IMAGERIE DU TUBE DIGESTIF
I. Introduction
Pour explorer le tube digestif on a le choix entre :




La radiologie standard
Le scanner
L'IRM
L'échographie
A. Radiologie standard
1. Généralités
On a le choix entre l'ASP (Abdomen Sans Préparation) ou on peut aussi utiliser du produit de
contraste pour réaliser une opacification.
On pouvait opacifier:
 Par voie haute (TOGD, TO, …)
 Par voie basse. On utilisait du contraste avec de l'air.
2. L'opacification
On peut opacifier en mettant du contraste (peu) ou de l’air (beaucoup) dedans : lavement baryté
double contraste ou une mucographie pour voir des polypes, des sténoses (dernière anse grêle
opacifiée).
Elle peut se faire soit à la baryte soit aux produits hydrosolubles.
On a une meilleure visualisation avec la baryte, par contre, elle ne doit JAMAIS être utilisée en cas
de suspicion de perforation car elle entraînera une péritonite chimique, mortelle.
Ainsi, lors d'un contrôle post-opératoire, il ne faudra JAMAIS utiliser de la baryte mais des
hydrosolubles.
B. TDM
1. TDM Standard
La paroi digestive est non visible, on ne voit donc pas grand-chose.
Par contre, on verra l'anatomie et le péritoine autour (péritoine normal ou pas).
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
1
2. TDM avec opacification
Pour voir la paroi digestive on va devoir utiliser de l'eau et/ou du contraste pour distendre le tube
digestif.
La paroi digestive va apparaître comme une ligne hyperdense. Par contre les couches pariétales
sont non visibles (muqueuse, sous-muqueuse).
Si on veut la distinguer encore mieux, on va utiliser une injection d'opacification avec une
acquisition à 50-70 secondes après injection.
Cette technique permet de voir des fistules et des anomalies post-opératoires.
C. IRM
L'IRM standard n'a pas d'utilité pour la visualisation du tube digestif, il faut réaliser une
opacification et une distension (eau).
D. L'échographie
L'exploration en échographique est plus complexe. Il faut utiliser des sondes hautes résolutions
pour visualiser les structures sous-cutanées (anses grêles).
On pourra voir les différentes sous-couches de la paroi.
II. Imagerie de l'estomac
A. Radio-anatomie
La paroi gastrique est constituée d’un muscle très épais et elle mesure 7-8 mm d’épaisseur. La paroi
de l’intestin grêle et de colon est de 2 mm d’épaisseur.
L'artère gastro-duodénale passe en arrière du premier duodénum. Elle peut être lésée en cas
d'ulcère nécrosant postérieur de D1. C’est une urgence car le patient est en état de choc
hémorragique.
B. TOGD et anneau gastrique
L'exploration de l'estomac se fait par endoscopie, l'imagerie radiographique n'est qu'en seconde
intention lors d'un examen post-opératoire.
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
2
a. Cas normal
On met des anneaux au dessus de la jonction de l'estomac pour faire maigrir les patients en leur
provoquant une sensation de satiété.
L'imagerie permet de surveiller que l'on a quand même un passage et la bonne position de
l'appareillage.
A J1 on fait avaler du contraste
au patient pour regarder les
plissements de l’estomac et s’il
y a une distension du bas
œsophage. On met du produit
de contraste aux
hydrosolubles. On vérifie que
la continuité du tube digestif
est satisfaisante et s’il n’y a pas
de perforation.
A J30 on peut utiliser du
contraste à la baryte, on vérifie
l’anneau, la tubulure et la
chambre.
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
3
b. Complications
La grosse tubérosité est passée à travers l'anneau.
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
4
C. TOGD et post-opératoire
1. Sleeve gastrctomy
Dans la chirurgie bariatrique, on réduit l’estomac en le tubulisant.
Les complications précoces post opératoires en donnant des
hydrosolubles :
 Fistules gastriques
 Collections
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
5
D. TDM et balisage gastrique (eau, PDC iodé dilué à 5%)
1. Balisage à l'eau.
Cela permet une optimisation du bilan d'extension de tumeur gastrique.
On a une ingestion de 800 ml à 1 litre d'eau 30 min avant.
2. Balise avec produit de contraste iodé
Elle permet la recherche de fistule, de fuite anastomotique.
On a une ingestion de 3-4 verres de produit de contraste iodé à 5%
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
6
III. Imagerie du grêle
Son exploration se fait principalement par endoscopie.
A. Radio-anatomie de l'intestin grêle
Il se compose du duodénum (20-25 cm), du jéjunum et de l'iléon. Sa longueur est de 6 à 7 mètres. Il
est dur de distinguer en radiologie le jéjunum de l'iléon.
B. Entero-TDM
1. Technique
Il se réalise après un jeûne de 8 à 12 h.
On vérifie l'absence de grossesse ou d'allergies aux produits de contraste.
On devra poser une voie d'abord veineuse et une sonde d'entéroclyse sous contrôle scopique en
positionnant son extrémité en aval de l'angle de Treitz.
On réalise une série abdomino-pelvienne, des coupoles au pubis, sans IV (basse dose).
On fera ensuite un remplissage par entéroclyseur du grêle avec 2 litre d'eau tiède (débit 130 à 150
ml/min)
On fera la même chose en IV avec 2 mg/kg de pdc iodé injecté au début de 2,5 à 3,5 ml/s avec un
délai de 60-70 secondes après le début de l'injection (temps portal).
On peut faire un temps artériel optionnel (délai de 25 à 30 secondes) si suspicion de tumeur
endocrine (carcinoïde).
On va étudier les plissements de la paroi, la distension du grêle (à cause de la méthode, on fait
gonfler physiologiquement l’intestin grêle), le remplissage important des anses grêles.
Pour vérifier que le grêle est bien rempli on doit avoir une distension de 2 cm pour le jéjunum et de
15 mm pour l'iléon.
C’est un examen invasif et long.
2. En pratique
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
7
3. Indications





Suspicion de tumeurs de l'intestin grêle
Occlusions du grêle de bas grade
Maladie de Crohn entérale
Maladie cœliaque réfractaire
Avant examen par VCE (Vidéo-capsule) : pour vérifier l’absence de sténose qui pourrait
bloquer la capsule.
a. Recherche de tumeur du grêle (hémorragie digestive, anémie inexpliquée)
b. Occlusion du grêle de bas grade (Bride, radique, inflammatoire)
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
8
c. Maladie de Crohn entérale (Fistules, abcès, sténoses)
d. Avant examen par VCE (rechercher une sténose du grêle)
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
9
4. Applications
Bilan de maladie de Crohn entérale
5. Conclusion
C'est un examen utile pour :
 La distension des anses digestives (étude des parois)
 Le bilan d'extension en cas de tumeur du grêle
 La recherche d'abcès et de fistules digestives en cas de maladie de Crohn
Les inconvénients sont majoritairement :
 L'irradiation
 La pose d'une sonde naso-jéjunale
C. Entero-IRM
1. Généralités
On l’utilise pour les maladies intestinales chroniques comme la maladie de Crohn. Cet examen est
non irradiant. On évite de mettre une sonde entérale
On va réaliser une distension du grêle par ingestion d'un litre d'eau et de mannitol à 10% qui
permet de gêner l'absorption de l'eau.
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
10
On ajoutera :
 Un prokinétique (1 ampoule de Primpéran per os)
 Un antipéristaltique (Glucagène 0,2 mg IV)
 Un antispasmodique (Spasfon 2 ampoule IV)
2. Bilan de la maladie de Crohn entérale
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
11
IV. Imagerie du colon et du rectum
A. Radio-anatomie
Grâce à la vascularisation colique, on peut comprendre les coliques ischémiques et les anomalies de
vascularisation du colon.
Le colon colle au fascia de Told. La racine du mésentère va de l’angle de Treitz jusqu’à la dernière
anse iléale.
Le sigmoïde peut être très long et donner des boucles et se tordre sur lui-même donnant un
volvulus avec une souffrance veineuse et artérielle pouvant entraîner une ischémie.
B. Lavement baryté en double contraste
1. Phases de l'examen
Trois phases :
 Injection baryté
 Injection d'air
 Evacuation baryté résiduelle
a. Injection baryté
Elle se fait sous scopie en procubitus (Trendelenbourg).
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
12
b. injection d'air
On utilise une poire et une tubulure.
Le patient est en latérocubitus droit.
Il ne faut pas faire traverser la baryte par l'air.
2. Examen
C'est un examen dynamique où le patient va devoir se mobiliser pour bien véhiculer l'air et le
produit de contraste.
C. Vidéo-coloscopie
C'est l'examen de référence
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
13
D. Scanner (sans préparation)
C'est un examen de débrouillage, d'urgence en cas de suspicion d'occlusion colique.
Avantages par rapport à la radio : individualise mieux les segments coliques, analyse pariétale et
extra pariétale
Limités en dehors de l’urgence = colon non préparé, on a donc une stase stercorale, mauvaise
analyse pariétale.
Néanmoins, on peut utiliser des produits d'opacification :
 Insufflation de gaz (CO2) (++ polypes) = coloscopie virtuelle
 Instillation d’eau par canule rectale = coloscanner à l’eau
 Instillation d’un hydrosoluble dilué à 10% = coloscanner opaque
E. Coloscanner à l'eau
On dilate le colon grâce à 2 litres d'eau tiède.
1. Indications




Points d’appel digestifs (rectorragies, anémie ferriprive, AEG, métastases hépatiques)
Coloscopie difficile et incomplète avec symptômes
Sténose colique infranchissable à la coloscopie
Bilan d’extension d’une tumeur colo-rectale (atteinte pariétale tumorale, envahissement de
voisinage, ganglions, métastases) = TDM thoracique dans la même acquisition
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
14
F. Coloscopie virtuelle
1. Généralités
On distend le colon grâce à de l'air via une sonde rectale à ballonnet gonflé. Il nécessite une
préparation colique optimale (colon propre).
On n'injecte pas de pdc iodé. On fait deux acquisitions en décubitus dorsal puis ventral ou latéral
gauche.
Par un système de reconstruction et de traitement d’image, on obtient des images virtuelles du
colon. On peut voir le plissement colique, les haustrations, la valvule iléo-coecale.
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
15
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
16
2. Indications
 Contexte de dépistage du cancer colo-rectal et des polypes de ≥ 6 mm
 Refus de la coloscopie en cas de test hémoccult positif réalisé dans le cadre du dépistage
 Coloscopie risquée du fait du terrain
3. Les deux types de coloscopies virtuelles et leurs indications
G. Balisage colique avec pdc iodé dilué à 5%
Il permet :
 La recherche de fistules digestives
 La recherche de lâchage d'anastomose
 La recherche de collection fistulisée
Le balisage se fait en post-opératoire précoce ou à distance
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
17
Noémie VAUCHER
Kevin CHEVALIER
18