Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
L’Eau est un bien précieux,
Nécessaire à la vie,
LA PRESERVER
Dépasse les frontières administratives et les enjeux
financiers et économiques
1/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Table des matières
1 – GENERALITES .............................................................................................................. 4
1.A. Le porteur du projet n’a pas saisi la Commission Nationale du Débat Public .......5
1.B. Le dossier ne comporte aucune solution alternative ............................................5
1.C. Le dossier est morcelé, aucune vue de l’ensemble n’est accessible ...................5
1.D. Assainissement, transfert des eaux usées ...........................................................6
1.E. Des insuffisances, dans le temps imparti à l’enquête, dans sa localisation, dans les
éléments fournis au public ...........................................................................................7
2 – IMPERMEABILISATION - CAS DES PARKING............................................................. 8
2.A. Etat des lieux ........................................................................................................9
2.B. Nature du revêtement non connu .........................................................................9
2.C. Des réservoirs insuffisants ................................................................................. 10
2.C.I. Aggravation des crues ............................................................................ 10
2.C.II. Pollution .................................................................................................. 11
2.D. L'Herbasse, une rivière fragile............................................................................ 11
2.E. Une hypothèse de base fausse .......................................................................... 13
3 – LE PUISAGE ............................................................................................................... 15
3.A. La nappe de la Bièvre ........................................................................................ 16
3.A.I. Un aquifère à préserver prioritairement ................................................... 16
3.A.II. Un aquifère qui a des niveaux d'eau très bas ces dernières années ..... 16
3.A.III. Un bilan excédentaire mais un aquifère très fragile en période d'étiage 17
3.A.IV. Evolution de l'aquifère pour les années à venir : sensibilité au changement
climatique ......................................................................................................... 17
3.A.V. Conclusion ............................................................................................. 17
3.B. La Galaure ......................................................................................................... 18
3.B.I. Des étiages sévères chaque année ........................................................ 18
3.B.II. Conclusion ............................................................................................. 18
3.C. La vidange des piscines ..................................................................................... 19
4 – SECHERESSE ............................................................................................................ 20
4.A. Les arrêtés préfectoraux .................................................................................... 21
4.B. Les prévisions climatiques pour les années futures ........................................... 22
4.B.I. Météo-France .......................................................................................... 22
4.B.II. Etude vulnérabilité de l'Agence de l'Eau d'août 2013 ............................. 23
5 – LES CHAMBARAN, UNE AIRE D'ALIMENTATION A PRESERVER ........................... 26
5.A. Une aire d'alimentation précieuse ...................................................................... 27
5.B. Des plateaux protégés à temps ? ....................................................................... 27
6 – LES ZONES HUMIDES ............................................................................................... 29
6.A. Introduction ........................................................................................................ 30
6.A.I. Les services rendus ................................................................................ 30
6.A.II. Disparition .............................................................................................. 30
6.A.III. Les textes en vigueur ............................................................................ 30
6.B. Non-conformité avec la doctrine ERC ................................................................ 30
6.C. Pas de financements publics si atteinte aux zones humides ............................. 31
6.D. Non-conformité des compensations ................................................................... 32
6.D.I. La problématique du bassin versant ....................................................... 32
6.D.II. La faiblesse des compensations ............................................................ 32
6.E. Conclusion ......................................................................................................... 37
7 – BIODIVERSITE – FAUNE - FLORE ............................................................................. 38
7.A. Introduction ........................................................................................................ 39
7.A.I. Erosion de la biodiversité ........................................................................ 39
2/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
7.A.II. Pourquoi protéger la nature ? ................................................................ 39
7.B. Etat hydrologique et écologique des cours d’eau du bassin versant .................. 40
7.B.I. La légèreté des études d'impact ............................................................. 40
7.B.II. Importance du chevelu ........................................................................... 41
7.C. Le principe de non dégradation .......................................................................... 41
7.C.I. La Commission Locale de l’Eau (CLE) ................................................... 41
7.C.II. Perturbation du régime hydrique ............................................................ 42
7.C.III. Gestion des eaux pluviales ................................................................... 43
7.C.IV. Gestion des eaux de vidange ............................................................... 44
7.D. Perte des populations et des habitats d’espèces en danger .............................. 45
7.D.I. Amphibiens ............................................................................................. 46
7.D.II. Poissons ................................................................................................ 49
7.D.III. Astacidae : ............................................................................................ 51
7.E. Espèces non identifiées ..................................................................................... 52
7.E.I. Circaète Jean Le Blanc ........................................................................... 52
7.E.II. Dicrane vert ............................................................................................ 53
7.F. Minimisation des impacts .................................................................................... 55
7.F.I. Vitesse des engins et balisage ................................................................ 55
7.F.II. Matières En Suspension (MES) .............................................................. 55
7.F.III. Les labels commerciaux / marketing...................................................... 56
7.F.IV. Cahier de chantier ................................................................................. 56
7.F.V. Planning des travaux .............................................................................. 57
7.F.VI. Connectivité des habitats : condition essentielle pour la préservation de la
biodiversité ....................................................................................................... 57
7.F.VII. Peuplement piscicole des bassins........................................................ 58
7.F.VIII. Opérations de salage des voies de circulation .................................... 58
7.F.IX. Ecrasement de la faune (reptiles, amphibiens) ..................................... 58
7.F.X. Les espèces invasives ........................................................................... 60
7.F.XI. Conclusion ............................................................................................ 61
7.G. Modélisation des systèmes biologiques impactés ............................................. 61
7.H. Génie végétal ..................................................................................................... 61
7.I. Déchets apportés par les touristes ...................................................................... 62
7.J. Piétinements hors sentiers .................................................................................. 62
7.K. Réchauffement climatique .................................................................................. 62
7.L. Santé humaine ................................................................................................... 62
8 – COHERENCE DU PROJET AVEC LE SRCE .............................................................. 63
8.A. Trame Verte ........................................................................................................ 64
8.B. Trame bleue ....................................................................................................... 65
8.B.I. Les eaux de surface ................................................................................ 65
8.B.II. Les nappes phréatiques du Miocènes et de Bièvre-Valloire ................... 66
8.C. Approches du SRCE .......................................................................................... 68
9 – CONCLUSION ............................................................................................................. 70
10 – ANNEXES - DEFINITIONS ........................................................................................ 72
11 – REFERENCES........................................................................................................... 73
3/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
1 – GENERALITES
4/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Tout d’abord, nous tenons à préciser que nous avons été sensibles au
professionnalisme de la commission d'enquête qui a su instaurer les conditions propices
au débat public sur ce projet, qui en a tant manque jusqu'alors.
1.A. Le porteur du projet n’a pas saisi la Commission
Nationale du Débat Public
Le premier grief que l’on peut faire c’est que cette consultation soit si tardive et
surtout, qu'elle n’ait pas donné lieu à la saisine de la Commission Nationale des Débats
Public.
En effet, le décret du 22 octobre 2002 relatif aux débats publics prévoit une procédure
spécifique et obligatoire pour tous les porteurs de projets d'équipements touristiques dont
le montant dépasse les 150 millions d'euros.
Or Mr KLOTZ a admis lors de la réunion publique du 19 mai 2014 que Pierre & Vacances
n'avait jamais effectué de démarche en ce sens à savoir la saisine de la commission des
débats publics.
Cette procédure participe de la réglementation qui permet de garantir l'effectivité de la
participation du public prévue par l'article 7 de la charte de l'environnement.
Les seuls débats qui ont eu lieu furent des réunions publiques où le promoteur faisait la
publicité de son projet.
Enfin, rappelons que la violation de ce décret est substantielle.
1.B. Le dossier ne comporte aucune solution alternative
La loi Grenelle n° 2009-967 du 03/04/2009 indique que « les procédures de décision
publique doivent permettre de privilégier les solutions respectueuses de l’environnement en
apportant la preuve qu’une décision alternative plus favorable à l’environnement est
impossible à coût raisonnable ».
Le dossier soumis à l’enquête ne comporte aucun élément de ce type, ce qui n’est
pas très étonnant, car des terrains forestiers, n’appartenant qu’à un seul propriétaire doivent
être rares. Et qui plus est, quand ce propriétaire, la commune de Roybon le solde au prix du
terrain non constructible, pourquoi mettre de l’énergie pour aller chercher ailleurs ?
1.C. Le dossier est morcelé, aucune vue de l’ensemble
n’est accessible
On ne peut que s’interroger devant les procédures appliquées à ce projet ; le permis
de construire est délivré, les autorisations de défrichement sont données, alors que le plus
grand danger pour l’environnement, à savoir l’installation sur une zone humide de 173 ha,
n’arrive qu’en dernier lieu. De plus, les travaux publics nécessaires à la viabilisation de cette
5/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
zone, sont présentés dans des dossiers séparés de l’ensemble. Et ils ne sont pas minces :
- pour l’assainissement 27 km de canalisations (et ce ne sont pas des petits tuyaux !),
11 km en refoulement et 6 postes de relevage,
- pour l’adduction en eau, transfert de Viriville à Roybon et jusqu’à l’entrée du Center
Parcs,
- déviation de Roybon et élargissement des voiries.
Comment peut-on en tant que citoyen, appréhender ces coûts qui ne sont jamais
exposés, et sont à la charge des collectivités, d’autant plus que les doctrines sont de limiter
la consommation de territoires forestiers et agricoles, notamment par le fait que leur
urbanisation coûte à la collectivité ?
Comment peut-on en tant que citoyen appréhender les impacts sur l’environnement
de ces travaux de viabilisation ?
En dernier lieu, les études d’impact se limitent à l’emprise du projet alors que les
pollutions atmosphériques, sonores, lumineuses perturberont le milieu bien au-delà. C’est
une ville de 5600 touristes qui arriveront et partiront deux fois par semaine, et en plus, le
personnel et l’approvisionnement essentiellement par camions !
1.D. Assainissement, transfert des eaux usées
L’étude d’impact globale a-t-elle été réalisée ?
La DREAL précise dans son avis du 02/03/2010 :
« le dossier s’attache à décrire le transfert depuis Roybon alors qu’un dossier spécifique
sera déposé par le syndicat de la Galaure, maître d’ouvrage de ces travaux de canalisation.
Cela permet de rappeler les interactions avec le projet de Center Parcs à Roybon et
d’apprécier ainsi l’impact global du projet sur son environnement. Or, le choix du tracé de
cette canalisation de raccordement du Center Parcs, d’une longueur de 27 km, présente
d’ores et déjà des potentialités d’impact non négligeables sur les aspects faune, flore, et
milieux humides. Des compléments mériteront d’être apportés précisément sur ces aspects
signalés dans l’annexe du présent avis »
Annexe :
« Lors du transfert depuis Roybon, les canalisations traverseront les zones humides, une
ZNIEFF et des périmètres de protection de captage. Il en résulte des enjeux
environnementaux importants à prendre en compte. Ce transfert fera l’objet d’un dossier Loi
sur l’Eau spécifique, puisque le maître de l’ouvrage n’est pas pétitionnaire du présent
dossier. Toutefois, au vu de l’imbrication des projets et de l’impact global qui en
découle, il s’agit dès maintenant d’attirer l’attention du maître d’ouvrage sur une
parfaite prise en compte de ce milieu environnant sensible, tout particulièrement
dans ses aspects biodiversité et ressource en eau ». (NB : les caractères gras sont ceux
qui figurent dans l’avis de l’autorité environnementale).
(http://www.rhone-alpes.developpementdurable.gouv.fr/IMG/pdf/AE38_SIVOM_StSAUVEUR_cle781a14.pdf )
6/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
1.E. Des insuffisances, dans le temps imparti à l’enquête,
dans sa localisation, dans les éléments fournis au public
Devant le volume du dossier, rien que dans le dossier principal 315 pages, 26
annexes très détaillées, on peut s’interroger sur les capacités pour chacun de se faire une
opinion argumentée d’autant plus que l’enquête a été réduite à 45 jours, alors que la plupart
des consultations se font sur deux mois. De plus, certains documents et pas des moindres,
car ce sont les analyses des experts de l’État, ne faisaient pas partie du dossier. On peut
citer l’avis de la CNPN, celui de l’ONEMA, l’accord du Préfet de Région sur les mesures
compensatoires hors bassin versant, le courrier de la DDT38 page 190 du dossier
d’incidence. Rien que cela met réellement en doute le caractère objectif des pièces
présentées à cette enquête.
D’autre part, alors qu’il est de principe de travailler dans le domaine de l’Eau dans le
cadre des bassins versants, cet aspect a été complètement occulté pour cette enquête. Le
bassin versant de l’Herbasse et celui de la Galaure sont plus que sérieusement impactés et
aucune information ou présence des enquêteurs n’a eu lieu dans les communes de la
Drôme et de l’Isère ayant une partie de leur territoire arrosé par ces rivières. L’étude en
cours de cette partie de territoire, elle, est engagée selon ce principe (SAGE Molasse
Miocène) ; n’aurait-il d’ailleurs pas été logique d’accélérer cette étude compte tenu de
l’arrivée de ce projet qui va l’impacter dès l’origine du bassin versant, notamment quand on
connaît les crues subites et dramatiques de l’Herbasse ?
7/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
2 – IMPERMEABILISATION - CAS
DES PARKING
8/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
2.A. Etat des lieux
Imperméabilisation totale des parkings : 65 890 m²
Cette surface représente l'équivalent de 9 terrains de football.
Si les parkings étaient recouverts par 5 cm d'enrobé bitumineux, à raison de 135kg/m² (cela
varie en général entre 125 et 175k/m²), il faudrait 355 camions de 25 tonnes.
2.B. Nature du revêtement non connu
Sachant que les parkings vont être implantés sur la zone humide ou à proximité, quel
matériau va être utilisé pour réaliser ces immenses parkings ? Quel type d'enrobé ?
En effet, il apparaît dans une étude sur le goudron et les enrobés
(http://www.ineris.fr/centredoc/goudron.pdf pages 28 et 29) que l'impact est non négligeable et
la nature de l'enrobé va donc déterminer sa pollution. Se situant sur la tête du bassin de
l'Herbasse, rivière utilisée pour la consommation d'eau et la pisciculture, cette information
doit figurer dans le dossier afin de mesurer l'impact de ce gigantesque revêtement.
9/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
2.C. Des réservoirs insuffisants
Les eaux de ruissellement des parkings vont être stockées, afin d'éviter une surcharge d'eau
sur le milieu. Au total, ce sont 5 réservoirs qui pourront stocker 2130 m³.
Ces réservoirs accueilleront également les eaux de ruissellement d'autres ouvrages. En
voici la synthèse (source P28 du mémoire en réponse) :
Surface
Contenance réservoir
imperméabilisé
e
Parking 1 + Bike Center
+ Pk Bus
Débit de fuite total
20 695 m²
680 m³
11 L/s
9 445 m²
250 m³
4.5 L/s
Parking 2
12 195 m²
400 m³
7 L/s
Parking 3
12 195 m²
400 m³
7 L/s
Parking 4
12 195 m²
400 m³
33 L/s
66 725 m²
2130 m³
62,5 L/s
Parking
service
Bâtiment
maintenance
+
de
Total
Les réservoirs, s'ils sont vides (ce qui n'est pas certain, car il peut avoir plu quelques heures
auparavant) et à pleine capacité (rappelons que les drains sont couramment bouchés par
l'argile dans les Chambaran), pourront stocker une pluie maximum de 2130 / 66 725 = 32
mm
Que se passera-t-il au-delà de 32 mm ?
Quel sera le risque ?
2.C.I.
Aggravation des crues
L'eau sera redirigée vers les structures réservoirs en sous capacité et donc, entraînant des
débordements pour le surplus (évoqué dans le mémoire en réponse du 31 janvier 2014,
de Biotope (P 27)).
N'y a-t-il pas alors clairement dégradation du rôle tampon de la zone humide,
et donc le risque d'aggraver les crues en aval ?
Les réservoirs auront un débit total de rejet de 62,5 L/s soit 62.5*3600 = 225m³/heure soit
à peu près 10 % de la capacité des réservoirs, ce qui correspond à une pluie de ….
225/66725 = 3,4mm pour une heure.
Cela signifie qu'au moment où les réservoirs seront remplis avec une pluie d'un peu plus de
30mm, une faible pluie suffit à les faire déborder !
Des noues sur les longueurs des parkings sont bien évoquées, mais quel volume peuvent10/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
elles gérer par rapport à une surface plane, imperméable, équivalent à 9 terrains de
football ?
Car rappelons, que quand il pleut, les noues se remplissent également d'eau !
La fonctionnalité de rôle tampon de la zone recouverte n'est donc pas du tout gérée
dans les proportions qu'il conviendrait pour éviter tout risque d'amplification de crue pour le
bassin en aval.
2.C.II. Pollution
(Évoquée dans le document d'incidences P 111)
Lors des pluies sur les parkings, il se passe 2 phénomènes successifs :
- Phase 1 : le mouillage
- Phase 2 : dissolution des particules solubles en cas de fortes pluies
Or, un peu plus loin dans ce même document, il est rappelé :
« Les orages de fortes intensités, quand ils surviennent après une longue période sèche,
peuvent générer des flux polluants très importants »
Du fait de la capacité insuffisante des réservoirs, n'y a-t-il pas un risque sérieux
de pollution de la zone humide environnante ?
Quel serait le fonctionnement des débourbeurs et des déshuileurs utilisés ? Car s'il y a un
risque fort pour la zone humide et l'Herbasse, il est là avec des départs moyens estimés à
2700 véhicules par semaine qui démarreront et c'est à cette phase-là que la pollution est la
plus importante avec des moteurs froids !
Par comparaison, un parking de supermarché doit générer par véhicule moins de pollution
car les moteurs arrivent chauds et ne restent à l'arrêt qu'une ou deux heures en moyenne.
Il est regrettable que le document d'incidence soit resté très théorique sur ce sujet de la
pollution automobile avec des formules de calculs issus d'études et des références à des
livres que nous n'avons pas !
2.D. L'Herbasse, une rivière fragile
Le 24 janvier 2014, la commune de Montrigaud, première commune de l'Herbasse, a voté
une délibération (ci-jointe) contre l'implantation du Center Parcs, en prenant notamment
comme motif, le risque sur le ruissellement lié à l'imperméabilisation.
En effet, le 23 octobre 2013, le premier village sur l'Herbasse a essuyé une pluie de 140
mm en l'espace de 3 heures et il se trouve que l'Herbasse est souvent sujette à ce type
d'événements pluvieux (1992, 1993, 1999, 2008) comme l'a rappelé la délibération.
11/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
L'herbasse est passée en quelques heures, de 2 mètres de large à 70 mètres, bloquant
par endroits, toute circulation aux habitants.
Après la crue du 23 octobre 2013, un champ de Montrigaud sérieusement grignoté (lit de
l'Herbasse d'origine à droite)
12/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Un rapport de 2011 du ministère de l'aménagement du territoire (source :
http://www.risknat.org/projets/RIO/RF-Gaume.pdf),
a
étudié
les
comportements
hydrologiques lors d'événements extrêmes. 3 rivières ont été retenues pour cette étude dont
l'Herbasse qui a connu du 25 et 26 septembre 1999, 200 mm de précipitations en quelques
heures. Tout cela, avant une nouvelle crue le 3 octobre suivant.
Le bassin de l'Herbasse est donc un bassin qui connaît des pluies d'intensité et il faut donc
que les ouvrages de gestion des eaux pluviales situés sur la tête de bassin prennent en
compte cette particularité !
2.E. Une hypothèse de base fausse
Qu'est-ce qui a pu influencer les bureaux d'études pour sous-estimer autant les ouvrages
de régulation ?
A la lecture du document d'incidences, il apparaît que l'évaluation des pluies centennales,
décennales, etc. et tous les calculs d'incidences, se sont faits à partir des données de la
station de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs. Or, cette station n'a géographiquement n'a rien à
voir avec le bois des Avenières !
Par exemple, il a été relevé 55,7 mm sur 24 heures, le 23 octobre 2013, à Saint-Etiennede-Saint -Geoirs (http://www.infoclimat.fr/observationsmeteo/archives/23/octobre/2013/grenoble-st-geoirs/07486.html)
alors que des observateurs relevaient dans la journée sur internet 140 mm à SaintChristophe et le Laris à quelques kilomètres de Montrigaud
(http://meteogottes.positifforum.com/t7129-vos-observations-du-mercredi-23-octobre2013)
13/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Sur la carte ci-dessus extraite du site Geoportail qui dessine les stations météo
automatiquement, on aperçoit en haut la station météo située en haut, au centre de la vallée
de la Bièvre alors que le bois des Avenières est au centre du massif des Chambaran,
quelques 300 mètres plus haut, au sommet notamment, du bassin versant de l'Herbasse.
Comment pourrait-on valider les calculs des écoulements pluviaux d'une ville jusqu'à 5600
habitants sur une hypothèse aussi éloignée de la réalité menaçant ainsi toutes les
communes en aval, installées au bord d'une rivière aussi sensible ?
14/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
3 – LE PUISAGE
15/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
La création du projet de Center Parcs entraînerait une consommation d'eau de 880m³/j qui
se ferait dans la Nappe de la Bièvre et dans la Galaure.
Or, ces masses d'eau ont, au fil des 40 dernières années, vu se greffer un grand nombre de
prélèvements pour faire face à la croissance de nos activités humaines : agriculture,
aquaculture, eau potable, industrie, …
Aujourd'hui, il apparaît dans toutes les études que cette consommation doit diminuer pour
garantir leur équilibre à long terme notamment par rapport à l'arrivée du changement
climatique de plus en plus notable (nous y reviendrons).
Malgré ce bilan, les protagonistes du Center Parcs cherchent à démontrer l'innocuité des
prélèvements pour cette ville nouvelle de 5600 habitants, au motif qu'ils ne représentent rien
au regard de tous ceux qui sont déjà effectués, alors que nous avons justement aujourd'hui
des activités hyper-consommatrices !!
Il s'agit donc d'une manipulation intellectuelle que nous dénonçons et qui va à l'encontre de
toutes les dernières recommandations liées à la Loi sur l'eau, nous invitant en somme à plus
de sobriété dans la consommation de cette ressource indispensable au maintien de la Vie.
3.A. La nappe de la Bièvre
3.A.I. Un aquifère à préserver prioritairement
Page
10
du
rapport
de
la
CLE
Bièvre-Valloire
(http://pcscp.org/Loi_sur_l_eau/Nappes%20Galaure%20et%20Bievre%20Liers%20Valloire
/Rapports%20quantit_qualitatifs/Rapport%20quantitatif%20nappe%20BLV%202008.pdf)
on lit :
L’aquifère de Bièvre Liers Valloire fait partie des aquifères d’intérêt général à préserver
prioritairement, en particulier pour la satisfaction des usages en eau potable actuels et
futurs.
Les principales pressions identifiées sur le secteur sont d’origine agricole, ainsi que très
ponctuellement des pressions urbaines au nord de La Côte Saint-André.
3.A.II. Un aquifère qui a des niveaux d'eau très bas ces dernières
années
Page 5 du même rapport on peut lire :
L'examen des chroniques piézométriques met en évidence que depuis 2003, les niveaux
d'eau dans la nappe sont très bas, et comparables à ceux rencontrés durant les étiages
exceptionnels des hivers 1991-1992 et 1997-1998. La répétition d'années faiblement
déficitaires du point de vue de la recharge a conduit à une baisse importante de la
piézométrie, mettant ainsi en évidence une inertie forte de l'aquifère
16/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
3.A.III. Un bilan excédentaire mais un aquifère très fragile en période
d'étiage
Page 75 du même rapport, on lit :
Si on considère l’écoulement moyen annuel, le bilan hydraulique de la nappe est
excédentaire sur l’ensemble du bassin. Par contre, en période d’étiage sévère, la situation
est nettement moins satisfaisante ; les prélèvements participent alors au tarissement
des émergences de trop plein.
3.A.IV. Evolution de l'aquifère pour les années à venir : sensibilité au
changement climatique
Dans l'étude de détermination des volumes maximums prélevables
(http://pcscp.org/Loi_sur_l_eau/Nappes%20Galaure%20et%20Bievre%20Liers%20Valloire
/Rapports%20quantit_qualitatifs/RapportPhase1_VolPreBLV.pdf ), on apprend page 54,
qu'aucune diminution n'est envisageable sur cette nappe (contrairement à ce qui a été
publiquement annoncé durant la 2ème réunion publique par Mr Luc Belleville, chef du
service des eaux au Conseil Général de l’Isère).
Page 55, on peut lire :
Le scénario tendanciel se base donc sur un maintien des besoins actuels d’eau
d’irrigation pour les facteurs « évolution des assolements et des surfaces irriguées» et
«l’évolution des stratégies et des modes d’irrigation». Le facteur prépondérant reste donc
l’effet du changement climatique sur les besoins des cultures irriguées, qui sera pris en
compte en phase 2. Sous cet effet, la diminution des précipitations aura pour impact la
diminution du rapport entre l’eau apportée par la pluie et les besoins en eau d’irrigation.
L’augmentation des températures augmentera également
l’évapo-transpiration et les besoins des plantes.
3.A.V. Conclusion
Il s'agit d'une nappe au bilan contrasté qui n'est pas encore menacée directement à l'année
mais qui est sensible aux baisses de précipitations et dont il est demandé de limiter au
maximum les prélèvements en été, lors d'importantes périodes d'étiage.
Or, où est-il prévu de pomper l'eau du Center Parcs pendant ces périodes ? Justement dans
la nappe de la Bièvre ! Ce prélèvement représenterait alors 3 % de la consommation d'eau
potable (p59 Etude sur Volumes prélevables)
Les partisans du pompage dans la nappe de la Bièvre pour le Center Parcs parlent
d'économies en contrepartie, qui seront faites par l'entretien des réseaux en limitant les
fuites.
On peut dès lors, s'interroger sur le fait de mettre la charrue avant les bœufs, les collectivités
voyant leurs moyens diminuer au fil des restrictions budgétaires.
Ces travaux d'entretien du réseau ont-ils déjà été fermement programmés et surtout
budgétés ?
Visiblement, ce n'est pas le cas puisque l'étude sur les volumes prélevables de 2011, parle
page 58, de 3 scenarii allant de la stagnation des rendements jusqu'à l'hypothèse maxi d'un
gain de 1 point par an...
17/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Enfin les économies réalisées ne devraient-elles pas, en premier lieu, contribuer à la baisse
des prélèvements en vue du changement climatique ?
3.B. La Galaure
La Galaure est une rivière qui prend sa source en Isère mais coule ensuite essentiellement
dans la Drôme.
3.B.I. Des étiages sévères chaque année
Dans
l'étude
des
volumes
prélevables
de
la
Galaure (http://pcscp.org/Loi_sur_l'eau/Nappes%20Galaure%20et%20Bievre%20Liers%2
0Valloire/Rapports%20quantit_qualitatifs/EVP_Galaure_rapport_juillet2012.pdf ), on peut
lire en page 30 :
« Il est important de noter que le niveau d’alerte 2 est systématiquement atteint, y compris
lors d’années relativement pluvieuses comme 2007 et 2008.
En Drôme, ceci peut s’expliquer par le fait que certains systèmes d’irrigation sont prévus
pour fonctionner normalement même sous un régime de restriction de 20%, et donc que le
niveau 2 (40%) soit nécessaire pour observer un effet sur les quantités prélevées.
La gestion quantitative de l’eau ne semble donc actuellement pas adaptée au contexte
hydrologique. »
La conclusion du rapport :
« Les prélèvements sur le bassin impactent globalement fortement l’habitat durant les
périodes d’étiage sur la partie aval du bassin, tandis que sur la partie iséroise, les
prélèvements effectués sont localement plus supportables* (tout en contribuant à la
pression sur la partie aval). »
*Ndlr : pour l'instant, tant que le Center Parcs ne pompe pas à la verrerie
Plus loin :
« Il faut donc, soit réduire la demande, soit améliorer le rendement (possible seulement
sur le réseau AEP (alimentation en eau potable)), soit diversifier la ressource (Rhône), soit
décaler plus fortement les prélèvements dans le temps (stockage), voire les atténuer via
des pompages en nappes bien ciblées. »
Dans le rapport des volumes prélevables du Sud Grésivaudan, on note page 12 :
« Il est à noter que l’impact des prélèvements en eaux peut avancer cet étiage comme c’est
le cas pour la Galaure où l’étiage est avancé de septembre à juillet. »
3.B.II. Conclusion
Ne serait-il pas plus prudent de faire les choses dans l'ordre à savoir : Engager d'abord des
mesures de réductions de consommation sur le réseau, chez les agriculteurs,
CONSTATER les résultats et enfin, si la ressource n'est pas menacée, en disposer ?
18/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
3.C. La vidange des piscines
Une nappe de la Galaure en déséquilibre chronique, une nappe de la Bièvre abondante
mais plus sensible l'été.
Le prélèvement d'eau s'avèrera donc délicat lors de fortes sollicitations par le Center Parcs
notamment lors des 2 vidanges annuelles des piscines imposées par l'ARS (Agence
Régionale pour la Santé).
Pierre & Vacances prévoit que les vidanges s'effectuent dans un laps de temps très court
(10 heures).
Or pendant ces 10 heures d'interruption, il faut que les bassins soient vidés, nettoyés puis
remplis à nouveau.
On peut donc légitimement s'interroger sur le pompage de plusieurs milliers de m 3 en
probablement une poignée d'heures dont aucune étude d'incidences ne fait état dans le
dossier :
 Les réseaux sont (ou seront)-ils suffisamment dimensionnés pour faire passer ces
milliers de m3 dans ce cours laps de temps ?
 Qu'en sera-t-il du chauffage de cette eau à 29° ? Comment chauffer en si peu de
temps des milliers de m3 d'une température initiale inférieure à 10° ?
 Pierre & Vacances a-t-il déjà l'expérience de ces vidanges expresses dans d'autres
Center Parcs prouvant sa compétence dans ce domaine ?
19/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
4 – SECHERESSE
20/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Les nappes et rivières sont alimentées par les précipitations. Or, cette ressource est appelée
à se modifier avec l'arrivée du changement climatique et de toute évidence, à se raréfier.
4.A. Les arrêtés préfectoraux
Le changement de climat est déjà palpable dans nos régions, et particulièrement ces 10
dernières années. Les arrêtés préfectoraux donnent un bon indice sur ce qui est en train de
se passer.
En fait, plus d'une année sur deux, la Préfecture de l'Isère a publié un arrêté sécheresse
dans le but de limiter la consommation d'eau sur le territoire.
Voici les niveaux de sécheresse publiés par la Préfecture de l'Isère ces dernières années :
Année de sécheresse
Bièvre
Chambaran - Galaure
2003 (arrêté du 25/07/2003)
Sécheresse aggravée
Sécheresse aggravée
2005 (arrêté du 10/08/2005)
Sécheresse aggravée
Sécheresse avérée
2009 (arrêté du 18/08/2009)
Sécheresse avérée
Sécheresse avérée
2010 (arrêté du 13/07/2010)
Alerte
Alerte
2011 (arrêté du 04/05/2011)
Vigilance
Vigilance
2012 (arrêté du 30/07/2012)
Vigilance
Alerte
2012 (arrêté du 10/08/2012)
Alerte
Alerte
On peut lire par exemple dans un des arrêtés (celui de 2005), en cas de sécheresse
aggravée :
« 7.2 – Restrictions sur les secteurs de sécheresse avérée
Les apports d’eau d’irrigation des cultures par prélèvement en cours d’eau ou en nappe
d’accompagnement doivent être réduits de 40 %.
Les prélèvements sont exclusivement à effectuer entre 16 heures et 8 heures »
Il est demandé aux agriculteurs dans leur activité d'alimentation des populations de réduire
leur consommation d'eau de 40 %, au moment où, en été, l'évapotranspiration est au
maximum et donc que les plantes ont le plus besoin de d'eau.
Si le Center Parcs se faisait, et que le secteur de la Bièvre (là où est pompé l'essentiel de
l'eau du Center Parcs) était déclaré en sécheresse aggravée, demandera-t-on aux
dirigeants du Center Parcs de Roybon de réduire sa consommation d'eau au plus fort de
l'activité touristique, en été ?
21/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
4.B. Les prévisions climatiques pour les années futures
4.B.I. Météo-France
Météo France a mis en place un simulateur climatique assez précis :
http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/changement-climatique/simulateurclimatique-decouvrir-le-climat-de-demain-en-france
Il nous permet de nous projeter en 2050 et de constater les niveaux pluviométriques
différentiels par rapport à aujourd'hui.
En se basant sur un scénario modéré du réchauffement climatique (Aujourd'hui, cette
hypothèse optimiste n'est plus envisagée par le GIEC :
http://www.atlantico.fr/pepites/rechauffement-climatique-experts-giec-durcissentprevisions-854146.html), voici les résultats de ce simulateur sur les 4 saisons… En voici
les copies écran où nous avons simplement ajouté avec un point rouge, la localisation du
projet de Center Parcs.
22/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
La couleur bleu foncée indique une augmentation des pluies, la couleur orange foncé, une
baisse des pluies.
Que remarque-t-on ? Le secteur concerné est l'une des rares zones en France
métropolitaine qui subit sur les 4 saisons un déficit en eau.
4.B.II.
Etude vulnérabilité de l'Agence de l'Eau d'août 2013
Une étude récente à l'initiative de l'Agence de l'Eau (disponible sur
http://pcscp.org/Loi_sur_l_eau/Etudes/rapport_vulnerabilites_ChgtClim_Aout_13%20(1).p
df) a cherché à identifier la vulnérabilité du bassin Rhône-Méditerranée par rapport à l'enjeu
du changement climatique en se projetant sur l'horizon 2046-2065.
Cette étude se réfère au projet explore 2070, bâti autour de 7 scénarios climatiques
différents.
Concernant les précipitations, cette étude nous apprend page 13 :
23/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
La présentation se fait sur les 4 saisons, et pour chacune des saisons, les 7 scénarios.
Nous avons entouré d'un cercle rouge, sur le premier scénario au printemps, la zone
concernée par le Center Parcs afin que vous puissiez l'identifier dans les autres scénarios.
Que constate-t-on sur ces autres modèles ?
L'hiver, et dans une moindre mesure l'automne, aurait en moyenne un peu plus de
précipitations qu'aujourd'hui.
Par contre un déficit est clairement identifié pour le printemps et l'été.
Ce qui signifie que l'agriculture, la plus grosse consommatrice de ressources en eau, va
devoir faire appel davantage aux nappes et aux rivières. La hausse des températures sur
ces deux saisons (voir l'étude page 12) va entraîner une augmentation de
l'évapotranspiration des cultures, accélérant aussi le phénomène d'irrigation des
agriculteurs.
Et donc, cela aggraverait au final directement le niveau des nappes.
L'étude en question le rappelle de manière plus générale au niveau de tout le bassin en
page 17 :
« Les impacts attendus du changement climatique influant sur l’équilibre entre ressources
et demandes en eau sont :
- la hausse de la demande agricole et de refroidissement,
- la baisse de la ressource moyenne,
- le renforcement des étiages.
Un territoire y sera davantage sensible si sa marge de manœuvre entre ressources et
prélèvements est faible et si les activités d’agriculture et de refroidissement (activités
climato-sensibles) y sont très présentes.»
24/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
On apprend page 19 du même rapport concernant la disponibilité en eau des sous bassins :
Dans tous les scénarios, il y apparaît une dégradation de la disponibilité en eau !
En conclusion, notre analyse révèle une situation appelée à se détériorer pour les années
futures.
La nappe de la Bièvre, face à une baisse des précipitations, au printemps et en automne,
risque de se retrouver en déséquilibre pendant ces périodes.
Il en est de même pour la Galaure, qui connaît dès aujourd'hui, une situation extrêmement
préoccupante.
Aussi, la création cette ville nouvelle de 5600 habitants, que représente le Center Parcs de
Roybon dont l'activité repose sur un loisir aqua-ludique, est contraire à une gestion
raisonnée de la ressource en eau, telle que la Loi sur l'eau nous invite à le faire.
L'installation de ce projet créerait d'inévitables tensions entre des touristes souhaitant
s'amuser avec l'eau et des agriculteurs, producteurs de nos aliments, à qui il est demandé
de plus en plus d'efforts, de sobriété et aussi aux habitants des Chambaran à qui l'on
demandera dans le même temps de limiter les arrosages de jardin.
25/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
5 – LES CHAMBARAN, UNE AIRE
D'ALIMENTATION A PRESERVER
26/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
5.A. Une aire d'alimentation précieuse
Les plateaux d’altitude « Chambaran et Thivolet » ont été déclarés dans le SDAGE
Rhône-Alpes « à forte valeur patrimoniale à protéger en priorité et de manière
durable». « Il s’agit d’une zone très vulnérable mais où les activités humaines sont faibles.
Le risque est donc faible tant que cette zone reste peu anthropisée ». (R. de la Vaissière
(2006) et T. Cave (2011) - Etudes hydrogéologiques - SAGE Molasse Miocène et alluvions
de la plaine de Valence)
Ces plateaux sont situés sur le dôme piézométrique du bassin aquifère.
Ils constituent les aires d’alimentation des flux régionaux pour des zones d’intérêt
prioritaire (ZIP) pour la fourniture en eau potable de toute la région.
3 niveaux de réservoirs ont été identifiés :
Extrait du magazine : l'actu Bièvre Chambaran – septembre 2013
5.B. Des plateaux protégés à temps ?
Les plateaux Chambaran Thivolet sont des zones stratégiques pour la gestion de
l’eau.
Suite à leur identification et à la reconnaissance de leur statut par le SDAGE, ces
plateaux devraient être classés selon les indications de la LEMA.
Le code de l’environnement prévoit entre autres, deux outils particuliers repris dans la
circulaire SAGE du 4 mai 2011:
 les « zones humides d'intérêt environnemental particulier » (ZHIEP) qui font
l’objet d’un programme d’actions « zone soumise à contrainte environnementale »
27/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
(ZSCE) au titre des articles R114-1 à R114-10 du code rural et de la pêche maritime ;
 les « zones stratégiques pour la gestion de l'eau » (ZSGE) qui font l’objet de
servitudes d’utilité publique pour préserver ou restaurer ces zones (article L.211-12
du code de l’environnement).
(repris par le SDAGE 6B-7).
☞ Voir Annexe 1
Leur classement et protection doit être établi par un règlement réalisé par une Commission
Locale de l’Eau. Or cette CLE a été mise en place le 18/12/2013 soit un an et demi de
retard puisqu’elle devait l’être à la mi-2012 !
Les porteurs du projet, dont certains siègent actuellement à la CLE (dont l'ancien Maire
Monsieur Bachasson en tant que Vice-président), sont parfaitement informés de la nécessité
déclarée par le SDAGE de finaliser le SAGE « Molasse Miocène du bas Dauphiné et alluvions
de la Plaine de Valence » considéré comme « nécessaire » d’ici la fin 2015. Les conflits
d'intérêt ne seraient-ils pas à l'origine de ce retard ?
Un appel d’offre a été lancé pour l’état des lieux et le diagnostic du SAGE Molasse Miocène
début 2014, avec un 1er diagnostic en octobre 2014 qui viendra compléter les études
scientifiques déjà réalisées.
Nous ne comprenons pas pourquoi l’élaboration en cours du SAGE Molasse Miocène n’est
pas mentionnée dans le dossier d’autorisation « Loi sur l’eau » par les organismes officiels
devant donner un avis, puisque le SAGE est bien le cadre au sein duquel s’exprime la Loi
sur l’Eau et les Milieux Aquatiques. Le diagnostic est prévu pour octobre 2014. Dans ces
conditions, il nous semble responsable de tenir compte de ce premier état des lieux établi
par des experts.
La commission locale de l’eau qui va établir le PAGD est constituée en majorité des
représentants des élus drômois, puisque l’aquifère est en grande partie sur ce département.
N’aurait-il pas été plus démocratique de réaliser l’enquête publique sur le même périmètre
(100 communes dans la Drôme et 40 dans l’Isère) ?
Enfin, ne serait-il pas plus pertinent d'attendre le diagnostic du SAGE « Molasse Miocène et
alluvions de la plaine de Valence » qui interviendra dans quelques mois avant de se prononcer
sur l'implantation de cette ville moyenne sur des aires d'alimentation en eau ?
28/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
6 – LES ZONES HUMIDES
29/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
6.A. Introduction
6.A.I. Les services rendus
Les zones humides rendent de nombreux services. Ce sont des réservoirs de
biodiversité, avec un pouvoir d’épuration important, filtrant les polluants. Elles contribuent
également au renouvellement des nappes phréatiques et stockent naturellement le carbone,
contribuant à limiter l’impact des activités humaines émettrices de CO 2. Par ailleurs, elles
réduisent l’érosion, en particulier sur le littoral, et protègent des crues comme des
sécheresses par leur capacité à accumuler l’eau et à la restituer en période sèche.
6.A.II. Disparition
Depuis le début du XXe siècle, on a assisté à la disparition de 67 % de leur surface
sous la conjonction de trois facteurs : intensification des pratiques agricoles,
aménagements hydrauliques inadaptés, pression de l’urbanisation et des infrastructures
de transport. Malgré un ralentissement de leur régression depuis le début des années
1990, lié à une prise de conscience collective de leur intérêt socio-économique, les zones
humides sont parmi les milieux les plus dégradés et les plus menacés (en surface et en
état de conservation).
6.A.III. Les
textes en vigueur
Le SDAGE Rhône-Alpes-Méditerranée décline, pour ce qui nous concerne, les textes
qui protègent les zones humides, au niveau international (Convention de Ramsar), au
niveau européen (Directive 2000/60/CE) et au niveau national (Loi du 23 février 2005 les
reconnaissant d’intérêt général, Loi sur l’Eau de 1992, Loi sur l’Eau et les milieux aquatiques
dite LEMA, Loi Grenelle I de 2009.
Pourtant Avec 70 hectares de zones humides détruites, il s'agit de la plus importante
destruction régionale jusqu'alors envisagée.
6.B. Non-conformité avec la doctrine ERC
Rappelons que l’orientation fondamentale N° 6B du SDAGE est la suivante :
« Prendre en compte, préserver et restaurer les zones humides » (ZH).
30/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Recensement AVENIR
des zones humides sur les Chambarans
Il est plus qu’étonnant, que les services
de l’Etat, Conseil général, Conseil Régional,
Préfet de l’Isère, qui ont lancé de 2006 à 2009,
un recensement des ZH (recensement
effectué sur la zone des Avenières en avril et
mai 2008), cautionnent un projet qui s’implante
sur 173 ha de ZH et en détruise 70 ha (voir
plan). A l’époque, ces services, dans la
plaquette
de
présentation
(AVENIR),
indiquaient que la meilleure façon de protéger
ces zones, était de les classer en non
constructible (A et N) dans les documents
d’urbanisme.
Le SDAGE a d’ailleurs repris cette thématique, disposition 6B-6, « les documents
d’urbanisme définissent des affectations des sols qui respectent l’objectif de non
dégradation des ZH » ; dans ces conditions on ne peut que s’étonner de la modification
validée en 2010 du PLU de Roybon, en complète contradiction avec la protection en amont
et la « Loi sur l’Eau », objet de cette enquête.
6.C. Pas de financements publics si atteinte aux zones
humides
Les rédacteurs du SDAGE, compte tenu du caractère d’intérêt général de la
ressource en Eau et de sa qualité au travers de la préservation des ZH, ont clairement
indiqué que les financements publics ne pouvaient s’appliquer en cas d’atteinte à ces
zones : SDAGE, Disposition 6B-3, page 150 « les financeurs publics sont invités à ne
plus financer les projets portant atteinte à des ZH… Les projets portant atteinte sont
ceux qui conduisent à leur disparition ».
Alors comment justifier les 15 M€ du Conseil Général, les 7 M€ du Conseil Régional,
les 30 M€ de défiscalisation, les 51 M€ de récupération de TVA, ainsi que la vente du bois
des Avenières au prix du non constructible, cadeau estimé à 36 M€. Le total est de 136 M€,
rapporté à l’investissement du projet de 387 M€, c’est 35 % de financement public.
Comment peut-on justifier ces moyens publics à l’heure où partout il est dit de
résorber la dette publique, et de trouver 50 milliards d’Euros d’économie ! C’est dommage
qu’il n’y ait pas eu de réponse sur ce thème lors des réunions publiques.
Est-ce que, comme il a semblé le dire, l’aménageur, serait prêt à se priver de ces
financements, « hors la Loi sur l’Eau », lui, qui semble-t-il tient tant à l’implantation d’un site
en Isère à cet endroit ?
31/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
6.D. Non-conformité des compensations
Le SDAGE a donné la possibilité de compensations, même si l’on sait que l’exercice
est périlleux, et que ce qui est détruit ne sera jamais reconstitué de la même façon ailleurs.
Bien sûr, pour des projets d’utilité publique (route, hôpital, infrastructure aérienne ou
ferroviaire, etc.), il sera parfois nécessaire de compenser les dégradations ou destructions.
6.D.I. La problématique du bassin versant
Le SDAGE (disposition 2-03 page 62) a indiqué que ces mesures compensatoires
doivent « s’envisager à l’échelle appropriée en fonction de l’impact prévisible des
projets », il préconise aussi que « les mesures compensatoires prévoient sur le même
bassin versant (disposition 6B-6 page 151) ». Or, le Préfet de Région a autorisé la
recherche dans les limites du bassin Rhône-Alpes-Méditerranée.
Comment un Préfet de Région, responsable du bassin Rhône-Alpes-Méditerranée,
peut-il à tel point méconnaître le texte qu’il a lui-même approuvé ?
Son courrier ainsi que celui de la DDT 38, indiqués page 190 du dossier d’incidence,
ne sont, sauf erreur, pas présents dans le dossier présenté par Pierre et Vacances (annexe
18 et 19 introuvables).
Les dégradations sur le site des Avenières seraient compensées à hauteur de
86 % hors département et hors bassin versant : en Savoie, Haute-Savoie, Ain, Ardèche.
6.D.II. La faiblesse des compensations
II.i.
Le coût au détriment de la fonctionnalité
Comment a-t-on, en dernier lieu, pu se servir de l’ONF pour trouver des zones
humides essentiellement dans les forêts domaniales, gérées par cet organisme public. Nous
aimerions savoir déjà, comment ont été rémunérés ces travaux d’étude où l’ONF indique
lui-même avoir déployé des moyens importants (présentation au CG du 17/12/2013), il
souligne d’ailleurs la limite de cet exercice, plus rien de possible en domaine public après
les 140 ha trouvés. Bien sûr, cela a facilité grandement le travail de l’aménageur qui n’a pas
eu à acquérir de foncier.
II.ii.
Des zones retenues déjà protégées
Mais le fait que ces zones aient été faciles à identifier et à retenir, les rend-elles les
mieux adaptées à des compensations ? Il faut dire que ces zones sont déjà des zones
naturelles, souvent préservées au sein de zones Natura 2000, et qui plus est, c’est aussi le
rôle de l’ONF de les exploiter et de les restaurer (contrat ETAT-ONF-FNCLOR 2012-2016
page 15).
II.iii. La surface d'impact aux seuls 70 hectares
Comment méconnaître que la zone humide restante (103 hectares) morcelée dans
l’enceinte clôturée du Center Parcs, ne pourra assurer son fonctionnement écosystémique ?
Quelles garanties la Sté Pierre et Vacances peut apporter aujourd’hui quant à son
fonctionnement au sein d’un espace artificialisé ?
32/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Le SDAGE-RM rappelle dans l’orientation fondamentale N° 2 :
«La gestion équilibrée et durable des milieux aquatiques et des ressources en eau repose
sur l'objectif de non dégradation à court terme de leurs fonctionnalités naturelles».
C’est donc bien la totalité des zones humides situées sous l’emprise du projet (173
ha) qui doit être comprise dans l’évaluation d’impact et générer le calcul des compensations.
Nous rappellerons ici que les rivières de la Galaure et de l’Herbasse font partie pour
le SDAGE des milieux prioritaires pour la mise en place d’une gestion concertée (cf. carte
4A).
☞ Annexes 2
L’étude ne doit pas réduire la surface de ZH impactées en donnant une somme de
zones complètement déconnectées entre elles. Une matrice hostile entre deux zones
humides n’a jamais été favorable à la dispersion génétique des amphibiens notamment
(Noël et al. 2007 ; Dixo et al. 2009).
Pour les milieux artificialisés au sein du projet, il faut au minimum une trame verte qui
constitue un corridor sans discontinuités pour permettre la colonisation des milieux et les
échanges génétiques indispensables à la pérennisation des populations. Ce qui n’est pas
indiqué dans le doc. d’incidences. Il est crucial de ne pas altérer la dynamique des
populations. Si ce point est négligé, le risque d’extinction d’une population locale est avéré
(Lehtinen 1999 ; Cushman 2006). De plus, le fait de construire des petits étangs décoratifs
n’est en aucun cas considéré comme des surfaces de zones humides naturelles, puisque
perte de fonctionnalité et perturbations régulières (curages, apport d’eau polluée par
ruissellement, présence des touristes, pollution lumineuse, etc…).
II.iv. Le morcellement des compensations
Les projets de mesures compensatoires ne sont pas conformes à la loi (SDAGE RM
6B-6, 2-03 p62), ni à la logique écologique. La restauration de ZH aux quatre coins de la
France ne compense absolument pas ce qui a été détruit. C’est contraire à l’idée de
connexion et de continuité des milieux naturels, axe majeur de la trame verte et bleue
(Grenelle de l’environnement : loi 2009-967 du 30 aout 2009, articles 23 et 24 de la loi 2010788 du 12 juillet 2010, article 121).
Dans les faits, ce ne sont donc pas une (de 140 ha) ou deux zones humides (de 70
ha) similaires d’un point de vue écologique, mais 17 selon la carte p197 du doc. d’incidences
et 16 selon le texte de la p197 (le tableau p198 montre qu’en fait il manque un site en
Ardèche sur la zone « Boutières », qu’en est-il devenu ?).
Et qui plus est, dans les quatre coins de la région Rhône-Alpes (rayon de 200km)
avec des différences de faune et de flore importantes par rapport à la zone du projet (par
exemple : les sites situés en Haute-Savoie ont t’ils la même biodiversité ?: quelles sont les
diagnostiques écologiques ? Ont-ils au moins été effectués de la même manière que l’a été
la ZH impactée par le projet ? (c’est-à-dire par le même bureau d’études).
Doc. d’incidences p198 : Adéquation des mesures : Comment peut-on à ce point
faire croire que tous ces sites éparpillés seront restaurés afin d’obtenir des petites ZH
33/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
similaires à celle des Chambaran ?
De plus, ce sont des petites surfaces qui sont donc sans proportion avec la zone
humide impactée. Il est donc faux de dire que les mesures sont « adéquates ».
En moyenne, un site restauré fait 8.77 ha (140.31/16 = 8.77), ce qui est très loin de
compenser d’un point de vu écologie et fonctionnalité la zone humide détruite par le projet.
La seule zone humide présentant une surface similaire à celle impactée est la zone humide
de Chautagne (59 ha) et toutes les autres font en moyenne 5.4 ha
((19.29+12.1+16.38+33.34)/15 = 5.4).
Bien qu’elle soit en Savoie, la ZH de Chautagne est plutôt un bon choix de site, mais
pour les autres sites, l’intérêt est minime et très loin de compenser la perte engendrée par
le projet à Roybon en terme de surface, de faune, de flore et de fonction écologique. De
plus, c’est déjà une ZH protégée par Natura 2000. Et sans le site de Chautagne, on se
retrouve avec un ratio G1/G2 proche de 1 ((101.88-59.20)/38.13 = 1.1). C’est donc ce site
qui tire la surface G1 à 73% ; sans lui c’est pratiquement 50/50. Il est donc essentiel dans
ces mesures compensatoires.
Lors de son courrier du 8 janvier 2014 (Préfecture de l’Ardèche, Secrétariat général,
2014), le Préfet de l’Ardèche signale au Préfet de l’Isère que les zones humides restaurées
suivent parfaitement les limites domaniales ignorant la topographie réelle. Il semblerait donc
qu’effectivement, en ce qui concerne l’Ardèche, la priorité n’est pas de restaurer une fonction
(ZH) mais une surface. C’est tout à fait intolérable d’un point de vue écologique et contraire
à la loi (SDAGE 6B6 p151).
Les actions de restauration prévues ne sont que ponctuelles et ne seront pas
efficaces car il n’y a pas de vision cohérente à l’échelle des bassins versant comme le
souligne Collares-Pereira & Cowx (2004). En effet, la restauration locale de l’habitat
physique peut n’avoir qu’un impact bénéfique limité si les territoires ainsi restaurés restent
isolés au sein d’un bassin versant déjà fragmenté (Pretty et al., 2003).
II.v.
La surface au détriment de la fonctionnalité
Ces zones n'étaient pas menacées par l'homme et ses travaux, et qui plus est, l'ONF avait
déjà pour mission de les restaurer ; de plus on ampute notre bien public de possibilités de
compensation pour des projets d'utilité publique. (Avis du Préfet de l'Ardèche, courrier du 8
Janvier 2014)
Le mieux étant de restaurer des ZH qui en ont besoin de manière urgente, avec un potentiel
important, et qui n’ont encore aucun programme de restauration en prévision (avec des
financements déjà prévus ou qui aurait pu l’être sans la connaissance du projet) comme le
notifie la Recommandation 4.1 de la Convention de Ramsar (La France a ratifié la
convention en 1986) à juste titre que "le maintien et la conservation des zones humides
existantes sont toujours préférables à leur restauration après coup et plus économiques" et
"les actions de restauration ne doivent pas affaiblir les efforts de conservation des systèmes
naturels existants". Tant les données quantitatives que les évaluations subjectives montrent
clairement qu'avec les techniques de restauration actuellement disponibles, les conditions
34/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
obtenues ne sont presque jamais équivalentes à celles des écosystèmes naturels intacts.
(Site Ramsar.org)
Les mesures compensatoires sont non chiffrées, on ne dispose pas de planning, le suivi
n’est pas renseigné de même que la protection de zones compensées.
La surface des zones humides impactée est de 70 ha au sein du projet selon l’évaluation
effectuée. Il s’agit d’une zone humide d’un seul tenant, en d’autres termes, des interactions
entre toutes les populations d’amphibiens par exemple sur cette surface de 70 ha sont
possibles. Avec les constructions, ces interactions seront limitées à cause de la
fragmentation de l’habitat (Lehtinen 1999 ; Cushman 2006 ; Noël et al. 2007 ; Dixo et al.
2009), c’est-à-dire que les échanges d’individus d’une population à l’autre seront plus
difficiles. De plus, sur ces 70 ha, certaines zones ne sont pas propices à la quête de
nourriture ou à la reproduction. Les animaux doivent donc se déplacer. Cette zone humide
de 70 ha a donc un fonctionnement complexe qu’il faudra compenser sur une autre zone
humide au moins équivalente (et même à 200% selon la disposition 6B-6 du SDAGE RM).
En d’autres termes, il faudra restaurer une zone humide déjà impactée, avec une faune et
une flore similaire, dans le même bassin versant et qui ne dispose d’aucun programme de
restauration prévue (SDAGE RM 6B-6). Outre le fait que ce soit ce que dit la loi, c’est d’une
certaine logique.
Ici, c’est un problème. Les projets de mesures compensatoires ne sont pas conformes à la
loi (SDAGE RM 6B-6, 2-03 p62), ni à la logique écologique. Le courrier du 8 février 2011 du
Préfet de région va dans le sens du laisser-aller, afin d’encourager le maître d’ouvrage à
penser que de toute façon il ne pourra pas trouver une zone humide d’une surface aussi
grande que celle impactée, en particulier dans le même bassin versant. Partant de cela, les
recherches de zones humides ont commencé, et les terrains trouvés ne sont d’aucunes
manières de nature similaire à la zone humide de 70 ha perdue. Tant au niveau de la faune
et de la flore que de la fonctionnalité du milieu. La difficulté à trouver les compensations se
ressent donc nettement.
Et le préfet de région l’avoue lui-même dans son courrier du 8 février 2011. Ce qui prouve
dans une certaine mesure, que ce projet n’est plus compatible avec les dernières avancées
du droit de l’environnement. Alors si l’on peut déroger à la loi, via le soutient du préfet de
région, alors pourquoi ne pas restaurer des zones humides en dehors de la région RhôneAlpes mais avec un vrai objectif de compensation ? D’un point de vue purement écologique
cela a beaucoup plus de sens.
Si on se permet de ne pas compenser dans le même bassin versant, pourquoi se restreindre
alors à la même région ? Car de toute façon, la loi n’est pas respectée. Dans tous les cas,
il se pose le problème des autres préfectures qui désirent respecter la loi, et par conséquent
qui ne veulent pas céder des terrains à compenser, alors qu’ils en auront peut-être besoin
dans le futur, ce qui est tout à fait légitime. Donc le préfet de région vient tout simplement
perturber le système des compensations.
35/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Tableau des sites utilisés pour les compensations:
Intitulé
Bois de Ban (01)
Tattes (74)
Marais d'Entrevergues (74)
Plan de la Cry (74)
Chautagne (73)
Chambarans Bassin versant Galaure (38)
Chambarans Les Combes (38)
Chambarans Bois Vicat (38)
Chambarans Fond Lombard et Poméra (38)
G1
16,38
12,74
3
1,9
59,2
16,56
0,98
Totaux
G2
Pins
16,38
0,98
8,9
5,84
0,97
10,52
Tot
16,38
27,59
4
5,2
59,2
25,46
6,82
0,97
11,5
111,74
45,38
157,12
42,54
14,85
1
3,3
2,4
Remarques
Natura 2000
Natura 2000 / Convention Ramsar
11,74
5,22
Natura 2000
6,8
Natura 2000
% Pins (sur G1 + G2)
27,07%
% Natura 2000
52,65%
Parmi les sites utilisés pour les compensations, 4 ont déjà un statut de protection (Natura
2000, Convention de Ramsar) ; soit 52% de la surface. Et 27% de la surface correspond à
des pins en fin de vie, destinés à être abattus prochainement. De plus, ces surfaces
dominées par les pins sont classés en G1, pour quelle raison ? Le principe G1 & G2 n’est
pas respecté. La non-protection déjà effective des sites choisis n’est pas respectée.
Remarque de la page 199 du doc. d’incidences: L’impression donnée par cette mesure
compensatoire, est que le maître d’œuvre va « restaurer » des mares et lisières surtout
dans le but de parfaire l’image du Center Parcs pour sa clientèle, c’est-à-dire, d’un point de
vue purement marketing : « nous vendons de la belle nature ». Cette restauration vise avant
tout à « embellir » les abords du projet, cela semble évident.
II.vi. Un projet qui en bloque d'autres
La taille des compensations empêche potentiellement d'autres projets d'utilité
publique qui auraient également besoin de compenser pour se réaliser. Car les
compensations ne sont pas infinies. Le Préfet de l’Ardèche a bien soulevé le problème dans
sa lettre du 8 janvier 2014.
36/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
6.E. Conclusion
Un projet :
- qui s’installe sur 173 ha de zones humides soit 86 % des 202 ha du site, ces zones étant
connues dès 2008,
- qui implique la plus vaste destruction de zones humides régionales soit 70 ha,
- qui impacte forcément les 103 ha adjacents,
- qui est, sur tous les points évoqués, en contradiction complète avec les orientations et
préconisations de la « Loi sur l’Eau », ne peut recevoir un avis favorable.
Il est « HORS LA LOI SUR L’EAU ».
37/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
7 – BIODIVERSITE – FAUNE FLORE
38/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
7.A. Introduction
7.A.I. Erosion de la biodiversité
1,8 millions d’espèces inventoriées ; 36% sont menacées dont:
• 1 mammifère sur 5
• 1 oiseau sur 8
• 33% de tous les amphibiens
• 70% de toutes les plantes
Compte tenu du rythme actuel de la disparition des espèces, la moitié des espèces
vivantes que nous connaissons pourrait disparaître d’ici un siècle. Cette extinction
rapide menace directement la survie de l’espèce humaine.
Les écosystèmes sont également menacés:
• 60% des écosystèmes de la planète ont été dégradés au cours des 50 dernières
années
• Deux tiers des écosystèmes sont aujourd’hui exploités au-delà de leurs
capacités.
Erosion de la biodiversité = Déclin des services écosystémiques
On estime que 40% de l’économie mondiale repose sur des services rendus par la
nature or ces services sont en déclin de 70%1
La valeur de l’activité de pollinisation des insectes a été estimée à 153 milliards
d’euros en
20052
Entre 1350 et 3100 milliards d’euros par an, c’est le coût de l’érosion de la biodiversité,
selon une étude présentée le 29 mai 2008 à la conférence de l’ONU à Bonn 3
1 PNUE; 2 Ecological Economics, 2008; 3 planetoscope.com
7.A.II. Pourquoi protéger la nature ?
Par principe, la protection de la nature c’est à minima la protection de ce qui doit être
protégé pour conserver des espèces rares ou en voie de disparition dans tous les milieux
où elles vivent. En pratique, c’est l’homme qui décide ce qui peut être protégé et à quel
endroit. Si des lois obligent la protection de certaines espèces et de leurs milieux, d’autres
permettent d’obtenir légalement des dérogations autorisant leur destruction au profit du
développement anthropique. En l’espèce, ces dérogations sont utilisées de manière abusive
sur un écosystème fragile nécessitant toute notre attention quant à sa préservation.
39/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
7.B. Etat hydrologique et écologique des cours d’eau du
bassin versant
7.B.I. La légèreté des études d'impact
Les études d’impact sont biaisées car non effectuées selon un protocole rigoureux et aux
bons moments de l’année.
Elles sont également incomplètes :
 Etat des lieux physicochimique, hydrobiologie et piscicole, hydrologie en période
d’étiage + pressions sur le haut bassin versant ?
 Le site est en tête de bassin => conséquences potentiellement importantes sur
l’aval=> suivi prévu ? Tout ceci n’est pas indiqué dans le doc. d’incidences.
Les normes de référence sont les normes AFNOR (ISO) : IBMR (NF T90-395 :2003), IPR
(NF T90-344 :2011), IBGN (NF T90-350 :2004), I2M2 (Montes et al. 2012).
Or nous remarquons que :
 IBGN non conforme (voir détails ci-dessous), et toute la zone (y compris à l’aval du
projet) n’a pas été étudiée.
 Les autres normes n’ont pas été effectuées.
 L’I2M2 (Montes et al. 2012) n’a pas été effectué alors que cette norme remplace
l’IBGN au 1 Janvier 2016, donc les comparaisons ne seront pas possibles entre I2M2
et IBGN (données différentes) et l’utilisation de l’IBGN sachant que cette norme est
meilleure (conclusions plus solides, compatible DCE) n’est pas compréhensible.
Certaines photos sont prises en hiver, saison non propice aux prospections de terrain (Doc.
d’incidences : p33, p36) ce qui ne permet pas de se rendre compte de la flore environnante
et permettre à tous les lecteurs de se rendre compte de l’état des lieux avant le projet. Il est
nécessaire que tous les clichés soient pris dans la même saison, idéalement au printemps
ou en été.
La campagne de mesures physico-chimique est cantonnée presque exclusivement à la
zone du projet. C’est une limite dans le sens où le suivi avant et après les travaux est, et
sera mal effectué pour déterminer l’impact à l’aval du projet et c’est idem pour les IBGN.
IBGN réalisé: En l’état, il n’est aucunement valable car il ne respecte pas la norme
AFNOR NF T90-350 (Mars 2004). En effet, il n’est pas indiqué dans le document
d’incidences que la période de prélèvement a été effectuée à un débit stabilisé depuis au
moins 10 jours. De plus, les conclusions sont extrêmement fortuites, peu fiables, du fait de
la date de prélèvement choisie : en hiver avec des températures d’eau inférieures à 4°C. Il
est fortement recommandé, et de bon sens d’un point de vue pertinence scientifique, de
faire ce test au printemps pour avoir le maximum d’espèces potentielles (pic dû au cycle
biologique des macro-invertébrés benthiques) présente dans le cours d’eau, et en période
d’étiage (en été) pour évaluer les changements induits par une baisse des eaux additionnée
à une pollution éventuelle. Lorsque le nombre de taxons inventoriés est élevé et que le
nombre d’individus l’est également, l’IBGN est au maximum de sa fiabilité. Ici, il est au
minimum et est même non conforme.
40/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Effectuer plusieurs campagnes de prélèvements tout au long de l’année et sur plusieurs
années, sur un grand nombre de stations, est essentiel pour donner des conclusions
pertinentes, ce qui n’est pas le cas dans ce dossier : une seule campagne en hiver sur un
nombre de stations insuffisant (uniquement à proximité du projet notamment).
Aucun IBGN n’est prévu au niveau des ouvrages de passage hydraulique. Or il est important
de pouvoir vérifier, à la suite de la construction de ces ouvrages, qu’un retour de la faune
benthique sera effectivement possible au regard des dispositions prises pour le permettre
(eg. dalots plat).
Suite à l'application de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE, 2000), dont la ligne directrice est
le besoin d’un suivi de la qualité écologique des cours d’eau, et au besoin de méthodes de
bioévaluation plus performantes, l’université de Lorraine a développé un nouvel indice pour
les invertébrés benthiques, l’Indice Invertébrés Multi-Métrique (I2M2). Cet indice sera
opérationnel à partir du prochain cycle de gestion, en janvier 2016, et remplacera l’indice
actuel, l'IBGN (Montes et al., 2012). Ce qui signifie que dans 1 an et demi, l’actuel IBGN ne
sera plus valable. Donc commencer des analyses dans le cadre de ce long projet avec des
IBGN n’a pas de sens car les résultats ne seront pas comparables avec la nouvelle norme
I2M2 (« Le nouvel indice I2M2. Indice Invertébrés Multi-Métrique. Changement de la
méthode d’évaluation des cours d’eau » documentation.eaufrance.fr).
7.B.II. Importance du chevelu
Le dossier incomplet sur l’état initial : Il a été mal réalisé car dans le document
d’incidences p12 on ne parle que des cours d’eau principaux alors qu’il y a un réseau
hydrographique dense. Le fait de modifier les sols connectés à ce réseau
(imperméabilisation) aura pour effet de bloquer la circulation naturelle des eaux. Les
fonctions primaires de la zone humide impactée, c’est-à-dire la régulation des flux
quantitatifs ou l’amélioration de la qualité des eaux par filtration, ne seront plus possible. La
construction d’ouvrages drainants aura également un impact significatif sur la connexion
des sols (eg. canalisations d’eau), mais ce point n’a pas été abordé dans le doc.
d’incidences.
7.C. Le principe de non dégradation
L’article L212-1 du C.E. stipule que le bon état écologique est à atteindre en
2015/2021/2027 selon les exigences de la DCE (2000).
Est-ce possible avec une ville de 5600 habitants située sur une zone humide en tête de
bassin ? Avis de l’ONEMA (2010) : « le SDAGE préconise d’établir sur l’ensemble du bassin
versant des objectifs de quantité et d’adapter les prélèvements aux objectifs de débit. »
En ce qui concerne les eaux souterraines, le SDAGE préconise de ne pas épuiser la
ressource, c’est-à-dire qu’on ne prend que ce qui peut se reconstituer. Dans tous les cas il
ne faut pas que l’état se dégrade (principe de non dégradation : Art. L212-1 et suivants : On
ne peut restituer une eau de qualité inférieure à celle prélevée : Voir point 4 sur les eaux de
ruissèlement et point 5 sur les vidanges.)
7.C.I. La Commission Locale de l’Eau (CLE)
Aux termes de l’article L212-4 du Code de l’environnement, une commission locale de l’eau
41/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
est créée par le préfet pour l’élaboration, la révision et le suivi de l’application du schéma
directeur d’aménagement et de gestion des eaux. La CLE est composée pour au moins la
moitié du nombre total de sièges de représentants des collectivités territoriales et de leurs
groupements au sein desquels doit être représenté les « élus de l’amont comme de l’aval »
(Cf. circulaire n°92-84 du 15/10/1992), des établissements publics locaux, et, s’il existe, de
l’établissement public territorial de bassin, situés en tout ou partie dans le périmètre du
SAGE, pour au moins un quart du nombre total de sièges de représentants des usagers,
des propriétaires fonciers, des organisations professionnelles et des associations
concernées, établis dans le périmètre du SAGE, et enfin de représentants de l’Etat et de
ses établissements publics intéressés.
En l’espèce, la Commission locale de l’eau (CLE) a été désignée sans doute
volontairement avec 1 an et demi de retard et le démarrage du règlement tarde car il existe
un conflit d’intérêt entre les maires de l’Isère et de la Drôme alors que la CLE devrait être
neutre par rapport à certains intérêts économiques privés, quand il s’agit d’un bien
patrimonial comme l’eau.
7.C.II. Perturbation du régime hydrique
L’estimation des débits a été fait seulement sur deux stations hydrométriques pour le
réseau hydrographique de l’Herbasse et de ses affluents. Le débit de référence d’étiage ne
peut être correct puisque ces deux stations sont situées sur les bassins de l’Herbasse et de
la Galaure. Les débits estimés sont valables pour la partie aval des cours d’eau et non la
partie amont.
Avis de l’ONEMA (2010) : « Ce cours d’eau, avec des étés chauds et secs, est soumis à un
étiage très fort (c’est-à-dire période de l’année où le niveau d’un cours d'eau atteint son
point le plus bas), de juin à septembre et reste particulièrement sensible à toute perturbation
humaine, en particulier au niveau de son haut bassin versant où les débits d’étiage ont été
estimés à 27 l/s sur le Grand Julin et 54 l/s sur le Grand Etang pour un bassin versant total
de 2.7 km². »
Donc : Au moment de l’étiage, les polluants rejetés par l’agriculture dans l’Herbasse
sont alors plus concentrés, donc l’impact sur les espèces aquatique est décuplé; le cours
d’eau est en anoxie pendant la nuit car la faible quantité d’eau, chauffée de surcroît, perd
naturellement son oxygène (Daufresne et al., 2004). L’anoxie est très peu supportable par
les espèces aquatiques, en particulier les poissons. La seule défense est la fuite vers un
milieu plus oxygéné lorsque c’est possible.
De plus, un étiage sévère peut provisoirement conduire à la rupture d'un continuum
écologique aquatique, c’est-à-dire que par exemple les espèces sont bloquées dans une
zone restreinte, peut-être pauvre en nourriture ou en oxygène et ne peuvent plus interagir
avec leur population d’origine (conséquence : perte de diversité génétique nécessaire à la
pérennité de la population).
L’objectif des trames vertes et bleues en France est d’empêcher ces ruptures de
connectivité écologique et ce à toutes les échelles du paysage (SRCE). Il est à noter que
c’est le préfet, via un arrêté préfectoral qui fixe les seuils de l’usage de l’eau au besoin.
Enfin l’Herbasse subit une dégradation morphologique (érosion des berges, apport de
sédiments provenant des terres par ruissellement, ainsi que d’autres modifications d’origine
anthropiques) perturbant la fonction auto-épuratrice du cours d’eau.
42/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
7.C.III. Gestion des eaux pluviales


Ces eaux sont polluées par le ruissèlement sur des surfaces artificielles (exemple
goudrons : parkings seuls = environ 7 ha, + voirie) et par le ruissellement sur des
surfaces traitées par des produits phytosanitaires, des pesticides et des engrais
(pelouses, massifs, etc…).
Imperméabilisation (environ 30ha) = l’eau s’écoule rapidement et ne rentre plus dans
la nappe superficielle = ce qui a une conséquence sur le potentiel d’infiltration. Où se
font les rejets de ces eaux polluées ? Quel sera l’impact ? Comment l’éviter ?
Est-ce que l’art. L216-6 du C.E. sera respecté ? (Respect du délit de pollution des eaux). Le
document d’incidence ne fait en outre pas état de dispositifs efficaces de traitement des
hydrocarbures avant relargage des eaux polluées retenues temporairement dans les
bassins tampons.
Les étangs situés en aval du projet vont être impactés par la pollution apportée par les
eaux de ruissellement sur les surfaces artificielles telles que les toits et les goudrons
(environ 7 ha de surfaces goudronnées). La conséquence directe sera l’apport massif
d’hydrocarbures et autres produits chimiques de traitement des surfaces qui forment un
cocktail chimique hautement perturbateur pour la faune et la flore des étangs (Lioyd, 1992).
Malgré les efforts de récolte des eaux de ruissellement (p108 doc. incidences) via des
bassins tampons, il est régulier d’observer des débordements en cas de pluie intense
rendant ce système inefficace pour retenir les polluants solubilisés lors des ruissellements.
Doc. d’incidences p172: Pour les dispositifs de gestion des eaux pluviales centralisés
« Pour les retenues en eau, les mécanismes suivants interviennent également :
- la décomposition des matières organiques sous l'effet des micro-organismes présents
dans l'eau,
- l'assimilation des éléments eutrophisants par les organismes autotrophes (végétaux…),
- l'élimination des germes bactériens qui se retrouvent dans un milieu hostile, froid, dilué,
soumis au rayonnement solaire. »
Les micro-organismes décomposant la matière organique ont besoin d’oxygène pour
effectuer cette dégradation (CNRS en Ligne, 2014). Ici, il n’est question d’aucune
oxygénation. Le dernier point entre en contradiction avec le 2 ème : les organismes végétaux
vont faire une couche qui va filtrer les UV, donc le rayonnement solaire ne va pas affecter
les bactéries. Il faudrait utiliser un circuit fermé avec une pompe qui fait circuler l’eau autour
et au contact d’un tube UV (dimensionné correctement). Le milieu ne sera pas hostile au
développement de germes bactériens. Ce paragraphe vient enrichir inutilement cette partie
en donnant de faux éléments. De plus ces faux éléments sont répétés une deuxième
fois un peu plus loin dans la même page.
43/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
7.C.IV. Gestion des eaux de vidange
IV.i. Les eaux chlorées de piscine
Où, comment, fréquence, impact? Comment seront-elles déchlorées si elles le sont ?
Ce n’est pas indiqué dans le doc. d’incidences. Il existe un produit : le thiosulfate de sodium
(Na2S2O3) qui permet de neutraliser le dichlore (Cl2) ; il n’est pas indiqué qu’il sera utilisé,
mais s’il l’est, quel sera l’impact sur les eaux superficielles ?
Dans le doc. d’incidences, p117 : Les vidanges se feraient 2 fois par an :
Que faire en cas de contamination par un germe ? Plusieurs vidanges possibles ?
Qu’en est-il du stress thermique généré par les eaux chaudes sur la faune aquatique?
Il n’est jamais indiqué la température des rejets alors qu’elle est très impactante (Daufresne
et al., 2004).
IV.ii. Les eaux des bassins d’agrément et leurs sédiments
Les sédiments sont anoxiques (formation de gaz), pollués par l’accumulation de
métaux lourds (si vidangés au bout de 15 à 20 ans comme indiqué p119 du doc.
d’incidences) et leur pH est faible (5 à 6) ce qui rend les métaux lourd plus solubles dans
l’eau (Schindler et al., 1980): aucune analyse n’est envisagée dans le document
d’incidences. Aucun diagnostic des cours d’eau impactés n’est envisagé.
IV.iii. pH des eaux relarguées
Le pH des eaux relarguées n’est jamais mentionné, ni estimé, or il est d’importance
capitale pour la survie des espèces aquatiques (Wright & Wood, 1984).
IV.iv. Eau réchauffée : Stress thermique
Doc. d’incidences p173 : MAÎTRISE DES INCIDENCES LIÉES À LA CRÉATION DE
MILIEUX LENTIQUES
Il est indiqué que pour éviter de relâcher au milieu aquatique de l’eau réchauffée dans
les plans d’eau (impact négatif sur la faune et la flore aquatique : stress thermique), la
solution proposée est de placer une conduite à 1,5 m sous le niveau nominal des bassins
afin de prélever de l’eau plus froide. Or, un bassin de cette profondeur ne peut être découpé
en 3 parties à la manière des plans d’eau de grande taille (40 à 60 m de profondeur) ; en
effet, pour les grands plans d’eau ces 3 parties sont : l’épilimnion (eaux de surface), avec
une eau en été à 20 – 25°C sur 8 à 10 mètres, le métalimnion (couche thermocline) avec
une eau à 18° à 10 m de profondeur, et l’hypolimnion (eaux profondes > 20 m) avec une
eau à 4°C. Prendre de l’eau à 1.5 m dans un petit bassin ne fera pratiquement aucune
différence. La température ne sera pas significativement plus basse qu’à la surface.
44/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
7.D. Perte des populations et des habitats d’espèces en
danger
Espèces identifiées par les bureaux d’études :
-Amphibiens : salamandre tachetée, grenouilles verte, rousse et agile, triton palmé et
sonneur à ventre jaune.
-Poissons : chabot, blageon, lamproie de Planer, truite fario.
-Astacidae : écrevisse à pieds blancs.
Toutes ces espèces sont protégées par différentes lois, conventions ou directives selon leur
statut (listes : art. L411-1 du C.E.):
• Annexe 2, 3 et 4 de la convention de Berne (espèces de faune strictement
protégées: e.g. Lampetra planeri, Bombina variegata) ;
• Articles 2, 3 et 4 de l’ « Arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des
amphibiens et des reptiles protégés sur l'ensemble du territoire et les
modalités de leur protection » (e.g. Pelophylax lessonae, Salamandra
salamandra);
• Annexe 4a et 5 de la Directive Habitats (e.g. Rana dalmatina, Rana temporaria);
• Livre Rouge des vertébrés de France (e.g. Pelophylax ridibundus)
• Mis à part le Blageon (Telestes souffia) toutes les espèces de faune aquatique
présentes sur le site sont protégées en France par des Arrêtés Préfectoraux de
Protection de Biotope (jusqu’à 43 sites pour Salmo trutta fario).
Toutes ces lois sont contournées via des dérogations spécifiques. Mais les solutions
apportées pour éviter de les détruire lors des travaux et de l’exploitation sont discutables
(voir paragraphes suivants).
Va-t-il y avoir protection de leurs habitats pendant et après les travaux ? Les garanties
énoncées ne sont pas sérieuses ou utopiques pour protéger les espèces et leur milieu.
La Galaure : réservoir biologique (selon le SDAGE RM) pour la truite et le chabot.
Mais il existe un risque important de perte de ce réservoir biologique car le débit d’étiage
sera affaibli par le déport de l’eau épurée par la station de Roybon vers la station de Saint
Marcellin avec les eaux usées du Center Parcs. La circulation des poissons (art. L216-7 du
C.E) sera affectée et la chenalisation (Busage : accélération des vitesses d’écoulement +
perturbation sédimentaire (le béton est un très mauvais substrat pour la biodiversité selon
Abrassart et Maillet Guy ,1991 et Sullivan & Watzin, 2009)) des cours d’eau aura pour
conséquence la chute du nombre d’espèces et l’érosion de l’aval (IRSTEA 1995). Car
contrairement à ce que laisse penser l’étude, la zone des travaux n’est pas la zone
exclusivement impactée. Tout impact en amont a des conséquences en aval.
Les MES du chantier (inévitables) vont polluer l’aval. Par exemple cela se traduit par
une obstruction des voies respiratoires de la faune piscicole (et donc anoxie). Quel suivi du
cours d’eau à propos des MES? Simplement des mesures sans réel effet (détails dans les
paragraphes suivants).
La voirie d’accès au parc, à partir de l'étang de Dionay, n’a jamais fait l’objet
45/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
d’évaluation complète de l’impact sur le déplacement des espèces. Pas d’information
quant au passage des espèces.
C’est une barrière supplémentaire participant à la fragmentation de l’habitat, point
totalement négligé dans le document d’incidence. Carr & Fahrig (2001) nous rappellent les
effets du trafic routier sur les populations d’amphibiens (source de mortalité massive) et
Noël et al. (2007), Dixo et al. (2009), Lehtinen (1999) et Cushman (2006) nous rappellent
les effets de la fragmentation des habitats sur la diversité génétique des amphibiens (perte
de diversité, extinction progressive de la population).
Il n'a jamais été estimé la surface des zones humides dégradées par cette voirie
nouvelle de plusieurs kilomètres destinée au chantier donc à des poids lourds nécessitant
une route conséquente sans parler des pollutions occasionnées par le trafic ( Ex : 355
camions estimés uniquement pour le revêtement des parkings ).
Les mesures « correctrices » sont sans effet (ONEMA 2010), car faites à posteriori et ne
permettent pas de revenir en arrière après la disparition des espèces remarquables
protégées telles que l’écrevisse à pattes blanches. C’est contraire au SDAGE RM et à la
DCE (2000): non dégradation et protection, et pas « dégradation possible (ou autorisée
abusivement) si tentative de restauration … ». Ça ne fonctionne pas, car une restauration
ne permet jamais un retour total à l’état initial. C’est ce qu’on appelle le phénomène
d’hystérésis (sfecologie.org). En l’espèce, l’état initial des terrains à restaurer n’est même
pas indiqué. Comment savoir si la biodiversité et les habitats perdus seront restaurés
ailleurs ?
7.D.I. Amphibiens
Parmi les limites de l’étude d’impact, volet faune : Il est difficile de dénicher toutes les
espèces présentes sur un site de 200 ha + la périphérie à un « instant t », et certaines
espèces de haute valeur patrimoniale sont probablement présentes mais non observées tel
que le triton crêté : signalé dans plusieurs ZNIEFF de la commune de Roybon, comme le «
Ruisseau le Valéré » et la « Tête de bassin du Furand ». L’art. L110-1 du code de
l’environnement fait état du principe de précaution qui énonce que « en l'absence de
certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, on ne
doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un
risque de dommages graves et irréversibles à l'environnement à un coût économiquement
acceptable ».
I.i.
Sonneur à ventre jaune : Bombina variegata
Populations en déclin en France à cause de l’urbanisation, des routes, de la pollution
des ZH. Espèce vulnérable en France « Arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des
amphibiens et des reptiles protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur
protection », article 2 (interdit : destruction des nids, perturbation des animaux, altération
des sites de reproduction et des aires de repos, détention, transport etc…)
(http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000017876248).
Les évaluations réalisées par le Comité français de l’UICN et le Muséum national d'histoire
naturelle montrent que le sonneur à ventre jaune fait partie des sept espèces d'amphibiens
menacées sur le territoire métropolitain (catégorie "espèce vulnérable").
Dans l’annexe 2 de la convention de Berne (espèces de faune strictement protégées)
et annexe 2 et 4 (Pour les espèces de faune et de flore de cette annexe, les États membres
46/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
doivent prendre toutes les mesures nécessaires à une protection stricte des dites espèces,
et notamment interdire leur destruction, le dérangement des espèces animales durant les
périodes de reproduction, de dépendance ou de migration, la détérioration de leurs
habitats.)
APPB : 6 sites
Le doc. d’incidences mentionne la présence de cette espèce par l’observation d’un
individu dans la zone du projet. Les sonneurs à ventre jaune sont très difficiles à observer
car cette espèce se trouve principalement dans des ornières temporairement inondées par
les dernières pluies. La LPO Drôme confirme sa présence non loin du projet. Le problème
suivant lors de la phase des travaux se pose alors : La création d’ornières (même de très
petite taille) par les engins de chantier risque d’attirer instantanément et inexorablement
cette espèce friande de ce genre d’habitat temporaire. Les conséquences directes seront
donc l’écrasement pur et simple des individus présents dans ces ornières (ou les œufs) au
moment du passage des engins. Aucune mesure sérieuse n’est prise dans le document
d’incidence pour éviter ce genre de problème :
Doc. d’incidences p167 : il est même proposé d’enterrer ou de bâcher les milieux
favorables aux amphibiens. Cela semble complètement incroyable de lire ceci. Soit les
animaux seront ensevelis vivants, soit ils seront tout bonnement privés de leurs habitats, et
cela est censé être une « mesure spécifique concernant les amphibiens » ? Ce genre de
mesure n’est pas destiné à conserver les espèces, mais plutôt à faire de la masse dans le
dossier pour faire croire que le promoteur va faire le maximum pour réduire son impact sur
les espèces.
De plus, il est indiqué que les individus présents dans les ornières seront déplacés
systématiquement vers un autre habitat ou que le chantier devra se dérouler dans un autre
secteur en attendant la fin du développement larvaire. Cela signifie donc qu’une « petite »
armée de naturalistes va devoir s’occuper de cette tâche pendant toute la durée des travaux
et être derrière chaque engin pour le guider afin d’éviter d’écraser toutes ces espèces
protégées dispersées dans 200 ha? Sans cette réelle mesure (qui n’apparaît pas, bien
évidemment), ce qui est indiqué dans le doc. d’incidences n’est là, encore une fois, que pour
faire de la masse. Dans tous les cas, le déplacement des individus épargnés
temporairement par les travaux n’est pas une solution durable car si ces individus se sont
déplacés vers une zone, il se re-déplaceront dans la même direction. C’est un
comportement totalement inné et il n’est pas possible d’aller à son encontre sous peine de
compromettre la pérennité des populations (les individus doivent pouvoir se déplacer sans
contraintes d’un point d’eau à un autre).
I.ii.
Salamandre tachetée : Salamandra salamandra
Populations en déclin en Europe de l’ouest (UICN) à cause de la destruction de son habitat
et fragmentation par les routes (mortalité élevée). Annexe 3 de la convention de Berne
(espèces de faune protégées), protégée en France par l’article 3 de l’Arrêté du 19 novembre
2007 fixant les listes des amphibiens et des reptiles protégés sur l'ensemble du territoire et
les modalités de leur protection (interdit : destruction des nids, capture, perturbation des
animaux, détention, transport etc…).
APPB : 19 sites
Présence massive de larves au cœur du projet dans des ornières à l’abri de la chaleur
(couvert végétal) et contenant de l’eau toute l’année. Présence également observée de
larves dans les petits ruisseaux du site et des abords. Cette espèce se reproduit donc dans
la zone du projet.
47/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
I.iii.
Triton palmé : Lissotriton helveticus
Espèce menacée en France par la destruction des ZH et l’augmentation du transport routier.
Annexe 3 de la convention de Berne et protégée en France par l’article 3 de l’Arrêté du 19
novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et des reptiles protégés sur l'ensemble du
territoire et les modalités de leur protection (interdit : destruction des nids, capture,
perturbation des animaux, détention, transport etc…).
APPB : 2 sites
Observé dans la zone du projet et en périphérie. Il utilise des points d’eau contenus
dans la zone du projet pour se reproduire.
I.iv.
Alyte : Alytes obstetricans
Populations en déclin à cause de la perte d’habitats et de la fragmentation des populations
(routes, clôtures etc…). Annexe 2 de la convention de Berne et annexe 4 de la directive
habitats et protégé en France par l’article 2 de l’Arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes
des amphibiens et des reptiles protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur
protection (interdit : destruction des nids, capture, perturbation des animaux, détention,
transport etc…).
APPB : 7 sites
Des chants ont été enregistrés au sein de la zone du projet.
I.v.
Grenouilles vertes :
Plusieurs espèces (non définies dans l’étude):
Pelophylax kl. Esculentus : annexe 5 de la directive habitats, APPB (arrêté de biotope du
8/12/88) : 1 site
Pelophylax lessonae : annexe 2 de la convention de Berne, annexe 4a de la directive
habitat, sur le livre rouge des espèces menacées de France (protégé en France par l’article
2 de l’Arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et des reptiles protégés
sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection (interdit : destruction des nids,
capture, perturbation des animaux, détention, transport etc…).
APPB : 1 site
Cette espèce est présente sur les étangs, les mares prairiales et les bords du Grand
Julin quand celui-ci traverse les pâtures. P. kl. esculentus a été notée sur le Grand Julin aux
abords du projet.
Pelophylax ridibundus : inscrite à l'annexe V de la Directive Habitats, à l’appendice III de la
Convention de Berne. Elle a été classée "A Surveiller" dans le Livre Rouge des vertébrés
de France. Protégée en France par l’article 3 de l’Arrêté du 19 novembre 2007 fixant les
listes des amphibiens et des reptiles protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités
de leur protection (interdit : destruction des nids, capture, perturbation des animaux,
détention, transport etc…).
APPB : 2 sites
Populations en déclin à cause du drainage des ZH et de la pollution. Souffrent de la
fragmentation écopaysagère et des routes.
Dans l’étude, les trois espèces de grenouilles (Pelophylax kl. Esculentus, Pelophylax
lessonae, Pelophylax ridibundus) sont réunies au sein d’une espèce « grenouille verte »
alors qu’elles ne bénéficient pas du même statut de protection. En particulier pour
Pelophylax lessonae qui bénéficie d’un statut hautement protecteur.
48/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
I.vi.
Crapaud commun : Bufo bufo
En France, il est protégé par l’article 3 de l’Arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des
amphibiens et des reptiles protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur
protection (interdit : destruction des nids, capture, perturbation des animaux, détention,
transport etc…) ; par la convention de Berne (annexe III). Cette espèce est classée parmi
les espèces "à surveiller", dans le livre rouge des vertébrés de France.
APPB : 20 sites
Menaces : écrasement (routes), destruction des marais….
La présence du Crapaud commun a été attestée et en grande quantité (plusieurs
centaines voire milliers) sur l’ensemble des étangs prospectés dans la zone du projet et
autour.
I.vii. Grenouille rousse : Rana temporaria
En France, la grenouille rousse est partiellement protégée par l'arrêté du 19 novembre 2007
(article 4), par la directive habitats (annexe V), et par la convention de Berne (annexe III).
Elle reste tout de même potentiellement menacée comme les autres espèces de grenouilles.
APPB : 3 sites
Dans la zone du projet, reproduction dans les mares, les ornières. Et présence dans
les étangs périphériques. Utilisation de la zone de projet durant la phase terrestre.
I.viii. Grenouille agile : Rana dalmatina
Inscrite à l'annexe IV de la Directive Habitats (les États membres doivent prendre toutes les
mesures nécessaires à une protection stricte des dites espèces, et notamment interdire leur
destruction, le dérangement des espèces animales durant les périodes de reproduction, de
dépendance ou de migration, la détérioration de leurs habitats.), à l'annexe II de la
Convention de Berne (espèces de faune strictement protégées), et classée dans les
"espèces à surveiller" de la Liste Rouge des amphibiens et reptiles de France. Populations
en déclin en Europe.
APPB : 10 sites
Protégée en France par l’article 2 de l’Arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des
amphibiens et des reptiles protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur
protection (interdit : destruction des nids, capture, perturbation des animaux, détention,
transport etc…)).
Plusieurs dizaines de pontes dans les étangs périphériques. Utilisation de la zone de
projet durant la phase terrestre. Cette population de Rana dalmatina est donc dépendante
de la zone du projet.
7.D.II. Poissons
Des frayères ont-elles été identifiées ? Les aménagements du lit majeur peuvent rentrer
dans la nomenclature eau (art. R214-1 du C.E.) : busage, franchissement hydraulique,
enrochements, etc…
Une destruction des frayères de la truite fario, par exemple, est à prévoir à cause de
ces aménagements (voir paragraphes suivants).
Une proposition d’amélioration de la linéarité (modification des ouvrages non
49/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
conformes au passage des poissons) de la totalité des cours d’eau étant en contact avec la
zone du projet aurait été la bienvenue ainsi qu’une proposition de suivi des populations
piscicoles post-restauration, notamment pour permettre le maintien d’un grand migrateur
amphihalin, l’anguille (Anguilla anguilla), au niveau de la Galaure et de l’Herbasse (classée
sur une grande partie de son linéaire (aval et médian) en Zone d’action à long terme du Plan
Anguille : SDAGE p140, carte 6A-B) ; et l’augmentation des frayères potentielles pour Salmo
trutta fario.
L’étude d’impact ne mentionne aucune pêche électrique, le seul moyen dans ce cas
de connaître avec précision le contenu piscicole des cours d’eau traversés par le projet. Les
données avancées sont celles de l’ONEMA, mais aucune date n’est précisée, ces données
sont peut-être obsolètes ou incomplètes? De plus les données ont été récoltées sur des
stations en dehors du projet.
L’article L432-3 du Code de l’environnement prévoit de punir d’une amende de
20 000€ le fait de détruire les frayères ou les zones de croissance ou d’alimentation de la
faune piscicole. Par exemple, la truite fario nécessite pour frayer une eau oxygénée et un
substrat non colmaté comportant des graviers d’un diamètre compris entre 1 et 10 cm. Avec
les travaux, le colmatage par des MES polluées aux adjuvants chimiques et autres
substances telles que les huiles et carburants est inévitable. La reproduction de cette
espèce sera donc potentiellement compromise.
Sont présents dans l’Herbasse et la Galaure (le ru de l’étang et le Grand Julin sont classés
à l’annexe 1 de l’inventaire départemental des frayères (arrêté préfectoral du 8 août 2012
en application de l’article L432-3 du C.E. ; carmen.carmencarto.fr)) selon l’ONEMA :
II.i.
Truite fario : Salmo trutta
Menacée par la dégradation et la fragmentation de l’habitat de reproduction et de
croissance ; érosion et colmatage des frayères. Il n’est plus concevable de penser que
l’introduction de truites venant d’autres populations en France est une solution pour rétablir
la population locale. Cela a pour effet de détruire l’adaptation locale (les génomes sont
légèrement différents pour s’adapter aux conditions de vie locale selon Keith et al. (2011)).
La meilleure solution reste la préservation et la réhabilitation du milieu.
De ce fait la truite fario est protégée par des APPB dans 43 sites en France.
II.ii.
Blageon : Telestes souffia
Protégé par l’annexe 3 de la convention de Berne et l’annexe 2 de la directive habitat.
II.iii. Chabot : Cottus gobio
Annexe 2 de la directive habitat, APPB : 3 sites.
Les populations locales sont souvent menacées par la pollution, les recalibrages ou les
pompages.
II.iv. Lamproie de planer : Lampetra planeri
Annexe 3 de la convention de Berne, annexe 2 de la directive habitats et APPB : 2 sites.
Se trouve principalement en tête de bassin dans les ruisseaux et est sensible aux activités
anthropiques.
50/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
7.D.III. Astacidae :
III.i.
Ecrevisse à pattes blanches : Austropotamobius pallipes,
Statut UICN : EN (EN DANGER D’EXTINCTION). Protection : Annexe 3 de la convention
de Berne, Annexe 2 et 5 de la directive Habitat (nécessité de désigner des aires de
conservation pour sa protection).
Menaces : altération du régime des rivières, sédimentation, urbanisation, changements
dans le land-use. On observe un déclin d’environ 52% en France entre 1995 et 2003 selon
Bramard et al. (2006).
Les populations sont en forte décroissance en France, dans le Jura par exemple, on observe
une baisse de 60% depuis 1989. Beaucoup de sous-populations ont disparues : dans 14
départements elles se sont tout simplement éteintes, et le déclin persiste dans 26
départements (C. Souty-Grosset comm. pers. sur iucnredlist.org).
Une population d’écrevisse à pattes blanches est présente sur la zone du projet dans
le ru de la Caravane qui a une longueur de 700 m. Sur le doc. d’incidences (p37), on note
la présence d’Austropotamobius pallipes dans un secteur défini sur 200 m à l’aval du cours
d’eau. Cette espèce relativement sensible risque clairement de subir l’impact du projet en
amont de sa position. Cet impact sera principalement caractérisé par la phase de travaux
et durant les épisodes pluvieux (nuisances de toutes sortes : apport de MES, passage des
engins à proximité, pollution aux hydrocarbures etc…). Le risque de perdre cette population
d’écrevisses est avéré et une fois fait, impossible de revenir en arrière, aucune
compensation ou restauration ne sera possible pour remettre dans le même état initial. Dans
l’état actuel, ce ru s’infiltre dans le sol (activité bactérienne), se perd dans les broussailles
(assimilation par les végétaux), forme des zones marécageuses etc… tout cela rend une
eau débarrassée d’une bonne partie des polluants agricoles, faisant de la zone aval un
milieu idéal pour Austropotamobius pallipes.
Les mesures prises pour réduire l’impact sur cette espèce sont détaillées à la p168
du doc. d’incidences. Le planning prévu, censé réduire l’impact sur Austropotamobius
pallipes, ne va rien réduire. Peu importe lorsque la perturbation arrivera, l’effet sera le même
au final. C’est une fausse information. Contrairement à ce qui est écrit, l’apport de MES
sera inévitable, peu importe les solutions essayées.
Il faut noter qu’un épisode pluvieux décennal, n’est pas strictement tous les 10 ans.
Il peut parfaitement se produire d’une semaine à l’autre et 3 fois de suite par exemple. Donc
les fossés d’interceptions ne seront pas utiles dans ce cas et la perturbation sera très
violente car l’eau de ruissellement sera très chargée en MES accumulées dans ces fossés.
Le filtre géotextile proposé va se colmater et perturber fortement l’écoulement des eaux ce
qui est contraire à l’article R214-1 titre III du Code de l’Environnement, et le fait de le
manipuler régulièrement pour tenter de le changer va inexorablement provoquer une
fuite importante de MES.
Le point suivant p168 est discutable :
« Des « réceptacles-témoin » seront mis en place dans le ruisseau, pour évaluer et quantifier
les éventuels apports en matières en suspension ; ces réceptacles seront visités au
minimum deux fois par semaine par la personne chargée du suivi environnemental du
chantier ; en cas de constat de dépôts issus du chantier, une intervention immédiate sera
menée pour localiser et supprimer la source émettrice »
Comment seront conçus ces réceptacles ? Comment est-ce possible de connaître la source
51/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
émettrice et la supprimer ? Encore de l’illusion pour remplir le dossier de fausses
promesses.
Doc. d’incidences p182 :
Les cailloux ne neutralisent pas les hydrocarbures contrairement à ce que l’on peut croire
en lisant le paragraphe. Les eaux de ruissellement seront polluées et évacuées par
infiltration vers le sous-sol avec leurs hydrocarbures en partie. Le reste polluera simplement
le sol qui est peu perméable du fait de sa nature. En d’autres termes, aucune solution n’est
prise pour éviter l’apport d’hydrocarbures vers le ru de la Caravane. Et l’apport est minimisé
par l’étude : « L’interception et le stockage des eaux de ruissellement jusqu’à l’événement
pluvieux décennal permettront de rendre très faibles à négligeables les flux de pollution
chronique associée aux eaux pluviales apportées au ru de la Caravane. »
Le stockage est loin d’être infini, la pollution est inévitable et non négligeable.
Même si l’étude semble montrer que tout ce qui serait fait pour éviter la destruction
des habitats de l’écrevisse à patte blanche, il demeure tout de même un risque : un accident,
un imprévu, etc…
Les inventaires ne doivent pas être faits dans l’esprit de se dire que si on ne trouve pas
d’individu, alors tout va bien, il n’est pas nécessaire de faire plus attention que cela car
l’habitat, s’il est propice à cette espèce, doit être préservé même si l’espèce n’est pas visible.
Il sera entrepris une énergie qui semble assez considérable pour protéger cette
espèce vu sa proximité avec le projet. Cela semble assez inapproprié de s’entêter à
construire aussi proche de cette population d’écrevisses hautement protégée.
Une autre incohérence, p205 du doc. d’incidences: il est indiqué que l’écrevisse à patte
blanche était présente sur le ru de la caravane avant juin 2010 et plus actuellement. Par
conséquent l’espèce est considérée comme disparue selon le document d’incidences (mis
à jour en 2014). Or, dans le dossier de dérogation faune (par Ecosphère, mis à jour en
2014), p94, il est indiqué que l’espèce est présente. Alors quelle conclusion est la bonne ?
La confusion règne au sein des différents documents, ce qui rend difficile leur analyse.
7.E. Espèces non identifiées
7.E.I. Circaète Jean Le Blanc
Nous avons été étonnés en parcourant les études d'impact commandées par Pierre &
Vacances de ne pas voir apparaître certaines espèces régulièrement visible sur le site.
Par exemple, le Circaète Jean Le Blanc a déjà été observé au centre de la zone et un nid a
encore été trouvé le 18 mai 2014.L'association Voironnaise le Pic Vert a fait une demande
officielle d'identification du nid à la préfecture de l'Isère afin que soit saisi l'ONCF.
Cette demande a été rejetée sur préconisation du préfet de l'Isère.La cigogne noire est
régulièrement observée sur le secteur et les témoignages abondent dont celui de notre
trésorier, habitant à proximité, et qui en fait plusieurs prises de vue.
52/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Prise de vue de Mr GIROUD en 2013
7.E.II. Dicrane vert
Il s’agit d’une observation effectuée par l’association « Gentiana ».
Le dicrane vert est une mousse protégée au niveau national et est présente dans le Bois
des Avenières :
Lors de la journée de prospection du 20 mai 2014 organisée par la FRAPNA Isère et son
Réseau Patrimoine Naturel, l’association Gentiana (Julie Delavie, Frédéric Gourgues) a
relevé et confirmé la présence d’une espèce de bryophyte rare, protégée sur l’ensemble du
territoire national, le Dicrane vert (Dicranum viride (Sull. & Lesq.) Lindb.).
Cette espèce corticole se développe à la base des arbres (essentiellement sur charme et
hêtre, mais un grand nombre d'espèce peut être colonisé). Elle est reconnue comme étant
indicatrice d'une continuité forestière temporelle.
Nom de l’espèce : Dicrane vert, Dicranum viride (Sull. & Lesq.) Lindb.
Textes de référence :
Réglementation communautaire
Annexe II de la Directive « Habitats » (92/43/CEE du Conseil, du 21 mai 1992) a
pour objectif la conservation des habitats naturels, de la faune et de la flore sauvages
Droit national français
L’arrêté du 23 mai 2013 (JORF n°0130 du 7 juin 2013 page 9491), portant
modification de l’arrêté du 20 janvier 1982 relatif à la liste des espèces végétales
protégées sur l’ensemble du territoire national.
Répartition et Distribution :
"Dicranum viride est considéré comme une espèce circumboréale à caractère
subcontinentale qui se développe principalement de l’étage collinéen à l’étage montagnard
(200 à 800 [1000] m d’altitude). Son centre de distribution en Europe serait situé en
Allemagne et plus particulièrement dans le Baden-Wurtemberg. En France, Dicranum viride
est en limite absolue d’aire européenne vers le sud et l’ouest. Les populations les plus
importantes se trouvant en Alsace et en Franche-Comté. Les populations du Massif central
53/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
et de Picardie sont limitées à quelques parcelles dans certains grands massifs domaniaux
(forêt de Compiègne, de Tronçais…)" (Hauguel J.-C., Gourvil J., avril 2012. Dicranum viride
(Sull. & Lesq.) Lindb. Fédération des Conservatoires botaniques nationaux). En Isère,
l'espèce est connue depuis peu (Hugonnot & Pépin, 2011). La station découverte dans le
bois des Avenières sur la commune de Roybon constitue la deuxième station connue des
Chambarans. Trois autres stations ont été découvertes en 2014 dans les forêts des
Bonnevaux par l'association Gentiana (Delavie & Gourgues).
Stations de Dicrane vert découvertes le 20 mai 2014 par l’association GENTIANA
En rouge : la zone d’emprise du Center Parcs
Points jaunes entourés de vert : Présence du Dicranum viride
54/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
7.F. Minimisation des impacts
L’expression récurrente dans les études d’impacts du projet est « risque limité ». Un nombre
important de choses semblent avoir un impact « limité » à en croire ces études d’impact
concernant un projet de 200 ha sur une partie de zones humides. La destruction d’individus
lors des travaux se trouve alors « limitée » sous prétexte que les amphibiens sont des
animaux nocturnes (doc. d’incidences p92).
Comment peut-on écrire cela dans une étude d’impact, alors qu’il s’agit tout de même de
bulldozers, de pelleteuses, de camions etc… qui vont travailler le sol pendant une durée
significative ? (p92 du doc. d’incidences). A la même page, on nous explique que la phase
des travaux sur la faune se « confondent » en grande partie avec les impacts durables du
projet (abordés dans un autre chapitre du document donc…).
Il s’agit là de faire une impasse sur la part réelle de la phase des travaux sur le milieu et sur
tout le bassin versant des cours d’eau connectés au projet. Et sans aucune précision, sans
références, les points sont bouclés par une simple estimation de l’impact de façon
arbitraire. Cette partie est clairement trop légère en considérant l’importance de l’atteinte à
l’environnement durant cette phase du projet (voir point 7.G. Modélisation).
7.F.I. Vitesse des engins et balisage
Pour les zones réellement critiques d’un point de vue faunistique et floristique, un simple
« balisage » sera mis en place pour limiter les dégâts. Cela montre à quel point il y a
incompatibilité totale entre un bulldozer, du personnel de chantier, et une faune ou une flore
remarquable à préserver au sein d’une zone humide fragile… Mais le bureau d’études
rassure : «… la vitesse limitée des engins de travaux permettra aux reptiles de s’enfuir… »
(p92 du doc. d’incidences).
P202 : « La zone d’intervention sera réduite au strict besoin et l’entreprise sera guidée par
la maîtrise d’œuvre environnementale pour réduire au maximum la partie du ruisseau
concernée par la pose du nouvel ouvrage de franchissement. »
Il est difficile de penser que les conducteurs d’engins et autres personnel du chantier vont
accepter de se faire mettre des bâtons dans les roues à tout bout de champ durant leur
travail. Leur travail est éprouvant et il est compréhensible que leurs nerfs soient mis à rude
épreuve concernant toutes ces mesures visant à réduire l’impact environnemental. Cet
argument n’est donc valable que sur le papier ou très partiellement.
7.F.II. Matières En Suspension (MES)
Pour ce qui est des cours d’eau impactés par les MES polluées du chantier, le document
nous indique alors que « Cet impact serait temporaire et ne concernerait qu’une seule
période de frai. » Cela signifie en réalité, que les populations de certaines espèces
piscicoles protégées vont faire une croix sur une descendance primordiale pour la pérennité
de leur population déjà fragilisée par la pollution agricole, les obstacles aux déplacements
etc… .
Autre aspect de la minimisation de l’impact, on nous explique que « De manière générale,
sans mise en œuvre de mesures spécifiques, l’augmentation de la turbidité des eaux du
réseau hydrographique en aval sera susceptible de provoquer à terme des mortalités et une
55/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
réduction des habitats de la faune aquatique. » En d’autres termes, on nous suggère qu’il
existe des « mesures spécifiques » permettant d’éviter une augmentation de la turbidité.
Alors lesquelles ? Réponse p163 : « des massifs de cailloux maintenus entre deux séries
de planches » et « dans les secteurs moins sensibles, par des bottes de paille ouvertes
maintenues par deux grilles ». Ces « mesures spécifiques » ne semblent pas satisfaisantes
pour éviter une pollution par les MES polluées du chantier vers les cours d’eau. D’autant
plus que ces dispositifs vont très rapidement se colmater et seront donc totalement
inefficaces pour abattre la pollution en plus de bloquer ou dévier l’écoulement des eaux en
particulier en cas de pluie.
« L’ensemble de ces dispositifs fera l’objet d’un entretien régulier (récupération et
évacuation des dépôts) afin qu’ils puissent conserver toute leur efficacité. »
Cela ne semble pas possible de récupérer et d’évacuer la majorité des dépôts lors de
l’entretien. Et d’ailleurs il n’est pas précisé comment cela sera réalisé.
7.F.III. Les labels commerciaux / marketing
A la page 158 du doc. d’incidences, on nous rassure avec des labels commerciaux « HQE »,
« chantier à faible impact environnemental » avec un niveau visé de « très performant ». Et
selon quels critères ?, peut-être est-ce le choix de la provenance du bois pour les maisons ?
Chaque étude d’impact est particulière compte tenu de l’emplacement des travaux, et une
étude à quelques kilomètres peut rendre des conclusions complètement différentes. Le label
est créé pour se donner une bonne image auprès des clients et faire du marketing. La faune
et la flore sauvage impactée n’en a que faire. On essaye encore de minimiser les impacts
en choisissant des entreprises « locales » (bonne image pour le groupe) ayant une
« sensibilité à l’environnement ». En d’autre termes, ce qui va, selon P & V réduire une partie
des impacts. Cette sensibilité à l’environnement n’est pas un argument, car le terme
« environnement » est depuis quelques années devenu un pur argument marketing et
commercial (aucun rapport avec l’écologie scientifique). Ces entreprises n’ont aucune
formation à l’écologie des communautés, des paysages, à l’hydrobiologie, à la dynamique
des populations, à l’écologie de l’organisme etc… Leur intérêt environnemental est limité à
l’extrême dans le sens où leur travail est de travailler le sol et de couler du béton et du
goudron. Le document d’incidences amène donc le lecteur à penser que tout est fait pour
protéger l’environnement grâce à ces labels, mais c’est malheureusement une illusion.
7.F.IV. Cahier de chantier
Autre passage discutable (doc. d’incidences p158):
« Pendant le déroulement des travaux, le pétitionnaire établira et tiendra à jour un cahier
de chantier qui indiquera notamment les incidents ou accidents survenus (déversements
de substance, ruissellement et érosion importants ayant provoqué la saturation des
dispositifs de prévention en place,…). Ce cahier fournira le type d’incident, son importance,
les moyens mis en œuvre pour le contenir, les incidences résiduelles éventuelles. Ce
document pourra être consulté à tout moment par les services chargés de la Police de
l’Eau. »
Il est évident et largement prévisible qu’en cas d’incident ou d’accident, le pétitionnaire (ou
le promoteur) ne va pas consigner son erreur de manière à se faire « réprimander » par la
police de l’eau, s’il est dans la capacité selon l’incident ou l’accident de le masquer
56/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
temporairement ou définitivement. Pourtant un tel document et parfaitement tenu pourrait
être très utile. Mais ce n’est hélas qu’un vœu pieux.
7.F.V. Planning des travaux
Sur le planning du chantier : il est écrit que dans un souci du moindre impact, le choix de la
période des travaux se fera durant la « période la moins impactante pour les milieux naturels
et pour la faune et la flore ». Or il n’existe pas de « périodes moins impactantes » sur la
faune et la flore pour ce type de travaux et aussi d’une manière générale. Les espèces ont
des cycles de vies différents, donc peu importe quand est la perturbation, elle affectera
forcément certaines espèces. On voit encore ici une tentative de minimisation de l’impact
important qui sera inévitable (p166 du document d’incidences).
Doc. d’incidences p161: Vis-à-vis de la conservation du libre écoulement des eaux :
« La réalisation des ouvrages de franchissement hydraulique constitue une phase
particulièrement sensible pour l’écoulement des eaux. Le Pétitionnaire s’engage donc à
mettre en œuvre pour les six ouvrages concernés les dispositions suivantes :
Ces travaux seront réalisés en dehors de la période comprise entre les mois de novembre
et février, qui correspond à la période de reproduction de la truite, espèce piscicole présente
dans le Grand Julin en amont de la confluence avec le ruisseau de l’Etang. On tâchera
également de réaliser ces travaux préférentiellement en période d’étiage. »
C’est une grave erreur, l’étiage est le pire moment car toute pollution (MES, substances
chimiques liées au béton, etc..) à ce moment-là, et elle est inévitable, aura des impacts
décuplés sur la biologie du fait de la faible quantité d’eau. En d’autres termes, la pollution
sera plus concentrée, donc l’impact plus fort. Ici, on essaye de résoudre un problème en
en créant un autre maladroitement.
7.F.VI. Connectivité des habitats : condition essentielle pour la
préservation de la biodiversité
Doc. d’incidences p184 : AMÉNAGEMENT, PRÉSERVATION ET CRÉATION DE
MILIEUX HUMIDES
L’esprit de conception est celui de privilégier le « bien-être » des poissons afin de garantir
une bonne conception des plans d’eau artificiels. Or, ces plans d’eau ne seront pas
interconnectés, donc c’est une fragmentation de l’habitat pénalisante pour la reproduction
et la quête de ressources des poissons et des amphibiens.
Naturellement, les crues viennent emporter les individus vers d’autres points d’eau, et ici
bien sûr, tout débordement est évité grâce au béton et aux enrochements. La zone humide
perd donc son fonctionnement et la connectivité des habitats est perdue. De plus, il sera
effectué des curages dévastateurs pour les espèces (amphibiens, poissons, macroinvertébrés, macrophytes): perturbation chronique du milieu qui a pour effet de « trier » les
espèces pouvant s’y faire. Ce n’est donc pas favorable à la biodiversité, contrairement à ce
que le document tente d’avancer. Il est également indiqué à tort que les petites hydrophytes
vont permettre un refroidissement de la masse d’eau par ombrage, or ce sont des arbres de
4 mètres au minimum autour du plan d’eau qui pourraient remplir cette fonction. Il n’est
d’ailleurs pas écrit que ces petites hydrophytes seront introduites. Il est simplement indiqué
qu’elles viendront d’elles même, mais cela reste une hypothèse car cela dépend de
57/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
plusieurs facteurs (eg. qualité de l’eau).
7.F.VII. Peuplement piscicole des bassins
Le peuplement piscicole des bassins semble assez approximatif. Il s’agit de prélever
dans des populations alentours dont on a aucune donnée récente puisque aucune
évaluation n’a été effectuée lors de l’étude d’impact. C’est un manquement grave car on se
débarrasse du problème en nommant l’ONEMA comme responsable de
l’empoissonnement.
Pire, il est prévu de « réagir » à postériori, enfin, de faire encore intervenir l’ONEMA,
en cas d’atteinte avérée des populations prélevées dans les cours d’eau environnants, en
faisant enfin des pêches électriques dans le but de vérifier l’influence des prélèvements. On
parle même de mesures « correctives » en cas d’atteinte (considérées comme inefficaces
selon l’ONEMA (2010)). Et pourquoi pas des mesures préventives ? Il est nettement plus
simple, et ce principe n’est pas nouveau, de prévenir que de corriger les impacts sur la
faune. Ce principe n’est pas considéré ici.
7.F.VIII. Opérations de salage des voies de circulation
Au niveau des plans d’eau, en hiver, malgré l’utilisation d’un mélange de sel et de
sable réduisant l’apport de sel, il est inévitable que ce sel vienne polluer progressivement
ces plans d’eau et les cours d’eau alentours. Il est possible d’utiliser une alternative non
polluante: la pouzzolane (mais non proposée ici). L’utilisation du sel est à proscrire dans
cette zone ; c’est simplement du bon sens vis-à-vis de son impact sur les zones humides,
la faune et la flore. De plus, si les véhicules roulent effectivement à 15 km/h, comme ce qui
est prévu (doc. d’incidences p140), avec des pneus hiver (ce qui devrait être obligatoire
dans cette région), il n’est aucunement nécessaire de déverser du sel sur les voies, qui plus
est, 1 tonne par jour (qui est le maximum autorisé sans déclaration et le maximum utilisé
ici).
7.F.IX. Ecrasement de la faune (reptiles, amphibiens)
Dossier dérogation faune p129: 7.2.6 - Collisions avec les véhicules ; Phase travaux :
« La circulation des engins sur les pistes du chantier entraînera un risque de destruction
des individus d’amphibiens, de reptiles et de mammifères terrestres par écrasement. Ce
risque apparaît limité en raison de :
de s’enfuir ;
n’affectera pas le
hérisson ou les amphibiens, qui ont une activité principalement nocturne. »
Les mots en gras permettent de se rendre compte de la volonté de minimisation de
l’impact : les reptiles tels que les couleuvres ou certains lézards qui peuvent être cachés
sous des écorces ou des pierres creuses, et pensant être à l’abri du danger, y restent lors
du passage des engins. Il est tout à fait possible que les engins roulent sur ces « cachettes »,
ce n’est pas un risque « limité ». Pour le deuxième point, il est écrit que cela « n’affectera
pas » le hérisson ou les amphibiens. Donc sous-entendu pas du tout. Or, il est aussi écrit
qu’ils ont une activité principalement nocturne, donc sous-entendu « nocturne » mais pas
58/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
seulement. Donc comment est-ce possible de dire que cela ne les affectera pas du
tout ?
Protection des amphibiens au sein du site : (doc. d’incidences p181)
Chaque voie de circulation supplémentaire ajoutée au site signifie un obstacle mortel pour
beaucoup d’amphibiens, en particulier lors des migrations.
Vitesse limitée des véhicules : 15km/h : il faudrait rouler en 1ère à peine à 1000tr/min.
Dans la pratique, les conducteurs engageront la 2nd (au couple plus confortable) et rouleront
donc au minimum à 25-30 km/h. Cette mesure ne va donc pas limiter « grandement » le
risque d’écrasement comme indiqué. De plus, les crapauds peuvent potentiellement se faire
écraser par un véhicule roulant seulement à 5 km/h (en légère descente, au point mort ;
expérience accidentelle personnelle). Donc cet argument est difficilement recevable car il
n’est pas prouvé.
En revanche l’aménagement de passages à petite faune est un point intéressant si
ces passages sont installés correctement. Mais ils risquent d’être largement insuffisants (de
la façon dont ils seront conçus et leur nombre insuffisant : 4) pour permettre le passage en
masse de centaines voire milliers d’individus en période de migration (p60 du dossier
dérogation faune : 200 individus comptabilisés et p75 du document d’incidences : 600
individus aux étangs de la Perrache + 300 à proximité des futurs parkings). De plus, la photo
p182 montre un passage à petite faune mal réalisé : pas de barrières pour diriger les
individus, encombrement du tunnel par la végétation et enfin accumulation d’eau chargée
en hydrocarbures (et en sel provenant du salage l’hiver) via le ruissèlement sur la route. On
peut penser que la fonction première de ce tunnel est de servir d’évacuation des eaux de
pluies polluées, alors que c’est un passage à amphibiens. Le dilemme se pose alors : risquer
un écrasement, ou s’intoxiquer aux hydrocarbures ?
Et pour se donner bonne conscience et bonne image, le maître d’ouvrage s’engage
(p204) à équiper le site du Grand Lens d’un crapauduc alors que c’est un projet déjà géré
par le Conseil Général de l’Isère qui a certainement glissé le mot à P&V…
Doc. d’incidences p185 : On a ici la démonstration très nette de l’objectif de Center Parcs
en ce qui concerne la biodiversité (en l’occurrence les amphibiens) : en faire un fonds de
commerce. On détruit les ornières favorables à leur reproduction pour les amener là où on
veut qu’ils soient, par le biais de quelques tunnels sous les routes, c’est-à-dire dans des
mares artificielles creusées à cet effet. Les touristes y seront guidés lors de visites
« pédagogiques ». C’est le même principe pour les zoos, sauf que pour la clientèle
(méconnaissant la réalité de l’impact), l’illusion est totale. Donc ici, c’est un mensonge de
dire que c’est une mesure « d’évitement ».
Doc. d’incidences p202 :
MESURES D’ACCOMPAGNEMENT EN FAVEUR DES AMPHIBIENS
Il y réside une incohérence : D’une part, il est évalué que la Salamandre tachetée, le
Crapaud commun, la Grenouilles agile et rousse ont des populations importantes sur le site
et que donc, malgré la destruction de 35 ha d’habitats, l’impact résiduel est faible.
Et d’autre part, il est écrit « Le Triton alpestre et le Triton palmé ont des populations
marginales sur le site, ne se reproduisant que dans quelques ornières. L’impact résiduel du
projet sur ces espèces est faible. »
En d’autres termes, selon le rédacteur, si les populations sont importantes : impact
faible, et si les populations sont marginales : impact faible. Ce n’est franchement pas
cohérent !
59/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
CRÉATION D’UN RÉSEAU D’ORNIÈRES
Il est indiqué que des ornières seront créées par passage répété d’engins forestiers, or si
ce passage est trop fréquent, cela ne peut pas du tout constituer une « mesure
d’accompagnement en faveur des amphibiens ». Car cela va donc potentiellement attirer le
sonneur à ventre jaune, comme voulu, mais qui se fera écraser au prochain passage
d’engins… Donc ces ornières seront créées en conséquence du passages des engins et
non dans le but de créer de l’habitat pour le sonneur à ventre jaune.
7.F.X. Les espèces invasives
Doc. d’incidences p167 : Contrôle des plantes envahissantes
Ce paragraphe, de la manière dont il est écrit participe encore une fois au gonflement du
document de manière à faire penser que beaucoup de mesures seront prises pour réduire
l’impact :
« Éviter l’introduction de plantes comme la Renouée du Japon sur un site naturel tel que le
bois des Avenières doit être une des priorités du chantier. Afin d’éviter l’introduction de
propagules (graines, rhizomes etc…), les deux mesures suivantes seront prises :
o Lavage des engins : les engins seront lavés sur les aires prévues à cet effet dès leur
arrivée sur le chantier.
o Contrôle de l’origine des matériaux : l’origine des matériaux (terre, remblais…) sera
contrôlée afin de s’assurer qu’ils ne proviennent pas de zone polluée par des plantes
envahissantes.
- Le suivi permanent du chantier devra permettre de pouvoir intervenir rapidement si une
plante envahissante était identifiée et menaçait de s’étendre. Afin d’éviter l’implantation de
plantes invasives, il sera procédé à un semis rapide des terrains remaniés.et contrôler
l’origine des matériaux (terre, remblais…) afin de s’assurer qu’ils ne proviennent pas de
zone polluée par des plantes envahissantes. Le suivi permanent du chantier devra
permettre de pouvoir intervenir rapidement si une plante envahissante était identifiée et
menaçait de s’étendre. Afin d’éviter l’implantation de plantes invasives, il sera procédé à un
semis rapide des terrains remaniés. »
Outre le fait que cette procédure ne va pratiquement servir à rien - car les apports de graines
d’invasives ne se feront pas seulement par le biais des engins de chantier ou les remblais
mais par tout le personnel, le vent, les grands mammifères etc… avec un milieu défriché
ultra propice à la prolifération désormais simplifiée de toutes les sortes d’espèces invasives
environnantes - le paragraphe est répétitif et lourd.
Le suivi ne pourra pas se faire avec la rigueur extrême que nécessiterait le contrôle (s’il a
été démontré possible) des espèces exotiques. C’est seulement la chance qui déterminera
la présence ou non de ces espèces indésirables. Ou bien l’utilisation de produits
phytosanitaires pendant cette phase ? Ce n’est pas indiqué.
Doc. d’incidences p175 : 2.2.4.7 Evitement du développement des espèces nuisibles
« Pour empêcher la prolifération d’espèces végétales indésirables, les engins et outils
seront nettoyés avant et après utilisation du chantier »
Paragraphe incomplet : la façon de nettoyer les outils et les engins n’est pas déterminée. A
quel endroit ? Où se retrouve l’eau utilisée pour le nettoyage ? En l’état ce point ne constitue
aucunement une mesure d’évitement, mais plutôt une mesure de prolifération.
60/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
7.F.XI. Conclusion
Une grande majorité des mesures énoncées ne sont pas valables et ne peuvent donc
permettre d’atténuer l’atteinte des réservoirs biologiques et la qualité des eaux
superficielles.
7.G. Modélisation des systèmes biologiques impactés
Aucune modélisation n’a été effectuée (nappe de la molasse-miocène du bas
Dauphiné, population piscicole, pollution chimique, écoulement des eaux avant et après
imperméabilisation…). Comment travailler sur les impacts et les mesures d’évitement si on
ne connaît pas le fonctionnement de la zone humide avant et après les travaux ? C’est un
manque très grave car cela signifie que les mesures prises ne se basent sur rien de concret ;
en d’autres termes c’est un peu de la poudre aux yeux (justification assez exhaustive au
point 7.F.).
Modélisation des flux de polluants (e.g. hybrocarbures des goudrons) générés par le
ruissellement sur les surfaces artificialisées : Tout est basé sur des chiffres de quantité d’eau
de pluie à collecter pour autant que cette pluie ne soit pas trop forte (bassins tampons limités
au strict minimum légal). Or l’utilisation d’une modélisation des flux de polluants (via le
logiciel Vensim par exemple : http://acces.ens-lyon.fr/acces/terre/CCCIC/outils/vensim/)
potentiellement déversés dans les cours d’eau aurait été un plus non négligeable à l’étude
d’impact.
Doc. d’incidences p187 : Tableau subjectif, basé sur aucune données
« En cas d’impact résiduel significatif, des mesures compensatoires doivent être
envisagées par le maître d’ouvrage. »
Aucun calcul de probabilité n’a été effectué qui permette de conclure quant à la significativité
de l’impact. Ici tout est purement subjectif, aucun calcul n’est réalisé. Ce n’est pas
scientifique et c’est approximatif. Il manque des modélisations, c’est-à-dire l’utilisation de
modèles permettant d’être objectif sur la « force » de l’impact. Exemple : modélisation des
déplacements des crapauds communs (en y intégrant leur nombre statistiquement
déterminé au sein du projet) avant/après projet afin de vérifier l’impact de la modification ou
le déplacement de leurs habitats.
7.H. Génie végétal
Aucune utilisation du génie végétal n’est envisagée pour stabiliser des talus ou les
pentes (fibre coco, végétation adaptée, fascinage) alors que c’est un point fortement positif
pour la biodiversité, la lutte contre l’érosion et la pollution (DCE 2000, grenelle 1 et 2, LEMA,
etc…). Le béton et les enrochements ont été préférés par le maître d’ouvrage (p106 du doc.
d’incidences).
Doc. D’incidences p177, 178 et 179 : Conception des ouvrages de franchissement des
cours d’eau :
Utilisation d’enrochements plutôt que du génie végétal. Ce n’est pas une « mise en
valeur écologique » comme énoncé… Il y a une restriction de la largeur du cours d’eau au
niveau de l’ouvrage, ce goulot d’étranglement artificiel (béton) a pour effet d’accélérer l’eau
61/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
et en cas de crue tout le substrat (propice à la vie des macro-invertébrés benthiques) sera
probablement arraché. De plus, les enrochements n’abattront pas la pollution contenue
dans l’eau qui va inexorablement ruisseler sur les berges et se retrouver telle quelle dans le
cours d’eau. Enfin, les photos présentées ont été prises immédiatement après la réalisation
des ouvrages. Elles n’ont donc que peu d’intérêt pour justifier ce genre d’ouvrages.
7.I. Déchets apportés par les touristes
Dans la pratique, impossible de contrôler à 100%. C’est un problème insoluble qui
est laissé à la merci de la bonne volonté des clients.
7.J. Piétinements hors sentiers
Les randonneurs, à pied ou à vélo, vont très probablement pratiquer leur sport en
dehors des sentiers balisés et de manière intensive sur la surface du projet. De ce fait, la
destruction des espèces floristiques remarquables protégées est sans doute inévitable car
comme pour les déchets, il est en pratique impossible de sensibiliser et contrôler chaque
personne. De plus, les personnes déjà réellement sensibilisées à l’écologie et la biodiversité
ne font probablement pas partie de la clientèle des Center Parcs. C’est également un
problème insoluble.
7.K. Réchauffement climatique
Lié à la dégradation de l’état des eaux et pris en compte dans le SDAGE (rapport
d’évaluation environnementale RM) : point 2.3-1 p19 ; point 2.8-1 p33 et point 2.8-1 p35.
Le point le plus alarmant est celui des phénomènes d’assec, qui seront de plus en
plus fréquents et par conséquent la baisse du niveau des nappes. Grimm et al. (2008) nous
rappelle que l’urbanisation est un changement global de land-use qui est intimement associé
au changement global du climat et à la pollution. Il ne faut pas seulement avoir un point de
vue local de la perturbation engendrée par ce Center Parcs, mais un point de vue global.
Une autre scientifique, Parmesan C. et al. a montré en 1999 dans la revue Nature que
les espèces migratrices répondent aux variations actuelles du climat en modifiant leur
parcours. Elle constate une régression et une extinction des espèces dans les zones où
elles sont attendues : les espèces migrent vers le Nord de la planète. Elle conclut donc à un
« shift » de la distribution des espèces vers le Nord, alors que les pays développés du Nord
fragmentent leur paysage avec des constructions. Ce genre de projet participe grandement
à l’érosion de la biodiversité due au réchauffement climatique.
7.L. Santé humaine
Orientation fondamentale SDAGE OF-5 p81.
Le risque de pollution engendré par le déversement d’hydrocarbures et autres
produits de fonctionnement du site tel que le chlore, les produits détergents, les ammoniums
quaternaires, en tête de bassin versant est avéré mais plutôt pris à la légère.
Aucune information concernant le traitement des hydrocarbures, le lessivage des
produits détergents, de désinfection, du chlore n’est indiquée dans le document d’incidence.
62/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
8 – COHERENCE DU PROJET AVEC
LE SRCE
63/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Le SRCE Rhône Alpes mentionne le massif comme globalement fonctionnel.
Les impacts du projet de Center Parcs portent sur les deux départements : l’Isère et la
Drôme.
8.A. Trame Verte
Le schéma ci-après donne une idée précise des déplacements dans les directions NordSud et Est-Ouest de la grande faune dans la forêt des Chambaran, plus particulièrement
des corridors écologiques entre massifs forestiers entourant des Avenières.
Dans cette zone humide, la construction d’une ville de 5600 personnes, sur 200 ha de forêts,
sera entourée d’un grillage solide, interdisant le passage de la faune sauvage (en pointillés
sur le plan ci-après). Ce grillage de 2 m de hauteur entrave les nombreux passages
d’animaux sauvages entre les différents massifs forestiers des Chambaran (voir plan ciaprès).
Le tracé des coridors écologiques a été confirmé par la Fédération des Chasseurs de l’Isère,
en se basant sur les originaux établis par ECONAT pour le compte du Conseil Général de
l’Isère et publiés 2001. Les zones de conflis mentionnées (en rouge) ont été précisées par
la LPO en 2004 (voir annexes).
Or, l’avis émis par le Conseil Général de l’Isère, daté du 18 novembre 2013 et adressé au
Conseil Régional Rhône-Alpes, précise que : « Center parcs : nous demandons la
confirmation que le SRCE ne modifie en rien la réglementation applicable, étant donné que
ce projet n’est concerné par aucun corridor cartographié. » (Voir annexes).
De plus EC0NAT confirme le tracé cartographié par les commentaires du 28 février 2014
(voir annexes).
64/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Ce projet de Center Parcs sera érigé sur une zone privilégiée de passage et de
sédentarisation de nombreuses espèces d’oiseaux, dont les bécasses, circaètes, cigognes,
etc, (identifiés par la Ligue pour la Protection des Oiseaux). Or 71 ha de l’escale
fondamentale dans ce corridor « aérien » seraient détruits de façon irréversible. En d’autres
termes, les oiseaux concernés ne pourraient plus bénéficier de ces 171 ha. Ils ne
trouveraient pas d’autres escales ou refuges à proximité et de taille suffisante ; ces dernières
sont devenues très rares, bien qu’elles soient « d’intérêt général » (SDAGE-RM 20102015, approuvé par Monsieur le Préfet le 20 novembre 2009).
De plus, le village de vacances va engendrer un flux régulier de 2 fois 2000 véhicules privés
par semaines (durées de séjour moyen 3 jours) et de nombreux véhicules lourds chaque
nuit pour « alimenter » cette ville avec son centre de loisirs, ses restaurants, sa boîte de
nuit, son centre équestre etc…
Ces flux de véhicules sont très néfastes pour la faune sauvage, ainsi que pour les
conducteurs et passagers des véhicules, en particulier sur les routes très étroites des
Chambaran, face à des animaux sauvages désorientés par des barrières infranchissables…
Le bruit et la pollution lumineuse engendrés par le Center Parcs dans cette zone est
incompatible avec le besoin de quiétude indispensable aux oiseaux et aux animaux.
8.B. Trame bleue
Il est utile de faire des analyses complémentaires car les eaux de surface et les eaux
souterraines sont interdépendantes.
8.B.I. Les eaux de surface
L’écoulement naturel des eaux est parfaitement décrit par Rémi de la Vaissière dans sa
thèse à l’Université d’Avignon (17 mai 2006). Ainsi que la zone de recharge de la nappe :
les eaux émanent des Chambaran autour de Roybon. Ces zones ont une réputation
confirmée et reconnue de « château d’eau ».
Voici un extrait :
65/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Roybon se situe au nord-est de la grande zone orange des Chambaran.
Les eaux issues de ce secteur s’écoulent principalement sur le département de la Drôme et
recharge la nappe du Miocène du département de la Drôme.
Les rivières de l’Herbasse et de la Galaure sont issues de cette ZH, en tête de bassins
versants. Elles sont classées en « réservoirs biologiques », habitées d’espèces protégées
en voie de disparition telles que l’écrevisse à pieds blancs. La dégradation de la ZH en
amont provoquerait la disparition rapide de ces espèces très sensible à l’évolution du milieu.
De plus, 87% du site de 200 ha prévu pour le projet de Center Parcs serait sur le bassin
versant de L’Herbasse et l’imperméabilisation à hauteur de 31,5 ha provoquerait une
diminution drastique des infiltrations, d’alimentation des nappes, de l’étiage des cours
d’eau : ainsi que l’augmentation des ruissellements et des crues. Les fortes pluies sont
fréquentes dans cette zone (1992, 1993, 1999, 2008, dont celle de 140 mm en 3 h, le 23
octobre 2013) avec des impacts destructeurs en particulier sur la commune de Montrigaud
et celles en aval, dans la Drôme.
8.B.II. Les nappes phréatiques du Miocènes et de Bièvre-Valloire
Ces nappes sont en déséquilibre quantitatif chronique et en gestion de crises (arrêtés de
restriction, conflits d’usages, assèchement de cours d’eau : dans les Chambaran les
66/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
déclarations de sècheresse ont lieu plus d’une année sur deux depuis 10 ans, 6 déclarations
préfectorales de 2007 à 2012 (voir annexes).
Pour la nappe de la molasse du Miocènes (partiellement sous L’Herbasse et la Galaure),
selon la thèse de Rémi de la Vaissière (2006) elle est déclarée d’intérêt patrimoniale (voir
annexes). Sa vulnérabilité est démontrée et nécessite la mise en place de protections
efficaces. En priorité dans la forêt des Chambaran (avec Roybon au centre), zone sensible
qui alimente cette nappe d’intérêt patrimonial.
Planche 31 protection de la ressource :
 Pour l’AEP, les zones d’alimentation des flux profonds sont à protéger en priorité et
de manière durable:
 plateaux de Chambaran et de Thivolet:
 Zone de protection « maximale » comprenant les zones d’altitudes et
les hautes vallées (superficie de 500 km²);
 bordure orientale de la plaine de Valence avec deux zones de niveaux de
protections différents:
 Zone de protection « maximale » comprenant le flanc occidental du
Vercors et une bande de largeur de 2km à partir des affleurements du
Crétacé (superficie de 200 km²) ;
 Zone de protection « élevée » sur une bande parallèle à l’autre zone de
1 km de largeur.
67/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
8.C. Approches du SRCE
Nous avons pris note des différentes approches du SRCE :
- « Approche patrimoniale » : mise sous cloche de milieux naturels remarquables et
d’espèces patrimoniales en voie d’extinction,
- « Approche fonctionnelle » : protection des écosystèmes à une échelle plus large,
prise en compte de la biodiversité ordinaire en évitant la fragmentation des milieux
naturels,
ainsi que la notion de cohérence entre les différents organismes oeuvrant sur la
question écologique : « Le SRCE vise à la cohérence de l'ensemble des politiques
publiques de préservation des milieux naturels et décline un schéma : « inventaire »,
« gestion », « protection ». »
Le Comité technique du SRCE Rhône Alpes a tenu compte du rapport de la Commission
d’enquête qui, par la réserve n° 5 a demandé que : « le Massif des Chambaran soit
expressément mentionné dans le rapport Général du SRCE en page 134 parmi les Enjeux
de maintien de la fonctionnalité écologique en secteurs à dominante naturelle et agricole ».
(http://www.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/rapport-d-enquete-publiquea3545.html)
Le Massif des Chambaran, couvert par des réservoirs de biodiversité, serait impacté dans
son fonctionnement écologique global et pas seulement sur une parcelle de 202 hectares,
68/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
comme le laissent croire les porteurs du projet.
Car de par sa nature, son fonctionnement, son infrastructure, les infrastructures routières et
d’assainissement dont il a besoin pour fonctionner, il est en totale inadéquation avec
l’impératif de ne pas porter atteinte aux terrains situés sur le dôme piézométrique de
l’aquifère par le simple fait d’une surfréquentation humaine. Et c’est de là-haut que la
dynamique vitale de ce massif émerge.
Comme le conclut Monsieur de la Vaissière: « La zone d’alimentation de ce bassin se trouve
au Nord Est (dans la continuité de la zone d’alimentation du bassin Valloire Galaure), elle
inclut les communes de Crépol, Montmirail et Roybon. De la même façon que
précédemment, il s’agit d’une zone très vulnérable mais où les activités humaines sont
faibles. Le risque est donc faible tant que cette zone reste peu anthropisée. Cette zone
doit donc être conservée en l’état. »
(R. de la Vaissière (2006) et T. Cave (2011) - Etudes hydrogéologiques - SAGE Molasse
Miocène et alluvions de la plaine de Valence)
69/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
9 – CONCLUSION
70/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
Il s'agit d'un dossier lourd, dilué dans le temps et modifié probablement des dizaines
de fois afin de tenter de « résoudre » au cas par cas, les points qui n'avaient pas été
identifiés par les bureaux d'étude.
Sont présentées dans ce dossier un grand nombre de « solutions » inadaptées dont
certaines sont basées sur des hypothèses fausses (Ex : niveau des précipitations locales)
Ce dossier souffre également d'une faiblesse dans l'évaluation de l'état initial des
terrains impactés (Echantillonnage Faune/Flore, Etude du SAGE « Molasse-Miocène » en
cours et attendu prochainement).
Ce dossier s'oppose à plusieurs recommandations du SDAGE quand à la non
dégradation des zones humides.
Par exemple, concernant les compensations, les terrains ont été davantage
sélectionnés pour limiter les coûts, que pour s’impliquer réellement dans la restauration
complète de zones humides.
La prise en compte du changement climatique est complètement absente du dossier.
Enfin, ce dossier est le dernier à passer en commission d’enquête, alors que ce
devrait être le premier. C’est un fait très grave, car l'Etat lui-même via la préfecture de l'Isère,
a autorisé la destruction d'un milieu naturel (à travers l'autorisation de défrichement) avant
toute étude approfondie du projet sur ses impacts sur l'eau, milieux aquatiques, la
biodiversité.
Ce projet n'est pas acceptable en l'espèce sur ce site. Toutefois, il aura eu le mérite
de révéler au public la valeur réelle, la grande richesse du massif des Chambaran comme
constaté et validé par le SRCE.
N'est-il pas l'heure de protéger ce massif peu impacté par les activités humaines, et
pourtant objet de projets portant atteinte à l'environnement (décharge, création de cette
ville touristique, etc...), et de fédérer les acteurs locaux, aujourd'hui divisés, en créant « le
Parc Naturel Régional des Chambarans » ?
71/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
10 – ANNEXES - DEFINITIONS
APPB : Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope:
Initiative : Préfet de département. Avis : Après une phase consultative, par la commission
départementale de la nature, des paysages et des sites ; chambre départementale
d’agriculture ; directeur régional de l’office national des forêts (si des terrains relèvent du
régime forestier). Arrêté du préfet ; affichage dans les communes concernées ; publiés au
recueil des actes administratifs ; publiés dans deux journaux régionaux ou locaux diffusés
dans tout le département (Art. R411-16 CE).
C’est un moyen rapide de protéger les habitats d’une espèce protégée. Si destruction
d’espèces protégées : délit ou contravention de classe 4.
MES : Matières En Suspension ;
IBGN : Indice Biologique Global Normalisé ;
IBMR : Indice Biologique Macrophytes de Rivières ;
IPR : Indice Poissons de Rivières ;
I2M2 : Indice Invertébrés Multi-Métrique
72/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
11 – REFERENCES
<http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/degradation/09_eutrophisation.htm>.
Downloaded on 16 May 2014.
Abrassart F., Maillet Guy G., 1991. Etude d'aménagement hydraulique des cours d'eau du
bassin chambérien. La Houille Blanche, N°7-8 : 587-589.
Circulaire n°92-84 du 15 octobre 1992 relative à l’application du décret n°92-1042 du 24
septembre 1992, relatif aux schémas d’aménagement et de gestion des eaux, point 3.1
CNRS en Ligne, 2014. L’eutrophisation, un cas particulier de pollution.
Collares-Pereira M. J., Cowx I.G., 2004. The role of catchment scale environmental
management in freshwater fish conservation. Fish Manag. Ecol. 11 : 302-312.
Confluences & Biotope, 2014. DOCUMENT D'INCIDENCES. Dossier de demande
d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau, articles L214-1 à L214-6 du Code de
l’Environnement. Domaine de la Forêt de Chambaran. Commune de Roybon ;
Département de l'ISERE.
Cushman S. A., 2006. Effects of habitat loss and fragmentation on amphibians: A review
and prospectus. Biological conservation, 128 : 231-240.
Daufresne M., Roger M. C., Capra H., Lamouroux N. 2004. Long-term changes within the
invertebrate and fish communities of the Upper Rhône River: effects of climatic factors.
Global Change Biology. 10 : 124-140.
Dixo M., Metzger J. P., Morgante J. S., Zamudio K. R., 2009. Habitat fragmentation
reduces genetic diversity and connectivity among toad populations in the Brazilian Atlantic
Coastal Forest. Biological Conservation 142 : 1560–1569.
Dubois Y., Dorie A., Jacquier C., Gaultier C., Leloup V., Bon C., Salen P., Simon L.,
Calonnier E., Michelot J-L., 2014. Dossier de demande de dérogation à la législation sur
les espèces animales protégées pour Pierre et Vacances définie au 4° de l’article L. 411.2
du code de l’environnement. Projet de création d’un « Center Parcs » dans le Bois des
Avenières, Commune de Roybon (38).
Grimm Nancy B., Foster D., Groffman P., Grove J. M., Hopkinson C. S., Nadelhoffer K. J.,
Pataki D. E., Peters D. PC., 2008. The changing landscape: ecosystem responses to
urbanization and pollution across climatic and societal gradients. Front Ecol. Environ. 6(5):
264–272
Hauguel J.-C., Gourvil J., avril 2012. Dicranum viride (Sull. & Lesq.) Lindb. Fédération des
Conservatoires botaniques nationaux.
IRSTEA, CEMAGREF 1995. Impacts écologiques de la chenalisation des rivières. Rapport
final. Commande DE 30/93. 168p.
Keith P., Persat H., Feunteun E., Allardi J., 2011. Les poissons d’eau douce de France.
Biotope Editions. Publications scientifiques du Muséum. 552p.
Lehtinen R., 1999. Consequences of habitat loss and fragmentation for wetland amphibian
73/74
Mémoire de « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » - pcscp.org – Enquête publique « Loi sur l'eau »
assemblages. Wetlands, 19 : 1-12.
Lioyd R., 1992. Pollution and freshwater fish. Oxford and Cambridge. Fishing News Books,
176p.
M. Bramard, A. Demers, M.-C. Trouilhe, E. Bachelier, J.-C. Dumas, C. Fournier, E.
Broussard, O. Robin, C. Souty-Grosset and F. Grandjean.2006.Distributionof indigenous
and non-indigenous crayfish populations in the Poitou-Charentes region (France):
Evolution over the past 25 years. Bull. Fr. Pêche Piscic. 380-381: 857-866.
Noël S., Ouellet M., Galois P., Lapointe F. J., 2007. Impact of urban fragmentation on the
genetic structure of the eastern red-backed salamander. Conserv. Genet. 8:599–606.
ONEMA. 2010. Center Parcs à Roybon – évaluation environnementale. Lyon, le 3 Mars
2010. DREAL Rhône-Alpes. Service Connaissance, Etudes, Prospective et Evaluation.
Parmesan C., Ryrholm N., Stefanescu C., Hill J. K., Thomas C. D., Descimon H., Huntley
B., Kaila L., Kullberg J., Tammaru T., Tennent W. J., Thomas J. A., Warren M. 1999.
Poleward shifts in geographical ranges of butterfly species associated with
regionalwarming. NATURE. VOL 399.
Préfecture de l’Ardèche, Secrétariat général, 2014. Le Préfet de l’Ardèche à Monsieur le
Préfet de l’Isère. 08 Janvier 2014. Objet : projet Center Parc de Roybon (38) – volet
mesures compensatoires en Ardèche (07).
Pretty J. L., Harrisson S. S. C., Sheperd D. J., Smith C., Hildrew A. G., Hey R. D., 2003.
River rehabilitation and fish populations : assessing the benefit of instream structures. J.
Appl. Ecol. 40 : 251-265.
Prieto Montes, M., Mondy, C., Usseglio Polatera, P. - 2012. Le nouvel indice I2M2. Indice
Invertébrés Multimétrique. Changement de la méthode d’évaluation des cours d’eau. 2 p.
Schindler D. W., Hesslein R. H., Wagemann R., Broecker W. S., 1980. Effects of
Acidification on Mobilization of Heavy Metals and Radionuclides from the Sediments of a
Freshwater Lake. Journal canadien des sciences halieutiques et aquatiques. 37(3): 373377
Sfecologie.org, 2012. Des écosystèmes sur le fil : Comment certains écosystèmes
basculent d’un état à un autre. R37: Ecosystèmes et transitions catastrophiques, Sonia
Kéfi. Société Française d’Ecologie.
Souty-Grosset, C. Füreder, L., Gherardi, F., Holdich, D., Reynolds, J., Sibley, P. 2010.
Austropotamobius pallipes. In: IUCN 2013. IUCN Red List of Threatened Species. Version
2013.2. <www.iucnredlist.org>. Downloaded on 09 May 2014.
Sullivan S. M. P., Watzin M. C., 2009. Stream-floodplain connectivity and fish assemblage
diversity in the Champlain Valley, Vermont, USA. J. Fish Biol., 74 : 1394-1418.
Wright P. A., Wood C. M., 1984. An Analysis of Branchial Ammonia Excretion in the
Freshwater Rainbow Trout: Effects of Environmental pH change and Sodium Uptake
Blockade. J. Exp. Biol. 114: 329-353.
74/74