Culture Générale
Philosophie
Plan :
Introduction : Pourquoi un cours de philosophie en faculté de pharmacie ?
I.



Le miracle grec :
Les présocratiques
Les sophistes
Socrate et ses disciples



La philosophie hellénistique :
Les cyniques
Les stoïciens
Les épicuriens



De la renaissance à la révolution :
Les philosophes-savants de la Renaissance
Les rationalistes
Les empiristes


Le fait scientifique au XXe siècle
La nature du fait scientifique
Le métaréalisme
II.
III.
IV.
Introduction : Pourquoi un cours de philosophie en faculté de pharmacie ?
« La philosophie ne peut ni s’enseigner ni s’apprendre » Socrate
Ce n’est pas la philosophie
 Un dogme établi
 Un vain discours
Ce qu’est la philosophie
 Etymologiquement : L’amour de la sagesse
 Une façon d’être
 Une interrogation permanente
Les deux principaux questionnements philosophiques
 Les questions morales (réponses incertaines mais accessibles)
(Ex : Qu’est ce que le bonheur ? Qu’est ce que le bien ? Le mal ? Pas de réponses absolues
 Les questions existentielles (Réponse certaine et inaccessible)
(Ex : Est-ce que Dieu existe ? Réponse absolue mais pas accessible à l’homme)
Les questionnements philosophiques
 Interrogations existentielles : L’Abbé Moreux
D’où venons-nous ?
Qui sommes-nous ?
Où allons-nous ?
 Interrogation morales : Emmanuel Kant
Que puis-je savoir ?
Que dois-je savoir ?
Que m’est-il permis d’espérer ?
1
I.

LE MIRACLE GREC
Les présocratiques (Les archaïques)
Au commencement les mythes :
 Les mythes : une explication du monde et un moyen d’agir sur celui-ci
(L’homme cherche à comprendre, à expliquer le monde qui l’entoure car l’homme ne peut rester passif. Il se sent
impuissant dans un monde qu’il ne comprend pas)
Les présocratiques archaïques :
 Expliquent le monde à travers leurs cosmogonies
 Pythagore (env. 570-500 av JC)
(Connu pour le théorème mathématique. C’est un philosophe. Il croit en la réincarnation de l’homme)
La remise en cause des mythes :
 Le rôle joué par la littérature : Homère et Hésiode
 Le premier dynamiteur : Xénophobe de Colophon (env. 570-480 av JC) : prône une démythologisation de la
pensée
(Il trouva que le Dieu ressemblaient et se comportement comme des humains : jaloux… indigne des Dieux)
Les trois philosophes de Milet :
 Thalès (env. 624-545 av JC)
(Connu pour son théorème il mesurera la grande pyramide de Kheops avec celui-ci, il affirma que dans l’eau il y a
des germes de vie)
 Anaximandre (env. 610-547 av JC)
(Il défend l’idée qu’il existe un principe premier du à l’origine du monde, ce principe est forcement non
observable pour l’homme. Thalès dit que le premier principe est l’eau et pour Anaximandre c’est l’air car l’air en
se condensant devient de l’eau…)
Un principe premier unique à l’origine du monde
Le problème de la diversité :
 Parménide (env. 515-450 av JC) « Le monde est éternel ; nos sens nous trompent »
(Comment un premier principe unique peut être à l’origine de la diversité du monde ? D’après Parménide
 Héraclite (env. 540-480 av JC) « Le monde varie ; nos sens sont fiables »
(Il dit : Il est impossible de se baigner dans le même fleuve car le fleuve s’est écoulé et même l’homme a changé
puisqu’il n’est plus le même temps »
 La synthèse Empédocle (env. 490-430 av JC)
Parménide et Héraclite ont chacun raison dans une de leur affirmations : le monde est stable (rien ne peut se
transformer) et pourtant nos sens sont fiables.
(Le monde est stable et nos sens sont fiables)
 Rupture avec l’idée de principe premier
 Les 4 « racines » : Air, terre, eau, feu
(Les 4 éléments, elles ne bougent pas et le monde n’est qu’une combinaison des 4 éléments)
 Les forces opposées : Amour et haine
Les modernistes :
 Anaxagore (env. 500-428 av JC) La contemplation du monde réel les homéoméries : infinis et différents le principe
de conservation
(Thales fait partis des 7 sages de la Grèce antique. Il s’identifie comme un individualiste, il dit : Le ciel est ma cité,
il n’est se reconnait pas comme une citoyen d’Athènes mais comme un citoyen du ciel, il contemple les astres. Il
affirme que le soleil n’est pas un dieu et même que le soleil est une pierre encore plus grand que la Péloponnèse
(la Grèce). Pour lui dire que 4 racines ne permettent pas d’expliquer toutes la diversité du monde. Il soutient une
idée qu’un ensemble de particules élémentaires forme le monde entier. Il dit que l’ensemble des particules
élémentaires forme le tout et qu’un élément renferme le tout. Il est le premier a avoir introduit le principe de
conservation : Rien ne se créer, tout se transforme. En effet Lavoisier appliquera cette règle à la chimie
 Démocrite (env. 460-370 av JC) Fondateur de l’atomiste les atomes : petits, indivisibles, éternels agencements
multiples et éphémères explication matérialiste du monde
(Il défend la même idée qu’Anaxagore. Les atomes est l’unité la plus petite et que chacun des atomes est éternel.
Il dit on ne peut pas expliquer les agencements d’atome, ces agencement sont du aux hasards. Il n’y a plus aucune
place pour le surnaturel, le spirituel, tout s’explique il est le premier impérialiste du monde. Démocrite s’oppose à
l’âme : lorsque le corps meurt l’agencement. Nos sens sont incapables d’aller à la finesse des atomes. On
remarque chez Démocrite un début de rationaliste)
2

Les sophistes :

Les premiers tenant du « scepticisme »
Ils rejettent la mythologie car elle ne permet de répondre aux questions d’ordre existentiel. Ils disent que les
hommes ne pourront jamais répondre à ces questions donc il est inutile de nous poser des questions d’ordre
existentielle du point de vues philosophique puisque toutes les réponses seront incorrecte.

Ils rejettent la mythologie

Ils considèrent vain le questionnement existentiel

Philosophe itinérants

Les notions de bien et de mal sont relatives
(Dépend des localisations géographiques, varie selon conception, pas de loi universelle)

Les lois ne sont pas naturelles

Ils cultivent l’art de la rhétorique qu’ils pratiquent en mercenaires
(Ce qui leur est important est la logique du discourt convainquant)

Protagoras d’Abdère (env. 485-410 av JC)
Ami d’Euripide et de Périclès
Scepticisme et agnosticisme
Auteur des « Discours démolisseurs »
(Logique de la construction du discourt, les questions existentielles ne l’intéresse pas)
Georgias de Léontion (env. 483-374 av JC)
Zénon d’Elée (env. 489-480 av JC)
Le père de la dialectique
Célèbre pour ses apories
(La plus connu des ses apories est de la flèche tirer vers la cible, il dit que le mouvement de la flèche n’est qu’une
illusion car on peut diviser indéfiniment car il restera à la flèche toujours une distance à parcourir. C’est vrai dans
le discours mais en réalité c’est faux car il omet les règles de la physique)



Socrate et ses disciples
Le père de la maïeutique
 N’a jamais rien écrit, hostile à tout enseignement dogmatique
 Né à Athènes, d’une laideur légendaire
 Interroge tout un chacun
 Son but : Démolir les fausses certitudes et rendre disponible à la recherche de la vérité grâce à la raison
 La maïeutique : L’art d’accoucher les âmes
(Pour lui la philosophie ne s’enseigne pas elle doit venir de l’intérieur, il n’enseigne pas la philosophie, il passait son temps à
se promener dans Athènes et a interroger les gens, Il dit que la raison, le raisonnement peut nous permettre d’attendre
notre vérité intérieur)
Le procès de Socrate
 Accusé de corrompre la jeunesse et d’introduire de nouveaux dieux
 Condamné à une majorité de 60 voix sur 501
 Le répit du au départ de la galère sacrée pour Délos
 La mort digne de Socrate
(Il sera accusé d’homosexualité ce qui est injuste à l’époque puisque l’on ne condamné pas l’orientation sexuelle et
condamné à mort, répit d’un mois sur la galère sacrée assigné à domicile entouré de ses disciples qui le conseil de s’enfuir
mais refuse car il sait qu’il a été condamné pour des raisons injustes et donc s’il s’enfuit il donnerait raison à ceux qui l’on
condamné. Socrate ne s’est jamais considéré comme un dieu contrairement à Jésus Christ qui se dit fils de dieu,
Parallélisme entre Socrate et Jésus Christ ils sont l’un des personnages qui ont le plus influencés la pensée occidental
malgré qu’ils n’ont jamais rien écrit, tous les deux sont deux penseurs qui ont été condamné et ont refusés que leurs
disciple décèdent)
Platon (427-347 av JC) :
Sa vie




Né à Athènes d’une famille aristocratique
Le disciple de Socrate : Rencontre le maître en -407 et suit son enseignement pendant 8 ans
Se destinait aux affaires politiques, mais la mort de Socrate, condamné par les démocrates, le pousse à quitter
Athènes et à repenser les problèmes politiques
Effectue une série de voyages
3



De -388 à sa mort oscille entre Athènes et la Sicile
Cherche à convertir le tyran Dénis 1er à sa philosophie politique
Vendu comme esclave, libéré en -387 fonde l’Académie à Athènes
Son œuvre : Dominée par les 25 dialogues
 Gorgias (ers -387)
S’élève contre la rhétorique, arme des tyrans, lui oppose la philosophie
 Tente de définir la vertu et si elle peut s’enseigner
(Il s’intéresse aux questionnements d’ordre politique, moral et aux questionnements existentiels)
 Phédon (vers – 385)
Met en scène les derniers instants de Socrate (Immortalité de l’âme)
(Platon croit en l’immortalité de l’âme)
 Le Banquet (vers -385)
Traite de l’amour, chaque être recherche sa moitié
(Autrefois tous les hommes étaient hermaphrodites puis il eu séparation et tout le monde cherche sa moitié)
 La République (Entre -385 et -370)
Œuvre majeure de la définition de la justice ou gouvernement idéal (le philosophe –roi) approche métaphysique :
opposition monde des idées/monde sensible allégorie de la caverne)
(Monde des idées un monde parfait que l’on peut atteindre par la raison, monde sensible approchable grâce aux
sens monde qui n’est qu’illusion)
 Le Théétète (vers -368)
La connaissance objective est possible (opposition aux sophistes)
(Platon dit qu’on peut connaitre le monde réel)
 Parménide (vers -367)
Répond aux critiques sur sa théorie des idées
(Le but final pour Platon est la recherche du vrai, le bien est ce que chacun doit chercher à atteindre, il est le fondateur de
la métaphysique car il ne peut expliquer le monde par …exterieur)
Aristote (384-322 av JC)
Sa vie






Né à Stagire (Macédoine), son père est le médecin du roi
Entre à 18 ans comme élève à l’Académie de Platon, devient l’assistant du maitre
A la mort de Platon, en -347, quitte Athènes et fonde une école à Assos
En -343 le roi Philippe en fait le précepteur de son fils Alexandre
Retour à Athènes en -334, à l’avènement d’Alexandre, fondation du Lycée
(En compétition direct avec l’Académie de Platon, les élèves du lycée son appelé les péripatéticiens)
En -323, mort d’Alexandre, Aristote, accusé d’impiété, se refugie à Chalcis où il meurt un an plus tard
Ses œuvres : Nombreuses et variées
 Grandes variétés de sujets traités (170 ouvrages dont 47 conservés)
 Organon
Titre donné à l’ensemble des ouvrages de logique d’Aristote
Les « lieux » : Point de vue sous lequel un sujet peut être abordé
Il y a 10 lieux :

La substance : Quesque c’est ? Exemple de réponse : Aristote

La nature : C’est un homme, un mortel…

La quantité : un, 1m75, 73 kg

La relation : Un ami de Platon

Le lieu : A Athènes

Le temps : Quand ? L’après midi

La situation : Il est en train de se promener

La possession

L’action

La passion
 Ethique à Nicomaque
Le but de l’homme est le bonheur
Le bonheur est dans le perfectionnement de l’individu en équilibre d’appétit, de plaisir et de raison
 Politique
L’homme est un « Animal politique »
Il ne peut se réaliser que dans une communauté
4


(C’est à dire qu’il ne peut vivre et s’épanouir qu’en communauté, il y décrit les 3 systèmes possible : la monarchie,
la démocratie)
Physique
Philosophie seconde
Théorie du mouvement
L’âme de l’homme à une âme triple : Végétative, sensitive et intellective
Métaphysique
Philosophie première
La science des premiers principes et des premières causes
La séparation de la philosophie et de la science
 L’esprit scientifique : Etudie le mouvement naturelle du monde
 Conciliation entre empirisme et rationalisme : pas de principe innés, les impressions des sens d’abord, les
concepts de la raison ensuite
(Les sens permettent de recueillir les informations afin que notre raison établisse le concept (de la chaise par
exemple)
 Le syllogisme : Il n’y a que des sciences que du général et de l’universel ; invention du syllogisme et de la logique
formelle
(Le bien est au sommet de la pyramide des idées, l’idée abstraite de la recherche du bien. Pour Aristote vivre
éthiquement moralement c’est vivre en équilibre avec touts les éléments)
 La morale : Indépendante d’un autre monde quel qu’il soit, pose le problème du bien vivre
 Aristote peut être considéré comme le maitre de la pensée critique et systématique, à l’origine de toute science
Les deux disciples vus par Raphael
 Platon : Le dualisme, le monde des idées
 Aristote : L’esprit du progrès
II.
LA PHILOSOPHIE HELLENISTIQUE
Ces 3 courants philosophiques vont délester la question existentielle.
La seul chose qui les intéresse c’est la question de l’éthique (Quesque va dicté notre existence).
Comment atteindre le bonheur
Les 3 courants nous disent comment atteindre le bonheur

Les cyniques
Les temps hellénistiques
 De la mort d’Alexandre le grand à l’Empire romain
 La philosophie rompt en grande partie avec les sciences et se tourne vers l’éthique
Les cyniques
 Vient du grec kuön : Le chien
 Se prononcent pour une vie naturelle, libre et individualiste
(L’homme ne peut être heureux que s’il est seul, la plupart des cynismes n’ont pas de femmes, pas d’enfant)
 Pratiquement une philosophie concrète différente de l’idéalisme platonicien
 Antisthène (Env. 455-360 av JC)
Ancien élève de Socrate, d’un scepticisme radical
Maitre malgré lui, de Diogène
(Encore plus sceptique que les cynismes, rejette la tautologie il est antisocial,
Diogène (Env. 400-325 av JC)
 Un chien qui aboie et qui mord
 Le disciple entêté d’Antisthène
 Le mendiant des statues
(Diogène n’avait pas d’école, n’avait pas de disciple et mendiait pour gagner sa vie, il mendia des statue)
 Un ermite dénué de tout vivant dans son tonneau
 « Je cherche un homme »
(Lanterne allumé en pleine journée sous la tête des passants, il cherche l’idée d’homme parfait au sens de Platon
qui évidemment n’existe pas, il est en rupture avec le monde matériel)
 Un coq plumé pour l’homme de Platon
(Diogène se présente au banquet consacré au disciple de Platon accompagné d’un coq : Il répond que c’est
l’homme parfait décrit par Platon « Homme dépourvu de plumes »)
5




Le soleil des latrines
(« Le soleil pénètre dans les latrine mais il n’en a pas souillé pour autant », ce n’est pas parce qu’on est sale que
cela va entacher ce qu’on est)
Des nombreuses manières de se soulager
(Diogène se masturbe en place public et quand il finit il se frotte le ventre « Si on pouvait satisfaire notre faim
aussi facilement », le besoin sexuel peut se satisfaire d’après les cynismes, mais pas aussi facilement que la
faim…)
La rencontre avec Alexandre le Grand
(Alexandre veut rencontrer Diogène très célèbre par sa réputation, Diogène est un mendiant, vit comme un chien
c’est un misérable et Alexandre le grand est le plus grand monarque extrêmement riche : Antithèse, Alexandre
demande à Diogène ce qu’il souhaite et il le donnera : il répondit « Ote toi de mon soleil », s’il aurait répondu à la
proposition d’Alexandre il remettrait en cause toutes ses convictions tout son enseignement, peu de monde est
capable d’aller au bout de leurs convictions. Le cynisme est celui qui va au bout de ses idées, c’est celui qui n’a pas
d’attache)
Les stoïciens
Le Fondateur
 Zénon de Cittium (335-264 av JC)
 « Du discours » : Physique/Ethique/Logique
(Physique : Etude du monde, Ethique : Comment bien se comporter, la philosophie de l’action, La logique)
La doctrine
 Existence d’une loi naturelle
 La science : La perception inébranlable par la raison
(Renvoi à Platon, rejette le dualisme, il n’existe pas le monde des idées)
 Aucune contradiction entre l’esprit et la matière
 La nature est une et indivisible : Monisme
 L’homme ne doit pas chercher à influer sur les lois naturelles
(Pour être heureux, il faut accepter la souffrance, ne pas chercher à améliorer son sort et accepter les aléas du
destin)
 Influence sur le monde romain (Sénèque, Cicéron, Marc-Aurèle…)

Les épicuriens
Refusent la souffrance
Les deux fondateurs
 Aristippe (Env. 435-350 av JC)
Eviter la souffrance
 Epicure (341-270 av JC)
Combine Aristippe et Démocrite
La doctrine
 Le plaisir n’est pas la satisfaction des sens
 Désir à court terme et plaisir durable
Le but ultime : L’ataraxie (Le principe du bonheur)
(Mieux vaut laisser passer une jolie dans la rue, Opposition de la simple satisfaction des pulsions à court termes
pour un bonheur durable)
 L’atomiste écarte la peur de la mort
 Les « quatre plantes médicinales » d’Epicure
. Rejet de la religion et des dieux
(Nous n’avons rien à craindre des dieux, on se débarrasse de se jugement que porte les dieux sur les hommes)
. La mort ne mérite pas qu’on s’en inquiète
(C’est parce que l’homme a conscience qu’il mourra un jour qu’il ne peut pas vivre heureux)(L’homme n’est qu’un
ensemble d’atome et la mort est la séparation de ces atomes, la mort ne nous concerne pas pour les Epicuriens,
comme cela on se débarrasse d’un poids)
. Le bien est facile à atteindre
(Pour Epicure le bien est facile à atteindre. Il nous est difficile à atteindre car nous croyons qu’il est difficile a
atteindre)
. Toutes nos craintes sont faciles à supporter
(Les 3 nous disent comment atteindre le bonheur)
6
III.

DE LA RENAISSANCE A LA REVOLUTION
Les Philosophes savants
Le Moyen Age philosophique
 529 : Fermeture de l’Académie, création de l’ordre des Bénédictins
 Philosophie chrétienne tournée vers le questionnement moral (Saint-Augustin, Saint Thomas d’Aquin)
La Renaissance retour au réel
 La société s’émancipe de la tutelle de l’Eglise
(Fragilisation de l’Eglise : Guerre de Religion)
 Création de l’imprimerie (1450)
 Fin de l’empire d’Orient : Diffusion des connaissances (1453)
(Constantinople chute, battu par les Turcs : Croisade favorisant la diffusion des connaissances)
 Découverte du Nouveau Monde
(Invention boussole, lunette astronomique)
 Fin du géocentrisme
(Conception du monde de Ptolémée : La Terre est au centre de l’univers et tout gravite autour, Rupture du
géocentrisme avec l’arrivé de Copernic, le géocentrisme était conforté par l’Eglise chrétienne car l’idée de
l’homme au centre du monde était plaisant, apparition de l’humanisme par les hommes ébranlés par les
anciennes valeurs)
Le courant humaniste
 Marsile Ficin (1433-1499)
Néoplatonisme, l’homme omnipotent
(L’idée de Ficin : L’homme est l’égale de dieu « il possède presque le même génie des cieux »)
 Pic de la Mirandole (1463-1493)
Le Prince des érudits. Discours sur la dignité de l’Homme
(Il a réponse à tout, penseur qui croit en la dignité de l’homme)
 Erasme (1469-1536)
Fustige les vanités du monde
(Critique la religion, les philosophes, le pouvoir héréditaire, les seules valeurs qu’il défend sont les valeurs
humaines. L’existence terrestre à une valeur. Autrefois on pensait qu’ici-bas nous sommes dans le péché et dans
le ciel le royaume des dieux. Le monde physique est la manifestation de Dieu donc étudier les phénomènes
physique c’est )
 Giordano Bruno (1548-1600)
Une infinité de mondes semblables
Brûlé pour hérésie
(C’est tout d’abord un moine qui va être converti par un ouvrage : l’ouvrage de Copernic où il rompt avec l’idée du
géocentrisme, à la lecture de ce livre il se rend compte que la bible ne peut pas être un compte rendu scientifique
pour les réponses d’ordres existentielles. Il défend l’idée : Dieu c’est la totalité du réel, il est présent partout et
défend l’idée qu’il y a une infinité de monde semblable au notre dans l’univers. Cela déplait à l’Eglise et donc sera
torturé et brulé)
L’affaire Galilée
 Galilei Galileo, dit Galilée (1564-1642)
Le père de la méthode expérimentale
(Philosophe qui observe le réel et qui fait une démarche expérimentale)
 Utilisation d’instruments
(Il a perfectionné la lunette astronomique)
 Les mathématiques, clé de l’univers
(Il pense que le langage de l’univers c’est mathématique)
 Les étapes de la méthode expérimentale
Observation du réel
Hypothèses explicatives
Vérification par l’expérimentation
 La fin du géocentrisme
Nicolas Copernic (1473-1543)
T. Brahé, J. Kepler, I. Newton
Le premier procès en 1616
Le second procès en 1633
7
(Copernic n’est pas un grand savant mais va publier un ouvrage révolutionnaire mais truffé d’erreur, il a attendu
le jour de sa mort pour le publié car l’Eglise ne plaisante pas avec les philosophe qui remettent la cause. Copernic
aura seulement l’intuition que la c’est la Terre qui tourne autour du soleil et non l’inverse mais il ne le démontrera
pas. Tycho Brahé est danois, il sauvera le roi de Danemark, et sera récompenser avec le don d’une île et y
construit un observatoire et pendant des années il recueillera les positions des corps célestes mais c’est Johan
Kepler qui exploitera mathématiquement les résultats de Brahé à sa mort. Kepler délivrera seulement le résultat
de ces lois. Kepler montre que les orbites en ellipse. Newton paysan orphelin très bizarre qui fera des études
poussés, il est célibataire il ne s’intéresse qu’à la science. Il démontre le principe de la gravitation)
(A Rome le procès de Galilée, un des plus grands scientifiques de son temps remit en cause les écritures saintes de
la bible. Il considère que la genèse ne peut décrire de manière scientifique. Galilée ne sera pas sanctionné mais
L’Eglise interdit le livre de Copernic et l’expansion de ses idées. Avec le nouveau pape, Galilée sera sanctionné)

Les rationalistes
René Descartes (1596-1650)
 Appuyer le raisonnement sur les mathématiques et des principes innés
 Le Discours de la Méthode
Avoir les idées claires et distinctes : Analyser, synthétiser, dénombrer
(Apporter des réponses irréfutables aux questions d’ordre existentielles. D’après Descartes, l’outil de
connaissance c’est la raison.
Avoir les idées claires et distinctes : Eviter la précipitation, qu’est ce que je sais qui est vrai de façon certaine
Analyser : Scinder le problème, diviser les difficultés pour les mieux résoudre
Synthèse : Classer les objets des plus simples au plus compliqué
Dénombrement : S’assurer qu’on à pas oublié quelques choses
Selon Descartes avec cette méthode on peut aborder n’importe quels problèmes)
Blaise pascal (1623-1662)
 D’abord un mathématicien (Probabilités)
 Esprit de finesse différent de l’esprit de géométrie
(Il oppose l’esprit de géométrie (Cartésienne) et l’esprit de finesse. Il faut considérer le problème dans son
ensemble)(Plus on est savant plus on se rend compte qu’on connais peu de chose)
…Et les autres
 Baruch Spinoza (Illusion religieuses)
(Critique radical de la bible : Il pense que les religions sont vidées de sens qui empêche l’homme d’attendre un
raisonnement libre, et a donc été victime de persécution)
 Gottfried Wilhem von Leibniz (Règles logiques)
(Essaye de bâtir un système philosophique sur la logique, le monde tout entier est rationnel et donc il existe des
règles logiques qui dictent le monde. Il découvre le calcul infinitésimal en même temps que Newton. Leibniz avait
une influence beaucoup moindre que Newton et a donc été comme banni de la société scientifique. Fait parti de
la Royal Society, la plus prestigieuse de Londres)

Les empiristes
Les sens ne rendent pas compte de la réalité du monde. On peut dire par exemple qu’une craie est essentiellement du vide
puisque elle est constituée d’atomes qui sont essentiellement constitué de vide avec un petit noyaux.
John Locke (1632-1704)
 Essai sur l’entendement humain
 Idées sensorielles simples
Intégration de notre esprit des informations délivré par nos sens
 Idées réflexives
(On passe de nos idées sensorielles simples à nos idées réflexives grâce à la raison)
Tous les empiristes rejettent le rationalisme de Descartes,
David Hume (1711-1776)
 Traité de la nature humaine
 Les impressions
 Les idées
 Le rejet des lois naturelles
8
(Pour Hume, il n’existe pas de loi naturelle, l’idée de cause a effet se fait par l’habitude car nous savons par avance
quel effets donne une cause, Il n’y a pas de rationalité dans le monde)
La nature du fait scientifique
Le fait brut : Fin d’un mythe
 Le fait brut n’existe pas
 Tout fait englobe une idée, une théorie
L’illustration : L’arbre déraciné
 L’arbre qui tombe sous l’effet d’une rafale
 Nos sens enregistrent la force du vent
 Forts
 De notre expérience, nous estimons cette force et la résistance de l’arbre
 Le fait est la résultante de cette activité réflexive (Locke, Whewell)
(Sans même nous en rendre compte de façon totalement inconsciente, nous confrontons les informations recueillies
par nos sens à notre raison. Donc ce n’est pas qu’un simple constat que nous faisons, ce n’est que la résultante de
notre conception du réel)
Vers le métaréalisme
L’expérience de la double fente : Thomas Young (1773-1829)
(Expérience de physique qui débouche sur la réalité de manière tout a fait troublante
Comment une particule peut avoir conscience de son environnement ? Il y a-t-il une conscience dans la matière ? Comment
changent-ils de trajectoires lorsqu’il y a un observateur extérieur ?
 Les franges d’interférence
 L’impact prévisible
 Ouverture de la 2ème fente : impact imprévisible
 Tir des photons un à un et observation : absence de la figure d’interférences
Explications :
 Toute particule élémentaire peut agir comme une onde immatérielle (Fin du dualisme platonicien et cartésien
entre esprit et matière)
Notion de métaréalisme (J.Guitton)
L’observateur oblige la particule à choisir un seul état quantique
(Première constatation, les photons parait avoir conscience de sont environnement. Deuxième constatation, les photons
semblent aussi avoir conscience de leur semblable. Si on suit la trajectoire du photon jusqu’à l’écran, on ne verra plus les
franges apparaitre. Les photons sembles alors maintenant conscience de la présence d’un observateur. Encore aujourd’hui
personne n’a une explication définitive. Il est impossible d’expliquer ce phénomène de manière rationnelle.)

Les apports de la physique quantique

L’interprétation de Copenhague (Niels Bohr 1885-1962)
Les probabilités ondulatoires le monde se détermine à l’instant de l’observation
Exemple : Le chat de Schrödinger
(La matérialisation se fait par l’observation d’un observateur extérieur du système. Le chat de Schrödinger
est une expérience virtuelle dont a parler Schrödinger : Un chat enfermé dans une enceinte avec un maillet
près à briser une fiole de substance radioactive, lorsqu’il y aura une désintégration, le détecteur détecte
cette désintégration et il abaissera le maillet. Or à T1/2 il y a 50% de chance que cette désintégration à eu
lieu. On ne pourra pas dire qu’il y a 50% chat mort et 50% de chat vivant car soit le chat et vivant soit il est
mort. C’est l’intervention d’un observateur extérieur qui matérialisera la réalité de 100% chat mort ou 100%
de chat vivant. Il faut qu’un observateur ouvre l’enceinte pour qu’une réalité existe)

La théorie des univers parallèles (Hugh Everett)
A chaque transition quantique l’univers se sépare en deux
Il existe une infinité d’univers qui s’ignorent
(Dans l’expérience de Schrödinger : Il existe un univers où le chat et mort et un autre univers où le chat est
vivant)
9
Téléchargement

Culture Générale Philosophie Plan : Introduction : Pourquoi un