HISTOIRE
Table des matières
De la guerre 14-18 à nos jours
-Première guerre mondiale
-Instauration du Communisme en Russie vers 1917 (deux Révolutions)
CHAPITRE I : Première guerre mondiale et Révolution Russe (1914-1924)
(Lors des croisades, nous fûmes confrontés aux Turcs Seljonkides. Par après ce sont les trucs Ottomans
dont la Capitale de leur Empire était en Asie Mineure et par après à Constantinople. Ils prirent pied en
Europe jusqu’en 1918. (notions-> fin du cahier !)
1/ Origines du conflit.
a) Mouvements nationalistes.
La guerre 14-18 est une explosion nationaliste. On parle alors de :
1) le « virus »nationaliste (depuis le milieu du XXe s.)
Pour être solide, il faudra passer de Nation à Etat.
Attention à ne pas confondre patriotisme et nationalisme !
Patriote : Ardent défenseur de sa patrie, de la terre de ses ancêtres. Qui est prêt à défendre les intérêts
de celle-ci.
Nationaliste : Sentiment plus « passionnel », affectif, qui cherche à valoriser sa Nation au détriment de
celle des autres.
Ce virus nationaliste affecte tout le monde.
1870 : Affrontement entre deux Nations : la Prusse et la France.
962-1806 : Fondation du Saint-Empire (sous Othon Ier)
L’Allemagne fit son union très tard, tandis que la France s’y opposait farouchement. En soi ; l’Allemagne
n’a jamais été un Etat unitaire, sauf sous Hitler.
(Atlas p.98)
1815-1866 : Confédération germanique, sous la présidence de l’Autriche (Hasbourgs)
La Diète à Frankfort était divisée en deux : ceux qui veulent la grande Allemagne, c’est-à-dire avec
l’Autriche et qui suppose une grande autonomie ; et ceux qui préfèrent la petite Allemagne, sans les
Hasbourgs et donc l’Autriche, mais avec la Prusse.
1
1848 : Printemps des peuples.
On offre alors la couronne au roi de Prusse qui la refuse. La Prusse dirigée par Guillaume Ier va
provoquer des guerres pour montrer que l’Allemagne n’a d’ordres à recevoir de personne, qu’elle est
forte seule, mais surtout pour s’unifier. De là, trois guerres suivront :
1) 1864 : Guerre des Duchés, première guerre contre le Danemark, mené par Vienne et Berlin.
2) 1866 : Guerre contre les Hasbourgs de Vienne.
L’armée prussienne sort victorieuse et les Hasbourgs n’ont alors plus rien à dire concernant l’Allemagne.
D’où, 1866 : Confédération d’Allemagne du Nord.
3) 1870 : Guerre contre la France. C’est cette dernière qui l’a déclarée mais qui l’a également perdue.
1871, 18 janvier : L’Empire allemand est proclamé à Versailles. Guillaume Ier est alors proclamé
empereur.
1871-1918 : IIe REICH.
Annexion de l’Alsace (Haut-Rhin et Bas-Rhin) mais aussi d’une partie de la Lorraine (Moselle) qui
renforce la défaite française. D’où la volonté farouche d’essayer de les récupérer.
L’Italie a aussi réalisé son unification très tard. En effet elle s’achèvera le 20 septembre 1870. Jusque là
les Italiens devront s’opposer au Nord, à l’Autriche ; au Centre, aux Etats de l’Eglise ; et au sud, au
Royaume des Deux Siciles.
Deux problèmes se posent alors : les terres irrédentes* et la Question romaine*.
Il faut noter qu’un des germes de ce mouvement nationaliste est la Révolution française. Le nationalisme
suppose un certain orgueil, avec la volonté d’agrandir son territoire par persuasion, conquêtes ou autre.
2) les zones de crise
a. Les nations-mutilées
Trois nations se considéraient comme telles, à savoir la France, l’Italie et la Serbie :
- la France qui continue de réclamer la Lorraine et l’Alsace.
- l’Italie qui continue de réclamer les terres irrédentes à l’Autriche.
- la Serbie car la Bosnie et l’Herzégovine ont été annexées par l’Autriche, en 1908. Les Serbes et les
Bulgares souhaitaient reconstituer l’Empire qu’ils possédaient au Moyen Age. Les deux n’étant pas
possible en même temps.
2
b. Les nations soumises.
1/ la Pologne : elle a été partagée entre trois puissances (1795-1919)
Au Sud Ouest, l’Autriche ; au Nord Ouest, la Prusse ; et à l’Est, la Russie.
2/ les nations Slaves de l’Empire austro-hongrois (nom officiel de 1867 à 1918).
1867 : Compromis entre Autriche et Hongrie. Acte officiel qui va donner un maximum d’autonomie à la
Hongrie. C’est un Etat multinational, car c’est un Empire.
Celui-ci se composait de 35 millions d’habitants : 9 millions d’Allemand (c-a-d de Suisses, d’Allemands et
d’Autrichiens), 6,5 millions d’Hongrois, de 5,5 millions de Tchèques.
On distingue deux types de Slaves : les Slaves du Nord (Tchèques, Slovaques, Polonais et Ruthènes) et les
Slaves du Sud (Slovènes, Croates, Serbes et Roumains).
Et c’est le peuple Slave qui est le plus nombreux. Les Roumains sont le seul peuple slave à parler une
langue romane et cela car sous Trajan, l’Empire romain s’est énormément agrandit et a pris la Dacie
(actuelle Roumanie).
Les Serbes n’étaient pas seulement dans l’Empire, mais aussi en dehors. Ce qui provoqua un problème
car ils rêvaient de réunir tous les Slaves du Sud. Ils y arriveront et la Capitale sera Belgrade. François Ier,
prénommée François II avant, fut le premier empereur d’Autriche.
Les Hasbourgs hésitèrent longtemps sur la question du comment gouverner. Ils hésitèrent entre
centralisation et fédéralisme. C’est-à-dire de soit unifier, centraliser, au nom de la raison avec une
organisation plus efficace. Ou alors de donner un maximum d’autonomie aux régions.
Ils n’optèrent finalement pour aucun des deux mais pour une sorte de dualisme austro-hongrois : un
maximum d’autonomie avec la Diète, pour les Hongrois. Cela ramènera des problèmes car ces derniers
vont dominer ceux qui ne sont pas Hongrois et qui sont sur leur territoire. Cela ranima alors les
problèmes nationalistes et provoqua aussi un élan de xénophobie entre le Slave et l’Allemand. --(Jalousie de la part des Slaves)
3/ les nationalistes irlandais. L’île avait été progressivement conquise par les Anglais, puis les Ecossais.
Ces derniers faisaient en sorte de mettre un maximum des leurs afin d’être majoritaire sur l’île.
Après Henry VIII, il y eut de gros problèmes religieux suite à sa volonté d’imposer l’anglicanisme à une île
profondément catholique.
Par le Home Rule (1893 ; 1912) ils obtinrent une certaine autonomie. Mais pour certains irlandais ce
n’était pas encore suffisant.
1916 : Pâques sanglantes. Rébellion du peuple contre l’occupant britannique.
3
c. Les nations insatisfaites.
1. Les peuples balkaniques.
Mélange énorme d’ethnies, de culture,…
Ici, apparaît la Question d’Orient*.
L’Autriche qui fut assiégée par les Turcs à la fin du XVIe et aussi du XVIIe, sortie vainqueuse les deux fois.
A partie de la fin du XVIIe, recul progressif de l’Empire Ottoman vers l’Asie en libérant de plus en plus les
peuples slaves, qui eux aussi voudront alors conquérir les autres.
L’Empire Ottoman était surnommé par le Tsar « l’homme malade ». Ainsi, la Russie souhaitait se diviser
l’Empire entre grandes puissances. Seulement, la France et la Grande-Bretagne n’étaient pas de cet avis
car les deux puissances possédaient des facilités avec l’Empire, et se situaient trop loin pour qu’un
partage soit intéressant pour elles. Pour la France, c’était Napoléon III Bonaparte (1851-1870) qui était
sur le trône.
1853 : Guerre de Crimée. Les Russes étaient prêts à écraser les Turcs, mais les Anglais et les Français
volèrent au secours de l’Empire.
2. Les sionistes.
Sioniste : Nom biblique de Jérusalem.
Etablissement d’un Etat Juif en Palestine. (Question palestinienne*).
On ne peut pas parler d’antisémitisme avant le XIXe, mais bien d’antijudaïsme. C’est-à-dire une certaine
hostilité non raciste vis-à-vis des Juifs. On leur faisait grief à cause de leur mauvaise intégration, de leur
appartenance culturelle, religieuse, etc.
Fin du XIXe, ces griefs se multiplient et on leur reprochera même leur race. Cela aboutira donc au
racisme et à l’antisémitisme.
Cette Nation, suite à la diaspora* se retrouvait un peu partout dans le monde.
Diaspora : Dispersion suite à des persécutions (ex : exil à Babylone, répression des révoltes Juives par les
romains, en 70 puis en 135, car ceux-ci mettaient en danger le pouvoir romain).
1349 : Epidémie de peste. Le Juif devient le bouc-émissaire. En effet, ceux-ci sont reconnus coupables
d’avoir un rôle dans cette épidémie.
4
Recrue des sens … ?
1/ Révolution française qui va exacerbée le sentiment nationaliste. Emancipation des Juifs (fin XVIIIe et
Révolution française).
Mouvement libéral qui va « libérer » les Juifs. Mouvement profondément anticléricale. Donc opposition
aux catholiques, d’où les griefs de ceux-ci aux Juifs.
2/ Révolution industrielle et à nouveau émancipation. Certains Juifs vont édifier d’énormes fortunes.
D’où les scandales dû aux jalousies.
On leur avait interdit beaucoup
de domaines d’activités. Ainsi il ne restait principalement que le domaine de la finance, car celui-ci
n’était pas très intéressant à l’époque. Par la suite, les Juifs ont réussi à faire fructifier ces domaines d’où
leur fortune. Un des reproches fait aux Juifs étaient le fait que certains pratiquaient l’usure (prêt d’argent
qu’il faut rembourser avec des intérêts exhorbitants)
3/ Nationalisme
La science se développe considérablement et des études sont faites. Il en découle alors une hiérarchie
des « races ». Certains peuples avaient fait leur preuve, ainsi que de bonnes choses pour les autres, etc…
Ceux –ci étaient donc considérés comme des peuples supérieurs, au sommet de la hiérarchie (ex : Grèce,
Inde,…). Tandis que d’autres étaient considérés comme inférieurs, voire dangereux.
En Russie, on constata qu’après l’arrivée de la Révolution industrielle, le pays tentait de se hisser et de
s’en sortir. Mais des crises, des réclamations, des problèmes de nationalités, éclataient un peu partout.
Le Juif devint alors, en cette période de crise, le bouc-émissaire.
La police fermait les yeux sur ce qu’il se passait contre eux car c’était une manière de dévier les
révoltes : on s’attaquait aux Juifs et non au Tsar.
Suite à la persécution, on leur cherche un lieu (Palestine) d’où le sionisme.
b. Rivalités d’impérialistes*.
a) Grande-Bretagne : premier empire colonial du monde, et qui redoute bien entendu la concurrence
(France, principalement en Afrique). ATLAS p.104 et 110
La Lybie reste un Etat-tampon* entre les colonies britanniques et françaises.
Bientôt, une nouvelle puissance colonisatrice arrivera : l’Allemagne (comme pour son unification, elle
arrivera plus tardivement). Elle prit pied en Turquie, et cela ne plût évidemment pas à Londres. De plus,
l’Allemagne entretenait de bonnes relations avec Constantinople et obtient une voie ferrée de Berlin au
golfe persique.
Ensuite, étant en Turquie, qui est la route vers les Indes, ils se situaient tout près de l’Irak, tandis que la
révolution pétrolière se préparait. La Grande-Bretagne commença à avoir tellement peur, qu’elle
commença à faire des promesses aux arabes. ATLAS p.128
La flotte britannique est également la première flotte au monde. Mais là aussi les Allemands
commencèrent à faire du bon travail. On craint alors une hégémonie allemande. Tandis que la Grande5
Bretagne a toujours tout fait pour combattre l’avènement d’une « super » puissance. (Ex : Guillaume III
d’Orange, roi d’Angleterre, fera partie des grands opposants de Louis XIV. Ce sont également les Anglais
qui s’opposèrent à Napoléon).
b) La Russie : C’est une puissance continentale, handicapée par le fait que ses ports sont situés au Nord
et sont donc paralysés par les glaces en hiver. Cet impérialisme va se diriger alors dans deux directions :
le Sud et le Sud –Ouest.
Au Sud : Tibet, Afghanistan, Perse.
La Russie veut étendre sa domination en profitant du déclin des grandes puissances chinoises, perses et
celles de l’empire ottoman. Mais faisant cela, elle se heurta alors au mouvement, en sens inverse, de
l’impérialisme britannique.
CHAPITRE II : L’entre deux guerres et la Seconde guerre mondiale
CHAPITRE III : Le monde dans la seconde moitié du XXe s.
3.1 Relations internationales depuis 1945 (guerre froide, construction de l’Europe,…)
3.2 L’Afrique et l’Asie depuis 1945 (décolonisation,…)
6
Téléchargement

De la guerre 14-18 à nos jours