Origines, actualités et devenirs de la psychologie.
Brève histoire de la psychologie
I. Premières traces:
→ Le papyrus Ebers (-1550 avant JC)
→ Première description clinique des troubles avec propositions de thérapeutiques (recettes
magiques)
Il recense les principale méthode de l'époque. C'est à la fois un recueil de méthodes, avant
médecine et magie était reliées.
Il y a un chapitre appelé le livre des coeurs: c'est la 1ere trace des troubles mentaux (dépression et
démence)
→ le mot "psychologie" apparaît pour la 1ère fois dans le livre Psichiologia de ratione animae
humanae de Marko Marulic, savant humaniste croate (fin du XVe début XVIe)
II. Deux héritages :
La philosophie
La physiologie
→ Les processus mentaux sont invisibles.
On a considérer pendant des millénaires qu'il
était impossible de comparer, de mesurer, des
processus invisibles.
Les philosophes, considèrent que le projet de la
psychologie est impossible. Les 1èrs
psychologues ont eu inintelligence de créer des
méthodes.
→ Branche de la physiologie, courant du
XIXème
-A pour objectif d'étudier les sensations, et ce
qu'il se passe entre l'individu et
l'environnement.
- Elle va étudier le comportement, qui est la
réaction d'ensemble d'un organisme à son
milieu.
En quoi les caractéristiques du milieu vont
avoir des répercutions sur notre organisme
dans son ensemble ?
→ branche de la philosophie jusque dans les
année 1870
- concernée par la question de l'âme
→Deux grands thèmes étudiés
scientifiquement par la psychologie:
-relation corps/esprit (comment l'âme est-elle
reliée au corps? )
- opposition inné/acquis, (est ce que ce que
l'on pense est inné ou est ce que c'est notre
vécu, qui fait qu'on en viens a cette pensée?)
L'étude du comportement comme le moyen
d'accès au psychisme. C'est à adire les
conséquences de l'état du psychisme, de
l'organisme.
→ En psychologie: l'échange est fonctionnel
(doit satisfaire une fonction de l'organismePiaget) contrairement a la physiologie.
L'environnement nous influence, et on va
essayé de modifié l’environnement ou de nous
modifié nous même.
III. 1. L'héritage philosophique (1) : relation corps/esprit
Est ce que le corps est relié a l'esprit? quelle est la nature de ce lien ?
Dualisme
Monisme
→ Séparation du corps et de l'esprit: l'âme est
séparé du corps.
→ Pas de séparation du corps et de l'esprit
→ Platon (428- 348) Av JC
dualisme radical: l'âme est immatérielle mais elle
pilote le corps. Pour Platon l'âme a une propriété
fondamental, elle a accès aux concepts, a
l'essence des choses.
→ Aristote (384-322 av JC)
- l'âme est au corps ce que la forme est à la
matière.
→ Descartes (1596-1650)
-Dualisme avec possible relation corps/esprit
Ils sont dissocié mais l'âme interagie avec le corps
grâce au cerveau.
Il va considérer que le corps est incapable de
penser.
-Le corps et l'esprit obéissent a des lois
différentes et présentent des propriétés
différentes.
-L'esprit est fait pour penser. Pour lui la pensée
est un outil donné par dieu, pour le connaître et
nous connaître
-L'esprit contient des idée innées
- le comportement est préductible (machines)
-les sensations sont transmises au cerveau et le
cerveau commande les réactions musculaires.
Avant même que quelque chose se produise,
notre organisme a déjà détecter ce qui va
arriver, et se prépare a la réaction.
ex: on marche dans une forêt dense (ac des
serpents) , si on entend un bruit, que l'on
voit une branche par terre, on ne va pas
prendre du temps pour réflechir si c'est bien
un serpent, on va partir beaucoup plus vite
que ce qu'on arrivait.
→ Leitnitz (1646-1716)
- le corps et l'esprit sont inséparables
D'après des caractéristique on relie les choses, les - pensée = produit de l'activité physique du
gens, a une catégorie. (ex: un homme, on le
cerveau
reconnaît, a ses cheveux, son look etc ..)
- l'esprit ne commande pas le
La matérialité est variable. L'immatérialité ne l'est comportement: événements mental et
pas.
événements physique adviennent en même
Nécessité que l'âme soit du même niveau
temps.
Notre organisme va modifié son
métabolisme. Notre pensée ne sera pas
construite ni rationnel
III. 2. L'héritage philosophique (2): L'inné (nature) et l'acquis(nurture)
Innéisme
→ Les facultés sont innées (nature)
-Déterminisme
→ Origine de la connaissance :patrimoine
génétique du sujet, Dieu
Empirisme (acquis)
→ esprit vierge (tabula rasa)
-libre pensée
→ Origine de la connaissance : les
expériences sensori-motrices
- ce qu'on pense est issu de se qu'on percoit
de l'environnement mais également de ce
qu'on perçoit nous-même
→ Platon (428-348 Av JC), Descartes (1596-1650) → Locke (1632-1704):
-Construction de la connaissance par
l'expérience et les associations d'idées
-(Hobbes,Hume)
Les sensations, une odeur, une couleur, et par
la force de l'esprit on va associé ces élements.
L'esprit est qq chose de vierge a l'essence et
va se construire avec les ressources que nous
donne notre corps
III. 3. L'héritage philosophique (3) : Courant rationiste/ empiriste
Rationaliste
Empiriste
→ Approche qualitatives
→ approche quantitative
→ Accès à la connaissance : par
l'analyse logique, le questionnement
et la réflexion.
→ acquisition de la connaissance : par preuve empirique,
càd obtenue par l'expérience et l'observation
→ Platon (428-348 Av JC)
- L'observation d'objets extérieurs
imparfaits induit l'erreur et nous
éloigne de la vérité (voir Descartes)
Ex: des prisonniers dans une caverne,
ayant une toute petite ouverture, et
ne voyant que des ombre. S'appuyant
sur leur sens (la vision des ombres)
les prisonniers ont une vision fausse
de la réalité.
→ Wolff (1679-1754)
- Psychologia rationalis (1754)
- Rationnel : étude du point de vue
philosophique des question sur la
nature des facultés et des opérations
psychiques, sur l'essence de l'âme, de
son origine, de son immortalité, de
ses relations avec le corps
→ A priori :
Ces hypothèses, ces représentations
théoriques, ont été construit avant
l'observation.
→ Aristote (384-322 av JC)
- observation des objets extérieurs est le seul moyen
d'accès à la vérité.
→ Wolff (1679-1754)
- psychologia emperica (1732)
-"la science qui, au moyen de l'expérience, établit les
principes avec lesquels s'explique ce qui survient dans
l'âme humaine"
-propose une branche mathématique de la psychologie:
la psychométrie
-pose les fondations d'une science indépendante de la
métaphysique
-La psychologie empirique s'appuie sur l'expérience
acquise afin de déterminer, de faire l'inventaire, des
facultés mentales. et pour dégager les lois qui régissent
ces facultés .
→ 1èr outil utilisé pour la méthodologie: introspection
(étude de notre propre fonctionnement)
- observation
hypothèse : la psychologie empirique comme toutes les
autres science, pour observer, va devoir développer des
outils méthodologiques.
→ A postériori:
Après l'observation on constante tel ou tel résultat, on
formule une hypothèse après l'observation.
IV. 1. L'héritage de la physiologie (1)
Pour beaucoup de philosophes, la connaissance provient de nos sens. Dans le domaine de la
physiologie, fin du XIX ème, on s'intéresse à l'étude de la sensation.
En quoi je peut expliquer une réaction de l'organisme, réaction a une stimulation, âr des
mécanismes purement physiologiques?
→ La physiologie va étudier de grandes fonctions:
- Fonctions de relations. Comment l'animal ou l'individu établis une relation avec autrui?
Ces fonctions de relation vont inclure la locomotion.
-Fonctions sensorielles : comment l'être vivant interagie avec son environnement
Elle va progressivement rentrer dans la psychologie lorsqu'il vont se demander dans quel mesure
les activités intellectuelles vont être le résultat de l'action du cerveau.
→ Ernst Weber (1795-1878)
- On peut étudier scientifiquement la sensation: douleur, pression, température
- On considère que se qui est scientifique est observable.
- Médecin allemand, Précursseur de la psychologie expérimentale de la perception.
→ psychologie expérimentale: Dans quel mesure je peut montrer une relation entre le
comportement et une caractéristique de l'environnement, toute chose étant égale par ailleurs.
- seuil de discrimination
-Loi de Weber (nom donnée par Fechner à sa loi en hommage a Weber)
IV. 2. L'héritage de la physiologie (2)
→ Gustav Fechner (1801-1887)
- Elemente des psychophysik
- la sensation perçu n'est pas la copie de la stimulation reçue.
Faire sonner deux cloches identiques en même temps, ne correspond pas a deux fois
l'intensité du son de la cloche seule.
- Comment trouver une relation entre psychologie (sensation perçue) et matière (stimulation..) ?
La relation corps/esprit peut être connue par l'étude de la relation mathématique entre
l'intensité physique du stimulus et la sensation psychologique perçue.
- Naissance de la psychophysique (grâce à cette question)
- Loi de Fechner-Weber: la sensation est proportionnelle au logarithme de l'excitation S=k*log(l)
Postule qu'on peut prédire le psychologique, en fonction des caractéristiques mesurables
de l'environnement.
La psychologie est une discipline scientifique. Elle n'a pas toujours existé (Fin 19e siècle). Elle
reprend des questions anciennes de la philosophie.
→ Relat° entre université et connaissances.
→ La psycho est traversée par différents courants de pensée et chaque séance présentera une
thématique, un courant de pensée.
Introduction :
Université et connaissance :
→ Transmission de connaissance.
→ Mission de product° de connaissance (laboratoires de recherches,..)
→ Lieu de valorisat° des connaissances (valoriser entre le public et le privé)
Tout cela n'est posssible que si il y a un rejet de dogmatisme.
Dogmatisme car endroit/lieu d'apprentissage et de réflexion → garder une indépendance d'esprit.
→ Suspendre son jugement c'est-à-dire donner le bénéfice du doute, utiliser son esprit critique et le
remettre en q° ( lutter contre les croyances et les convict°)
→ Accepter de nuancer son opinion et accepter d'y renoncer (inculcat° des opinions par la culture et
influence notre manière de penser → capacité à nuancer son opinion.)
Le travail du scientifique est de vivre dans le doute.
La faculté est un lieu d'humilité (on ne peut pas accéder à la vérité)
Les règles du jeu réfléchies par des scientifiques = philosophie de la science = épistémologie.
Mais ces règles du jeu sont aussi des probabilités.
Par exemple, la démarche déductive (utiliser les connaissances pour produire un raisonnement, une
réflexion)
→ Raisonnement inductif
→ Raisonnement déductif
→ Raisonnement hypothético-déductif
Les objectifs de ces raisonnements est d'évaluer si des affirmat°, des conclus°, découlent
logiquement de preuves que l'on nous présente.
Product° de connaissances dans les laboratoires de recherche : 2 types de connaissances principales :
–
produites par la recherche fondamentale
–
produites par la recherche appliquée
La recherche fondamentale correspond à la product° de connaissance, la réflexion d'une q°, pour
découvrir des infos sur la nature de quelque chose. (BAC +8)
La recherche appliquée correspond à un BAC +5 (Licence puis master 1 et 2)
Qu'est-ce que la psychologie ?
Néologisme inventé de toute pièce.
Psycho → Phyché = âme
Logie → Logos = discours sur, la science de.
La psychologie est donc la science de l'âme.
Les premiers psychologues devaient avoir la foi pour étudier cette science.
L'âme est immatérielle mais mesurée scientifiquement. Elle a pour objectif d'étudier l'immatériel en
lien avec le matériel (corps).
Plan du cours :
•
Brève histoire de l'origine de la psychologie
•
Le béhaviorisme
•
La psychodynamique
•
Le gestaltisme
•
Le cognitivisme
•
Le constructivisme
L'influence sociale
•
L'interactionnisme
•
La synergétique
•
Questions clefs : déterminisme et libre arbitre, nature et culture...
Lectures recommandés :
•
Nicolas, S (2013). Histoire de la psychologie, Les Topos, Dunod.
•
Marmion, J-F ; (2012). Histoire de la psychologie. Editions Sciences humaines.
•
Marmion, J-F (2008). La grande histoire de la psychologie. Sciences humaines, numéro
spécial N°7
Chapitre 1 : Brève histoire de l'origine de la psychologie.
1) Premières traces
2) Deux héritages : - Philosophique
- Physiologique
3) La psychologie comme discipline autonome (Introspection, structuralisme, fonctionnalisme)
1) Premières traces :
•
Le papyrus Ebers (-1550 avant J-C) → recensements de pratiques médicales.
Tire son nom de la personne qui a écrit ce texte.
Première description clinique des troubles avec propositions de thérapeutiques (recettes magiques).
Notamment de la description des troubles mentaux et de la démence.
•
Le mot psychologie apparaît pour la première fois dans le livre Psichiologia de ratione
animae humanae De Marko Marulic, savant humaniste croate (Fin du XVe début XVIe)
2) Deux héritages :
La philosophie :
Les phénomènes mentaux sont, par essence, invisibles. Le tour de force des psychologues étaient
d'une part de lutter contre les idées reçues.
–
« Branche » de la philosophie jusque dans les années 1870. Les personnes s’intéressant aux
problèmes mentaux appartenaient à la philosophie.
–
Concernée par la question de l'âme.
–
Deux grands thèmes étudiés scientifiquement par la psychologie
→ Relation corps/ esprit
→ Opposition inné/acquis
La physiologie :
–
« Branche » de la physiologie courant du 19ème.
–
Concernée par l'étude de la sensation.
–
Le comportement est la réaction d'ensemble d'un organisme à son milieu.
Voir en quoi il est caractéristique du milieu, renvoie à des répercutions dans l'organisme dans son
ensemble (Étude du comportement qui traduit notre état psychologique.) –
En psychologie : L'échange est fonctionnel (doit satisfaire une fonction de l'organisme Piaget)
Réagir en modifiant l'environnement ou en modifiant soi-même.
Le comportement est le reflet de l'adaptation de l'individu dans son environnement.
L'héritage philosophique :
> Relation corps/esprit :
→ Dualisme
= Séparation du corps et de l'esprit c'est-à-dire que l'âme est d'une nature différente de la nature du
corps. Le corps est matériel, l'âme est immatérielle. Frontière radicale entre l'âme et le corps.
Platon (428-348 av. J-C)
–
Dualisme radical : l'âme immatérielle pilote le corps.
L'âme a une propriété fondamentale : elle a accès aux concepts, à l'essence des choses. ( =
Propriétés fondamentales et invariantes de quelque chose.) L'âme a accès au monde abstrait. Cette
partie abstraite des connaissances du monde nécessite que l’âme permette à l'être humain d'avoir
accès à de l'immatériel.
Descartes (1596-1650)
–
Dualisme avec possible relation corps/esprit. L'âme est en interaction avec le corps par le
cerveau grâce à la glande pinéale. L'âme va commander notre organisme. Le corps est incapable de
penser. Pour Descartes, les idées qui peuplent notre esprit sont d'origines divines.
–
Corps et esprit obéissent à des lois différentes et présentent des propriétés différentes.
–
L'esprit est fait pour penser. La pensée construite est un outil qui est donnée par Dieu pour le
connaître.
–
L'esprit contient des idées innées
–
Le comportement est prédictibles (machine)
–
Les sensations sont transmises au cerveau et le cerveau commande les réactions musculaires.
→ Monisme
= Pas de séparation du corps et de l'esprit.
Aristote (384-322 av. J-C)
–
L'âme est au corps ce que la forme est à la matière.
Leibnitz (1646-1716)
–
Le corps et l'esprit sont inséparables
–
Pensée = produit de l'activité physique du cerveau
–
L'esprit ne commande pas le comportement : événement mental et événement physique
adviennent en même temps.
> L'inné (nature)/ acquis (nurture)
→ L'innéisme
Les facultés sont innées (Nature)
–
Déterminisme d'origine divine ou génétique.
–
Origine de la connaissance : patrimoine génétique du sujet, Dieu
–
Platon (428-348 av. J-C) , Descartes (1596-1650)
→ L'empirisme (acquis)
–
Esprit vierge (Libre pensée)
–
Origine de la connaissance : les expériences sensori-motrices. Ce que l'on pense est issu de
environnement mais aussi de ce que l'on perçoit de nous-même.
Locke (1632-1704)
- Refus du rationalisme cartésien
- Construction de la connaissance par l’expérience et les associations d'idées.
- (Hobbes, Hume)
L'âme, l'esprit est vierge à la naissance. Il va fonctionner avec les ressources du corps.
> Courants rationaliste/ empiriste.
→ L'approche rationaliste
–
Approches qualitatives
–
Accès à la connaissance : Par l'analyse logique, le questionnement et la réflexion.
Usage de la réflexion pure et de la logique.
Platon (428-348 av. J-C)
L'observation d'objets extérieurs imparfaits induit l'erreur et nous éloigne de la vérité (Voir
Descartes)
Pour Platon il faut se détacher de ses sens, se libérer de ce que notre corps nous donne à avoir →
Utilisation de la raison.
Pour Platon, les mathématiques sont des outils permettant de penser, réfléchir en se détachant du
monde sensoriel.
–
Wolff (1670-1754)
Psychologia rationalis (1734)
–
Étude du point de vue philosophique, des questions sur la nature des facultés, et des
opérations psychiques sur l'essence de l'âme, de son origine, de son immortalité, de ses relat° avec
le corps.
–
A priori (avant l'observat°)
→ L'approche empiriste :
–
Approche quantitative
–
Acquisit° de la connaissance : par la preuve empirique c'est-à-dire obtenue par l'expérience
et l'observation
–
Aristote (384-322 av. J-C) : L'observat° d'objets extérieurs est le seul moyen d'accès à la
vérité.
–
Wolff (1679-1754) :
Psychologia emperica (1732)
« La science qui, au moyen de l'expérience, établit les principes avec lesquels s'expliquent ce qui
survient dans l'âme humaine » (p1)
Propose une branche mathématique de la psychologie : la psychométrie.
Pose les fondations d'une science indépendante de la métaphysique.
–
A posteriori (après l'observat°)
Il a définit la psychologie comme science de l'âme, la psychologie rationnelle et la psychologie
empirique et par ses définitions, il a permis à la psycho de s'autonomiser à la philosophie. La
psycho devient une discipline indépendante de la philosophie.
La psychologie empirique s'appuie sur l'expérience acquise afin de faire l'inventaire des facultés
mentales chez l'homme et pour dégager les lois qui régissent ses facultés.
L'expérience ici signifie, pour Wolff, qu'on peut acquérir ses connaissances par introspection c'està-dire étudier la pensée sur soi-même (l(objet d'étude correspond à soi-même)
L'observation est une autre méthode d'étudier l'âme humaine en permettant de s'appuyer sur des
réactions pour détecter une modification des états internes des individus.
Wolff fait l'hypothèse que la psycho empirique (comme toutes les autres sciences) pour observer,
pour mesurer des comportements va devoir développer des outils de mesure. Il a considéré que la
psycho devra se doter d'une spécialité dédiée à la mesure. → la psychométrie (branche
mathématique de la psycho)
Wolff a également défini la psycho rationnelle → essayer de trouver une loi générale théorique. Il
va poser la psycho comme discipline autonome sans opposer les deux psychologies (rationnelle et
empirique) mais en les associant. Cette association voudrait dire qu'un psychologue commence par
observer de manière systématique et méthodologique. De cette observation, on dégage des
connaissances qu'on utilise pour formuler des hypothèses théoriques qui sont des constructions
abstraites. Est-ce que ces hypothèses correspondent bien à la réalités ? → les tester, répliquer en réobservant pour analyser si ces hypothèses sont conformes.
Observat° → Hypothèses → Répliquer, tester → Ré-observer → Analyser.
La psycho empirique va considérer que la psycho de l'a posteriori va annoncer l'hypothèse que notre
esprit est formé de phénomènes très simples. (Hypothèse de Locke) Le fonctionnement de notre
esprit, psychisme va consister en l'associat° de ses idées simples. Le psychisme est un réservoir
d'idées élémentaires (diverses sensat°) et l'objectif est d'associer toutes ces idées pour construire
notre pensée.
→ Faire l'inventaire , énumérer différents éléments et idées simples du psychisme.
A partir de l'hypothèse de Wolff, ces psychologues auront pour objectifs de trouver les différentes
lois d'association des idées simples, phénomènes élémentaires.
L'héritage de la physiologie.
Pour beaucoup de philosophes, la connaissance provient de nos sens . Dans le domaine de la
physiologie, fin 19ème, on s'intéresse à l'étude de la sensation.
En quoi je peux expliquer une réact° (à une stimulation) de l'organisme ? → L'explication par des
mécanismes purement physiologiques.
Cela signifie que la physiologie va étudier des grandes fonct° comme les fonctions de relations
(comment l'animal ou l'individu établi une relat° avec autrui ?) incluant la locomot°, incluant les
fonct° sensorielles. → comprendre comment l'individu interagit avec son environnement ?
→ Physiologie : Étude des mécanismes physiques
Elle va rentrer dans la psychologie lorsque les physiologistes vont se demander dans quelles
mesures les activités intellectuelles vont être le résultat de l'act° du cerveau.
–
Ernest WEBER (1795-1878)
Précurseur de la psychologie expérimentale notamment de la percept°.
On peut étudier scientifiquement la sensation : douleur, pression, température.
–
L'idée de cette psychologie est dans quelle mesure il est possible de montrer une relat° entre
le comportement et la caractéristique de l’environnement, toute chose étant égale par ailleurs.
Il va s'intéresser au seuil de déterminat°
–
Loi de Weber (loi donnée par Fechner à sa loi en hommage à Weber.)
Ces psychologues physiologistes vont critiquer car vont considérer que la psychologie ne peut être
scientifique que si l'on observe, étudie la sensation. Étude des réact° physiologiques de l'organisme
en associat° avec les comportement. Le registre des idées, de l'introspection (observat° subjective
d'un individus) est à bâtir car elle ne relève pas d'une psychologie scientifique. Pour eux, ce qui est
scientifique est observable.
Pour Weber, si on modifie le stimulus est-ce qu'il est détectable tout de suite une modificat°.
Est-ce que la percept° est une conséquence , un reflet direct de la stimulation ? Ou est-ce qu'il y a
d'un côté la stimulat° que l'on modifie et de l'autre côté la percept° ? Suit-elle parfaitement les
modificat° ou suit-elle ses propres règles.
–
Gustav Fechner (1801-1887)
→ Elemente des Psychophysik (1860)
→ La sensat° perçue n'est pas la copie de la stimulat° reçue.
Faire sonner deux cloches identiques en même temps ne correspond pas à deux fois l'intensité du
son de la cloche seule.
→ Comment trouver une relat° entre psychologie (sensat° perçue) et matière (stimulat°, son) ?
La relat° corps/ esprit peut être connue par l'étude de la relat° mathématique entre l'intensité
physique du stimulus et la sensat° psychologique perçue.
→ Naissance de la psychophysique par Fechner (connu pour être à l'origine de la psychophysique +
formulat° de la loi de Fechner/ Weber rappellant l'influence des travaux émis de Weber)
Loi de Fechner-Weber : La sensat° est proportionnelle au logarithme de l'excitation S = k x log(I)
I étant l'intensité de l'excitation.
K étant une constante à déterminer (valeur fixe : exemple, 3, 4, 5)
S étant la sensation, expérience subjective de la réalité.
Cette loi postule qu'on peut prédire le psychologique (le ressenti) en fonct° des caractéristiques
mesurables de l’environnement.
La psychologie comme discipline autonome scientifique :
Les idées philosophiques sur l'esprit peuvent être étudiées scientifiquement. Une nouvelle discipline
peut naître : la psychologie. Elle se fera par la naissance de la psychologie expérimentale sous
l'impulsion de Fechner en faveur de l'expérimentation psychologique.
•
Introspection : source d'informations. La psychologie scientifique va utiliser cette méthode.
Ces premiers psychologues ont une certaine conception de la psychologie (WUNDT ET
TITCHENER) en cherchant son but, et à quoi sert-elle ?
•
Structuralisme : Étudier la structure de l'expérience mentale consciente en la ramenant à ses
éléments constitutifs et en explorant ces derniers par l'introspection.
L'introspection et le structuralisme : la question du « comment » ?
Comment fonctionne l'esprit ? Comment fonctionne le psychisme ?
Introspection
•
Wundt :
→ Eleve de Fechner en Allemagne
→ Fonde en 1879 le premier laboratoire de
psychologie expérimentale à Liepzig
→ Étude de la nature de la conscience par
l'introspection empirique :
- Les participants décrivent exactement leur
expérience pendant la réalisation de tâches
mentales.
- Différencie le calme, la relaxation, l'excitation..
- Contrôle les conditions de l'introspection
(métronome pour rythmer les représentations
mentale)
- Mais méthode non scientifique car non
réfutable. (on ne pas montrer que c'est faux)
Wundt va nous soumettre a une stimulation
de l'intensité en nous demandant de produire
une réponse comportementale et de décrire ce
que la personne ressent.
Wundt va montrer qu'il y a d'un côté la
sensation (réaction physiologique primaire) et
d'un autre côté la perception. (construction
psychologique tardive et plus complexe) →
Importance du temps de réponse.
Structuralisme
Titchener
→ Eleve de Wundt en Allemagne
→ Objet de la psychologie : étude du comment
est structuré l'esprit.
→ Prétend avoir identifié plus de 40 000
sensations par l'introspection
→ Méthode : introspection expérimentale
analytique :
- Une phase expérimentale (e.g, choix d'une
couleur parmi deux)
- Une phase introspective (que s'est-il passé ?)
Titchener va définir le structuralisme comme la
description des unités élémentaire de la
conscience.
Pour Titchener ces unités élémentaires
psychologiques sont des choses quantifiables
(on peut les mesurer). Pour cela il va utiliser
cette méthode combinant plusieurs phases (voir
ci-dessus).
Titchener a montré cette méthodologie car elle a
deux avantages. Elle permet de réaliser un
contrôle externe de l'expérience. Puis par la
phase introspective il voulait réaliser un contrôle
subjectif autrement dit associer à l'objectif de la
première phase notre expérience personnelle.
(contrôle interne.)
→ Etude de la conscience doit :
- Mettre en évidence les composantes
élémentaires de la conscience
- Identifier les modes de connexions
- Définir les processus physiologiques qui les
sous-tendent.
Le fonctionnalisme : « Pourquoi »
Le fonctionnalisme
Perception de l'objet dépend de sa fonction par rapport à ses objectifs.
•
James (1842-1910)
→ Responsable du laboratoire de Harvard (1891)
→ Objet de la psychologie : Comprendre pourquoi l'esprit est tel qu'il est (et non identifier sa
structure)
→ Nous ne vivons pas pour penser, nous pensons pour vivre.
→ L'activité mentale est un instrument d'action.
•
Dewey (1859-1952), Clarapède (1933)
→ le problème central de la psychologie, c'est celui de la conduite . Mais la conduite n'est rien
d'autre qu'une certaine espèce d'adaptation.
→ L'adaptation c'est répondre à un besoin
→ Darwin (évolution)
La psychologie fonctionnelle est la forme de psychologie qui envisage les phénomènes
psychologiques du point de vue du rôle qu'ils jouent dans la vie.
= Elle étudie les phénomènes psychologiques du point de vue de notre utilité, à quoi elle nous sert
dans la vie de tous les jours.
Ce qu'il faut retenir du chapitre 1 :
Le dualisme c'est :
Le monisme c'est :
La psychologie c'est :
La psychophysique s'intéresse à :
L'introspection c'est :
Le structuralisme c'est :
Le fonctionnalisme c'est :
Chapitre 2 : Le behaviorisme.
Mot crée de toute pièce par les psychologues
« Behaviour » : mot anglais signifiant « le comportement ».
•
Les pionniers
→ Pavlov (conditionnement répondant)
→ Thorndike (la loi de l'effet)
•
Deux fondateurs
→ Watson (S-R)
→ Skinner (conditionnement opérant)
•
Le néo-béhaviorisme
→ Tolman (l'hypothèse de la connaissance)
•
Des applications actuelles
Principe général :
Courant apparu autour du 20ème siècle sur le constat suivant : Le structuralisme et le
fonctionnalisme → Étude des états mentaux. Or le psychisme ne se voit pas, ne s'observe pas.
•
Limite du structuralisme et du fonctionnalisme (introspection)
→ Il est impossible d'étudier objectivement l'esprit.
•
Réponse du béhaviorisme
→ On doit écarter le recours à la conscience comme facteur explicatif
→ On peut étudier scientifiquement uniquement le comportement et ses relations avec
l'environnement.
•
Tout comportement est le résultat d'un apprentissage.
Les pionniers :
Ivan Pavlov (1849-1936)
Conditionnement classique (répondant)
•
Médecin et physiologiste russe
•
Prix Nobel en 1904
•
Un chien peut saliver au son d'une cloche qui a été préalablement associé à de la nourriture.
•
On produit un comportement répondant (involontaire) en réponse à un stimulus.
•
Nécessité d'agir avant l'apparition du comportement : réaliser une action avant l'apparition
du comportement.
Thorndike (1874-1949)
Les boîtes à problèmes
•
Psychologue américain
•
Suit les cours de William James
•
Thèse : « Animal intelligence : An experimental Study of the Associative Processus in
Animals »
•
On apprend grâce aux conséquences des actions (boîte à problème)
L'animal a appris la solution pour sortir de la boite en fonction des conséquences du
comportement. La réussite est la conséquence de ma formation.
•
Loi de l'effet : un comportement suivi d'une récompense sera associé à la situation qui l'a
déclenché. Le facteur principal de l'apprentissage est la récompense.
•
La loi de l'exercice : Plus un sujet se comporte d'une certaine façon dans une situation
donnée, plus d'association entre cette situation et ce comportement sera renforcée.
•
Loi de l'association progressive : Après plusieurs essais (actions) les animaux savent
comment obtenir de la nourriture et sortent de plus en plus vite de la cage (résultat des actions)
Les fondateurs du behaviorisme :
A. Un nouvel objet pour la psychologie : le comportement.
- Pavlov : Apprentissage par conditionnement
- Thorndike : Apprend à partir des conséquences de nos actes
Fondateur du behaviorisme :
Watson (1878-1958)
Behaviorisme méthodique
•
Élève de Wundt
•
Élève formé au fonctionnalisme, et au structuralisme.
•
Le réflexe conditionné (répondant)
- Base de tout apprentissage
- Naissance behaviorisme radical
•
Le cas du petit Albert, 1920.
- Création volontaire d'une phobie.
•
Nous sommes le fruit d'un conditionnement
- Même potentiel au départ.
- Le milieu nous façonne
- On peut modifier les comportements inappropriés
•
Une approche réductionniste
- Watson construit le comportement complexe sur des connexions réflexes. (simples associations
S-R) = On met en relation un stimulus avec une réponse. Ce qu'on appelle une connexion.
La but de la psychologie, sera selon lui, la prédiction et le contrôle du comportement.
Pour Watson, notre façon d'être et d'agir en général est toujours le fruit de l'apprentissage.
L'expérience du bébé Albert (âgé de 8 mois) : 1920. Ce que Watson a réalisé et qu'il a pris un enfant
normal, sans pathologie particulière et par une manipulation expérimentale, par conditionnement, il
va amener l'enfant à apprendre à avoir peur d'un chat mais cette peur va se généraliser sur tous les
animaux.
Pour Watson, le réflexe conditionné est la base de tout apprentissage. Le comportement de l'enfant a
été modifié après l'expérience. L'enfant a appris ces informations par conditionnement = Le fait de
présenter simultanément deux choses, le comportement qu'on a face à une chose va être associé à
autre chose.
Chez l'être humain, on est capable de créer des phénomènes de conditionnement répondant car
l'individu ne fait que répondre sans modifier l'environnement. Il ne fait que répondre à des
stimulations de l'environnement.
L'intuition de Watson est que si on peut induire un comportement inapproprié, pathologique, par
conditionnement il serait possible de faire le conduire. (via la méthode de l'exposition progressive
par exemple)
Est-ce que toutes les phobies sont le produit d'un conditionnement ?
Cela dépend du psychologue que l'individu va consulter.
B. De la conséquence de nos actions.
S→R→C
Stimulus Réponse Comportement
On met en relation le stimulus avec une réponse mais la réponse met elle-même une relation avec la
conséquence. La conséquence peut être la récompense.
Le comportement a une conséquence et en retour la conséquence à un retour sur le comportement =
une rétroaction. Ce schéma est la conséquence de nos actions.
Skinner (1904-1990)
Behaviorisme théorique
•
Limite du conditionnement répondant (Watson)
- Parfois des stimuli connus ne provoquent aucune réaction, pourquoi ?
•
La loi de l'effet (Thorndike)
- Comment quelque chose qui suit un comportement peut-il avoir un effet sur celui-ci ?
•
Conditionnement répondant
1. Les comportements ne sont pas suivis d'effet.
2. Les comportements sont des réponses réflexes à une stimulation de environnement :
involontaire.
•
Conditionnement opérant par renforcement (instrumental)
1. Les comportements ont un effet sur l’environnement qui détermine leur probabilité de
réapparition : le comportement est régi par ses conséquences.
2. Les comportements sont des conduites complexes : volontaire.
Éthologie : Étude du comportement animal.
Exemple : La Boite de Skinner → Dispositif qui a pour objectif d'apprendre à l'animal que le
comportement « appuyer sur le levier » à une conséquence « la nourriture ». Il va faire la connexion
entre l'action et la conséquence.
Positif/ positive
Négatif/ Négative
Renforcement
(objectif :Augmenter
reproduction du
comportement)
Ajout d'un stimulus agréable
Retrait d'un stimulus
désagréable
Punition
(objectif :Diminuer
reproduction du
comportement)
Ajout d'un stimulus
désagréable
Retrait d'un stimulus agréable.
Renforcement positif : Mon comportement a pour conséquence quelque chose de positif extérieure
à notre environnement.
Exemple : Dans la boîte de Skinner, la nourriture va induire un renouvellement du comportement.
Renforcement négatif : En prédisant un comportement, cela a pour conséquence la suppression de
quelque chose désagréable. L'animal appuie sur le levier pour que le stimulus disparaisse.
Punition positive : L'animal va apprendre qu'en appuyant sur le levier, un choc électrique apparaît.
Il associe l'action a une conséquence désagréable. Il va apprendre a ne pas reproduire le
comportement.
Punition négative : L'action a pour conséquence de retirer un stimulus agréable. L'animal va
apprendre a une pas appuyer sur le levier sinon il n'a plus de nourriture.
Behaviorisme ABC :
Antécédent
(stimulus
événement
circonstanciel)
Renforcement
positif
Behavior
(réponse)
Satisfaction
Conséquences
Augmentation
D'un stimulus
Augmente le
comportement
Conséquences
Positif ou
négatif
Conséquences
Positif ou
négatif
Renforcement négatif
Augmentation
D'un stimulus
Augmentation d'un
stimulus
Satisfaction
Conséquences
Punition par
perte
Diminue le
comportement
Skinner
•
En faveur du déterminisme
- refuse le libre arbitre (nurture)
- l’environnement fait tout
•
nie le rôle positif de l'erreur dans l'apprentissage.
Les idées clés du béhaviorisme.
•
Le behaviorisme scientifique comme méthodologie : Observer le comportement de manière
objective.
- soucis de scientificité et l'objectivité (discipline scientifique et le veulent pas se défendre contre
l'idée que les connaissances dépende de la personne qui fait l'expérience)
- L'observation est centrale : faits
- On doit abandonner l'introspection
- On doit caractériser le comportement : forme, intensité, fréquence, durée, conformité, temps de
latence..
- On doit le mesurer dans des conditions établies
- On doit mettre en évidence scientifiquement des causes et effets.
Le béhaviorisme comme doctrine radicale : prédire et contrôler le comportement.
–
Objet d'étude : les comportements, seuls observables (pleurer, crier..)
–
Les pensées sont inobservables donc non étudiables (tristesse, colère) : boîte noire (ce qui
sort est déterminé par ce qui entre)
–
L'environnement est la source d'apprentissage : relation de cause à effet (saliver devant un
menu, phobie du dentiste) : conditionnement = une procédure d'apprentissage.
[ Conditionnement : Procédure qui conduit à un organisme d'avoir un comportement dans une
situation où il ne le faisait pas. ]
–
–
Des éléments discrets déterminent le comportement : réductionnisme
Le comportement ne relève pas d'état mentaux
Le néo-behaviorisme : Tolman (1886-1959)
Carte cognitive
•
Un rat placé au point de départ apprend rapidement à trouver l'arrivée où se trouve la
nourriture. Comment ?
- Behaviorisme : le rat apprend à tourner à droite, à gauche.
- Behaviorisme : le rat se crée une représentation mentale du labyrinthe.
•
NB : Hull
•
Naissance du cognitivisme.
Le stimulus a un impact psychologiques. Variables intermédiaires vont affecter notre comportement.
Ce qu'il faut retenir :
Le behaviorisme signifie …
Le béhaviorisme doctrinaire c'est :
Le béhaviorisme scientifique c'est :
Le réductionnisme c'est :
Le renforcement c'est :
Le conditionnement c'est :
CHAPITRE 3 : La psychodynamique
•
Introduction à la psychodynamique
- Les principales hypothèses
•
Fondations
- Les racines
•
Freud : l'invention de la psychanalyse
Introduction à la psychodynamique :
Pour la psychodynamique , notre comportement reflète un conflit qu'il y a en nous. Ces conflits sont
inconscients.
Un conflit inconscient est un phénomène de « surtension ». Il oppose deux choses :
–
Ce que l'on veut faire
–
Ce que l'on peut faire
Pour résoudre cette tension, il faut trouver une situation de compromis dans notre inconscient.
Nos désirs vont essayer de trouver un moyen d'accéder à la conscience mais inconsciemment la
réalité va avoir une influence → tension qu'on appelle « anxiété, angoisse » générer par
l'anticipation des conséquences du désir.
Mécanisme de défense = « disjoncteur »
•
Définition
« configurations d'interaction entre les désirs, les menaces, dont l'arrivée est anticipée si les désirs
sont exprimées, et les processus de régulation utilisés pour faire face ou se défendre contre cette
situation conflictuelle » (Horowitz, 1988, p.5)
Au carrefour de l'art et de la science :
Méthode expérimentale
Tradition
Expérimentale
Psychologie
scientifique
Augmentation d'un
stimulus
Renforcement négatif
Puniti
on par
coup
Pratique
evidence-based
Tradition
clinique
Psychologie
appliquée
Diminue le
comportement
Production de
connaissances
La psychodynamique s'inscrit dans une tradition clinique : elle est l'objet d'une double lecture (pour
les cliniciens elle est un art/ pour certains expérimentalistes réductionnistes elle est une psychologie
de moindre valeur.)
•
Les principales hypothèses
La première hypothèse fondamentale pour la psychodynamique = Limitation de la conscience et
importance des relations interpersonnelles.
Comportements
Etats mentaux conscients
(« ce que je pense et ressens »)
Etats mentaux inconscients
(représentations et affects qui
m'influencent à l'issue de mon plein
grès. »
Retrait d'un
stimulus
Symptômes
Paroles