Chapitre 7 : la mondialisation : interdépendance et hiérarchisation
Introduction :
La mondialisation se traduit par la multiplication des marchandises, capitaux, flux immatériel
dans les parties de la planète. Elle conduit à l’émergence de puissantes firmes transnationales, ainsi
que de ville mondiale qui est relié entre elle par des réseaux de transports et de communication
performante. Elle nourrit une interdépendance croissante entre les différentes économies et remet
en cause les rapports de force et les hiérarchisations entre les pays.
Problématique :
- Comment la mondialisation se manifeste t elle ? et avec quels effets ?
- Comment organise t elle des espaces à l’échelle planétaire ?
I.
Des échanges planétaires croissant.
A. L’explosion des échanges.
Depuis les années 1950, les échanges mondiaux ont été multiplié par 20, et ceux malgré la crise
récente de 2008.
Cause :
 Proviens du développement de la DIT (Division Internationale du Travail). Les états sont
spécialisés dans la fabrication de certaine production. Les pays riche sont spécialisés dans les
produits à hautes valeurs ajoutées. Les pays pauvre (asiatique) sont spécialisés par la
production de produit à faibles valeurs ajouté. Les pays les plus pauvres, fournissent les
matières premières.
 La baisse du coût des transports est une autre cause. En effet le transport maritime est
moins cher (30 fois) que les transports terrestre :
 Ça pollue moins,
 Transport plus sur,
 Pas de péage,
 Pas d’infrastructure.
Révolution des porte conteneur (permet l’augmentation des charges et de la vitesse) =>
baisse des prix. Cette révolution favorise le transport multimodal, cela évite aussi la manipulation de
marchandises. Les échanges sont aussi multipliés grâce aux faibles coûts de main d’œuvres.
Conséquence : les interdépendances sont croissantes entre les pays émergeants et les pays du Nord,
car ils fournissent les matières premières et les sources d’énergie au pays du Nord.
Les échanges sont principalement de marchandises (3/4 des exportations mondiale :
Allemagne, Japon, Chine, USA …). Le premier produit échanger dans le monde est le pétrole suivi par
le café. Il y a aussi des échanges de capitaux : le flux capitaux irrigue toute la planète et se développe
grâce aux technologie de l’information et de la communication. -> pour supprimer les
distances/temps, de même les flux se développent grâce a la déréglementation => politique qui vise
à diminuer l’importance des règles, nationales afin de favoriser la concurrence des marchés. Cette
politique est favorisé par l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce crée en 1995) => favorise le
libre échange partout, le réseaux internet a été inventée en 1969 aux USA (usage militaire),
aujourd’hui il permet la mise en relation du monde entier, les principales bourses mondiales sont
interconnecté en temps réel grâce a internet et elle gère 85% des flux de capitaux -> forme un
anneau financier qui tourne en continu (grâce aux fuseaux horaires). Les IDE (Investissement Direct à
l’Etrangers) se multiplie, ils répondent à une : entreprise, un état, une banque… => logique
capitaliste.
Conséquence : les lieux de direction et de production sont dissociés, les flux d’IDE ont été multiplié
par 50 en 30ans => ils sont orientés Nord-Nord. Fondateur de l’UE donc riche => tous les pays
européens. Nord-Sud : pays en développement vers les pays riche. Les flux illicites représentent 15%
du commerce mondiale : contrefaçon, contrebande, stup…
B. Mondialisation et mobilités des hommes.
Les migrations ont été multipliées par 3 depuis les 30 dernières années -> migration planétaire.
On trouve 214 millions de migrants internationaux en 2010.
Raison : fuir la pauvreté, trouver une vie meilleure. Migration favoriser pour la baisse du coût de
transports low cost apparu avec la déréglementation. En 2009, la planète comptait 62 millions de
migrants Sud-Nord et 61 millions Nord-Nord. Les principales zones de départ sont l’Amérique latine,
l’Asie et l’Afrique. Les principales zone d’accueil sont l’Amérique du Nord, l’Europe, le Japon, le Golf
Persique et l’Australie. En 1997 et 2006, Londres a accueilli 100 milles personnes/ans. Les migrations
alimentent les transferts financier dans les pays d’accueil vers les pays d’origine : 300 milliards de
dollar/ans, c’est le flux financier le plus important après celui des hydrocarbures.
Parmi les migrations, on distingue les flux touristique (nombreux). En 1950, on comptait 25
millions de touriste dans le monde. En 2009, 200 millions de touriste.
Cause : augmentation des transports, prix faible, internet (centrale de réservation).
Touche une minorité, issue des pays riche (Europe du Nord, Amérique du Nord). Les flux touristique
sont à la fois des flux Nord-Nord, des flux Nord-Sud.
II.
Un monde organiser en réseaux.
A. Une mise en réseaux plus efficaces.
Grand pole d’impulsion d l’économie mondiale qui fonctionne en réseaux avec d’autres
métropoles dans le monde. Fonction de production, de recherche d’innovation, de commandement,
financière. Elle exerce une importante mondiale. Relié par des routes aérienne, maritime … elles sont
dépendante les unes par rapport aux autres.
Réseaux : ensemble de ligne et de point, son relier entre elle, ou passe les flux.
Route maritime => 80% des échanges de marchandises en valeurs. Passe par des détroits et
des canaux. Ces voies maritimes sont prolongées par des voies fluviales et par les oléoducs.
Il y a des pôles qui relient les différents modes de transports, les plateformes nommé
« multimodales » (espace qui assurent l’interconnexion entre plusieurs réseaux et modes de
transport. Comme la plateforme multimodale de Dourges et celle de Lomme, on peut aussi
considérer les ports comme des plateforme multimodale. En Europe, la plus grandes plateforme
multimodales, et le port de Rotterdam : marchandise de Singapour achemine en train ou en camion.
B. Des réseaux de communication hiérarchisée.
Aujourd’hui, internet et les mobiles rapprochent le monde mais c’est inégale (Amérique du Nord,
Japon, Chine, Europe) bénéficie de réseaux dense. Les états éloigner des accès à la mer son moins
desservit.
Raison : enclavement, conflits, choix des états.
 fracture numérique.
III.
Des acteurs de la mondialisation.
A. Les firmes transnationales.
Firmes transnationales : société qui exerce ces activités dans plusieurs état.
Ces firmes réalisent ¼ du PIB mondiale. Elle assure 2/3 du commerce mondial (pétrole, mine,
agriculture).
Après apparition de l’automobile, l’électronique, délocalise pour s’installer dans des pays a bas
coût de fabrication. 60% des firmes transnationales sont situé dans le Nord et contrôle 80% des
ventes.
 Un produit vendu est le fruit d’un assemblage de pièce qui vient de pays différents.
 Le siège social de l’entreprise ainsi que les fonctions les plus qualifié reste dans les pays
d’origine.
Exemple : BP, APPLE, MICROSOFT, GOOGLE.
TOYOTA => grande firmes :
 Les performances de TOYOTA repose sur sa qualité d’organisation ainsi que sa présence sur
tous les marchés repose sur les flux tendu avec absence des stocks.
 Pas de pièces détaché, donc produit de qualité fabriqué aux meilleurs coûts. Un employé
chez TOYOTA est polyvalent.
 Capacité d’innovation intéressante.
Etapes :
 Création de l’entreprise : né en 1937.
 Première vente aux USA : 1957
 Vente en Europe : 1963
 3ème production mondiale : 1971
Les usines d’assemblage sont en générale située au USA, France, R - U, Canada, THAILANDE,
JAPON, AFRIQUE DU SUD. Les centres de recherche et développement sont situé au JAPON et aux
USA.
B. Le rôle des états.
Les firmes transnationales ont une stratégie mondiale. Ignore les frontières. Développé leur
attractivité fiscale, monétaire, législation du travail, en matière de subvention. Les états sont des
acteurs déterminant dans la concurrence, assure la paix sociale, politique industrielle, doit
développer des infrastructures, développement durable.
Les chefs d’états se rassemble lors de grand sommet (G8 = G : groupe et 8 pays les plus riches de
la planète et G20 = 20 pays les plus riches de la planète) pour harmoniser leurs décision. G20 : chef
d’état, ministre des finances, représentant des banques centrale et président du conseil européens.
Les états sont fragilisé par la concurrence (mondialisation) pour se protéger ils se regroupent en
organisation régionale, zone de libre échange : UE, ALENA « association de libre échanges NordAméricain, MERCOSUR).
Les objectifs de ces associations sont : de signer des accords préférentiels. Cet accord est
contesté par les USA et l’Allemagne.
C. Les autres acteurs de la mondialisation.
Il y a les grands organisation mondiales comme le FMI (Front Monétaire International), l’OMC
(crée en 1995, « Organisation Mondiale du Commerce) et l’ONU.
Les missions de ces organisations sont multiple est diverse ; libéralisation des échanges, favoriser la
concurrence, aide aux économie en difficulté, faire reculer la pauvreté dans le monde, préserver la
paix et le développement. 2ème acteurs : il y a des ONG (Organisation Non Gouvernementale) :
- limiter les conséquences négatives de la mondialisation.
- Militer pour favoriser la naissance d’une opinion publique.
Les autres acteurs non officielle : il y a les LOBISE, MAFIA, trafiquant.
IV.
Des espaces hiérarchisé.
A. Les espaces moteur de la mondialisation : les centres.
On trouve les façades maritimes car ce sont des interfaces près de la mer. 90% des échanges se
font par la voie maritime. Les façades sont des lieux de concentrations des activités économiques et
d’homme. Equiper de gros port situé en aval des grandes régions productives de matière primaire,
agricole.
Les grandes façades maritimes sont importante dans les pays riche et les pays émergent. Dans le
monde, il y a 4 façades :
 Façade atlantique « Amérique du nord » (port de New York, Mégalopolis, Boston, Baltimore,
Washington).
 Façade pacifique (San Francisco, Los Angeles, Seattle).
 Façade atlantique « Europe » (Rotterdam, Le Havre, Anvers).
 Façade Asie Orientale (Singapour, Hong Kong, Shanghai, Tokyo).
Parmi les centres il y a des positions continental, frontières Mexique-USA.
3 centres les grandes métropole, il y en a eu 20 dans le monde : Londres, New York, Tokyo,
Atlanta, Paris, Chicago, Los Angeles, Pékin, Shanghai, Dallas, Washington, Miami, San Francisco,
Dubaï-Charjah, Francfort, Denver, Moscou, Hong Kong, Madrid, Houston. Elles sont complémentaire,
concurrente dirige le monde, gère 85% des flux financiers forme une économique en Oasis, elles
sont comparer à des Iles. Concentre les richesses les savoirs, les hommes, les centres de
commandements politiques, pouvoir économique, pouvoir culturel, pouvoir financier, aéroport
international centre d’impulsion de l’économie mondiale. Dernier centre, la triade, les Etats-Unis
Japon, Union-Européenne, contrôle le monde (politique et économique).
ème
Siège social de l’ONU et du MFI est situé au Etats-Unis. Maitrise les technologies de l’information,
produit 91% des richesses mondiales.
B. Les espaces périphérique intégré.
On trouve parmi les espaces périphérique, le BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) se sont des états
récemment industrialisé avec une forte croissance économique (avec de la matière première de la
mains d’œuvre bon marché.
 favorise la division internationale.
C. Les états en marge.
 les PMA (Pays les moins avancé) par exemple Cuba, Mali, Corée du Nord, le Soudan, Cote
d’Ivoire. Des pays qui manque de potentiel (pas de matière première)
 extrême grande pauvreté.
 Les territoires dominés.
Exploite les forets, agriculture traditionnelle continue a souffrir du manque d’emploie.
Téléchargement

Chapitre 7 : la mondialisation : interdépendance et hiérarchisation