REPUBLIQUE DU CAMEROUN
Paix – Travail – Patrie
---------------CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL
----------------
REPUBLIC OF CAMEROON
Peace – Work – Fatherland
--------------ECONOMIC AND SOCIAL COUNCIL
----------------
LE RÔLE ET L'IMPACT DES CONSEILS ÉCONOMIQUES
ET SOCIAUX ET INSTITUTIONS SIMILAIRES EN RÉPONSE
À LA CRISE MONDIALE FINANCIÈRE, ÉCONOMIQUE
ET DE L'EMPLOI : PARTAGE D'EXPÉRIENCES
ET DE BONNES PRATIQUES
CONTRIBUTION DU CES/CAMEROUN
Novembre 2013
À L'ATTENTION DU SECRÉTARIAT
Ce document est la contribution du CES/Cameroun à
la réflexion menée au cours de cette rencontre. Elle
peut être distribuée aux participants sans que la
délégation camerounaise intervienne directement.
2
INTRODUCTION
Le monde est confronté depuis des décennies à des
problèmes majeurs pour faire face à la crise mondiale financière,
économique et sociale qui frappe de plein fouet tous les états en
général et les pays en voie de développement en particulier.
Parmi ces problèmes, figurent en bonne place les questions
récentes de la crise financière de 2008 et celles de tout le temps
qui sont les crises économiques et sociales dont la résolution
conditionne l’avenir de l’humanité si l’on tient compte de son
impact économique, politique et social.
Les états africains, à l’instar de tous les pays sous
développés, faisaient déjà face, même avant la crise financière
qui s’était transformée subitement en crise économique et
sociale, à des grands défis majeurs, tels que la lutte contre le
chômage, la pauvreté, l’analphabétisme chronique etc.
Face à toutes ces situations de crise, le Conseil Economique
et Social du Cameroun dont son rôle majeur est la réalisation
d’études et la transmission d’avis au Président de la République
et au gouvernement ; à contribuer activement à la recherche des
solutions à toutes ces crises ponctuées par
les échanges
d’expériences et de bonnes pratiques tant au niveau national et
international.
I - RÔLE ET IMPACT DU CES DU CAMEROUN FACE À LA
CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE
La crise financière s’est transformée en une crise
économique mondiale. Car née aux États-Unis d’Amérique, elle a
eu un impact sur toutes les économies des états dans le monde
en général, et les états africains en particulier.
Au Cameroun, et d’après une étude menée par Hervé B.
ENDONG du quotidien « Nouvelle Expression », six secteurs de
notre économie ont été affectés par cette crise notamment les
produits d’importation tels que le bois, l’aluminium, le coton, le
caoutchouc la banane et le pétrole. Le même constat a été fait
par le Ministère des Forêts et de la Faune, qui a reconnu que les
volumes des bois exportés au premier semestre 2008 étaient en
3
nette régression par rapport aux performances de l’année
antérieure 2007. Ce volume a diminué de plus de 170 000m3.
Dans le secteur de transport routier et ferroviaire, l’impact de
cette crise mondiale dont les conséquences augmentent les
contraintes structurelles de l’économie nationale. De source
proche du patronat du Cameroun, le secteur de la banane a été
également touché.
Fort de ce constat, le Conseil Economique et Social dont le
rôle majeur est de participer activement au développement
économique, a mené une réflexion sur les voies et moyens de
sortie de crise.
Les études menées par le Conseil Economique et Social du
Cameroun ont permis de mettre en place :

des mesures fiscales favorables aux investisseurs ;

la reforme
bancaire ;

des politiques monétaires expansionnistes ;

la relance par la politique commerciale : le
Cameroun a réduit les taxes à l’importation sur les
équipements, les outils et le matériel utilisés pour
la recherche et la prospection pétrolière ;

la diminution par l’état des subventions sur les
produits pétrolier et la promotion des initiatives
privées nationales et internationales.
de
la
réglementation
du
système
De même, l’état a accru l’appui aux initiatives
internationales, notamment l’initiative pays pauvres très
endettés PPTE, l’initiative pour la transparence des
industries extractives et le système de certification du
processus de Kimberley.
Enfin les entreprises publiques qui se trouvaient dans
le portefeuille de l’état ont la plupart étaient privatisées.
4
II - RÔLE ET IMPACT DU CES FACE À LA CRISE DE
L’EMPLOI AU CAMEROUN.
La crise financière qui a ébranlé le monde en 2008 s’est
traduite par un ralentissement de la croissance, entraînant aussi
des pertes d’emplois et ses corollaires, le Chômage et la pauvreté
dans le monde. Au Cameroun, le marché de l’emploi est encore
très restreint avec un taux de chômage très élevé parmi les
jeunes, surtout les femmes. Cette situation de l’emploi se
caractérise par la part importante de l’économie informelle. De
même, les problèmes liés à l’emploi et à l’insertion
socioprofessionnelle des jeunes continuent de s’étendre tant dans
les pays développés que dans les pays en voie de
développement, avec un nombre toujours plus élevé de jeunes
exposés au chômage ou cantonnés dans des emplois précaires,
temporaires ou de mauvaise qualité. Dans un pays en
développement comme le Cameroun, le diplôme ne garantit pas
automatiquement l’emploi. La formation des jeunes dans les
grandes écoles ou centres de formation professionnelle est
souvent mal adaptée au réel besoin du marché nécessitant les
interpellations d’un acteur d’observation non partisane. Cette
mission est souvent dévolue au Conseil Economique et Social
dont la tâche consiste à éclairer le Gouvernement pour cette
importante question de l’emploi.
La crise financière et économique mondiale a entraîné une
crise sociale qui a pour corollaire la rareté de l’emploi, les
émeutes etc. ainsi donc, le taux de chômage pendant la crise est
passé de 11,9% en 2007 à 13,1% en 2010 au plan national selon
le Bureau International du Travail (BIT).
Compte tenu des problèmes liés à l’emploi, le Conseil
Economique et Social a proposé les solutions suivantes :
1- Au niveau national
Il s’agit de :
-
mener des actions de plaidoyer auprès du gouvernement
pour l’intégration des objectifs et axes stratégiques du
pacte mondial pour l’emploi au Cameroun ;
5
-
promouvoir le document stratégique de réduction de la
pauvreté DSRP ;
-
pousser le gouvernement à encourager les initiatives
privées par l’octroi des crédits à un taux réduits ;
-
amener les pouvoirs publics réduire le chômage par un
recrutement des jeunes diplômés à la fonction publique
en fonction du besoin de l’état ;
-
réaliser les études sur l’impact de la crise financière
internationale sur l’emploi au Cameroun, des mesures à
prendre pour éliminer les obstacles à la création et à la
consolidation d’emploi productifs et décents ;
-
mettre en place un comité de réflexion pour l’organisation
de l’économie informel afin qu’elle intègre l’économie
formelle.
-
poursuivre
les objectifs
du millénaire
développement prônés par les Nations-Unies.
pour
le
2.- Au niveau international
Le Conseil Economique et Social a joué un rôle plus
dynamique dans la lutte contre le chômage. Les actions ont été
orientées vers :
-
le renforcement du partenariat au sein de l’Union des CES
et Institutions Similaires pour un meilleur partage des
expériences sur l’emploi, notamment sur le partage et la
promotion des informations sur les questions de l’emploi ;
-
le renforcement du partenariat avec les institutions
internationales telles que les institutions régionales, sousrégionales ;
-
faire le plaidoyer auprès de l’Organisation des NationsUnies pour faciliter la mise en œuvre du pacte Mondial
pour l’emploi ;
-
renforcer également le partenariat avec l’Organisation
internationale du Travail pour mieux trouver des solutions
aux problèmes de l’emploi.
6
De manière générale, la croissance financière, économique
et sociale observée toutes ces dernières années dans les pays
africains en particulier parmi lesquels le Cameroun dont le taux
de croissance tourne autour de 4,5% en 2013 est la résultante de
tous les efforts entrepris par les pouvoirs publics, y compris
notamment les composantes de régulation de la société qui se
sont impliquées fortement dans la résolution de toutes ces crises.
CONCLUSION
Bien que la crise financière, économique et sociale ait des
effets néfastes sur le développement des pays africains y compris
le Cameroun, trouver des solutions pour combattre cette crise
mondiale
revient
aux
principaux acteurs de
relations
internationales qui disposent des instruments et moyens de
régulation de l’économie parmi lequel le Conseil Economique et
Social.
Le concours des efforts de tous les acteurs est primordial
pour éviter que les pays africains dits fragiles ne sombrent dans
l’extrême pauvreté.
7
Téléchargement

RÔLE ET IMPACT DU CES FACE À LA CRISE DE L