du même texte)
1- En quelle époque était écrite la tragédie d’Antigone pour la première fois et par
qui ? 1p
2- Qui est Œdipe ?1p
3- Faites un résumé bref de l’histoire d’Antigone.2pts
4- Répondez par vrai ou faux en justifiant du texte : 2pts
-Créon vient de comprendre le caractère d’Antigone.
-Antigone ne ressemble pas à son père.
-Créon croit que les rois ont autres choses à faire que du pathétique personnel.
-l’époque de Créon sera la même que celle d ‘Œdipe.
5- « Et ne me foudroie pas comme cela du regard » dans cette phrase il y a deux figures de style. Relevezles.1pt
6- Que cherche Créon à faire par son long discours ?1p
7- Comment s’appelle cette longue réplique de Créon ?1p
8- Relevez deux connecteurs logiques différents et dites la relation qu’ils
expriment.1p
Production écrite : 10pts
Vous voulez écrire à un journal quotidien un article où vous parlez des conflits qui naissent
entre des personnes de la même famille dus à des différents sociaux (héritage, mariage, orgueil
obstination…).rédigez un texte argumentatif -15/20-lignes.
1/3Compréhension/langue :(du même texte)
1- Remplissez le tableau : 2p
2345-
Auteur et
œuvre
Genre de
l’œuvre et
type du
texte
Année de
Circonstances
publication historique de
et de
la publication
présentation
Racontez brièvement la légende d’Œdipe.2p
En quelle époque la tragédie a connu un grand épanouissement ?1p
A qui ressemble Antigone selon son oncle ?1p
Quel était le projet d’Antigone ?1p
6- « Tu me prends pour une brute, c'est entendu, et tu dois penser que je suis décidément bien prosaïqu
Mais je t'aime bien tout de même, avec ton sale caractère. N'oublie pas que c'est moi qui t'ai fait cadea
de ta première poupée, il n'y a pas si longtemps. » Relevez une comparaison dans ce paragraphe
précisez l’outil de comparaison.1p
7- Relevez du texte deux didascalies.1p
8- Complétez en conjuguant au temps qui convient :- si tu as voulu enterrer ton frère
je te (faire) mourir.1p
Production écrite : 10pt
Supposant que vous êtes dans la même situation d’Antigone, est-ce que vous allez
agir de la même façon ?(faire comme elle a fait)
Ecrivez un texte argumentatif -15/20 lignes où vous exprimez votre comportement
et votre réaction dans une telle situation.
Discours
direct
Discours indirect
-impératif
-quand
-Combien
-Où
de+infinitif/subjonctif
-quand
-combien
-À quel
-Où
moment
-Comment
-À quel moment
-comment
Que recherchez vous?Envoyer
Fiche de lecture : Antigone d'Anouilh
Publié par : Fiches
Catégorie : Académique > Cours > Fiches de lecture
Description : Fiche de lecture gratuite à télécharger ou consulter en ligne. Fiche de lecture : Antigone d'Anouilh. Une conclusion prudente concernant la polémique et la portée politique de
l’oeuvre consisterait donc à reconnaitre l’influence du contexte historique de l’époque, chose qu’Anouilh a par ailleurs admise aisément, sans pour autant interpréter de manière trop libre de
éléments qui pourraient tout aussi bien être analysés de manière diamétralement opposée. Ainsi, bien que adulée de tout temps par une jeunesse idéaliste, Antigone n’est, pour Anouilh, qu
une petite fille ingrate et puante comme mai 68 » ! De même, si, aux yeux de certains, Antigone, la fière héroïne vainc par et dans sa mort le pouvoir compromis, elle reconnait ne plus savo
pourquoi elle meurt tout en entraînant dans ses ténèbres un Hémon amoureux qui ne demandait qu’à vivre heureux à ses côtés et une Eurydice, complètement brisée par le suicide de son
fils.
Consulter un extrait ci-dessous

Version Image

Version texte
Anouilh, ANTIGONE. Fiches de travail
par Mag. Friederike Scharf
SOMMAIRE :
Questionnaire .....................................................................................2
II.)
Pour intéresser vos élèves ...................................................................4
III.)
Pour analyser, commenter et résumer les scènes de la pièce :
1. Le Prologue (p.4-5) ........................................................................6
2. Antigone - Ismène (1) (p.5-6) .......................................................7
IV.)
Pour travailler sur les personnages
Documentaire
2. Antigone de Jean Anouilh:
3. Les personnages de la pièce
a) Antigone.......................................................................................................21
b) Ismène...........................................................................................................21
c) Créon.............................................................................................................21
d) Les Gardes....................................................................................................22
e) Hémon...........................................................................................................22
Questionnaire :
Comment Antigone est-elle décrite par le personnage qui représente « le
Prologue » ?
Qui est Hémon? Comment a-t-il fait la conquête d´Antigone ?
Faites le portrait d´Ismène. En quoi se distingue-t-elle d´Antigone ? Prouvez
que les deux rôles féminins de la pièce sont diammétralement opposés.
« Le Prologue » annonce déjà le sort des personnages. Quel sera le rôle
d´ Hémon et celui de son père Créon ?
Comment « le Prologue » décrit-il Créon ?
Qui jouera le messager et en quoi consistera son rôle ? Et qui prendra aussi le
rôle des gardes ?
Quelle est la situation à Thèbes après la mort des deux frères ennemis, Etéocle
et Polynice ? Pourquoi les deux se sont-ils entre-tués ?
Résumez l´ordre de Créon en ce qui concerne le cadavre de Polynice. Cet ordre
Le Prologue est-il un personnage de l´histoire ? Quelle est la fonction du
Prologue dans cette scène ? Quels sont les deux niveaux de langage que vous
pouvez repérer dans le texte ?
Précisez les liens de parenté entre les personnages ainsi que leur généalogie en
Résumez la scène entre Antigone et Ismène. De quoi parlent-elles ? Comment
Ismène défend-elle son oncle Créon ? Se sacrifierait-elle pour son frère
Polynice ? De quoi aurait-elle peur ? Comment Antigone défend-elle son
opinion ? Quel est le droit de la jeunesse, d´après elle ?
la plus proche ? Justifiez votre opinion.
Pourquoi les deux amants se sont-ils disputés la veille ? (Pour répondre à cette
question, il faut aussi lire la page suivante.)
A quel sujet Antigone souhaite-elle se rassurer en parlant avec son fiancé ?
Quelle chose horrible Antigone veut-elle faire comprendre à Hémon ?
p.8 1 Qu´apprend Antigone à Ismène pendant leur deuxième entrevue ? Ismène
oncle. Lesquels ? Ces arguments sont-ils valables pour Antigone ? Avez-vous
l´impression que les arguments d´Ismène sont réalistes ? Ismène est-elle une
fille raisonnable ?
Au début le garde n´ose pas renseigner le roi sur la raison de sa venue.
Devinez-vous pourquoi ? Comment s´introduit-il, alors ?
Quelle est la mauvaise nouvelle qu´il annonce à Créon ? Les gardes
connaissent-ils l´auteur de cet acte criminel ? Quels sont les indices qu´ils ont
p.9 1 Comment le roi réagit-il à cette information ?
action tragique se déroulera, à partir de maintenant ? Est-ce une tragédie ? En
quoi diffère-t-elle d´un drame ? Quelles sont les informations que vous
obtenez dans le texte, quelles sont celles que vous trouverez sur Internet ou
dans un lexique?
p.10 1 Comment les gardes se comportent-ils avec Antigone ? Et Antigone se
laisse-t-elle faire ?
Pourquoi est-elle emmenée devant le roi ?
Dès son arrivée, Créon parle directement à Antigone, mais qui répond à sa
place ? Pourquoi Créon fait-il sortir les gardes ? Peut-on deviner son
intention ?
p.11 1 Dans la scène qui suit Créon cherche à trouver les motifs qui ont poussé sa
nièce à lui désobéir. Que pense-t-il ? A quelle conclusion arrive-t-il à la fin de
Pourquoi ?
Comment Créon essaie-t-il de faire comprendre à Antigone qu´il doit agir
d´une certaine manière et pas d´une autre ? Quels sont ses arguments ?
Créon est-il arrivé à convaincre Antigone ?
p.14 1 Antigone peut-elle faire comprendre à Créon pourquoi elle s´obstine à enterrer
son frère ? Quelle est son explication ?
Pour quelle raison Créon n´a-t-il pas fait enterrer Polynice ?
Pourquoi est-il devenu roi ? Comment voit-il ce métier de roi ?
Dans cette scène Antigone souligne qu´elle est libre. En quoi consiste sa
liberté ? Et pourquoi son oncle n´est-il pas libre ?
Qu´est-ce que Créon veut faire comprendre à sa nièce en lui racontant
l´histoire de Polynice et d´Etéocle?
p.16 1 Après ces informations, comprenez-vous la réaction d´Antigone qui veut
rejoindre sa chambre car elle se sent battue par Créon ? Quels sont les
arguments de Créon qui lui font croire que son acte est absurde ?
Quelle suggestion de son oncle la provoque de sorte, qu´elle se révolte encore
une fois et cette fois-ci définitivement ?
p.17 1 Antigone refuse le bonheur que Créon lui dépeint. Expliquez pourquoi.
Quel trait de caractère leur est commun ?
Pourquoi Antigone passe-t-elle du « vous » au « tu » en parlant à son oncle ?
Antigone s´oppose avec violence à son oncle. Résumez brièvement cette scène.
Pour quelle raison Créon n´accorde-t-il pas la grâce à Antigone ?
Comment Créon défend-il sa décision devant son fils ?
Hémon essaie de faire changer l´opinion de Créon. Quels sont ses arguments ?
Peut-il persuader son père ?
Pourquoi Créon est-il obligé de confier Antigone à un garde ?
Antigone est-elle vraiment intéressée par les informations que le garde lui
donne ? Pourquoi l´écoute-t-elle ? Quelles sont les informations qu´il lui
p.20 1 Elle lui parle de sa mort prochaine. Quelle est la réaction du garde ? Qu´est-ce
que cela nous révèle sur son caractère ?
L´insensibilité du garde est évidente quand il parle de la mort d´Antigone.
que le sort tragique d´Antigone ne l´intéresse pas.
Quel est le dernier souhait d´Antigone ? Que promet-elle au garde quand il
exauce son souhait? Celui-ci refuse de remettre une lettre d´Antigone, mais il
trouve une solution. Laquelle ?
p.21 1 Pourquoi veut-elle écrire une lettre à Hémon ? La présence du garde l´irrite et
elle raccourcit sa lettre. Alors quel est le message qu´elle veut faire parvenir à
son fiancé ? Pourquoi lui demande-t-elle pardon ? Qu´a-t-elle compris ?
Hémon aura-t-il sa lettre ? Cette scène avec la lettre n´était-ce pas seulement
d´Antigone ?
Résumez le rapport du messager avec vos propres mots. (Quels personnages
meurent à la fin de la pièce ? Comment ? Comment Créon a-t-il essayé
d´empêcher le suicide de son fils ? )
p.22 1 A la fin de cette tragédie, Créon explique encore une fois pourquoi il a agi de
cette façon. Que dit-il ? Comment se voit-il par rapport aux autres qui ont
préféré la mort ? Peut-on dire qu´il est indifférent à l´égard de la tragédie qui
vient de se dérouler devant lui ?
Pour intéresser vos élèves à la pièce :
1. Partez du titre de la pièce. A quoi est-ce que les élèves s´attendent ? Le nom
une tragédie ?
2. Faites avec vos élèves un travail sur Internet. Voilà les questions auxquelles ils
doivent répondre :
a) Qui est Antigone ? Quelle est l´histoire tragique de sa famille, les Labdacides ?
b) Trouvez quelques écrivains qui ont traité ce thème. Qui était le premier et
quand a-t-il vécu ?
d) Rédigez une courte biographie d´Anouilh, l´auteur de la pièce que nous allons
lire. Retrouvez les éléments d´informations suivants : sa date de naissance, sa
date de decès, trois titres de pièces, la polémique autour d´Antigone.
e) En quelle année a-t-il écrit « Antigone » ? Quelle était la situation politique en
France à cette époque ? « Antigone » était-ce une de ses meilleures pièces ?
Quelles sont les informations que vous trouvez ?
3. Si vous préférez un travail de groupe, donnez à vos élèves ces quelques lignes
énigmatiques tirées du Prologue et dites-leur qu´il s´agit d´une tragédie grecque :
Faites les travailler à deux ou à trois. Ils devront répondre aux questions suivantes :
a) De quoi s´agit-il ?
b) A vous d´imaginer et de donner votre version de l´histoire. Présentez le résultat
de votre travail devant la classe.
4. Une autre possibilité pour entrer dans l´histoire serait de lire tout le Prologue et de
faire travailler vos élèves après cette lecture. Organisez un travail en tandem et
donnez-leur une grille de lecture avec les grandes questions :
QUI (Quels sont les personnages de la pièce, trouvez leurs liens de parenté, quel sera leur rôle
POURQUOI
5. Faites lire à vos élèves les trois premiers paragraphes de la Préface et profitez-en pour
habituer vos élèves à l´exercice suivant :
Compréhension des écrits
Répondez aux questions en cochant la bonne réponse :
1 « Antigone » a été jouée la première fois en 1942 à Paris.
Justifiez votre réponse :
2 Monelle Valentin a joué Antigone.
3 Les acteurs portaient des costumes grecs .
4 Sur la scène, à l´arrière plan, on voyait un temple grec.
Justifiez votre réponse :
5 La mythologie grecque a inspiré le théâtre moderne en Europe.
6 Les hommes du 20e siècle se sentaient proches des héros antiques.
Justifiez votre réponse
7 « Antigone »a été représentée pour la première fois au 5e siècle av.J.-C.
8 Anouilh a traduit la pièce de Sophocle.
9 La pièce d´Anouilh est plus ou moins une copie de la pièce de Sophocle.
Justifiez votre réponse
III.) Pour analyser et résumer la pièce.
1.Le Prologue
a) Faites le résumé en complétant le texte avec les mots que vous trouverez ci-dessus :
Dans le prologue, les personnages sont présentés par _____
alors qu'ils ________figés : ils ne jouent qu'ensuite, on a donc
théâtre dans ____________; on peut voir que le théâtre est
une illusion, un artifice ; les indications du Choeur,
____________le suspense car le spectateur est aussi _______
sur le comportement des ___________avant la pièce et la
façon dont ils vont ___________ part à l´histoire d´Antigone.
Il indique aussi la situation (la paix règne à _________ après la
___________des deux frères ennemis) et l´ordre de Créon :
personne ne doit, sous peine de mort, ____________ le
cadavre de Polynice.
b) Mise en scène du début de la pièce selon la « technique du souffleur ». Après avoir lu
le Prologue, dites à vos élèves de faire leur propre mise en scène. Cette fois-ci les
personnages ne sont pas présentés par Le Prologue mais se présentent eux-mêmes.
c) Questionnaire sur le Prologue :
paroles, dites ce que ce début d'exposition a d'original.
2. Récapitulez les informations données au spectateur. Celui-ci a-t-il une idée précise de
l'intrigue ? Quelles sont ses seules certitudes ?
3. En tenant compte des réponses aux questions précédentes et en observant le discours
du Prologue (lexique, niveau de langue), déterminez quels sont les éléments modernes
du texte et ce que l'auteur a conservé du mythe antique.
4. Quelle était la situation du spectateur de l'Antiquité face à l'histoire mise en scène ?
Retrouve-t-on cette situation dans le Prologue d'Antigone ?
Source : http://membres.lycos.fr/francaisaubac/docs/html/lem01_antigone_txt_questions.htm
2. Antigone - Ismène (1)
Pour analyser cette première discussion entre Antigone et Ismène, organisez un travail de
groupe. Dans le Documentaire vous trouverez une analyse de ce passage.
a) Consigne : Copiez le texte ci-dessous en remplaçant les mots et expressions en gras
par d´autres mots de même sens et en utilisant un dictionnaire.
- Qui est selon vous la personne qui parle ?
- A qui cette personne s´adresse-t-elle ? Dans quelle intention ?
- Quels sont les sentiments de la personne qui parle pour celle à laquelle elle dit
- Relevez dans le texte les mots qui nous indiquent que la personne qui parle a
une attitude réaliste presque adulte, car elle essaie de comprendre les autres.
Peut-on dire qu´elle est conformiste ?
représente pour elle ?
Il est plus fort que nous. Il est le roi. Et ils pensent tous comme lui dans la ville. Ils sont des milliers
et des milliers autour de nous, grouillant dans toutes les rues de Thèbes. ... Ils nous hueront. Ils nous
prendront avec leurs mille bras, leurs mille visages et leur unique regard. Ils nous cracheront à la
Tu es jeune, tu es fiancée ...
a) Imaginez un Hémon plus courageux qui n´accepte pas le refus d´Antigone, qui lui demande
des explications, qui devient furieux, qui essaie de la sauver ...
Réécrivez cette scène.
Faites le résumé de ces deux scènes en reliant les débuts de phrases avec leur suite. Les débuts
de phrases à gauche sont dans le bon ordre.
1 Antigone demande à Hémon
ne pas la questionner.
2 Elle ne voulait pas se disputer
et sort horrifiée.
3 Elle s´est fait belle, hier soir
de le pardonner pour leur dispute de
4 Et lui, il a ri car
que son acte est accompli.
5 Elle lui fait jurer d´abord de
6 Après elle lui annonce
Antigone de ne pas enterrer leur frère.
7 Hémon sort sans comprendre
pour lui plaire et parce qu´elle avait
souhaité se donner à lui.
8 Ismène supplie encore une fois
qu´Antigone pense déjà à sa mort
prochaine.
9 Mais Antigone lui révèle
qu´elle ne sera jamais sa femme sans
donner d´explication.
10 Ismène est choquée
il ne comprenait pas.
b) Faites les portraits d´Antigone et d´Ismène
1) Pouvez-vous commenter les points de divergence (les différences) qui existent entre les deux
Sur le plan physique :
_______________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________.
Sur le plan psychologique :
_______________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________.
_______________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________
a) Qu´apprend-on dans ces deux scènes ? Cochez les bonnes réponses. Après ce travail,
écrivez un résumé.
Le garde qui arrive a une mauvaise nouvelle pour Créon.
Il s´appelle Jonas et veille sur le cadavre d´Etéocle pour que la loi de Créon soit
respectée.
Il annonce la mauvaise nouvelle à Créon sans hésiter.
Jonas a beaucoup de mérites en ce qui concerne son travail.
Il a été toujours loué par ses supérieurs.
Il avoue à Créon qu´Antigone a recouvert le corps de son frère.
Cela s´est passé vers deux heures de l´après-midi quand lui et les deux autres
gardes étaient un peu fatigués.
A côté du cadavre ils n´ont rien trouvé.
Créon ne veut pas que la nouvelle se répande.
10 Alors à partir de maintenant seul les trois gardes resteront à côté du cadavre. Il n´y
aura plus de relève.
11 Créon n´est pas fâché quand il apprend cette nouvelle.
12 Il n´y aura pas de conséquences pour les trois gardes.
laquelle l´action tragique va pouvoir se dérouler.
14 Dans ce passage on comprend que pour Anouilh la tragédie est essentiellement la
fatalité.
15 Anouilh a une conception optimiste de l´action humaine.
16 Dans le drame il y a encore de l´espérance, dans la tragédie il n´y en a pas.
tranquille
ignoble
cruelle
gratuit
commode
innocente
reposant
utilitaire
épouventable
Le matériel tragique est tout prêt. Quels énoncés nous prouvent cela ? Cochez les bonnes
la trahison
un accident
il n´y a plus d´espoir
une envie d´honneur
l´ambition
le petit coup de pouce est donné
une question de trop
les silences
il n´y a plus rien à tenter
tous sont innocents
c´est pour les rois
a) Travail sur les accords . Complétez ce résumé de la scène :
recouvrir de terre le cadavre de Polynice. Les garde_____ se
demande____ quel____ récompense on va leur____ donn_____ et
imagine____ les plaisir___ qu´ils pourr______ s´offrir.
Le garde racont____ à Créon dans quel______ conditions Antigone a
été arrêté____. Créon demande à Antigone si cela e_____ vrai ; puis, il
fai____ mettre les garde____ au secret.
a) Document distribué aux élèves :
Afin de mettre en évidence tout ce qui oppose Antigone et Créon, remplissez le tableau
suivant puis répondez aux questions qui suivent :
Antigone Créon
Plan humain
Plan social
(fonction, statut)
Plan politique
Position défendue
Arguments
Arguments
Arguments
Questions :
a) Quel personnage parle le plus ? Pourquoi ?
et des paroles mêmes de ces personnages.
dramatique ?
Source : http://www.lettres.ac-aix-marseille.fr/college/lectecr/antigone.html
c) Expression écrite
Un blog français vous propose de prendre position sur la question suivante :
« Créon avait-il raison de faire executer Antigone ou non ? »
Résumez votre avis et vos arguments en 200 mots.
d) Production écrite
lequel la jeune fille cherchera à convaincre son oncle de laisser la vie sauve à Antigone.
Consignes : 1 Ismène et Créon donneront, chacun, au moins trois arguments. 2 Vous
emploierez et soulignerez quatre subordonnées de condition, dont deux avec une principale au
conditionnel présent et deux avec une principale au conditionnel.
a) Voilà le résumé de cette scène. Malheureusement les phrases sont dans le désordre.
Mettez-les dans l´ordre en les numérotant, après copiez ce résumé dans votre cahier.
Malgré la certitude d´être seul à la fin, il doit la condamner à être enterrée vivante
Pour cette raison, il confie Antigone au garde.
Mais Créon lui oppose la volonté d´Antigone.
Remettre de l´ordre dans le monde lui vaut plus cher que le bien-être de sa famille.
Il s´adresse à Créon pour le supplier de sauver quand même Antigone.
Créon ne peut pas pardonner Antigone parce qu´il est lié par son pouvoir.
Il doit donner des ordres.
son fils, il ne peut plus rien.
Hémon vient à son tour supplier son père d´épargner Antigone.
Elle veut mourir car elle rejette la vie telle que l´ont faite les hommes.
Cependant, un mouvement de révolte populaire oblige Créon à sortir.
A sa grande déception, il découvre que son père ne peut plus rien faire.
b) Travail sur Internet :
la tragédie d´Anouilh.
a) Pour une meilleure compréhension de cette scène cochez les bonnes réponses.
1 Le garde ne pense qu´à lui.
2 Il emploie du vocabulaire familier.
3 Antigone s´intéresse à ce que dit le garde.
4 Le garde a déjà fait la guerre.
5 Le garde est profondément indifférent à l´égard du sort d´Antigone.
6 Le bonheur du garde est constitué par du quotidien.
7 Le garde est content de sa solde.
8 Il raconte à Antigone des détails horribles, par exemple quand il parle de sa
mort prochaine.
9 Il est méchant avec Antigone.
10 Pendant la guerre, il a été blessé au ventre.
11 Le garde répond aux questions d´Antigone avec beaucoup de tact.
12 Il a la chance d´avoir un logement bon marché.
13 Mais il n´est pas content de son chauffage.
14 On peut dire qu´il est plutôt balourd et qu´il n´agit pas par méchanceté.
15 D´abord le garde ne veut pas écrire la lettre d´Antigone.
16 Après il accepte parce qu´elle lui offre un cadeau.
17 Le garde n´est pas corruptible.
18 Il a des problèmes avec l´orthographe.
19 Le garde répète les mots qu´Antigone lui dicte et il les commente.
20 La grosse voix du garde dévalorise et désacralise la lettre
d´Antigone.
21 Juste avant l´arrivée de l´autre garde, il peut encore noter l´adresse du
déstinataire.
22 Antigone est contente d´avoir écrit cette lettre.
b) Production écrite : Antigone ne pouvait pas écrire la lettre qu´elle aurait voulu écrire à
Hémon. Qu´est-ce qu´elle lui aurait dit, si le garde l´avait laissé écrire cette lettre seule ?
10. La fin de la pièce
a) Avant de lire la fin : Travail en groupe
respectant les données suivantes :
- les protagonistes sont les mêmes que dans la pièce de théâtre : Antigone, Créon,
Hémon, Ismène, le Prologue ;
- Après la scène entre Antigone et Créon, le spectateur comprend que Créon sera obligé
de faire exécuter Antigone. La fera-t-il vraiment tuer ? Quelles seront les réactions des
personnages qui l´entourent ? Et quel serait le commentaire du Prologue qui nous informe
aussi sur la morale de la pièce. Ecrire les dialogues.
lui semble la meilleure.
e) Expression écrite : Travail sur Internet
http://www.dialogus2.org/antigone.html
Ouvrez ce site, lisez quelques lettres qui ont été écrites par des élèves à Antigone et rédigez
votre propre lettre. (180 mots) Antigone vous répondra.
f) Après la lecture
Mettre en scène le procès d´Antigone :
plaidoirie de l´avocat de la défense, la déliberation des jurés (Beratung), le verdict du juge
(Urteilsspruch),
IV.Pour travailler sur les personnages
1. Faire des poèmes acrostiches
Dans le poème acrostiche, les lettres initiales des vers, lues verticalement, composent un nom
propre.
Donnez à vos élèves la consigne ci-dessous et faites les travailler en groupe avec un
dictionnaire.
FICHE DE TRAVAIL
Inventerez un poème acrostiche qui reconstituera le prénom d´un des personnages de la pièce
d´Anouilh, « Antigone » en vous servant du dictionnaire. Trouverez les adjectifs qui
caractérisent le mieux le personnage choisi.
Exemple :
Enérgique
2. Faire lire à vos élèves l´analyse des personnages qui se trouve dans le
Documentaire. Leur donner la fiche de travail qui se trouve ci-dessous.
FICHE DE TRAVAIL
Compréhension écrite :
1. Antigone : Complétez en écrivant l´information demandée :
b) Relevez quelques traits de caractère d´Antigone :
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
c) Pourquoi est-elle « autre » ?
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
Ismène prend beaucoup de soin pour s´habiller.
Elle a une force surhumaine.
Elle est indomptable.
Créon voulait toujours être roi.
Il est collectionneur d´antiquités.
Dans son comportement il ressemble aux gardes.
Il est audacieux et original.
C´est quelqu´un qui s´est résigné.
Créon est un bel homme, fort et vigoureux.
3. Les gardes-Hémon : Cochez les bonnes réponses.
a) Les gardes sont / ont
cultivés
du respect vis à vis de Créon
beaucoup d´imagination
vulgaires
une certaine ressemblance avec Créon
de bonnes manières
sympatiques
insensibles
le fils d´Antigone
bavard et aime faire de longs discours
le protagoniste de la pièce
un fils qui respecte son père
souvent présent sur scène
anxieux
3. Production écrite : Travail à deux :
A l´aide de la grille ci-dessous, qu´il faut encore compléter, écrivez l´histoire d´un
personnage tiré de la pièce « Antigone » à la manière d´un fait divers.
Exemple :
Hier matin, à Pinas, un village des Hautes Pyrenées, un
taureau a écrasé un retraité agricole. Agé de 65 ans, il était
dans son pré pour nourrir les vaches. L´animal qui l´a attaqué
était vraisemblablement énervé par l´orage.
Grille :
Antigone/ Ismène/ Hémon/ Créon/ Polynice/ Le Garde
5e siècle av. J.-C.
Pourquoi ?
V.) Documentaire
Ronde)
Antigone refuse de dialoguer : on le remarque par toutes les oppositions avec Ismène : "Moi je suis plus
je ne veux pas comprendre un peu".
Ismène se valorise, elle dit qu'elle a toujours raison : "réfléchir", "raison", "pondérée". C'est elle qui mène le
tort : "Il est le roi, il faut qu'il donne l'exemple", son attitude s'explique par sa fonction de roi. Ismène est partagée :
elle a une attitude réaliste presque adulte et elle essaie de comprendre les uns et les autres. Il n'y a pas de partis
tranchés chez Anouilh. Dans la pièce de Sophocle, Antigone défend les lois sacrés contre la tyrannie. Ici on a une
version plus "mitigée" des choses.
un débat de fond avec Ismène, mais elles nous permettent de comprendre Antigone. On a l'impression qu'elle se
démarque : "Moi, je ne suis pas le roi. Il ne faut pas que je donne l'exemple, moi... Ce qui lui passe par la tête, la
petite Antigone, la sale bête, l'entêtée, la mauvaise, et puis on la met dans un coin ou dans un trou. Et c'est bien
fait pour elle. Elle n'avait qu'à ne pas désobéir !". Elle se traite à la 3e personne en utilisant un vocabulaire
péjoratif. Antigone veut nous dire qu'elle est libre : "je ne suis pas le roi", sa liberté existe depuis toujours et elle le
revendique. L'affaire de Polynice n'en est qu'une partie. Elle a été depuis toujours indomptable. En fait, ce qu'elle
veut pas s'enfermer dans un conformisme et faire comme tout le monde. Pour elle "comprendre" rejoint obéir et
être raisonnable. Ce verbe est repris par anaphore : "Il fallait comprendre" ( x2) et il est répété 7 fois en tout dans
cette tirade. El e oppose la notion de raison à l'envie de faire ce qu'elle veut quand elle veut. Elle avait envie de
tout vivre pleinement : "manger tout à la fois", "donner tout ce qu'on a", "courir jusqu'à ce qu'on tombe". Ce désir
d'absolu est lié à sa jeunesse : "Je comprendrai quand je serais vieille". Elle veut braver les interdits par ses jeux
d'enfants, gratuits et agréables. Ce sont des plaisirs simples : elles jouent avec les éléments naturels : l'eau ("
toucher à l'eau, à la belle eau fuyante et froide"), le vent ("courir, courir dans le vent jusqu'à ce qu'on tombe par
terre") et la terre. Le rôle de la Nature et de cette innocence sont importants chez Antigone. La liberté s'exprime
encore par l'expression "courir, courir dans le vent". Tout ces jeux s'opposent aux règles sociales. Elle revendique
la liberté de vivre naturellement et dans l'innocence face à la norme sociale donnée par Créon, contrairement à
point de vue donné par la pièce de Sophocle.
l'affirme par des questions oratoires : "Qui se levait la première, le matin, rien que pour sentir l'air froid sur sa
peau nue? Qui se couchait la dernière seulement quand el e n'en pouvait plus de fatigue, pour vivre encore un
peu de la nuit? Qui pleurait déjà toute petite, en pensant qu'il y avait tant de petites bêtes, tant de brins d'herbe
dans le pré et qu'on ne pouvait pas tous les prendre? " Elle trouve le temps trop court et elle veut donc le vivre au
maximum : "la première, le matin", "la dernière [...] quand elle n'en pouvait plus de fatigue, pour vivre encore un
peu de la nuit". Elle se présente comme la petite fille qui ne grandira pas. Pour elle vieillir, c'est devenir Ismène.
Elle utilise l'imparfait pour dire à Ismène que c'était la dernière fois qu'el e faisait cela. Elle veut vivre pleinement
le temps avec la nature, elle est en osmose avec el e, rien ne les séparent : "peau nue". Contrairement à Ismène
si elle en tirait son énergie vitale. Ce désir de communion, de familiarité avec la nature s'exprime dans ce qu'elle
a de plus commun : "petites bêtes". On retrouve cette notion de pureté et d'innocence d'Antigone.
Le type de dialogue entre les 2 personnages marquent bien le fossé qui les écartent. Ceci était déjà exprimé dans
le prologue.
Dans deux tirades, Ismène manifeste sa peur. Dans la première : sa peur vient du conformisme : "ils pensent tous
comme lui" et du collectif qu'elle dévalorise : "des milliers et des milliers [...] grouillant". Elle vient de la loi du
nombre, le nombre est relié par la taille de la ville : "dans toutes les rues de Thèbes", "dans la ville". Elle y utilise
foule : elle essaie d'impressionner Antigone par la quantité : "mille bras", "mille visages", "unique regard", ils
regardent tous Antigone avec leurs deux mille yeux : ceci exprime encore la peur du conformisme. Ce
vocabulaire haineux, du mépris, doit faire peur à Antigone : "cracheront à la figure", "leur haine". Elle a peur des
gardes qui l'enverront jusqu'à la mort : "supplice", elle les décrit comme des animaux qui ont la tête gonflée, qui
de délicatesse : "grosses mains lavées", "cols raides". C'est son imaginaire qui la conduit et elle est déjà au stade
Créon. Elle a surtout peur de souffrir.
Source : http://mael.monnier.free.fr/bac_francais/antigone/2.htm
2. Antigone de Jean Anouilh
a) Fiche signalétique d'Antigone :
La pièce est composée sous sa forme quasi-définitive en 1942, et reçoit à ce moment l'aval de la
censure hitlérienne. Elle n'est jouée la première fois que deux ans après, le 4 février 1944, au théâtre
de l'Atelier à Paris, sans doute à cause de difficultés financières. Après une interruption des
représentations en août 1944, due aux combats pour la libération de Paris, elles reprennent
normalement.
Antigone sera ensuite à nouveau représenté à Paris en 1947, 1949 et 1950 mais aussi dès mai 1944
à Bruxelles, en 1945 à Rome, et en 1949 à Londres.
b) Le contexte historique :
nazies et elle tombe sous l'Occupation. Nous étudierons d'une part l'Occupation : la situation générale
et ensuite la radicalisation du régime de Vichy et d'autre part les origines historiques de la pièce.
En 1942, Jean Anouilh réside à Paris, qui est occupée par les Allemands depuis la débâcle de 1940 et
Pétain. La France est alors découpée en plusieurs régions : une zone libre au Sud, sous
l'administration du régime de Vichy, une zone occupée au Nord, sous la coupe des Allemands, une
zone d'administration allemande directe pour les départements du Nord et du Pas-de-Calais,
rattachés à la Belgique, une zone annexée au Reich : l'Alsace-Lorraine et enfin, une zone
d'occupation italienne dans le Sud-Est (Savoie).
Refusant l'Armistice et le gouvernement de Vichy, le général Charles de Gaulle lance un appel aux
Français le 18 juin 1940 depuis Londres et il regroupe ainsi autour de lui les Forces françaises libres
(F.F.L.). C'est le début de la Résistance. Le 23 septembre 1941, un "Comité national français" a été
constitué, c'est une première étape vers un gouvernement en exil. En métropole, la Résistance
s'organise, tout d'abord de façon indépendante et sporadique (qui se produit occasionnellement), puis
en se rapprochant de de Gaulle sous la forme de réseaux, comme Combat. En 1942, le mouvement a
déjà pris une certaine ampleur qui se manifeste par des actes de sabotage et des attentats contre des
Allemands et des collaborateurs ; l'armée d'occupation réplique par des représailles massives et
sanglantes.
L'année 1942, marque un tournant décisif dans cette période. Les rapports de force se sont modifiés,
Laval revient au pouvoir après une éclipse d'un an et demi et accentue la collaboration avec Hitler.
Dans un discours radiodiffusé le 22 juin 1942, il déclare fermement : "Je souhaite la victoire de
l'Allemagne" et il crée le Service du travail obligatoire (S.T.O.) pour l'aider en envoyant des ouvriers
dans leurs usines de guerre. La rafle du Vél. d'Hiv. le 16 juillet 1942 envoie des milliers de juifs, via
Drancy, dans les camps de concentration de d'extermination.
Ce n'est qu'en 1944 que nazis et collaborateurs subissent de véritables revers. Le Comité national de
la Résistance (C.N.R.), institué le 15 mai 1943, fédère les différentes branches de la lutte antinazie et
prépare l'après-guerre. Le 6 juin 1944, le débarquement des Alliés en Normandie déclenche
l'insurrection des maquis en France et organise la reconquête du territoire français. Paris se soulève
avant le moment prévu et se libère seul fin août 1944.
Avant même que la guerre ne soit terminée, l'épuration se met en place : de nombreux sympathisants
du régime de Vichy sont jetés en prison et condamnés, certains sont exécutés, parfois sans procès ;
les milieux culturels (journalistes, écrivains et acteurs) ne sont pas épargnés. C'est dans ce climat
troublé que de Gaulle regagne la France et en assure dans un premier temps le gouvernement.
C'est à un acte de résistance qu'Anouilh doit l'idée de travailler sur le personnage d'Antigone. En août
1942, un jeune résistant, Paul Collette, tire sur un groupe de dirigeants collaborationnistes au cours
d'un meeting de la Légion des volontaires français (L.V.F.) à Versailles, il blesse Pierre Laval et
Marcel Déat. Le jeune homme n'appartient à aucun réseau de résistance, à aucun mouvement
politique ; son geste est isolé, son efficacité douteuse. La gratuité de son action, son caractère à la
tragique. Nourri de culture classique, il songe alors à une pièce de Sophocle, qui pour un esprit
version toute personnelle.
La nouvelle Antigone est donc issue d'une union anachronique, celle d'un texte vieux de 2400 ans et
d'un événement contemporain.
Source : http://mael.monnier.free.fr/bac francais/antigone/0.htm
c) De l'Antigone de Sophocle (441 avant Jésus-Christ) à celle de Jean Anouilh
Antigone appartient aux légendes attachées à la ville de Thèbes. Elle est l'une des enfants nés de
d'Ismène, d'Etéocle et de Polynice. Elle fait preuve d'un dévouement et d'une grandeur d'âme sans
pareils dans la mythologie.
Quand son père est chassé de Thèbes par ses frères et quand, les yeux crevés, il doit mendier sa
nourriture sur les routes, Antigone lui sert de guide. Elle veille sur lui jusqu'à la fin de son existence et
l'assiste dans ses derniers moments.
Polynice se disputent le pouvoir. Ce dernier fait appel à une armée étrangère pour assiéger la ville et
combattre son frère Etéocle. Après la mort des deux frères, Créon, leur oncle prend le pouvoir . Il
ordonne des funérailles solennelles pour Etéocle et interdit qu'il soit donné une sépulture à Polynice,
coupable à ses yeux d'avoir porté les armes contre sa patrie avec le concours d'étrangers. Ainsi l'âme
d'ensevelir les morts, se rend une nuit auprès du corps de son frère et verse sur lui, selon le rite,
quelques poignées de terre. Créon apprend d'un garde qu'Antigone a recouvert de poussière le corps
de Polynice. On amène Antigone devant lui et il la condamne à mort. Elle est enterrée vive dans le
tombeau des Labdacides . Plutôt que de mourir de faim, elle préfère se pendre.
Hémon, fils de Créon et fiancé d'Antigone se suicide de désespoir . Eurydice , l'épouse de Créon ne
peut supporter la mort de ce fils qu'elle adorait et met fin elle aussi à ses jours.
La pièce de Sophocle (441 avant Jésus-Christ) commence lorsqu'Antigone décide de braver
l'interdiction de son oncle Créon et d'ensevelir le corps de son frère Polynice.
C'est de ce texte de Sophocle que va s'inspirer Anouilh pour écrire Antigone en 1942 : " l'Antigone de
pendant la guerre , le jour des petites affiches rouges. Je l'ai réécrite à ma façon , avec la résonance
de la tragédie que nous étions alors en train de vivre".
Certains reprochent à Anouilh de défendre l'ordre établi en faisant la part belle à Créon . Ses
défenseurs , au contraire , voient dans Antigone la "première résistante de l'histoire" et dans la pièce
un plaidoyer pour l'esprit de révolte.
d) Biographie de Jean Anouilh .
Epreuve 4
L'orgueil d'Oedipe. Tu es l'orgueil d'Oedipe. Oui, maintenant que je l'ai retrouvé au fond de tes yeux, je te crois. Tu as dû penser que je te ferais mourir. Et cela te
paraissait un dénouement tout naturel pour toi, orgueilleuse ! Pour ton père non plus -- je ne dis pas le bonheur, il n'en était pas question -- le malheur humain,
c'etait trop peu. L'humain vous gène aux entournures dans la famille. Il vous faut un tête-à-tête avec le destin et la mort. Et tuer votre père et coucher avec votre
mère et apprendre tout cela après, avidement, mot par mot. Quel breuvage, hein, les mots qui vous condamnent ? Et comment on les boit goulûment quand on
s'appelle Oedipe, ou Antigone. Et le plus simple après, c'est encore de se crever les yeux et d'aller mendier avec ses enfants sur les routes... Eh bien, non. Ces temp
sont révolus pour Thèbes. Thèbes a droit maintenant à un prince sans histoire. Moi, je m'appelle seulement Créon, Dieu merci. J'ai mes deux pieds par terre, mes
deux mains enfoncées dans mes poches et, puisque je suis roi, j'ai résolu, avec moins d'ambition que ton père, de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de c
monde un peu moins absurde, si c'est possible. Ce n'est même pas une aventure, c'est un métier pour tous les jours et pas souvent drôle, comme tous les métiers.
Mais puisque je suis là pour le faire, je vais le faire... Et si demain un messager crasseux dévale du fond des montagnes pour m'annoncer qu'il n'est pas très sûr no
plus de ma naissance, je le prierait tout simplement de s'en retourner d'où il vient et je ne m'en irait pas pour si peu regarder sa tante sous le nez et me mettre à
confronter le dates. Les rois ont autres choses à faire que du pathétique personnel, ma petite fille. Alors, écoute moi bien. Tu es Antigone, tu es la fille d'Oedipe,
soit, mais tu as vingt ans et il n'y a pas longtemps encore tout cela se serait réglé par du pain sec et une paire de gifles. Te faire mourir ! Tu es trop maigre. Grossis
un peu, plutôt, pour faire un gros garçon à Hémon. Thèbes en a besoin plus que de ta mort, je te l'assure. Tu vas rentrer chez toi tout de suite, faire ce qu je t'ai dit
te taire. Je me charge du silence des autres. Allez va ! et ne me foudroie pas comme cela du regard. Tu me prends pour une brute, c'est entendu, et tu dois penser
que je suis décidément bien prosaïque. Mais je t'aime bien tout de même avec ton sale caractère. N'oublie pas que c'est moi qui t'ai fait cadeau de ta première
poupée, il n'y a pas si longtemps
COMPREHENSION
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Situez le texte dans l'œuvre dont il est extrait
Qu'est ce qui fait d'Antigone une tragédie ?
« Et tuer votre père et coucher avec votre mère et apprendre tout cela après, avidement, mot par mot. » A quel événement Créon fait il allusion ?
« Thèbes a droit maintenant à un prince sans histoire » De quel prince parle-t-il ?
« Quel est le devoir du roi selon Créon ?
Relevez deux phrases qui montrent que c'est Créon l'oncle qui parle et non Créon le roi.
Comment Créon envisage-t-il de régler ce problème sans tuer Antigone ?
Il vous faut un tête-à-tête avec le destin et la mort » Antigone aura-t-elle elle aussi ce face- à- face avec le destin et la mort ? justifiez votre réponse à la
lumière de votre lecture de la pièce
PRODUCTION ECRITE
Antigone ne revient pas sur ses décisions, elle est opiniâtre et entêtée. Dans la vie doit-on être têtue à ce point comme elle ? ou bien être à l'écoute des autres et
changer constamment de positions ?
REPONSES
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Le texte est extrait de la tragédie intitulée Antigone , de jean Anouilh, auteir dramatique français né en 1910 et mort en 1987. cette pièce, jouée pour la
première fois en 1944, reprend la tragédie de Sophocle sous un aspect plus moderne. Antigone, personnage principal, décide d'enterrer son frère à
l'encontre de la Loi de Créon qui a interdit de donner une sépulture à Polynice. Elle est alors arrêtée et emmenée devant le roi.
Antigone se trouve face à face avec son destin auquel , elle ne peut s'échapper. Elle finit par payer de sa vie pour faire son devoir. Le dénoument de la
pièce est funeste: trois personnages trouveront la mort, Antigone, Hémon, son fiancé et Eurydice, la mère de ce dernier. Tout cela fait d'Antigone une
tragédie.
Créon, le roi, fait allusion ici à Oedipe , le père d'Antigone, qui , sans s'en rendre compte, a tué son père et épousé sa mère.
Ici, Créon parle de lui même. C'est lui qui est un prince ( comprenez que c'est un roi) sans histoire. Il ne traine pas derrière lui un passé si lourd à porter
comme celui d'Oedipe.
Selon Créon, le devoir du roi est de s'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible.
Plusieurs dans le texte montrent que c'est Créon l'oncle qui parle et non, Créon le roi :Mais je t'aime bien tout de même avec ton sale caractère. /N'oubli
pas que c'est moi qui t'ai fait cadeau de ta première poupée, il n'y a pas si longtemps/Grossis un peu, plutôt, pour faire un gros garçon à Hémon/
Créon envisage da laisser Antigone en vie mais en tuant les trois gardes comme ça personne ne saura que la jeune princesse a défié l'ordre du roi.
Oui , Antigone aura elle aussi son face à face avec le destin et la mort puisqu'elle va mourir à la fin de la pière. en plus c'est elle qui a choisi sa mort. ell
accepte son destin et ne veut pas s'en échapper
Complétez:
les registres littéraires
1.Le registre lyrique : ‫ الرومانسي‬romantique (sujets d’amour, de
la nature, de la solitude,…) (Antigone : Hémon et Antigone,
le dernier jour d’un condamné : l’histoire de Pepa ou Pepita)
2.Le registre comique : ‫ الفكاهي‬cherche à déclencher le rire
chez le lecteur ou le spectateur (Antigone : le garde Jonas,
le dernier jour d’un condamné : le nouveau gendarme de la
conciergerie, la boite à merveille : l’histoire de l’oncle
Otman avec sa femme)
3.Le registre pathétique : ‫ المثير للشفقة‬il vise à attirer la pitié du
lecteur (comme « lorsque le condamné a rencontré sa fille
Marie, la boite à merveille : le jour du Mardi)
4.Le registre tragique : ‫ التراجيدي أو المأساوي‬lorsque le héro ne peu
pas éviter un sort marqué par la mort ou la souffrance….
(Antigone : la fin d’Antigone…)
5.Registre polémique : ‫ النقدي‬sert à critiquer
6.Le registre satirique : ‫ السخري‬sert à se moquer des défauts
de l’autre ou d’une institution ou…..
7.le registre fantastique: ‫ الخيالي‬des actions imaginaires,
surnaturelles et incroyable : créer la peur chez le lecteur (le
chevalier double, la vénus d’ile)
Téléchargement

Antigone (1944) : contrôle de lecture