Une expérience pédagogique du débat public en école d’ingénieur
Le cas du nucléaire.
Cynthia Colmellere, enseignant-chercheur en sociologie,
Ecole Centrale paris
Centre de recherche sur la formation, CNAM
Cette communication présente un dispositif pédagogique d’exercice de débat public autour
d’un projet d’implantation d’un réacteur nucléaire. Cet exercice est mené depuis deux ans
dans le cadre d’un cours de sociologie pour des ingénieurs de deuxième année à l’Ecole
Centrale Paris. Il concerne un groupe d’une vingtaine d’élèves et s’inspire d’une situation
réelle et actuelle : le projet d’implantation d’un réacteur nucléaire de type EPR à Penly (76).
L’exercice concerne la première des différentes réunions organisées dans le cadre de ce
débat public. Les élèves ingénieurs choisissent d’incarner l’un des acteurs représentant les
différentes parties concernées : industriels, communes et des collectivités locales, Autorité
de Sûreté Nucléaire (ASN), Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (appui
technique de l'ASN), riverains, associations écologistes.
Cette communication comprendra quatre parties.
En introduction, nous rappellerons les objectifs des enseignements en sciences humaines et
sociales dans les formations d’ingénieurs et à l’Ecole centrale Paris en particulier.
Ensuite, nous exposerons les objectifs pédagogiques de cet exercice, en l’inscrivant dans le
cadre du cours de sociologie des organisations et du risque dans lequel il se déroule. Nous
préciserons également la position de ce cours relativement à l’ensemble des enseignements
de sciences humaines et sociales et aux enseignements scientifiques et techniques traitant
des questions énergétiques proposés aux élèves.
Nous présenterons ensuite les caractéristiques de ce dispositif pédagogique, le profil des
élèves et leurs attentes. Un élément doit être posé : de manière générale, les élèves ne
questionnent pas le développement et l’usage de la technologie nucléaire. Pour la plupart,
ils en soulignent les avantages relativement aux énergies fossiles. Nous reprendrons le
déroulement concret de l’exercice en trois étapes, en détaillant au préalable les modalités
pédagogiques associées : 1) la préparation de l’exercice : nous préciserons les contenus
théoriques, méthodologiques et pratiques pour introduire les élèves à la sociologie et leur
permettre de préparer et pratiquer cet exercice au mieux. Nous détaillerons également le
travail de collecte, de synthèse et d’analyse critique des informations techniques,
économiques, sociales, politiques, historiques, réglementaires nécessaires. 2) Le
déroulement du débat et sa dynamique. 3) Le retour d’expérience des élèves sur leurs
contributions individuelles et collectives à cet exercice. Il s’agit d’amener les élèves à 1)
replacer cet enseignement dans la perspective de leur parcours étudiant et professionnel, 2)
questionner le rôle de l’ingénieur dans son entreprise ou institution et dans la société.
Nous conclurons sur les apports de ce dispositif relativement aux objectifs pédagogiques
initiaux et dégagerons quelques pistes d’évolution. Plus fondamentalement, les modalités
pédagogiques d’un apprentissage dynamique des controverses seront questionnées. Quelles
pourraient être les conditions d’une construction pédagogique commune entre les
enseignants-chercheurs issus des différents domaines scientifiques, techniques concernés et
ceux issus des sciences humaines et sociales ? La question ne se pose pas uniquement en
terme d’intégration des dimensions humaines et sociales. Dans le cas étudié, il serait
pertinent de poser, au sein de l’Ecole, la question du nucléaire comme un sujet de débat et
non comme un sujet de formation ou d’information. Pour le sociologue, cette expérience
pédagogique renouvelle le questionnement sur la démocratie technique, au-delà des
clivages entre experts et profanes.
Téléchargement

debat_public_SHs_ingenieurs_c_colmellere .résumé en