16.09.2011
UE.2.11.S6
Hormonothérapie en cancérologie
Cancers de la prostate
-
Anti-androgènes
Agonistes de la LH-RH
Œstrogènes
Cancer de la prostate
Anti-androgènes
-
Empêchent la fixation de la testostérone sur ses récepteurs
Ttt per os en continu
Effets secondaires les + fréquents : N-V-douleurs abdo, gynécomastie, bouffées de chaleur,
impuissance
Effets secondaires les + graves mais rares risques thromboembolique
Agonistes de la LH-RH
-
-
-
Agissent sur l’axe hypothalamo-hypophyse-gonade en stimulant dans un 1er temps la
synthèse des hormones hypophysaires FSH – LH et par conséquence celle de la testostérone
et des dérivées. Par RC- il y aura au bout de 2 à 4 semaines freination de leur production.
Castration « chimique »
Actifs uniquement par voie injectable soit en IM ou SC. Le rythme des inj. Varie selon les
présentations
Utilisées également dans du sein métastatiques hormonodépendants avant la ménopause à
titre de castration chimique
Utilisés dans d’autres indications hors cancérologie
Dans le cancer de la prostate avancé ou métastatique, ils seront systématiquement associé à
un anti-androgène débuté 1 semaine avant l’agoniste de la LH-RH et maintenu pdt le 1er mois
de ttt pour éviter l’exacerbation des symptômes (action stimulante initiale)
Effets secondaires sont fréquents
Œstrogènes : distilbène®
Cancers du sein : généralités
-
L’hormonothérapie est utilisée pour les tumeurs sur-exprimant les récepteurs aux
œstrogènes et à la progestérone. Elle diminue la synthèse ou l’action de ces hormones.
Durée de ttt optimal est de 5 ans minimum
Le ttt sera différents selon l’état ménopausique de la femme
 En pré-ménopause
 En post ménopause
1
16.09.2011
UE.2.11.S6
Cancers du sein : les groupes de mdts utilisés
Anti-œstrogènes
-
Antagonistes de l’œstradiol au niveau de ses récepteurs sur certains tissus dont le sein
Effets secondaires (dose dépendants)
 Bouffées de chaleur, sueurs, saignements…
Anti-aromatase
-
Leur action anti-œstrogène est due à l’i- de l’aromatase, enzyme permettant la conversion
des androgènes produits par les corticosurrénales, en œstrogènes
Indiqués dans les cancers du sein hormonaux dépendants post ménopausiques en adjuvant
2 dérivés agonistes LH-RH indiqués dans le cancer du sein :


Leupropréline
Goséréline
Cancer sein métastatique hormono-dépendant en pré-ménopause
Effets secondaires : bouffées de chaleur, céphalées, prise de poids, œdèmes, N, V…
2
Téléchargement

Hormonothérapie en cancérologie