Raphaël
Raffaello Sanzio, plus connu sous le nom de Raphaël (Raffaello
en italien), était un peintre et architecte italien de la
Renaissance, né le 6 avril 1483 à Urbin, mort le 6 avril 1520 à
Rome. Il était le fils du peintre Giovanni Santi.
Il a certainement appris les bases de son art auprès de son père
Giovanni Santi, et à 15 ans, Raphaël exécute déjà son
autoportrait.
Cependant, l'influence de son père fut vite délaissée, au profit
de celle du peintre le plus célèbre d'alors, Pérugin auprès duquel,
Raphaël alla étudier à Pérouse, vers 1499-1500.
Il s'imprégna de la manière de procéder de son maître, de ses
codes de lecture des corps, des attitudes de ses modèles.
Autoportrait de Raphaël (1506)
Maîtrisant rapidement son style, très vite Raphaël s'affirma,
imposa la volupté à travers la couleur et donna à ses
personnages une "grâce élégiaque". Son premier chef-d'œuvre
daté fut Le mariage de la Vierge en 1504.
Mais, en découvrant les œuvres de Michel-Ange et de Léonard de Vinci, il partit étudier à
Florence, berceau de l’art pictural de la Renaissance, de 1504 à 1508 dans le but
d’apprendre les techniques de Léonard de Vinci, de Michel-Ange, de Fra Bartolomeo, mais
aussi de Bernardino di Betto, bref des cadors de la peinture de la Renaissance. Raphaël
parvint à une étonnante synthèse de l'art de ses maîtres, et créa sa propre technique à
travers la femme madone, figure récurrente de ses modèles, dont l’exemple parfait est La
Belle jardinière (1507).
Reconnu pour son génie, Raphaël voyage en Italie du Nord, puis s'installe à Rome en 1509. Il
est introduit par Bramante à la cour de Jules II pour décorer les chambres du Vatican. Il
réalise également des retables d'autel, des madones (La Vierge à la chaise, 1514) et des
portraits (Balthasar Castiglione, 1514-1515).
En 1514, Raphaël succède à Bramante au poste d'architecte de la basilique Saint-Pierre, il
dessine alors les plans de nombreux édifices à Rome et à Florence.
Raphaël, a longtemps été considéré comme le plus grand peintre qui n’ait jamais existé, et
on le tient toujours pour l'artiste en qui la peinture aurait trouvé son expression achevée.
Sa mort précipitée lui donne une certaine ampleur. Ainsi Raphaël est considéré comme « le
plus jeune maître de son temps ». Son art « fait de mesure, de grâce et d'harmonie » a
profondément influencé la peinture occidentale jusqu'au XIXe siècle.
Casanova disait qu'«aucun peintre n'a surpassé Raphaël dans la beauté des figures.»
Delacroix affirmait que le simple nom de Raphaël «rappelle à l'esprit tout ce qu'il y a de plus
élevé dans la peinture».
Une œuvre de Raphaël :
La Belle jardinière (1507)
La Belle jardinière (en italien : Bella Giardiniera) est un
tableau de Raphaël datant de 1505-1508.
Il mesure 122cm x 80cm et est exposé au musée du Louvre
à Paris.
La scène se passe en pleine nature.
La Vierge Marie est assise et ses gestes sont pleins de
douceur.
L'enfant Jésus est nu : le peintre veut rappeler sa vraie
humanité.
Jean Baptiste porte une petite croix, comme s’il annonçait
déjà le destin de Jésus. Il est accroupi et pose une main sur
son genou, et porte son regard sur Jésus. Sa position peut
faire penser à une sorte de soumission et de prosternation
devant Jésus. Ici, l’enfant Jean-Baptiste semble visionnaire du destin de Jésus.
Les trois personnages portent une légère auréole limitée en contour fin elliptique.
Le rouge du pourpoint de la Vierge incarne le rouge de la passion du Christ tandis que le bleu
représente l’église et le sacrifice de Jésus. Le plan floral comprend des violettes qui sont le
symbole de l’humilité de la Vierge Marie, et des ancolies faisant aussi référence à la Passion.
Les personnages s'inscrivent dans un triangle, ce triangle symbolise la présence de la sainte
Trinité (Dieu le Père, le Fils et l'Esprit Saint).
A noter que certains détails, comme le petit pied de l’enfant Jésus, font référence aux
œuvres de Michel-Ange, particulièrement la Madone de Bruges.
La présence d’un début de paysage urbain en haut à droite montre l’intérêt que portait
Raphaël à la peinture Flamande.
Ce tableau a été acquis à Sienne par François Ier, qui l’emmena à Paris. L’œuvre a eu un très
grand succès et a été copiée de nombreuses fois.
Sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Belle_Jardinière_
http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Raffaello_Santi_ou_Sanzio_dit_en_fran%
C3%A7ais_Rapha%C3%ABl/140349
http://www.linternaute.com/biographie/raphael-1/
http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2012/10/05/03015-20121005ARTFIG00590-raphaell-archange-de-la-peinture.php
http://www.mariedenazareth.com/15054.0.html?&L=0
http://www.larousse.fr/encyclopedie/image/Laroussefr_-_Article/1310193
Maxime GANDY
Loric RATTAIRE
Thomas ANASTASI
Benoît GALLAND