Construire une typologie des erreurs
Marylène Constant, ESPE Lille
http://jeunes.profs.free.fr/ortho/typologie.htm
De la faute à l’erreur…
La faute d’orthographe est sûrement aussi vieille que l’écriture elle-même… Deux réactions possibles

Soit on sanctionne et l’erreur devient faute, avec tout le poids de la morale associé à ce mot. « Mais enfin,
cela crève les yeux », « Mais enfin, cela tu ne pouvais pas ne pas le savoir ». Ce qui est étrange, c’est que
nous, les professeurs, rêvons d’élèves que nous n’aurions pas à corriger. Que nous en rêvions, pourquoi
pas ? Que nous le souhaitions, c’est différent…
Rappelons aussi ce que disaient Bourdieu et Passeron (La reproduction) : « Lorsque les professeurs plaisantent à
propos des perles, ils oublient que ces ratés du système en enferment la vérité »

Soit donc l’on s’en sert et on fait droit à l’erreur qui se met alors au service des apprentissages. Les erreurs
de nos élèves peuvent nous intéresser. Il s’agit alors de trouver des dispositifs pratiques susceptibles
d’assurer ce droit, cette conscience que ‘on est en train d’apprendre. Faire en sorte que l’erreur soit
considérée comme normale. Bachelard disait qu’« on ne peut se former qu’en se réformant »
Créer un observatoire de l’orthographe dans la classe : pourquoi ?
Commençons par une devinette ! Quelle différence faites-vous entre un typograpie, un typologue et zérologue ? :
« Le typographe juge les résultats et non les causes, le typologue les causes et non les résultats et le zérologue ne
juge rien du tout, il installe un compteur et met des zéros » Nina Catach, les délires de l’orthographe. (Annexe 1)
L’intérêt de l’usage des typologies est de plusieurs ordres :



Les opérations de tri/classement des erreurs réalisées dans une classe permettent de structurer la variation
et donc de structurer le système orthographique ; l’ensemble des erreurs possibles se révélant le reflet en
négatif de la norme.
Un ensemble d’erreurs est un corpus qui renseigne sur les compétences réelles des élèves ; c’est ainsi que
se crée un « observatoire » de l’orthographe dans la classe.
L’élaboration de classification des erreurs permet de mener un traitement statistique et qualitatif par élève
et par classe ponctuellement (sur un secteur donné par exemple) ou sur une période donnée dans différentes
situations d’écrits et différents types de textes.
L’efficacité dépend de l’utilisation systématique et progressive.
Une typologie des erreurs est la clé de voute d’un système d’évaluation formative qui se veut à la fois un outil ou
un référent (la construction de l’outil peut être circonscrite dans le temps ; si on affine en fonction d’un secteur
particulier, cet outil devient un référent).

La création et l’utilisation d’une typologie se doivent aussi de chercher à faire formuler les raisons de
l’erreur et d’intégrer le questionnement à une démarche heuristique. Le dialogue avec les autres (élèves,
enseignants…) sur le « soi », le « comment » et le « pourquoi » de ce que l’on fait, doit être
progressivement intériorisé et doit réaliser cette altérité avec soi-même, condition d’une conscience plus
réfléchie des faits et d’une plus grande maîtrise des processus.
Créer un observatoire de l’orthographe dans la classe : comment ?
Les typologies d’erreurs n’encombrent certes pas le marché pédagogique mais on peut en trouver dans quelques
ouvrages. Rares sont celles qui font une place à l’élève comme « sujet » ; elles sont souvent plus descriptives et
sont centrées sur l’objet « orthographe ».
Quelles modalités de construction ? (au choix)
a) relevé cumulatif : langage imposé (dictées) et langage suggéré (production d’écrits au sens large)
b) relevé ponctuel : langage imposé
Il s’agit d’entraîner les élèves de façon progressive avec des consignes modulées ou des grilles évolutives à
observer, à classer des erreurs soit signalées par l’enseignant, soit cherchées par les élèves eux-mêmes dans une
espèce de safari orthographique. On peut utiliser divers supports : les coquilles dans la presse, les dictées pour
sourd et malentendants proposées dans les annales de brevet des collèges, les écrits des élèves (dictées, rédactions,
interrogations diverses et de diverses disciplines) de la classe ou d’années antérieures récupérées.
Quelques pistes de recherche possible à des niveaux de compétence différents.






Repérage des erreurs par une simple mise en correspondance des formes graphiques avec les formes orales
correspondantes (mots, syllabes, phonogrammes) pour vérifier leur adéquation ou non, ou de façon encore
plus élémentaire, la présence ou l'absence d'un segment écrit pour la transcription d'un segment oral ;
Classement des erreurs selon que l’on a oublié (omission), ajouté (ajout), inversé des signes pour transcrire
le segment écrit ;
Observation et classement des erreurs selon l’identification des classes grammaticales : relever, compter les
erreurs sur les noms, les adjectifs, les verbes, etc.
Repérage des chaînes d’accord dans le groupe nominal et dans la relation sujet–verbe avec mise en
évidence par fléchage ou codage des marques afin de mettre en évidence les liens de solidarité entre les
termes d’une phrase afin de mettre en évidence que l’accord vient complexifier la constante lexicale du mot
par exemple ;
On peut également demander en début d'apprentissage de localiser leurs erreurs (au début, à la fin, au
milieu de la copie ou l'écriture du mot que l’on comparera avec les modèles normés ;
Un travail sur les chaines d'accord dans le groupe nominal et dans la relation sujet-verbe, au moyen d'un
fléchage ou d'on codage des marques du genre ou de nombre, mettra en évidence les rapports formels de
solidarité entre les termes de la phrase.
Etapes pour un relevé ponctuel (adaptable pour un relevé cumulatif)
Etape 1 : élaboration de la typologie
1) dictée d’un texte court de préférence
2) écriture du texte truffé d’erreurs relevées dans les copies des élèves (au tableau/sur transparent)
→ dès cette étape, on peut évidemment choisir de travailler sur une copie d’élève en langage suggéré
3) Mise en place de la typologie (caractérisation verbale des types d’erreurs : erreur précise/caractérisation
précise
Variante : travail de groupe dont la tâche est également de produire un classement avec mise en commun des
trouvailles
Nota bene : on peut localiser l’erreur (les erreurs) de manière large ou pas, dans le mot, la phrase, la ligne, le
paragraphe, le texte.
4) Mise au net de l’outil commun à la classe
Le produit obtenu est une liste d’erreurs prototypique
Etape 2 : appropriation et réinvestissement de la typologie
1) Phrase, textes truffés de variantes orthographiques en faisant jouer 2 paramètres (lieu de l’erreur et nature
de l’erreur)
Exemples d’exercices et de consignes
→ donner le lieu, trouver le type dans la liste
→ trouver le lieu sachant le type
Etape 3 : affiner la typologie dans un secteur particulier
(en fonction des erreurs les plus fréquemment commises par la classe dans le cadre d’activités spécifiques)
Quelques exemples pour l’étape 2
Exemple 1
Codage
M
Type d’erreurs
Majuscule
P
Ponctuation
S
H
Segmentation des mots
Homophone
I
Orthographe inventée
Sous catégories
J’ai oublié la majuscule
J’ai ajouté une majuscule alors qu’il
n’en fallait pas
J’oublie la ponctuation
J’emploie mal la ponctuation
Je coupe mal les mots
J’ai écrit un autre mot qui se prononce
de la même façon
Je confonds a/à ; ou/où ; et/est ; etc.
J’ai inventé une orthographe et la
prononciation est changée
J’ai inventé une orthographe et la
prononciation n’est pas changée
Exemple
*mon (père)
* sétageaient
* sou (le cerisier)
*ses (grosses cerises)
*mais (grands frères)
*(ils)ceuillaient
*lice
* soussieux
A
Accord
Je n’ai pas marqué l’accord sur les
mots du groupe nominal
Je n’ai pas marqué l’accord entre le
sujet et le verbe
* tandre
(cerises)*blanches
(cerises) * mûrs
(cerises qui)*reste
(mes grands frères et mon
père)*chantait
C
Conjugaison
Je n’ai pas bien établi la relation entre
le participe passé et ce qui commande
l’accord
Je n’ai pas repris l’accord d’une
phrase à l’autre
J’ai confondu la terminaison : le
temps, le mode, le groupe
J’ai confondu la terminaison : la
personne
Je confonds l’infinitif, l’imparfait et le
participe passé
*il me bombardait
*assi
*(je) trônai
(je)*m’appelait
(sans me)*lever
Les mots soulignés contiennent une erreur, classe les dans le tableau
J'étais, ce jour-là, sou le cerisier… mon père et mes grands frères sétageaient au-dessus de ma tête, assi sur des
branches, ils ceuillaient ses grosses cerises qui reste encore presque blanche même quand elles sont tout à fait
mûrs, avec une peau lice qui craque sous la dent; ils les jetaient sur un vieux drap de lit au milieu duquel j'étais
assise. Je trônai. Je ne sais pas exactement quel âge j'avais alors, mais je me disais vraiment que j'étais la plus
heureuse des fillettes du monde je m'appelait en moi-même "Petite Princesse"… Là-haut mais grands frères et
mon père riaient et chantait en travaillent. Il me bombardait avec les cerises pour me taquiner, soussieux de ne
pas me faire pleurer car ils m'adoraient. Et moi, sans me levé, je n'avais qu'à tandre la main droite ou gauche pour
amener à ma bouche les plus beaux fruits. J'étais heureuse.
D'après J.P Chabrol
J'étais, ce jour-là, sou le cerisier… mon père et mes grands frères sétageaient au-dessus de ma tête, assi sur des
H
M
S
C
branches, ils ceuillaient ses grosses cerises qui reste encore presque blanche même quand elles sont tout à fait
I
A
A
mûrs, avec une peau lice qui craque sous la dent; ils les jetaient sur un vieux drap de lit au milieu duquel j'étais
A
I
assise. Je trônai. Je ne sais pas exactement quel âge j'avais alors, mais je me disais vraiment que j'étais la plus
C
heureuse des fillettes du monde je m'appelait en moi-même "Petite Princesse"… Là-haut mais grands frères et
C
H
mon père riaient et chantait en travaillent. Il me bombardait avec les cerises pour me taquiner, soussieux de ne
A
C
A
A
I
pas me faire pleurer car ils m'adoraient. Et moi, sans me levé, je n'avais qu'à tandre la main droite ou gauche pour
C
I
amener à ma bouche les plus beaux fruits. J'étais heureuse.
D'après J.P Chabrol
Codage
Type d’erreurs
Sous catégories
J’ai oublié la majuscule
M
Majuscule
J’ai ajouté une majuscule alors qu’il
n’en fallait pas
J’oublie la ponctuation
P
Ponctuation
J’emploie mal la ponctuation
S
H
Segmentation des mots
Homophone
Je coupe mal les mots
J’ai écrit un autre mot qui se prononce
de la même façon
Je confonds a/à ; ou/où ; et/est ; etc.
I
Orthographe inventée
J’ai inventé une orthographe et la
prononciation est changée
J’ai inventé une orthographe et la
prononciation n’est pas changée
Je n’ai pas marqué l’accord sur les
mots du groupe nominal
A
Accord
C
Conjugaison
Je n’ai pas marqué l’accord entre le
sujet et le verbe
Je n’ai pas bien établi la relation entre
le participe passé et ce qui commande
l’accord
Je n’ai pas repris l’accord d’une
phrase à l’autre ou d’un segment à
l’autre
J’ai confondu la terminaison : le
temps, le mode, le groupe
J’ai confondu la terminaison :
la personne
Je confonds l’infinitif, l’imparfait et le
participe passé
Exemple
Exemple 2
Trouver le lieu de l’erreur en en connaissant le type
Je trouve les erreurs du texte en m’aidant du tableau. Attention, il peut y avoir plusieurs erreurs du même
type ou pas… dans la même phrase.
Codage Type d’erreurs
M
Majuscule
P
Ponctuation
S
Segmentation
des mots
Homophone
H
I
A
C
Orthographe
inventée
Accord
Conjugaison
Sous catégories
J’ai oublié la majuscule
J’ai ajouté une majuscule alors qu’il n’en
fallait pas
J’oublie la ponctuation
J’emploie mal la ponctuation
Je coupe mal les mots
J’ai écrit un autre mot qui se prononce de la
même façon
Je confonds a/à ; ou/où ; et/est ; etc.
J’ai inventé une orthographe et la
prononciation est changée
J’ai inventé une orthographe et la
prononciation n’est pas changée
Je n’ai pas marqué l’accord sur les mots du
groupe nominal (ajout ou omission)
Je n’ai pas marqué l’accord entre le sujet et
le verbe (ajout ou omission)
Je n’ai pas bien établi la relation entre le
participe passé et ce qui commande
l’accord
Je n’ai pas repris l’accord d’une phrase à
l’autre ou d’un segment à l’autre
J’ai confondu la terminaison : le temps, le
mode, le groupe
J’ai confondu la terminaison : la personne
Je confonds l’infinitif, l’imparfait et le
participe passé
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
x
x
x
x
x
x
x
x x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
1. Le loup et un canidé comme le chien et le renard. C’est un mamifère carnivore
2. Selon les région, la taille et la couleur du pelage des loups est différentes.
3. Fendant plusieurs siècles, les loups ont été chassé des forêts d’Europe. Aujourd’hui, ils ont disparut de France
4. Il vivent en liberté dans le Nord de l’europe, de l’Amérique où en Asie
5. Le loup et un chasseur. Il délimite son teritoire de chasse. Plus le gibier est rare et plus son teritoire est grant.
6. Pour les proix faciles à attraper, le loup chasse seul ou en meute dès lors que les proix sont plus combattives.
7. Les loups sont capables d’émettre plusieurs sons de voies chacun. Ainsi il font croire qu’ils sont nombreux
8. Les loups aiment la vie de familles
9. On a déjà vu deux loups se saluaient, une louve rabrouer ses petits, un aîné taquinait ses frères. Parfois, la meute
chantent et dansent avant la chasse ou au moment de partager une proie.
10. De tous temps, le loup a fasciné les hommes mais ils le craignes
Exemple 3
Evaluer les capacités de tri
Phrases n°
Codage Type d’erreurs
1 2
3 4
5
Sous catégories
M J’ai oublié la majuscule
M
Majuscule
P
Ponctuation
S
Segmentation des
mots
H
Homophone
J’ai ajouté une majuscule alors qu’il n’en fallait pas
J’oublie la ponctuation
J’emploie mal la ponctuation
Je coupe mal les mots
J’ai écrit un autre mot qui se prononce de la même façon
Je confonds a/à ; ou/où ; et/est ; etc.
Orthographe
inventée
I
Accord
J’ai inventé une orthographe et la prononciation n’est pas
changée
Conjugaison
X
X
Je n’ai pas marqué l’accord entre le sujet et le verbe (ajout
ou omission)
Je n’ai pas bien établi la relation entre le participe passé et ce
qui commande l’accord
Je n’ai pas repris l’accord d’une phrase à l’autre ou d’un
segment à l’autre
J’ai confondu la terminaison : le temps, le mode, le groupe
C
X
J’ai inventé une orthographe et la prononciation est changée
Je n’ai pas marqué l’accord sur les mots du groupe nominal
A
X
X
J’ai confondu la terminaison : la personne
J’ai confondu l’infinitif, l’imparfait et le participe passé
Les consignes sont autant d’exemples d’exercices à construire





Pour la phrase n°1, trouve les 2 erreurs et fais les croix dans le tableau
Pour la phrase n° 2, regarde les croix du tableau et souligne les erreurs
Pour la phrase n° 3, regarde les erreurs et fais les croix
Pour la phrase n° 4, dis si les croix sont placées au bon endroit et corrige si besoin
Pour la phrase n° 5, écris la phrase, invente 2 erreurs et fais les croix.
1. Aux vacances, quand je songeais au collège, à ma vie là bas, je revoyais la vaste étendue du parc,
des pelouses, les tennis mais tout étaient désert, inhabitait.
2. Mais parents habitaient en bas de la butte Montmartre, dans un quartier populère.
3. je marchais dans les ruelles pavés, bordaient de belles maisons.
4. je réussit à trouver une ouverture dans la glicine par ou faufiler mon regard.
5. Soudain je reconnus la voix de Vincent : je devinai qu’il était là derrière cette grille.
Exemple 4
Classement des erreurs selon l’appartenance à une classe grammaticale
Classes
grammaticales
Déterminant
Noms
Adjectif
Verbe
Mots
invariables
Affiner le classement dans une catégorie d’erreurs
Un exemple : les accords en nombre
Il s’agit d’abord d’émettre une hypothèse sur les causes d’erreurs (chaîne complexe, expansion, rupture, inversion,
chaîne minimale, recatégorisation dans une autre classe de mots, confusion syntaxique/sémantique, etc.) puis
affiner la catégorie par des phrases du type, « j’ai « x » ainsi… parce que…
On opère par corpus d’erreurs
Annexe 1 Typologie des fautes
La typologie des fautes est avant tout, comme son nom ne l'indique pas, une classification : sont-elles, ces fautes,
des lapsi linguae (erreurs de langue) ou des lapsi calami (erreurs de plume) ? Dans ce dernier cas, s'agit-il
d'inadvertances du type *carosse comme carillon, ou *tonerre comme détoner (à corriger sans phrase, en
attendant une leçon d'histoire de la langue), ou du type lecon pour leçon, lange pour langue, ou encore les fraise
pour les fraises, les oublis pour les oublies, il confie pour il confit, beaucoup plus intéressantes à tous égards ?
Il est nécessaire de ne pas confondre typographie, typologie et zérologie. Le correcteur typographe juge les
résultats et non les causes ; le typologue, les causes et non les résultats ; le zérologue ne juge rien du tout, il
installe un compteur et met des zéros.
Ce qui intéresse le typologue, ce n'est pas une technologie compliquée et imparable, pour aboutir à classer
l'enfant clans une catégorie de quotient intellectuel, niais plutôt, en l'examinant et en le connaissant mieux, de lui
fournir ainsi le quotient respiratoire dont il a exactement besoin chaque jour pour son équilibre personnel. Le
typologue n'est ni un entomologiste ni un inspecteur des impôts. Ses comptes seront pour lui autant d'indices
précieux et de responsabilités devant ses élèves. Il ne sert à rien en soi d'entourer l'enfant de chiffres
d'instruments, de l'enfermer dans un laboratoire, où les résultats sont faussés d'avance. C'est en situation réelle,
au jour le jour, et pas à pas, que se feront les progrès ; encore faudrait-il concevoir, ce qui n'est pas évident,
surtout dans le second degré, qu'il y ait pour lui des progrès à faire, et non de lui permettre seulement de marcher
à reculons, en position de défense, comme un soldat traqué sur le champ de bataille, sous les zéros qui pleuvent
de toutes parts. Un des avantages d'une typologie, c'est qu'on peut au moins en discuter ensemble. On ne peut
s'imaginer combien ces petites choses-là sont importantes.
N. Catach, Le Délire, de l'orthographe, Plon, 1989,pp.59-61)